Archive pour le Tag 'exportations'

Page 2 sur 3

Chine: forte hausse des exportations

Chine: forte hausse  des exportations

 

Signe de la reprise au plan international, les exportations chinoises progressent de manière très sensible. Les exportations chinoises ont en effet  connu en novembre une accélération forte et inattendue, bondissant de 12,3% sur un an, un rythme deux fois plus rapide qu’attendu par les analystes, selon des chiffres officiels publiés vendredi, témoignant de la robustesse du commerce extérieur du géant asiatique. De même, les importations, baromètre de la demande et de l’activité dans la deuxième économie mondiale, ont également déjoué les attentes, grimpant de 17,7% le mois dernier, selon l’administration des Douanes. Au final, l’excédent commercial du pays a gonflé à 40,2 milliards de dollars.

Japon: reprise des exportations

Japon: reprise des exportations

Le Japon a enregistré en août un excédent commercial de 113,6 milliards de yens (870 millions d’euros), contre un déficit de 34 milliards un an plus tôt, a annoncé mercredi le ministère des Finances. Ce retour dans le vert (pour le 3e mois de suite) est à mettre au compte d’exportations qui ont progressé de 18,1% sur un an, grâce aux automobiles, aux pièces afférentes et aux composants électroniques, a précisé la même source.

Croissance Japon et exportations en hausse

Croissance Japon  et exportations en hausse

 

 

Le Japon retrouve provisoirement  le chemin de la croissance  notamment des exports même si la balance a été déséquilibrée en mai. Le moral des grandes entreprises s’améliore également.  Le Japon vit sa plus longue période de croissance depuis 2006  Avec une hausse de 0,5 % de janvier à mars, le Japon a aligné cinq trimestres de croissance consécutifs : sa plus longue période de croissance depuis onze ans. Si une telle croissance se poursuivait sur l’ensemble de l’année, la progression s’élèverait à 2,2 %. Mais le seul chiffre du produit intérieur brut (PIB) ne saurait signer la fin des difficultés. Une croissance tirée de la demande intérieure et des exportations Les exportations ont progressé pour le 6e mois consécutif, à un rythme solide (+14,9%), pour atteindre 5.851,4 milliards de yens (47 milliards d’euros), dans un contexte d’embellie économique mondiale. Mais les importations ont augmenté davantage encore (+17,8% à 6.054,7 milliards de yens), d’où le déficit observé. Elles ont été victimes d’un bond des factures de pétrole (+17%), produits pétroliers (+62%), gaz naturel (+68,6%) et charbon (+74,7%). De fait, le déficit s’est creusé avec le Moyen-Orient, tandis que l’excédent commercial s’accentuait au contraire de 16% avec l’Amérique du nord et de 45% avec l’Asie. Les expéditions vers la Chine, partenaire commercial majeur du Japon, se sont envolées de 24% en valeur, de 11,6% vers les Etats-Unis et de près de 20% vers l’Union européenne. Les analystes ont relativisé la publication d’un déficit, retenant plutôt de « solides exportations », selon Takeshi Minami, économiste en chef de l’institut de recherche Norinchukin, cité par l’agence Bloomberg News. « Celles-ci vont continuer à soutenir l’économie japonaise dans les mois à venir, alimentant progressivement l’investissement des entreprises et la consommation des ménages », a-t-il dit. Le Japon, troisième économie mondiale, connaît actuellement sa plus longue période d’expansion en 11 ans (cinq trimestres d’affilée), même si les chiffres restent modestes du fait d’une consommation poussive. L’amélioration est confirmée par l’indice de confiance des grandes firmes manufacturières japonaises a progressé pour le 3e trimestre d’affilée, à un niveau inédit en plus de 3 ans, d’après les résultats publiés lundi de la dernière enquête* trimestrielle de « sentiment à court terme » (Tankan) menée par la Banque du Japon (BoJ). Indicateur important de l’état d’esprit du monde des affaires, l’édition de juin du Tankan révèle un indice du moral des industries de premier plan désormais à +17 (contre +12 précédemment), renouant avec son niveau de mars 2014, grâce à une embellie internationale conjuguée à un cours favorable du yen. Du côté des grandes entreprises non-manufacturières, l’enquête trimestrielle de la BoJ montre une progression de 3 points (à +23), les secteurs des services bénéficiant d’une consommation des ménages moins morose et d’un tourisme qui se porte bien.  Tous secteurs confondus, le moral des grandes entreprises progresse de 4 points (à +20). Même tendance positive, mais moins prononcée, pour les autres catégories, avec un indice en hausse de 1 point (à +16) pour les firmes de tout secteur de moyenne envergure. Un gain de 2 points à +7 est aussi à relever pour les plus petites sociétés. Le Japon vit actuellement sa plus longue période de croissance depuis 11 ans, avec cinq trimestres consécutifs d’augmentation de son produit intérieur brut (PIB).

Croissance Chine: baisse des exportations de 6,1%

Croissance Chine: baisse des exportations de 6,1%

 

Témoin d’une  part du tassement du commerce international et de la réorientation de l’économie chinoise, les exportations chinoises ont plongé de 6,1% sur un an en décembre, tandis que les importations étaient en hausse, a annoncé vendredi l’administration des Douanes, confirmant l’essoufflement d’un moteur crucial de la deuxième économie mondiale. Les exportations du géant asiatique, principale puissance commerciale de la planète, ont totalisé 209,4 milliards de dollars en décembre, tandis que ses importations grimpaient de 3,1% sur un an, à 168,6 milliards de dollars. En conséquence, l’excédent commercial chinois a baissé à 40,8 milliards de dollars mais demeure évidemment encore très favorable.

Chine , les exportations en baisse : mauvais signe pour l’économie mondiale

Chine ,  les exportations en baisse : mauvais signe pour l’économie mondiale

Le recul des exportations chinoises constitue un mauvais signe pour l’économie mondiale pourtant bien partie au premier trimestre mais qui depuis le second semble enregistrer un net tassement au point que la croissance pourrait stagner en 2016 comme le prévoit d’ailleurs la Banque mondiale avec ses nouvelles prévisions Les exportations de la Chine ont trébuché en mai, reculant de 4,1% sur un an à 181 milliards de dollars, ont indiqué mercredi les Douanes chinoises, témoignant des difficultés persistantes du commerce extérieur du pays.. En revanche, si les importations de la deuxième économie mondiale ont encore reculé, pour le 19e mois consécutif, elles n’ont baissé en mai que de 0,4% sur un an, à 131,1 milliards de dollars, limitant nettement le rythme de leur déclin, selon les chiffres en demi-teinte des Douanes. En conséquence, l’excédent commercial du pays a gonflé à presque 50 milliards de dollars an, contre 45,5 milliards le mois précédent. Du coup  La Banque mondiale a nettement abaissé mardi ses prévisions de croissance sur le globe sur fond d’activité « anémique » dans les pays riches et d’affaiblissement des économies émergentes. Le produit intérieur brut (PIB) mondial ne devrait progresser cette année que de 2,4%, marquant une stagnation par rapport à 2015 et une nette dégradation par rapport à janvier quand la BM tablait encore sur 2,9% de croissance, selon ces nouvelles projections. « L’économie mondiale est exposée à des risques majeurs », souligne la Banque mondiale dans son rapport semestriel, évoquant notamment les menaces « géopolitiques » et la volatilité financière. Pour 2017, l’institution de lutte contre la pauvreté ne se montre guère plus optimiste et abaisse sa prévision de 0,3% à 2,8%.  Ce regain de pessimisme est dû en large partie à la chute des cours des matières premières (pétrole, minerais…) qui amputent les revenus de nombreux pays en développement, indique la Banque. « Les marchés émergents et les pays en développement exportateurs de produits de base ont du mal à s’adapter à la faiblesse des cours du pétrole et d’autres produits essentiels », écrit l’institution. La croissance de ces pays devrait dès lors rester modeste cette année (3,5%), selon la Banque qui met par ailleurs en garde contre l’explosion des crédits au secteur privé.  Malgré un léger coup de mou, la Chine devrait continuer à croître solidement cette année (6,7%) tandis que le géant indien a, lui, le vent dans le dos (7,6%). Brésil et Russie devraient en revanche être frappés par des récessions « plus marquées » que prévu. Du côté des pays riches, la zone euro devrait bénéficier d’un « élan modeste » qui maintiendra sa croissance cette année à 1,6%. Les Etats-Unis voient eux leur prévision de croissance sabrée de 0,8 point, à 1,9%, en raison de l’appréciation du dollar qui pèse sur les exportations et de la crise de l’industrie extractive, frappée de plein fouet par le pétrole bon marché.

Chine : exportations et des importations confirment le tassement mondial

Chine : exportations et des importations confirment le tassement mondial

La baisse du commerce extérieur chinois confirme le tassement mondial. Le recul des exportations caractérise la baisse de la demande, aussi de la croissance des pays importateurs. À noter cependant que cette évolution est erratique puisqu’elle avait été marquée par  une augmentation en mars. La baisse très importante des importations révèle que la demande intérieure chinoise n’a pas pris le relais des exportations pour alimenter la croissance. Globalement donc des chiffres qui vont nourrir des interrogations nouvelles sur les perspectives de la croissance mondiale. Les exportations chinoises ont reculé de 1,8% en avril par rapport à avril 2015 tandis que les importations chutaient de 10,9%, selon des données inférieures aux prévisions des économistes publiées dimanche par l’Administration générale des douanes. L’excédent commercial de l’économie chinoise ressort en avril à 45,56 milliards de dollars (39,9 milliards d’euros contre 34 milliards de dollars un an auparavant. Les analystes interrogés par Reuters tablaient sur une quasi-stagnation des exportations (-0,1%) et sur un recul deux fois moindre des importations, à 5%. En mars, les exportations chinoises avaient bondi de 11,5% sur un an, progressant pour la première fois depuis juin 2015. Mais le mois d’avril a marqué une rechute. Du côté des importations, avril a été le 18e mois consécutif de baisse, soulignant la faiblesse de la demande intérieure en dépit d’un rebond des dépenses d’infrastructures et de la croissance record des crédits enregistrée au premier trimestre.

(Avec Reuters)

 

Japon : nouveau recul des exportations

Japon : nouveau recul des  exportations

Les exportations du Japon se sont contractées en février pour un cinquième mois consécutif, ce qui, malgré une hausse des ventes à destination de la Chine, alimente les craintes d’une quatrième année de récession en cinq ans pour la troisième économie mondiale. Les exportations japonaises ont baissé de 4,0% sur un an le mois dernier, montrent jeudi les statistiques publiées par le ministère des Finances, ce qui est davantage que l’estimation médiane d’un recul annuel de 3,1%. Cela constitue néanmoins une amélioration par rapport à la chute de 12,9% enregistrée en janvier, la plus forte depuis 2009, ce qui est avant tout la conséquence du rebond des exportations vers la Chine (+5,1% sur un an) avec la reprise de l’activité dans la deuxième économie mondiale après le Nouvel An lunaire, intervenu 10 jours plus tôt que l’année dernière. Les importations japonaises ont reculé de 14,2% sur un an en février, alors que l’estimation médiane était une baisse de 15,2%. L’excédent commercial s’est élevé à 242,8 milliards de yens (1,92 milliard d’euros) contre une estimation médiane de 388,6 milliards de yens.

(Reuters)

Allemagne: baisse des exportations

Allemagne:  baisse des exportations

Pour le deuxième mois l’Allemagne ressent à travers ses exportations la baisse de la demande mondiale. Les exportations allemandes ont baissé en janvier pour le deuxième mois consécutif et les importations ont grimpé, ce qui suggère qu’une faible demande a ralenti la croissance de la première économie d’Europe en début d’année. Les exportations ont baissé de 0,5% en janvier, en données corrigées des variations saisonnières, après un recul en décembre révisé à -0,7%, montrent les données publiées jeudi par Destatis, l’office allemand de la statistique. Les importations ont augmenté de 1,2%, ramenant l’excédent commercial de l’Allemagne à 18,9 milliards d’euros. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à des exportations en hausse de 0,5% et des importations en progression de 0,4%.

La déprime des exportations chinoises : très mauvais signe pour l’économie mondiale

La déprime des exportations chinoises : très mauvais signe pour l’économie mondiale

La baisse de plus de 25 % des exportations chinoises en février témoigne à l’évidence du net tassement de la croissance mondiale. Cette régression historique depuis 2009 rend compte de la crise générale de la demande dans la plupart des pays  La Chine joue évidemment un rôle essentiel dans l’économie internationale puisqu’elle seule  utilise environ la moitié du pétrole, du ciment et de l’acier au plan mondial. S’y ajoute une énorme crise d’endettement qui bouscule d’ailleurs tous les marchés financiers. Conséquence l’industrie manufacturière se contracte depuis plus d’un an. Le cabinet Caixin-Markit, qui calcule de façon indépendante son propre indice, et prend davantage en considération les petites et moyennes entreprises, a établi son propre PMI à 48,0 pour février, le plus bas depuis cinq mois, selon un communiqué publié mardi. « La lecture des indices de toutes les catégories importantes comme la production, les nouvelles commandes et l’emploi montre que la situation a empiré «  a déclaré dans un communiqué He Fan, économiste du groupe Caixin. Officiellement la croissance enregistrée l’an passé une performance de 6,9%, au plus bas depuis un quart de siècle. Du coup. Selon l’OCDE, La croissance mondiale aura peut-être du mal à atteindre celui  de 2015, qui était déjà le plus faible des cinq dernières années.  « Avec 3 % de croissance en 2016 ou 3,4 % en 2017, cela ne permet pas aux jeunes de trouver un emploi, aux retraités de percevoir l’intégralité de leur pension et aux investisseurs d’avoir des retours sur investissement suffisants », analyse Catherine Mann, chef économiste de l’OCDE. . L’absence d’accélération de l’activité se voit dans la faiblesse du commerce et dans la dégringolade des prix des matières premières. La contraction des importations en provenance de Chine et d’autres grands émergents ont pesé sur les exportations des pays avancés et ralenti d’un demi-point, en 2015, la progression du PIB de la zone OCDE. La faiblesse de la demande est, de l’avis de l’institution, un des facteurs principaux des bas prix des matières premières, pétrole en tête. La reprise dans la zone euro reste des plus laborieuses. La croissance a été révisée de 0,4 point en moyenne à + 1,4 % en 2016 et de 0,2 point à + 1,7 % en 2017.  De fait, la Chine a enregistré en 2015 sa croissance la plus faible depuis un quart de siècle. La seconde économie mondiale a vu son PIB croître de 6,9%, contre 7,3% l’année précédente. Certains économistes estiment même que ces chiffres sont largement surévalués. De ce faite les ajustements structurels se feront notamment par une suppression massive d’emplois dans les secteurs en surproduction. Cependant ces licenciements massifs  risque de fragiliser la société chinoise voire même de créer des mouvements sociaux. Le pays devra reconvertir des aides financières qui maintiennent artificiellement en vie des secteurs déficitaires pour les réorienter vers les  travailleurs licenciés et  vers les secteurs plus productifs. En attendant la demande intérieure ne compense pas la baisse des exportations puisqu’en février la diminution ressort à 13,8%. Preuve de l’atonie de la demande chinoise :  les ventes de voiture par exemple, ont baissé de 3,7%, selon l’association CPCA des fabricants de véhicules passagers.


Recul des exportations en Allemagne : très mauvaise nouvelle pour la croissance en zone euro et pour la France

Recul des exportations en Allemagne : très mauvaise nouvelle pour la croissance en zone euro et pour la France

Le dernier résultat des exportations allemandes démontre à l’évidence le net tassement de l’économie mondiale. Un tassement qui se fait encore davantage sentir sur un pays à vocation exportatrice comme l’Allemagne. Ceci étant  compte de tenu des échanges importants entre la France et l’Allemagne, c’est une très mauvaise nouvelle pour la croissance française aussi et au-delà pour celle de l’ensemble de la zone euro. Il est clair que le ralentissement en Chine pèse sur toute économie internationale  est qu’aucun pays ne saurait être à l’abri des conséquences de cet affaiblissement Allemagne et États-Unis compris. Pour la France  particulièrement il y a lieu d’être inquiet car la croissance était déjà très faiblarde de l’ordre de 1 % en 2015, pas sûr qu’elle soit très supérieure en 2016. En valeur, les exportations outre-Rhin ont donc chuté de 5,2% en août par rapport au mois de juillet, plombées notamment par le ralentissement chinois.  Un mois d’août sombre pour le commerce extérieur allemand. En ce qui concerne le chiffre d’affaires généré, les exportations allemandes ont chuté de 5,2% en août, sur un mois, selon les derniers chiffres du bureau fédéral des statistiques, publiés jeudi 8 octobre. Il s’agit de la pire chute mensuelle pour Berlin depuis août 2009, d’après Bloomberg. Les exportations ont atteint les 97,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 103,1 milliards d’euros en juillet. Les importations ont également souffert, décrochant de 3,1% par rapport à juillet. Ces mauvais résultats, qui semblent montrer une baisse de l’activité, sont corrélés à un autre indicateur publié il y a deux jours : celui des commandes industrielles. Ces dernières ont reculé de 1,8 % en août après une chute de 2,2 % en juillet. Pour l’expliquer, les analystes pointent du doigt le ralentissement des émergents. Selon Jens kramer, un économiste de NordLB basé à Hanovre interrogé par Bloomberg, « la Chine, où la demande domestique commence à bégayer est un facteur important pour une économie comme la nôtre orientée vers les exportations »« C’est une forte baisse, de celles qu’on ne voit pas tous les jours », a encore commenté Holger Sandte, économiste en chef de Nordea pour Reuters. « La faiblesse de la Chine, du Brésil, de la Russie et d’autres marchés se fait ressentir. »

 

L’Allemagne : grosse chute de exportations

 

L’Allemagne : grosse chute des exportations 

 

En valeur, les exportations outre-Rhin ont chuté de 5,2% en août par rapport au mois de juillet, plombées notamment par le ralentissement chinois.
 Un mois d’août sombre pour le commerce extérieur allemand. En ce qui concerne le chiffre d’affaires généré, les exportations allemandes ont chuté de 5,2% en août, sur un mois, selon les derniers chiffres du bureau fédéral des statistiques, publiés jeudi 8 octobre. Il s’agit de la pire chute mensuelle pour Berlin depuis août 2009, d’après Bloomberg. Les exportations ont atteint les 97,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 103,1 milliards d’euros en juillet. Les importations ont également souffert, décrochant de 3,1% par rapport à juillet. Ces mauvais résultats, qui semblent montrer une baisse de l’activité, sont corrélés à un autre indicateur publié il y a deux jours : celui des commandes industrielles. Ces dernières ont reculé de 1,8 % en août après une chute de 2,2 % en juillet. Pour l’expliquer, les analystes pointent du doigt le ralentissement des émergents. Selon Jens kramer, un économiste de NordLB basé à Hanovre interrogé par Bloomberg, « la Chine, où la demande domestique commence à bégayer est un facteur important pour une économie comme la nôtre orientée vers les exportations ».  « C’est une forte baisse, de celles qu’on ne voit pas tous les jours », a encore commenté Holger Sandte, économiste en chef de Nordea pour Reuters. « La faiblesse de la Chine, du Brésil, de la Russie et d’autres marchés se fait ressentir. » 

Hausse des exportations françaises mais croissance molle

Hausse des  exportations françaises mais croissance molle

Il y a certes du mieux pour les des exportations françaises, mais cela tient aussi à la faiblesse des prix des importations en particulier du pétrole. L’amélioration de la balance commerciale est toutefois significative. Elle pourrait soutenir la croissance qui par ailleurs a dit mal à être dynamisée par la consommation intérieure et par la production industrielle. D’une façon globale la croissance française demeure moll, handicapée surtout par un manque de compétitivité, compétitivité plombée par la fiscalité. La France a donc enregistré en juin son déficit commercial le plus faible depuis près de six ans, grâce à des livraisons d’Airbus « exceptionnelles », une poussée des exportations d’automobiles et la livraison d’une frégate à l’Egypte. Les chiffres publiés vendredi par les Douanes contrastent avec ceux de la production industrielle, en recul de 0,1% sur le même mois, alors qu’elle était attendue en hausse (+0,2% pour le consensus Reuters). Sur l’ensemble du deuxième trimestre, la production industrielle s’est même contractée de 0,7%, ce qui, ajouté au recul de 0,1% de la consommation des ménages en biens annoncé la semaine passée, augure d’un rythme de croissance du PIB en net retrait par rapport au 0,6% du premier trimestre. Le consensus des économistes se situe à 0,3% pour la croissance de la période, un niveau également anticipé par l’Insee, alors que la Banque de France ne table plus que sur 0,2%. Les prévisions pour l’ensemble de l’année restent à 1,2%.  Pour Christian Parisot, économiste d’Aurel BGC, le commerce extérieur pourrait sauver la croissance du deuxième trimestre, avec en outre un rebond qu’il attend purement technique de l’investissement des entreprises et des dépenses publiques qui agissent toujours en facteur de soutien. Mais « les chiffres de la production industrielle après ceux de la consommation confirment le tableau donné par les PMI (indices des directeurs d’achat), à savoir que la reprise reste en retard en France comparée au sud de l’Europe, notamment l’Espagne, et qu’il y a toujours un problème de compétitivité », dit-il.  « On a l’image d’une amélioration graduelle mais relativement molle, la France a du mal à redémarrer », ajoute l’économiste.

 

Croissance- Chine : exportations en baisse en juillet

Croissance- Chine : exportations en baisse en juillet

De toute évidence la baisse constatée des exportations en Chine constitue une très mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale. C’est le signe que la demande internationale se tasse sérieusement. Du coup la demande extérieure de la Chine enregistre aussi une baisse significative en juillet,  ce qui devrait avoir un impact sur l’économie des pays exportateurs concernés. Une nouvelle fois l’activité du secteur manufacturier est en  recul, un recul plus important que prévu et qui n’a pas été enregistré depuis deux ans. Les exportations chinoises ont donc  baissé de 8,3% en juillet, beaucoup plus que ne le prévoyaient les économistes, tandis que les importations ont diminué de 8,1%. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une baisse de 1,0% des exportations libellées en dollars, après une hausse de 2,8% en juin, et à une baisse de 8,0% des importations, après une diminution de 6,1% en juin. La Chine a dégagé en juillet un excédent commercial de 43,03 milliards de dollars, a déclaré samedi l’administration générale des douanes, alors que les économistes tablaient en moyenne sur un surplus de 53,25 milliards de dollars.

Chine : la baisse des exportations, signe de la fragilité de l’économie mondiale

Chine : la baisse des exportations,  signe de la fragilité de l’économie mondiale

 

Une chute jugée inattendue des exportations chinoises qui repose la question de la fragilité de l’économie mondiale. Contrairement aux affirmations de la plupart des experts et institutions, l’économie mondiale n’est pas sortie de la crise. Si les exportations  de la Chine ont baissé, c’est la conséquence de la crise de la demande qui se manifeste partout. Une crise de la demande qui incite par ailleurs les entreprisse à la prudence en matière d’investissement de capacité. Certes l’activité mondiale enregistre des mouvements de yo-yo mais la tendance structurelle n’est pas orientée vers une  forte reprise. D’une certaine manière on installe dans la croissance molle. A cet égard les institutions devront bientôt reconnaitre que le taux de croissance de 2015 sera à peine supérieure à celui déjà décevant de 2014.  En Chine, Les exportations ont donc diminué de 6,4% par rapport à avril 2014, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 2,4%. Les importations ont chuté de 16,2%, alors qu’ils projetaient un recul de 12%. La Chine a ainsi dégagé en avril un excédent commercial de 34,13 milliards de dollars (consensus : 39,45 milliards) contre 3,08 milliards en mars, a fait savoir l’Administration générale des douanes vendredi. Cette performance commerciale laisse planer le risque que la croissance se retrouve inférieure à 7% au deuxième trimestre, ce qui serait inédit depuis la crise financière mondiale. La Banque populaire de Chine (PBoC) a abaissé les taux ainsi que le ratio de réserves obligatoires (RO) par trois fois depuis novembre pour relancer l’économie et la plupart des analystes pensent qu’elle récidivera sur ces deux fronts dans les mois qui viennent. Les économistes de Nomura projettent une croissance de 6,6% au deuxième trimestre contre 7% au premier et anticipent trois autres baisses des taux de 25 points de base chacune et deux réductions de 50 points de base du ratio des RO d’ici la fin de l’année. Le commerce extérieur chinois a connu une croissance de 3,4% en 2014, alors que Pékin visait 7,5%. Il projette cette année une croissance combinée des exportations et des importations de l’ordre de 6%. Parallèlement,  il faut noter que la locomotive de l’Europe ; l’Allemagne, connait aussi des ratés. La production industrielle en Allemagne s’est en effet contractée de 0,5% en mars, selon les données publiées vendredi par l’Office fédéral de la statistique. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une progression de 0,4%. Après la publication de ce chiffre, le ministère de l’Economie a jugé que l’industrie allemande avait globalement connu un début d’année terne.

Croissance Corée du Sud : recul des exportations

Croissance  Corée du Sud : recul des exportations

 

La Corée du sud  a fait état d’un recul de ses exportations de 8,1% en avril en glissement annuel, soit la plus forte contraction depuis février 2013. Les livraisons vers la Chine, les Etats-Unis et l’Union européenne ont toutes reculé. Les prix à la consommation y progressent en outre à leur rythme le plus lent depuis 16 ans, de seulement 0,4%. « Le gouvernement va assurément mettre l’accent sur le soutien à la consommation étant donné que les exportations ne sont plus aussi performantes que par le passé », pense Stephen Lee, économiste chez Samsung Securities.

Chine : les exportations en hausse mais pas de redémmarage intérieur

Chine : les exportations en hausse mais pas de redémmarage interieur

Les exports repartent en février ( en partie à cause du calendrier) mais pas les imports ni la demande interne. La Chine connaît comme d’autres zones des mouvements erratiques d’un mois  sur l’autre puisque en Janvier les exports avaient diminué de 3%. Dun certain point de vue la reprise mondiale paraît encore hésitante.   . . Pékin a annoncé avoir réduit son objectif de croissance annuelle à « environ 7% » pour 2015, sur fond de dégradation de la conjoncture et des efforts de rééquilibrage économique des autorités. Un taux en apparence quand même satisfaisant mais qui est le plus bas depuis 25 ans et qu’il faut rapporter à la population. L’environnement déflationniste témoigne aussi de la baisse de la demande interne des ménages..  Le gouvernement a également abaissé à « environ 3% », contre 3,5% l’an dernier, son niveau-cible d’inflation pour 2015. De fait, la Chine est confrontée à d’intenses pressions déflationnistes, nourries par une demande intérieure en berne et un environnement mondial peu dynamique  : la hausse des prix à la consommation s’est établie à 0,8% sur un an en janvier, plongeant sous 1% pour la première fois depuis cinq ans. L’abaissement de l’objectif officiel de croissance économique à « environ 7% » était largement anticipé par les experts, alors que le géant asiatique connaît depuis deux ans un ralentissement brutal de son activité.  »Au cours de l’année passée, l’environnement économique intérieur et la conjoncture internationale ont été difficiles et compliqués ». « Le chemin de la reprise économique mondiale a été semé d’embûches et irrégulier, les principales économies (du monde) ont enregistré des performances très diverses », relève encore le Premier ministre chinois. Après  un fléchissement en janvier, les exportations chinoises ont grimpé de 48,9% sur un an en février. Les importations ont pour leur part continué de baisser, de 20,1%. L’excédent commercial a ainsi atteint un nouveau record.  Nouveau record pour l’excédent commercial en Chine. En février, il a atteint 370,5 milliards de yuans (plus de 60 milliards de dollars), exacerbé par un nouveau plongeon des importations et un fort rebond des exportations, ont annoncé dimanche 8 mars les douanes chinoises. La deuxième économie mondiale a vu ses exportations grimper de 48,9% sur un an le mois dernier, à 1.040 milliards de yuans (l’équivalent de 155 milliards de dollars), selon les douanes, qui ne fournissaient dans un premier temps que des chiffres dans la devise chinoise. C’est un rebond notable après le repli de 3,2% sur un an enregistré par les exportations chinoises en janvier, sur fond de conjoncture internationale maussade. Les exportations du pays, numéro un mondial des échanges manufacturés, avaient d’ailleurs fléchi de 4,9% sur l’ensemble de 2014. D’après l’administration des douanes, la récente embellie s’explique par une accélération des livraisons assurées par les exportateurs chinois, qui « se sont précipités » pour honorer leurs commandes avant les longs congés du Nouvel an lunaire débutés le 19 février. En outre, un décalage calendaire (le Nouvel an lunaire tombait fin janvier en 2014) était à l’origine d’un effet de comparaison favorable. A l’inverse, les importations du géant asiatique ont encore une fois piqué du nez. Après avoir déjà reculé de 19,7% en janvier (le recul le plus marqué depuis cinq ans), elles ont dégringolé de 20,1% sur un an en février, à 666,1 milliards de yuans (l’équivalent de 99,6 milliards de dollars). Après la stagnation enregistrée pour l’ensemble de 2014, c’est un nouveau signal inquiétant pour la demande intérieure du pays, dont l’essoufflement nourrit le ralentissement de l’activité économique et la contraction du secteur manufacturier. Dans ces conditions, l’excédent commercial de Pékin ne pouvait que gonfler, atteignant un pic historique inédit après le sommet de 366,9 milliards de yuans de janvier. Sur les deux premiers mois de l’année, janvier et février cumulés, la Chine a dégagé un surplus de 737,4 milliards de yuans, soit multiplié une douzaine de fois par rapport à celui de la période comparable de 2014. Pékin avait enregistré sur l’année passée un excédent commercial historique de 2.350 milliards de yuans.

 

Allemagne :croissance exportations en recul

Allemagne :croissance exportations en recul

L’excédent commercial de l’Allemagne s’est contracté en novembre, atteignant 17,6 milliards d’euros, en raison d’un recul des exportations et d’une hausse des importations, selon des chiffres publiés vendredi. En données corrigées des variations saisonnières, les exportations ont diminué de 2,1% en novembre à 95,2 milliards d’euros, alors que les importations ont augmenté de 1,5% à 77,6 milliards. En octobre, l’excédent commercial atteignait 20,8 milliards d’euros.

Allemagne : les exportations plongent

Allemagne : les exportations plongent

.

Signe du tassement de l’économie mondiale, les exportations allemandes diminuent nettement e n août. Un indicateur qui marque la glissade vers la récession après la baisse de 4% de la production industrielle. Le FMI avait déjà indiqué les dangers qui guettaient l’économie allemande et la nécessité de relancer les investissements en matière d’équipements collectifs. Une mauvaise nouvelle économique pour l’ensemble de la zone euro mais une bonne nouvelle politique qui fera peut-être enfin comprendre à Merkel que la politique d’austérité imposée à toute l’Europe mène dans le mur. La commission européenne et la BCE ne pourront pas ne pas tenir compte de ces chiffres inquiétants pour réorienter la politique économique européenne.  Selon les statistiques publiées ce jeudi par l’office fédéral de statistiques Destatis , les exportations allemandes ont en effet plongé de 5,8% en août, en données corrigées des jours ouvrés et des variations saisonnières.  Les ventes allemandes ont ainsi enregistré leur plus fort recul depuis janvier 2009, au plus fort de la crise financière. Si les experts de Destatis minimisent en partie cette contre-performance en l’expliquant par des effets de calendrier (une date plus tardive qu’en 2013 des vacances scolaires d’été), les chiffres publiés ce jeudi confirment le lent déclin depuis plus d’un an de la machine exportatrice allemande. La baisse des ventes allemandes semble surtout marquée en dehors de l’Union européenne. Par zone géographiques en effet, les données publiées qui ne sont pas corrigées des effets de calendrier ou de saison montrent que les exportations baissent de 2,4 % mais sont stable vers l’Union européenne alors qu’elles baissent de 6,3 % avec les pays tiers.  Chiffres qui pourraient peut-être, même si Destatis ne donne aucun détail, montrer l’impact des sanctions infligées à la Russie par les occidentaux suite au conflit en Ukraine. Au total cependant, la situation de la balance commerciale allemande reste largement plus enviable que celle de la France. Bien qu’en baisse par rapport à juillet, l’excédent commercial allemand atteint ainsi 17,5 milliards d’euros en août alors que la France affiche toujours un déficit compris entre 5 et 6 milliards d’euros.

 

Chine : baisse des exportations

Chine : baisse des exportations

Les exportations chinoises ont baissé de 6,6% en mars sur un an, après une chute de 18,1% en février, a annoncé jeudi l’administration des douanes. C’est la première fois que les exportations reculent deux mois d’affilée depuis 2009. Les importations ayant reculé de 11,3%, l’excédent commercial s’est établi à 7,7 milliards de dollars, après un déficit de 23 milliards de dollars en février. Le marché attendait une hausse des exportations de 4%, une augmentation de 2,4% des importations et un excédent de 900 millions de dollars. Sur l’ensemble du premier trimestre, les exportations ont reculé de 3,4% sur un an et les importations ont crû de 1,6%, donnant un excédent commercial de 16,7 milliards de dollars, en baisse de près de 60% sur un an.

Chine : exportations en hausse en 2013, +7%

Chine : exportations en hausse en 2013, +7%

 

Signe sans doute d’une certaine reprise mondiale (sauf en France), les exportations chinoises sont reparties. Le total des exportations et importations chinoises devrait atteindre 4.140 milliards de dollars cette année, a dit vendredi le ministre du Commerce Gao Hucheng, une somme qui représente une hausse de 7% du commerce extérieur du pays par rapport à 2012 alors que l’objectif officiel était d’une progression de 8%. Gao Hucheng a ajouté que le ministère redoublerait d’efforts pour assurer une poursuite de la croissance du commerce extérieur en 2014, ajoutant que le rééquilibrage allait se poursuivre avec une augmentation des importations de matières premières et d’énergie. « En 2014, nous accélérerons le processus d’ajustement des exportations et des importations (…) », a précisé le ministre. Après avoir pesé sur la croissance au cours des trois premiers trimestres 2013, les exportations de la Chine sont reparties de l’avant à la faveur de la reprise économique des Etats-Unis et de l’Europe. Elles devraient même être un des moteurs de l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) chinois l’année prochaine. Ceci étant dit, le gouvernement ne veut plus que ce soit le seul puisqu’il cherche à rééquilibrer l’économie chinoise pour favoriser le développement de la consommation et des services alors que la croissance repose pour l’instant avant tout sur les exportations et l’investissement.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol