Archive pour le Tag 'Filippetti'

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Règlement de comptes au parti socialiste avec la mise à l’écart de l’ancienne ministre Aurélie Filipe qui avait choisi de soutenir la liste dissidente conduite par Philippe Gasparella, ex-suppléant de la candidate aux législatives. Et ce choix n’a pas convenu à l’ancien secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini, qui a malgré tout été réélu sénateur., l’ex-ministre, devenue conseillère municipale à Metz, ainsi que tous ceux qui l’ont suivie, a reçu un avis de «sortie» du parti.  les socialistes «légitimistes» s’appuient sur les statuts du parti. «On n’est pas dans une logique d’exclusion mais de clarification», «La même règle s’est d’ailleurs précédemment appliquée à Richard Lioger et Ludovic Mendes après qu’ils se sont présentés aux législatives contre nos candidats»,. Avant de lancer une bravade: «Aurélie Filippetti peut toujours faire appel, mais il lui faudra prouver qu’elle n’a pas enfreint nos statuts». C’est justement ce que compte faire l’intéressée. Dans un message publié sur Facebook, elle annonce sa riposte à venir: «Je confirme avoir reçu cette lettre ainsi que mes amis. La procédure utilisée – la lettre recommandée – était sans doute ce que l’on pouvait attendre de plus élégant de la part de la Fédération de Moselle du Parti socialiste et de ses dirigeants. Le délit d’opinion n’existant pas en démocratie, n’ayant enfreint aucune règle interne, j’ai adressé un recours à la Commission de dsicipline.

Présidentielle 2017 : Aurélie Filippetti « veut des primaires », il n’ y aura que ça !

Présidentielle 2017 : Aurélie Filippetti « veut  des primaires », il n y aura que ça !

 

 

Aurélie  Filippetti, une des rares responsables socialistes qui ait un peu de culture (elle est agrégée de lettres) veut des primaires en 2017 ; de ce point de vue elle sera  servie car entre Hollande, Valls, Hamon ou encore Sapin, c’est le concours des bonnets d’âne sur le plan culturel. Certains objecteront avec raison que ce n’est pas la spécificité des socialistes que cela vaut pour la droite et l’extrême droite. Sans doute pas un motif suffisant pour que le système oligarchique ne fasse émerger que des primates y compris à la présidence de la république. Sarkozy, Hollande, Valls et même Marine Lepen, de purs produits du système d’une nullité  culturelle affligeante et qui plus est bien loin des réalités économiques et sociales. Un double handicap en quelque  sorte.   Selon l’ancienne ministre, Aurélie Phipetti, le Parti socialiste ne pourra renouer avec le succès qu’en étant « novateur » et en proposant « un projet pour le pays ». Un projet qui passerait d’abord par le choix d’un candidat pour la prochaine présidentielle. « Je suis favorable à des primaires », rappelle la députée, qui ne semble pas voir François Hollande en candidat idéal à sa succession. Tu m’étonnes !

Filippetti dézingue Ségolène

Filippetti dézingue Ségolène

 

Depuis son arrivée à Matignon, Manuel Valls a une obsession : éviter à tout prix les couacs au sein du gouvernement. Ségolène Royal, en prenant le contre-pied d’Arnaud Montebourg sur le dossier Alstom, avant de rétropédaler, avait créé un premier malaise.  Mais le Premier ministre avait rapidement calmé le jeu. Cette fois, c’est la ministre de la Culture Aurélie Filippetti qui pourrait créer à son tour des remous au gouvernement. Samedi soir, cette dernière a en effet relayé sur son compte Twitter, un sondage très défavorable à Ségolène Royal.  Selon ce sondage BVA publié samedi matin, près de six Français sur dix (59%) estiment en effet que Ségolène Royal est «plutôt un handicap» qu’un «atout» pour François Hollande. Evidemment, le tweet d’Aurélie Filippetti n’est pas passé inaperçu sur la Toile. Bien que rapidement effacé par la ministre de la Culture, le message a été repéré par un internaute qui s’est étonné de voir Ségolène Royal ainsi «dézinguée». Immédiatement, Aurélie Filippetti a répondu sur Twitter qu’elle n’était pas à l’origine de ce tweet.  Ce rapide mea culpa parviendra-t-il à apaiser les esprits au sein de l’exécutif ? C’est primordial pour Manuel Valls et surtout François Hollande, qui a bien du mal à redécoller dans les sondages. L’actuel locataire de l’Elysée est considéré comme le moins bon des présidents de la Ve République selon un palmarès BVA réalisé pour «Le Parisien dimanche» – «Aujourd’hui en France».

 

Taxe internet pas enterrée (Filippetti)

Taxe internet  pas enterrée (Filippetti)

Et une taxe, une taxe en plus, cette fois envisagée par Filippetti sur internet ; Non répercutable sur le consommateur dit Filippetti qui entretient vraisemblablement des rapports très ésotériques avec l’économie !  Elle voulait une « contribution » – pas une « taxe » tient-elle à préciser – sur les ventes d’ordinateurs, de tablettes, de smartphones. Même si elle ne verra pas le jour dans le budget 2014, Aurélie Filippetti se refuse à se considérer comme la première victime de la « pause fiscale » décrétée par l’exécutif. « Cette contribution n’est pas enterrée », assure-t-elle ce jeudi au micro de RTL. « Je n’ai pas reculé, j’avance. (…) C’est dans les tuyaux, ça avance petit à petit, on verra quand ça arrivera. » La ministre n’avance cependant aucune date.« L’idée est bonne et elle est juste » poursuit-elle, assurant qu’elle est nécessaire pour la sauvegarde de « l’exception culturelle française » : « En France, depuis 30 ans, on finance la création par ceux qui la diffusent. » Aujourd’hui, assure Aurélie Filippetti, il est « absurde » d’envisager une « contribution sur les walkmans, les cassettes ou les magnétoscopes ». « Il faut adapter cela aux nouveaux objets connectés. » L’objectif de cette contribution n’était pas du tout d’augmenter la pression fiscale Aurélie Filippetti  « On a toujours dit que l’objectif de cette contribution n’était pas du tout d’augmenter la pression fiscale », affirme la ministre. Pour Aurélie Filippetti, ce type de contribution n’est « pas répercuté » sur le consommateur : « C’est aux fabricants de matériels de diminuer leur marge. » La socialiste tient par ailleurs à rappeler que la TVA sur les salles de cinéma diminuera, de 7 à 5% au 1er janvier. Et que la redevance n’augmentera pas. Contrairement à l’année passée.

Filippetti se mêle des programmes de France télévision

Filippetti se mêle des programmes  de France télévision

 

Compte tenu de la réduction des moyens budgétaires, le président de France télévision a bien dû réviser sa grille ; or celle-ci ne plaît pas à la ministre de la culture. Plus exactement elle se place du coté des syndicats corpos qui n’acceptent pas en ces temps de crise une réadaptation des programmes. Bref, le gouvernement se mêle de faire les programmes télé.  Aurélie Filippetti désavoue le président de France Télévisions. La ministre de la Culture et de la Communication a vigoureusement critiqué ce mercredi sur RTL les choix récents de Rémy Pfimlin pour le groupe audiovisuel public. En cause: les modifications récentes de la grille des programmes, qu’Aurélie Filippetti ne juge pas en phase avec les missions de service public du groupe. «J’avoue que j’ai des interrogations sur la stratégie, notamment en matière d’annonces, qui est faite par la direction de France Télévisions et c’est pourquoi j’ai demandé très rapidement à voir Rémy Pfimlin», a-t-elle expliqué. La ministre critique notamment l’élargissement de la tranche horaire du journal de France 3, «Soir 3». «Faire passer à une heure [la durée] de ce programme n’est pas un problème en soi. Évidemment, l’information est de qualité sur le service public, tant mieux. Mais cela a des conséquences sur la case des documentaires et des fictions qui jouxtent le “Soir 3”. Cela n’a visiblement pas été anticipé.» La ministre reproche à Rémy Pfimlin de délaisser le genre documentaire, financièrement en partie tributaire du groupe public, au profit du journal télévisé. «Le documentaire est aussi une obligation et une mission de service public», a-t-elle rappelé. Autre grief de la ministre: l’hypothèse de la suppression de l’émission de vulgarisation scientifique «C’est pas sorcier». Pour Aurélie Filippetti, cette éventualité est une erreur stratégique s’agissant de «l’une des belles émissions [de France Télévisions], qui a une approche ludique de l’enseignement de la science et de la technique». «On fragilise une émission de qualité qui a fait ses preuves, reproche-t-elle à Rémy Pfimlin, ça ne me semble pas une bonne politique». Autant de décisions qui ont selon la ministre suscité «un émoi compréhensible de la part des salariés de France Télévisions». Leurs syndicats ont récemment déposé un préavis de grève pour protester contre la stratégie du groupe. La ministre réclame en conséquence «une réflexion stratégique», un plan «qui soit clair en matière de soutien à la création, d’augmentation des programmes à destination des enfants et notamment les programmes éducatifs», aux côtés des axes stratégiques que doivent être l’information, l’offre numérique et «évidemment le renforcement de la proximité». Les difficultés budgétaires «réelles» que connaît France Télévisions ne doivent pas l’exonérer de ses missions de service public, rappelle en clair la ministre. Elle devrait rencontrer Rémy Pfimlin «très rapidement» pour évoquer avec lui ces points de divergence.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol