Archive pour le Tag 'Facebook'

Cryptomonnaie, Le Libra de Facebook: en Suisse !

Cryptomonnaie, Le  Libra  de Facebook: en Suisse !

 

On peut se demander se demander pourquoi le géant  américain du numérique Facebook a décidé de localiser le consortium qui va gérer sa cryptomonnaie  en Suisse. Le pire c’est que ce consortium, sera géré par une fondation sans but lucratif et à auquel de nombreux membres seront associés. Bref une sorte d’O.N.G. ou presque pour gérer ce qui pourrait devenir l’une des plus puissantes monnaies du monde. La manœuvre ressemble à une très grosse ficelle. Certes on sait que la Suisse abrite de nombreuses activités bancaires mais jusqu’alors, elle n’avait pas l’ambition de couvrir une nouvelle monnaie et où une nouvelle banque centrale. Ce que risque de se produire  avec les 2,3 milliards d’utilisateurs du  réseau social. Facebook veut d’abord éviter d’avoir à passer sous les fourches caudines du régulateur américain qui se montre très critique par rapport à ce projet. Facebook se délocalise ainsi en Europe mais à l’écart de l’union européenne et de ses réglementations. Il s’agit pour Facebook d’éviter toute forme de régulation puisque la Suisse n’appartient pas à l’union européenne. Or on sait que Facebook est un réseau mafieux qui utilise les données personnelles à plusieurs fins en les revendant par exemple pour des motifs politiques et surtout en les revendant pour des motifs commerciaux. En plus Facebook veut donner un caractère humanitaire à son projet en prétextant qu’il serait accessible aux plus pauvres des pays en voie de développement. Bref l’hypocrisie la plus totale d’un réseau auquel on ne peut faire aucune confiance et qui vend surtout du vent puisque les principales productions sont celles des membres du réseau. Un château de cartes qui pourraient s’écrouler d’un coup en fonction des modes qui évoluent très vite dans le numérique. Le problème c’est que cet écroulement serait aussi celui d’une des principales monnaies du monde

 

Cryptomonnaie: Le Libra de Facebook: en Suisse

Cryptomonnaie: Le  Libra  de Facebook: en Suisse !

 

On peut se demander se demander pourquoi le géant  américain du numérique Facebook a décidé de localiser le consortium qui va gérer sa cryptomonnaie  en Suisse. Le pire c’est que ce consortium, sera géré par une fondation sans but lucratif et à auquel de nombreux membres seront associés. Bref une sorte d’O.N.G. ou presque pour gérer ce qui pourrait devenir l’une des plus puissantes monnaies du monde. La manœuvre ressemble à une très grosse ficelle. Certes on sait que la Suisse abrite de nombreuses activités bancaires mais jusqu’alors, elle n’avait pas l’ambition de couvrir une nouvelle monnaie et où une nouvelle banque centrale. Ce que risque de se produire  avec les 2,3 milliards d’utilisateurs du  réseau social. Facebook veut d’abord éviter d’avoir à passer sous les fourches caudines du régulateur américain qui se montre très critique par rapport à ce projet. Facebook se délocalise ainsi en Europe mais à l’écart de l’union européenne et de ses réglementations. Il s’agit pour Facebook d’éviter toute forme de régulation puisque la Suisse n’appartient pas à l’union européenne. Or on sait que Facebook est un réseau mafieux qui utilise les données personnelles à plusieurs fins en les revendant par exemple pour des motifs politiques et surtout en les revendant pour des motifs commerciaux. En plus Facebook veut donner un caractère humanitaire à son projet en prétextant qu’il serait accessible aux plus pauvres des pays en voie de développement. Bref l’hypocrisie la plus totale d’un réseau auquel on ne peut faire aucune confiance et qui vend surtout du vent puisque les principales productions sont celles des membres du réseau. Un château de cartes qui pourraient s’écrouler d’un coup en fonction des modes qui évoluent très vite dans le numérique. Le problème c’est que cet écroulement serait aussi celui d’une des principales monnaies du monde

 

Facebook : 5 milliards d’amendes pour trafic de données personnelles

Facebook : 5 milliards d’amendes pour trafic de données personnelles

 

 

 

C’est sans doute un premier avertissement pour Facebook puni par une amende de 5 milliards pour trafic de données personnelles aux États-Unis. En effet Facebook est accusé dans bien d’autres pays pour les mêmes raisons. Le problème c’est que le trafic de données personnelles est le cœur de métier de Facebook et de ses applications comme Instagram. En vérité, Facebook ne produit pas grand-chose par rapport à d’autres grands du numérique (Apple, Google, Amazon). L’essentiel de la production de Facebook est assuré par les membres eux-mêmes des réseaux sociaux. C’est donc le nombre de clics qui fait la réputation et la force de Facebook. À partir de ce nombre de clics,  Facebook établir la valeur de ses rentrées publicitaires et revend par ailleurs les données. Les données personnelles de ses plus de 2,7 milliards d’utilisateurs actifs mensuels sont le bien le plus précieux de Facebook, qui les collecte et les exploite pour en tirer d’immenses revenus publicitaires grâce à un ciblage très affiné. Mais c’est à cause de la façon dont ces données sont utilisées que le réseau social se trouve depuis deux ans dans la tourmente et fait face à une grave crise de confiance. Cependant cette amende n’affectera pas la rentabilité de Facebook car ces 5 milliards d’amendes à mettre en parallèle avec 22 milliards de dollars de bénéfice pour un chiffre d’affaires de 55 milliards. Et, même amputé des provisions, le bénéfice net a atteint 2,43 milliards de dollars au premier trimestre.

 

La cryptomonnaie de Facebook menace les banques centrales

La cryptomonnaie de Facebook menace les banques centrales

 

Comme déjà indiqué sur ce site le projet de création d’une crypte emmenée par Facebook constitue un enjeu majeur et un danger pour la régulation monétaire. Ce que pense aussi Chris Hughes, ancien collaborateur de Facebook dans une tribune publiée dans le Financial Times. En effet il ne s’agit pas seulement de mettre en place un nouveau moyen de paiement déjà discutable mais aussi d’imposer un moyen d’échange et de constituer une monnaie de change. Bref, en s’appuyant sur l’énorme base de données Facebook d’imposer une manière de penser, d’agir et de consommer. Penser comme Facebook ce qui  ne demande guère d’efforts à 80 % des utilisateurs au profil de beauf, agir comme Facebook, acheter comme Facebook et payer avec. Bref se donnait une sorte de souveraineté qui n’appartient jusque-là qu’au pays et aux banques centrales.

Pour Chris Hughes,  cet ancien camarade de Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, à Harvard, les sociétés qui superviseront cette future monnaie numérique, dont le lancement est prévu l’an prochain, privilégieront leurs intérêts privés, c’est-à-dire leurs bénéfices et leur influence, à l’intérêt public. Facebook n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de commentaire de Reuters. Le réseau social a dévoilé mardi sa cryptomonnaie qui doit lui permettre de s’imposer dans les paiements, les services financiers et le commerce en ligne dans le monde entier grâce à ses milliards d’utilisateurs.Chris Hughes a prôné le mois dernier un éclatement de Facebook en trois entités afin qu’Instagram et WhatsApp, deux applications phares du réseau social, soient séparées du groupe. Facebook fait l’objet de multiples enquêtes dans le monde au sujet de la protection des données de ses utilisateurs et des contenus haineux ou des fausses informations qu’il peut véhiculer.

Cryptomonnaie de Facebook, réglementer d’abord (banque d’Angleterre)

Cryptomonnaie de  Facebook, réglementer d’abord (banque d’Angleterre) 

 

Une banque centrale au moins a été claire à l’égard de la perspective de création d’une crypto monnaie par Facebook. On craint surtout la position de domination de la plate-forme dans le domaine monétaire comme cela a été le cas dans le domaine des réseaux sociaux. Il est clair que la crypto monnaie ne serait pas seulement un moyen de paiement, mais aussi un moyen d’échange voir une monnaie de réserve donc une vraie monnaie qui s’accorderait d’un coup un immense champ de souveraineté par-dessus les organismes de régulation notamment les banques centrales, par dessus les pays. Le danger est évidemment énorme car l’objectif de Facebook les d’influencer les manières de penser d’agir et de dépenser sans les contraintes d’un État ou d’un organisme régulateur. Bref des puissances supra nationales qui progressivement grignotent les champs de souveraineté des états. Facebook ne peut donc pas escompter pour sa cryptomonnaie le même climat de laisser-faire qui l’aida à conquérir une position dominante dans les médias sociaux, a déclaré jeudi Mark Carney le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE).  Facebook ne peut pas escompter pour sa cryptomonnaie le même climat de laisser-faire qui l’aida à conquérir une position dominante dans les médias sociaux, a déclaré jeudi Mark Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE).Facebook a dévoilé mardi une cryptomonnaie baptisée Libra qui doit lui permettre de s’imposer dans les paiements, les services financiers et le commerce en ligne dans le monde entier à partir des milliards d’utilisateurs de ses différents réseaux sociaux. “La Banque d’Angleterre a l’esprit ouvert vis-à-vis du Libra sans pour autant lui ouvrir la porte”, dit Carney, suivant le texte d’un discours. “A la différence d’un média social (…) les conditions d’exercice d’une innovation telle que le Libra doivent être définies avant même son lancement”.

La cryptomonnaie Facebook : le piège «(Le Maire)

La cryptomonnaie Facebook : le piège   «(Le Maire)

Le ministre de l’économie Bruno Lemaire a parfaitement raison d’attirer l’attention sur le danger que représente le projet de Facebook de créer sa propre crypto monnaie. Une manière de renforcer encore la dépendance des utilisateurs de cette plate-forme, de multiplier les connexions, de tirer avantage des informations personnelles, de les vendre sans parler des revenus tirés de la publicité et demain des flux financiers.  Le projet est d’autant plus dangereux que le profil dominant des praticiens de cette plate-forme est plus proche de celui du beauf que d’expert financier. Pourtant Facebook veut démocratiser l’accès aux marchés financiers à leur profit ; Bref l’opération pourrait hypothéquer encore un peu plus la liberté de penser et d’agir avec les risques évidemment liés à la spéculation (et autres holdups) sur les crypto monnaies. Notons également que cette tendance à la multiplication de monnaies virtuelles locales ou sectorielles ne va pas faciliter le commerce international. Après le nationalisme économique de certains pays, c’est le transnationalisme des multinationales ! Il serait temps de mettre un peu d’ordre dans ce foisonnement d’émetteur de monnaie et de moyens de paiement dont beaucoup vont échapper aux régulateurs mais pas aux spéculateurs et aux marchands d’illusion.

 

Le projet de Facebook de créer sa propre cryptomonnaie «Ça ne peut pas et ça ne doit pas devenir une monnaie souveraine, avec tous les attributs d’une monnaie, c’est-à-dire la capacité à émettre un titre souverain» et à servir de «réserve», a-t-il poursuivi. «L’attribut de la souveraineté des Etats doit rester aux mains des Etats, et pas des entreprises privées, qui répondent à des intérêts privés», a insisté le ministre.

Facebook doit révéler ce mardi les détails d’un projet qui devrait signer l’entrée du géant américain dans l’univers des cryptomonnaies, un événement susceptible de révolutionner l’écosystème actuel des devises virtuelles.

Adossée à un panier de monnaies, cette cryptomonnaie – qui pourrait s’appeler «Libra» – pourrait transiter à partir d’applications détenues par Facebook, notamment Messenger et Whatsapp, qui regroupent plus de deux milliards d’utilisateurs. D’après la BBC, cet instrument de transaction serait lancé au premier trimestre 2020, d’abord dans une douzaine de pays. Selon le Wall Street Journal, plusieurs entreprises comme Visa, Mastercard, PayPal et Uber ont déjà rejoint le consortium créé par Facebook.  «Cet instrument de transaction ne puisse pas être détourné, par exemple pour du financement du terrorisme ou d’activités illicites», a prévenu mardi Bruno Le Maire.

«Cet instrument de transaction va permettre à Facebook d’accumuler à nouveau des millions et des millions de données. Ça me renforce dans ma conviction de réguler les géants du numérique, de s’assurer qu’ils ne se trouvent pas dans une situation monopolistique», a-t-il conclu.

La cryptomonnaie Facebook : danger «(Le Maire)

La cryptomonnaie Facebook : danger  «(Le Maire)

Le ministre de l’économie Bruno Lemaire a parfaitement raison d’attirer l’attention sur le danger que représente le projet de Facebook de créer sa propre crypto monnaie. Une manière de renforcer encore la dépendance des utilisateurs de cette plate-forme, de multiplier les connexions, de tirer avantage des informations personnelles, de les vendre sans parler des revenus tirés de la publicité.  le projet est d’autant plus dangereux que le profil dominant des praticiens de cette plate-forme est plus proche de celui du beauf que d’expert financier. Bref l’opération pourrait hypothéquer encore un peu plus la liberté de penser et d’agir avec les risques évidemment liés à la spéculation (et autres hold-ups) sur les crypto monnaies

 

Le projet de Facebook de créer sa propre cryptomonnaie «Ça ne peut pas et ça ne doit pas devenir une monnaie souveraine, avec tous les attributs d’une monnaie, c’est-à-dire la capacité à émettre un titre souverain» et à servir de «réserve», a-t-il poursuivi. «L’attribut de la souveraineté des Etats doit rester aux mains des Etats, et pas des entreprises privées, qui répondent à des intérêts privés», a insisté le ministre.

Facebook doit révéler ce mardi les détails d’un projet qui devrait signer l’entrée du géant américain dans l’univers des cryptomonnaies, un événement susceptible de révolutionner l’écosystème actuel des devises virtuelles.

Adossée à un panier de monnaies, cette cryptomonnaie – qui pourrait s’appeler «Libra» – pourrait transiter à partir d’applications détenues par Facebook, notamment Messenger et Whatsapp, qui regroupent plus de deux milliards d’utilisateurs. D’après la BBC, cet instrument de transaction serait lancé au premier trimestre 2020, d’abord dans une douzaine de pays. Selon le Wall Street Journal, plusieurs entreprises comme Visa, Mastercard, PayPal et Uber ont déjà rejoint le consortium créé par Facebook.  «Cet instrument de transaction ne puisse pas être détourné, par exemple pour du financement du terrorisme ou d’activités illicites», a prévenu mardi Bruno Le Maire.

«Cet instrument de transaction va permettre à Facebook d’accumuler à nouveau des millions et des millions de données. Ça me renforce dans ma conviction de réguler les géants du numérique, de s’assurer qu’ils ne se trouvent pas dans une situation monopolistique», a-t-il conclu.

 

Facebook, Instagram et Whatsapp en panne : catastrophe internationale !

Facebook, Instagram et Whatsapp en panne : catastrophe internationale !

 

Plusieurs réseaux sociaux Facebook, Instagram et WhatsApp, ont été inaccessible dimanche rapporte dimanche 14 avril downdetector.com, un site spécialisé dans le suivi des incidents rencontrés sur internet. Une véritable catastrophe internationale évidemment car nombreux d’utilisateurs ont été privés de publication de leurs photos en compagnie de leur chien. Des photos pourtant tellement attendues par tous leurs amis tellement impatients de témoigner  leur enthousiasme en diffusant le célèbre «  j’aime «. On objectera  à juste titre qu’une partie certes très minime de ces réseaux sociaux sert d’autres objets que l’auto contemplation mais ces utilisations sont marginales. Pour l’essentiel, ces réseaux sociaux diffusent des informations et autres images sans aucun intérêt à un réseau virtuel d’amis dont la plupart ne se connaissent pas. Bref c’est la nouvelle convivialité virtuelle qui échange des banalités semble à des fins existentielles. Mais des infos revendus à des fins commerciales  Amazon et autres.  Au « cogito ergo sum » s’est substitué » je surfe donc je suis ». De ce point de vue, là technologie a fait bien davantage de progrès que le contenu et les milliards de tuyaux qui permettent la communication ne transportent en fait surtout  l’insignifiance.

 

Facebook a vendu des millions de données à Amazon

Facebook a vendu des millions de données à Amazon

Des millions données d’utilisateurs de Facebook ont été par mégarde affichés à la vue de tous sur des serveurs d’informatique dématérialisée (« cloud ») d’Amazon, rapporte mercredi la société de cybersécurité UpGuard. S’il est possible que cet affichage relève d’une erreur par contre il a bien fallu que ces données soient fournies par Facebook. Ce qui confirme évidemment que Facebook est moins un réseau social qu’une immense arnaque de recueil de données revendues avec profit aux plates-formes de vente.  Selon CNBC, le premier réseau social a confirmé que ces données avaient été stockées sur des serveurs Amazon, ajoutant que Facebook travaillait avec le géant du commerce électronique pour faire en sorte que ces données ne soient plus visibles. Le mois dernier, Facebook a dit avoir résolu une erreur qui avait permis à ses employés d’être en mesure de lire les mots de passe stockés par des millions d’utilisateurs. KrebsOnSecurity, un blog consacré à la cybersécurité, avait précisé que ces mots de passe étaient disponibles pour quelque 20.000 salariés de Facebook et ce parfois depuis 2012.

Le sulfureux réseau Facebook écrase la concurrence

Le sulfureux réseau Facebook écrase la concurrence

Le réseau le plus sulfureux à savoir Facebook écrase la concurrence avec 2,3 milliards d’utilisateurs dans le monde, il est suivi de YouTube avec 1,9 milliards. Un réseau qui n’est pas comparable puisque consacré essentiellement à la musique. Vient ensuite le réseau WhatsApp avec 1 ,5  milliards, puis Messenger avec 1 , 3, Wechat avec 1 million et Instagram avec aussi 1 million ; les autres réseaux sont en dessous du million. Facebook présente un caractère particulièrement sulfureux d’abord sur le plan déontologique puisqu’il a été prouvé qu’il recueille le maximum d’informations sur les abonnés  pour les revendre ensuite à des fins commerciales voir même politiques comme aux États-Unis. Un réseau également sulfureux où on trouve parfois le meilleur mais écrasé par la médiocrité globale d’un réseau d’amis virtuels qui n’ont pas grand-chose à échanger hormis leurs propres photos, celle de leurs chiens et des commentaires infantiles. Globalement, ce réseau est plutôt utilisé par des abonnés au profil beauf, les plus jeunes utilisent Instagram et les  plus vieux Tweeter. Bien que certains réseaux soient utiles pour des échanges dans le domaine technique, socio-économique ou associatif pour l’essentiel, Facebook est utilisé comme un miroir pour l’abonné afin de se regarder lui-même de manière favorable en souhaitant que son avis soit partagé par les autres. Bref c’est le degré zéro de ce qui s’appelle pourtant un réseau social dont la réalité est très virtuelle. Notons aussi que la plupart de ces réseaux sont détenus par les américains dont la préoccupation est davantage commerciale que culturelle ou sociétale. Par ailleurs ces réseaux oublient aussi de payer les impôts sur les activités commerciales qu’il développe dans chacun des pays. Ces réseaux présentent toutefois une fragilité en raison précisément du caractère assez virtuel. Ils ne sont pas à l’abri de l’éclatement d’une bulle ou de leur remplacement par un autre service à beaucoup plus grande valeur ajoutée.

Facebook, réseaux sociaux : l’auberge espagnole

Facebook, réseaux sociaux : l’auberge espagnole

 

Pour les Français c’est un peu comme à  la Samaritaine, on n’y trouve un peu tout,  le meilleur et le pire.  Pour preuve certains  sites et autres forums sont considérés comme des vecteurs d’intox. . Les réseaux sociaux sont particulièrement visés par les internautes, une critique justifiée dans la mesure où dominent souvent les avis partisans, les informations approximatives voire  la manipulation. Pas étonnant dans la mesure les sites constituent un véritable maquis de quelque 5 millions d’émetteurs. Sur ces 5 millions sans doute à peine quelques centaines présentent  sans doute un intérêt. Ceci étant les Français considère que globalement Internet constitue une source d’information utile.

Usage d’Internet en France

  • 85% des Français ont accès à Internet
  • 74% y accèdent tous les jours – 95% des 18-24 ans
  • En moyenne, on passe 18 heures par semaine sur Internet
  • 93% ont un mobile, 65% un smartphone, 82% un ordinateur, 40% une tablette
  • En moyenne, on passe 58 minutes par jour sur l’Internet mobile
  • 55% des Français utilisent un navigateur, 48% téléchargent des applications
  • 60% des Français ont effectué au moins un achat en ligne en 2016
  • 25% utilisent Internet pour leur recherche d’emploi
  • 56% sont inscrits sur au moins un réseau social
  • En moyenne, on passe 1h16 par jour sur les réseaux sociaux

 

Selon la 6e édition du baromètre publié lundi par l’Acsel (association de l’économie du numérique)  et La Poste, trois Français sur quatre n’ont pas confiance dans les informations qu’ils trouvent sur les réseaux sociaux. Si 75% des Français disent avoir confiance dans les informations des sites de médias en ligne traditionnels, ils ne sont plus que 32% pour celles trouvées sur les forums, et ce chiffre tombe à 25% pour les informations circulant sur les réseaux sociaux. Seule une minorité de personnes estime que les informations trouvées sur Facebook, Twitter ou encore LinkedIn sont neutres (27%) et fiables (29%). Facebook en particulier est un réseau voyou dont l’objet est surtout de récupérer des données personnelles pour les vendre à des fins commerciales ou même politiques. Un réseau par ailleurs d’une grande pauvreté sur le plan informationnel plutôt utilisé par des ados prolongés. Les plus jeunes préférant par exemple Instagram les moins jeunes tweeter.

Cambridge Analytica : Facebook, le réseau mafieux, toujours dans le viseur international

Cambridge Analytica : Facebook, le réseau mafieux,  toujours dans le viseur international

D’après la Tribune, le parlement britannique a saisi des documents internes de Facebook dans son enquête sur le scandale Cambridge Analytica, a révélé samedi The ObserverLe cabinet d’analyse britannique est accusé d’avoir mis la main sur les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs Facebook à des fins politiques. Cambridge Analytica a mis la clé sous la porte depuis le scandale, révélé en mars dernier. Insuffisant pour les autorités britanniques, qui exigent des réponses de la part du réseau social quant à l’utilisation des données personnelles. Selon l’hebdomadaire britannique, les documents contiendraient des révélations importantes sur les décisions de Facebook concernant le contrôle des données et de la vie privée en ligne ayant conduit au scandale Cambridge Analytica. Ils incluraient également des courriels confidentiels entre des cadres supérieurs et Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur de Facebook. Selon The Observer, les documents pourraient révéler que Mark Zuckerberg était au courant de l’utilisation détournée de données personnelles à des fins politiques - ce qu’il a toujours nié jusqu’ici. Suite au scandale, le réseau social avait évoqué une faille technique ayant permis l’exploitation de données par des sociétés tierces comme Cambridge Analytica, et réparée depuis. Mark Zuckerberg, qui a témoigné devant le Congrès américain et le parlement européen, a de nombreuses reprises a été appelé à faire de même devant le parlement britannique. En vain. Face à ce manque de coopération, les députés ont décidé de passer à la vitesse supérieure. « Nous n’avons pas réussi à obtenir des réponses de la part de Facebook et nous pensons que ces documents contiennent des informations d’intérêt public », a commenté auprès de The Observer Damian Collins, responsable du comité parlementaire en charge de l’enquête. Cette nouvelle tombe alors qu’une audition de Richard Allen, vice-président des relations publiques dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique, est prévue ce mardi à Londres. Il devrait affronter les questions d’un comité international, créé à l’initiative du parlement britannique. Ce comité sera composé de 22 parlementaires issus de 7 pays. Suite à Cambridge Analytica, Facebook a déjà été sanctionné fin octobre par une amende de 500.000 livres attribuée par le gendarme britannique des données. Le géant américain a fait appel de cette décision la semaine dernière.

 

Incident Facebook: une faille ou du business ?

Incident Facebook: une faille ou du business ?

 

- Le secrétaire d’Etat français au Numérique ouvre la boîte de pandore à propos des facteurs explicatifs concernant le pillage de données 50 millions d’abonnés. On sait que Facebook constitue une plate-forme d’échanges d’infos entre amis qui livrent des données personnelles particulièrement intéressantes pour la publicité ciblée. On ne peut en effet adresser de publicité tout le temps et sur tout aux 2 milliards d’abonnés de Facebook. Le coût serait insupportable pour les annonceurs. Du coup il faut extraire de cet immense fichier des échantillons homogènes par pays, par produit, par comportement par catégorie socio professionnelle etc. Ces fichiers coûtent une fortune et c’est le cœur du business de Facebook. Du coup le secrétaire d’État français au numérique n’exclut pas la possibilité que le pillage des données vienne même de l’intérieur de Facebook comme cela a déjà été le cas.  “J’ai regardé dans le détail (…) comment Facebook expliquait cette faille. C’est une faille extrêmement complexe. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une faille simple ou d’un hack qui utilise des failles déjà très connues”, a déclaré Mounir Mahjoubi à Radio J. “C’est une vraie construction; quelqu’un y a passé beaucoup de temps”, a-t-il ajouté. “Ça veut dire soit un génie, soit une organisation très structurée, soit (…) quelqu’un de l’intérieur.”Il n’a pas exclu non plus qu’un “grand pays” puisse être derrière cet incident qualifié par le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, de “très sérieux problème de sécurité». Selon Mounir Mahjoubi, Facebook France n’a pas été en mesure à ce stade de dire si des internautes français ont été affectés et dans quelle mesure. “J’ai fait partie des 90 millions de comptes qui ont été déconnectés d’urgence dans la journée d’avant-hier”, a cependant ajouté le secrétaire d’Etat. “Je pense donc avoir la preuve que des comptes français sont concernés.”

Facebook siphonne les infos pour la pub ciblée

Facebook siphonne les infos pour la pub ciblée

On le savait depuis longtemps, Facebook est un réseau au demeurant assez indigent (sauf exception) qui n’a d’autre but que de faire étalage de données privées de 2 milliards de personnes.  Des données récupérées pour Facebook pour faire de la pub ; le plus souvent pour vendre à prix d’or les fichiers de consommateurs ainsi constitués. Des informations qui valent des dizaines millions pour les annonceurs.  En outre pour la première fois, Facebook a admis jeudi utiliser le numéro de téléphone fourni par ses utilisateurs afin de sécuriser leur compte – et pour lequel ils ne consentent pas à une utilisation publicitaire. Le fleuron de Silicon Valley a ainsi confirmé les résultats d’une étude réalisée par des chercheurs des universités américaines de Northeastern et de Princeton, et révélée par le site spécialisé Guizmodo. Autrement dit : les utilisateurs qui souhaitent avoir un compte plus sécurisé doivent, paradoxalement, consentir à un compromis en matière de confidentialité pour que les annonceurs les identifient plus facilement. En effet, Facebook permet aux utilisateurs qui le souhaitent de fournir un numéro de téléphone. En cas d’activité suspecte repérée, comme un piratage de compte par exemple, le réseau social peut ainsi alerter rapidement l’utilisateur par SMS. Le hic : Facebook n’indique pas explicitement à l’utilisateur que son numéro peut être récupéré par des annonceurs, selon sa politique de gestion des données. Tout cela, à l’insu des intéressés. Il leur est donc impossible de faire supprimer les données personnelles pillées ou d’empêcher les annonceurs de les utiliser. Ce profil, réalisé à partir d’un faisceau d’informations récoltées par des moyens indirects, est surnommé le shadow profile (profil fantôme).

Procédure antitrust contre Google et Facebook (Trump)

Procédure antitrust contre Google et Facebook (Trump)

 

Trump pourrait bien régler leurs comptes à Google, Facebook, Twitter et compagnie moins pour des questions d’opposition commerciale dominante que pour des questions d’influence sur l’opinion politique. Trump a toujours considéré en effet que ces plates-formes privilégiaient la pensée de l’opposition. « Les médias sociaux sont totalement discriminatoires contre les voix républicaines, conservatrices », a déclaré Donald Trump sur Twitter en août. « … Nous ne laisserons pas cela se produire. Ils réduisent les opinions de nombreuses personnes à DROITE, tout en ne faisant rien aux autres », a-t-il poursuivi. Des dirigeants de Facebook et Twitter ont également dû s’expliquer longuement début septembre devant le Congrès, notamment sur ce sujet. Google a refusé de participer à ces auditions. Selon un projet de décret, les autorités américaines antitrust sont invitées à « enquêter de manière approfondie sur la question de savoir si une plate-forme en ligne a enfreint les lois antitrust». Si ce décret était signé, il représenterait une escalade significative dans la guerre larvée de Donald Trump contre la Silicon Valley. Le locataire de la Maison Blanche a récemment multiplié les attaques notamment contre Google qu’il accuse de censurer les voix conservatrices et de favoriser les articles provenant de médias classés à gauche dans ses résultats de recherche.
 

 

 

Facebook : votre argent m’intéresse !

 Facebook : votre argent m’intéresse !

 

Non contenant de soutenir  les contenus les plus débiles pour grossir son réseau et ainsi se gaver de publicités, Facebook maintenant se rapprochent des grandes banques américaines afin de disposer des données des clients bancaires. L’objectif est de promouvoir la vente de services très ciblés en fonction de la solvabilité des intéressés.  Le groupe de Mark Zuckerberg souhaite avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par cartes bancaires et les soldes des comptes courants de leurs clients.
Il demandait des informations sur les commerces avec lesquels ils font affaire, et proposaient en échange aux établissements bancaires d’offrir sur Messenger, qui revendique 1,3 milliard d’utilisateurs actifs, certaines de leurs offres. Ces informations remettent sur le devant de la scène la question des données personnelles des utilisateurs, après le scandale Cambridge Analytica (CA), une société britannique accusée d’avoir à des fins politiques collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles d’utilisateurs du réseau social.

Facebook : perte de 120 milliards

Facebook : perte de 120 milliards

 

 

Après les scandales de vente de données personnelles, la notoriété de Facebook a été atteinte ; le cout de sécurité sont par ailleurs énormes. Par ailleurs les jeunes délaissent le réseau pour Instagram (qui appartient aussi à Facebook(.  La capitalisation boursière chute de 120 milliards de dollars, en une journée. L’action du premier réseau social au monde a dévissé dès les premiers échanges à Wall Street et ce mouvement vertigineux s’est poursuivi toute la journée. Le titre a fini à 176,26 dollars, soit une chute de 19%, réduisant sa capitalisation boursière à 510,2 milliards de dollars. C’est la plus importante perte de valorisation jamais enregistrée en une séance à Wall Street. Ce trou d’air a contribué au recul de l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, qui a perdu 1,01%. Après cette chute vertigineuse, la plus importante en une seule séance depuis son entrée en Bourse en 2012, Facebook remontait timidement dans les échanges électroniques, grignotant 1,13% à 178,25 dollars vers 00H25 GMT (vendredi). La chute est d’autant plus brutale que l’action évoluait récemment à des niveaux très élevés: il est donc probable que le titre ait aussi subi de grosses prises de bénéfices.

 

Facebook, Instagram, tweeter (etc.) : le triomphe du nombrilisme

Facebook, Instagram, tweeter (etc.) : le triomphe du nombrilisme

 

Les réseaux sociaux constituent un formidable espace ou le pire côtoie le meilleur. Une source d’enrichissement extraordinaire, de débat aussi. Force est de constater cependant ces réseaux sociaux ont rendu possible le triomphe du nombrilisme. On se demande quelle valeur ajoutée personnelle ou collective on peut trouver à se photographier soi-même à adresser des messages creux, à diffuser sa vie personnelle sans contenu informatif réel sinon pour satisfaire un égocentrisme maladif qui traduit le recentrage général sur individualisme désuet ; Une sorte de narcissisme existentiel qui se satisfait par exemple d’appuyer sur un bouton « j’aime » pour avoir l’illusion d’exister dans une société pourtant de plus en plus virtuelle. Une manière sans doute de se rassurer. Je twette donc j’existe s’est substitué au cogito de Descartes. Bien sûr nombre applications sont autrement plus enrichissantes, plus utiles à la démocratie. Mais la masse des utilisateurs se centre sur les réseaux sociaux ; les internautes contente concernent un peu plus de la moiti de la population (95% en France ; 40 % de la population mondiale utilisent les réseaux sociaux (60% en France). En moyenne, les français consacrent une heure par semaine aux réseaux sociaux. La masse des connexions concerne ces réseaux (avec les sites commerciaux comme Amazon ou le Bon coin). Chez les jeunes, la dépendance est telle que la connexion avec ces réseaux sociaux est assurée 24 heures sur 24. Le smartphone est intégrée  comme une partie du corps à tel point que s’en séparer ne serait ce qu’une minute provoque un traumatisme. Le smartphone remplace le vide par le vide en substituant une virtualité sans beaucoup d’intérêt à une réalité socialement insignifiante. Le phénomène le plus remarquable c’est que c’est sur ce vide existentiel qu’ont prospéré, les plus grandes multinationales,  les grands groupes de numérique qui en profitent pour transformer cette agora en clientèle potentiel grâce à l’étalage existentiel des internautes.

Facebook : les utilisateurs vieillissent

Facebook : les utilisateurs vieillissent

 

Pour schématiser Tweeter c’est pour les vieux, Facebook, pour les adultes au comportement d’ado prolongé et les plus jeunes préfèrent Instagram ou Snapchat.  Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center*, think tank basé à Washington, 51% des 13-17 ans utilisent Facebook contre 85% pour YouTube(Google), 72% pour Instagram (détenu par Facebook) ou encore 69% pour Snapchat, ce qui vient confirmer une tendance déjà relevée par d’autres études.  Le profil des usagers a nettement changé depuis 2014-2015: le Pew Research Center comptait alors 71% d’adolescents américains sur Facebook, qui dénombre au total environ 2,2 milliards d’usagers mensuels actifs. Autre enseignement du sondage publié jeudi, 95% des adolescents sondés indiquent utiliser un smartphone et 45% disent être en ligne « presque en permanence », deux chiffres en augmentation.

« Le paysage des réseaux sociaux a complètement changé parmi les ados ces trois dernières années », a commenté Monica Anderson, qui a dirigé cette étude. « À l’époque, l’usage des réseaux sociaux par les adolescents tournait essentiellement autour de Facebook. Aujourd’hui, leurs habitudes sont moins focalisées sur une seule plateforme. Et parallèlement, les ados sont plus connectés que jamais », a-t-elle poursuivi.

Les points négatifs de Facebook : fake news, harcèlement et addiction. Quant à l’impact des réseaux sociaux dans la vie des ados, les avis sont partagés: 31% d’entre eux le juge globalement positif et 24% globalement négatif. Enfin, 45% pensent qu’il n’est ni positif ni négatif. Parmi les facteurs positifs: la possibilité de rester « connecté », de trouver des informations et des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt. Quant aux points négatifs, les ados citent le harcèlement en ligne, la diffusion de fausses informations ou encore l’addiction. Une étude du cabinet eMarketer publiée début mars observait que Snapchat attirait les plus jeunes à un rythme plus rapide qu’Instagram. Selon eMarketer, Facebook devrait perdre 2 millions d’utilisateurs américains de moins de 24 ans cette année, une désaffection cependant contrebalancée par une hausse parmi les usagers plus âgés. L’an dernier, le cabinet d’analystes Piper Jaffray indiquait que Snapchat, connu à l’origine pour ses messages vidéos éphémères, était le réseau social préféré des ados américains, 47% d’entre eux utilisant cette plateforme.

*Le sondage de jeudi a été réalisé auprès de 743 adolescents de 13 à 17 ans, entre le 7 mars et le 10 avril.

Facebook : portage ou déménagement des données ?

Facebook : portage ou déménagement des  données ? 

 

Charles Cuvelliez, Ecole Polytechnique de Bruxelles, Université de Bruxelles et Jean-Jacques Quisquater, Ecole Polytechnique de Louvain, Université de Louvain expliquent dans la Tribune l’enjeu du portage des données.

 

 

« On se perd en hypothèses sur la volte-face de Facebook qui, après avoir juré ses grands dieux qu’il appliquerait partout dans le monde le RGPD, vient d’exfiltrer tous ses utilisateurs non-européens vers son siège californien. Ils dépendaient jusqu’ici du siège irlandais du groupe. On évoque la peur de l’amende qui peut monter jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires (autant réduire la base imposable…) mais c’est peut-être aussi la peur du portage des données, rendu obligatoire par le RGPD. Ce portage rappelle la portabilité des numéros de téléphone qui a tant fait pour la concurrence entre opérateurs mobiles. Sera-ce suffisant pour faire de la concurrence à Facebook ? L’obligation de portabilité des données existait avec l’ancienne directive vie privée mais elle était pratiquement inutile car celui qui possédait vos données avait le choix du format sous lequel il vous les livrait. Contrairement à la portabilité des numéros, le portage des données n’a pas pour objectif de favoriser la concurrence. Il veut donner à l’individu la liberté de disposer de ses données soit pour les confier à un concurrent soit pour lui-même en bénéficier (par exemple, rapatrier sa playlist sur Spotify et la faire jouer sur Deezer). Il pourrait vouloir sa liste de contact de son Webmail pour créer une liste de mariage aux galeries Lafayette. Maintenant l’Union européenne vise surtout le portage entre applications ou réseaux sociaux. Pour l’instant, elle encourage la création d’un format standard entre acteurs pour la rendre plus facile (avant de l’imposer ?). Elle vise un marché plus liquide des données pour ne pas brider l’innovation : une société B aura peut-être de meilleures idées pour exploiter tout ou partie de vos données aux mains de la société A. C’est bien le propriétaire des données qui est le chef de projet du portage : il est le seul responsable de la qualité des données transmises par exemple par son réseau social. Ce dernier n’engage pas sa responsabilité sur le contenu qu’il transmet. Celui qui reçoit les données de son futur client doit par contre faire attention de ne pas en récolter trop par erreur sinon il est déjà en contradiction, avant de commencer, avec le RGPD car ce dernier érige en principe la frugalité des données collectées pour le but visé et le contrat conclu, rien de plus. Il ne doit pas se faire piéger et devra peut-être refuser (de recevoir) certaines données ou expliciter quels types de données il a besoin. Le réseau social donneur ne peut se venger après une requête de portage : il doit continuer à fournir son service si l’utilisateur n’y a pas mis fin. Mais ce dernier dispose aussi du droit à l’oubli : il peut exiger la destruction de toutes les données en possession de son fournisseur initial après portage. Il faut que les données soient entrées en possession du réseau social pour un but déterminé, pour un traitement spécifié par contrat avec l’usager ou parce que les données ont été un jour stockées avec le consentement de l’utilisateur final. Cette nuance est importante car, sinon, un citoyen pourrait par exemple demander à l’administration des impôts de recevoir toutes les données le concernant y compris les enquêtes en cours : fraude fiscale, blanchiment. De telles collectes de données, couvertes par d’autres lois, ne peuvent évidemment pas faire l’objet de portage. Plus délicates sont les données que les ressources humaines ont sur vous. Qui n’a pas rêvé d’accéder à son dossier personnel ? Le G29, qui regroupe les CNIL des Etats membres de l’UE et qui a édité un code de bonne pratique du portage des données, s’avance moins : certes, aucun consentement n’a pas vraiment pu être donné librement dans un rapport de force employeur/employé. Il s’agit par contre de données collectées dans le cadre d’un contrat (de travail), c’est sûr. Le RGPD devrait s’appliquer et le portage aussi. Le G29 préfère dire que des demandes de portage dans le contexte employé-employeur devront être analysées au cas par cas. Cela risque d’être épique. Ce sont les données qu’on aura confiées, évidemment, mais aussi toutes les données qui auront été récoltées ou générées par le fait qu’on est client du réseau social. Si les données ont été rendues anonymes entre temps, elles ne font plus l’objet du portage car elles ne sont plus personnelles. Il reste malgré tout un flou quant à l’anonymat : des données peuvent être anonymes mais, dans un contexte donné, ne le sont pas du tout. Attention car les données privées d’un individu vont contenir des informations relatives à d’autres personnes, tout aussi privées. Le nouveau réseau social ne peut pas en profiter pour en faire un traitement à leur insu : la tentation serait trop forte sinon que le réseau receveur fasse de la publicité envers ces tierces parties peut-être restées chez le réseau donneur. Il pourrait aussi reconstruire un profil de ces tiers à leur insu ! Les données qui viennent des outils même du réseau social ou de l’application qui a un algorithme dernier cri pour établir un profil de vous, qui peut vous faire des recommandations ultra-précises d’après vos goûts, vos habitudes d’achat ou de visionnage, ces données-là restent aux mains du réseau social ou de l’application. C’est normal car le concurrent qui recevrait ces données de vous pourrait faire du reverse engineering et deviner comment fonctionne votre produit d’intelligence artificielle. On doit informer activement ses utilisateurs du droit au portage : dès que vous confiez vos données à un tiers, il vous dira que vous pourrez toujours les (ex)porter ailleurs. Il faut aussi rappeler le droit au portage au moment de la fermeture du compte. L’application slack devra alors revoir son modèle étrange qui bloque tous vos messages anciens au-delà de 10.000 à moins de s’abonner, ce qui va à l’encontre du portage des données. Le contrôle de l’identité de celui qui demande le portage ne sera pas une sinécure. On connait les pratiques de slamming qui ont éclos avec le portage des numéros. Un opérateur un peu trop audacieux pouvait demander le portage d’un client qu’il venait à peine de démarcher sans avoir encore son consentement, tout au plus un pourquoi pas ? Quid lorsque le client n’est connu de son fournisseur que par son pseudonyme ? Quand il s ‘agit de passer de eDarling à Meetic, peu de clients auront envie de prouver qui ils sont. Si la taille des données à porter est trop grande, il faudra proposer un support matériel pour les contenir : DVD, clé USB, sinon, un outil de téléchargement de ses données est préconisé. C’est ce que Facebook et Google proposent déjà. Enfin, le portage doit être gratuit et effectué dans le mois. Si la demande de portage est infondée, excessive, par exemple des allers-retours entre réseaux sociaux, une participation aux frais peut être demandée.Ça fait beaucoup (de défis techniques à surmonter): le RGPD n’a jamais autant donné raison à ceux qui pensent qu’une régulation audacieuse peut donner lieu à de l’innovation. Mais cela ne résoudra pas l’ultra-dominance de Facebook. La valeur d’un réseau (social ici) serait proportionnelle au carré du nombre de ses utilisateurs : avec ses deux milliards d’utilisateurs, Facebook ne sera plus rattrapé. Pour y remédier, ce n’est pas le portage qu’il aurait fallu mais l’interopérabilité : qu’un réseau concurrent puisse se connecter au réseau Facebook tout comme les petits opérateurs mobiles sont interconnectés aux opérateurs mobiles historiques pour qu’un appel passe d’un réseau à l’autre. Ainsi le premier client du réseau concurrent a tout de suite accès aux 2 milliards d’utilisateurs de Facebook. Rêvons. »

 

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol