Archive pour le Tag 'fatigue'

Macron II: Le grand flou et la fatigue démocratique

Macron II: Le grand flou et la fatigue démocratique

 

Pressé de tous côtés de clarifier l’orientation de son deuxième mandat, le président de la République continue d’entretenir le flou. Mais ce brouillage idéologique alimente la dépolitisation et la fatigue démocratique, avertit dans sa chronique Solenn de Royer, grand reporter au « Monde ».

 

 

En attendant Godot. Dans la foulée de sa réélection, le 24 avril, Emmanuel Macron se tait et prend son temps. « Le maître des horloges. Episode 2 », plaisante-t-on à l’Elysée. Vendredi, dans les Hautes-Pyrénées, l’intéressé a expliqué que le pays avait besoin d’un moment d’« apaisement », après les tensions de la campagne. Et qu’à celle-ci s’adossait – pour lui-même – une période de « décantation ». Alors que la nomination d’un nouveau premier ministre avait initialement été évoquée pour le 2 mai, le président a décidé de temporiser, au risque de paraître indécis, dans le calcul politique (au trébuchet), plutôt que dans la claire vision de ce qu’il entend faire d’un deuxième mandat.

 

Ils sont pourtant nombreux, dans la majorité, à réclamer des paroles et des gestes forts pour répondre sans tarder aux conditions particulières de la réélection du sortant (contre l’extrême droite), ses mots du Champ-de-Mars, rassembleurs mais peu engageants, n’ayant pas suffi à dessiner un chemin. « On est dans le potage », reconnaît un pilier de la majorité.

 

Nul, en effet, ne sait à quoi ressemblera « Macron 2 ». Sur tous les plans, les hommes ou la ligne, le flou n’a pas été dissipé par la campagne brève et édulcorée qu’il a menée, voire s’est épaissi au gré des contingences électorales. L’entre-deux-tours a été un condensé de ces ambiguïtés. Ayant axé sa campagne de premier tour à droite toute (retraite à 65 ans, contreparties au RSA) pour siphonner le vote LR, il a mis la barre à gauche avant le second tour, pour séduire les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, en promettant la « planification écologique » ou en félicitant (« C’est beau ! ») une jeune femme voilée qui se disait féministe.

« Qu’est ce que le macronisme ? », l’a interrogé l’éditorialiste de France Inter, Thomas Legrand, le 22 avril. L’intéressé n’a pas répondu, préférant badiner devant ces tentatives répétées de donner un sens et un contenu à son mouvement politique. Lui qui a érigé un tic de langage en corpus idéologique (le fameux « en même temps », relevé par Le Monde et RTL pendant la campagne de 2017) ne semble pas pressé de sortir de l’ambiguïté. « On ne sait toujours pas à quoi va servir ce quinquennat, observe Chloé Morin, de la Fondation Jean Jaurès. Veut-il réformer la France en profondeur ou bien réparer et apaiser un pays fracturé ? Les deux sont difficilement compatibles, il va devoir choisir. »

 

Après un premier mandat où ce président « transformiste » n’a cessé d’alterner les masques, cultivant l’art de l’esquive et de la mobilité, le voilà pressé de définir un horizon avec clarté. Car s’il s’est montré redoutablement efficace sur le plan électoral (contribuant à asphyxier LR et le PS), le brouillage idéologique savamment entretenu pendant cinq ans a alimenté aussi la dépolitisation et la perte de repères, puissant ferment d’une grande fatigue démocratique.

Macron: Un président usé et fatigué ?

 Macron: Un président usé et fatigué ?

 

 

Plusieurs observateurs ont relevé une certaine fatigue chez le président sans doute en raison de la gestion conjointe d’une part de l’élection présidentielle, d’autre part de la guerre en Ukraine. De fait  le président actuel n’a pas suffisamment investi dans la campagne électorale. Il s’est en effet contenté d’un seul meeting; quand à son programme, il est particulièrement superficiel sans parler de l’impasse budgétaire. Quand il fait son bilan Macron un peu de mal à mettre en avant les progrès significatifs. En outre son insuffisance a contribué à faire monter les extrêmes

Pour preuve cette déclaration dans le Figaro :

LE FIGARO. – Vous disiez en 2017 vouloir «tout faire» pour qu’il n’y ait «plus aucune raison de voter pour les extrêmes», or la somme des intentions de vote Zemmour-Le Pen-Mélenchon dépasse les 40 %. Quelle est votre part de responsabilité?

Emmanuel MACRON. - Durant ces cinq dernières années, nous avons réussi à nous attaquer à quelques causes - le chômage, le travail, la désindustrialisation - sur lesquelles j’avais reçu un mandat clair des Français. Mais, quand on dirige, qu’on gouverne ou qu’on préside, on a toujours une part de responsabilité. Dans le domaine de l’immigration, les résultats sont insuffisants mais nous avons renforcé la protection des frontières et durci fortement les conditions d’entrée sur notre territoire dans un contexte où les flux ont considérablement augmenté suite à la dégradation du contexte international.

Un peu court comme bilan !

Présidentielle 2022 : Gros coup de fatigue démocratique !

Présidentielle 2022 : Gros coup de fatigue démocratique !

 

Selon l’enquête d’Ipsos Sopra Steria pour « Le Monde », à moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, seuls 67 % des Français se disent certains d’aller voter. Les enjeux importants du moment devraient pourtant inciter à la mobilisation. Candidats, médias et citoyens ont leur responsabilité dans cette dangereuse apathie.

 

Editorial du « Monde ».

 

Au moment où les Ukrainiens se battent avec courage, ferveur, et au péril de leur vie pour défendre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le spectacle que renvoie la campagne électorale française suscite, par contraste, un malaise. Notre pays présente tous les symptômes d’une démocratie fatiguée alors qu’il devrait entretenir et chérir la liberté de débat et de choix qu’il a conquise au prix de son histoire mouvementée.

A moins de deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, nombre d’électeurs ne parviennent toujours pas à s’y intéresser. Les principaux acteurs peinent à les y aider. Selon la huitième vague de l’enquête électorale réalisée par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, seuls 67 % d’entre eux se disent certains d’aller voter, alors qu’ils étaient 78 % il y a cinq ans. Parmi les motifs du désintérêt sont notamment avancés l’impression « qu’il n’y a rien de nouveau » ou encore le sentiment que « les jeux sont déjà faits ».

Cette lassitude est d’autant plus surprenante que l’actualité, passablement dramatique, se charge d’établir une hiérarchie des urgences qui n’était pas celle de 2017 et autour de laquelle un débat de fond est impératif si l’on veut éviter à l’avenir les blocages, les tensions et les mauvaises surprises. Le réchauffement climatique, la reprise de l’inflation, la réapparition des épidémies, le retour de la guerre en Europe, les craintes qu’elle fait naître autour de l’approvisionnement énergétique et alimentaire montrent à quel point tout ce qui nous paraissait définitivement acquis, il y a encore quelques années, est brusquement remis en cause.

L’impossibilité de structurer des échanges de qualité autour de ces grandes mutations laisse pantois, tout comme la facilité avec laquelle certains acteurs impliqués dans le débat public tirent les conséquences de la dépolitisation ambiante. La semaine dernière, TF1, qui avait coutume, comme ses confrères du service public, d’organiser de longues soirées électorales à l’occasion de la présidentielle, a annoncé qu’elle programmerait, dimanche 10 avril, le film Les Visiteurs dès 21 h 30. Un symptôme parmi d’autres du cercle vicieux qui menace la vie politique : puisque l’audience manque, réduisons la voilure.

Contrairement à ce que plaident la plupart des candidats, ce n’est pas la guerre en Ukraine qui écrase le débat, mais la façon dont chacun s’en est servi à des fins politiciennes. Le président de la République, d’abord, pour gérer aussi longtemps que possible sa position de favori en surplomb de ses concurrents. La droite et la gauche, ensuite, pour masquer la faiblesse de leur campagne qui avait pris l’eau bien avant le déclenchement du conflit. Face à la recomposition en cours du paysage politique, leur logiciel s’est révélé complètement usé. L’extrême droite, enfin, qui, par la voix de Marine Le Pen, exploite jusqu’à la corde le thème porteur du pouvoir d’achat en tentant de faire oublier sa complaisance à l’égard de Vladimir Poutine.

Les ratés de la campagne n’exonèrent cependant pas les citoyens de leur propre responsabilité. Le plus inquiétant dans ce qu’il se passe aujourd’hui est l’apathie boudeuse dans laquelle se retranchent nombre d’électeurs, sous prétexte que les politiques ne pourraient rien pour eux. Gageons que s’ils s’étaient mobilisés en nombre suffisant pour bousculer les positions acquises, exiger une confrontation des idées et des réponses précises à leurs questions, ils auraient fini par l’obtenir. La démocratie n’est ni un luxe ni une évidence. En ces temps troublés, chacun a malheureusement tendance à l’oublier.

Abstention législatives : la fatigue et le désintérêt

Abstention législatives : la fatigue et le désintérêt

Plusieurs facteurs explicatifs pour comprendre un taux d’abstention record aux législatives. Il y a peut-être d’abord un phénomène d’usure de la chose politique car la France connaît un environnement électoral depuis un an (depuis les primaires). Des primaires qui ont constitué une véritable caricature de la démocratie puisque ont été élu les candidats les plus extrêmes qui avaient le moins de chance de triompher aux présidentielles. Les affaires de Fillon ensuite n’ont guère contribué à redorer l’image de la politique. Il faut aussi surtout ajouter que la plupart des grandes formations sont relativement usées : les Républicains mais surtout le parti socialiste, usées par le pouvoir et les querellent internes.  Macron obtient un véritable raz-de-marée au premier tour des législatives mais il le doit surtout au découragement de nombreux électeurs qui ne voyaient plus l’intérêt de se déplacer compte tenu des faibles chances de leur champion. Enfin et peut-être surtout il faut souligner le scepticisme de plus en plus important de nombre d’électeurs à l’égard de la chose publique. En cause sans doute l’absence depuis une trentaine d’années de résultats significatifs tant dans le domaine économique que social ou encore sociétal. Pour ceux qui ont voté,  on a donc appliqué la logique républicaine de la Ve République qui veut qu’on accorde une majorité au président de la république élu. Un vote de raison davantage que d’adhésion, un vote de cohérence qui a prit le pas sur les réflexes partisans et qui se concrétise en particulier par l’écroulement du parti socialiste, le recul du Front National et des insoumis et la défaite des Républicains. En quelque sorte les Français encore mobilisés ont voulu donner sa chance à Macron qui jusque-là n’a pas commis de faute bien au contraire mais qui sera rapidement confronté aux réalités pouvoir en particulier pour la gestion des réformes sociales où l’extrême gauche l’attend.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol