Archive pour le Tag 'faire payer'

Déficit budgétaire : Obama veut faire payer les riches

Déficit budgétaire : Obama veut faire payer les riches

 

 

 

Diminuer les dépenses mais faire aussi payer les riches c’est la position d’Obama pour diminuer le déficit budgétaire. Le secrétaire américain au Trésor indique en effet qu’il n’y aura pas d’accord au Congrès pour régler le problème budgétaire si les plus riches ne sont pas mis à contribution. Le secrétaire au Trésor américain, Timothy Geithner, a déclaré dimanche qu’il n’y aura pas d’accord au Congrès sur le budget si les républicains n’autorisent pas une hausse des impôts pour les plus riches. « Si les républicains ne veulent pas d’une augmentation des impôts au niveau où ils étaient sous l’administration Clinton en 1990, époque où l’économie américaine était florissante, il n’y aura pas d’accord », a affirmé M. Geithner sur CNN. Le chef républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, avait jugé que cette proposition n’était « pas sérieuse ». Elle mentionnait, selon les républicains, 1.600 milliards de dollars de rentrées fiscales supplémentaires et seulement 400 milliards de coupes. »Nous appelons (les républicains) à nous rejoindre pour faire quelque chose de bon pour l’économie américaine », a plaidé M. Geithner, affirmant que cela « demandera de faire des économies dans les dépenses et pas seulement d’augmenter les impôts sur les 2% d’Américains les plus riches ». Les démocrates défendent une politique budgétaire qui combinerait ces hausses pour les plus aisés et des coupes dans les dépenses. De leur côté, les républicains veulent s’attaquer au déficit budgétaire en taillant dans les dépenses – notamment les programmes sociaux – et en visant les niches fiscales, mais sans augmenter le taux d’imposition des plus riches.

 

Moscovici : maintenant des « eurobills » ; ou comment faire payer l’Allemagne !

Moscovici : maintenant des « eurobills » ; ou comment faire payer l’Allemagne !

 

« Nous ne parlons plus d’euro-obligations. Je suis conscient qu’en Allemagne c’est une ligne rouge pour certains, dont le gouvernement actuel », a déclaré Pierre Moscovici lors d’une conférence au côté de son homologue allemand Wolfgang Schäuble. « Ce que je veux dire, c’est que nous devons traiter ensemble le problème de la dette et qu’elle doit être garantie par l’ensemble des dix-sept membres de la zone euro afin de mettre en commun certains instruments de financement à court terme des Etats pour construire la première étape vers une certaine forme de mutualisation de la dette », a déclaré Pierre Moscovici qui s’exprimait en anglais. La chancelière, critiquée en Allemagne pour le soutien apporté aux pays en difficulté de la zone euro, est résolument opposée aux euro-obligations. Pour Merkel, qui envisage de briguer un troisième mandat lors des élections prévues en septembre 2013, elles risqueraient de réduire la pression sur les pays qui doivent assainir leurs comptes publics. Les propos de Pierre Moscovici semblent se référer au projet d’ »Eurobills » qui remonte à la fin de l’année dernière et porte sur une mutualisation partielle à très court terme des dettes souveraines de la zone euro. Porté par deux économistes, dont l’un, Thomas Philippon, est conseiller économique au cabinet du ministre français, ce projet prévoit la mise en place d’une nouvelle agence de la dette pour la zone euro. La possibilité d’émettre des titres à très court ou court terme, de moins d’un an de maturité, garantis par les 17, serait soumise, selon ce projet, au respect des critères de déficit public et d’objectifs de politique économique fixés par l’UE. Peu après la présentation du projet, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn avait qualifié les « Eurobills » de première étape avant la mise en place d’ »obligations de stabilité ». L’opposition allemande a toutefois eu raison des velléités de discussions plus formelles autour de cette idée.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol