Archive pour le Tag 'évacuation'

Evacuation musclée des écolos à Paris : enquête confiée à l’IGPN !

Evacuation musclée des écolos  à Paris :   enquête confiée à l’IGPN !

 

Suite à l’évacuation musclée (gaz lacrymogène en plein visage à quelques centimètres) sur le pont de Sully à Paris vendredi 28 juin, la justice a décidé d’une  enquête en la confiant à l’IGPN ! Or l’IGPN dépend directement du ministère de l’intérieur. . Pire, sa dirigeante Brigitte Jullien a toujours déclaré qu’il n’y avait pas de violences policières de la part des forces de l’ordre. Certes les militants écolos ne sont pas des enfants de chœur mais en la circonstance ils étaient simplement assis sur la chaussée (quelques dizaines) et ne constituaient pas vraiment une menace pour la république contrairement à ce qu’a laissé entendre le pseudo ministre de l’environnement De Rugy, toujours prêt à avaler une  couleuvre pour servir sa carrière.

L’enquête a donc été curieusement confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Elle devra reconstituer la chaîne de commandement qui a donné le feu vert aux CRS pour utiliser les bombes lacrymogènes sur les visages des militants. Selon les informations de franceinfo, cet ordre vient des responsables de la permanence de la DOPC, direction de la préfecture de police de Paris chargée du maintien de l’ordre et de la circulation. L’enquête de la police des polices devra aussi s’intéresser aux rôles des manifestants présents, sur la vidéo et hors vidéo, dans tout ce quartier situé entre l’Institut du monde arabe et la place de la Bastille.

Notre-Dame-des-Landes : évacuation et nettoyage en douceur

Notre-Dame-des-Landes : évacuation et nettoyage en douceur

 

Il se confirme que le gouvernement n’est pas tombé dans le piège de la répression que proposer certains experts et élus qui voulaient se venger  de la décision de ne pas créer un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes. Effectivement, cette décision enlève beaucoup de légitimité à la protestation des zadistes qui ont assuré le nettoyage et la libération du tronçon traverse la zone. Les terrains de la ZAD retourneront à leur vocation première à savoir l’agriculture. Les anciens agriculteurs expulsés devraient avoir un droit de préemption prioritaire ensuite ceux qui exploitent les terres sans autorisation devraient passer une convention pour inscrire leur activité dans l’État de droit. D’ici quelques mois, il ne restera sans doute pas beaucoup de zadistes,  seulement ceux qui ont une vraie vocation agricole. Le problème aura ainsi été réglé en douceur. Ce que ne manque pas de souligner le gouvernement. La semaine dernière, c’était  le Premier ministre Edouard Philippe qui avait annoncé, et assumé, l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Emmanuel Macron, lui, n’avait pas publiquement pris la parole, alors que lui était reproché un changement de pied sur ce dossier. « L’engagement de méthode a été scrupuleusement tenu », affirme aujourd’hui le Président au micro de Quotidien. « Un travail très sérieux a été fait, qui a fait apparaître des solutions autres », ajoute-t-il. Lors d’un déplacement en Auvergne, Macron  a déclaré :  »Notre-Dame-des-Landes a été pensé au moment où il y avait le Concorde, où l’on voulait un supersonique de l’autre côté de l’océan. Ce n’est plus la mobilité que l’on veut pour cette région. » Le chef de l’Etat a par ailleurs réaffirmé que « partout où il y aura une occupation illégale du domaine public, elle sera levée ». Sur place, à Notre-Dame-des-Landes, l’échéance imposée par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb pour libérer la route départementale D281, arrive à son terme. Après déblaiement de cette voie symbolique qui traverse la ZAD du nord au sud en début de semaine par les zadistes, la préfète de Loire-Atlantique est venue, comme promis, sur les lieux vendredi matin pour emprunter la D281 et faire un point sur la situation. La « route des chicanes » est « dégagée », a annoncé Nicole Klein lors d’une conférence de presse. « Ça a demandé beaucoup d’efforts, de beaucoup de monde, mais c’est réalisé. C’est un signe de bonne volonté. On va pouvoir passer au dialogue », a-t-elle ajouté, rappelant les indications données par Edouard Philippe : « Ça reste des terres agricoles mais ne peuvent y vivre que les agriculteurs qui s’inscrivent dans l’État de droit. »

 

Évacuation brutale de la ZAD : la grosse bêtise

Évacuation brutale de la ZAD : la grosse bêtise

 

 

Pour faire passer la pilule de l’abandon d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes, tout doucement le gouvernement opère un glissement thématique. L’enjeu pour l’autorité de l’État ne serait plus la construction d’un nouvel aéroport mais le nettoyage militaire de la zone  occupée par 200 à 300 “zadistes”. Une immense opération de nettoyage mobilisant environ 3000 militaires et gendarmes seraient en préparation, soit la plus grosse opération militaire de l’Hexagone depuis la seconde guerre mondiale. Le gouvernement veut frapper fort pas tellement sur les écolos gauchistes mais sur l’opinion publique pour montrer la restauration de l’autorité de l’État. En outre il s’agit d’une demande sociale puisqu’une majorité de Français souhaite ce nettoyage. Ceci étant on ne gouverne pas à coups de sondages ou même de référendum car l’opinion française et versatile. Il suffirait que l’intervention des forces de la tourne mal pour que l’opinion se retourne. D’une certaine manière, on veut faire  faire payer aux zadistes  qui certes ne sont pas tous des enfants de cœur  l’inertie totale qu’on manifeste dans nombreux de zones de non-droit de la république. Une stratégie ridicule et dangereuse. En effet dès lors que l’abandon de Notre dame des landes sera officialisé on voit mal pourquoi se  maintiendrai sur place autant de zasistes. Il est vraisemblable que les terres acquises par l’État seront rétrocédées aux agriculteurs et que progressivement zasistes  perdront l’objet social de leurs mobilisations. Selon Ronan Dantec, sénateur écologiste de Loire-Atlantique opposé au projet,  s‘est déclaré confiant quant à un retour à l’état de droit dans la Zad, où des agriculteurs ont été expropriés. “Il faut se laisser du temps, peut-être nommer un médiateur. Il y a peut-être des zones à garder pour leur biodiversité exceptionnelle et avoir une cartographie de sortie de crise”, a-t-il dit à la presse à Matignon. Mais pour Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains du Sénat et élu de l‘Ouest, le gouvernement ne saurait “capituler devant les ultra-violents”.

Notre-Dame-des-Landes : report de l’évacuation

Notre-Dame-des-Landes : report de l’évacuation

 

Un véritable serpent de mer un véritable serpent de mer ce dossier du futur aéroport de Notre-Dame des Landes. En fait un dossier ouvert il y a une cinquantaine d’années qui a suscité de nombreuses critiques et des réactions négatives. Du coup le bébé risque d’être transmis au nouveau gouvernement qui sera désigné après les élections de 2017. En cause un affaire  relativement pourrie,  économiquement discutable et très contestable sur le plan de l’environnement. Un projet en réalité qui consiste surtout à réaliser une vaste opération d’urbanisme pour récupérer les terrains de l’actuel aéroport. Un aéroport  dont la capacité pourrait être augmentée. Comble du ridicule de gouvernement a organisé un référendum en Loire Atlantique seulement alors qu’il s’agit d’un projet d’intérêt national voir d’intérêt international.  Valls parti,  Hollande avec ce résout donc à ne rien décider se rangeant d’ailleurs l’avis de Ségolène Royal.  Avec le départ de Manuel Valls de Matignon, les partisans d’une évacuation de la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes ont donc perdu leur plus fidèle soutien. Ces derniers mois, Manuel Valls n’avait ainsi cessé de répéter qu’il évacuerait les zadistes. « Donc maintenant, les choses doivent se faire, mais encore une fois, avec méthode, avec la volonté d’éviter la violence. Personne ne doit en douter, les travaux devront commencer, c’est prévu pas avant la fin 2017-2018″, disait-il encore en octobre. Mais ça c’était avant.  »Il n’y a pas d’évacuation possible tant que le contentieux avec Bruxelles n’est pas réglé », a indiqué une source gouvernementale à l’AFP, confirmant de fait l’abandon de l’objectif d’une évacuation à l’automne, fixé lorsque le député d’Evry était Premier ministre. Il parait également peu probable que l’évacuation ait lieu en pleine campagne présidentielle, comme le note Europe 1.  »Ma conviction, c’est que Cazeneuve ne bougera pas sur Notre-Dame-des-Landes. Il était ministre de l’Intérieur quand Rémi Fraisse est mort [à Sivens, NDLR] et sans vouloir décharger sa barque, c’est quelque chose qui l’a vraiment touché », décrypte un cadre écologiste auprès du JDD. Depuis plusieurs mois, la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, plaide pour l’abandon du projet, en contradiction flagrante avec la position du chef du gouvernement d’alors.   »Je comprends l’exaspération devant l’occupation illégale du terrain, mais ma conception de l’État est qu’il doit être médiateur et aider chaque partie à sortir des postures. C’est d’autant plus son rôle qu’il s’agit ici d’un ouvrage qui coûtera entre 800 millions et 1 milliard d’euros alors qu’il y a tant besoin d’infrastructures dans toutes les régions. Aujourd’hui, un tel projet, qui remonte à des années, mal engagé, ne serait pas autorisé. [...] Devant le blocage sur le terrain, il vaut mieux arrêter les frais », expliquait-elle ainsi dans le JDD.

Calais : évacuation très politique

Calais : évacuation très politique

 

 

Les évacuations de la jungle de Calais revêtent un caractère éminemment politique. La droite l’exige pour conforter ses positions concernant l’immigration. La gauche quant à elle est contrainte de faire un geste pour montrer qu’elle bouge sur le sujet.L’évacuation de cette évacuation risque de ressembler à un déplacement provisoire sans réel objectif est sans moyen à la hauteur de l’enjeu. De quoi s’agit-il ? De déplacer de l’ordre de  10 000 personnes. Or pour l’instant les pouvoirs publics officiellement non recensés que de l’ordre de 7500 migrants dans 1300 mineurs isolés. Ces migrants doivent être dirigés vers des centres d’accueil et d’orientation qui sont pour la plupart sous dimensionnés et répartis dans toute la France. La question centrale relative aux migrants de Calais c’est que leur seul objectif est de se rendre en Angleterre et non de demeurer sur le territoire français. Du coup tout au plus dans un premier temps une moitié seulement de cette population pourra être provisoirement accueillie et l’autre moitié va ce reconstituer dans la région de Calais à quelques kilomètres des anciens camps. La vérité si il n’y a pas de solution tant que l’Angleterre n’acceptera pas d’accueillir des migrants nullement disposés à retourner chez eux. La « jungle » de Calais, une opération à risque que le ministère de l’Intérieur dit d’ailleurs pleinement assumer dans une perspective « résolument humanitaire », commencera lundi matin, selon l’arrêté publié vendredi. Théoriquement on a donc prévu un grand plan pour gérer ce mouvement de population. Mais compte tenu des difficultés personne ne peut dire quand réellement la zone de Calais sera réellement vidée de ses migrants. L’évacuation risque donc d’être assez symbolique est très étalée dans le temps. Cela d’autant plus qu’on ne sait même pas qu’elles sont les moyens mis en œuvre voir qui seraient nécessaire. Il faut aussi prévoir de fortes résistances sur place avec de possibles risques d’affrontement. En attendant A partir de lundi, tous se verront proposer une offre de mise à l’abri « en fonction de leur profil » (familles, hommes seuls, mineurs et personnes vulnérables). Après une répartition dans un grand hangar organisé « comme une gare routière », les volontaires, qui pourront choisir entre deux régions, seront conduits, en bus, vers des Centres d’accueil et d’orientation (CAO). Quelque 7.500 places ont été mises à disposition dans environ 450 CAO à travers le pays. Les mineurs isolés resteront, eux, dans un centre situé juste à côté du campement, en attendant que leur procédure aboutisse, que ce soit au Royaume-Uni ou en France. Quant au démantèlement en tant que tel, il débutera mardi avec les premières opérations de nettoyage et de ramassage des déchets, puis se fera en parallèle des évacuations. « C’est une opération à risque qu’on assume de faire », dit-on place Beauvau. L’autre grande inconnue est celle de « l’après-Calais », qui n’est pour l’instant pas réglée. « Calais restera toujours Calais, il faut donc imaginer la suite », reconnaît-on place Beauvau, où l’ont dit travailler sur cette question. « Il faut trouver le dispositif convenablement dimensionné (pour) éviter la reconstitution d’un campement. »

(Avec Reuters)

Aéroport de Nantes :évacuation du site ?

Aéroport de Nantes : ‘évacuation du site ?

A défaut de pouvoir gagner  la guerre en Syrie, en Iran voire en Centrafrique, nos troupes pourraient prochainement se déployer sur le site de Notre Dame des Landes. C’est en tout cas le vœu du président de région qui de toute évidence sait hiérarchiser les priorités du pays !  . Dans une lettre à Hollande, Auxiette demande   » que soient exécutées sans délai toutes les décisions de justice qui permettent l’évacuation de la ‘Zad’« , la zone d’aménagement différé dédiée au projet.  Jacques Auxiette justifie cette demande en expliquant que « plus de 50 procédures contentieuses ont été intentées par les opposants. Toutes ont été gagnées par l’Etat, les collectivités ou le concessionnaire » de l’aéroport, le groupe Vinci. La semaine dernière, des groupes radicaux, les Black Blocs, avaient infiltré les manifestations contre le projet d’aéroport. Des affrontements avaient eu lieu avec les forces de l’ordre et de nombreuses dégradations ont été commises dans le centre-ville de Nantes. Cinq personnes ont été condamnées. Le maire de Nantes a porté plainte dans la foulée. Jacques Auxiette affirme quant à lui que « les événements de Nantes ne sont pas le fruit du hasard. Ils sont pour une large part le fait de groupes organisés qui vivent sur la Zad et qui vivent avec le soutien effectif d’une partie des opposants traditionnels facilitant et organisant la logistique de leur installation et leur ravitaillement« . En fait ça urge car Auxiette sait bien que ce projet sera enterré dès que Ayrault sera viré du gouvernemenet , ce qui ne saurait tarder avec les fessées aux elections prochaines.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol