Archive pour le Tag 'Finlande'

Dégradation de la note financière de la Finlande par une agence

Dégradation de la note financière de la Finlande par une agence

D’une certaine manière le gouvernement de la Finlande est puni par les agences de notation en raison d’une politique d’austérité qui nuit à l’activité économique en tout cas à court terme. Une problématique qui pourrait bien concerner d’autres pays englué dans la croissance molle et qui ne propose d’autres perspectives que davantage de rigueur. D’une certaine manière c’est aussi une remise en cause de la pensée dominante en Europe et de la part d’agences de notation pourtant très libérale, ce qui est un comble. L’agence d’évaluation financière Fitch Ratings a retiré à la Finlande sa note « AAA », la meilleure possible, pour l’abaisser d’un cran vendredi soir à « AA+ ». L’agence d’évaluation financière Fitch Ratings a retiré à la Finlande sa note «AAA», la meilleure possible, pour l’abaisser d’un cran vendredi soir à «AA+».Fitch, deuxième parmi les trois grandes agences de notation à retirer ce «triple A», a invoqué dans un communiqué la «faiblesse économique» de ce pays, qui a connu en 2015 le deuxième taux de croissance le plus faible de la zone euro (0,4%) devant la Grèce. Standard and Poor’s avait déjà pris la même mesure en octobre 2014, maintenant depuis la note à «AA+». Chez Moody’s elle reste de «Aaa» avec perspective «négative». Fitch ne croit pas le gouvernement pro-austérité capable de renverser la tendance à la montée de la dette publique finlandaise: il estime qu’elle atteindra 67,5% du PIB en 2020, soit cinq points de plus qu’en 2015. L’agence ne voit «aucun signe clair de reprise du potentiel de croissance par rapport aux 1,0 à 1,2% à moyen terme, ce qui devrait aboutir à une poursuite de la dynamique défavorable pour la dette publique». La décision de Fitch est un revers pour le Premier ministre centriste Juha Sipilä, ancien homme d’affaires arrivé au pouvoir en mai avec l’ambition de relancer l’envie d’entreprendre et d’assainir les finances publiques. Pour l’agence, son programme de réduction des dépenses publiques a fait du tort à court terme à l’activité économique. «Fitch maintient sa prévision de croissance inchangée à 1% cette année, ce qui reflète une conjoncture extérieure toujours faible et l’incidence de la rigueur budgétaire concentrée en début de mandat», a-t-elle écrit. Depuis le début de la crise financière mondiale en 2008, le nombre d’États capable de garder une note «triple A», celle des emprunteurs extrêmement fiables, a peu à peu diminué. En zone euro, il ne reste plus que l’Allemagne et le Luxembourg.

Navire géant- ST Nazaire : L’anti européenne Finlande en appelle aux règles de l’Europe

Navire géant- ST Nazaire : L’anti européenne Finlande en appelle aux règles de l’Europe

La Finlande qui s’oppose à plus intégration européenne pour ne pas payer les dettes de ses voisins en appelle cette fois à l’Europe estimant que les règles européennes n’ont pas été respectées pour le contrat du navire géant décroché par St Nazaire. (Finalemenet une position assez proche de celle de la Grande Bretagne, de l’Europe quand ça rapporte et moins d’Europe quand ça coûte). Le contrat remporté par STX France respecte « évidemment » les règles, a martelé vendredi soir Pierre Moscovici au micro d’Europe 1. Le ministre de l’Économie répondait ainsi aux interrogations de son homologue finlandais sur la nature du soutien des autorités françaises aux chantiers navals de Saint-Nazaire. Royal Caribbean International (RCI), numéro deux mondial de la croisière, a en effet choisi jeudi STX France, à Saint-Nazaire, aux dépens des chantiers STX de Turku, en Finlande, avec lesquels ils étaient en compétition. Un contrat d’environ un milliard d’euros pour la construction d’un paquebot géant, sortant les chantiers navals de Loire-Atlantique d’un long et difficile passage à vide pour ses salariés.   »Nous voulons nous assurer que les Français ont respecté les règles de l’UE », avait déclaré vendredi le ministre finlandais de l’Economie Jan Vapaavuori lors d’une conférence de presse partiellement rediffusée sur la télévision publique YLE vendredi. Le ministre avait annoncé qu’il allait contacter la France et la Commission afin de déterminer ce qui a permis à Saint-Nazaire de remporter le contrat. Le gouvernement finlandais, qui s’est énormément impliqué dans le dossier, a refusé à trois reprises d’accorder un prêt de 50 millions d’euros à STX Finlande pour ne pas enfreindre la loi, a souligné le ministre. A la place de ce prêt, l’Etat finlandais avait débloqué 28,3 millions d’euros de soutien à l’innovation pour les chantiers de Turku. « Nous avons tout fait pour sauver les Chantiers de l’Atlantique dans le respect parfait des règles européennes, évidemment », a déclaré Pierre Moscovici au micro d’Europe 1. « Il y a une compétition, les Français l’ont gagnée, il faut être beau joueur. C’est d’abord parce qu’il y a une excellence sur l’offre technique que le dossier a été choisi », a-t-il ajouté. Plus tôt vendredi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien député de Loire-Atlantique, a reconnu qu’il s’était « personnellement » impliqué dans le dossier, comme il le fait « sur d’autres gros dossiers ».. La commande, qui représente dix millions d’heures de travail réparties sur trois ans, intervient alors que les Chantiers STX France, qui emploient directement 2.100 personnes et 4.000 en sous-traitance, risquaient de boucler leur seconde année sans commande, ce qui les aurait placés en situation précaire.   »Il s’agit du plus gros paquebot construit à Saint-Nazaire mais ce sera aussi l’un des trois plus gros paquebots du monde » s’est félicité Laurent Castaing, le patron des chantiers navals de Saint-Nazaire, au micro d’Europe1. Et ce n’est pas tout : une option sur un deuxième paquebot livré en 2018 a également été posée par Royal Caribbean Cruise Line avec une perspective d’emploi sur 3 à 5 ans

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol