Archive pour le Tag 'FED'

Page 4 sur 6

La Fed abandonne la hausse des taux

La Fed abandonne la hausse des taux

 

Inutile de tourner autour du pot, la Fed retourne sa veste en abandonnant son processus de relèvement des taux. Certes l’idée n’est pas abandonnée pour mars mais il est vraisemblable que consciente de la nette dégradation de l’activité internationale, la Fed fera l’impasse une nouvelle fois sur un relèvement. Cela d’autant plus que si la croissance aux États-Unis est encore solide, elle n’en manifeste pas moins quelques signes de tassement. Non seulement ce relèvement des taux est peu probable en mars mais on peut penser que compte tenu des tendances de l’activité mondiale la perspective d’un relèvement n’interviendra pas en 2016.  « Le comité surveille de près les évolutions économiques et financières mondiales et cherche à évaluer leur impact pour le marché du travail et l’inflation », a déclaré la Fed dans un communiqué qui diminue la probabilité d’une hausse de taux lors de la prochaine réunion de son comité prévue en mars.   »Je pense qu’il n’y a rien de très surprenant », souligne toutefois Scott Brown, économiste chez Raymond James. « Il fallait bien qu’ils reconnaissent ce qui se passe dans le reste du monde et ils continuent à pencher en faveur d’une hausse de taux à un moment ou un autre, même si la question de savoir si cela se fera en mars, juin ou septembre reste ouverte. « C’est comme cet été; on a le sentiment qu’ils pourraient reporter la hausse des taux à cause des turbulences financières. » Les futures sur taux indiquent que les traders n’anticipent pas de nouvelle hausse de taux avant juillet et parient sur le fait que la banque ne les relèvera encore qu’une seule fois par la suite cette année. Quant aux investisseurs, selon une enquête Reuters réalisée avant la réunion, ils n’attendaient qu’une seule hausse, d’un quart de point, cette année, alors que la Fed avait évoqué au mois de décembre quatre hausses sur l’année.

La Fed : un autre petit relèvement en mars ?

La Fed : un autre petit relèvement en mars ?

 

Le changement très significatif de politique monétaire annoncée par la Fed depuis des mois et des mois n’aura sans doute pas lieu en tout cas dans les proportions prévues. La dernière hausse annoncée de 0.25 % témoigne de la très grande prudence de la Fed certes  encore satisfaite du niveau d’activité des États-Unis et des résultats de l’emploi mais qui s’interroge sur la pérennité de sa croissance et surtout sur celle de l’activité internationale. Du coup le prochain relèvement des taux qui pourrait avoir lieu en mars sera sans doute également de symbolique autour de zéro 25 %. Il est clair que la Fed est attentive aux évolutions des indicateurs internationaux et en particulier à ceux de la Chine (aussi à ceux des pays en voie de développement). Dès lors on  peut penser que la FED  va continuer d’adopter une relative prudence en matière d’évolution de sa politique monétaire d’autant que l’inflation ne justifie nullement une brutale remontée des taux. En vérité beaucoup d’investisseurs sont dans l’expectative témoin l’attentisme témoigné sur les marchés boursiers. La Réserve fédérale américaine relèvera à nouveau ses taux au cours des trois prochains mois, pensent deux tiers des économistes interrogés par Reuters, même si nombre d’entre eux prédisent que le resserrement monétaire sur l’ensemble de 2016 ne sera pas aussi prononcé que le suggère la Fed. La banque centrale des Etats-Unis a augmenté mercredi ses taux d’intérêt pour la première fois depuis 2006 après sept années de coût de l’emprunt quasi nul, exprimant ainsi sa confiance dans la solidité de l’économie américaine. La présidente de la Fed, Janet Yellen, a néanmoins clairement indiqué que la hausse des taux se ferait ensuite progressivement alors que l’inflation reste éloignée de l’objectif de 2% et que la vigueur du dollar pèse sur l’industrie américaine.

Fed : petit relèvement des taux et précautions oratoires

Fed : petit relèvement des taux et précautions oratoires

 

Petit relèvement des taux et précautions oratoires de la FED,  relativement prudente quant à la perspective du relèvement des taux : seulement augmentés de 0, 25. La Fed a pris de nombreuses précautions oratoires pour justifier de ce relèvement notamment en indiquant que le resserrement progressif tiendrait compte des résultats de l’inflation hors précisément cette inflation est loin de justifier d’autres augmentations de taux. Sur un an, la progression de indice des prix à la consommation est de 0,5%, soit légèrement mieux que le consensus (+0,4%). Mais  bien loin de l’objectif de la Fed qui vise 2 % par an.  Dès lors compte tenu de cette inflation très faible,  la hausse des taux à laquelle va procéder la Fed sera nécessairement symbolique. La Fed qui considère que les États-Unis ont atteint leurs objectifs en matière de croissance et d’emploi voudra en effet tenir compte du net ralentissement de l’activité internationale. Un relèvement trop significatif des taux serait susceptible de provoquer un effet de contagion dans différents pays notamment en Europe et dans les pays en développement. Certes la croissance américaine est encore solide autour de 2 % par an sur un an mais elle ne pourra être longtemps à l’abri du tassement mondial observé en particulier en Chine (notamment sur les exports comme sur les imports). L’inflation de base (« core CPI »), qui exclut les éléments volatils que sont l’énergie et les produits alimentaires, a augmenté pour sa part de 0,2%, comme les deux mois précédents, et s’affiche à +2% sur un an, soit sa plus forte progression depuis mai 2014.Les pressions inflationnistes augmentent donc légèrement, et ce malgré une baisse de 1,3% des prix de l’énergie, même si l’objectif de la Fed d’une hausse des prix de 2% est loin d’être atteint. La banque centrale américaine entame mardi une réunion monétaire de deux jours qui devrait se conclure mercredi par l’annonce du premier relèvement des taux d’intérêt aux Etats-Unis depuis juin 2006.  Usant d’un ton accommodant, la Réserve fédérale souligne clairement que cette hausse de taux est une première étape d’un resserrement « progressif » de sa politique monétaire et qu’elle surveillera avant tout l’inflation avant de décider d’un nouveau relèvement des taux. A l’issue d’une réunion de deux jours, le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed a décidé à l’unanimité de relever de 25 points de base sa fourchette d’objectif du taux des Fed Funds à 0,25%-0,50%, alors qu’elle la maintenait proche de zéro depuis le 16 décembre 2008. Cette première hausse des taux depuis 2006 aux Etats-Unis était largement anticipée par les investisseurs et la Bourse de New York a réagi positivement à la perspective de futurs relèvements seulement « progressifs », le Dow Jones finissant sur un gain de 1,28%. Le dollar a pour sa part effectué des va-et-vient entre 1,09 et 1,10 pour un euro, au gré des déclarations de Janet Yellen, la présidente de la Fed. « Avec une économie qui se comporte bien et qui devrait continuer à le faire, le comité a jugé qu’une hausse modeste de l’objectif des Fed Funds est maintenant appropriée », a dit Janet Yellen au cours d’une conférence de presse, tout en soulignant que, « même après cette hausse, la politique monétaire reste accommodante ».

FED : hausse des taux grâce à l’emploi

FED : hausse des taux grâce à l’emploi

 

La FED va pouvoir s’appuyer sur les très bons résultats de l‘emploi pour engager sa première hausse des taux (voisins de zéro actuellement). Parallèlement la croissance se montre très solide et la FED ne peut plus arguer de la situation intérieure pour reculer encore l’échéance. Ceci étant cette hausse des taux pourrait être très timide car l’environnement international; lui, se dégrade  Le marché du travail américain a été encore plus dynamique qu’attendu en novembre, un nouveau signe de bonne santé de l’économie qui laisse le champ libre à la Réserve fédérale pour relever ses taux lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, dans moins de deux semaines.  L’économie a créé 211.000 postes le mois dernier, a annoncé le ministère du Travail vendredi, et les chiffres de septembre et octobre ont été révisés en hausse, de 35.000 au total, par rapport aux estimations antérieures. Le taux de chômage, lui, est resté stable à 5,0%, son plus bas niveau depuis sept ans et demi, malgré une légère remontée, à 62,5%, du taux de participation à la population active, qui mesure la part des Américains en âge de travailler qui occupent ou recherchent activement un emploi.  Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 200.000 créations d’emploi en novembre et un taux de chômage inchangé.   »On a franchi le dernier obstacle à une hausse de taux. La Fed guettait une évolution positive des salaires et c’est un peu ce qu’on observe. Il n’y a absolument rien dans ce rapport qui puisse empêcher la Fed de relever les taux », a commenté Chris Gaffney, président d’EverBank World Markets. Ceci étant d’autres mesures de l’évolution du marché du travail surveillées avec attention par la Fed sont plus mitigés. La mesure large du taux de chômage incluant les personnes qui ont renoncé à chercher un poste et celles qui travaillent à temps partiel contre leur gré a ainsi augmenté d’un dixième de point, à 9,9%.

FED : une petite hausse des taux mais toujours une politique accommodante

FED  : une petite hausse des taux mais toujours une politique accommodante

Pas de quoi éclairer vraiment les marchés après les dernières déclarations de la présidente de la Fed. Il y aura sans doute une petite hausse des taux mais pas forcément suivi d’autres très rapidement. Certes les fondamentaux à savoir la croissance et l’emploi affichent  des résultats suffisants pour justifier cette hausse. Cependant la FED  est toujours dans l’expectative concernant le ralentissement de la croissance mondiale et ses effets sur les États-Unis. Du coup la Fed annonce aussi la poursuite d’une politique accommodante. Autant dire que la hausse des taux risque d’être symbolique pour ne pas provoquer de contagion dans l’économie mondiale. Selon la présidente de la banque centrale américaine, la politique monétaire restera donc accommodante, même après une première hausse des taux d’intérêt possible le 16 décembre.  La présidente de la Réserve fédérale a dressé un état des lieux relativement optimiste de l’économie des Etats-Unis mercredi anticipant « une croissance modérée » dans les années à venir, suffisante pour générer de nouveaux emplois. Dans un discours qu’elle devait prononcer à Washington, Janet Yellen a toutefois estimé que, malgré un taux de chômage officiel à 5%, le plein emploi n’était pas encore atteint. Certes, le taux de chômage est très faible, mais elle estime que beaucoup de travailleurs potentiels ne sont pas inscrits sur les listes des demandeurs d’emploi, ayant peu de perspective de retrouver un jbo: si le marché du travail s’améliorait franchement, ils s’inscriraient à nouveau. A deux semaines d’une réunion très attendue de la Fed où les taux pourraient être relevés, Mme Yellen a seulement assuré que la politique monétaire « resterait accommodante » après une première hausse des taux. La patronne de la Fed a rappelé que « beaucoup » de membres du Comité monétaire (FOMC) estimaient qu’il était temps en décembre de relever les taux même si « quelques participants » pensent qu’il faut attendre plus longtemps. Mme Yellen a insisté sur le « délai » d’efficacité de la politique monétaire qui, selon elle, implique qu’il ne faut pas attendre trop longtemps avant de relever les taux sous peine de devoir ensuite « les resserrer plus abruptement » ce qui risquerait d’avoir des répercussions négatives sur les marchés financiers. La responsable s’est dite confiante sur une remontée de l’inflation vers l’objectif de la Fed de 2% assurant que l’impact de la baisse des prix du pétrole et des bas prix à l’importation allait diminuer l’année prochaine. Elle estime également que les risques que font peser le ralentissement des économies à l’étranger « ont diminué depuis cet été ». Le Comité monétaire de la Fed se réunit les 15 et 16 décembre et les marchés s’attendent à une première hausse des taux d’intérêt qui sont maintenus proches de zéro depuis fin 2008.

 

Relèvement des taux : la Fed dans le potage

Relèvement des taux : la Fed dans le potage

Depuis déjà des mois la Fed ne cesse d’entretenir un climat d’incertitude à propos du relèvement des taux. Pour résumer sa position, ce relèvement se justifie par la situation économique et le redressement de l’emploi toutefois la date reste à préciser compte tenu de la prise en compte de la situation internationale. La vérité c’est que la Fed patauge. Il faut dire que si l’activité économique est encore solide même si  la croissance s’est quand même tassée dernièrement. En outre un relèvement des taux favoriserait de nouvelles remontées du dollar qui handicaperaenit les exportations américaines. Enfin et surtout la hausse des taux américains risquerait de provoquer un phénomène de contagion qui pourrait peser de manière négative sur l’activité mondiale. Dans un échange de lettres avec l’avocat spécialiste du droit du consommateur Ralph Nader, la présidente de la Réserve fédérale prône donc une approche prudente pour ce qui est d’un relèvement des taux directeurs américains. Dans sa lettre adressée à Ralph Nader et également à « M. (Guy) Vidal », Janet Yellen confirme sa position suivant laquelle la Fed ne doit relever les taux d’intérêt que progressivement. « Une hausse excessivement énergique des taux (…) entraverait la croissance économique, nécessitant un retour durable à des taux d’intérêt bas », écrit-elle. Le compte rendu de la réunion de politique monétaire des 27 et 28 octobre publié la semaine passée montre qu’un noyau dur de responsables de la banque centrale s’est rallié au scénario d’une hausse des taux en décembre mais les banquiers centraux ont aussi discuté du potentiel à long terme de l’économie américaine qui pourrait avoir baissé durablement.

Relèvement des taux : la FED dans le potage !

Relèvement des taux : la FED dans le potage !

 

Pour résumer la position de la FED  concernant les taux, « c’es j’y vais j’y vais pas ? » Depuis des mois en effet la Fed ne cesse d’affirmer que l’environnement est désormais favorable à un relèvement des taux aux États-Unis. Pour cela la banque centrale s’appuie sur les chiffres d’une solide croissance et de la nette reprise de l’emploi. Toutefois les chiffres de la croissance du troisième trimestre n’ont pas été à la hauteur par ailleurs les Américains sont bien conscients que la dégradation de l’environnement économique international a nécessairement des effets négatifs y compris aux États-Unis. Le risque majeur c’est qu’un relèvement des taux aux États-Unis favorise un mouvement de contagion qui alors contribuerait à faire encore davantage plonger l’activité économique mondiale. D’où cette valse-hésitation de la FED  quant à la date du relèvement des taux. Cette fois c’est le président de la Fed de New York qu’il exprime- La Réserve fédérale américaine devrait « bientôt » être prête à relever ses taux d’intérêt, les banquiers centraux étant de plus en plus fermement convaincus que l’inflation repartira à la hausse et que l’emploi restera stable, a déclaré vendredi le président de la Fed de New York, William Dudley. « Nous espérons que sous peu nous serons raisonnablement confiants dans le fait que l’inflation rebondira vers son objectif de 2% », a-t-il dit à l’université Hofstra, ajoutant qu’il était « très logique » de s’attendre à ce que les conditions de la Fed en matière d’inflation et d’emploi soient « bientôt » remplies, permettant ainsi aux responsables monétaires de « commencer à penser à relever les taux d’intérêt à court terme ». »Je ne peux pas vous dire quand nous le ferons car cela dépendra des indicateurs », a ajouté le président de la Fed de New York, proche de la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, et qui bénéficie d’un droit de vote permanent au comité de politique monétaire (FOMC). « Il nous reste un mois jusqu’à la prochaine réunion du FOMC et je propose d’attendre de voir ce que les indicateurs nous réservent dans les quatre semaines à venir. »

Comme la FED, la BOJ paumée !

Comme la FED, la BOJ paumée !

 

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’en ce moment les banques centrales semblent un peu perdues . Certes on objectera avec raison qu’il y a des limites à la politique monétaire et que cette dernière ne peut à elle seule opérer les réformes structurelles nécessaires et relancer la croissance. Mais pour l’instant les banques centrales paraissent agir de manière hésitante voire contradictoire. Ainsi la Fed s’apprête à relever les taux au moment où sa croissance manifeste des signes d’affaiblissement ( croissance de 1,5 % seulement sur un an au dernier trimestre), inversement en Asie et ailleurs on favorise des politiques plus accommodantes. Mais sans nécessairement adapter leur ampleur au contexte. On peut notamment demeurer perplexe quand la BoJ estime que l’économie japonaise va continuer de démarrer alors que cette économie est tombée en récession au troisième trimestre. La Boj a en effet  maintenu le rythme de sa politique d’assouplissement inchangé jeudi à l’issue de sa réunion de politique monétaire, conservant l’espoir d’un redémarrage de l’économie malgré la faiblesse des investissements, de la production et des exportations.  La banque centrale continue de tabler sur une reprise modérée de l’économie, qui est retombée en récession au troisième trimestre. La BoJ entend en conséquence poursuivre ses rachats d’actifs au rythme annuel de 80.000 milliards de yens (environ 600 milliards d’euros). «L’économie japonaise devrait continuer à redémarrer de manière modérée» !!!! , indique la banque centrale dans le communiqué annonçant sa décision, prise par 8 voix contre une. Sa décision a suivi la publication d’une statistique montrant que les exportations ont reculé en octobre, pour la première fois en plus d’un an, accentuant les craintes sur la capacité de la troisième économie mondiale à sortir rapidement de la récession.


Fed : une hausse des taux mortelle pour l’économie mondiale

Fed : une hausse des taux mortelle pour l’économie mondiale

 

La Fed s’apprête sans doute à faire une erreur stratégique fondamentale en relevant sans doute ses taux d’ici la fin de l’année. Certes l’activité générale aux États-Unis sera très satisfaisante pour 2015. Cependant il faut observer un net tassement au troisième trimestre lié d’une part à la hausse du dollar et surtout à un environnement mondial qui pèse nécessairement sur l’économie américaine  Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1,5% en rythme annualisé sur la période juillet-septembre, contre une hausse de 3,9% au deuxième trimestre.. Etant donné la vigueur du dollar, la croissance des exportations a décéléré au troisième trimestre. Signe aussi du tassement de la croissance.  L’indice des prix PCE n’a  augmenté que de 1,2% au troisième trimestre après une progression de 2,2% au deuxième. Hors prix pétroliers et alimentaires, cet indice a augmenté de 1,3%. Tout cela démontre l’évidence que l’activité aux États-Unis est également liée à la situation économique internationale. Mais la FED fait  une grave erreur de diagnostic ; témoin ce qui  est  déclaré dans la dernière note de la banque centrale : »Le système financier américain semble avoir surmonté les turbulences sur les marchés financiers mondiaux sans aucun signe de stress systémique ». « La plupart des participants ont jugé que les risques baissiers en lien avec les développements économiques et financiers à l’étranger avaient diminué et ont estimé que les risques pour les perspectives de l’activité économique et du marché du travail (aux Etats-Unis) étaient pratiquement équilibrés ». Il est vrai cependant que le relèvement des taux américains aura davantage de conséquences négatives sur le reste du monde qu’aux Etats-Unis. Même si le relèvement des taux est progressif inévitablement on constatera très rapidement un effet de contagion dans les zones autres zones géographiques et en particulier en Europe. Une Europe justement engluée dans la croissance molle et qui a encore besoin d’une politique monétaire accommodante pour soutenir la croissance. Ne parlons pas des effets sur des pays en développement car le relèvement des taux ne fera que tuer un peu plus la demande. Il est vraisemblable que les États-Unis subiront eux aussi des effets néfastes d’un resserrement monétaire car la hausse du dollar viendra handicaper la compétitivité du pays. Enfin on pourrait ajouter que le développement du terrorisme ne constitue pas un élément favorable pour renforcer la confiance dans l’économie mondiale et que ce relèvement des taux et donc à tous égards assez inopportuns.

FED: Une hausse de taux en décembre ?

FED: Une hausse de taux en décembre ?

La hausse des taux de la FED paraît désormais vraisemblable sauf que  la conjoncture internationale pourrait bien en limiter la portée voire même justifier un nouveau report.  15 des 17 spécialistes en valeurs du Trésor (SVT, les banques habilitées à traiter directement avec la Fed) interrogés disent s’attendre à une hausse de taux le mois prochain. Onze ont précisé que leur conviction dans ce sens s’était renforcée depuis un mois. Mi-septembre, ils n’étaient que 12 sur 17 à tabler sur un relèvement avant la fin de l’année.   »La barre est vraiment trop haute pour dissuader la Fed de relever les taux en décembre », a commenté Derek Holt, économiste de Bank of Nova Scotia. Parmi les éléments susceptibles de remettre en cause le scénario désormais privilégié figurent selon lui de mauvais chiffres de l’emploi en novembre et le retour de « turbulences importantes sur les marchés liées à des risques internationaux ». La nouvelle enquête de Reuters a été réalisée après la publication vendredi des statistiques de l’emploi pour le mois d’octobre, nettement supérieures aux attentes. « Le rapport sur l’emploi est très solide et s’ajoute à d’autres éléments (les ventes de voitures, l’activité dans les services, etc.) montrant que l’activité sur le marché intérieur va rester solide et compenser la faiblesse internationale », explique Michael Gapen, responsable des études économiques chez Barclays, dans un courrier électronique. Barclays pense que la Fed relèvera les taux en décembre et sa conviction sur ce point s’est « nettement renforcée » depuis un mois.

FED : une hausse des taux …pour tuer la croissance mondiale ?

FED : une hausse des taux …pour tuer la croissance mondiale ?

 

 

-

 

La FED s’apprête peut être à faire la plus grosse erreur de son histoire en relevant ses taux. Certes une perspective qui devait être atteinte une fois la situation de l’emploi améliorée. Ce qui est le cas. Cependant la conséquence directe sera la montée du dollar alors que l’économie américaine commence à être affectée par le ralentissement mondial. La contagion des taux serait alors inévitable et pèserait encore une peu plus sur la croissance des régions engluée dans la croissance molle (l’Europe, le Japon ou nombre de pays émergents).  L’économie américaine a créé beaucoup plus d’emplois que prévu en octobre, montrent les statistiques publiées vendredi par le département du Travail, qui renforcent l’hypothèse d’un relèvement des taux d’intérêt dès le mois prochain aux Etats-Unis. A 271.000, les créations d’emploi le mois dernier ont été les plus nombreuses depuis décembre 2014. Elles dépassent nettement les attentes puisque les économistes interrogés par Reuters en prévoyaient en moyenne 180.000. Elles sont même supérieures à la plus optimiste des 101 estimations du consensus, qui était de 240.000.  Les chiffres cumulés d’août et septembre ont été légèrement révisés à la hausse pour montrer 12.000 créations d’emploi supplémentaires par rapport aux annonces précédentes. Le taux de chômage, calculé sur la base d’une enquête distincte de celle servant à mesurer les créations de postes, s’établit à 5,0%, au plus bas depuis avril 2008, après 5,1% en septembre. Les économistes l’attendaient inchangé. L’euro a cédé 1,35% face au billet vert, autour de 1,0734 dollar, après la publication de ces statistiques. Sur le front obligataire, les rendements des Treasuries à 10 ans ont touché un pic de plus de trois mois à 2,338%. Les marchés estiment désormais à 72% la probabilité d’un relèvement le mois prochain, contre 58% avant la publication des chiffres de l’emploi.

Hausse des taux : la Fed joue à se faire peur

Hausse des taux : la  Fed joue à se faire peur

 

Nouvelle réunion de la FED où l’on a annoncé que les taux actuels seront maintenus mais qu’ils pourraient être revus à la hausse plus tard. En fait au lieu de rassurer (et de se rassurer) la FED joue à se faire peur. Un jeu dangereux car on se plaint aux Etats Unis du niveau trop élevé du dollar et la hausse des taux aurait un effet immédiat sur une nouvelle remontée de la monnaie américaine. D’autant que pendant ce temps là la plupart des grandes banques centrales, elles maintiennent des taux bas ou les diminuent (En Chine par exemple et bientôt ,peut être en Europe). La Réserve fédérale américaine a, comme attendu, laissé mercredi ses taux directeurs inchangés mais elle a nuancé les risques internationaux menaçant l’économie des Etats-Unis et a explicitement laissé la porte ouverte à un resserrement de sa politique monétaire lors de sa prochaine réunion en décembre. A l’issue d’une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire, la Fed a déclaré qu’elle continuait de surveiller les développements économiques et financiers à l’étranger mais elle n’a pas répété l’avertissement émis lors de sa précédente réunion en septembre sur le fait que des risques internationaux auraient probablement des conséquences sur l’économie américaine. Si le statu quo monétaire n’a guère surpris les investisseurs, ces derniers n’avaient pas anticipé cette référence aussi claire à la possibilité d’un premier relèvement des taux d’intérêt depuis 2006 lors de sa prochaine réunion. Cela explique le vif retournement à la hausse du dollar face à un panier de devises internationales. Alors qu’il reculait de quelque 0,4% avant les déclarations de la Fed, le billet vert avançait vers 19h10 GMT de 0,85%. « En cherchant à déterminer s’il est approprié de relever l’objectif du taux des « fed funds » lors de sa prochaine réunion, le comité évaluera les progrès — accomplis ou attendus — par rapport à ses objectifs d’une situation de plein emploi et d’une inflation de 2% », déclare la Fed dans un communiqué. Bref le : même discours depuis des mois !  Mais Cela tient surtout au fait que la croissance

Hausse des taux d’intérêt :la FED tergiverse

Hausse des taux d’intérêt :la FED  tergiverse

 

La FED  continue grande d’entretenir la plus grande confusion sur la perspective d’une hausse des taux pendant des mois elle n’a cessé d’affirmer que cette hausse des taux était incontournable dès lors qu’on constaterait une amélioration de l’emploi et de l’activité. Or elle ne cesse de faire des reculs successifs pour retarder encore sa décision en s’appuyant d’abord sur le tassement de l’activité économique mondiale. Ce que constatent  d’ailleurs l’OCDE et  le FMI qui réclament  à cet égard la plus grande prudence. Du coup la FED qui observe aussi une diminution de la croissance des emplois aux États-Unis semble prête à reporter encore sa décision. Mais c’est hésitations alimente la volatilité des marchés et ne donne pas une perspective claire. La Réserve fédérale américaine a donc estimé que l’état de l’économie n’était pas loin de justifier une hausse des taux d’intérêt en septembre, mais les responsables de la politique monétaire aux Etats-Unis ont jugé qu’il était prudent d’attendre des données montrant que le ralentissement économique mondial ne faisait pas dérailler l’activité du pays. Selon le compte-rendu de la réunion de politique monétaire des 16 et 17 septembre, il apparaît que les banquiers centraux se sont montrés préoccupés des signes suggérant un ralentissement économique mondial, tout en estimant que ceci n’avait pas « de manière significative » bouleversé les perspectives pour l’économie. La Fed avait pris les investisseurs en observant le statu quo monétaire lors de la réunion du mois de septembre, alors qu’une première hausse des taux d’intérêt en près de 10 ans avait été anticipée. Le fait que la banque centrale américaine ne resserre pas sa politique monétaire avait été interprété comme le symptôme d’une conjoncture mondiale bien plus déprimée que prévu, ce qui s’était traduit par une forte chute des marchés actions mondiaux dans les jours qui avaient suivi. Selon le compte-rendu, la plupart des membres du comité de politique monétaire de la Fed ont jugé lors de cette réunion qu’il était toujours justifié de relever les taux « d’ici la fin de l’année ». Depuis, des chiffres de l’emploi pour le mois de septembre largement inférieurs aux attentes ont conduit nombre d’acteurs de marché à exclure toute hausse des taux en 2015, sentiment en partie à l’origine du rebond de Wall Street depuis le début du mois.

Remontée des taux par la Fed : reportée à cause de l’emploi ?

Remontée des taux par la Fed : reportée à cause de l’emploi ?

Lors de sa dernière réunion officielle  la Fed a décidé de ne rien décider. Pourtant les chiffres tant de la croissance que de l’emploi étaient  satisfaisants. Or c’est en fonction de l’évolution de l’emploi qu’on devait gérer la politique des taux. Mais la présidente de la Fed a utilisé le prétexte- sans doute de manière judicieuse- la de la dégradation de la croissance internationale. Les très récents chiffres de l’emploi aux États-Unis semblent lui donner raison car la tendance de création d’emplois s’est nettement affaiblie au États-Unis.  Les entreprises ont nettement ralenti les créations de postes ces deux derniers mois aux Etats-Unis et les salaires ont baissé en septembre, une évolution qui alimente les doutes sur la capacité de l’économie à supporter l’impact d’une éventuelle hausse des taux de la Réserve fédérale d’ici la fin de l’année.  Les créations d’emploi hors agriculture n’ont atteint que 142.000 en septembre, alors que les économistes interrogés par Reuters en attendaient en moyenne 203.000. Les chiffres de juillet et d’août ont été révisés en baisse et font ressortir 59.000 créations de moins qu’estimé auparavant.  Le chiffre cumulé des deux derniers mois est le plus faible enregistré depuis plus d’un an et il pourrait conforter le scénario d’une décélération de la croissance américaine, en raison notamment des doutes sur la santé de l’économie chinoise.  Le secteur manufacturier américain a ainsi supprimé 9.000 postes en septembre après 18.000 en août. Celui des mines et de l’énergie, qui souffre de la chute des cours de nombreuses matières premières, en a perdu 10.000, septembre marquant son neuvième mois consécutif de baisse des effectifs.  « L’économie n’est pas aussi protégée que certains voulaient bien le croire », résume Brian Jacobsen, responsable de la stratégie d’investissement de Wells Fargo Funds Management.  Le taux de chômage, calculé sur la base d’une enquête distincte de celle servant à mesurer les créations de postes, est resté inchangé en septembre à 5,1%, comme attendu. La même enquête montre que 350.000 personnes sont sorties de la population active le mois dernier.

 

 

Relèvement des taux en 2015 : la Fed toujours dans l’expectative

Relèvement des taux en 2015 : la Fed toujours dans l’expectative

 

Rien de nouveau du côté de la fête. La présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen adopte toujours une posture d’observatrice en commentant l’environnement économique. Elle indique seulement qu’on pourrait s’attendre à ce que la banque centrale américaine relève ses taux d’intérêt cette année, sous réserve que l’inflation reste stable et que l’économie des Etats-Unis reste suffisamment dynamique pour encore faire baisser le taux de chômage. Mais comme des incertitudes planent sur l’avenir économique compte tenu de l’environnement mondial tout est encore possible. Soit un relèvement des taux d’ici la fin de l’année,  soit un report en 2016. Autant dire que les commentaires de la présidente de la Fed ne sont pas très éclairants pour les acteurs économiques qui demeurent dans l’expectative. Contrairement à ce qu’affirme la présidente de la Fed il ne sera pas tenu compte uniquement de la situation aux États-Unis mais aussi du niveau d’activité mondiale. Or sur ce point le tassement de la croissance mondiale crée des les inquiétudes notamment en provenance de l’Asie et surtout de la Chine. L’OCDE a d’ailleurs revu à la baisse ses prévisions de croissance. Contrairement à ce que pense aussi la Fed la faible inflation n’est pas du cas des facteurs temporaires. Elle est simplement le produit d’un déséquilibre entre les capacités de production et la demande ; un déséquilibre qui va sans doute durer encore pendant des mois S’exprimant une semaine après que la Fed a donc pris les investisseurs de court en ne relevant pas ses taux, elle a précisé que ni ses collègues ni elle ne pensaient que les récents développements économiques affecteront de manière significative la politique monétaire de l’institut d’émission. Janet Yellen ajoute que l’actuelle faiblesse des prix à la consommation est le fait de facteurs temporaires, tels la vigueur du dollar et le bas niveau des cours du pétrole. Sur le marché des changes, le billet vert s’est retourné à la hausse, face à l’euro et face à un panier de devises internationales, après les déclarations de Janet Yellen. Elle ajoute que le comité de politique monétaire de la Fed est d’avis que la première économie mondiale restera suffisamment solide pour arriver à une situation de plein emploi et à un ancrage stable des anticipations en matière d’inflation. « (…) le fait de remplir ces conditions entraînera vraisemblablement une première hausse des « fed funds » plus tard cette année, suivie d’un rythme progressif de tours de vis monétaires par la suite », dit Janet Yellen, selon le texte d’un discours qu’elle doit prononcer à l’université du Massachussets. En l’état actuel des choses, les perspectives économiques américaines « apparaissent dans leur ensemble solides », a encore dit la présidente de la Fed.

 

Relèvement des taux : la FED dans le potage

Relèvement des taux : la FED dans le potage

 

 

En décidant de ne rien décider la Fed à ajouter de l’incertitude  aux incertitudes antérieures. Du coup les marchés sont encore un peu plus dans  l’expectative. Pour résumer la FED estime que les taux pourraient et devraient augmenter mais qu’ils ne le seront pas en tout cas pour les mois à venir voir même au-delà compte tenu de l’évolution de la croissance mondiale. À noter aussi un glissement des justifications de la Fed qui jusqu’alors  considérait  qu’un relèvement était  conditionné par  l’emploi, la croissance et l’inflation. Or le risque inflationniste s’est notoirement éloignes aux États-Unis comme ailleurs, la croissance comme l’emploi ont connu un net redressement. Du coup ce sont les paramètres internationaux qui se substituent à ceux des États-Unis. Le risque évidemment c’est que la Fed comme les autres banques centrales ne disposent plus d’aucune marge de manœuvre pour faire face à une éventuelle bulle financière. Les trois principales banques centrales — la Fed, la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du Japon (BoJ) — ont atteint le seuil de la nullité des taux et aucune n’est parvenue à s’en éloigner, la BCE envisageant même d’étendre son actuel programme d’achats d’actifs. La prudence de la Fed témoigne aussi du doute de la banque centrale américaine quant à l’efficacité de son intervention. Cela souligne aussi les limites des banques centrales pour peser sur la croissance. Les scénarios de reprise de cette croissance au plan mondial ayant été contredits.  Au cours de sa conférence de presse, la présidente de la Fed, Janet Yellen, a fait référence de manière répétée aux développements à l’international qui ont affecté l’économie américaine, affaibli l’inflation et menacent la croissance. Depuis un an, les représentants de la Fed n’ont pourtant eu de cesse que d’expliquer que l’impact ces facteurs — de la faiblesse des prix du pétrole à la vigueur du dollar en passant par le ralentissement économique en Chine — allait s’estomper pour laisser la place à une inflation plus forte et à une hausse des salaires plus en phase avec le faible niveau du taux de chômage aux Etats-Unis. Le statu quo de la Fed est également alimenté par la guerre des monnaies qui se profile.

Evolution des taux : il est urgent d’attendre (la FED)

Evolution des taux : il est urgent d’attendre (la FED)

 

 

Pour résumer la position de la FE :, la situation économique et l’emploi aux États-Unis justifierait une hausse des taux mais celle-ci n’aura pas lieu en ce moment du fait des incertitudes concernant la situation mondiale. En bref il est urgent d’attendre ;  la hausse   des taux interviendra mais on ne sait pas quand, avant la fin de l’année ou en 2016 ? Ce qui fait que la menace va planer encore sans doute pendant des mois rajoutant encore des incertitudes au sein incertitude. En réalité tout dépendra de l’évolution de la croissance mondiale est particulièrement de celle de la Chine. La Réserve fédérale américaine a laissé jeudi ses taux d’intérêt inchangés, cédant aux inquiétudes suscitées par l’économie mondiale, la volatilité des marchés financiers et la faiblesse de l’inflation aux Etats-Unis, sans exclure toutefois la possibilité d’un durcissement de sa politique monétaire d’ici la fin de l’année.  Pour justifier ce qui s’apparente à un retrait tactique, sa présidente, Janet Yellen, a reconnu lors d’une conférence de presse que l’évolution récente de la situation économique internationale avait forcé la main de la banque centrale la plus puissante du monde.  L’économie américaine se porte suffisamment bien pour supporter et justifier une hausse de taux, a-t-elle expliqué, « et nous prévoyons que cela restera le cas ». Mais elle a ajouté que « les perspectives à l’international semblent être devenues plus incertaines », avec pour conséquences récentes une baisse de Wall Street, une hausse du dollar et un resserrement des conditions de financement susceptibles de freiner la croissance américaine.   »A la lumière de l’incertitude accrue à l’étranger, (…) le comité a jugé approprié d’attendre », a poursuivi Janet Yellen. « Etant donné l’interdépendance économique et financière élevée entre les Etats-Unis et le reste du monde, la situation à l’étranger mérite une surveillance attentive. » Le communiqué publié à l’issue de la réunion du comité de politique monétaire mentionne lui aussi l’impact de la situation internationale, devenue une variable clé de la réflexion de la Fed au-delà des seuls données économiques américaines.   »Les récents développements de l’économie et des marchés financiers mondiaux pourraient peser quelque peu sur l’activité économique et sont susceptibles d’exercer une pression baissière supplémentaire sur l’inflation à moyen terme », explique-t-il.  La prochaine réunion de politique monétaire aura lieu les 27 et 28 octobre, la dernière de l’année les 15 et 16 décembre. Mais il est peu probable finalement que cette hausse des taux intervienne d’ici fin 2015.

Relèvement des taux de la FED : doutes pour septembre

Relèvement des taux de la FED : doutes pour septembre

 

En dépit d’une forte croissance actuellement sur un 3,7%  et d’une situation de l’emploi satisfaisante, les taux américains risquent de ne pas augmenter cette année. En cause la dépression de la croissance en Chine et des mouvements très erratiques sur les marchés financiers orientés à la baisse. La hausse des taux pourrait n’ intervenir qu’en 2016. Les membres de la Réserve fédérale les plus pressés d’engager le processus de relèvement des taux d’intérêt américains ont déclaré vendredi que les turbulences sur les marchés financiers pourraient pousser la banque centrale à retarder le resserrement de sa politique monétaire au-delà du mois de septembre, malgré les preuves que la croissance américaine reste vigoureuse. James Bullard, le président de la Fed de St. Louis, a affirmé, lors d’un entretien accordé à Reuters, qu’il restait favorable à un relèvement des taux dès la prochaine réunion de politique monétaire, mi-septembre, ajoutant simplement que la Fed hésiterait sans doute à franchir le pas si les marchés restaient volatils jusqu’à cette date.  Les mouvements erratiques des marchés et le ralentissement de l’économie chinoise ont eu pour l’instant peu d’effet sur l’économie américaine, a-t-il souligné, en marge du symposium économique de Jackson Hole (Wyoming) auquel participent de nombreux responsables de banques centrales du monde entier. « Rien de ce qui s’est passé jusqu’ici n’a radicalement modifié les perspectives des Etats-Unis au point de changer la trajectoire de base de la politique monétaire », a-t-il dit.   »Ma préférence serait – et c’est notre stratégie – d’agir plus tôt mais d’agir progressivement. Donc allons-y et nous pourrons ajuster le rythme des hausses en fonction des données qui nous arriveront sur l’économie américaine et de l’évolution des prévisions », a ajouté James Bullard, qui a déclaré auparavant juger justifiée une hausse de taux en septembre.   »Donc l’un des avantages que nous avons est que l’orage a lieu maintenant et, pour l’instant en tout cas, nous pensons qu’il se sera calmé d’ici la tenue de la réunion du FOMC (comité de politique monétaire de la Fed) », a-t-il ajouté.   »Si les marchés sont extrêmement volatils à l’approche de la réunion, tout le monde dit la même chose – je propose donc d’attendre que les choses se calment, de voir où elles nous mènent et, une fois constaté, de prendre une décision. » La forte volatilité des marchés financiers ces derniers jours à semé le doute sur le calendrier possible du resserrement de la politique monétaire de la Fed, notamment après les propos de William Dudley, un proche conseiller de la présidente de l’institution, Janet Yellen, jugeant une hausse de taux en septembre moins urgente qu’auparavant.

 

FED: hausse des taux en septembre, pas encore certain

FED: hausse des taux en septembre, pas encore certain

Finalement on ne sait toujours pas si la hausse des taux interviendra en septembre aux États-Unis. Certes la situation de l’emploi semble s’améliorer et justifierait cette hausse puisque c’était une condition pour que la FED  des remonte les taux. On s’interroge cependant sur la solidité de l’emploi et derrière surtout sur celle de la croissance. Une croissance qui pourrait être influencée de manière négative par la dégradation de la situation chinoise. Une situation caractérisée par un net recul de la croissance mais aussi par des difficultés financières des entreprises, des collectivités mais aussi du système bancaire. Certains experts n’excluant plus l’hypothèse d’un krach. Du coup la remontée des taux américains pourrait intervenir qu’au début de l’année 2016. La décision d’une première hausse des taux d’intérêt depuis 2006 par la Réserve fédérale américaine s’est précisée lors de la dernière réunion de la banque centrale en raison essentiellement de la poursuite de l’amélioration du marché du travail aux États-Unis. Cela fait 23 semaines d’affilées que ces inscriptions hebdomadaires sont sous la barre des 300.000, signe indéniable d’une nette amélioration du marché du travail. En juillet, le taux de chômage s’est maintenu à un plus bas de sept ans, à 5,3%, conformément aux prévisions des économistes. Ce taux est proche de celui de 5-5,2% que la plupart des responsables de la Fed estiment satisfaisant dans un contexte d’inflation basse. Cependant, selon le compte rendu de la réunion du comité de politique monétaire (FOMC) des 28 et 29 juillet, les membres de la Fed se sont, à nouveau, montrés préoccupés par la faiblesse de l’inflation et le piètre état de la conjoncture économique mondiale, deux facteurs qui ne plaident pas en faveur d’un tour de vis monétaire. La Fed reste néanmoins très prudente en raison du bas niveau de l’inflation -même si elle a remonté pour le sixième mois d’affilée -et des salaires et, plus généralement, elle s’interroge sur le fait que la reprise, en cours depuis déjà six ans, n’a pas permis de faire remonter la hausse des prix à la consommation près de son objectif de 2%. « La plupart des membres (…) souhaiteraient avoir davantage de preuves que la croissance économique est suffisamment forte et que les conditions sur le marché du travail se sont améliorées au point qu’ils puissent raisonnablement avoir confiance en un retour de l’inflation vers l’objectif à moyen terme du comité », indiquent les minutes de la réunion du Comité de politique de la Fed. La deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) sera annoncée le 27 août et nombre d’économistes tablent sur une forte révision à la hausse par rapport à la première, ressortie à 2,3% en rythme annualisé. « Plusieurs participants ont noté que le ralentissement de l’activité économique chinoise pouvait poser des risques pour les perspectives économiques aux États-Unis », lit-on encore dans le compte-rendu. Alors que Pékin peine à relancer la croissance du pays et atteindre l’objectif de 7%, la banque centrale chinoise a injecté 100 milliards de dollars à China Développement Bank et à l’Export-Import Bank of China.

FED : hausse des taux en septembre ? mauvaise nouvelle pour l’Europe

FED : hausse des taux en septembre ? mauvaise nouvelle pour l’Europe

 

On se souvient que le FED avait décidé de maintenir ses taux très bas tant que la situation ne s’améliorerait pas sur le front de l’emploi. Or d’après les bons résultats de mai, il semble de plus en plus probable que ces taux seront relevés dès septembre puis vers décembre. Certes la croissance ‘est un peu tassée mais elle demeure sur une projection autour de 2.5% et de ce point de vue l’emploi devrait suivre. Ce qui est important ce n’est pas seulement le niveau des nouveaux taux qui pourrait être décidé par la FED mais la dynamique que cela pourraiat engager dans le monde entier. Notamment en Europe. Une remontée des taux serait une  très mauvaise nouvelle pour la croissance en Europe, pour les déficits aussi . Ce pourrait aussi être l’ occasion du choc sur les actions avec des prisse de bénéfices massives. Les principales banques de Wall Street s’attendent à ce que la Réserve fédérale américaine annonce donc en septembre un premier relèvement de ses taux d’intérêt et à ce qu’elle en décide un deuxième avant la fin de l’année, montre une enquête réalisée vendredi après les derniers chiffres du marché de l’emploi. Quatorze des 16 spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) qui ont répondu aux questions de Reuters ont dit s’attendre à ce que la Fed entame en septembre le resserrement de sa politique monétaire. Les futures de taux à court terme, qui permettent de mesurer l’évolution des anticipations des investisseurs en matière de taux d’intérêt, suggèrent eux aussi une hausse en septembre ou en octobre, et non plus en décembre ou début 2016 comme c’était le cas avant vendredi. L’économie américaine a créé 280.000 postes en mai selon les chiffres annoncés par le département du Travail, un chiffre supérieur aux attentes, et le salaire horaire moyen a augmenté de 0,3%, plus qu’anticipé. Les rendements des obligations d’Etat américaines ont augmenté après ces chiffres, le rendement à deux ans atteignant son plus haut niveau depuis quatre ans à 0,752%, signe que les investisseurs anticipent une action prochaine de la Fed sur les taux. « Les créations d’emploi de mai confortent à plein l’hypothèse selon laquelle la faiblesse du premier trimestre est due principalement à des facteurs temporaires, dont la probabilité a de nouveau augmenté », explique Paul Mortimer-Lee, chef économiste Amérique du Nord de BNP Paribas. La probabilité estimée par les participants à l’enquête d’une hausse des taux en septembre a atteint 63,5%, contre 55% dans l’enquête équivalente le mois dernier. Les futures, eux, suggèrent une probabilité estimée de 51% d’une hausse de taux en octobre.

 

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol