Archive pour le Tag 'fermer'

Fermer le site internet du grand débat (Louis-Samuel Pilcer)

Fermer le site internet du grand débat (Louis-Samuel Pilcer)

 

À juste titre, Louis-Samuel Pilcer, étudiant à la Harvard Kennedy School, condamne la plate-forme du grand débat. La principale critique concerne l’anonymat des propositions de ceux qui vont s’exprimer. Ce qui va permettre à des lobbys d’envahir la plate-forme. Il sera méthodologiquement impossible de donner une véritable représentativité à cette expression. Un seul exemple lorsque le conseil économique et social à organiser sa consultation, c’est le refus de la PMA qui est venue en tête. Évidemment les militants de la manif pour tous avaient noyauté la consultation. (La tribune de Louis-Samuel Pilcer dans les Échos)

« …. il y a comme un problème : personne ne vérifie votre identité lors de l’inscription sur la plate-forme. Nom et prénom ne sont même pas requis, un pseudonyme et une fausse adresse de messagerie suffisent pour contribuer. Je viens donc de voter dix fois en faveur d’une baisse de la dépense publique, et n’importe qui pourrait envoyer plusieurs centaines de questionnaires en s’inscrivant avec des adresses de messagerie jetables. Au-delà de ces failles de sécurité évidentes, la méthodologie de la consultation est très problématique. Aucun recensement des caractéristiques des personnes consultées n’est réalisé. Les personnes âgées s’exprimeront-elles autant que les jeunes ? L’extrême droite participera-t-elle plus, ou moins, que les centristes ? Les campagnes voteront-elles autant que les métropoles ? Tant du point de vue démographique que de celui de l’appartenance politique, rien n’est pris en compte.

Si l’Insee n’interrogeait que des cadres supérieurs parisiens dans son enquête sur la consommation des ménages, leurs conclusions concernant le pouvoir d’achat des Français seraient probablement surprenantes. Si les participants de la consultation nationale ne sont pas représentatifs de la population française, ce grand débat n’aura servi à rien.

Les questions elles-mêmes sont troublantes. On nous demande s’il est plus pertinent de réduire le budget de l’éducation ou celui de la sécurité, sans donner aucun contexte concernant les marges de manoeuvre à la disposition du gouvernement dans ces deux domaines. Sur les cinq options proposées pour réduire les dépenses de l’État, toutes correspondent à des politiques publiques très importantes.

Si la consultation n’est pas doublée d’une communication claire sur ce qu’impliqueraient ces réductions budgétaires, les participants répondront à l’aveugle. Imaginons qu’une majorité de personnes consultées considèrent que le moins important, c’est le budget de l’éducation. Devra-t-on en conclure qu’il est légitime de revenir sur le dédoublement de classes en CP et de CE1 dans les quartiers défavorisés ?

Consulter n’est pas comprendre

Certes, réaliser des consultations en ligne pour permettre aux citoyens de participer à l’élaboration des politiques publiques peut être pertinent. Par exemple, le secrétaire d’État Julien Denormandie a lancé au début de son mandat une large consultation à laquelle ont répondu plus de 19.000 personnes afin d’élaborer la stratégie du gouvernement concernant le logement.

L’objectif était d’avoir l’avis de citoyens, locataires ou propriétaires, qui sont confrontés à ces problématiques au quotidien et qui souhaitent faire remonter au gouvernement des problèmes précis qu’ils ont rencontrés et qui peuvent représenter des freins à la mobilité, à l’accès au logement social, ou peser sur leur pouvoir d’achat.

De nombreuses propositions sont remontées de cette consultation, notamment concernant la simplification des procédures de déménagement grâce au numérique. Pour faire remonter des idées du terrain sur un sujet précis, les consultations sont essentielles ; mais pour comprendre ce que souhaitent les Français concernant les dépenses publiques ou les impôts, réaliser un sondage reste de loin la meilleure option.

Sonder les Français

La démarche du gouvernement est pleine de sens. Face à une crise politique qui remet en question notre compréhension de ce que souhaitent réellement les Français, il est essentiel d’aller prendre le pouls du pays afin de comprendre les causes profondes de ce malaise et de proposer un changement de politique qui réponde à leurs attentes.

Les rassemblements organisés au niveau local et la tentative de consulter le public à plus grande échelle peuvent constituer d’excellentes initiatives, si elles sont réalisées avec méthode et ne se limitent pas à une opération de communication.

Construire une plate-forme nationale permettant de consulter les citoyens sur des questions de politiques publiques reste donc une excellente idée. Mais l’identité des contributeurs doit être vérifiée, certaines caractéristiques socio-économiques devraient être recensées pour s’assurer de la représentativité des participants, et les questions posées doivent être claires et précises pour leur permettre de faire remonter une position réfléchie sur ces sujets. En l’absence de méthode rigoureuse pour faire remonter des idées du terrain, le meilleur outil de démocratie participative reste le sondage. »

 

 

Ford veut fermer l’usine de Blanquefort (Le Maire)

Ford veut fermer  l’usine de Blanquefort (Le Maire)

 

Une nouvelle catastrophe industrielle avec cette fermeture de Ford Aquitaine de Blanquefort (Gironde). Une catastrophe pour la région car Ford emploie plus de 847 personnes mais concerne avec la sous- traitance 4000 emplois. Une catastrophe pour la France qui ne cesse de brader son industrie. La perspective de reprise de l’usine est même combattue par Ford qui ne veut pas être impliquée d’une manière ou d’une  autre dans uen reprise. Ford aquitaine est devenu d’uen façon  manière le symbole de la désindustrialisation française. Sans doute pourquoi élus locaux, syndicats et pouvoir central tiennent le même discours. Et le ministre de l’économie Bruno Lemaire met les pieds dans le plat en dénonçant l’attitude de Ford: “J’ai eu le président de Ford vendredi dernier au téléphone et il m’a annoncé qu’entre une reprise du site de Blanquefort par Punch et la fermeture, l’option privilégiée par Ford était la fermeture de l’usine”, a-t-il dit à la presse à l’issue d’une réunion avec les représentants syndicaux et les élus. “Je suis évidemment en désaccord avec ce choix et je souhaite que nous nous mobilisions tous pour maintenir l’activité industrielle sur le site. Nous avons une option solide. Punch est un repreneur solide qui a une bonne réputation, qui a déjà apporté la preuve de sa capacité à reprendre une activité industrielle”, a-t-il ajouté. Lors de sa précédente visite dans l’usine il y a trois semaines, Bruno Le Maire avait émis l’espoir de voir aboutir les négociations entre Ford, qui entend se séparer de Blanquefort d’ici la fin de l’année 2019, et Punch, spécialisé dans la fabrication de composants automobiles et repreneur de l’usine de boîtes de vitesse que détenait General Motors à Strasbourg. Le ministre avait fixé la fin du mois d’octobre comme date butoir pour trouver une solution. Les collectivités locales et l’Etat se sont engagés lundi à investir 5 millions d’euros, dont trois millions d’euros pour des mesures de chômage technique qui seraient nécessaires et deux millions d’euros pour investir et moderniser le site, a précisé Bruno Le Maire.

Nucléaire- Fessenheim ; Ségolène ne sait plus s’il faut fermer !

Nucléaire- Fessenheim ; Ségolène ne sait plus s’il faut fermer !

 

 

 Nouvelle entourloupe du gouvernement qui ne sait plus s’il faut fermer Fessenheim. C’était pourtant la promesse de Hollande. Fermer Fessenheim la plus vieille centrale pour montrer aux écolos sa conversion environnementale. D’abord une promesse idiote car ce qui compte c’est une vraie transition de l’énergie avec progressivement une substitution d’autres sources au nucléaire. Ensuite évidemment un nouveau reniement, du type de celui de la loi «  Florange » pour la reprise des sites industriels fermés ( une loi , elle auusi, complètement vidée de son sens).  Enfin l’orientation réelle du gouvernement c’est le maintien de la production nucléaire puisque deux centrales ne seront fermées que lorsque deux autres seront mises en service. Renvoyer la responsabilité au nouveau patron de l’EDF constitue une argutie technique ; Ségolène patauge dans cette affaire en pleine contradiction. Pour résumer, le gouvernement est pour la transition énergétique mais sans toucher au nucléaire et sans toucher à la voiture (juste une augmentation du gasoil mais surtout pour de raisons  de rentrées fiscales°. Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, répond aux questions du JDD au lendemain de la clôture de la conférence environnementale.

Fermer la centrale de Fessenheim en 2016, une promesse du candidat Hollande, est-ce toujours possible?
Le plafonnement de la puissance nucléaire est inscrit dans la loi de transition : donc avec l’ouverture de deux nouveaux réacteurs, il faudra fermer deux réacteurs. Nous avons nommé une nouvelle gouvernance à la tête d’EDF qui doit s’impliquer dans la transition énergétique. L’entreprise va proposer des réacteurs à la fermeture. Si elle dit que des investissements ont été faits à Fessenheim et qu’il existe d’autres choix judicieux au regard de la sûreté nucléaire, nous les examinerons. Il n’y a pas d’idéologie en la matière, ce qui compte c’est la pertinence et l’intérêt général.

 

ArcelorMittal : va recevoir 19 millions pour fermer le site Florange ; motif : non pollution !

ArcelorMittal : va recevoir 19 millions pour fermer le site Florange ; motif : non pollution !

 

 

On monétarisé la pollution, du coup ArcelorMittal va recevoir 19 millions pour non pollution du site de Florange. Une aberration évidemment car l’acier sera fabriqué ailleurs en Asie par exemple où on est moins regardant sur les atteintes à l’environnement.Le site Notre planète.info révèle que le géant franco-indien pourrait continuer à engranger des millions d’euros grâce à la fermeture définitive des hauts-fourneaux lorrains. Pendant que les métallos de Florange remuent ciel et terre pour sauver leur emploi et que l’Etat indemnise leurs périodes de chômage partiel, ArcelorMittal, qui a prévu de fermer les hauts-fourneaux du site en mars 2013, devrait tout de même percevoir ses quotas de permis à polluer. « Lorsqu’une installation a cessé ses activités, l’État membre concerné ne lui délivre plus de quotas d’émission à compter de l’année suivant la cessation des activités », précise en effet la Commission européenne, citée par le site d’informations. Le nouveau plan d’allocation français, pour la période 2013-2020, prévoit ainsi, selon Notre planète.info, un quota gratuit de 3,8 millions de tonnes de CO2 de permis à polluer pour le site de Florange. A environ 5 euros la tonne sur le marché des droits à polluer, cela représente un joli pactole de 19 millions d’euros ! Florange fait en effet partie, explique le site, des quelque 10.000 sites industriels européens qui ont été intégrés au système d’échange de quotas d’émissions de CO2 mis en place en 2005. En fin d’année, si le site industriel dépasse son quota, il doit acheter des « droits à polluer » sur le marché carbone pour compenser ses émissions. Si, à l’inverse, il n’utilise pas tout son quota, il peut engranger et accumuler ses permis d’émissions pour ensuite les revendre à des entreprises qui ont dépassé leurs propres quotas. D’après Notre planète.info, ArcelorMittal n’a pas dépassé son quota annuel en 2009, 2010 et 2011, économisant plusieurs millions de tonnes de CO2. Et ce, en partie grâce à la mise en sommeil de ses hauts-fourneaux de Florange ! Au niveau mondial, ArcelorMittal serait même la compagnie qui a accumulé le plus grand excédent de quotas.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol