Archive pour le Tag 'européennes'

Page 7 sur 7

Sondage : Européennes : l’UMP en tête, suivi du FN puis du PS

Sondage : Européennes : l’UMP en tête, suivi du FN puis du PS  

La punition pourrait être encore plus sévère pour le PS aux européennes puisque le l’UMP arrive en tête arrive, suivie du FN, le PS étant en troisième position. (Autour de 20%, son score aux municipales). Selon un sondage IFOP, les listes UMP sont créditées de 24 % des intentions de vote aux européennes, devant celles du FN (22 %) et du PS allié au PRG.  Si les élections européennes avaient lieu dimanche, les listes UMP  arriveraient en tête (24 %) devant celles du Front national  (22 %) et du Parti socialiste  allié au PRG, selon un sondage IFOP pour Sud-Ouest Dimanche. Suivraient à distance les listes Europe Écologie-Les Verts (8,5 %), MoDem et UDI (8 %) et Front de gauche (7,5 %).  Dans son étude, l’IFOP relève « une forte mobilisation des plus âgés en faveur de l’UMP » (37 %) et « une grande capacité (du FN) à mobiliser les catégories populaires, 30 % des employés et 44% des ouvriers ». Le précédent sondage IFOP sur les élections européennes, réalisé entre le 14 et le 17 janvier, plaçait le FN en tête (23 %). L’UMP (21 %) et le PS-PRG (18 %) suivaient.  Cette enquête a été réalisée en ligne du 31 mars au 4 avril auprès d’un échantillon de 1 872 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 957 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

Fiscalité ménages : une sucrerie électorale pour les ménages avant les européennes

Fiscalité ménages : une sucrerie électorale pour les ménages avant les européennes  

Pour reconquérir un peu de popularité et sauver le PS avant les élections européennes de mai, Hollande envisage un allégement de fiscalité pour les ménages. Une sorte de sucrerie qui ne prendrait effet qu’en 2015 et qui ne pourrait être de grande ampleur. « La difficulté pour François Hollande est qu’il ne lui est pas possible de changer de politique, vu les exigences européennes, alors que notre électorat attend une politique de relance », résume un député socialiste. L’information vient de France Info mercredi. « Le Président pourrait faire une intervention dans la semaine qui suivra le vote » du second tour, écrit le site d’information. L’agence de presse Reuters parle, elle, d’une baisse d’impôts et indique que cette piste pourrait se concrétiser d’ici avril, au moment où le « pacte de responsabilité » et le programme de stabilité de la France doivent être présentés. « Les Français réclament plus de justice, ils veulent que les efforts soient mieux répartis », explique un conseiller du Premier ministre à France Info. Il s’agirait pour le – nouveau – gouvernement d’envoyer un message fort aux Français après la déconvenue annoncée des municipales. Jusqu’à présent, l’exécutif prévoyait de ne baisser les prélèvements des ménages qu’en 2016 et peut-être même en 2017 seulement. Mais dans la période actuelle, il souhaite lutter contre le sentiment d’une partie de son électorat que seules les entreprises bénéficient de gestes fiscaux, après la promesse de baisser le coût du travail de 10 milliards d’euros supplémentaires dans le cadre du « pacte de responsabilité ». Une fusion du RSA et de la prime pour l’emploi est d’actualité, comme d’autres éléments de « simplification ». « C’est un des éléments préparés pour fournir des réponses à ce qui s’exprime dans les urnes », explique un conseiller de Jean-Marc Ayrault à l’AFP. « Il y a un besoin de justice sociale. Etre à gauche, c’est vouloir changer la vie des Français », indique-t-on aussi dans l’entourage du Président. Mercredi, lors du Conseil des ministres, François Hollande a indiqué avoir « entendu le message » des urnes. Pour lui, la « leçon » à tirer est de « travailler au redressement du pays avec plus de force, plus de cohérence et plus de justice sociale ». Concernant cette mesure, qui en serait encore au stade de l’ébauche, le ministère de l’Economie s’est refusé à tout commentaire. Mais interrogée lors du compte rendu du Conseil des ministres, Najat Vallaud-Belkacem est allée en ce sens. « L’objectif à terme est d’aller vers une baisse de la fiscalité des ménages », a déclaré la porte-parole du gouvernement. « Le groupe de travail sur la fiscalité des ménages doit remettre ses conclusions la semaine prochaine. On y verra alors plus clair », a-t-elle précisé, refusant de « répondre à l’heure qu’il est » sur une baisse des impôts des ménages en 2014. La confirmation d’une éventuelle mesure est également venue du chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux. Des mesures fiscales « à destination des plus modestes » seront annoncées « dans les prochains jours » par le gouvernement, a assuré ce dernier qui était l’invité de Questions d’info sur LCP. Il a de son côté cité la réforme de la protection sociale, en affirmant que « la maîtrise de la dépense ne peut se faire au détriment des plus modestes ».

 

Elections Européennes : abstention et un radicalisme

Elections Européennes 2014 : abstention et un radicalisme

les sondages prédisent une abstention record, une montée de la gauche radicale et surtout une poussée des partis populistes, comme le PVV (Parti de la Liberté) néerlandais, le Front national français en passant par l’UKIP britannique qui souhaite la sortie de l’UE du Royaume-Uni. Au total, toutes ces formations pourraient recueillir plus de 20% des voix. L’extrême droite devrait pouvoir constituer un groupe, ce qui lui donnera plus de visibilité et des moyens pour peser sur les décisions.  Depuis des mois, les dirigeants européens mettent en garde contre la montée des populismes et des extrémismes, mais ils soulignent aussi que les partis modérés pro-européens conserveront une majorité confortable. Les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) et les libéraux, au pouvoir dans 17 pays, devraient être sanctionnés, les écologistes ne rééditeront pas leur exploit de 2009, et les sociaux-démocrates du PSE devraient progresser pour se retrouver au coude-à-coude avec les conservateurs, voire même les coiffer au poteau. Selon les derniers sondages, ces quatre formations pro-européennes devraient obtenir plus de 70% des sièges. Les équilibres, et les alliances qui se noueront ensuite, détermineront le nom du prochain président de la Commission. Jusqu’à présent, les chefs d’État et de gouvernement le choisissaient au terme de tractations à huis clos. Ils doivent désormais tenir compte des résultats des élections. Les partis européens ont décidé d’aller plus loin en présentant chacun un candidat. La dynamique semble en passe de s’imposer, avec le soutien actif du Parlement, dont les pouvoirs ont été renforcés en 2009 et qui veut accroître son influence. Si cela se confirme, le prix se jouera entre le social-démocrate allemand Martin Schulz, parti très tôt en campagne, et le candidat conservateur, qui sera choisi début mars. L’ancien Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, qui a le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel, fait figure de favori face à l’actuel commissaire européen français Michel Barnier. Mais nombre de dirigeants restent très réticents à se voir imposer leur interlocuteur à la tête de l’exécutif européen. « Nous consulterons les groupes parlementaires pour voir si quelqu’un émerge du lot, avec une majorité claire et stable au Parlement européen », a concédé le président sortant du Conseil européen, Herman Van Rompuy, prévenant aussitôt que le futur président devait aussi recueillir une « majorité qualifiée » au sein du Conseil des dirigeants européens. En cas de blocage, d’autres noms pourraient émerger. Parmi eux celui de l’actuelle patronne du FMI, la Française Christine Lagarde. Plusieurs Premiers ministres en exercice sont également en course même si leur fonction les oblige à la discrétion, selon des sources européennes. Le choix s’effectuera aussi dans le cadre d’un grand marchandage concernant trois autres postes : président du Parlement, mais surtout président du Conseil européen, l’émanation des Etats, et chef de la diplomatie de l’UE. « Il faut voir quand on décidera du paquet, en respectant des équilibres homme/femme, géographiques et entre familles politiques », a souligné Herman Van Rompuy.  Quel que soit le futur chef de la Commission, de centre-gauche ou de centre-droit, il devra incarner le changement par rapport à son prédécesseur, José Manuel Barroso critiqué en bloc comme trop libéral, trop soumis aux Etats membres et pas assez politique. Et après des années de réponse dans l’urgence à la crise, les deux grands défis des prochaines années seront la poursuite de l’intégration économique et politique de l’UE, avec son débat corollaire sur les changements de traité, et son affirmation sur la scène internationale, enjeu revenu au premier plan à la faveur de la crise en Ukraine.

 

Sondage européennes : ‘UMP 22%, FN 20%, PS 16%

Sondage européennes : ‘UMP 22%, FN 20%, PS 16%  

La fessée se confirme pour le PS. Les listes UMP sont en tête pour les élections européennes de mai en France avec 22% d’intentions de vote, mais elles sont talonnées par celles du Front national (20%), selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI diffusé vendredi. Les listes du Parti socialiste sont créditées de 16% d’intentions de vote, devant les centristes du MoDem et de l’UDI (12%), les listes du Front de Gauche et d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), à égalité avec neuf pour cent. Le NPA (Nouveau parti anticapitaliste) est crédité de 4%, les listes de « Debout de la République » de 3%. Cinq pour cent des personnes interrogées porteraient leurs suffrages sur une autre liste, 21% n’expriment pas d’intention de vote.

« Incertitude » sur la santé des banques européennes (Lagarde-FMI)

« Incertitude » sur la santé des banques européennes (Lagarde-FMI)

 

Christine Lagarde s‘inquiète de la santé des banques européennes. Elle a sans doute raison car en fait pas grand-chose n’a été retenu de la crise financière de 2008. En effet la politique accommodante de la BCE n’a pas réellement servi au soutien de l’économie et la véritable union bancaire n’interviendra pas avant 2025. Les banques ont surtout continué à bénéficié des liquidités pour continuer à spéculer (exemple BNP détient 48 milliards de produits dérives, la Société générale 19 milliards, Crédit Agricole 17 milliards).  En France par exemple, on s’est limité à une mini réforme de la séparation bancaire. Du coup personne n’est capable d’apprécier l’ampleur des actifs toxiques. Tandis qu’aux Etats-Unis, la FED ne cesse de racheter des actifs pour soutenir activité et emploi (ce qi permet aussi de dévaluer le dollar par rapport à l’euro).    »Une des zones d’incertitude pour l’Europe réside dans l’état de santé de ses banques », a déclaré Mme Lagarde dans une tribune publiée sur le site d’expertise économique Project Syndicate.  La crise financière et celle de la dette ont mis à rude épreuve le secteur bancaire européen, nécessitant de vastes recapitalisations en Irlande, Grèce, Chypre ou Espagne.  Dans sa tribune, Mme Lagarde a salué les prochains tests de résistance bancaires que la Banque centrale européenne (BCE) doit mener cette année, parallèlement à un examen de la qualité des actifs financiers dans l’UE.  La dirigeante a toutefois assuré que ces tests ne pourraient « rétablir la confiance » qu’à la condition « qu’ils soient bien faits ».  Plus globalement, Mme Lagarde a recensé certains signes d’amélioration économique sur le globe après avoir annoncé mardi que le FMI relèverait ses prévisions de croissance mondiale, dont la publication est prévue pour le 21 janvier.  « Il reste encore du travail », a-t-elle toutefois souligné, assurant que l’actuelle prévision de croissance pour l’économie mondiale (3,6% en 2014) restait « inférieure à son potentiel » qui se situerait, selon elle, « autour de 4% » par an.  Mme Lagarde a notamment estimé qu’il était « vital » que les Etats-Unis mettent un terme définitif aux « querelles politiques » sur l’avenir budgétaire du pays après le récent compromis conclu entre républicains et démocrates.

 

Centrafrique : des troupes européennes, un jour peut-être !

Centrafrique : des troupes européennes, un jour peut-être !

 

Au rythme des décisions européennes, on peut espérer que des troupes européennes viendront soutenir la France en Centrafrique, d’ici quelques mois…  ou quelques années !  Le ministre délégué aux Affaires européennes est revenu sur l’annonce de Laurent Fabius, qui a évoqué mardi l’arrivée de « troupes au sol » aux côtés des soldats français. Aux côtés des troupes africaines, la France ne sera peut-être bientôt plus seule en Centrafrique. C’est en tout cas ce qu’a assuré mardi Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, annonçant l’arrivée de « troupes au sol (…) apportées par nos collègues européens. » Thierry Repentin, ministre délégué aux Affaires européennes, est plus modéré ce mercredi matin au micro de RTL, évoquant simplement un soutien « fort probable ». « Ça se fera après une discussion au sein du Conseil européen », qui se tiendra jeudi et vendredi, explique-t-il.   »Je sais que [des pays européens] y réfléchissent », affirme Thierry Repentin, assurant qu’il a eu des contacts mardi avec certains de ses homologues. Qui pourrait soutenir l’action de la France ? L’hypothèse de la Belgique est évoquée. « C’est possible », répond le ministre. « On parle aussi de l’Allemagne et du Royaume-Uni. »

EELV (les verts) : sauver les meubles aux européennes

EELV (les verts) : sauver les meubles aux européennes

 

En 2099 EELV avait faiat une score très honorable de 16% mais en 2014 les verts ne pourrait faire que la moitié du fait notamment de leur positions ambigües voire contradictoires au gouvernement, de leurs querelles internes et de la très mauvaise image de Duflot. Du coup on tenet de sauver les meubles en mettant des personnalités moins compromises. Europe Ecologie-les Verts a arrêté ce samedi 14 décembre ses listes de candidats aux élections européennes, sur lesquelles l’ex-numéro 1 Pascal Durand figure en tête de liste pour l’Île-de-France, Eva Joly sera en deuxième position sur la même liste. Dans l’Ouest, Yannick Jadot est tête de liste. Dans l’Est ce sera Sandrine Bélier, dans le Nord Karima Delli, dans le Sud-Ouest José Bové, dans le Sud-Est Michèle Rivasi, dans le Centre Clarisse Heusquin. Yvette Duchemann sera tête de liste en Outre-mer.  A l’exception de ces deux dernières et de Pascal Durand, tous sont députés européens sortants. Selon la nouvelle patronne du parti Emmanuelle Cosse, le nom des têtes de liste avait été adopté après trois tours de scrutin sur trois « scénarios de liste » successifs avant que l’ultime ne réunisse 81,34% des voix exprimées et soit donc adopté. « Je suis extrêmement heureuse. Au final on a une liste qui a été adoptée à 81%, qui a permis de montrer nos ambitions pour les européennes, avec des figures de notre parti, une bonne partie qui avait fait partie de l’aventure de 2009, et qui montre une diversité de profil », selon elle. « C’est un très bon signe pour le parti qui montre qu’il est rassemblé, ça va nous permettre de lancer notre campagne européenne », s’est-elle félicitée. Le parti, qui avait connu un succès inattendu aux européennes de 2009, faisant alors jeu égal avec le PS avec plus de 16% des voix et 14 eurodéputés (ils sont devenus 16 par la suite), ne s’attend en effet pas à un tel score en mai 2014. Il mise plutôt sur six candidats éligibles au Parlement européen, voire « huit à dix » si les résultats étaient meilleurs que prévus. Si les places de têtes de liste pour Pascal Durand, Yannick Jadot, Sandrine Bélier ou Karima Delli ne faisaient plus guère de doutes ces derniers jours, la situation était moins consensuelle dans les régions Sud-Ouest et Sud-Est. Dans le Sud-Ouest, José Bové, sortant, soutenu par les écologistes pour être le candidat des Verts européens au poste de président de la Commission européenne, était en concurrence avec Catherine Grèze, eurodéputée sortante, poussée en interne par la majorité du parti. Celle-ci sera finalement en deuxième position. Dans le Sud-Est, Michèle Rivasi, sortante, spécialiste des questions de santé notamment, était en concurrence avec Karim Zéribi, sortant lui aussi, candidat à la mairie de Marseille. Cet ex-MRC qui fut en 2008 sur la liste de Vincent Peillon et l’a remplacé à Strasbourg lorsque Vincent Peillon est devenu ministre en 2012, mais en étant passé du PS à EELV entre temps, sera en deuxième position.

 

Européennes : Harlem Désir tête de liste, encore une erreur de casting

Européennes : Harlem  Désir tête de liste, encore une erreur de casting

 

 

Harlem Désir (avec Peillon) en tête de liste aux européennes, encore une erreur de casting. La star de la langue de bois ne va pas attirer les suffrages. Aussi charismatique qu’une planche à repasser (comme Hollande, Ayrault ou Moscovici), il risque de prendre une grosse fessée dans la foulée d’être écartée de sa fonction de patron du PS. La candidature de Peillon ne semble pas non plus très sexy d’autant que la contestation de sa réforme des rythmes scolaires risque de monter en puissance d’ici l’échéance des européennes. Le Conseil national du PS a en effet adopté à près de 80% ses listes aux européennes, qui devront encore être votées par les militants jeudi et ratifiés par une convention du PS le 7 décembre.  Harlem Désir et le ministre de l’Education Vincent Peillon seront têtes de liste, respectivement dans la circonscription Ile-de-France et dans celle du Sud-Est.  A noter également que le PS, selon plusieurs sources, a approché le syndicaliste CFDT de Florange, Edouard Martin, pour figurer sur la liste de l’Est. Mais cette approche en restait samedi au stade de « contacts », selon un cadre.  Le PS espère faire mieux qu’en 2009 (14 élus) avec l’élection au parlement européen d’entre deux à trois députés dans chaque grosse région (Ile-de-France, Ouest, Sud-Ouest, Nord-Ouest, Sud-Est, Est), deux dans le Centre et un dans l’Outremer.   »C’est un pas décisif » qui a été franchi, s’est félicité Harlem Désir, qui prône une « réorientation de l’Europe », en mettant en avant « l’emploi », et une « Europe de la croissance ».  Les listes, qui représentent tous les territoires, « permettent le rassemblement autour des différentes sensibilités (du parti) et donc une dynamique pour la campagne », a assuré à l’AFP Alain Fontanel, chargé des fédérations.  On retrouve ainsi l’aubryste Gilles Pargneaux, eurodéputé et patron de la fédération du Nord, à la tête de la liste de la circonscription du Nord-Ouest.  Pour l’aile gauche du PS, Isabelle Thomas, proche du courant de Benoît Hamon, soutenue par le ministre Jean-Yves Le Drian, est numéro un dans la circonscription Ouest. Emmanuel Maurel, animateur d’un autre courant de l’aile gauche, qui souhaitait être tête de liste, est numéro 2. Guillaume Balas, proche de M. Hamon également, est numéro 3 en Ile-de-France.  La seule candidate de Ségolène Royal, Françoise Mesnard, vice-présidente du conseil régional du Poitou-Charentes, est numéro trois dans l’Ouest.  Dans le Sud-Est, sur la liste Peillon, figure Zaiki Laïdi, politologue, proche de Manuel Valls, en numéro 3.  Dans le Sud-Ouest, le PS laisse la première place à une membre du Parti radical de gauche (PRG). Eric Andrieu, eurodéputé, un proche de Vincent Peillon, est le suivant.  Dans la région Est, Catherine Trautmann, eurodéputée, présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen, est tête de liste, suivie par Pierre Priebetich, ancien député européen, proche de François Rebsamen.  Pour la région Massif-Central Centre, c’est le président du Conseil régional du Limousin Jean-Paul Denanot qui conduit la liste.

 

Des réglementations européennes inutiles et coûteuses (Cameron)

Des  réglementations européennes inutiles et coûteuses (Cameron)

Il a raison Cameron, nombre de réglementations européennes étoffentl’  initiative, la compétitivité et la croissance. Le Premier ministre britannique, reprenant à son compte un rapport rédigé par des chefs d’entreprises, estime que l’ensemble de la réglementation européenne étrangle la croissance des pays de l’Union et coûte des milliards d’euros « Bien trop souvent, les réglementations de l’Union européenne sont un handicap pour les entreprises. Elles gênent leurs efforts pour réussir », et « coûtent des milliards d’euros » a déclaré le Premier ministre britannique, David Cameron, en commentant, le 14 octobre, un rapport rédigé pour son administration par six chefs d’entreprises anglais.  « Il existe de nombreux moyens simples et pratiques de réduire la bureaucratie de l’UE et de permettre aux entreprises de toute l’Europe d’économiser des dizaines de milliards d’euros », a-t-il ajouté. Les entreprises doivent passer beaucoup trop de temps à se conformer à des « réglementations inutiles, pesantes et coûteuses». Le rapport en question formule une trentaine de recommandations pour limiter la bureaucratie et les réglementations dans des domaines aussi divers que l’extraction du gaz de schiste, l’autorisation de mise sur le marché de médicaments ou les précautions environnementales. Il évoque également les règles trop contraignantes en matière de limitation du temps de travail. David Cameron a promis de revoir la place du Royaume-Uni en Europe, avant la tenue du référendum qu’il a annoncé d’ici la fin 2017, à la condition bien sûr qu’il remporte un second mandat aux élections législatives de 2015.Ses chances de remporter un nouveau mandat dépendront pour partie de son aptitude à convaincre les électeurs conservateurs tangents de ne pas se laisser tenter par l’UKIP (Parti de l’indépendance du Royaume-Uni), dont l’appel à se retirer de l’UE risque de diviser l’électorat conservateur.

 

Sondage Européennes: FN 24%, UMP 22%, PS 19%

Sondage Européennes: FN 24%, UMP 22%, PS 19%

Selon une  enquête du Nouvel Observateur, 24% des personnes interrogées indiquent avoir l’intention de voter lors des Européennes de mai 2014 pour une liste du parti d’extrême droite.  L’UMP recueille 22% d’intentions de vote, le PS 19%, une liste d’union UDI-MoDem 11%, le Front de Gauche 10%, EELV 6%, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) 2%, le NPA d’Olivier Besancenot 2% et « une autre liste » 4%. « Pour la première fois dans un sondage d’intentions de vote portant sur une élection à caractère national, le FN devance nettement à la fois le PS et l’UMP », assure l’institut de sondage. Le FN progresse de 3 points par rapport à une enquête du même type effectuée en mai dernier par l’Ifop, l’UMP gagne un point ainsi que le Front de gauche tandis que le PS perd deux points et les écologistes 1,5 point. Le Front national avait obtenu 6,34% des voix aux élections européennes de 2009. L’UMP associé au Nouveau centre, était arrivé en première position avec 27,89%, suivi du PS à 16,48%, d’Europe Ecologie-Les Verts à 16,27%, du MoDem (8,47%) et du Front de gauche (6,03%) . Le secrétaire général du FN Steeve Briois s’est réjoui de ce sondage n’hésitant pas, dans un communiqué, à parler de « séisme sans précédent ». « Cette annonce est à interpréter comme un élan d’enthousiasme manifeste de la part des Français pour Marine Le Pen et pour le Front National, et comme une adhésion à leur critique d’une Union Européenne ultralibérale qui les opprime et à laquelle les partis du système ont vendu leur âme et le destin de nos compatriotes », a-t-il ajouté. « Les Français manifestent leur envie de reprendre la main sur leur destin et de redonner à leur nation toute sa souveraineté », a-t-il estimé. Pour le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier, « ce n’est qu’un sondage ». « Nous avons une campagne à mener pour faire en sorte que le résultat ne soit pas celui-là », a-t-il commenté. Selon lui, le « vrai problème » réside plutôt « dans le décrochage qui existe dans l’opinion publique et chez les électeurs avec le parti au pouvoir ». Bernard Debré, député UMP de Paris, reconnaît pour sa part « une situation qui peut s’avérer très difficile » aux élections européennes. « Je suis très inquiet » et « je pense que tout ce que nous sommes en train de faire, droite comme gauche, fait le lit du FN », a-t-il mis en garde. Pour Thierry Mandon, porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, qui avait traité mardi le FN de « parti national fasciste », « c’est une triste confirmation ». « Il faut mener de façon beaucoup plus ferme la réponse politique aux électeurs qui s’égarent au Front national », a-t-il dit. « Nous n’avons pas suffisamment fait attention ces derniers mois à l’opération de blanchiment, de travestissement de Marine Le Pen », a-t-il estimé.

 

Municipales et européennes : le vote sanction inévitable

Municipales et européennes : le vote sanction inévitable

 

Fiscalité, emploi, sécurité les trois principales priorités du moment ; or sur ces sujets c’est un échec total en raison de la crise bien sûr mais aussi d’une gouvernance flottante qui navigue entre des objectifs contradictoires ; et souvent publiquement en plus. Exemple : Florange avec Montebourg, Les prison avec Taubira et Valls, la sécurité avec Valls. . Pour les municipales, il y aura sanction mais un simple avertissement car pour les européennes dont l’enjeu est davantage politique, la défaite risque de paralyser complètement le gouvernement jusqu’à la fin du mandat de Hollande (s’il va à son terme !). Pour les Municipales 2014 : les Français voteront d’abord pour des enjeux locaux Les enjeux nationaux sont loin d’être les motivations principales du vote aux prochaines municipales, plus de six électeurs sur dix votant d’abord pour des considérations locales, si l’on en croit un sondage Ifop pour le Journal du dimanche. Mais les 26% de vote sanction risquent de faire basculer nombre de majorités municipales actuelles .  Selon une  enquête d’opinion parue dimanche, 61% des personnes interrogées voteront « principalement en fonction de considérations locales. La volonté de « sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement » est exprimée par 26% des sondés, seulement 10% comptant au contraire la soutenir et 3% ne se prononçant pas.  Lors du précédent scrutin municipal, une enquête de l’Ifop de mars 2008 montrait là encore la priorité donnée aux enjeux locaux (66%), devant la volonté de sanctionner (21%) ou soutenir (10%) le pouvoir en place.  Quatre enjeux se détachent parmi ceux qui vont compter le plus dans l’isoloir : la fiscalité (32%), la sécurité et l’emploi (30% tous les deux) et enfin l’éducation (26%). Viennent ensuite le cadre de vie et l’environnement (19%), l’action sociale (17%), le logement (15%), l’animation et la propreté (9% chacun) et enfin les conditions de circulation (8%).

 

Européennes-2017 : Le Pen , plus qu’un boulevard, la voie royale

Européennes-2017 : Le Pen ,  plus qu’un boulevard, la voie royale

 

Finalement Marine Lepen parle peu au regard de sa représentativité ; elle a raison moins elle parle plus elle devient crédible. En fait le PS d’un coté, l’Ump d’autre part lui tracent une voie royale. On sait que les sondages sous estiment en général les scores du FN car nombre d’interrogés ne sont pas fiers d’ avouer leur préférence pour l’extrême droite. Un sondage démontre que déjà s’il y avait élections européennes aujourd’hui, PS, UMP, FN seraient à égalité. Avec la crise, les affaires à gauche comme à droite, surtout l’incapacité à faire face à au chômage, le discrédit sera de plus en plus grand vis-à-vis d’une gauche incompétente dont le seul remède est le matraquage fiscal et d’une droite sans projet, sans leader surtout occupée à se partager la dépouille de Sarkozy ( qui va sombrer dans les affaires). Pour Marine Lepen il n’y a pas meilleure situation, plus le temps va passer et plus elle va monter en popularité moins pour la porter  au pouvoir que pour voter contre les deux partis de gouvernement. Avantage de la situation Marine Lepen n’a pas à parler ; chaque qu’elle  le faiat, elle suscite en effet la controverse voire le ridicule quant s’agit de questions économiques  dont elles ignorent tout. Le silence de sa part lui évite cet inconvénient. Le député Lassalle qui fait le tour de France à pied a bien résumé la situation ; pour la France profonde, c’est le ralbol, l’épuisement, le rejet de la classe politique et même la crainte (ou l’espérance)  d’une explosion sociale. Aussi le rejet de cette Europe technocratique, enfin le plus grave peut-être un crise identitaire. Autant de choses que Lepen dénonce habilement même si les solutions sont complètement inadaptées à la situation ; , des solutions  à la fois démagogiques et dangereuses. Mais les français n’en sont plus en recherche d’un vote adhésion mais d’un vote de protestation et la posture de contestation de Marine Lepen suffit. Le premier séisme aura lieu au européennes, il sera suivi d’autres. Conséquence le pays risque de s’enfoncer dans une crise générale car évidemment Lepen explosera en vol le jour où elle aura à gérer les réalités socio-économiques du pays. Un étape supplémentaire dans le déclin  du pays.

Sondage : Européennes: le FN devant le PS qui s’écroule

Sondage : Européennes: le FN devant le PS qui s’écroule

 

Le séisme politique est bien en train d se produire avec u PS qui s’écroule et un FN qui pourrait bien passer en tête. Pas de quoi vraiment se réjouir car le pays sera bientôt complètement ingouvernable après les européennes et les municipales.  Selon un sondage de l’institut britannique YouGov pour le Huffington Post et la chaîne i-Télé, le Front national effectue une percée dans les intentions de vote pour les élections européennes, en se hissant à la deuxième place derrière l’UMP mais devant le PS. Le parti de Marine Le Pen recueille 18% des intentions de vote, juste à un point derrière l’UMP (19%). Le Parti socialiste n’obtient que 15% des intentions de vote, à égalité avec le Front de Gauche.

Bourses européennes : l’euphorie

Bourses européennes : l’euphorie

 

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,64% (+25,25 points) à 3.953,83 points et a gagné 1,04% sur l’ensemble de la semaine. Le Footsie britannique progresse de 0,49% et le Dax allemand gagne 0,19%, tandis que l’indice EuroStoxx 50 prend 0,44%. Le FTSEurofirst 300 a gagné 0,35% à son niveau le plus élevé depuis la mi-2008, gagnant lui aussi plus de 1% sur la semaine. Certains analystes jugent le marché exposé à des prises de bénéfice après son élan haussier, tout en soulignant que la tendance de fond reste positive. « Il y aura des prises de bénéfice après une bonne semaine haussière mais on peut penser qu’il y aura aussi des rachats à bon compte qui suivront. Je ne vois rien qui puisse faire dériver le marché trop loin », commente Darren Courtney-Cook (Central Markets Investment Management). La Bourse de Paris a été stimulée vendredi par la hausse de 4,16% du titre ArcelorMittal à 10,09 euros, la plus importante de l’EuroStoxx 50, à la suite de l’annonce d’un résultat opérationnel meilleur qu’attendu au premier trimestre et du maintien de sa prévision d’une amélioration en 2013. A Londres, BT a bondi de 12,26% à 302,41 pence, après avoir relevé ses prévisions de résultats au vu de solides performances sur son quatrième trimestre clos fin mars. Le yen s’est fortement affaibli et a atteint son plus bas niveau depuis octobre 2008 face à la monnaie américaine, se rapprochant des 102 pour un dollar, après la publication de données montrant que les investisseurs japonais se tournent de plus en plus vers des actifs étrangers, en particulier des Treasuries.

« Mauvaises prévisions européennes « pas surprenantes », selon L’Elysée ; normales comme le Président ?

 « Mauvaises prévisions européennes   »pas surprenantes », selon L’Elysée ;   normales comme le Président ?

La France s’enfonce comme l’indique Bruxelles ; ce n’est pas surprenant dit le secrétaire général de l’2lysée ; donc normal, comme le Président ? Pierre-René Lemas, secrétaire général de l’Elysée, a estimé, vendredi sur BFMTV et RMC, que les prévisions de la Commission européenne, qui revoient à la baisse celles du gouvernement français, n’étaient « pas extrêmement surprenantes » et que François Hollande tenait « le bon cap ».   »On vient d’avoir les prévisions de la Commission européenne, elles ne sont pas extrêmement surprenantes, c’est l’ensemble de la zone euro qui est affectée d’une manière générale », a déclaré M. Lemas.  La Commission table sur un creusement des déficits en 2014 (4,2% du PIB) par rapport à 2013 (3,9%), c’est-à-dire pour la première fois une inversion de la courbe, en descente constante depuis 2010.   »Ca montre que la détermination du président à la fois à maintenir le sérieux dans la politique budgétaire et en même temps à pousser les feux au niveau européen sur la croissance, c’est le bon équilibre. Au-delà de tous les débats, ce qui se passe aujourd’hui montre que c’est le bon cap qu’il a choisi », a plaidé le secrétaire général de l’Elysée.  Quant à savoir si François Hollande était affecté par son impopularité, qui après avoir atteint un niveau record avec 74% de mécontents (baromètre Ifop-JDD le 20 avril) était à 65% dans celui du CSA jeudi, M. Lemas a répondu en vantant la solidité de son président.   »Le président de la République a beaucoup de détermination et beaucoup de constance, c’est quelqu’un de très pudique. Donc il est peut-être affecté mais il ne l’exprimera certainement pas et je pense que profondément il ne l’est pas », a-t-il déclaré.  François Hollande « a vécu beaucoup de situations en 30 ans de vie politique, c’est un homme qui tient bien dans les tempêtes, et il a montré cette année qu’il tenait bien dans les épreuves », a-t-il souligné.  Concernant l’hypothèse d’un remaniement du gouvernement, M. Lemas a botté en touche, rappelant que c’était « une décision propre du président de la République ».

Mittal déprécie ses sociétés européennes

Mittal déprécie se ssociétés européennes

 

Mittal  a annoncé vendredi qu’il allait déprécier la survaleur (« goodwill ») de ses sociétés européennes d’environ 4,3 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) dans ses comptes, les problèmes économiques du continent ayant affecté la demande d’acier. La sidérurgie européenne, qui produit 6% à 7% de l’acier mondial, est à la fois confrontée à des capacités de production excédentaires et à un fléchissement de la demande. ArcelorMittal, qui a fermé des hauts fourneaux en France et en Belgique, estime que la demande d’acier a diminué de 8% cette année en Europe et d’environ 29% depuis 2007. Dans ce contexte, le groupe a décidé de passer une provision pour dépréciation de 87% du « goodwill » -qui représente la valeur des actifs intangibles d’une société, tels que les marques, plutôt que des actifs physiques- de ses opérations en Europe. « C’est une mauvaise nouvelle, mais cela ne devrait pas être une grosse surprise de constater que la valeur comptable de ses activités en Europe était surévaluée », dit un analyste basé à Londres. Ces dépréciations représentent environ un tiers du « goodwill » total du groupe, affiché dans ses comptes à 12,5 milliards de dollars à la fin de l’an dernier. La dépréciation sera passée en tant que charge dans ses les comptes du quatrième trimestre de l’entreprise et n’affectera ni l’endettement, ni les bénéfices bruts, précise ArcelorMittal, qui produit plus du double de son plus proche concurrent. Avant dépréciations, selon des données StarMine, les analystes anticipent un bénéfice net de 529,5 millions de dollars pour ArcelorMittal cette année et un Ebitda de 7,1 milliards. Fitch a rétrogradé vendredi la note de crédit d’ArcelorMittal en catégorie spéculative (« junk »), la ramenant de BBB- à BB+ avec une perspective stable. L’agence met en avant les perspectives moins bonnes que prévu sur les marchés européens de l’acier en 2013.

 

La récession confirmée par une une vague d’avertissements des entreprises européennes

La récession confirmée  par une une vague d’avertissements des entreprises européennes

Pas de secret, la baisse de la consommation, la réduction des échanges internationaux,  l’attentisme généralisé tuent  la croissance ; Les chiffres d’affaires des entreprises européennes sont en baisse sur les prévisions et les résultats financiers aussi. Ceci vaut aussi pour l’Allemagne dont la croissance dépend surtout de la demande extérieure.  Les entreprises européennes, en particulier les valeurs cycliques, devraient annoncer dans les semaines à venir de fortes révisions à la baisse de leurs prévisions de résultats pour 2012, affectées par le ralentissement économique mondiale et la crise en zone euro, estiment l’ensemble des analystes et gérants interrogés par Reuters. Certains groupes ont déjà ouvert le bal, comme Danone, affectées par le ralentissement de la consommation en Espagne ou encore comme le groupe suédois Volvo. Carrefour a annoncé pour sa part son retrait de Grèce, un marché jugé trop risqué. « Ce sont plutôt les valeurs cycliques qui vont souffrir, auxquelles s’ajoutent les télécoms, qui est un secteur devenu très concurrentiel avec une compression des marges », observe Matthieu L’Hoir, stratégiste actions chez Axa IM. En revanche, le secteur de la pharmacie devrait davantage résister, profitant de la nature défensive de son activité et d’un effet de change favorable, notent les analystes. Sur le plan géographique, les entreprises allemandes pourraient pâtir davantage que les autres groupes européens du ralentissement économiques des pays émergents, l’Allemagne étant, avec ses exportations vers la Chine, le pays européen le plus exposé à la croissance de ces pays, explique Jérôme Troin-Lajous, vendeur actions chez Louis Capital Markets. Selon ce dernier, les exportateurs allemands, notamment les PME, pourraient souffrir ainsi que les groupes automobiles dont l’activité a été fortement soutenue par leurs exportations vers les marchés émergents.

1...34567



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol