Archive pour le Tag 'financièrement'

Facebook : la médiocrité et la violence récompensées financièrement

Facebook : la médiocrité et la violence récompensées financièrement

 

 Plus de 9 milliards de profits au troisième trimestre ont récompensé les algorithmes qui tirent les contenus vers la nullité et la violence mais génèrent de plus en plus de fréquentation.

 

De juillet à septembre, Facebook a réalisé un chiffre d’affaires de 29 milliards de dollars, légèrement en dessous des attentes des investisseurs, qui escomptaient 500 millions de plus. Son titre prenait quand même près de 4 % lors des échanges électroniques d’après-Bourse.

Les deux réseaux (Facebook et Instagram) et messageries (WhatsApp et Messenger) sont désormais fréquentés par 2,8 milliards de personnes tous les jours (11 % de plus qu’il y a un an) et par 3,58 milliards d’utilisateurs au moins une fois par mois (+ 12 %).

D’après des chercheurs employés par la firme, des utilisateurs américains et indiens, aux vues politiques a priori modérées, sont surexposés à des contenus extrémistes ou conspirationnistes, en raison d’algorithmes cherchant à maximiser l’attention des consommateurs, moteur essentiel de la croissance du groupe.

« Les banques sont menacées financièrement »

« Les banques sont menacées financièrement »

 

Alexandre Birry (S&P Global Ratings) estime que les banques traditionnelles européennes risquent d’être très menacées financièrement.

 

(Interview de l’Opinion)

Depuis le début de la pandémie, S&P Global Ratings a pris 236 mesures de notation négatives – principalement des révisions de perspectives – sur les banques dans le monde. L’agence estime que de nombreux systèmes bancaires ne retrouveront pas leur solidité financière pré-pandémie avant 2023 ou au-delà. Alexandre Birry est responsable mondial des études sur les institutions financières chez S&P Global Ratings.

Selon vous, 2021 pourrait être l’année la plus difficile pour les banques depuis 2009. Pour quelles raisons ?

Nous prévenons que la partie n’est pas encore gagnée. En 2020, les banques ont fait face à un choc sans précédent. Elles ont prouvé qu’elles étaient mieux préparées qu’en 2009 mais elles ont aussi bénéficié d’un soutien à l’économie sans précédent. Leurs résultats du troisième trimestre ont parfois été meilleurs qu’attendu, ce qui a créé un parfum d’optimisme. Mais l’arrêt progressif des « perfusions ​» de soutien l’an prochain donnera une image plus vraie de la qualité des actifs bancaires. On verra plus nettement les séquelles de la crise. Et on se préoccupera à nouveau de l’impact à long terme des bas taux d’intérêt sur la rentabilité des banques.

Le secteur profitera tout de même de la reprise économique ?

C’est le paradoxe. Nous tablons sur une reprise assez marquée l’an prochain, mais on observe souvent un décalage temporel entre le cycle économique et la performance bancaire. A cela s’ajoute le fait qu’une confirmation de la reprise justifiera le retrait progressif des aides qui masquent la réalité économique. Pour les banques européennes et américaines, on peut parler de reprise « ​aigre-douce ​».

« La profitabilité, la génération de revenus des banques et leur modèle opérationnel sont menacés par l’environnement de bas taux d’intérêt »

Les difficultés que vous redoutez rendront-elles nécessaires des recapitalisations bancaires ?

Nous ne prévoyons pas de recapitalisation en masse. En dépit d’un quasi-doublement prévu des provisions cette année et l’année prochaine par rapport au rythme de provisionnement de 2019 (augmentation totale d’environ 100 milliards d’euros en Europe en 2020 et 2021), on anticipe une érosion légère de la capitalisation des banques européennes. Cela ne changera pas substantiellement notre vision de leur qualité. C’est en cela que notre scénario est fondamentalement différent de 2009. Les banques ont renforcé leur bilan depuis dix ans, et s’ajoute à cela le fait que les régulateurs ont momentanément assoupli certaines de leurs exigences réglementaires pour donner plus de flexibilité au secteur. Cela ne change rien au fait que la situation reste difficile sur le long terme. La profitabilité, la génération de revenus des banques et leur modèle opérationnel sont menacés par l’environnement de bas taux d’intérêt.

Quid des dividendes, que certaines banques aimeraient distribuer à nouveau ?

C’est une question délicate. La réponse des autorités à la crise a été un fort soutien à l’économie et à la liquidité du système bancaire, en contrepartie d’une suspension des dividendes. Cela a représenté environ 30 milliards d’euros économisés par les banques européennes au titre de 2019, c’est autant d’argent qui leur a permis de soutenir l’économie en préservant leur capital. Depuis les bons résultats du troisième trimestre, les banques commencent à faire plus de bruit sur le sujet. Il faut dire que l’arrêt des dividendes a fait chuter leur cours de Bourse, ce qui limite leur capacité à lever du capital en cas de besoin. Des mesures qui s’éternisent finissent toujours par avoir des effets néfastes, mais il faut conserver un certain degré de réalisme. Le stress économique n’est pas derrière nous.

« On assistera sans doute à une amplification de la consolidation du secteur. Faute d’union bancaire aboutie, les fusions-acquisitions seront en priorité domestiques »

Les banques vont donc rester faiblement valorisées par la Bourse, c’est un vrai handicap…

Le « ​price to book ​» de nombreuses banques européennes est aujourd’hui inférieur à 0,5 fois, cela veut dire que le marché les valorise moins de la moitié de leurs fonds propres. Ce n’est pas nouveau même si la suspension des dividendes a amplifié cette décote. Il n’y a pas de fatalisme sur le sujet ​: l’espagnol BBVA vient de céder sa filiale aux Etats-Unis sur une valorisation nettement plus élevée. La faiblesse des valorisations en Europe a plusieurs explications (niveau particulièrement bas des taux d’intérêt, nombre parfois excessif de banques, réformes structurelles insuffisantes, Union bancaire toujours inachevée). Cela changera peut-être lorsqu’elles pourront enfin tirer les bénéfices d’un marché européen plus unifié.

Les banques se restructurent avec la crise. Attendez-vous une vague de fusions-acquisitions en Europe ?

Le confinement est un accélérateur de tendance ​: les attentes des clients ont évolué, ce qui permet aux banques de réviser leurs coûts à la baisse. On assistera sans doute à une amplification de la consolidation du secteur, mais cela se fera sur la durée. Faute d’Union bancaire aboutie, elles seront en priorité domestiques, c’est déjà le cas en Espagne, en Italie, et – même si plus discrètement – en Allemagne.

Sidérurgie mondiale : financièrement dans le rouge

Sidérurgie mondiale : financièrement dans le rouge

 

La sidérurgie mondiale est au bord du marasme financier avec une dette colossale en cause d’abord une surproduction structurelle qui contribue à l’affaiblissement des prix. S’ajoute à cela une conjoncture internationale déprimée. Le tassement économique mondial réduit notablement la demande de produits sidérurgiques. La dette des 30 premiers sidérurgistes mondiaux atteint le montant record de 150 milliards de dollars (133 milliards d’euros), selon le cabinet comptable EY, qui ajoute que les mesures publiques de soutien ne seront efficaces que si elles s’accompagnent d’une restructuration radicale du secteur. Cette dette est cependant largement dépassée par celle des aciéries chinoises, estimée à 500 milliards de dollars. Dans son rapport publié jeudi, EY observe que les sidérurgistes financent par l’endettement la lutte en cours pour les parts de marché, au point que certains sont au bord de la faillite, et il constate que la sidérurgie chinoise a accru ses capacités de production d’environ un milliard de tonnes depuis 2000, portant ainsi les surcapacités mondiales à quelque 700 millions de tonnes. Ces surcapacités chroniques et la déprime des prix suscitent déjà des initiatives telles que les discussions en vue d’une fusion éventuelle engagées entre l’allemand Thyssenkrupp et l’indien Tata Steel. Thyssenkrupp, le 16ème sidérurgiste mondial par le tonnage, a également annoncé la cession de ses actifs immobiliers. Fin juin, son « gearing » (ratio dette/fonds propres) était de 175% contre 124% un an auparavant, avec une dette de 4,77 milliards d’euros contre 4,39 milliards un an plus tôt. Le groupe allemand veut ramener son « gearing » à moins de 150% d’ici fin septembre, la clôture de son exercice annuel.ArcelorMittal, le numéro un mondial du secteur, s’est quant à lui employé à régler la question par le biais d’une augmentation de capital de trois milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) au printemps. Il a aussi vendu en avril une participation dans l’espagnol Gestamp pour un milliard de dollars, ramenant ainsi sa dette nette à 12,7 milliards de dollars fin juin contre 17,3 milliards fin mars. Et il anticipe un cash-flow positif cette année. La Chine, elle, s’est engagée à réduire ses capacités d’acier de 45 millions de tonnes cette année mais elle n’avait accompli fin juillet que 47% de cet objectif. L’Europe et les Etats-Unis, qui reprochent à la Chine de vendre à perte son acier excédentaire, lui ont imposé des pénalités, suscitant ses protestations. (Avec Reuters

Le TGV déraille financièrement

Le TGV déraille financièrement

 

C’est le constat d’un rapport de la cour des comptes qui accuse surtout le développement inconsidéré de nouvelles lignes non rentables. Plusieurs facteurs explicatifs, le trafic se tasse et n’est pas au rendez-vous notamment parce que le TGV est trop cher. En cause des niveaux et des structures de coûts qui plombent la compétitivité. Contrairement à ce qu’estime la cour des comptes ce n’est pas la quantité d’offre qui est excessive mais les coûts de la SNCF qui ne permettent pas au TGV d’être réellement attractif. Il est clair que si la libéralisation de cars se généralise comme l’a annoncé Macron, le ministre de l’économie, la situation sera intenable pour la SNCF qui par ailleurs devra auusi affronter la concurrence sur les rails.  D’Après la cour des comptes, Selon Contexte, les dirigeants de la SNCF, ceux de RFF, les élus, l’État, ont tous contribué à faire dérailler le TGV qui alourdit la dette du système ferroviaire faute de rentabilité. En 2013, la marge opérationnelle du TGV est revenue à 11,4 % contre 14,2 % en 2011. Cela a poussé la SNCF à déprécier de 1,4 milliard d’euros la valeur de son parc de TGV dans ses comptes en 2013. Première erreur, les études de rentabilité réalisées en amont pour décider de lancer une nouvelle ligne de TGV sont systématiquement trop optimistes. Conséquence, la rentabilité des lignes est très inférieure aux prévisions. La LGV Nord atteint 3 % contre 12,9 % prévus. La LGV Méditerranée affiche 4,1 %, soit deux fois moins qu’espéré. Le tronçon Poitiers-Limoges est pointé du doigt.  Ce déséquilibre conduit à subventionner lourdement le fonctionnement de ces lignes, «jusqu’à 80 %» indique la Cour des comptes. L’État se rendrait complice de la pression politique exercée par les collectivités quitte à perdre de vue la rationalité économique du projet. Ainsi, le maillage extrêmement large du territoire – pour satisfaire tous les élus est une hérésie économique. Les TGV desservent ainsi 230 gares en France, un outil d’aménagement du territoire ruineux. Autre faiblesse coupable: le montage financier trop souvent relégué au second plan. «La recherche de financements pour la LGV Tours-Bordeaux est intervenue 12 ans après le lancement des études et seulement quatre ans avant le début des travaux», relèvent les sages de la rue Cambon. Surtout la SNCF n’a pas réussi à freiner la dérive des coûts de son TGV. L’Europe ne l’a pas aidée en cherchant à quadriller le continent du nord au sud et d’est en ouest en poussant des projets de LGV comme Lyon-Turin et la liaison de Bordeaux à l’Espagne.  La Cour ne manque pas d’ironie en relevant que la disette budgétaire coupera court à la surenchère des projets. Pendant ce temps la SNCF devra restaurer la rentabilité de cette activité. Certes, la hausse des péages versés à RFF pour l’utilisation du réseau a pesé sur les bénéfices du TGV mais la Cour des Comptes pointe surtout la dérive naturelle des salaires, liée à la progression automatique des rémunérations des cheminots. Avec une dette de 44 milliards d’euros, le groupe ferroviaire – SNCF et RFF réunis – se retrouve ne situation de grande faiblesse. «Le risque est grand de voir le transporteur national aborder l’inéluctable ouverture à la concurrence de son activité voyageurs dans une position de faiblesse préjudiciable à son avenir». Les dirigeants de la SNCF avaient prévu de présenter un scénario de sortie de crise pour le TGV, le rapport de la Cour des Comptes servira d’état des lieux avant la présentation de ce vaste chantier.

 

Alstom : entreprise en difficulté fiancière mais pas le patron

Alstom : une entreprise financièrement mal gérée mais pas pour le patron

 

Dans une interview accordée au Monde d’aujourd’hui Patrick Kron avoue son incapacité à accomplir la mission de redressement qui lui a été confiée  mission arguant du fait que : « J’en suis convaincu, la voie d’une stratégie autonome, qui est celle que j’ai menée ces dix dernières années, est devenue risquée et dangereuse ». Sur le pan financier Alstom est en mauvaise santé mais ce n’est pas le cas pour son patron, ancien fonctionnaire qui n’a jamais risqué un ou de sa poche. .  Au printemps 2007, la plus-value potentielle accumulée par les patrons du CAC 40 dépassait le milliard d’euros ! Patrick Kron avait accumulé 14 millions de plus-values en 2008. Après avoir encaissé son pactole de 2009, il lui resterait toujours 10,5 millions d’euros potentiels à empocher avec les actions qu’il n’a pas encore vendues. Ces revenus s’ajoutent bien sûr à son salaire de dirigeant et à ses primes.   Patrick Kron alors qu’il licenciait s’est augmenté de 33% en 2006 portant son salaire annuel à plus de 2,2 millions d’euros augmentation moins médiatisée certes que les 4 millions d’euros de parachute doré que son prédécesseur Pierre Bilger s’était accordé en laissant, en 2003, une entreprise exsangue. Sous la pression, l’ancien Patron d’Alstom y avait finalement renoncé.   Si le Patrick Kron PDG d’Alstom gagne autant, c’est que ce polytechnicien se vante d’avoir soit disant accompli des «miracles».  En 2006, Alstom vient tout juste d’éviter la faillite grâce à un plan de sauvetage de l’Etat et à des milliers de suppressions d’emplois. L’Etat signe au groupe industriel un chèque d’un demi – milliard d’euros en rachat d’actions et en prêts. Quatre ans plus tard, grâce aux contribuables, Alstom est sauvé et ses performances boursières sont au top. Revers de la médaille à l’automne 2009, l’entreprise emploie moins de 15 000 personnes en France contre 27 000 cinq ans plus tôt ! Elle va continuer de réduire ses « coûts », en supprimant notamment 2000 emplois.  Le « miracle » de Patrick Kron, c’est d’avoir su multiplier chômeurs, subventions et contrats d’Etat autrement dit d’avoir réduit à la misère des milliers d’employés et d’avoir volé les contribuables français pour en faire profiter les actionnaires d’Alstom dont il fait partie.  Patrick Kron a grandi dans le cocon de la haute fonction publique dans les méandres du ministère de l’Industrie puis de Pechiney, alors nationalisé. Bref, il sait administrer – mal si on compte les pertes d’emplois -mais n’a rien créé. Ses revenus reflètent-ils ses soit disant incomparables compétences de gestionnaire alliant performances économiques, bonnes pratiques sociales et politiques environnementales ?  Lors de cette conférence Patrick Kron a refusé d’être plus précis quant aux pays concernés mais indiqué que ces mesures seraient appliquées « essentiellement en Europe ». Patrick Kron a souligné qu’Alstom venait d’annoncer une révision à la hausse de ses coûts de restructuration, dans une fourchette de 150 à 200 millions d’euros par an, contre 100 à 150 millions jusqu’à présent.  Patrick Kron était déjà en contact avec GE les négociations sur le démantèlement d’Alstom ont commencé depuis plusieurs mois. Alors quand Patrick Kron vient affirmer dans une interview au quotidien le Monde que :   « Je vous rappelle qu’il y a une dizaine d’années, l’entreprise était exsangue. Je me suis battu de toutes mes forces pour la sauver. C’était une question de vie ou de mort. Nous avons dû supprimer la moitié des emplois. Je ne voulais plus jamais que le groupe se retrouve dans ce type de situation….  Faut-il faire confiance à ce parvenu millionnaire qui s’est enrichi sur le dos des contribuables français et qui espère bien pouvoir continuer à le faire ?  Car depuis l’annonce faite que le conseil d’administration d’Alstom a accueilli positivement l’offre ferme de 12,35 milliards d’euros faite par GE pour sa branche énergie en Bourse, le titre a repris sa cotation en forte hausse. Pour son retour en Bourse mercredi matin, le titre Alstom a bondi de près de 10 % dans les premiers échanges.  Les actionnaires d’Alstom dont il fait partie – on est jamais mieux servi que par soi-même- peuvent le remercier et ne manqueront pas de le faire quand il s’agira de voter une augmentation de sa rémunération.

Ukraine : et maintenant il va falloir la soutenir financièrement

 maintenant il va falloir soutenir financièrement l’Ukraine

 

 

L’Ukraine se tourne désormais vers l’union européenne pour des rasions politiques mais aussi pour des raisons financières. Poutine ne fera pas de cadeau à la nouvelle équipe. L’Ukraine a besoin du gaz russe, elle va le payer aux prix cher ; En outre les finances de l’Ukraine sont au bord de la faillite, il faudra un soutien financier massif et rapide. Sans doute sera-t-il nécessaire d’imposer des réformes sérieuses dans ce pays où oligarques ; mafia et politiques pillent le pays depuis la perestroïka (parfois de concert) .Le nouveau pouvoir ukrainien, installé au cours du week-end à la suite de la destitution du président Viktor Ianoukovitch par le parlement, a donc manifesté dimanche son intention de se tourner vers l’Union européenne (UE), qui a pour sa part renouvelé son offre d’un accord commercial. Alors que la Russie a rappelé à Moscou son ambassadeur en Ukraine, les Etats-Unis ont affirmé par la voix de Susan Rice, conseillère de Barack Obama pour les questions de sécurité, que Moscou commettrait une « grave erreur » en envoyant des forces armées pour rétablir le président sortant. La réorganisation du pouvoir politique, entamée samedi, s’est poursuivie avec la désignation par la Rada, le parlement ukrainien, d’Oleksander Tourchinov, le bras droit de l’opposante Ioulia Timochenko, aux fonctions de chef de l’Etat intérimaire, dans l’attente d’une élection présidentielle prévue le 25 mai. Il a demandé aux élus de se mettre d’accord d’ici mardi sur la composition d’un gouvernement d’union nationale. Estimant qu’il s’agissait d’une « tâche prioritaire », il a exigé que les discussions débutent immédiatement. Au cours d’une adresse à la nation, Oleksander Tourchinov a ensuite déclaré que Kiev accepterait de discuter avec Moscou, « sur une nouvelle base d’égalité et de bonne entente, qui reconnaisse et prenne en compte le choix européen de l’Ukraine », mais qu’il ferait du « retour à la voie de l’intégration européenne » une priorité. Libérée samedi de l’hôpital-prison de Kharkiv dans lequel elle était détenue depuis 2011 pour « abus de pouvoir », Ioulia Timochenko a elle écarté la proposition d’occuper le poste de Premier ministre, et a ainsi refusé une charge qu’elle avait occupée à deux reprises en 2005 puis entre 2007 et 2010. Ioulia Timochenko, qui s’est exprimée samedi soir devant plusieurs milliers de manifestants massés sur la place de l’Indépendance à Kiev, s’est entretenue avec la chancelière Angela Merkel qui l’a félicitée pour sa libération et s’est dite certaine que son retour dans le jeu politique allait contribuer à stabiliser la situation dans le pays.  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol