Archive pour le Tag 'finalement'

Filière automobile: un plan d’aide finalement classique

Filière automobile: un plan d’aide finalement classique

 

Ce n’est pas la première fois et sans doute la dernière fois qu’un gouvernement français procède au soutien de la filière automobile pour relancer la demande. Certes des financements seront réservés au développement de la voiture électrique mais pour l’essentiel les aides de l’État iront au renouvellement de voiture classique ( francises comme étrangères !). Sans doute d’ailleurs davantage en direction des petits véhicules moins gourmands mais pour l’essentiel s à l’étranger !

 

Macron s’est réservé le meilleur c’est-à-dire la description d’un plan d’aide assez générale à l’automobile et il laissera au ministre de l’économie notamment le soin d’expliquer les licenciements qui risquent d’affecter de l’ordre  de 10 % des effectifs comme dans le monde entier dans un premier temps. L’injonction du président est claire ce n’est pas demain qu’il faut acheter des voiture, c’est maintenant tout de suite pour relancer une demande qui s’est complètement écroulée. Elle se redressera forcément mais au total on prévoit au plan mondial une baisse des immatriculations  de l’ordre de 20 % en 2020 et la France ne fera pas exception surtout avec les interrogations sur l’évolution du volume et des modes de la mobilité.

 

“L’Etat au total apportera un peu plus de 8 milliards d’euros d’aides au secteur”, a déclaré le chef de l’Etat français à l’issue d’une visite de l’usine de l’équipementier Valeo à Etaples (Pas-de-Calais), évoquant un “plan historique face à une situation historique”.

Ce montant global comprend notamment le prêt garanti par l’Etat (PGE) de 5 milliards d’euros promis par le gouvernement à Renault, et qu’Emmanuel Macron a conditionné aux résultats d’une table ronde entre le constructeur et les syndicats et les élus concernés par l’avenir des sites du groupe au losange, a précisé l’Elysée. Il intègre également 295 millions d’euros de PGE accordés à ce jour aux entreprises du secteur.

“Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d’engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée en France et à consolider et maintenir la production industrielle sur nos sites”, a-t-il ajouté.

En raison des mesures de confinement instaurées à travers le monde pour tenter de ralentir la propagation du coronavirus, les ventes d’automobiles se sont retrouvées au point mort dans de nombreux pays où elles avaient déjà ralenti.

Certains acteurs du secteur ont commencé à rouvrir leurs usines mais la demande reste faible et la crise économique a accentué les difficultés financières des constructeurs ainsi que de leurs sous-traitants.

En France, comme ailleurs, les véhicules invendus s’accumulent suscitant des inquiétudes sur les perspectives d’un secteur qui représente dans l’Hexagone 400.000 emplois directs et indirects.

“Il faut que nos concitoyens achètent d’avantage de véhicules et en particulier de véhicules propres, pas dans deux, cinq ou dix ans. Maintenant”, a insisté Emmanuel Macron, annonçant un renforcement des mesures de soutien à l’achat de voitures.

La prime à la conversion, dispositif d’aide au remplacement d’un véhicule ancien par un véhicule moins polluant (diesel et essence dernière génération, hybride et électrique), sera désormais accessible à l’ensemble des ménages dont le revenu est inférieur à 18.000 euros par an, soit “trois quarts des Français”.

Cette prime “exceptionnelle”, qui restera cumulable avec le bonus écologique, est de 3.000 euros pour un véhicule thermique et 5.000 euros pour un véhicule électrique, et sera disponible “à partir du 1er juin pour les 200.000 achats à venir.”

Concernant le bonus écologique accordé pour l’achat d’un véhicule électrique, son montant sera porté de 6.000 à 7.000 euros pour les particuliers et de 3.000 a 5.000 euros pour les entreprises. Un bonus de 2.000 euros va lui être créé pour les véhicules hybrides rechargeables (VHR).

Au total, les bonus écologiques coûteront 535 millions d’euros à l’Etat et la prime à la conversion pèsera 800 millions d’euros en 2020, a indiqué l’Elysée.

L’objectif des 100.000 bornes électriques sur tout le territoire est pour sa part avancé de 2022 à 2021.

Au-delà de ces mesures d’aide, l’objectif est de faire de la France “la première nation productrice de véhicules propres en Europe, en portant à plus d’un million par an sous cinq ans la production de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hybrides”. “C’est tout le sens du plan de soutien et de relance”, a souligné Emmanuel Macron.

Lubrizol: finalement on ne sait rien !

Lubrizol: finalement on ne sait rien !

Alors que le patron de l’usine Le PDG de l’usine, Eric Schnur, avait  déclaré précipitamment et bien imprudemment que le feu à l’origine du sinistre venait de l’extérieur de l’usine, il ressort de l’enquête de justice menée jusqu’ici que personne n’est en capacité de localiser l’origine, ni d’ailleurs d’évaluer les conséquences en termes d’émissions polluantes. Il est possible que l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen ait provoqué l’émission de dioxines, des polluants organiques toxiques persistant dans l’environnement, avait  déclaré le directeur général de l’Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques).“Les valeurs qui ont été mesurées en matière de dioxines sous le panache (de fumée) sont soit inférieures soit supérieures” aux valeurs dites de “bruit de fond” déjà présentes dans l’environnement, a précisé Raymond Cointe lors d’une conférence de presse. Ces valeurs, mesurées sur six points d’analyse, sont comprises entre 0,04 et 0,20 nanogrammes d’équivalent dioxine par mètre carré, a-t-il indiqué.“Des résultats complémentaires sont nécessaires pour préciser et vérifier ces données sachant qu’en matière de dioxine, la source principale et potentielle de contamination est par ingestion”, avait -t-il déclaré.

En fait les  analyses sont contrastées. L’organisme Atmo Normandie a présenté des résultats d’analyse de l’air, après l’incendie de l’usine Lubrizol. Selon France Bleu Seine-Maritime, ces résultats sont rassurants concernant certains polluants, comme le dioxyde d’azote, les particules ou le monoxyde de carbone.   Les analyses révèlent en revanche un taux « relativement élevé » de dioxines dans l’air, sur le capteur installé dans la commune de Préaux: « 12,66 picogrammes par mètres cubes d’air, pour une valeur repère régionale médiane de 3,40″, soit quatre fois plus que la normale, précise la radio.

Ces résultats appellent des « examens complémentaires », affirme Jean-François Gehanno, professeur au CHU de Rouen. « Notre échantillon ne permet pas de répondre à la question du danger à long terme », abonde Véronique Delmas, la directrice d’Atmo Normandie. « Il va permettre aux spécialistes de répondre à cette question, mais il va falloir analyser bien plus d’échantillons. »

 

 

Pour le départ de  l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, survenu il y a près d’un mois, les enquêtes n’ont pas permis «de déterminer, à ce jour, la localisation précise du départ» du feu, a indiqué jeudi le procureur de la République de Paris dans un communiqué.

«De nombreux examens techniques, auditions, constatations et transports sur les lieux ont déjà été réalisés», a rappelé le procureur. Le pôle santé publique du parquet de Paris s’est saisi le 1er octobre de l’enquête menée jusqu’alors par le parquet de Rouen. Le procureur a par ailleurs indiqué que le parquet s’était saisi d’un rapport d’inspection de la direction régionale de l’environnement «faisant état de la commission de plusieurs infractions par la société Normandie Logistique», voisine de la société Lubrizol à Rouen.

Mercredi, le directeur régional de l’environnement, Patrick Berg, avait évoqué ce rapport d’inspection devant la mission d’information de l’Assemblée nationale sur cette catastrophe, sans toutefois préciser la nature des infractions pénales commises. «Ce procès-verbal vise huit contraventions de cinquième classe, dont six susceptibles d’avoir été commises antérieurement à l’incendie et deux pouvant avoir été commises postérieurement», a détaillé pour sa part le procureur de Paris. «Il vise également le délit d’exploitation non conforme par une personne morale d’installation classée ayant porté une atteinte grave à la santé, la sécurité ou dégradé substantiellement la faune, la flore, la qualité de l’air, du sol ou de l’eau».

Mercredi, Patrick Berg avait reproché à Normandie Logistique «une défaillance administrative». «Ils sont juridiquement une installation classée ICPE soumise à enregistrement sauf que à défaut de s’être manifesté après une modification des textes en 2010, ils sont restés connus chez nous comme ICPE soumise à déclaration», un niveau inférieur de classement, avait-il précisé.

 

Commission européenne :: Moscivici finalement à l’économie en dépit de l’opposition de Merkel

Commission européenne : Moscivici finalement à l’économie en dépit de l’opposition de Merkel

 

Merkel n’en voulait pas mais Hollande a insisté car la France ne possède plus qu’un commisaire sur plus d’une vingtaine. La composition de la nouvelle Commission européenne sera dévoilée mercredi 9 septembre, et Pierre Moscovici devrait bien hériter du portefeuille des Affaires économiques et monétaire. C’est en tout cas ce que montre un document préparatoire –susceptible d’être modifié- que l’agence Reuters a pu consulter et confirmant les informations de BFM Business.   Selon cette ébauche, l’allemand Günther Oettinger serait quant à lui désigné pour occuper le poste de commissaire au Commerce tandis que la Belge Marianne Thyssen prendrait en charge la Concurrence. La liste définitive doit être communiquée mercredi à midi heure française par Jean-Claude Juncker, le président de la Commission. 

Voici la liste et fonctions des commissaires indiquée dans le document:

Politique régionale: Corina Cretu, Roumanie.

Politique étrangère: Federica Mogherini, Italie.

Justice: Cecilia Malmström, Suède.

Transports: Vera Jourova, République tchèque.

Environnement: Margarethe Vestager, Danemark.

Energie et changement climatique: Jonathan Hill, Grande-Bretagne.

Douanes: Tibor Navracsics, Hongrie.

Internet et culture: Chrystos Stylianides, Chypre.

Migration, droit et affaires intérieures: Dimitris Avermaopoulos, Grèce.

Agriculture: Phil Hogan, Irlande.

Commerce: Günther Oettinger, Allemagne.

Marché intérieur: Elzbieta Biekowska, Pologne.

Recherche et innovation: Miguel Arias Canete, Espagne.

Taxes et lutte contre la fraude: Kristalina Georgieva, Bulgarie




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol