Archive pour le Tag 'fin'

La Corée du Nord dont la population est affamée propose la fin de la guerre

La Corée du Nord dont la population est affamée propose la fin de la guerre

 

La fin de la guerre proposée par la voix de Kim Yo Jong, soeur du dirigeant Kim Jong Un, constitue en fait une sorte d’appel à l’aide déguisé. Compte tenu des folies du dirigeant, l’un des pays les plus pauvres du monde est de plus en plus affamé.

Pour s’en sortir , la dictature ressort la carte de la paix retrouvée avec la très riche Corée du Sud. Pour brouiller son appel de détresse, Pyongyang a annoncé qu’il était prêt à discuter des conditions d’un sommet inter-coréen. Kim Yo Jong a indiqué que cette proposition ne serait possible qu’à condition de garantir un respect mutuel entre les deux pays. En fait, il y a longtemps que la Corée du Sud respecte une Corée du Nord qui, elle ,multiplie les actions d’hostilité théâtrale.

« Selon la sœur du dictateur, en faite la numéro deux de la dictature,

Il  est possible de mettre un termes à un conflit qui dure depuis la partition de la Corée après la guerre de 1950-1953. Pour rappel, cette guerre s’était achevée sans traité de paix. Ainsi, les deux Corées sont officiellement toujours en guerre. Et Washington stationne toujours des troupes le long de la frontière, côté Corée du Sud. Selon la soeur de Kim Jong Un, un sommet bilatéral permettrait « le rétablissement du bureau de liaison inter-coréen et du sommet inter-coréen, sans parler d’une déclaration mettant fin à la guerre ». Et surtout de permettre l’arrivée de sacs de riz dont la population nord-coréenne est dramatiquement privée ne vivant que sur l’aide de la Chine conduite avec parcimonie pour maintenir la Corée d’une nord  en laisse.

Vaccination: Seulement 20% de la population des pays pauvres d’ici la fin de l’année

Vaccination: Seulement 20% de la population des pays pauvres d’ici la fin de l’année

l’Alliance du vaccin (Gavi) et l’Organisation mondiale de la santé, est censé permettre à 92 États et territoires défavorisés de recevoir gratuitement des vaccins financés par des nations plus prospères.

Mais Gavi et l’OMS dénoncent régulièrement l’inégalité criante dans l’accès à la vaccination entre les populations des pays pauvres et des pays riches. Dans un communiqué conjoint, ils ont souligné que l’inégalité d’accès reste «inacceptable», avec seulement 20% des habitants des pays à revenu faible et moyen inférieur qui ont reçu une première dose de vaccin, contre 80% dans les pays à revenu élevé et moyen supérieur.

La fin du « quoi qu’il en coûte »

La fin du « quoi qu’il en coûte »

 

 

Plusieurs voix proches du pouvoir commencent à chanter la nécessité de la fin du quoi qu’il en coûte. C’est aussi le cas de l’économiste Patrick Artus Selon lui, l’Etat français a « consenti un effort budgétaire global de 9% cette année, soit 160 milliards d’euros de plus et 320 milliards sur deux ans ». « A partir de maintenant, il va falloir compter l’argent », assure-t-il avant de calculer le soutien économique nécessaire aux secteurs toujours en crise. « Hors prêts garantis par l’Etat, le coût d’un plan d’aide sur mesure sera de l’ordre de 4 milliards d’euros », estime-t-il dans le JDD

Le « quoi qu’il en coûte » qui a déjà consommé plus de 75 milliards d’argent public a-t-il bien fonctionné?
Notre plan d’urgence va bien au-delà. Il faut y ajouter les aides liées au Ségur de la Santé, le premier plan d’aide aux jeunes et la baisse des impôts de production des entreprises. En termes macro-économiques, la France qui fonctionnait avec un déficit public de 2% avant la crise a consenti un effort budgétaire global de 9% cette année, soit 160 milliards d’euros de plus et 320 milliards sur deux ans. Nous avons donc explosé nos compteurs. Lorsque nous avons démarré le plan d’urgence en mars 2020, c’était la panique. Nous avons pris des mesures globales pour aider tout le monde. A posteriori, l’effet a été très positif pour les entreprises. L’emploi s’est maintenu, elles n’ont pas accumulé de dette nette et elles enregistrent des profits plus élevés qu’en 2019. Les ménages, eux, ont gagné 0,5% de pouvoir d’achat en 2020. Donc, le « quoi qu’il en coûte » a été doublement efficace.

 

N’a-t-il pas eu des effets pervers?
On aurait dû en faire moins en direction des ménages. Grâce aux aides, ils ont accumulé sur 2 ans 180 milliards d’euros, en plus de leur épargne habituelle. Or, ce surplus a avant tout profité aux 25% de ménages les plus aisés qui l’ont investi en placements financiers et surtout dans la pierre, en achetant des logements dans l’ancien. Ce qui a eu pour effet de faire grimper les prix de l’immobilier de 7%. De ce point de vue, c’est un gâchis d’argent public.

Certains secteurs vont continuer à être aidés, comment et à combien chiffrez-vous le coût d’une protection sur mesure?
Ce sont les secteurs qui continuent d’enregistrer une perte de chiffre d’affaires. Le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’événementiel et la culture, ont été impactés à des degrés divers par la baisse des flux touristiques et par la mise en place du passe sanitaire. Un régime de protection se justifie encore pour 5 à 6% des entreprises en France. Le fonds de solidarité qui permet de prendre en charge à hauteur de 20% leur perte de chiffre d’affaires est une bonne mesure dont la durée pourrait être prolongée jusqu’à fin décembre pour tenir compte de l’évolution du variant Delta et du rétablissement du transport international. S’agissant des prêts garantis par l’Etat, 75% des entreprises en difficulté vont avoir des problèmes pour les rembourser et la solution pourrait consister à transformer ces crédits en obligations remboursables sur 10 ans. L’activité partielle touche encore 1,3 millions de salariés dans ces secteurs. Hors PGE, le coût d’un plan d’aide sur mesure sera de l’ordre de 4 milliards d’euros.

Globalement, sommes-nous sortis du « quoi qu’il en coûte »?
Oui. A partir de maintenant, il va falloir compter l’argent. Pour le prochain président de la République, le budget de toutes les restrictions sera celui de 2023 avec un objectif de retour à un déficit public autour de 3% et des enjeux stratégiques de réindustrialisation et d’inégalités engendrées par la transition énergétique.

Notre plan d’urgence a-t-il été plus généreux que ceux de nos voisins européens?
Si on compare la hausse de notre déficit public à la perte de PIB en 2020, on voit que la France a été moins généreuse que l’Allemagne et encore moins que les Etats-Unis, mais ce n’est pas une critique parce que des aides supplémentaires auraient encore accru l’excès d’épargne.

Avec une prévision de croissance à 6% en 2021, la France est un des pays de l’Union Européenne qui repart le plus fort. Est-ce le signe d’une vraie reprise économique?
Cette course en tête est biaisée du fait du poids du tourisme dans notre économie, bien plus élevée qu’en Allemagne par exemple. Cette reprise ne reflète donc en rien la résilience de notre économie. Mais globalement en ce moment, le tableau est positif : le chômage est tombé à 8%, nous récupérons le niveau de PIB et d’emploi et les profits d’avant crise.

 
La pénurie de certaines matières premières comme le bois et les semi-conducteurs. Autre point noir : nous manquons de bras et de compétences, alors que nous ne sommes qu’au début de la reprise. Dans le BTP, le tourisme et la restauration c’est particulièrement flagrant. On chiffre à 300.000, les emplois vacants. L’activité partielle et les confinements ont contribué à détourner beaucoup des salariés de métiers jugés pénibles du fait des conditions de travail et les horaires qui leur sont propres

L’Etat a invité les entreprises à faire leur part, que faut-il en attendre?
Elles doivent augmenter les bas salaires. Cela paraît normal et mérité mais il n’est pas certain que cela résolve les problèmes de pénurie. On manque toujours d’infirmières malgré une hausse pouvant aller jusqu’à 400 euros par mois dans le secteur de la santé. A cela s’ajoutent des problèmes de compétence et de formation. Nos entreprises doivent faire beaucoup plus pour les jeunes en continuant à suivre le modèle allemand en matière d’apprentissage. Nous comptons aujourd’hui 560.000 apprentis, plus que deux fois moins qu’outre-Rhin. Si elles n’investissent pas massivement dans la formation, elles continueront à manquer de compétences.

Cette crise a profondément dégradé nos dépenses publiques, peut-on espérer un retour à un déficit plus contenu et comment?
Les déficits publics de 2020 à 2022 n’ont aucune importance car ils sont financés par la création monétaire de la Banque centrale européenne qui rachète nos dettes et ne les revendra jamais. L’enjeu tient à la composition de notre déficit. Selon l’OCDE, sur 9% de déficit, 3% est cyclique mais le solde de 6% est structurel. C’est sur ce solde qu’il va nous falloir travailler surtout quand à partir de 2023, les règles européennes d’équilibre budgétaire vont revenir et que d’ici là la BCE aura réduit ses rachats de dettes. Pour agir sur ce déficit alors que les dépenses pour la sécurité, la justice, la logement, la recherche et la santé vont continuer à augmenter nous n’aurons pas d’autre solution que de réformer notre régime de retraites qui absorbe 14% de notre richesse nationale. La seule réforme possible consiste à augmenter le nombre de trimestres de cotisation. Augmenter les impôts serait une mauvaise option.

 

Afghanistan: fin d’une grande illusion

Afghanistan: fin d’une grande illusion

Le sentimentalisme humanitaire ne saurait faire une politique, argumente l’essayiste Mathieu Bock-Côté.

.

Pour Mathieu Bock-Côté, la grande illusion est de croire que l’Afghanistan était une nation à l’image de l’Occident. ( Le figaro, extrait)

 

Le militantisme démocratique occidental constitue une erreur stratégique. (Dans le Figaro extrait) L’échec de l’Amérique et de ses alliés, en Afghanistan, était probablement inévitable: il n’en demeure pas moins humiliant, et vient clore, vingt ans après le 11 Septembre, un cycle politique voué à l’expansion militante de la démocratie jusqu’aux derniers recoins de la planète.

Il ne reste plus rien de la théorie des dominos démocratiques, formulée en son temps par les promoteurs du «wilsonisme botté», qui s’imaginaient possible d’implanter partout un régime semblable à celui prévalant dans le monde occidental. L’humanité est fondamentalement plurielle, et même les aspirations les plus généreuses ne sauraient transcender, et encore moins abolir, la diversité des États, des nations, des civilisations, des cultures et des religions qui la composent.

On ne comprendra rien à cet échec si on ne médite pas sur les limites de ce qu’il faut bien appeler l’anthropologie américaine.

France–Tests PCR : Fin de la gratuité

  • France–Tests PCR : Fin de la gratuité
  • Les tests PCR ne seront plus pris en charge par l’Assurance maladie à compter de la mi-octobre, annonce ce mercredi le gouvernement, à l’issue du Conseil de défense. Seuls ceux réalisés sur prescription médicale resteront gratuits. Une décision de nature sanitaire pour encourager à la vaccination mais aussi à caractère financier pour diminuer l’impact sur la sécurité sociale.

Objectif 50 millions de primo vaccinés fin août ?

  • Objectif 50 millions de primo vaccinés fin août ?

 

 

En raison sans doute de la période des vacances, le rythme des vaccinations se tasse. Du coup, on s’interroge sur la possibilité du pays à atteindre les 50 millions de primo vaccinés d’ici la fin du mois. «On est à 46,5 millions de primo-vaccinés, il nous manque 3,5 millions pour arriver à l’objectif», précise-t-on ce mardi au ministère de la Santé. Le ministère a admis qu’il y avait eu «un ralentissement» la semaine passée (du 9 août) avec 3,1 millions d’injections contre 3,5 millions la semaine précédente, dont 1,5 million de primo-injections. Selon le ministère, «il y a environ 100.000 rendez-vous de primo-injections pris chaque jour contre 150.000 au début du mois». 

Tenant compte de ce rythme, l’objectif de 50 millions pourrait n’être atteint qu’en septembre.

Météo pourrie : jusqu’à fin août

Météo pourrie :  jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire.

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

Météo : l’été pourri va continuer jusqu’à fin août

 

 

 

Pour des questions touristiques , les grands médias ont tendance à nettement sous-estimer le caractère particulièrement pourri de la météo de cet été. Une période avec des épisodes particulièrement inhabituels  concernant aussi bien les précipitations que les températures. Les jardiniers et les agriculteurs eux-mêmes constatent que la saison est catastrophique pour les fruits et légumes.

Une grande partie du pays a entamé l’été sous de nombreuses précipitations, non sans conséquences sur les cultures, à l’opposé de ce que prévoyait Météo France

En mai, l’institut de prévision tablait ainsi sur trois mois chauds et secs, plus que la normale, excepté pour la Bretagne et les régions proches de la Manche. Météo France une nouvelle fois s’est encore complètement planté.

 Dans nombre de régions la température est inférieure à celle du mois de mai qui il est vrai a été plus proche de celle d’un mois de juillet que d’un mois de printemps ! À noter qu’il est aussi tombé environ 10 fois plus de pluie que d’ordinaire. 

A l’échelle de la France métropolitaine du 16 juin au 15 juillet, il est tombé 144 mm de pluie, un record sur cette période depuis le début de ce type de mesure (1959). Sur cette même période, les années les plus sèches sont 2015 avec 15 mm et 2019 avec 25 mm. Et Météo-France d’annoncer encore du mauvais temps pour le mois d’août.

L e temps ne devrait pas s’améliorer au mois d’août malgré quelques embellies la semaine prochaine. Il n’y aura pas de tendances de beau temps durable. Un pic de chaleur pourrait être atteint pour le 15 août.

Cuba, une fin politique pitoyable

 Cuba, une fin politique pitoyable 

 

Si les manifestations inédites contre le gouvernement n’ont pas entraîné sa chute, la colère qui sourd dans le pays démontre que les mythes autour de l’égalité sociale ou de la qualité du système de santé se sont effondrés, estime Theresa Bond, journaliste sous pseudonyme.(extrait)

 

Tribune. 

 

Pour des millions de touristes, français en particulier, le nom de Cuba évoque soleil, salsa et mojitos. Jusqu’ici seule la pandémie a mis à mal la carte postale des quartiers anciens de La Havane, traversés par des voitures américaines d’un autre âge. Depuis le 11 juillet, pourtant, une série de manifestations à travers l’île révèlent un autre visage – celui d’une « révolution » à bout de souffle. Après soixante-deux ans de règne, est-ce le début de la fin du régime castro-communiste ? Son acte de décès a trop souvent circulé pour émettre un avis définitif à ce sujet. Les mythes qui lui sont associés, en revanche, ont sans doute vécu.

Lire aussi  Manifestations à Cuba : l’ONU demande la libération des prisonniers et appelle au dialogue

Le mythe des égalités sociales d’abord. Tandis que les membres de la nomenklatura bénéficient de sources d’approvisionnement particulières, l’immense majorité des Cubains affirme être confrontée à trois problèmes : se nourrir matin, midi et soir. Même le pain vient à manquer, alors qu’il figure en bonne place sur les livrets de rationnement. Dès les petites heures de la matinée, dans la capitale et ailleurs, la moindre rumeur d’une livraison provoque un attroupement. Ces files d’attente sont omniprésentes. Chacune d’elles constitue sans doute un incubateur pour le Covid-19, comme pour le virus de la révolte. Soumis chaque soir à la propagande triomphaliste du journal télévisé, les Cubains découvrent le lendemain des magasins aux rayons vides. C’est « la victoire du frigo sur le téléviseur », selon une formule née en Union soviétique dans les années 1980.

Un autre mythe qui s’effondre est celui du système de santé, prétendument excellent. Leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon admire les « vaccins » cubains, pourtant non homologués et à l’efficacité inconnue. Alors que le régime a écarté d’un revers de la main le programme Covax, le dispositif onusien de partage des vaccins, les infections et décès dus à la pandémie montent en flèche, en particulier dans la province de Matanzas, aux stations balnéaires toujours prisées des touristes russes. Les masques sont introuvables, les produits d’hygiène aussi et les meilleurs médecins ont été envoyés à l’étranger, pour des questions d’image et de devises étrangères…

Reste le mythe de « la révolution », un terme passe-partout, porteur d’espoir et de lendemains qui chantent. A Cuba, depuis 1959, il décrit un régime à parti unique, dont le système économique centralisé et planifié a fait, partout dans le monde, la preuve de son échec. Le retrait des derniers « dirigeants historiques » n’a rien changé et un nouvel apparatchik suprême, Miguel Diaz Canel, reprend à son compte leurs slogans usés jusqu’à la corde.

Opérations extérieures: «Afghanistan, Mali: fin d’un paradigme ?»

Opérations extérieures: «Afghanistan, Mali: fin d’un paradigme ?»

Pour  Frédéric Charillon , ’heure est venue pour les puissances occidentales de repenser leur action extérieure  ( papier de l’OPINION, extrait)

 

 

La double annonce d’un retrait américain d’Afghanistan et d’une suspension par la France de sa coopération militaire avec le Mali, témoigne d’une page qui se tourne. Pendant la Guerre froide, l’intervention militaire était pratiquée par les superpuissances au sein de leurs sphères d’influence respectives. Les tentatives pour en sortir étaient difficiles (Afghanistan, Vietnam). La France avait ses interventions africaines dans son ancien « pré carré », avec la bénédiction américaine. La Grande-Bretagne restait active (à Aden, dans la région du Dhofar ou en Malaisie dans les années 1960).

Puis la disparition de l’Union soviétique laissa les Etats-Unis seuls en piste pour gérer les affaires du monde, et fut suivie d’une globalisation géographique des interventions occidentales  : Koweït, Balkans, Irak, Libye, Syrie… L’ambition d’une paix hégémonique assurée par Washington au nom de la stabilité internationale autorisait l’action militaire, supposait la reconstruction d’Etats, imposait le maintien d’une présence militaire sur place. C’est ce schéma qui arrive à son terme désormais.

Il impliquait de rebâtir des sociétés, mais les adversaires de cette reconstruction sont en passe de gagner la partie : en Afghanistan comme au Mali, ceux dont la réduction justifiait l’intervention militaire sont aux portes du pouvoir. Plus profondément, la logique expéditionnaire a montré ses limites dans un XXIe siècle où les paramètres sont trop nombreux, et les moyens, insuffisants. L’heure est venue pour les puissances occidentales de repenser leur action extérieure et de substituer de nouveaux instruments d’influence à la vieille logique de puissance.

La guerre du Koweït (1991) avait pour but de restaurer la souveraineté d’un Etat et le droit international. Mais les interventions balkaniques des années 1990 visaient un changement de régime à Belgrade, la mise en place de nouvelles cartes (avec en 1993 le plan Vance-Owen de répartition des populations en Bosnie en dix régions), la création de nouveaux Etats (au Kosovo en 1999). L’intervention afghane de 2001, lancée pour chasser les talibans du pouvoir, promit ensuite un Afghanistan démocratique, où les droits humains se rapprocheraient des normes occidentales. En 2011, la volonté de sauver les habitants de la ville de Benghazi se transforma en destitution et mort de Kadhafi : au plus fort des printemps arabes, le rêve de transformer d’anciennes dictatures en sociétés ouvertes n’avait pas quitté les esprits. Ce même esprit qui conduisit la France à souhaiter des frappes sur le régime syrien en 2013. L’échec néoconservateur, en 2003, à transformer l’Irak puis le Moyen-Orient en un nouvel eldorado libéral, prospère et pro-occidental, avait pourtant été patent.

On ne remodèle pas une société contre son gré, par la seule grâce de la force. De Gaulle en avait averti Washington à propos du Vietnam, depuis Phnom Penh en 1966 : « S’il est invraisemblable que l’appareil guerrier américain puisse jamais être anéanti sur place, d’autre part, il n’y a aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi d’un étranger venu de l’autre rive du Pacifique, quelles que puissent être ses intentions, et quelle que soit la puissance de ses armes. » Tout était dit.

« Les puissances opposées à ces déploiements occidentaux (Chine, Russie, Turquie) ont fait leur grand retour, galvanisées par l’échec libyen »

Cette hypothèse s’impose d’autant plus aujourd’hui que les moyens alignés s’amenuisent, et que le terrain est de plus en plus complexe. Les Etats-Unis ont déployé jusqu’à 536 000 hommes au Vietnam (en 1968), autant dans le Golfe en 1991 (dans une coalition de 940 000 soldats), un maximum de 100 000 en Afghanistan (il en restait 2 500 en 2021), et de 166 000 en Irak (en 2007), ramenés à 128 000 en 2009 et 2 500 en 2021. La France projettera rarement plus de 5 000 hommes dans les années 2000 (5 000 en Côte d’Ivoire en 2005 ; 4 500 dans l’opération Serval au Mali après 2013 ; 5 100 pour Barkhane aujourd’hui). Si l’on en croit (ce qui n’est pas obligatoire…) l’adage stratégique qui veut qu’une opération de contre-insurrection ou de contrôle du terrain exige un déploiement de soldats équivalent à 4 % de la population locale, nous sommes loin du compte. Le double danger, pour les troupes ainsi projetées, est résumé par les titres de deux ouvrages de François Cailleteau : celui de Guerres inutiles (2011), et celui de Décider et perdre la guerre (2021).

Les obstacles s’accumulent. Arrivée en sauveur, la puissance extérieure prend vite les traits d’un occupant dont on réclame le départ, exigence martelée et orchestrée sur les réseaux sociaux. Les puissances opposées à ces déploiements occidentaux (Chine, Russie, Turquie) ont fait leur grand retour, galvanisées par l’échec libyen, contrecarrant les initiatives lointaines, et interdisant qu’on en imagine d’autres dans leur sphère d’influence à nouveau revendiquée (Europe orientale, Asie…). Fin de la politique de la canonnière.

«Afghanistan, Mali: fin d’un paradigme ?»

«Afghanistan, Mali: fin d’un paradigme ?» 

Pour  Frédéric Charillon , ’heure est venue pour les puissances occidentales de repenser leur action extérieure  ( papier de l’OPINION, extrait)

 

 

La double annonce d’un retrait américain d’Afghanistan et d’une suspension par la France de sa coopération militaire avec le Mali, témoigne d’une page qui se tourne. Pendant la Guerre froide, l’intervention militaire était pratiquée par les superpuissances au sein de leurs sphères d’influence respectives. Les tentatives pour en sortir étaient difficiles (Afghanistan, Vietnam). La France avait ses interventions africaines dans son ancien « pré carré », avec la bénédiction américaine. La Grande-Bretagne restait active (à Aden, dans la région du Dhofar ou en Malaisie dans les années 1960).

Puis la disparition de l’Union soviétique laissa les Etats-Unis seuls en piste pour gérer les affaires du monde, et fut suivie d’une globalisation géographique des interventions occidentales  : Koweït, Balkans, Irak, Libye, Syrie… L’ambition d’une paix hégémonique assurée par Washington au nom de la stabilité internationale autorisait l’action militaire, supposait la reconstruction d’Etats, imposait le maintien d’une présence militaire sur place. C’est ce schéma qui arrive à son terme désormais.

Il impliquait de rebâtir des sociétés, mais les adversaires de cette reconstruction sont en passe de gagner la partie : en Afghanistan comme au Mali, ceux dont la réduction justifiait l’intervention militaire sont aux portes du pouvoir. Plus profondément, la logique expéditionnaire a montré ses limites dans un XXIe siècle où les paramètres sont trop nombreux, et les moyens, insuffisants. L’heure est venue pour les puissances occidentales de repenser leur action extérieure et de substituer de nouveaux instruments d’influence à la vieille logique de puissance.

La guerre du Koweït (1991) avait pour but de restaurer la souveraineté d’un Etat et le droit international. Mais les interventions balkaniques des années 1990 visaient un changement de régime à Belgrade, la mise en place de nouvelles cartes (avec en 1993 le plan Vance-Owen de répartition des populations en Bosnie en dix régions), la création de nouveaux Etats (au Kosovo en 1999). L’intervention afghane de 2001, lancée pour chasser les talibans du pouvoir, promit ensuite un Afghanistan démocratique, où les droits humains se rapprocheraient des normes occidentales. En 2011, la volonté de sauver les habitants de la ville de Benghazi se transforma en destitution et mort de Kadhafi : au plus fort des printemps arabes, le rêve de transformer d’anciennes dictatures en sociétés ouvertes n’avait pas quitté les esprits. Ce même esprit qui conduisit la France à souhaiter des frappes sur le régime syrien en 2013. L’échec néoconservateur, en 2003, à transformer l’Irak puis le Moyen-Orient en un nouvel eldorado libéral, prospère et pro-occidental, avait pourtant été patent.

On ne remodèle pas une société contre son gré, par la seule grâce de la force. De Gaulle en avait averti Washington à propos du Vietnam, depuis Phnom Penh en 1966 : « S’il est invraisemblable que l’appareil guerrier américain puisse jamais être anéanti sur place, d’autre part, il n’y a aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi d’un étranger venu de l’autre rive du Pacifique, quelles que puissent être ses intentions, et quelle que soit la puissance de ses armes. » Tout était dit.

« Les puissances opposées à ces déploiements occidentaux (Chine, Russie, Turquie) ont fait leur grand retour, galvanisées par l’échec libyen »

Cette hypothèse s’impose d’autant plus aujourd’hui que les moyens alignés s’amenuisent, et que le terrain est de plus en plus complexe. Les Etats-Unis ont déployé jusqu’à 536 000 hommes au Vietnam (en 1968), autant dans le Golfe en 1991 (dans une coalition de 940 000 soldats), un maximum de 100 000 en Afghanistan (il en restait 2 500 en 2021), et de 166 000 en Irak (en 2007), ramenés à 128 000 en 2009 et 2 500 en 2021. La France projettera rarement plus de 5 000 hommes dans les années 2000 (5 000 en Côte d’Ivoire en 2005 ; 4 500 dans l’opération Serval au Mali après 2013 ; 5 100 pour Barkhane aujourd’hui). Si l’on en croit (ce qui n’est pas obligatoire…) l’adage stratégique qui veut qu’une opération de contre-insurrection ou de contrôle du terrain exige un déploiement de soldats équivalent à 4 % de la population locale, nous sommes loin du compte. Le double danger, pour les troupes ainsi projetées, est résumé par les titres de deux ouvrages de François Cailleteau : celui de Guerres inutiles (2011), et celui de Décider et perdre la guerre (2021).

Les obstacles s’accumulent. Arrivée en sauveur, la puissance extérieure prend vite les traits d’un occupant dont on réclame le départ, exigence martelée et orchestrée sur les réseaux sociaux. Les puissances opposées à ces déploiements occidentaux (Chine, Russie, Turquie) ont fait leur grand retour, galvanisées par l’échec libyen, contrecarrant les initiatives lointaines, et interdisant qu’on en imagine d’autres dans leur sphère d’influence à nouveau revendiquée (Europe orientale, Asie…). Fin de la politique de la canonnière.

Nord Stream 2 : pourquoi la fin des sanctions américaines

Nord Stream 2 : pourquoi la fin des sanctions américaines

Sophie Marineau, Université catholique de Louvain explique pourquoi les États-Unis mettent fin aux sanctions vis-à-vis du projet de gaz russe à destination de l’Europe ( l’Opinion, extrait)

Tribune

Washington s’oppose au NS2 (l’opposition n’a pas disparu, même avec la levée des sanctions) d’une part parce que celui-ci renforcera la dépendance européenne à l’égard du gaz russe et, d’autre part, parce que les exportations de gaz russe vers l’Europe sapent l’efficacité des sanctions frappant la Russie depuis 2014 en raison de la crise en Ukraine.

Par ailleurs, en réduisant l’accès au gaz russe, l’administration Trump espérait augmenter ses propres exportations de gaz naturel liquéfié (LNG) vers le continent européen. C’est donc également dans une perspective de bénéfices économiques que les États-Unis s’opposent à NS2.

Dès 2017, le Congrès américain adopte donc le Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act (CAATSA) et le Sénat américain le Countering Russian Influence in Europe and Eurasia Act afin de bloquer NS2 en sanctionnant tout individu ou toute entité investissant ou travaillant sur le projet ; mais comme la Commission européenne se dit prête à adopter des contre-sanctions si la Maison Blanche décrète des mesures coercitives, les discussions entourant de potentielles sanctions sont temporairement suspendues.

En novembre 2019, les États-Unis annoncent que le US National Defense Authorization Act (NDAA) 2020 inclura des sanctions visant les entreprises et les individus impliqués dans la construction du gazoduc. Craignant les sanctions américaines, la compagnie suisse Allseas et la compagnie italienne Saipem suspendent alors leur collaboration avec Gazprom avant la fin de la construction de Nord Stream 2.

Les sanctions américaines posent plusieurs problèmes, notamment en raison de la section 232 du CAATSA – dans le cas du Nord Stream 2 – qui permet d’imposer des sanctions « secondaires » à des personnes et à des entités non américaines. C’est précisément ce qui distingue ces sanctions dites secondaires des sanctions « primaires », lesquelles prennent pour cible exclusivement les intérêts du pays visé – ici, la Russie.

C’est par le même type de procédé que les États-Unis ont réussi à décourager de nombreuses entreprises européennes d’investir en Iran depuis 2017.

Craignant de se voir refuser l’accès au marché américain, la française Total s’est ainsi retirée d’un partenariat d’un milliard de dollars avec l’Iran. Les sanctions secondaires américaines ont le désavantage de ne plus différencier les alliés des adversaires puisqu’elles peuvent viser toute compagnie faisant affaire avec un partenaire considéré hostile aux États-Unis.

Selon Washington, les sanctions secondaires n’imposent aucune pénalité aux autres États, mais elles ont comme objectif d’empêcher les entreprises étrangères d’accéder au marché américain si les États-Unis jugent que ces entreprises poursuivent des activités allant à l’encontre des intérêts américains. Selon le représentant républicain Kevin Brady, les sanctions secondaires encourageront les entreprises étrangères à collaborer davantage avec les États-Unis, à isoler la Russie, et à entraver son développement économique.

 Comme outil de politique étrangère, les sanctions servent normalement à influencer les comportements des États sanctionnés, selon les préférences des États sanctionneurs. Or, les sanctions secondaires forcent également les entreprises étrangères à se conformer à l’agenda international américain, même si celui-ci va à l’encontre des intérêts de leur propre État.

La question se pose alors : est-ce que les États-Unis devraient être en mesure de dicter aux firmes européennes la façon dont celles-ci doivent mener leurs affaires en les menaçant, en cas de non-obéissance, de les priver de leur accès au marché américain ?

En Europe, des voix discordantes

Dans le cas de Nord Stream 2, l’Union européenne, comme organisation, s’est bien sûr opposée publiquement et farouchement à l’extraterritorialité de ces mesures, ainsi qu’à leur légalité douteuse. Les États-Unis se permettent d’adopter ce type de politiques en raison de leur place centrale dans l’économie mondiale et de l’importance notoire de leur marché pour le continent européen. Les entreprises européennes se retrouvent dès lors dans une relation asymétrique vis-à-vis du gouvernement américain, alors que l’UE devrait être en mesure de garantir aux entreprises la liberté de conduire leurs affaires dans le cadre des lois et des politiques européennes, sans ingérence extérieure.

Toujours dans le cas particulier de Nord Stream 2, il est important de noter que certains pays européens soutiennent toutefois ces sanctions

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Covid-Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

Covid-Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

 Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) vient d’actualiser ses projections pour les semaines qui viennent, et anticipe qu’il y aura sans doute cinq fois plus de nouveaux cas d’ici fin juillet sur le vieux contient, plus précisément dans une zone qui englobe l’Union européenne, la Norvège et l’Islande.

 

Actuellement l’incidence est d’environ 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, l’ECDC projette que celle-ci sera de plus de 420 nouveaux cas pour 100.000 habitants la semaine s’achevant le 1er août. Et continuera de progresser pour atteindre 620 nouveaux cas à la fin de la semaine suivante.

En fait on retrouverait les  pics de l’automne 2020 et d’avril 2021.

La semaine dernière (5 au 11 juillet), le nombre de nouveaux cas dans l’Union européenne a bondi de 60 %, augmentant pour la deuxième semaine consécutive selon l’ECDC du fait « du relâchement des mesures et de la progression du variant Delta ».

Contaminations Covid Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

Contaminations Covid  Europe : cinq fois plus de contaminations fin juillet

 Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) vient d’actualiser ses projections pour les semaines qui viennent, et anticipe qu’il y aura sans doute cinq fois plus de nouveaux cas d’ici fin juillet sur le vieux contient, plus précisément dans une zone qui englobe l’Union européenne, la Norvège et l’Islande.

 

Actuellement l’incidence est d’environ 90 nouveaux cas pour 100.000 habitants, l’ECDC projette que celle-ci sera de plus de 420 nouveaux cas pour 100.000 habitants la semaine s’achevant le 1er août. Et continuera de progresser pour atteindre 620 nouveaux cas à la fin de la semaine suivante.

En fait on retrouverait les  pics de l’automne 2020 et d’avril 2021.

La semaine dernière (5 au 11 juillet), le nombre de nouveaux cas dans l’Union européenne a bondi de 60 %, augmentant pour la deuxième semaine consécutive selon l’ECDC du fait « du relâchement des mesures et de la progression du variant Delta ». 

Fin de la voiture thermique : 2035 pour la commission européenne ou plus tard pour la France

Fin de la voiture thermique : 2035 pour la commission européenne ou plus tard  pour la France

 

La France commence à prendre conscience que l’Europe est engagée dans la voie d’une démolition sans précédent de son industrie automobile avec des objectifs beaucoup trop précipités voir même hasardeux. Ainsi la commission européenne souhaiterait  que les véhicules thermiques soient interdits dès 2035. La France préférerait plus trad avec une transition plus douce incluant la prise en compte des véhicules hybrides. La France ne voit pas les choses du même œil et opte de son côté pour une transition plus lente. « Les hybrides rechargeables sont une bonne solution de transition, il faut qu’ils soient une option de transition dans la durée », a indiqué l’Elysée. « On n’a pas acté la fin du moteur thermique en 2035, ça fermerait la porte à l’hybride également ».

Pour 2030, le gouvernement français et la filière militent pour « un objectif réaliste »« autour de 55% de baisse des émissions maximum », soit moins que ce que devrait proposer la Commission européenne.

Le problème majeur c’est que ici 2035 l’industrie européenne notamment française n’aura pas eu le temps de s’assurer de la maîtrise d’un certain nombre de technologies du véhicule électrique notamment concernant les batteries. Du coup les normes européennes pourraient constituer une sorte de porte ouverte à la Chine en Europe pour ses technologies

Le gouvernement prépare d’ailleurs dans ce sens, pour la fin de l’été, un plan d’investissements pour soutenir la transition du marché automobile, selon l’Elysée, un an après la mise en œuvre d’un plan de relance de la filière en mai 2020, doté de huit milliards d’euros. Une « cartographie détaillée de l’impact de cette transition et des moyens de l’Etat qui peuvent être mis en place », filière par filière, doit également être présentée au Premier ministre.

La Plateforme automobile (PFA), qui représente la filière, estime à 17 milliards d’euros l’enveloppe nécessaire pour localiser en France « dans les cinq ans les technologies clés de l’automobile du 21ème siècle ». La plateforme estime à 30% le niveau d’aide publique requis. PFA, qui se fonde sur un rapport du cabinet McKinsey, indique par ailleurs que 6,6 milliards d’euros devront être débloqués pour être investis dans l’installation de bornes de recharges publiques, nécessaires pour les deux millions de véhicules électriques attendus en 2025.

Dans un marché globalement en recul à cause de la pandémie de Covid-19, les voitures électriques progressent mais bien insuffisamment pour compenser la baisse des immatriculation. En cause notamment la fiabilité de la technique électrique et surtout son cout. Nombre de ménages ne sont pas prêts à dépenser 40 à 50 000 € pour changer leur véhicule.

 

VARIANT Covid DELTA : 20.000 CAS PAR JOUR À LA FIN DU MOIS

VARIANT Covid DELTA : 20.000 CAS PAR JOUR À LA FIN DU MOIS

Alors qu’en moyenne en tourne autour de 3000 cas par jour concernant les contaminations,  on pourrait atteindre 20 000 cas si la fin du mois d’après Olivier Véran .

 

« Avec la tendance épidémique de ce variant Delta, qui est beaucoup plus contagieux que le Covid-19 auquel nous avions affaire l’été dernier, les 3000 cas pourraient devenir 6000 cas dans une semaine, 12.000 cas dans quinze jours, et monter au-dessus de 20.000 cas, voire plus, début août si nous n’agissons pas », s’alarme le ministre de la Santé.

 

Olivier Véran  justifie ses prévisions sur l’exemple du Royaume-Uni vis-à-vis duquel nous avons environ un mois de retard concernant l’évolution des contaminations.

Fin des voitures thermiques en 2035 au lieu de 2040

Fin des voitures thermiques en 2035 au lieu de 2040

 

 

À défaut de la réforme les retraites à laquelle s’oppose pour l’instant une majorité de Français, Macron risque d’annoncer le 14 juillet la fin des voitures thermiques en 2035 au lieu de 2040.

Première observation, voit mal pourquoi le chef de l’État se mêle du calendrier aussi précis. Deuxième observation, cette précipitation à coloration électorale pour séduire des écolos va précipiter un peu plus le déclin de l’automobile française déjà dans une situation assez dramatique. Certes on comprend que l’échéance soit fixée pour la fin du moteur thermique encore faudrait-il s’assurer de l’avantage environnemental de la voiture électrique qui pourrait bien être rapidement dépassée par la perspective de l’utilisation de l’hydrogène.

La vérité sans doute c’est que le président de la république ne s’est pas trop quoi annoncer de nouveau  pour son discours du 14 juillet. Une coloration écologique de son propos ne mange pas de pain sauf qu’elle créait encore un peu plus de confusion dans la mesure où l’interdiction qui passerait de 2040 à 2035 viserait surtout la production et que pendant une vingtaine d’années au moins il faudra encore tolérer dans le parc des voitures thermiques. D’ici là il se pourrait bien que l’hydrogène arbitre entre moteur thermique et moteur à batteries électriques.

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Variant Delta : une quatrième vague fin juillet (ministre de la santé)

Non seulement le variant Delta ne baisse plus en France mais il a tendance à augmenter chez les nouveaux contaminés. Il dépasse maintenant nettement les 20 % chez les personnes atteintes « Depuis 5 jours, le virus ne baisse plus, il réaugmente. A cause du variant Delta qui est très contagieux. L’exemple anglais montre qu’une vague est possible dès la fin juillet », a déclaré le ministre de la santé

« Nous devons aller encore plus vite (dans la vaccination). C’est une course contre la montre qui se joue dans notre pays », a-t-il de nouveau souligné. « Les vaccins font chuter le risque de forme grave, y compris avec le variant Delta. »

Olivier Véran avait prévenu vendredi que le pays pourrait être confronté à une reprise de la crise sanitaire dès cet été en raison de la progression du variant Delta et avait appelé les Français à se faire vacciner, alors que le gouvernement a assoupli les procédures de vaccination.

La contradiction en France comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres pays comme au Royaume-Uni, c’est qu’on lève les restrictions de mobilité alors que des signes de reprise de la pandémie menacent de reprendre au point d’envisager une quatrième vague.

 

Économie– Croissance : retour au niveau de 2019 en fin d’année… sauf covid

Économie– Croissance : retour au niveau de 2019 en fin d’année… sauf covid

 

Le taux de croissance paraît évidemment très satisfaisant puisque l’INSEE table sur une hausse de 6 % en 2021. En réalité il s’agit d’un phénomène de rattrapage puisque c’est seulement fin 2021 qu’on retrouvera le niveau de 2019.Une réserve toutefois, à condition qu’il n’y ait pas de quatrième vague sanitaire ! Or de ce point de vue, Il convient d’être particulièrement prudent par exemple samedi le nombre de contaminés en France a dépassé les 3000 avec de 41 % par rapport au samedi précédent. Ailleurs de plus en plus de pays commencent à se confiner. Après le brassage des vacances d’été, on pourrait assister à une quatrième vague du virus qui remettrait alors en cause les prévisions.Pour lutter contre le variant delta en particulier, le monde dispose évidemment de l’arme du vaccin mais le problème est qu’une grande partie de la population mondiale n’est pas encore vaccinée

. Après les États-Unis, qui ont retrouvé dès ce printemps leur activité d’avant-crise, l’Allemagne précéderait la France de quelques mois. Suivront le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. La projection de l’Insee se fonde sur une croissance de 3,4 % au troisième trimestre et de 0,7 % au quatrième, sous «l’hypothèse d’absence de nouvelles restrictions sanitaires sévères», a précisé l’INSEE.

Croissance : retour au niveau de 2019 en fin d’année

Croissance : retour au niveau de 2019 en fin d’année

 

Le taux de croissance paraît évidemment très satisfaisant puisque l’INSEE table sur une hausse de 6 % en 2021. En réalité il s’agit d’un phénomène de rattrapage puisque c’est seulement fin 2021 qu’on retrouvera le niveau de 2019.Une réserve toutefois, à condition qu’il n’y ait pas de quatrième vague sanitaire !

. Après les États-Unis, qui ont retrouvé dès ce printemps leur activité d’avant-crise, l’Allemagne précéderait la France de quelques mois. Suivront le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. La projection de l’Insee se fonde sur une croissance de 3,4 % au troisième trimestre et de 0,7 % au quatrième, sous «l’hypothèse d’absence de nouvelles restrictions sanitaires sévères», a précisé l’INSEE.

12345...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol