Archive pour le Tag 'finances'

Finances publiques-Dette et déficit : report des efforts en 2024…ou 2027

Finances publiques-Dette et déficit : report des efforts en 2024…ou 2027 !

Il y a encore quelques mois le gouvernement et notamment le ministre de l’économie voulait donner l’illusion d’une plus grande rigueur de gestion des l’années 2023. Par ces perspectives ont été vite démenties aussitôt par Bruxelles comme par la Cour des Comptes. En effet, le déficit va continuer d’augmenter en 2023 car comme d’habitude les recettes ont été surestimées, à l’inverse des dépenses qui elle sont sous-estimées. ( Exemple les avantages progressifs accordés à certaines catégories pour faire passer la réforme des retraites qui atteignent de l’ordre de 10 milliards sur la vingtaine de milliards d’économies espérées). Sans parler des différentes aides promises pour amortir la crise de l’énergie dans l’industrie, le commerce et les petites entreprises.

La dette publique française a, en effet, explosé ces dernières années, et plus particulièrement depuis le début de la pandémie de Covid-19. Elle a franchi les 100% du PIB pour la première fois durant la pandémie et se rapproche inexorablement du cap symbolique des 3000 milliards d’euros. Le coût de cette dette devient exorbitant puisqu’il représente environ 50 milliards par an. Et comme la France empreinte pour rembourser les emprunts précédents la note va encore monter avec l’augmentation des taux d’intérêt. Pourtant le ministre de l’économie affirme sa volonté de rigueur des 2024 avec un objectif en 2027 pour ramener le déficit public sous les 3 % du PIB.

«Avec le Président et la première ministre, nous sommes déterminés à faire baisser la dette à partir de 2026 et à ramener le déficit public sous les 3 % en 2027», met en avant le ministre de l’Économie. En 2021, le déficit public atteignait 6,4 % du produit intérieur brut, loin de la règle européenne des 3%.

«Dès le budget 2024, nous pourrons ainsi programmer des réductions de dépenses significatives», assure le ministre.

Mais ces économies ne seront pas réalisées sur le dos de la transition énergétique puisque pour réussir celle-ci, «60 à 70 milliards d’euros supplémentaires par an» sont nécessaires, chiffre Bruno Le Maire. Le problème c’est qu’on ne sait pas comment ces 60 à 70 milliards seront financés !

Le vrai problème qui n’est pas abordé par le ministre de l’économie est évidemment la réforme globale de l’État qui non seulement nourrit les déficits mais crée aussi en France un climat administratif délétère qui tue l’initiative et la responsabilité sans parler de la compétitivité. Un travail qui n’est pas prêt d’être engagé et encore moins réalisé puisque la très grande majorité des responsables politiques de haut niveau y compris au gouvernement sont d’anciens fonctionnaires.

Le Haut conseil des finances publiques conteste les chiffres de la croissance et de l’inflation du gouvernement

Le Haut conseil des finances publiques conteste les chiffres de la croissance et de l’inflation du gouvernement

Le Haut conseil des finances publiques rattaché à la Cour des comptes conteste les prévisions du gouvernement en matière d’inflation et de croissance. Concernant l’évolution de l’activité le Haut conseil estime les prévisions trop optimistes. À l’inverse, il estime que le gouvernement a sous-estimé l’envol de l’inflation. Cette contestation remet évidemment en cause la sincérité du budget de l’État pour l’année en cours mais aussi les prévisions pour la réforme des retraites.

Le ce propos, le Haut conseil observe que la mise en œuvre de la réforme de la retraite coûtera autour de 400 millions d’euros en 2023 avec une perspective de 600 millions en fonction des mesures d’accompagnement nouvelles de la réforme. Par contre le Haut conseil ne fait pas de prévisions pour le long terme. Et pour cause car tout dépendra du taux d’emploi des seniors pour lesquels aucun dispositif spécifique n’est prévu pour le maintien dans l’emploi. Conclusion on peut aussi faire l’hypothèse qu’à moyen terme, la réforme entraînera des dépenses supplémentaires.

Les prévisions de croissance retenues par le gouvernement dans le projet de loi sont jugés « optimistes » par les magistrats. Dans le texte envoyé au Haut conseil des finances publiques, Matignon n’a pas modifié sa projection de croissance de 1% datant de la présentation du projet de loi de finances pour 2023 (PLF 2023) présenté en septembre dernier. Les experts de la rue Cambon soulignent que le consensus des économistes (Consensus forecasts) tablent sur une croissance de 0,2% cette année.

Concernant l’indice des prix à la consommation, le Haut conseil des finances publiques juge la prévision du gouvernement « un peu faible ». L’inflation augmenterait en moyenne de 4,2% en 2023 selon les chiffres inscrits dans le PLFRSS. Le consensus des économistes table de son côté sur une inflation à 4,8%. Quant à la Banque de France (5,5%), Rexecode (5,2%) ou l’OFCE (4,6%), ils font le pari d’une inflation supérieure à celle du Trésor. « Le reflux anticipé par le gouvernement de l’inflation semble rapide, » note le HCFP.
L’institution estime que la transmission de la hausse des prix à la production et à l’importation vers les prix à la consommation devrait continuer de soutenir l’inflation sous jacente, c’est-à-dire sans les prix les plus volatils (produits frais, produits pétroliers).

A moyen terme, le Haut conseil des finances publiques n’a pas fait de prévisions budgétaires considérant que les information transmises étaient incomplètes. S’agissant de 2023, l’organisme estime que le coût net de la réforme sera de 400 millions d’euros.

Finances-Bourses : baisse en attendant la correction

Finances-Bourses : baisse en attendant la correction

 

 

Le niveau des actions est encore relativement haut en regard des perspectives économiques qui s’annoncent très moroses. En particulier , la crise de l’énergie et l’inflation  devraient peser de manière significative sur la demande et rentabilité des activités. À cela s’ajoutent  des risques de récession sur une grande partie du monde États-Unis y compris. Désormais, les mauvaises nouvelles devraient s’ajouter aux mauvaises nouvelles concernant les perspectives économiques et il faut sans doute s’attendre prochainement à une grande correction dans le domaine des actions

 

La Bourse de New York a terminé jeudi en repli, soucieuse des risques de récession liés aux tours de vis monétaires de la Fed tandis que la saison des résultats commence. L’indice Dow Jones a perdu 0,76 % à 33.044,56 points tout comme l’indice élargi S&P 500 à 3.898,85 points tandis que le Nasdaq a lâché 0,96 % à 10.852,27 points.

Les marchés européens ont aussi nettement reculé, Christine Lagarde ayant réaffirmé sa détermination à lutter contre l’inflation. Elle la juge  » beaucoup trop élevée en zone euro « . La présidente de la BCE a aussi appelé les marchés à  » réviser leurs positions  » alors que ceux-ci anticipent des hausses de taux d’intérêt de moindre ampleur de la part de la BCE. Aux Etats-Unis, la situation dans laquelle se trouve la Fed est compliquée par le dynamisme du marché du travail. L’indice CAC 40 a perdu 1,86% à 6 951,87 points tandis que l’EuroStoxx50 a cédé 1,97% à 4 097,96 points.

Finances : la France vers la banqueroute ?

Finances : la France vers la banqueroute ?

Du fait de la crise sanitaire et maintenant de la crise énergétique, les autorités de contrôle financier en Europe et en France se montrent particulièrement bienveillantes par rapport à la dérive financière de la France. Pourtant l’endettement constitue une menace sérieuse pour l’avenir du pays. Cet endettement atteint aujourd’hui de l’ordre de 115 % du PIB et génère un coût financier annuel d’environ 50 milliards de par an.

Sur la tendance, on pourrait bien atteindre 150 % du PIB cette tête d’ici quelques années et la charge financière pourrait doubler. En cause, des déficits budgétaires qui ne cessent de s’agrandir (170 milliards pour 2022) et certainement un déficit encore supérieur en 2023 compte tenu des hypothèses économiques trop optimistes. L’endettement présentait 55 % du PIB en 95 et 100 % en 2019. Mais depuis on constate un envol incontrôlable.( Le montant total de l’endettement va dépasser 3000 milliards en 2023).La France suit inexorablement le chemin de l’Italie voire de la Grèce .

La conséquence directe sera le moment venu la dégradation de la note financière de la France par les agences de notation avec une hausse des taux d’intérêt qui viendront assommer un peu plus la dette et l’économie . La version finale du projet de loi de Finances pour 2023 que s’apprête à adopter l’Assemblée prévoit un déficit de l’Etat de 165 milliards contre 158 milliards annoncé en septembre. Un mauvais signal politique, qui s’explique par les mesures prises pour amortir le choc énergétique et par la distribution à certaines catégories sociales. .

En septembre, lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) pour 2023 , le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait assuré que la France était désormais « à l’euro près » . Deux mois et demi plus tard, la formule qui voulait frapper les esprits a pris un petit coup de vieux : le budget que s’apprête à adopter l’Assemblée nationale ce jeudi prévoit un déficit de l’Etat supérieur de près de 7 milliards d’euros à ce qui était prévu en septembre, conséquence des moyens toujours plus importants mobilisés pour amortir le choc de la crise énergétique est arrosée ici ou là telle ou telle catégorie sociale.

Le déficit budgétaire s’est creusé, atteignant 164,9 milliards d’euros, quand il était annoncé à 158,4 milliards en septembre dernier.
La dérive est aussi alimentée par les excès des collectivités locales deux fois trop nombreuses dont les comptes sont aussi plombés par les charges sociales de l’armée des fonctionnaires locaux qui ne cessent de grossir. Les dépenses salariales représentent Environ 30 % des dépenses totales en moyenne.

Les rapports annuels de la Cour des comptes sur les finances publiques locales montrent cependant que ces décisions de l’Etat expliquent moins de la moitié de l’augmentation de la masse salariale des administrations publiques locales. L’essentiel provient des décisions prises par les instances dirigeantes des collectivités locales en toute autonomie en matière d’évolution des effectifs et des rémunérations.

Finances-Cryptomonnaies : La déroute

Finances-Cryptomonnaies : La déroute

Encore une fois le marché des cryptomonnaies ce révèle comme immense escroquerie avec des bénéfices énormes et invraisemblables pour certains et des catastrophes financières pour la grosse majorité des petits investisseurs.

En cause le faite que cette monnaie virtuelle ne repose réellement sur aucun actif mais uniquement sur la spéculation qui fait monter les coûts jusqu’au ciel avant que les investisseurs avisés ne se séparent tellement de cette de monnaie. Le plus grave c’est que ce sont souvent des jeunes qui tombent dans le piège influencé aussi par des pseudos experts voir des influenceurs professionnels.

Selon une étude publiée lundi par la Banque des règlements internationaux (BRI), entre 73% et 81% des acheteurs de Bitcoin ont perdu de l’argent sur les investissements en cryptomonnaies. Analysant des données provenant de 95 pays entre 2015 et 2022, les économistes de cette institution considérée comme la banque centrale des banques centrales ont mené une étude détaillée qui vise à comprendre les profils des acheteurs de cryptomonnaies. Objectif : analyser les implications des cryptomonnaies pour le système financier mais aussi comprendre comment mettre en place des règles de protection des consommateurs alors que les « trois-quarts » des acheteurs ont perdu de l’argent sur leurs investissements en Bitcoin, selon leurs calculs.

L’étude qui s’appuie sur des données concernant notamment les téléchargements d’applications d’achats de Bitcoin ou sur la fréquence journalières des transactions montre que près de 40% des utilisateurs sont des hommes de moins de 35 ans, plus prompts à prendre des risques, contre 25% d’hommes de 35 ans à 54 ans et 35% de femmes, la majorité d’entre elles ayant moins de 35 ans.
Sur la période étudiée, le cours du Bitcoin est passé de 250 dollars en août 2015 à 69.000 dollars à son pic en novembre 2021. Le nombre moyen d’utilisateurs quotidien d’applications est alors passé d’environ de 119.000 à plus de 32,5 millions, montant en flèche en particulier entre fin 2017 et début 2021, explique l’étude qui observe une corrélation entre la hausse des prix du Bitcoin et l’arrivée de nouveaux utilisateurs.

Il y a à peine 10 jours, FTX était encore considérée comme la deuxième plateforme de cryptomonnaies au monde, évaluée à 32 milliards de dollars en début d’année.
« Tout le monde est vraiment choqué par l’effondrement de FTX », a déclaré Kris Marszalek, PDG de Crypto.com, en tentant de rassurer. Cette faillite a « largement terni la réputation du secteur et détérioré la confiance des investisseurs, donc nous devons nous atteler, dans ces moments difficiles, à rétablir cette confiance », a-t-il ajouté.
Pour Hannah Yee-Fen Lim, experte juridique en cryptomonnaies à l’Université technologique de Nanyang à Singapour, le mal est déjà fait. « Les gens sont désormais plus avisés et se rendent vite compte des dangers d’investissements aussi volatils », a-t-elle indiqué à l’AFP ajoutant que « quelles que soient les explications, elles ne réussiront pas à convaincre ceux qui ont déjà perdu confiance dans les cryptomonnaies ».

Finances- Paris passe devant Londres comme première Bourse européenne

Finances- Paris passe devant Londres comme première Bourse européenne

Le rêve pour les brexiteurs de faire de Londres « Singapour sur Tamise » s’écroule; pire, la bourse de Paris dépasse maintenant en volume de capitalisation la bourse de Londres. Une réalité financière mais surtout aussi un symbole politique .

Les partisans du Brexit avaient pourtant entretenu l’illusion qu’au contraire Londres pourrait devenir encore davantage la bourse de référence de l’Europe en se séparant des contraintes de l’Union européenne. Le problème heureusement, c’est que tout n’est pas que spéculation et qu’il y a des réalités économiques qu’il faut prendre aussi en compte. Or dans la crise actuelle l’Europe parvient à s’en sortir nettement mieux que la Grande-Bretagne qui se retrouve isolée et dont les fondamentaux sont plus mauvais que ceux de l’Europe continentale aussi bien en termes d’inflation, de croissance ou de progression des inégalités.

La Bourse de Paris affiche très précisément une capitalisation de 2.823 milliards de dollars, contre 2.821 milliards pour celle de Londres.

Certaines entreprises ont tout simplement fait leurs adieux à la Bourse de Londres ces dernières années, à l’instar de Ryanair . La compagnie aérienne a préféré protéger sa licence européenne plutôt que ses actionnaires britanniques. Elle a renoncé à sa cotation londonienne au profit de Dublin, toujours dans l’Union européenne. Le groupe minier BHP, l’un des géants du secteur, a, de son côté, mis fin à sa cotation à Londres pour aller se coter en Australie.

La morosité économique du Royaume-Uni a également pesé sur sa devise, un facteur essentiel lorsqu’il s’agit de comparer la Bourse de Londres, où les sociétés sont cotées en livres sterling, et celle de Paris, où règne l’euro. Là aussi, le match est sans appel : la valeur de la devise britannique a plongé de 16 % face à l’euro depuis début 2016, l’année du vote du Brexit, dont une baisse de 4,6 % cette année.

Politique et finances : EDF rachète les turbines de GE vendues à l’Américain par Alstom

Politique et finances : EDF rachète les turbines de GE vendues à l’Américain par Alstom

Retour En France des turbines d’Alstom soldés à l’Américain général électrique et rachetés par EDF. Une opération sulfureuse managée par Macron depuis 2014 .
Dans un premier temps, grâce à la bénédiction de Macron, les turbines d’Alstom de Belfort ont été rachetées par GE dans des conditions très troubles . Un rachat qui pourrait être lié à des intérêts politico-financiers facilités par des optimisations fiscales.Le géant industriel américain General Electric (GE) a eu recours à de l’optimisation fiscale en France entre 2015 et 2020, lui permettant de transférer jusqu’à 800 millions de profit à l’étranger, selon des informations publiées par le site d’investigation Disclose d’après le Figaro.

Depuis le rachat de l’usine de turbines de Belfort à Alstom en 2015, la multinationale américaine aurait fait échapper 800 millions d’euros de bénéfices vers la Suisse et l’État américain du Delaware, soit un manque à gagner entre 150 et 300 millions pour le fisc français, selon les bilans de l’usine et des audits consultés par Disclose.

Selon ce montage financier, l’usine de Belfort était une «unité de fabrication sous contrat» ou «prestataire» de filiales suisses de GE, qui se chargent des ventes et engrangent la plupart des bénéfices. L’usine de turbines pour centrales électriques versait également des redevances à sa maison mère américaine pour l’utilisation de sa marque et de ses technologies. Bercy aurait validé au préalable le schéma fiscal, selon un protocole de «relation de confiance» avec l’administration fiscale, indique Disclose.

Dans leur assignation déposée en décembre 2021, le syndicat Sud Industrie et le Comité social et économique (CSE) de GE reprochaient à l’entreprise d’avoir minoré le résultat fiscal de l’entité turbines à gaz de Belfort (GE EPF) par le biais de transfert de richesses vers des filiales à l’étranger, où la fiscalité est plus avantageuse. Ils réclament un rattrapage de participation sur la période 2015-2020.

Le CSE estimait à environ un milliard d’euros le montant des profits localisés dans les paradis fiscaux au détriment de GE EPF ces dernières années. EDF a annoncé depuis le rachat d’une partie des activités du site pour 1,2 milliard de dollars.

Le paradoxe c’est que EDF a été contraint par le gouvernement de racheter une partie de l’activité des turbines de GE !

Alstom, c’est le péché originel dans l’aventure macronienne », estimait il y a quelques mois Jérôme Sainte-Marie, président de la société d’études PollingVox. Une opération vécue comme un abandon de souveraineté et qui « a donné l’impression que l’intérêt national était mal défendu »; Un euphémisme !

Réajustement des salaires sur l’inflation : le ministre des finances contre

Réajustement des salaires sur l’inflation : le ministre des finances contre

Le moins que l’on puisse dire c’est que le ministre des finances tient des propos relativement contradictoires en matière de salaire. D’un côté constatant la flambée de l’inflation, il invite les entreprises à engager des discussions pour revaloriser les salaires. Mais d’un autre côté le même ministre s’oppose à une indexation des salaires sur l’inflation.

Un double langage qui s’explique sans doute d’abord par le flou de la politique du gouvernement concernant le pouvoir d’achat. Non sans raison le ministre des finances renvoie la responsabilité aux entreprises qui en dernier ressort doivent discuter entre partenaires sociaux. De la même manière, le ministre s’était opposé à la taxation des superprofits et pour désamorcer la question brûlante il appelait donc à des négociations salariales.

D’un autre côté encore, le patron de Bercy doit donner des gages à Bruxelles et montrer son souci de ne pas laisser filer les dépenses comme les salaires pour assurer sur des orientations françaises souvent considérées par certains notamment les Allemands comme très laxiste.

Pour le ministre des finances, l’indexation générale des salaires sur l’inflation alimenterait la spirale inflationniste et générerait une perte de compétitivité et d’attractivité de l’économie française.

« C’est cette spirale inflationniste sans fin dans laquelle nous refusons en responsabilité de rentrer car nous serions perdants sur tous les tableaux », a-t-il ajouté, énumérant une « inflation hors de contrôle » et une perte de compétitivité et d’attractivité.

Le gouvernement demande régulièrement aux entreprises qui le peuvent d’augmenter les salaires et met en avant la revalorisation du Smic pour les plus modestes. Il défend par ailleurs les dispositifs d’intéressement salarié et de primes défiscalisées.

« Je souhaite qu’avec les partenaires sociaux, nous avancions plus rapidement sur notre proposition de dividende salarié, qui doit donner rapidement des résultats concrets. Une entreprise qui distribue des résultats à ses actionnaires doit aussi distribuer à ses employés », a ajouté Bruno Le Maire Qui reprend ainsi les propos du chef de l’État. Le problème c’est que n’a pas encore été réellement mis sur la table la question de la répartition de la richesse entre actionnaires d’entreprises, investissements et salariés. Et le discours de rigueur salariale du gouvernement perd en crédibilité avec l’annonce régulière de superprofits réalisés par les très grandes entreprises justement grâce à l’inflation et la spéculation.

Inflation: Des objectifs hypothétiques du ministre des finances

Inflation: Des objectifs hypothétiques du ministre des finances

Bruno Le Maire, Le ministre des finances, fixe un objectif d’inflation de 4 % en France en 2023 et de 2 % en 2024. Des objectifs tout à fait hypothétiques en regard de l’environnement économique mondial. Il y a d’abord la crise énergétique qui va perdurer et même s’installer de façon structurelle en particulier en Europe qui avait l’habitude d’importer gaz et pétrole.

Par ailleurs,’inflation est aussi nourrie par la restructuration de l’appareil de production et la logistique. Un phénomène également structurel est sans doute souhaitable pour ne pas dépendre totalement de l’étranger mais qui renchérit les produits.

De fortes interrogations pèsent aussi désormais sur la structure économique en Chine où la croissance est en train de s’écrouler du fait du net ralentissement intérieur mais aussi de la demande extérieure ; celle-ci dépendant de la restructuration évoquée.

Il faudrait aussi prendre en compte les conséquences géo politiques difficilement prévisibles comme par exemple cette guerre de la Russie avec l’Ukraine qui a entraîné une grave crise sur toutes les énergies y comprit l’électricité.

Pour se dédouaner par avance de ces risques le ministre de l’économie a prit la précaution de relativiser ses objectifs.

. « Sur l’inflation, je vous donne des objectifs et ce ne sont que des objectifs, pas des prévisions, nos objectifs seraient de ramener l’inflation à 5 % au début de l’année 2023 puis 4 à la fin de l’année 2023, puis 2 dans le courant de l’année 2024 », a déclaré Bruno Le Maire, jeudi 20 septembre, à l’occasion d’un débat organisé par le cabinet ARC portant sur la protection des entreprises. Des propos rapportés par France 24.

« Je ne sais pas si nous les atteindrons, il suffit que la crise dégénère en Ukraine pour que tous ces chiffres volent en éclats, il suffit qu’il y ait une crise majeure en Chine pour que tous ces chiffres volent en éclats, j’en ai conscience, donc je les donne avec beaucoup de prudence », a-t-il néanmoins prévenu.

Cette prudence est d’autant plus nécessaire qu’on ne connaît pas encore les effets de la terrible angoisse concernant l’évolution du pouvoir d’achat par rapport à l’envol exceptionnel de l’inflation. La problématique socio-économique pourrait aussi s’articuler avec une problématique politique d’autant que le pouvoir ne tient pas la majorité au Parlement.

Des objectifs hypothétiques du ministre des finances

Des objectifs hypothétiques du ministre des finances

Bruno Le Maire, Le ministre des finances, fixe un objectif d’inflation de 4 % en France en 2023 et de 2 % en 2024. Des objectifs tout à fait hypothétiques en regard de l’environnement économique mondial. Il y a d’abord la crise énergétique qui va perdurer et même s’installer de façon structurelle en particulier en Europe qui avait l’habitude d’importer gaz et pétrole.

Par ailleurs,’inflation est aussi nourrie par la restructuration de l’appareil de production et la logistique. Un phénomène également structurel est sans doute souhaitable pour ne pas dépendre totalement de l’étranger mais qui renchérit les produits.

De fortes interrogations pèsent aussi désormais sur la structure économique en Chine où la croissance est en train de s’écrouler du fait du net ralentissement intérieur mais aussi de la demande extérieure ; celle-ci dépendant de la restructuration évoquée.

Il faudrait aussi prendre en compte les conséquences géo politiques difficilement prévisibles comme par exemple cette guerre de la Russie avec l’Ukraine qui a entraîné une grave crise sur toutes les énergies y comprit l’électricité.

Pour se dédouaner par avance de ces risques le ministre de l’économie a prit la précaution de relativiser ses objectifs.

. « Sur l’inflation, je vous donne des objectifs et ce ne sont que des objectifs, pas des prévisions, nos objectifs seraient de ramener l’inflation à 5 % au début de l’année 2023 puis 4 à la fin de l’année 2023, puis 2 dans le courant de l’année 2024 », a déclaré Bruno Le Maire, jeudi 20 septembre, à l’occasion d’un débat organisé par le cabinet ARC portant sur la protection des entreprises. Des propos rapportés par France 24.

« Je ne sais pas si nous les atteindrons, il suffit que la crise dégénère en Ukraine pour que tous ces chiffres volent en éclats, il suffit qu’il y ait une crise majeure en Chine pour que tous ces chiffres volent en éclats, j’en ai conscience, donc je les donne avec beaucoup de prudence », a-t-il néanmoins prévenu.

Cette prudence est d’autant plus nécessaire qu’on ne connaît pas encore les effets de la terrible angoisse concernant l’évolution du pouvoir d’achat par rapport à l’envol exceptionnel de l’inflation. La problématique socio-économique pourrait aussi s’articuler avec une problématique politique d’autant que le pouvoir ne tient pas la majorité au Parlement.

Finances: nouvelle guerre des monnaies !

Finances: nouvelle guerre des monnaies !

Les variations sont impressionnantes. La devise japonaise a ainsi perdu près de 25% de sa valeur face au dollar américain depuis le début de l’année. L’euro affiche un repli de 15% face au billet vert sur la même période. C’est une baisse massive. Mais d’autres font pire : la couronne norvégienne est en chute de 21% et la livre sterling de 27%. Cette dernière approche dangereusement de la parité avec le dollar, dans ce qui ressemble fort à un mouvement de panique des investisseurs. Après le Brexit, la crise énergétique et la menace de récession, le dernier budget dispendieux présenté par le Gouvernement anglais en cette fin septembre, semble avoir eu raison de la confiance des investisseurs. Par Pierre-Antoine Dusoulier, CEO d’iBanFirst dans la Tribune.(extrait)

Pour le moment, seul le dollar semble tirer son épingle du jeu. Du fait du risque de récession et du durcissement des conditions financières qui résulte de la hausse des taux directeurs par les banques centrales pour lutter contre l’inflation, les flux de capitaux vont se recycler aux Etats-Unis, ce qui renforce automatiquement le dollar américain. En période de crise, le dollar joue pleinement son rôle de valeur refuge. Et les autres centres de gravité monétaires peinent à contrecarrer la puissance de feu d’oncle Sam.

Pour lutter contre la baisse de leurs monnaies, les banques centrales peuvent opter pour une intervention directe sur le marché des changes. C’est ce qu’ont fait les banques centrales du Japon et d’Inde ces derniers jours. La Banque d’Angleterre pourrait leur emboîter le pas alors que la livre sterling évolue à un point bas de 37 ans face au dollar américain.
Mais le succès est loin d’être garanti. Le prérequis, c’est qu’il faut avoir suffisamment de réserves de change. Dans le cas du Royaume-Uni, elles sont insuffisantes. Depuis 2010, les gouvernements britanniques successifs ont renforcé le niveau des réserves pour atteindre 200 milliards de dollars si on cumule les réserves conjointes de la Banque d’Angleterre et du Trésor britannique. C’est peu comparé à la force de frappe du Japon estimée à 1.700 milliards de dollars. Les interventions sur les taux de change sont des guerres d’usure qui nécessitent d’avoir suffisamment de munitions sur la durée pour pouvoir gagner. Même lorsque les réserves sont en théorie suffisantes, cela n’assure en rien de l’issue de la bataille.

Souvenons-nous : en 1998, le Japon et les Etats-Unis étaient intervenus de manière coordonnée pour soutenir le yen japonais. Ce fut un échec cuisant. Il fallut attendre la faillite du fonds spéculatif à fort effet de levier LTCM au deuxième semestre 1998 pour que le statut de valeur refuge du yen fasse effet et que ce dernier se renforce face au dollar. Une histoire qui nous enseigne à quel point une coordination entre les principales banques centrales est essentielle pour garantir l’efficacité des interventions sur le marché des changes.

Pour stopper la dépréciation de leurs monnaies, les banques centrales possèdent une autre arme bien connue dans leur arsenal : les taux directeurs. Alors que la FED et la BCE mènent une action résolue pour lutter contre l’inflation, un acteur, central dans l’écosystème des changes, est désormais dos au mur : le Japon.

Pendant l’été, la banque centrale nippone est intervenue massivement sur le marché obligataire japonais pour défendre sa politique de contrôle de la courbe des taux. Cela consiste à s’assurer que les taux d’emprunt à long terme soient proches de zéro, ce qui permet de maintenir des conditions de financement accommodantes. C’est évidemment une gageure dans un contexte où les taux d’intérêt au niveau mondial ne cessent d’augmenter. Désormais, tout le monde s’accorde sur ce point : c’est seulement en augmentant drastiquement les taux directeurs que le Japon, (et les banques centrales en général) peut avoir une petite chance de lutter contre l’effondrement monétaire en cours. En langage clair, cela implique de renouer avec des taux réels positifs alors qu’ils sont encore très négatifs. Le tout sans être accusé de favoriser la récession.

Car l’augmentation des taux directeurs aboutit en général à une hausse de la monnaie, ce qui a pour effet bénéfique de réduire l’inflation importée. Le revers de la médaille, c’est que cette stratégie entraîne aussi un durcissement des conditions financières pour les ménages et les entreprises, aggravant la contraction de l’économie. Au regard des derniers indicateurs d’activité PMI, la zone euro et le Royaume-Uni sont certainement déjà entrés en récession au troisième trimestre… générant un réflexe de protection particulièrement risqué.

Face à ce dilemme cornélien entre inflation et récession, une dernière tentation se fait effectivement jour : le repli sur soi comme dans le monde d’après 1929. Après une décennie de forte inflation et d’instabilité monétaire, les gouvernements occidentaux s’étaient imposés mutuellement de lourds tarifs douaniers qui ont entravé le commerce. La suite est bien connue : la richesse créée s’est effondrée et le chômage est monté en flèche dans la foulée, alimentant les velléités guerrières des nations. Un cercle vicieux qu’il nous faut à tout prix éviter.
Aujourd’hui, la nouvelle guerre des monnaies est bel et bien de retour avec elle son cortège de défis pour les Etats, les entreprises et les particuliers. Une guerre des monnaies, rugueuse et aux conséquences souvent douloureuses, mais qui vaudra toujours mieux que la dérive du protectionnisme et ses inévitables conséquences belliqueuses.

Finances-Face à la crise, la légèreté des marchés ?

Finances-Face à la crise, la  légèreté des marchés ?

Finalement, l’été de tous les dangers n’accable pas les marchés. La pesanteur du monde contraste avec la légèreté de la finance. Une ambiguïté déjà relevée par Milan Kundera dans « l’insoutenable légèreté de l’être », déjà sur fond d’invasion russe à l’époque. Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.(dans la Tribune)

 

Le monde va mal, mais la finance va mieux. Alors que le réel est harcelé par les mauvaises nouvelles, les marchés semblent être passés à autre chose. Qui aurait parié sur un rebond de 10% des actions durant l’été ? Probablement le même qui aurait parié sur une détente des taux d’intérêt de près de 0,5%. En effet, tout ce qui fait baisser les taux fait monter le reste. Aujourd’hui les taux agissent comme une bride sur les actions, et le recul des taux a desserré la bride.

Pourtant tout va mal : inflation désinhibée, pouvoir d’achat en détresse, politiques monétaires en stress, géopolitique à fleur de peau… Autant de bonnes raisons de voir les marchés baisser. Sauf qu’ils montent. Certes, il y a bien longtemps que l’incohérence de la finance n’est plus une condition suffisante pour troubler le profane. Tout va mal et les marchés montent, tout va bien donc.

Quand même. Le contraste entre l’accablement de l’Homme de la rue et la béatitude de l’Homme de la finance est dérangeant. A l’ambiance pesante du monde est opposé une étonnante légèreté des marchés. Pesanteur, légèreté, ces deux contraires sont – ils vraiment opposables ? Pas sûr, il se pourrait même qu’ils soient aussi préjudiciables l’un que l’autre. Une ambiguïté qu’aucun autre écrivain mieux que Milan Kundera n’aura su illustrer avec le personnage de Sabina dans « L’insoutenable légèreté de l’être ». Ironie de l’histoire, l’intrigue se déroule juste après le printemps de Prague (1968)… déjà les russes.

« Le drame d’une vie peut toujours s’expliquer par la métaphore de la pesanteur… Mais au juste, qu’était-il arrivé à Sabina ? Rien. Elle avait quitté un homme parce qu’elle voulait le quitter. L’avait-il poursuivi après cela ? Avait-il cherché à se venger ? Non. Son drame n’était pas le drame de la pesanteur mais de la légèreté. Ce qui s’était abattu sur elle, ce n’était pas un fardeau, mais l’insoutenable légèreté de l’être. »

Bref, si la pesanteur des choses est bien affublée d’un poids qui l’accable, la légèreté n’est pas en reste. Cette dernière serait suspecte de manquer l’essentiel, incapable d’être alourdie par la charge des évènements, comme sous l’emprise d’un analgésique. En finance aussi, on n’aurait affaire à ce genre de légèreté, sauf qu’on l’appellerait plutôt l’ignorance, voire la  bêtise. A moins que l’été aidant, nous devions invoquer l’insouciance d’une finance en vacances ?

Ecoutons l’investisseur rêvasser sur son transat : « la rentrée est si loin encore… Pourquoi s’affoler maintenant ? Si le monde va si mal aujourd’hui, il ira aussi mal en septembre. Si j’ai tort, je finirai bien par le savoir. En attendant, j’ai raison… » Est-ce le seul effet du Mojito ? Pas sûr. Milan Kundera toujours lui, nous propose une autre explication pouvant justifier la légèreté de l’investisseur…

On est jamais trop profond en finance. « Penser qu’un jour tout se répétera comme nous l’avons déjà vécu… », c’est cela le mythe de l’éternel retour, et c’est cela qui serait pesant. « Dans le monde de l’éternel retour, chaque geste porte le poids d’une insoutenable responsabilité. ». En finance, cela donne un investisseur qui ne fait plus rien, qui n’ose plus, abruti par les crises qu’il a provoqué et celles qu’il provoquera demain. Une genre d’âne de Buridan qui hésite éternellement.

Heureusement, nous ne vivons qu’une fois. « Si l’éternel retour est le plus lourd fardeau, nos vies, sur cette toile de fond, peuvent apparaître dans toute leur splendide légèreté….  Sans lui, les choses nous apparaissent sans la circonstance atténuante de leur fugacité… Peut-on condamner ce qui est éphémère ? ». Ainsi, l’investisseur trouverait dans l’éphémère le meilleur argument pour justifier sa légèreté… Pas aussi débile que ca en a l’air. En effet, il faut rappeler que la stratégie de l’éphémère a acquis quelques lettres de noblesse depuis que les politiques du « quoi qu’il en coûte » ou du « whatever it takes » existent. Depuis, on peut sauter sans parachute, les autorités vous rattrapent avant que vous ne vous écrasiez. Pour l’investisseur, il s’agit d’un argument particulièrement convaincant, suffisant pour l’inciter à faire preuve d’une légèreté certaine dans un monde hostile.

 « L’ignorance et la bêtise sont deux facteurs considérables de l’histoire », Raymond Aron

Finances publiques : Macron ment (OFCE)

Finances publiques : Macron ment (OFCE)

L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) conteste les prévisions du gouvernement Macron de ramener la dette à 3 % si la fin du mandat du président de la république. En cause des prévisions de croissances qui ne seront pas atteintes  ( Seulement 1 % en 2023) et toujours la dérive des dépenses publiques complètement sous-estimées. La dette autour de 112 % en 2021 serait à peu près du même ordre en 2027. De la même manière, l’objectif d’un taux de chômage à 5 % est  illusoire et devrait atteindre 7.5% en 2027

L’OFCE table sur une réduction du déficit public à -3,7% du PIB d’ici à 2027. Après avoir plongé en 2020 et 2021 (-6,4% du PIB) en pleine crise du Covid, le solde public devrait progressivement se réduire dans les cinq prochaines années. La baisse la plus importante est attendue entre 2022 et 2023 (-0,9%) sous l’effet principalement de l’extinction progressif des mesures d’urgence sanitaires et des dispositifs destinés à amortir la crise énergétique. Le solde primaire, c’est-à-dire le déficit hors mesures temporaires et effet d’activité, serait en 2022 inférieur à 3% en 2022 (2,5%).

Les économistes estiment que les mesures d’urgence, de relance, d’énergie et de pouvoir d’achat représentent environ 2,6 points de PIB en 2022. Le débranchement de certaines mesures devrait permettre au déficit de se réduire si les conséquences de la guerre en Ukraine et celles de la crise sanitaire ne se prolongent pas.

Au final, la dette rapportée au PIB serait relativement stable passant de 112% en 2022 à 113% en 2024 et 2025 avant de baisser légèrement vers 112% en 2027. Cette trajectoire ne tient pas compte de la recapitalisation d’EDF à 8 milliards d’euros qui pourrait avoir une incidence sur les chiffres de la dette.

La succession des crises ces dernières années a propulsé l’inflation à un niveau record en France. L’indice général des prix pourrait s’établir à 5,3% en 2022 avant de redescendre à 4,1% en 2023 et 2,1% en 2024. « Notre scénario principal est que les prix de l’énergie vont rester durablement élevés. Le choc macroéconomique va aller au-delà de 2022. Les mesures de protection face à l’énergie vont permettre d’amortir une partie de ce choc », indique Mathieu Plane. Le scénario noir d’une coupure de gaz russe d’ici la fin de l’année pourrait à nouveau faire flamber les prix de l’énergie sur le Vieux continent.

Si la dépendance du gaz russe en France est bien moins forte qu’en Allemagne, cette décision aurait néanmoins un impact sévère sur la croissance et l’inflation.

La croissance du produit intérieur brut devrait marquer le pas entre 2022 et 2023 passant de 2,4% à 1%. Après avoir atteint un sommet en 2021 à 6,8% dans le sillage de la reprise post-covid, l’économie française traverse une zone de fortes secousses. Entre la crise énergétique et les tensions sur les approvisionnements, la trajectoire du PIB est encore très loin de retrouver son niveau d’avant crise. Les différentes crises ont ainsi provoqué des pertes de revenus immenses difficilement rattrapables malgré l’effet rebond de l’année 2021.

Sur le front de l’emploi, la situation pourrait rapidement se dégrader. Après avoir baissé à 7,3% de la population active, le chômage au sens du bureau international du travail (BIT) pourrait grimper à 8% en 2023 avant de s’infléchir à 7,5% en 2027. Là encore, la promesse d’Emmanuel Macron de revenir au plein emploi d’ici la fin du quinquennat s’éloigne encore. Le coup de frein de l’économie peut en partie expliquer ces moins bons résultats en matière d’emplois et de chômage.

 

 

Finances-Hausse des taux: le retour aux fondamentaux économiques

Finances-Hausse des taux: le retour aux  fondamentaux économiques

 

Les turbulences boursières récentes reflètent un contexte économique fragile marqué par la forte inflation. Une situation qui tranche avec l’évolution des cours pendant la pandémie de Covid. Par Vincent Fromentin, Université de Lorraine

 

Tribune

 

La bourse danse tel un voilier sur la houle qui navigue à vue ! Les marchés financiers mondiaux sont en baisse depuis ces dernières semaines, malgré de légers soubresauts d’optimisme. Le CAC 40 a perdu environ 19 % depuis le début de l’année 2022. L’Euro Stoxx 50 (indice de référence des marchés de la zone euro) chute de 20 % en 6 mois. Aux États-Unis, l’indice S&P 500 plonge de 23 %.

Les investisseurs aiment anticiper mais ils n’aiment pas l’incertitude… Les variations de la bourse sont donc régies par les anticipations des agents économiques et des investisseurs. Autrement dit, la valeur d’une action reflète principalement les anticipations de résultats d’une entreprise, la vigueur de l’économie mondiale et le momentum de marché (le taux d’accélération du prix d’un titre).

Ces dernières semaines, la deuxième dimension a pris le dessus au regard du contexte politique, économique et financier : guerre en Ukraine, ralentissement économique en Chine, problèmes sur les chaînes d’approvisionnement, forte inflationremontées des taux d’intérêt, fragmentation des dettes souveraines, envolée du « spread » italien… La plupart des voyants « macro » sont dans le rouge ; la bourse aussi.

La macro-finance étudie la relation entre les prix des actifs et les fluctuations économiques ; entre « la bourse et la vie ». Les prix des actifs correspondent à une prime de risque (supplément de rendement par rapport à un actif sans risque) importante, variable dans le temps et corrélée au cycle économique. Les prix des actions et les rendements des actifs sont donc souvent corrélés aux cycles économiques et aux variations des fondamentaux macroéconomiques.

Les rendements boursiers aident également à prévoir les événements macroéconomiques tels que la croissance du PIB, le chômage et l’inflation. On comprend alors que la connexion ou la déconnexion et la causalité entre les variables macroéconomiques et le marché boursier reste une question centrale pour les universitaires, les décideurs politiques, les investisseurs ou les gestionnaires de fonds.

On cherche à solutionner le paradoxe de l’œuf et de la poule. En effet, on peut se demander si les marchés boursiers sont en avance ou en retard sur les fondamentaux macroéconomiques. D’un côté, les variables macroéconomiques influencent et aident à prédire les prix des actions. Les changements économiques affectent les taux d’actualisation et, parallèlement, les variables macroéconomiques font partie des facteurs de risque sur les marchés boursiers. D’un autre côté, les marchés boursiers peuvent également être des indicateurs retardés, réagissant aux données macroéconomiques. Par exemple, les prix des actions peuvent être liés à la production future attendue.

Toutefois, la littérature n’aboutit pas à un consensus sur l’existence, la force et la durée des causalités entre la bourse et les fondamentaux macroéconomiques, en raison du caractère non linéaire et variant des relations. Les cycles d’expansion et de récession semblent conditionner les transmissions et les retombées d’informations entre les fondamentaux macroéconomiques et le marché boursier.

Dans un article de recherche récemment publié, j’analyse l’existence et l’intensité d’une causalité bidirectionnelle variant dans le temps entre la bourse et cinq variables macroéconomiques aux États-Unis entre 1960 et 2021. En intégrant différents marchés (le marché monétaire avec un taux d’intérêt et une masse monétaire, le marché des biens avec l’inflation et la production industrielle et le marché du travail avec le chômage) dans un modèle économétrique, il est possible de déterminer les dates d’origine et de fin de tout épisode de causalité avec une méthodologie récente.

Les résultats empiriques ont révélé que ces relations varient dans le temps, en particulier lors de crises économiques ou financières. Pendant la crise sanitaire, ce constat était moins valable, ce qui pourrait témoigner d’une déconnexion entre les fondamentaux et l’activité boursière. La crise du Covid pourrait avoir modifié les relations économiques. On pourrait être en présence d’exubérances irrationnelles ou de bulles spéculatives. Durant la pandémie, les marchés vivaient leurs vies et se souciaient peu des fondamentaux macroéconomiques.

Dans une autre étude récente, qui se focalise sur les liens entre l’activité boursière et le chômage, les tests de causalité révèlent que les réalisations décalées du marché boursier ont un pouvoir prédictif sur le chômage, et vice versa. En effet, les cours des actions sont notamment impactés par les nouvelles sur les taux de chômage, qui peuvent contenir des informations sur la croissance et/ou la prime de risque des actions.

Toutefois, cette capacité prédictive, que l’on retrouve en particulier durant les périodes de crise, ne se produit que de manière sporadique dans le temps. Par exemple, pendant la bulle Internet, au début des années 2000, la capacité prédictive du chômage vers le marché boursier a semblé plus forte et plus persistante que pendant la grande récession qui a suivi la crise financière de 2008. Depuis, au fil du temps, l’intensité des causalités s’est diluée. On peut donc penser que la déconnexion s’est progressivement confirmée.

En revanche, l’activité boursière des dernières semaines semble étroitement corrélée avec certains fondamentaux macroéconomiques, tels que l’inflation ou les risques de ralentissement de l’activité.

En effet, récemment, la banque centrale américaine a largement augmenté ses taux à court terme de 0,75 point (ce qui est inédit depuis 1994) pour tenter de limiter les tensions inflationnistes, ce qui a provoqué des turbulences sur les marchés.

Toutefois, cette reconnexion récente risque de ne pas durer au regard des conclusions des études mentionnées précédemment. Elle semble principalement provenir d’une conjonction d’événements qui affole les investisseurs et les marchés boursiers, averses à la navigation à vue. La connexion est pourtant indispensable puisque la sphère financière devrait être étroitement reliée à l’économie réelle…

______

Par Vincent Fromentin, Maître de conférences HDR, Université de Lorraine

Assemblée : Un anarcho communiste incompétent à la tête de la commission des finances ?

 

 

L’opposition de gauche a choisi  le plus  incompétent à savoir Éric Coquerel comme futur président de la prestigieuse commission des finances de l’assemblée.

L’intéressé à la formation à la fois douteuse et approximative s’est surtout fait remarquer par son comportement anarchiste ( son premier engagement ) autant que  par ses convictions néocommunistes. Il ne connaît strictement rien à la problématique des finances mais  sait hurler  encore plus fort que le plus corporatiste  des syndicalistes. Bref une grande gueule qui ne grandira pas la crédibilité de l’opposition.

On pourrait cependant assister à une surprise du vote secret tellement la candidature d’Éric Coquerelle paraît incongrue et d’une certaine manière provocatrice.

La présidence de cette commission, qui examine notamment tous les projets de budget avant qu’ils arrivent dans l’hémicycle, est traditionnellement dévolue à l’opposition. La gauche unie représentant la force la plus importante de cette nouvelle législature, Eric Coquerel, qui en a été membre les cinq dernières années, part donc favori. Il sera opposé à la candidate des Républicains Véronique Louwagie et à celui du Rassemblement national Jean-Philippe Tanguy.

Alors que les 70 membres de la commission doivent prendre part au vote à bulletin secret jeudi matin, le parti de Marine Le Pen ne compte pas se laisser faire et a dénoncé une « piraterie » de la Nupes. Avec 89 députés, le RN estime avoir le premier groupe d’opposition. Effectivement, ceux-ci sont plus nombreux que les 75 élus de La France insoumise, mais moins que les 131 députés de l’alliance de gauche (LFI-PCF-PS-EELV) dans son ensemble.

Estimant qu’une candidature unique de la Nupes est « en rupture avec la pratique républicaine », Jean-Philippe Tanguy a indiqué qu’il espérait convaincre des députés LR de voter pour lui, leur candidate n’ayant quasiment aucune chance de l’emporter.

Pendant plusieurs jours, les socialistes ont milité pour la candidature de l’élue du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault. Députée depuis dix ans, celle-ci présentait un C.V. pour le moins convaincant : membre de la commission des Finances depuis dix ans, secrétaire de cette même commission entre 2017 et 2022 et surtout rapporteur général du budget entre 2014 et 2017. L’ancienne ingénieure est réputée au Palais-Bourbon pour sa rigueur et son sérieux, salués au-delà de son groupe politique.

Finalement on ne peut pas écarter l’hypothèse que le candidat des insoumis soit battu … grâce au vote secret !

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol