Archive pour le Tag 'façade'

Terrorisme : une unité de façade au plan européen

Terrorisme : une unité de façade au plan européen

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que la rencontre entre le président français, le chancelier autrichien- en vidéoconférence avec la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen n’a pas débouché sur grand-chose.

Comme d’habitude, on s’est surtout attaché  à proclamer l’importance des valeurs démocratiques de l’Europe mais le sujet central de la mobilité et du contrôle des frontières n’a pas été traité ni même abordé. Tout au plus Ursula van der Leyen, la présidente de la commission, a-t-elle promis un vague plan pour le 9 décembre.

Parallèlement , Macron s’est exprimé dans les médias en insistant sur la question de la remise en cause de Schengen plus exactement de son aménagement. Un dispositif passoire qui permet à l’immigration illégale de ce déplacer dans n’importe quel pays d’Europe dès lors qu’elle est enregistrée dans le premier pays d’accueil.

Il ne s’agit sans doute pas d’interdire l’immigration mais d’organiser sa régulation à partir notamment de quotas pour des raisons économiques et à partir de vrais critères rigoureux pour les réfugiés politiques.

Macron qui n’a jamais non plus porté beaucoup d’intérêt à cette question depuis son élection est sans doute sensible au fait  qu’un sondage IFOP pour Sud-Radio et la chaîne télé CNews  montre que 80 à 90 % des Français souhaitent l’expulsion des individus étrangers des fichiers S et la déchéance de nationalité pour les délinquants binationaux.

Pour l’instant l’Europe s’en tient à des discours convenus rapportés par les médias officiels:

Lors d’une conférence de presse commune, tous ont souligné l’importance de défendre les valeurs et les libertés fondamentales de l’Europe. Ces attaques “sont contre notre art de vivre, notre liberté, elles sont destinées à semer angoisse et terreur”, a dit la chancelière Angela Merkel. “Il ne s’agit pas d’un combat entre l’islam et la chrétienté. Ce qui est en cause c’est de défendre le modèle de société démocratique”, a-t-elle ajouté.Charles Michel est revenu sur l’importance de “faire reculer l’apologie du terrorisme” via un combat contre les messages de haine en ligne et une meilleure formation des imams en Europe.

Ursula van der Leyen a annoncé pour le 9 décembre un nouveau projet de la commission visant à lutter contre le terrorisme en Europe. Elle a souligné l’importance d’”agir à la racine du mal” en faisant en sorte que “les jeunes aient une vision et une perspective pour l’avenir”.

Reprise économique : optimisme de façade de la BCE

Reprise économique : optimisme de façade de la BCE

 

 

Christine Lagarde rejoint l’optimisme de façade générale qui relativise la portée de la crise générale pour convaincre du redémarrage économique. Du coup, on bricole un peu les prévisions en réduisant la chute de la croissance de 8,7 à 8 %. Comme si une telle précision pouvait avoir la moindre pertinence. Ce que font d’ailleurs la plupart des Etats et notamment en France pour donner l’impression que la situation sera un tout petit peu moins grave qu’annoncé. Évidemment,  on n’en sait strictement rien et les premières tendances du  troisième trimestre sont malheureusement pas à la hauteur des espérances. En France par exemple, la croissance du dernier trimestre pourrait même être limitée à 1 %. En clair la dégringolade du PIB  atteindra 10 % au moins en 2020. De toute façon les propos et le changement à la marge des prévisions de la BCE ne change rien à sa politique monétaire

Les  grands argentiers européens ont en effet décidé de ne pas modifier leur politique monétaire dans l’immédiat la déflation menace alors que L’injection de liquidités via le programme de rachats d’actifs exceptionnel lié à la pandémie (PEPP) va se poursuivre, probablement jusqu’à l’épuisement de l’enveloppe de 1 350 milliards d’euros prévue. Elle doit se prolonger au moins jusqu’à la mi-2021 ou plus tard si la pandémie n’est pas terminée. Les taux d’intérêt restent inchangés.

« Un important soutien monétaire reste nécessaire pour soutenir la reprise économique et préserver la stabilité des prix à moyen terme », justifie Christine Lagarde. Cette politique a jusqu’ici échoué à réveiller l’inflation, qui « devrait rester négative dans les mois à venir avant de devenir positive début 2021 ». La faiblesse de la demande, la pression sur les salaires et la hausse de l’euro contribuent à ce phénomène. La BCE prévoit un taux d’inflation à 0,3 % à la fin de cette année, 1 % l’an prochain et 1,3 % en 2022 – loin de son objectif « proche mais en deçà » de 2 %. En revanche, les gouverneurs de la BCE ne voient pas de « risque déflationniste » …….dans l’immédiat.

En parallèle, Christine Lagarde « surveille attentivement » l’appréciation de l’euro, qui a encore gagné du terrain face au dollar après ses propos. Si l’évolution des taux de change ne fait pas partie du mandat stricto sensu de la BCE, elle a un impact sur les prix.

« Nous ne pouvons nous empêcher de penser que la BCE vient de manquer une opportunité d’anticiper les transformations en cours. Les chiffres de l’inflation le mois prochain pourraient faire monter la pression pour la faire changer de direction rapidement », analyse Frédérik Ducrozet, économiste chez Pictet.

Christine Lagarde fait aussi dans l’optimisme de façade

Christine Lagarde fait aussi dans l’optimisme de façade

Christine Lagarde rejoint l’optimisme de façade générale qui relativise la portée de la crise générale pour convaincre du redémarrage économique. Du coup, on bricole un peu les prévisions en réduisant la chute de la croissance de 8,7 à 8 %. Comme si une telle précision pouvait avoir la moindre pertinence. Ce que font d’ailleurs la plupart des Etats et notamment en France pour donner l’impression que la situation sera un tout petit peu moins grave qu’annoncé. Évidemment on n’en sait strictement rien et les premières tendances du  troisième trimestre sont malheureusement pas à la hauteur des espérances. En France par exemple, la croissance du dernier trimestre pourrait même être limitée à 1 %. En clair la dégringolade du PIB  atteindra 10 % au moins en 2020. De toute façon les propos et le changement à la marge des prévisions de la BCE ne change rien à sa politique monétaire

Les  grands argentiers européens ont en effet décidé de ne pas modifier leur politique monétaire dans l’immédiat la déflation menace alors que L’injection de liquidités via le programme de rachats d’actifs exceptionnel lié à la pandémie (PEPP) va se poursuivre, probablement jusqu’à l’épuisement de l’enveloppe de 1 350 milliards d’euros prévue. Elle doit se prolonger au moins jusqu’à la mi-2021 ou plus tard si la pandémie n’est pas terminée. Les taux d’intérêt restent inchangés.

« Un important soutien monétaire reste nécessaire pour soutenir la reprise économique et préserver la stabilité des prix à moyen terme », justifie Christine Lagarde. Cette politique a jusqu’ici échoué à réveiller l’inflation, qui « devrait rester négative dans les mois à venir avant de devenir positive début 2021 ». La faiblesse de la demande, la pression sur les salaires et la hausse de l’euro contribuent à ce phénomène. La BCE prévoit un taux d’inflation à 0,3 % à la fin de cette année, 1 % l’an prochain et 1,3 % en 2022 – loin de son objectif « proche mais en deçà » de 2 %. En revanche, les gouverneurs de la BCE ne voient pas de « risque déflationniste » …….dans l’immédiat.

En parallèle, Christine Lagarde « surveille attentivement » l’appréciation de l’euro, qui a encore gagné du terrain face au dollar après ses propos. Si l’évolution des taux de change ne fait pas partie du mandat stricto sensu de la BCE, elle a un impact sur les prix.

« Nous ne pouvons nous empêcher de penser que la BCE vient de manquer une opportunité d’anticiper les transformations en cours. Les chiffres de l’inflation le mois prochain pourraient faire monter la pression pour la faire changer de direction rapidement », analyse Frédérik Ducrozet, économiste chez Pictet.


 

 

Crise économique: un optimisme de façade non partagé

Crise économique: un optimisme de façade non partagé

Ce qui caractérise actuellement la posture économique des autorités, gouvernement, institution et grands médias, c’est un optimisme de façade non partagée par l’opinion. Ainsi par exemple concernant le plan de relance si une majorité l’approuve, la même majorité doute de son efficacité. En outre dans une étude menée fin août  80 % environ de la population est aussi inquiète de l’état sanitaire que de l’avenir économique du pays. Plus de la moitié ne croit pas à l’effet bénéfique du plan de relance.

Selon ce sondage réalisé par Odoxa-Dentsu Consulting pour, 8 Français sur 10 sont inquiets de la situation sanitaire du pays. Un niveau presque aussi élevé que ceux relevés au plus fort de l’épidémie, en plein confinement (90% d’inquiétude mi-avril). Selon Odoxa, 7 Français sur 10 se disent inquiets pour la santé de leurs proches et 55% pour leur propre santé. Un sentiment corrélé à l’âge des sondés: alors que les 18-24 ans ne sont que 39% à l’exprimer, ils sont 58% chez les 35-49 ans et 61% chez les 65 ans et plus. «Il y a un contexte angoissant, lié à la reprise de l’épidémie, confirme Gaël Sliman, président d’Odoxa. La séquence est très compliquée pour l’exécutif, qui se retrouve dans une position ambivalente: expliquer que la situation est grave, qu’il faut être vigilant sur le plan sanitaire, sans démoraliser l’opinion.». Par compte le port du masque semble assez peu contesté : 76 % des sondés se disent favorables à la généralisation de l’obligation dans toutes les villes.

 

L’angoisse des Français en cette rentrée est aussi économique. Plus de 8 sondés sur 10 sont pessimistes sur l’évolution de la croissance et du pouvoir d’achat, une inquiétude accrue par rapport au début de l’été. Ils sont un peu plus optimistes au sujet de leur propre situation: 55% se disent inquiets sur leur avenir et près d’un actif sur trois (32%) a peur pour son propre emploi. Un sentiment qui touche principalement les travailleurs indépendants (40%), les ouvriers (41%) et les actifs aux revenus les plus modestes (39%).

Trump -Macron : fin des amours de façade

Trump -Macron : fin des  amours de façade

 

 

Les amours de façade sont sans doute enfin terminées entre Macron et trump depuis que le président américain a décidé d’attaquer la France par une série de tweets  agressifs et grossiers

Sans doute pour se faire une réputation internationale, Macron a consenti à s’humilier devant Trump allant même jusqu’à l’embrasser  lors de sa visite aux États-Unis. Mais le président français n’a reçu en échange que des camouflets de la part résidant américain. Trump n’hésite pas maintenant à critiquer ce petit président Macron qui veut se faire plus gros que le bœuf au plan international alors qu’il est impopulaire dans son propre pays. Il faut dire que Macron joue depuis quelques mois la mouche du coche à propos du rapport des États-Unis à la question climatique et au multilatéralisme. Le projet de création d’une armée européenne a constitué pour Trump la goutte qui fait déborder le vase. Et quand le président Trump attaque, il ne fait pas dans la dentelle : “Le problème est qu’Emmanuel souffre d’un taux de popularité très faible en France, 26%, et d’un taux de chômage de presque 10… au fait, il n’y a pas de pays plus nationaliste que la France, …  Construire sa propre armée pour protéger l’Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie”, a-t-il écrit. “Mais c’était l’Allemagne lors des Première et Seconde Guerres mondiales. Comment cela s’est-il passé pour la France ? Ils commençaient à apprendre l’allemand à Paris avant que les Etats-Unis ne viennent à la rescousse.” Reste la délicate question de l’attitude à adopter par la France après des attaques aussi violentes et aussi vulgaires. Répondre serait sans doute engager une période de polémiques rugueuses nuisible à la France et à l’Europe. Faire le dos rond par contre pourrait donner l’impression que Macron est renvoyé à ses chères études de petit président, dans une petite nation malade du chômage.

 

COP21: « un accord de façade » pour 72%

COP21: « un accord de façade » pour 72%

72% de Français qu’e COP 21 aboutira à    »un accord de façade » permettant de réduire « seulement dans une certaine mesure » les émissions de gaz à effet de serre, selon un sondage à paraître  dans Dimanche Ouest France (DOF). Dans le même temps, 16% des sondés pronostiquent la conclusion d’un véritable accord qui permettra de réduire « significativement » les émissions de gaz à effet de serre tandis que 12% n’attendent « strictement aucun accord » à l’issue de la conférence. Les Français se montrent cependant un peu plus optimistes concernant la conclusion d’un véritable accord qu’ils ne l’étaient en 2009, quand les mêmes questions avaient été posées avant la conférence sur le climat de Copenhague. A l’époque, 75% des sondés s’attendaient seulement à un accord de façade, 10% à un véritable accord -contre 16% cette fois- et 15% à aucune prise de décision collective. Les jeunes (moins de 35 ans) se montrent légèrement plus optimistes que la moyenne de la population quant à la possibilité d’un véritable accord (17%), de même que les catégories populaires (19%). Mais le clivage majeur au sein de la population, selon l’IFOP, tient dans la proximité politique. Les sympathisants d’EELV sont ceux qui attendent le plus un véritable accord (25%), avec les proches du Parti Socialiste (18%). Les plus pessimistes sont les sympathisants du Front National: 18% d’entre eux ne s’attendent à aucun accord au terme de la COP21.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol