Archive pour le Tag 'exclue'

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Aurélie Filippetti exclue du PS ?

Règlement de comptes au parti socialiste avec la mise à l’écart de l’ancienne ministre Aurélie Filipe qui avait choisi de soutenir la liste dissidente conduite par Philippe Gasparella, ex-suppléant de la candidate aux législatives. Et ce choix n’a pas convenu à l’ancien secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini, qui a malgré tout été réélu sénateur., l’ex-ministre, devenue conseillère municipale à Metz, ainsi que tous ceux qui l’ont suivie, a reçu un avis de «sortie» du parti.  les socialistes «légitimistes» s’appuient sur les statuts du parti. «On n’est pas dans une logique d’exclusion mais de clarification», «La même règle s’est d’ailleurs précédemment appliquée à Richard Lioger et Ludovic Mendes après qu’ils se sont présentés aux législatives contre nos candidats»,. Avant de lancer une bravade: «Aurélie Filippetti peut toujours faire appel, mais il lui faudra prouver qu’elle n’a pas enfreint nos statuts». C’est justement ce que compte faire l’intéressée. Dans un message publié sur Facebook, elle annonce sa riposte à venir: «Je confirme avoir reçu cette lettre ainsi que mes amis. La procédure utilisée – la lettre recommandée – était sans doute ce que l’on pouvait attendre de plus élégant de la part de la Fédération de Moselle du Parti socialiste et de ses dirigeants. Le délit d’opinion n’existant pas en démocratie, n’ayant enfreint aucune règle interne, j’ai adressé un recours à la Commission de dsicipline.

La Russie exclue des jeux olympiques pour dopage

La Russie exclue des jeux olympiques pour dopage

 

Il est évident que nombre de disciplines sportives sont gangrenées par le dopage et cela en raison notamment des sommes folles qui sont en jeu. Si on ajoute à cela les préoccupations nationalistes on aura compris que nombre d’épreuves sont faussées. Cependant les ex pays de l’Est et la Russie en particulier avaient en quelque sorte institutionnalisé le dopage. L’affaire ne date pas d’hier mais le comité international olympique s’est enfin réveillé et menace même d’exclure tous les sportifs russes des JO de Rio. A moins de trois semaines des Jeux de Rio, le Comité international olympique (CIO) a donc promis lundi « les sanctions les plus dures » après la publication d’un rapport selon lequel Moscou a dissimulé les tests antidopage de sportifs russes dans de multiples disciplines avant les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. Le CIO n’a pas précisé quelle réponse il apporterait aux multiples appels à bannir la totalité des sportifs russes des JO en étendant les mesures qui frappent déjà les équipes d’athlétisme et d’haltérophilie. Mais son président, Thomas Bach, a déclaré que l’enquête indépendante menée par l’Agence mondiale antidopage (AMA) avait révélé « une atteinte choquante et sans précédent à l’intégrité du sport et des Jeux olympiques ». « Le CIO n’hésitera pas à prendre les sanctions les plus dures contre tout individu ou organisation impliqués », a-t-il déclaré dans un communiqué, précisant que la direction du CIO adopterait ses premières décisions mardi. L’AMA a quant à elle explicitement appelé le CIO à envisager de bannir tous les sportifs russes des JO de Rio. L’enquête de l’AMA, dévoilée lors d’une conférence de presse à Toronto, affirme qu’un laboratoire de Moscou a couvert le dopage des athlètes russes, en échangeant les échantillons d’urine des athlètes dopés contre des échantillons sains.  L’avocat canadien qui a dirigé le rapport, Richard McLaren, assure que le ministre russe des Sports a supervisé cette manipulation. Selon lui, le personnel du laboratoire était obligé de participer à ce système de dopage d’Etat. L’enquête de la commission fait suite aux accusations de l’ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigori Rodchenkov, qui avait révélé il y a deux mois au New York Times que des dizaines d’athlètes russes, dont quinze médaillés, avaient utilisé des produits dopants et faussé les résultats de leurs contrôles, avec le soutien des autorités sportives.(Avec Reuters)

JO : la Russie exclue pour dopage

JO : la Russie exclue pour dopage

Cette fois le verdict est sans appel la fédération internationale d’athlétisme exclut la Russie toute compétition internationale y compris des JO. En cause le faite d’avoir organisé un véritable dopage d’État avec en plus des tentatives de corruption. Comme d’habitude Poutine a nié l’évidence récusant toute les accusations de la fédération internationale. Pour adoucir la peine, la fédération internationale autorise toutefois les athlètes russes non  impliqués  dans le dopage à une participation à titre individuel. Mais on voit mal des athlètes russes participer à ces jeux car il risquerait sans doute d’être lourdement condamnés par l’Etat russe. La Russie, via ses instances sportives et antidopage, a organisé et couvert le dopage dans « son » athlétisme, en rackettant ses propres athlètes et en allant jusqu’à corrompre l’ancien président de l’IAAF, Lamine Diack (1999-2015), mis en examen pour blanchiment aggravé et corruption. Elle continue sans doute un peu à le faire selon l’IAAF, malgré « des progrès et des efforts »: c’est pourquoi le Conseil a voté vendredi à Vienne la prolongation de la suspension de la Fédération russe d’athlétisme (ARAF), prononcée en novembre.  »La décision a été prise à l’unanimité », a souligné le Britannique Sebastian Coe, président de l’IAAF, comme pour enfoncer le clou. Mais une autre décision a été prise vendredi : autoriser les athlètes russes non contrôlés positif qui prouveront « qu’ils n’ont pas fait partie du système de dopage » à participer à Rio, sous une bannière et des modalités qu’il reviendra au Comité international olympique (CIO) de préciser. Le CIO a justement prévu de se réunir mardi prochain, le 21 juin à Lausanne (Suisse) pour un sommet olympique qui doit traiter des questions d’éligibilité.  Concrètement, « il sera possible à des athlètes qui ne sont pas impliqués dans le système russe mais qui font partie d’un programme extérieur à la Russie et efficace contre le dopage de faire une demande spéciale.  »Ce n’est pas ouvert à tout le monde, simplement aux athlètes qui ont vécu en dehors du système russe suffisamment d’années », souligne Jean Gracia, secrétaire général de l’IAAF. Ces athlètes devront « postuler auprès de l’IAAF et le ‘Doping Revue Board’ étudiera chacune des candidatures. C’est l’exception », souligne-t-il. Selon certains échos, cela pourrait même ne concerner que trois à quatre athlètes russes… Rune Andersen, président de la Commission (Task Force) de l’IAAF qui supervise les efforts de la Russie dans l’antidopage, a toutefois précisé que ces demandes ne pourront pas être nombreuses.  »L’ouverture de porte est très étroite, il n’y a pas beaucoup d’athlètes qui pourront faire appel de cette possibilité », a déclaré Rune Andersen, président de la Commission (Task Force) de l’IAAF.

 

Euro foot 2016 : la Russie bientôt exclue

 Euro foot 2016 : la Russie bientôt exclue

La Russie écope d’une suspension avec sursis à cause des violences de ses fans samedi dernier au Vélodrome, à Marseille. En cas de nouvel incident, le pays sera exclu de l’Euro 2016. La Russie est soupçonnée d’une certaine complicité avec ses hooligans dans la mesure où elle n’a pratiquement pas collaboré avec la police française pour signaler ses supporters violents. Une quinzaine seulement d’individus ont été signalés alors que des centaines ont réussi à pénétrer sur le sol français. La plupart des autres pays ont transmis à la France des listes de plusieurs centaines d’hooligans y compris la Suisse qui n’est pas pourtant le pays d’affrontement privilégié des supporters. L’avertissement à la Russie et sans doute salutaire dans la mesure où ce pays sera chargé d’organiser le mondial 2018.  On saura donc  à l’issue du prochain match de la Russie contre mercredi si la Russie et exclue ou non de l’euro 2016. En attendant La Russie a été sanctionnée par l’UEFA mardi d’une suspension avec sursis, à cause des violences de ses fans au Vélodrome samedi, ce qui veut dire qu’elle sera exclue de l’Euro 2016 en cas de nouvel incident de ses supporters dans un stade du tournoi en France. La Russie était poursuivie par l’UEFA pour les incidents provoqués par des fans russes au coup de sifflet final d’Angleterre-Russie (1-1) au Vélodrome de Marseille samedi. L’instance européenne du football ne gère que les débordements dans les enceintes sportives, ce qui se passe en dehors relève des autorités du pays hôte. La fédération russe est également condamnée à payer une amende de 150.000 euros. La Russie, pays hôte du Mondial-2018, était poursuivie par l’UEFA pour des « perturbations » dans les tribunes, « comportement raciste » et usage de « fumigènes ». Des fans russes avaient chargé les supporters anglais dans les travées du Vélodrome, incidents nettement moins graves que les affrontements entre supporters sur le Vieux-Port qui avaient fait 35 blessés, majoritairement des Britanniques, dont un homme toujours dans un état critique, mais stable. Le prochain match de la Russie, contre la Slovaquie, est programmé mercredi à Lille et son dernier en phase de poules, contre le Pays de Galles, est prévu lundi 20 juin à Toulouse. Des supporters russes contrôlés mardi dans le département des Alpes-Maritimes, à une heure et demie de Marseille, vont être reconduits à la frontière, car ils sont soupçonnés de présenter une menace à l’ordre public après les incidents survenus samedi en marge du match Angleterre-Russie à Marseille, a indiqué par ailleurs la préfecture.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol