Archive pour le Tag 'fiction'

Projet politique: le macronisme, une fiction

Projet politique:  le  macronisme,  une fiction

Au-delà d’un effet de mode se pose la question de la réalité du macronisme en tant qu’idéologie et mouvement. Si on peut effectivement considérer par exemple que le gaullisme ou le socialisme ont pu un temps s’installer comme mouvement  politique , comme projet et comme philosophie,  il en va différemment pour le macronisme. Première observation, le macronisme  n’est pas un mouvement en ce sens qu’il ne repose sur aucune organisation,  aucune  autre incarnation autre  que celle de Macron lui-même. Pas tellement étonnant dans la mesure où Macon a pris le soin de s’entourer seulement  de seconds couteaux et de techniciens susceptibles de ne pas faire de l’ombre. Il  faut se souvenir  avec quelle brutalité il a humilié Borloo susceptible de lui faire de la concurrence suite à un rapport très complet et très soutenu concernant les banlieues. Le parti la république en marche ne comporte aussi que des seconds couteaux ou  des courtisans. C’est davantage un club de fans qu’un véritable parti. Tous les responsables de la république en marche sont désignés par le sommet et la base est interdite de débat ,  de proposition et de contestation. Le secrétaire général supposé de la république en marche,  à savoir Guerini,  n’apparaît pratiquement nulle part, il est sur le fond comme sur la forme complètement transparent. Du point de vue philosophique,  Macron se réclame du progressisme mais la vérité c’est que jusque-là,  il a surtout privilégié les intérêts des plus favorisés. En outre, sa volonté réformatrice est très relative car il ne cesse d’alterner la marche en avant et les pas en arrière. Il en est ainsi par exemple sur la délicate question de la laïcité, des retraites, des équilibres financiers et de la réforme de l’État. Un seul exemple, il avait promis de supprimer 50 000 fonctionnaires;  dans le prochain budget,  c’est autour de seulement 1500 postes qui seront supprimés. La vérité, c’est que la philosophie n’est pas très clairement établie, c’est une espèce de mélange de libéralisme, d’étatisme au service d’un pouvoir théocratique qui slalome entre les évolutions de l’opinion surtout pour maintenir le pouvoir de Macron. Le président de la république n’a pas de véritable projet pas plus en France qu’en Europe; au plan mondial,  après avoir espéré être la nouvelle coqueluche politique internationale, il s’est discrédité  auprès de la  plupart des grands de ce monde. La philosophie de Macon est assez approximative. On a pu le constater encore dans l’interview qu’il a accordée à valeurs actuelles à propos notamment de la laïcité. Une interview finalement où il ne dit rien sinon que rabâcher certaines évidences dans une diarrhée verbale interminable caractéristique du macronisme  qui endort par la forme les questions de fond. En fait avec un certain talent, la dialectique énarchique qui consiste à endormir son auditoire pour oublier la question  posée. Ainsi a-t-il procédé lors du grand débat avec les interminables réunions qui ont usé jusqu’aux intellectuels tombant sommeil après des heures , lassés par un discours brillant  sur la forme mais creux sur le fond.

Le macronisme: une fiction

Le  macronisme: une fiction

Au-delà d’un effet de mode se pose la question de la réalité du macronisme en tant qu’idéologie et mouvement. Si on peut effectivement considérer par exemple que le gaullisme ou le socialisme ont pu un temps s’installer comme mouvement  politique , comme projet et comme philosophie,  il en va différemment pour le macronisme. Première observation le macronisme  n’est pas un mouvement en ce sens qu’il ne repose sur aucune organisation,  aucune  autre incarnation que celle de Macron lui-même. Pas tellement étonnant dans la mesure où Macron a pris le soin de s’entourer seulement  de seconds couteaux et de techniciens susceptibles de ne pas faire de l’ombre. par , il faut se souvenir  avec quelle brutalité il a humilié Borloo susceptible de lui faire de la concurrence suite à la rapport très complet et très soutenu concernant les banlieues. Le parti la république en marche ne comporte aussi que des seconds couteaux ou  des courtisans. C’est davantage un club de fans qu’un véritable parti. Tous les responsables de la république en marche sont désignés par le sommet et la base est interdite de débat ,  de propositions et de contestation. Le secrétaire général supposé de la république en marche,  à savoir Guerini,  n’apparaît pratiquement nulle part, il est sur le fond comme sur la forme complètement transparent. Du point de vue philosophique,  Macron se réclame du progressisme mais la vérité c’est que jusque-là,  il a surtout privilégié les intérêts des plus favorisés. En outre sa volonté réformatrice est très relative car il ne cesse d’alterner la marche en avant et les pas en arrière. Il en est ainsi par exemple sur la délicate question de la laïcité, des retraites, des équilibres financiers et de la réforme de l’État. Un seul exemple, il avait promis de supprimer 50 000 fonctionnaires;  dans le prochain budget,  c’est autour de seulement 1500 postes seront supprimés. La vérité, c’est que la philosophie n’est pas très clairement établie, c’est une espèce de mélange de libéralisme, d’étatisme au service d’un pouvoir théocratique qui slalome entre les évolutions de l’opinion surtout maintenir le pouvoir de Macron. Le président de la république n’a pas de véritable projet pas plus en France qu’en Euro; au plan mondial,  après avoir espéré être la nouvelle coqueluche politique internationale, il s’est discrédité  auprès de la  plupart des grands de ce monde. La philosophie de Macron est assez approximative. On a pu le constater encore dans l’interview qu’il a accordée à valeurs actuelles à propos notamment de la laïcité. Une interview finalement où il ne dit rien sinon que rabâcher certaines évidences dans une diarrhée verbale interminable caractéristique du macronisme  qui endort par la forme les questions de fond. En fait avec un certain talent, la dialectique énarchique qui consiste à endormir son auditoire pour oublié la question  posée. Ainsi a-t-il procédé lors du grand débat avec les interminables réunions qui ont usé jusqu’aux intellectuels tombant sommeil après des heures usés par un discours brillant  sur la forme mais creux sur le fond.

Uber : « L’indépendance fiction» » (Jean-Paul Teissonnière)

Uber : « L’indépendance fiction» » (Jean-Paul Teissonnière)

Jean-Paul Teissonnière, expert, estime à juste titre que l’indépendance des chauffeurs  est une fiction dans une interview à Challenges. De fait,  les chauffeurs d’uber sont économiquement complètement dépendants de la société. Par ailleurs les chiffres évoqués par uber concernant la rémunération des chauffeurs qui tournerait autour de 1500 à 2000 € et complètement fantaisiste. En effet les chauffeurs doivent supporter le coût des charges sociales, des assurances, de la fiscalité en général aussi de l’amortissement de véhicules coûteux. En moyenne, les revenus ce situe à moins de 1000 € notamment depuis le relèvement de la commission d’uber.

 

Pourquoi considérez-vous que les chauffeurs de VTC travaillant pour Uber ne sont pas indépendants?

Cette indépendance est en effet une fiction absolue. Plusieurs faits montrent qu’ils sont au contraire dans une situation d’hyper dépendance. Ils ignorent tout de leurs passagers dont ils n’ont pas accès aux coordonnées qui sont gérées par la plateforme. Ils ne connaissent pas non plus le montant de la course ni les conditions dans lesquelles ils l’ont acceptée. Tous ces paramètres sont entre les mains d’Uber qui a un contrat avec le passager.

N’y-a-t-il pas également une situation de dépendance économique?

En effet et cela ne fait que renforcer cette notion de dépendance: les chauffeurs sont obligés pour la plupart de travailler 70 heures par semaine pour gagner un peu moins que le Smic. Ceux qui disent qu’ils gagnent 2.000 euros par mois, oublient qu’il faut encore déduire la TVA et les cotisations sociales obligatoires.

Pourquoi les chauffeurs n’ont-ils pas fait valoir cet argument auparavant?

C’est compliqué de mener un bras de fer avec un employeur si puissant. Par exemple, j’entends des chauffeurs me dire qu’ils sont immédiatement déconnectés de la plateforme s’ils sont repérés par la société en train de manifester. Cette notion de déconnexion sans recours possible est d’ailleurs un critère supplémentaire qui plaide en faveur de la requalification des contrats.

Quelle est votre action exactement?

C’est Sayah Baaroun, secrétaire général de l’Unsa-SCP-VTC qui nous a sollicités pour mener une action devant les tribunaux. Nous devrions saisir de manière collective les prud’hommes d’ici la fin de la semaine, début de semaine prochaine sur la question de la requalification des contrats de chauffeurs. Nous voulons également déposer une plainte au pénal dans le cadre de « travail dissimulé » qui rejoint l’action menée par l’Urssaf Ile-de-France en 2015.

«Hollande s’en va», fiction ou prospective ?

«Hollande s’en va», fiction ou prospective ?

Nombreux sont les observateurs qui pensent que Hollande ne pourra pas finir son mandat ou alors de manière lamentable. En fait sur la tendance,  il pourrait n’obtenir que 15% environ au premier tour en 2017. De toute évidence, le pays ne pourra supporter ce gouvernement d’amateurs encore pendant 3 ans ; ce qui pense aussi  un humoriste , Philippullus. Dans Le Coup du Père François, publié en août 2013 , Philippulus avait annoncé la chute vertigineuse de François Hollande dans les sondages, la révolte fiscale, les déroutes électorales du Parti socialiste, le remplacement de Jean-Marc Ayrault par Manuel Valls et l’accueil glacial que lui avait réservé une partie de la gauche.  Mais aussi la progression phénoménale du Front national et sa large victoire aux élections européennes. Sans oublier les déboires de l’UMP. Retrouvez à partir de lundi prochain dans Le Figaro la fiction politique de l’été: «Hollande s’en va».  Décembre 2015: après un nouvel et cuisant échec aux élections régionales, François Hollande, plus impopulaire que jamais, cerné de toute part, réfléchit aux rares solutions qu’il lui reste. Ne rien faire? Dissoudre? Ou bien partir? De toute manière Hollande laissera la France dans un état pitoyable et le pire c’est qu’on ne perçoit aucune perspective crédible dans les propositions des organisations qui fondent (et se nourrissent)  du système politique complètement obsolète.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol