Archive pour le Tag 'évaluations'

Présidentielles 2017 : Des évaluations économiques très approximatives

Présidentielles 2017 : Des  évaluations économiques très approximatives

 

 

L’évaluation financière des mesures économiques et sociales préconisées par les principaux candidats paresse parer relativement approximative précisément parce que les modalités de ces mesures sont elles-mêmes assez floues. Notamment concernant les réductions de dépenses annoncées la plupart du temps relativement sous-estimé. En outre la difficulté provient du fait qu’il est difficile d’évaluer les interactions de mesures forcément interactives dont beaucoup présentent des caractères systémiques. Exemple quand on prévoit des dépenses supplémentaires qui généreront une augmentation de la fiscalité qui viendra amputer le pouvoir d’achat des ménages voir la capacité d’investissement des entreprises. Autre exemple quand on prévoit d’augmenter des salaires qui viendra amputer la compétitivité dans la croissance et l’emploi .  l’Institut Montaigne   a notamment évalué les nouvelles dépenses et les économies présentées par les programmes. Il en ressort qu’il ne croit pas aux réductions de dépenses annoncées. Sur les 60 milliards prévus par Emmanuel Macron, il n’en retient que 35 crédibles. Marine Le Pen, elle, n’en a renseigné que 1,6 milliard. Et sur les 100 milliards de François Fillon, seuls 66 sont retenus par l’institut. Selon le sondage Elabe réalisé pour Les Échos et l’Institut Montaigne, c’est Emmanuel Macron qui inspire la plus confiance pour «assurer les conditions favorables à une économie dynamique et à la création d’emplois». Mais l’extension de l’assurance-chômage aux démissionnaires et aux indépendants doit par exemple entraîner des changements de comportements complexes à évaluer. L’Institut Montaigne en estime le coût à 4,8 milliards d’euros par an, COE-Rexecode à 3,8 milliards et l’équipe Macron à… 2,5 milliards. Autre exemple: le coût du remboursement à 100 % des lunettes, prothèses auditives et dentaires est délicat à mesurer, faute de connaître la part prise en charge par la Sécu et les complémentaires santé. La facture brute à terme va de 5 milliards par an selon l’iFrap, à 4 milliards pour COE-Rexecode. La mesure de non-remplacement de 500.000 fonctionnaires de François Fillon est, elle, retenue dans son intégralité par l’iFrap. L’Institut Montaigne estime, de son côté, que la moitié est réalisable. Du coup, ce dernier ne garde que 50% des économies prévues sur ce poste dans son chiffrage. Notons aussi la subjectivité de certains instituts proches de tel ou tel candidat.

Réforme Fillon remboursement maladie : des évaluations très approximatives

Réforme Fillon remboursement maladie : des  évaluations très approximatives

 

Les évaluations des conséquences du plan Fillon relative à l’assurance maladie sont forcément approximatives comme le sont les propositions du vainqueur de la primaire de droite. La Mutualité française fédère 650 mutuelles, c’est-à-dire la quasi-totalité des mutuelles en France  à sans doute souhaité se placer dans le débat en cours mais en minimisant d’une certaine manière les conséquences financières pour les assurés. D’après la ministre de la santé le cout représenterait environ 300 € par mois pour les ménages alors  que la Mutualité française l’estime aussi à 300 € mais par an et par personne,  soit autour de 1300 € par an pour un couple avec deux enfants. Une différence qui varie de 100 à 300 € mensuels environ. Il y a dans ce calcul plus qu’approximatif sans doute la volonté des mutuelles de relativiser l’impact financier afin de jouer un plus grand rôle dans la couverture des risques maladie. Les mutuelles jouent évidemment un rôle important et positif mais ce sont aussi des superstructures aux motivations existentielles qui ne sont pas elle non plus comme la sécu exempte de critiques en matière de gestion. La fédération nationale de la mutuelle Mutualité française aurait sans doute mieux fait d’être plus prudente vis-à-vis de son calcul de coin de table. En effet son acceptation tacite de transfert financier de la gestion des risques de certaines maladies pourrait la contraindre à augmenter de manière assez considérable les cotisations. D’un point de vue des superstructures mutualistes on peut se réjouir de devenir une sorte de sécurité sociale bis mais les mutuelles en sous-estimant les conséquences financières risquent d’être acculées  à de graves difficultés. Et pour les résoudre d’être obligées d’imposer un très fort relèvement des cotisations qui pourraient aller jusqu’au doublement du montant actuel. D’où les interrogations quant à la pertinence de l’évaluation de la Mutualité française. En effet  la fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) évalue à 20 milliards d’euros le coût supplémentaire pour les ménages français de l’application du programme de François Fillon en matière de déremboursement de certains soins. Le candidat de la droite propose de concentrer l’assurance maladie sur le remboursement des affections graves ou de longue durée et de laisser le reste à la charge des patients ou de leurs assurances complémentaires. La FNMF se fonde sur un scénario selon lequel la Sécurité sociale couvrirait les dépenses hospitalières et celles qui relèvent du régime des affections de longue durée mais cesserait de rembourser les soins de ville ne relevant pas de ce régime. Selon ses calculs, l’économie réalisée par la Sécurité sociale s’élèverait alors à 20 milliards d’euros par an. « Cela permettrait, avec le retour à l’équilibre de la Sécurité sociale, une baisse de 15,6 milliards d’euros soit de la dette sociale (…) soit des prélèvements obligatoires », écrit la FNMF sur son site internet. « Mais 20 milliards d’euros, c’est aussi la somme supplémentaire que les ménages ou leurs complémentaires santé devraient alors prendre à leur charge », ajoute-t-elle. Elle estime que cela représenterait en moyenne un coût supplémentaire de 300 euros par personne et par an, soit 1.200 euros pour un couple




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol