Archive pour le Tag 'faux-cul'

Faux -cul : « L’Aquarius doit respecter les règles » ! (Lemaire)

Faux -cul : « L’Aquarius doit respecter les règles » ! (Lemaire)

Une curieuse conception du droit, maritime en l’occurrence,  pour Bruno Lemaire qui s’exprimait à propos de l’Aquarius. De manière très faux-cul, le ministre de l’économie et des finances a renvoyé la question de l’immatriculation de l’Aquarius au respect des règles françaises. Des règles régies notamment par le code des douanes et par  Décret n° 2016-1893 du 28 décembre 2016. Il s’agit de règles essentiellement administratives.  “Il faut d’abord que les règles soit remplies et ensuite, si et seulement si les règles sont remplies, on peut envisager des décisions qui appartiennent au Premier ministre et au président de la République”, a-t-il ajouté. On voit mal ce que vient faire le premier ministre ou le président de la république dans la décision d’accorder ou pas le pavillon français à un navire. La démarche est administrative et non politique. Ou alors il faut modifier la réglementation. Faire intervenir le premier ministre ou le président de la république c’est évidemment politiser le débat et finalement démontré que les règles sont accessoires. En droit maritime international, les règles sont effectivement accessoires puisque pour détourner les législations nationales trop contraignantes la plus grande partie des armements ont choisi des pavillons de complaisance comme le Panama par exemple et bien d’autres. Or justement sur pression européenne les autorités maritimes du Panama ont révoqué le 23 septembre l’enregistrement du navire humanitaire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières, une décision qui devait prendre effet dès que le bateau accostait dans un port. Ce dernier est arrivé à Marseille jeudi dernier pour une escale. Les ONG sont en contact avec le Panama et lui demandent de revenir sur sa décision, issue qui paraît peu probable. L’Aquarius II, déjà privé d’immatriculation par Gibraltar, battait pavillon panaméen depuis le 20 août. Le Panama a justifié sa décision par le non-respect présumé des “procédures juridiques internationales en matière d’immigrants et de réfugiés secourus en mer». Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2018, 82.100 migrants sont arrivés en Europe par la mer, dont 36.654 en Espagne, pays qui est devenu leur principale destination cette année selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). L’organisme des Nations Unies précise que le nombre de décès en Méditerranée reste élevé (1.741) en 2018, mais en recul par rapport à l’an dernier (2.676) et 2016 (3.602).

Déchéance de nationalité : la commission de l’Assemblée adopte l’amendement faux-cul de Valls

Déchéance de nationalité : la commission de  l’Assemblée adopte l’amendement faux-cul de Valls

Pour concilier l’inconciliable, la commission des lois de l’Assemblée nationale a purement et simplement supprimé la référence à la déchéance de nationalité pour les binationaux. En fait il n’en est rien, les Français disposant seulement de la nationalité française ne pourront pas être concernés puisque l’apatride est impossible en raison des engagements internationaux de la France. Conclusion la déchéance totale de nationalité ne concernera bien que les bi nationaux. Une subtile dialectique pour contourner l’obstacle de la gauche de la gauche et celui de la droite. Une dialectique forcément tordue. En effet sur le fond les oppositions demeurent mais la forme permet de mettre un voile pudique sur ces contradictions. La commission des lois a donc voté à l’article 2 l’amendement que lui avait présenté la veille le Premier ministre, Manuel Valls, avec l’objectif de mettre un terme au débat dans la majorité sur l’extension de la déchéance de nationalité voulue par François Hollande après les attentats du 13 novembre. Le nouvel article 2 dispose que « la loi fixe les conditions dans lesquelles une personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu’elle est condamnée pour un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la Nation ». Toute référence à la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français, telle qu’envisagée initialement, a été retirée par le gouvernement. L’article 2 dans sa version initiale prévoyait de déchoir de leur nationalité les binationaux nés français condamnés pour « un crime constituant une atteinte grave à la vie de la Nation ». La commission a également adopté l’article premier du projet de loi qui constitutionnalise l’état d’urgence après avoir retenu quelques amendements : ainsi un amendement des centristes qui précise que l’Assemblée nationale « ne peut être dissoute pendant la durée de l’état d’urgence ».

Déchéance de nationalité : une synthèse faux-cul

Déchéance de nationalité : une synthèse faux-cul

 

L’art du compromis ou de la synthèse faux-cul pour la déchéance de nationalité. «Aucune référence à la binationalité ne figurera dans le texte constitutionnel, ni a priori dans la loi ordinaire», a  annoncé Valls. Une formulation pour faire plaisir à la gauche de la gauche ; formulation qui n’évoque plus la binationalité. Mais pour faire plaisir à la droite,  la France s’engage selon ses engagements internationaux à ne pas faire d’apatrides. Conclusion : seuls les binationaux seront concernés. À noter cependant une avancée importante puisque les crimes et délits pourront également être sanctionnés par la perte de nationalité.  Pour les Français ne disposant que de la nationalité française c’est encore le flou artistique. Sur cette question, Manuel Valls a fait savoir qu’il ratifierait la Convention de 1954 interdisant la création d’apatrides et qu’il s’en tiendrait à la loi du 16 mars 1998. «Seuls les principes (…) qui proscrivent la création de nouveaux apatrides devront continuer à figurer dans notre droit positif», a-t-il dit. Tous les Français condamnés pour terrorisme, y compris ceux qui ne possèdent que la nationalité française, pourront être déchus de certains de leurs droits civiques (droit de vote, éligibilité…), comme le prévoit actuellement le code pénal. Dans le même temps, le chef du gouvernement a indiqué que la déchéance de nationalité concernerait «les crimes certes, mais sans doute aussi les délits les plus graves», prenant en compte une demande du parti Les Républicains. Il a ensuite précisé la notion de «délits les plus graves»: «l’association de malfaiteurs, le financement direct du terrorisme ou l’entreprise terroriste individuelle, tous punis d’une peine de 10 ans d’emprisonnement». L’examen de ce texte doit débuter le 5 février à l’Assemblée nationale. L’article 2 sur la déchéance de nationalité devrait être étudié le lundi suivant, le 8, avant un vote solennel les 9 ou 10 février. Si la majorité des députés votent la réforme constitutionnelle, elle sera alors soumise au vote du congrès, réunissant l’ensemble des députés et sénateurs.

Volkswagen faux cul : « pas de sanction contre les salariés » !

Volkswagen  faux cul : « pas de sanction contre les salariés » !

 

 

A peine faux cul Volkswagen qui promet de ne pas sanctionner des salariés qui donneraient des informations aux enquêteurs de la tricherie. Mais la direction, elle, est exonérée de cette « largesse ». En réalité la direction veut faire porter le chapeau à quelques cadres (elle en a viré 4 et 5) et faire croire qu’elle ignorait totalement ‘l’installation du logiciel truqueur. La preuve elle a embauché un cabinet d’audit pour connaitre les responsables ! Vraiment de quoi rire sil ne fait pas en pleurer. /Volkswagen va donc proposer d’exonérer de toute sanction les salariés du groupe qui dévoileront aux enquêteurs ce qu’ils savent sur le système de trucage des tests anti-pollution, rapporte le journal allemand Süddeutsche Zeitung. VW a pris cette décision en raison de la pression qu’il subit pour fournir des résultats aux autorités américaines, précise le journal, qui a travaillé avec les radios allemandes NRD et WDR. Le groupe a fait savoir qu’il avait embauché la société de conseil Deloitte et le cabinet d’avocats américain Jones Day pour enquêter sur les circonstances dans lesquelles la société a installé des logiciels sur ses voitures diesel permettant de réduire les émissions de gaz polluants en période de tests. Le groupe va promettre à ses salariés qu’ils pourront conserver leur emploi et qu’ils ne devront pas verser de dommages s’ils apportent des éclaircissements sur le scandale, mais les membres du directoire et les responsables « à hauts salaires » seront exclus du programme, précise le Süddeutsche Zeitung, qui cite des hauts dirigeants du groupe non identifiés. Un porte-parole de Volkswagen a dit que l’enquête avançait rapidement tout en refusant tout autre commentaire. On trouvera bien deux ou trois nouveaux boucs emissaires pour exonérer la direction de toue responsabilité.

Faux-cul la FIFA suspend Chuck Blazer à vie par la FIFA

Faux-cul la FIFA suspend Chuck Blazer à vie par la FIFA

Gonflée la FIFA, toujours présidée par Blatter qui suspend Chuck Blazer pris la main dans le sac et contraint de collaborer avec la justice américaine. C’est un conseil « d’éthique » qui a suspendu l’intéressé. Pour ses malversations ou pour sa collaboration avec la justice américaine ?  encore uen fourberie moliéresque de Blatter qui confond la FIFA avec uen république bananière.  La FIFA a suspendu à vie l’ancien membre de son comité exécutif Chuck Blazer, témoin clé dans l’affaire de corruption qui secoue la Fédération internationale de football, de toute activité liée au football aux niveaux national et international.  La décision a été prise jeudi par la commission d’éthique sur la base d’investigations en réponse aux poursuites engagées par la justice américaine, à l’origine du scandale. « En tant qu’officiel du football, il a joué un rôle clé dans des activités d’offre, d’acceptation, de versement et de réception de paiements dissimulés et illégaux, de pots-de-vin et de ‘dessous-de-table’ ainsi que dans d’autres projets visant à faire de l’argent », a déclaré la Fifa dans un communiqué.  L’Américain Chuck Blazer, qui a 70 ans, a été de 1990 à 2011 le secrétaire général de la Concacaf (Confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes).  Il coopère à l’enquête en cours de la justice américaine sur l’instance du football mondial et a secrètement plaidé coupable de dix chefs d’inculpation criminelle à New York dans le cadre d’un accord avec les procureurs.  Plusieurs autres dirigeants de la FIFA sont visés par une enquête pour corruption lancée le 27 mai par le département américain de la Justice pour des détournements de fonds d’un montant de 150 millions de dollars sur une période de 24 années. Dans une interview accordée à l’hebdomadaire suisse Weltwoche, proche de la droite radicale, le président de la FIFA Sepp Blatter estime sans état d’âme que ce sont les confédérations continentales qui sont à blâmer pour les problèmes de corruption qui minent le football mondial.   »Il n’y a pas de combines sous l’influence directe de la FIFA », dit-il. « Mais notre influence sur les contrats conclus par les confédérations est pratiquement égale à zéro. »

Faux-cul Lagarde (FMI) veut aider la Grèce

Faux-cul Lagarde (FMI) veut aider la Grèce

 

A peine  faux cul Lagarde qui s’est montrée d’une  intransigeance rare vis à vis de la Grèce ( se retirant  même avant tout le monde des négociations). En fait Lagarde n’est que la voix des Etats-Unis comme elle n’était que la voix du trésor quand elle était ministre des finances en France. Un sorte de voix céleste, jamais un dérapage mais jamais la moindre originalité ou humanité. Bref le robot technocratique. Mais elle vient avec retard de prendre conscience des dégâts possibles de la situation grecque et de la contagion possible. Du coup  sa communication laisse entendre qu’elle reste ouverte à une solution de sauvetage: alors que la zone Euro a fixé au 30 juin la fin des aides à la Grèce, le FMI va surveiller attentivement l’évolution de la situation en Grèce et « dans les pays voisins », et se tient prêt à apporter « son assistance » en cas de nécessité, a déclaré sa directrice générale dimanche 28 juin. On ne sait pas s’il s’agit d’uen assistance sociale ou financière.  La dirigeante a par ailleurs estimé que la zone euro était en « position de force » ( ça veut dire quoi ?) pour faire face aux répercussions la crise grecque et maintenir « la stabilité » de la région. « Les prochains jours vont être importants (…) Le FMI va (…) continuer à surveiller la situation en Grèce et dans les pays voisins et se tient prêt à apporter son assistance en cas de nécessité », a déclaré la dirigeante, sans préciser exactement la nature de cette aide (technique, financière). Les ministres des Finances de la zone euro ont refusé samedi d’étendre le programme d’aide en cours, qui expire mardi alors que le gouvernement grec va organiser le 5 juillet un référendum sur la proposition de ses créanciers (BCE, FMI et Commission européenne) qui préconise des coupes budgétaires en échange d’argent frais.  La directrice du FMI s’est par ailleurs dite « déçue » de l’échec de ces négociations avec Athènes mais a réaffirmé sa volonté de continuer à « engager » le dialogue avec les autorités grecques. « La zone euro est aujourd’hui en position de force pour répondre efficacement et en temps utile à l’évolution de la situation », a par ailleurs déclaré Mme Lagarde, estimant que les autorités européennes s’étaient engagées à faire usage de « tous les instruments disponibles » pour contenir la crise grecque. En clair comme on-dit « à prendre des mesures » !

Sarkozy, faux –cul : « les sifflets contre Juppé, ce n’est pas de ma faute « 

Sarkozy, faux –cul : « les sifflets contre Juppé, ce n’est pas de ma faute  »

 

Plus faux cul tu meurs ! Sarkozy essaye de se justifier après les sifflets contre Juppé. Ce n’est pas de sa faute, il ne pouvait pas interrompre les sifflets. Quand on voit son visage diffusé sur Canal (le petit journal), on peut même s’apercevoir qu’il s’en réjouit plutôt.  En outre il oublie de préciser que de l’ordre de 25 à 30% de la salle étaient composés venus nombreux d’autres villes que Bordeaux, jusque dans les pyrénéennes ou encore Poitiers. Comme pour Johnny Halliday, certains même le suivent dans ses meetings. Normal, c’est plus un one man show qu’une vraie réunion politique ! En faiat des sifflets pas si spontanés car la salle avait donc été soigneusement préparés et bourrés avec les fans les plus radicaux de Sarkozy. – En meeting à Boulogne mardi 25 novembre, Nicolas Sarkozy s’est également confié au Figaro dans l’édition du 26 novembre. Le candidat à la présidence de l’UMP a profité de cette interview pour revenir sur les sifflets essuyés par Alain Juppé à son meeting de Bordeaux.  Il n’est pas « si aisé d’interrompre une salle » qui manifeste son « désaccord sincère et spontané avec l’orateur », a indiqué l’ex-président qui n’avait pas cherché à interrompre les militants. Interrogé par une équipe de Canal + à l’issue du meeting, il avait d’ailleurs répondu ne pas les avoir entendus.   »Croyez-vous que cela soit si aisé d’interrompre une salle de 5000 personnes qui manifestent leurs désaccords sincères et spontanés avec l’orateur? », s’est justifié Nicolas Sarkozy dans Le Figaro. « Au reste, ce n’est pas Alain Juppé qui a été sifflé, c’est ce qu’il a dit », a-t-il ajouté.   »Si j’avais dit la même chose, j’aurais été sifflé moi aussi », assure-t-il. « Beaucoup – en Aquitaine peut-être plus qu’ailleurs – ont été ulcérés par le fait que François Bayrou se mobilise pour faire élire François Hollande puis utilise les voix de la droite pour devenir maire de Pau », a-t-il poursuivi. « Je le dis solennellement, notre famille a besoin de tous ses talents. Personne ne pourra réussir seul », a-t-il fait valoir.

Moscovici , faux-cul, gronde la France !

Moscovici , faux-cul,  gronde la France !

 

A peine gonflé Moscovici, lui qui a à peu près tout raté come ministre des finances de Hollande « juge maintenant sérieux » le problème de la France. Vraiment mal placé pour porter une télé appréciation négative dont il est en grande partie responsable. D’autant qu’en fait il n’a faiat guère preuve de rigueur, d’autorité et d’originalité dans son portefeuille de ministre français.  Le futur commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré samedi que le déficit de la France, revu à 4,4% fin 2014, était « un problème sérieux » qu’il aurait à examiner en tant que gendarme du pacte de stabilité.  Paris pousse en faveur d’une plus grande souplesse sur la question des déficits au sein de la zone euro afin de relancer une croissance atone. Le ministre français des Finances Michel Sapin a annoncé cette semaine que le déficit public avait augmenté en 2014 et que l’objectif de le ramener à 3% du PIB était repoussé à 2017. La nouvelle trajectoire annoncée par la France, qui a déjà obtenu deux reports pour redresser ses comptes, en 2007 et 2013, n’est pas conforme à ses engagements, a réagi la Commission européenne. « Les 4,4% de déficit, c’est un problème sérieux, c’est un problème qu’il faut traiter, c’est un problème qu’il m’appartiendra aussi d’examiner », a déclaré samedi Pierre Moscovici sur BFM Business.  Dans le cadre des discussions avec la France, « il faut partir de données objectives », a-t-il ajouté. « Par exemple, Michel Sapin évoque des circonstances exceptionnelles, le rôle de la Commission, c’est de voir si, au regard de nos règles, ces circonstances sont réellement exceptionnelles ou pas. » Pierre Moscovici, prédécesseur de Michel Sapin aux Finances en France, sera sous surveillance à Bruxelles, où il sera le représentant d’un pays jugé peu crédible dans sa lutte contre les déficits. Il a déjà indiqué qu’il ne donnerait aucune dérogation à Paris sur le respect des règles de redressement de ses finances publiques, tout en précisant qu’il examinerait les efforts entrepris, les économies réalisées et les réformes menées. « Quand on devient commissaire européen, on reste quelqu’un qui a sa nationalité (…) en même temps, on devient quelqu’un qui défend l’intérêt général européen », a-t-il répété samedi, estimant qu’il lui faudrait « naviguer » entre deux écueils, celui de « l’indulgence excessive » et celui de « l’approche purement punitive ».

 

Affaire : Valls faux-cul enfonce Thévenoud

Affaire : Valls faux-cul enfonce Thévenoud  

 

 

Gonflé et vraimenet démago Valls pour enfoncer à ce point Thévenoud certes coupable (et irresponsable) mais pourtant qui a bien été choisi il y a quelques jours par Valls ; il les prend où ses amis  Valls ? Sans doute au même endroit qu’on avait pris Cahuzac : dans la mafia politique. Thévenoud come Valls appartient à cette oligarchie qui vit  de la politique ; Thévenoud, comme Valls a commencé sa carrière très jeune comme conseiller politique avant de se faire élire et finalement avant d’être ministre. En fait Valls enfonce son copain Thévenoud parce que l’opinion publique est scandalisée par le comportement de la classe  politique (en plus de son inefficacité !). Valls s’il avait des amis un peu plus respectables aurait pu éviter de le recruter mais au PS Thévenoud était considéré (comme Cahuzac d’ailleurs) come un excellent député, il était même le procureur de l’évasion fiscale du PS !   Les oreilles de Thomas Thévenoud ont donc dû siffler. Lors de la séance très attendue des questions au gouvernement de ce mercredi 10 septembre, le premier ministre n’a pas été tendre avec son éphémère ex-secrétaire d’Etat.  Manuel Valls « ne comprend pas » que Thomas Thévenoud, évincé du gouvernement pour avoir omis de payer ses impôts pendant plusieurs années, reste à son poste de député. Manuel Valls a également fait savoir qu’il ne souhaitait pas bénéficier de sa voix lors du vote de confiance.   »Je ne comprends pas aujourd’hui, même si aucun d’entre nous n’a de pouvoir sur lui, je ne comprends pas qu’en responsabilité ou en conscience, il reste aujourd’hui membre de cette Assemblée nationale« , a-t-il déclaré devant les députés. « Même si, encore une fois, aucun d’entre nous n’a le pouvoir de l’empêcher de venir et de voter, sinon par la persuasion, je considèrerai que son vote, s’il est positif, ne peut pas être comptabilisé dans le vote de confiance que je demanderai » mardi prochain, a annoncé Manuel Valls qui lisait ses notes contrairement à son habitude.  Le comportement de Thomas Thévenoud et les faits qui lui sont reprochés « ont fait mal à la République, à la France, à la gauche », a estimé le Premier ministre, en réponse à une question de la députée UMP Isabelle Le Callennec (Ille-et-Vilaine), qualifiant d’ »impardonnable » le comportement de l’ex-membre du gouvernement..

Tabac : une nouvelle circulaire faux-cul

Tabac : une nouvelle circulaire faux-cul

 

Doublement faux-cul cette nouvelle circulaire anti-tabac, d’abord parce qu’il faut prouver qu’ au delà de 4 cartouches, il s’agit de consommation personnelle. (En conservant par exemple les mégots des cigarettes déjà fumées, avec ADN ?). Ensuite parce que sous couvert de lutte contre le tabagisme prônée par Marisol Touraine, il s’agit surtout de faire augmenter les recettes fiscales. En effet aujourd’hui c’est environ 25% des cigarettes qui sont vendues au noir. Et de fait, rien n’empêche un Français d’aller acheter des cigarettes au Luxembourg pour sa consommation personnelle. En revanche, il est interdit de les revendre. Et c’est justement pour ça que les contrôles vont se durcir. Jusqu’à présent, ils n’étaient guère contraignants. Ainsi, on pouvait ramener avec soi jusqu’à dix cartouches de cigarettes sans avoir à se justifier auprès des douaniers. A partir de ce samedi, la limite est ramenée à quatre cartouches de cigarettes. Au-delà de quatre cartouches, les douaniers auront le droit de procéder à un interrogatoire. Il faudra alors se justifier et prouver que le tabac est destiné à la consommation personnelle, et non à être revendu. A Bercy, au ministère des Finances, dont dépendent les douanes on annonce pour ce week-end une vaste opération de contrôle près de la frontière luxembourgeoise. Le but est avant tout de se montrer et de sensibiliser la population. L’an dernier 430 tonnes de tabac illicite ont été saisies par les douanes. C’est un record que Bercy voudrait encore améliorer, avec cette nouvelle circulaire.

Hollande : le PS, faux-cul, critique sa nouvelle conseillère économique

Hollande : le  PS, faux-cul,  critique sa nouvelle conseillère économique

Un peu faux-cul le PS pour critiquer la nouvelle conseillère de Hollande. Il y a longtemps que le fameux slogan » l’ennemi, c’est la finance » est passé aux oubliettes aux PS comme à l’Elysée. Carlos Da Silva, porte-parole du PS, a critiqué le « symbole » que représente la nouvelle conseillère économique de François Hollande, Laurence Boone, jusqu’alors chef économiste de Bank of America. « Comme symbole, on aurait pu faire bien mieux », a tranché Carlos Da Silva, l’un des trois porte-parole du Parti socialiste, au sujet de la nomination de Laurence Boone en tant que conseillère économique du président de la République.  « Surtout une conseillère qui s’exprime dans la presse », a-t-il poursuivi ce dimanche 15 juin sur Canal +. Ce proche du Manuel Valls a ensuite minoré : « Pour moi, un conseiller ça reste un conseiller. Celui qui décide c’est le président de la République », a-t-il dit. « C’est une technicienne. Soit elle obéit, soit elle s’en va ». Ces derniers temps, Laurence Boone avait eu des mots très durs sur l’ »absence totale de politique économique » de l’exécutif français. À compter du 15 juillet, elle occupera le poste de conseiller économique et financier auquel officie actuellement Emmanuel Macron.

 

La France, faux-cul, n’accueillera pas Snowden mais le Venezuela ou le Nicaragua, oui

La France, faux-cul,  n’accueillera pas Snowden mais le Venezuela ou le  Nicaragua, oui

 

Vraiment faux cul la France qui s’est appuyée sur les révélations de Snowden pour dénoncer l’espionnage des Etats-Unis, allant même jusqu’à remettre en cause les discussions économiques de libre échange Europe-Etats Unis ( une petite remise en cause en vérité qui n’a duré qu’un peu plus de 24 heures avant de se coucher devant Merkel).  Par contre la France a refusé d’accueillir le dénonciateur des pratiques » « inadmissibles » (les mêmes que nous utilisons mais à échelle de nos moyens, car dans cette période cde crise et de terrorisme tout le monde espionne tout le monde). Difficile de bien voir la cohérence dans toute cette affaire. Nicolas Maduro a annoncé vendredi au cours d’une célébration de l’indépendance du Venezuela qu’il accordait « l’asile humanitaire au jeune Snowden pour le protéger de la persécution de l’empire le plus puissant du monde, qui s’est déchaînée sur lui ».   »Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d’asile et il est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et lui donnerons l’asile ici au Nicaragua », a déclaré pour sa part Daniel Ortega, qui a confirmé avoir reçu une demande de M. Snowden à l’ambassade du Nicaragua à Moscou.  Ces annonces des deux chefs d’Etat interviennent le jour même où WikiLeaks a annoncé sur son compte Twitter qu’Edward Snowden, qui avait précédemment adressé des demandes à 21 Etats, « a demandé l’asile auprès de six autres pays ».  Le site fondé par Julian Assange s’est refusé à divulguer pour le moment le nom des capitales sollicitées, « de crainte d’une tentative d’ingérence de la part des Etats-Unis ».  La situation du réfugié s’enlise, s’accordaient à estimer vendredi les analystes à Moscou. »Le risque de voir Snowden bloqué à Moscou pour un temps indéterminé est de plus en plus grand », estimait Maria Lipman, de l’antenne moscovite du Centre Carnegie.  Le fugitif américain a fait au début de la semaine des demandes d’asile à 21 pays, mais la France et l’Italie ont fait savoir jeudi qu’elles ne l’accueilleraient pas, emboîtant ainsi le pas à l’Allemagne, au Brésil, à la Norvège, l’Inde, la Pologne, l’Islande, l’Autriche, la Finlande, aux Pays-Bas et à l’Espagne.  De son côté, la diplomatie russe a botté en touche, refusant de commenter davantage une affaire de plus en plus embarrassante. »Nous n’avons plus de commentaires sur ce sujet », a répondu le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch lors de son briefing hebdomadaire.  La veille, le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov avait répété que Moscou ne pouvait en rien influer sur le sort du jeune homme, qui a du reste renoncé à demander l’asile à la Russie après que le président Vladimir Poutine a exigé de lui qu’il cesse ses révélations qui font « du tort » aux Etats-Unis.  L’informaticien, à l’origine de révélations fracassantes sur un programme américain secret de surveillance des communications mondiales, a été au centre d’un imbroglio diplomatique en début de semaine.

 

Copé, faux cul, qui a dénoncé le voleur de pain au chocolat épargne Stéphane Richard

Copé, faux cul, qui a dénoncé le voleur de pain au chocolat épargne Stéphane Richard

 

‘L’archétype du faux cul en politique, Copé, qui n’a pas hésité à dénoncer le voleur de pain au chocolat à la sortie d’une école est plus discret sur l’affaire Guéant et Tapie ; Il épargne le PDG d’Orange accusé d’escroquerie en bande organisée. Question sur RMC :

Jean-François Copé  sur Guéant : « Une enquête est en cours, c’est à la justice d’en décider. J’ai toujours appelé au respect de la présomption d’innocence, j’avais fait pareil pour l’affaire Cahuzac. Si les faits sont avérés, c’est extrêmement grave ».

Sur la mise en examen de Stéphane Richard. L’Etat doit-il demander sa démission ?

Jean-François Copé : « Je ne connais rien à cette affaire d’autre que ce que j’ai pu en lire, une réunion du Conseil d’administration a été convoquée, ce sera le lieu et le moment pour décider. Moi, je n’ai pas d’avis. Stéphane Richard, présumé innocent, est-il en situation de conduire les destinées de cette entreprise ? Seuls les actionnaires peuvent le décider ».

Sur le voleur de pain au chocolat ; il aurait pu dire sur le même ton :

«  Je ne connais rien de cette affaire sinon ce que j’ai pu lire ; le voleur inconnu est donc pour le moment présumé innovent, une réunion des parents d’élèves est prévue, c’et à eux de décider ». La langue de bois, oui, mais pour tout le monde. C’est cela la démocratie !

Primaire 2016: Fillon, faux-cul, candidat « par devoir »

Primaire 2016: Fillon, faux-cul,  candidat « par devoir »

Fillon candidat même su Sarko revient et par devoir en plus. Pourquoi pas comme victime sacrificiel ou martyr ?  Décidemment les hommes politiques manquent d’imagination sémantique. L’ancien Premier ministre François Fillon a affirmé qu’il était candidat à la présidence de la République « par devoir » et non par envie, jeudi lors de l’émission de France 2 « Des paroles et des actes ». S’il est candidat à la primaire UMP de 2016 pour la prochaine présidentielle, « c’est par devoir », a-t-il affirmé. « Pour une raison simple : la situation en France est tellement difficile que chacun doit comprendre la difficulté de gouverner notre pays aujourd’hui. Ca ne peut pas être par envie, en tout cas pas dans la psychologie qui est la mienne ».   »Je le fais parce que je pense que c’est mon devoir, avec l’expérience qui est la mienne, aujourd’hui de proposer aux Français des solutions. Ça sera à eux de choisir », a-t-il ajouté. Interrogé sur ses déclarations de Tokyo et son intention d’être candidat « quoi qu’il arrive » (autrement dit, même si Nicolas Sarkozy revient), François Fillon a expliqué que « l’élection de 2017, ça ne va pas être la revanche de 2012. Avec Sarkozy, « on a un caractère différent ». L’élection de 2017 sera forcément une nouvelle élection, dans un pays qui aura profondément changé ». Nicolas Sarkozy, « je l’ai suivi loyalement comme Premier ministre, on a un caractère différent, une vision différente de l’avenir (…) Aujourd’hui, je veux conduire mon projet politique. Nicolas Sarkozy a dit qu’il voulait se retirer de la vie politique, je ne l’ai jamais entendu dire le contraire ». « S’il voulait revenir dans la vie politique, il aura un projet, il y aura un débat, les Français choisiront », a encore dit le député de Paris. « La question est de savoir qui est le mieux à même pour porter un projet de redressement du pays et c’est une question à laquelle seuls les Français peuvent répondre ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol