Archive pour le Tag 'euphémisme'

« Dysfonctionnements » à la préfecture de police : un euphémisme de Castaner !

« Dysfonctionnements » à la préfecture de police : un euphémisme de Castaner !

 

 Castaner a reconnu des dysfonctionnements à la préfecture de Paris après l’attentat. Cette appréciation constitue cependant un n’euphémisme dans la mesure où il s’agit d’un véritable scandale d’État. En effet, c’est la sécurité même des services de renseignements qui est en cause et pas le dossier d’un seul homme. La défense de Castaner  est assez lamentable ;  il déclare que le dossier administratif de l’agent qui a tué quatre personnes jeudi à la préfecture de police de Paris ne contenait aucun élément sur sa radicalisation, et  n’avait jamais présenté de signe d’alerte. Or cela signifie en clair que le système de surveillance des agents des services les plus sensibles repose sur les apparences et sur des dossiers administratifs le plus souvent élaborés seulement au moment de l’embauche. Il est évident que le fait de ne pas laisser apparaître de signe apparent de radicalisation ne saurait constituer un critère d’évaluation pour vérifier la sécurité concernant la police et en particulier ceux qui sont affectés au renseignement. Il faut évidemment un service spécialisé chargé d’enquêter en permanence sur la totalité des agents dans les responsabilités  les plus sensibles. On ne peut attendre que les individus dangereux présentent  des signes évidents d’alerte, il faut aller les rechercher. Cela concerne aussi bien la question de la radicalisation, que la question de la corruption ou encore de l’espionnage étranger sans parler des problèmes de personnalités. Pour  preuve des failles graves dans la surveillance des agents, le  Premier ministre a saisi l’inspection générale des services de renseignement de deux missions : l’une pour évaluer les outils de détection et de signalement de la radicalisation à la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), où a eu lieu l’attentat, d’ici un mois ; l’autre pour revoir les procédures dans tous les services antiterroristes d’ici fin 2019. « La détection des menaces internes va être une priorité absolue (…)

Le tamis va être très fin », a annoncé Edouard Philippe dans le JDD. Il serait temps car plusieurs responsables syndicaux de la police ont dénoncé les insuffisances de la police de Paris comparée par exemple à qui ce qui se pratique à la DGSI. Il est vrai aussi que la préfecture de la police de Paris est un peu un Etat dans l’Etat et éprouve un peu de mal à s’aligner sur les nouveaux critères de lutte contre le terrorisme.

Jean-Paul Mégret, secrétaire général adjoint du syndicat indépendant des commissaires, rappelle sur Europe 1 que « les habilitations secret défense et leur renouvellement sont des procédures très lentes et bureaucratiques ».  »Ce sont des tâches extrêmement complexes », explique-t-il. « Elles nécessitent des recherches poussées : on interroge des voisins, d’anciens liens amicaux… Tout cela est de la théorie et on le fait de moins en moins. »

 

Recapitalisation d’EDF : contexte pas assez favorable ! Un euphémisme

Recapitalisation d’EDF : contexte pas assez favorable ! Un euphémisme

 

D’après le patron d’EDF Jean-Bernard Lévy le contexte n’aurait pas été assez favorable pour envisager la recapitalisation prévue de l’entreprise. Une formule très vague qui masque mal la situation financière catastrophique de l’électricien.  L’entreprise est sans doute au bord de la rupture financière en tout cas à moyen et long terme.  du coup ;  il faudra sans doute envisager pour les prochaines années une augmentation de l’ordre de 50 % du prix de l’électricité. D’une manière générale,  le coût de l’électricité d’origine nucléaire a été complètement sous-estimé en France comme dans le monde. La situation financière d’EDF est intenable. Il faut d’abord apurer une énorme dette de 40 milliards, ensuite trouver 50 milliards (100 milliards pour la Cour des comptes)  pour les travaux permettant de prolonger la durée de vie du parc nucléaire actuel. Financer aussi au moins en partie les 25 à 50 milliards du site d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure en Moselle ; un site d’enfouissement qui va permettre de participer au démantèlement du parc nucléaire actuel. Un démantèlement dont le coût est fixé autour de 15 milliards et qui pourrait être plus proche de 100 milliards. On objectera que la question du démantèlement permettra à EDF (et a à Areva) d’acquérir un savoir-faire pour intervenir sur l’énorme marché du démantèlement des centrales le monde. Enfin il faudra faire face à un besoin de financement de 200 milliards à terme pour le renouvellement du parc nucléaire. En clair EDF ne pourra  affronter  seule  ces défis même avec une augmentation régulière du prix de l’électricité  (il est prévu une augmentation moyenne de 2,5 % par an  pendant plusieurs années) ou par des seules suppressions d’effectifs. Ce que confirmait le patron d’EDF dans une interview du JDD.  « . En France, nos parts de marché reculent, donc on ne doit pas prendre de retard. Notre dette est élevée et nous devons faire des arbitrages sur nos activités futures. Nous n’avons plus les moyens de tout garder à l’étranger, ou de tout construire seuls ». En clair EDF attend une recapitalisation rapide de l’Etat qui tarde (3  milliards) et un appui d’investisseurs pour l’instant très dubitatifs sur la rentabilité de l’entreprise.  Le groupe a toutefois précisé mercredi que l’opération serait réalisée d’ici à la fin du premier trimestre 2017, si les conditions de marché le permettent. « Elle n’a pas pour l’instant été réalisée parce que nous n’avions pas un contexte permettant de la réaliser », a dit Jean-Bernard Lévy lors d’une conférence de presse organisée à l’issue d’un Comité stratégique de filière nucléaire présidé par le secrétaire d’Etat à l’Industrie Christophe Sirugue. « Pour qu’une augmentation de capital fonctionne bien, il faut qu’un certain nombre de feux soient au vert (…), que nous ayons rempli une certain nombre de conditions. Pour l’instant ces conditions n’ont pas été remplies », a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

« Hollande : pas allé assez loin pour la jeunesse » (Benjamin Lucas) ….Un euphémisme !!!

« Hollande : pas allé assez loin pour la jeunesse » (Benjamin Lucas) ….Un euphémisme !!!

 

 

Il est passablement gonflé le jeune responsable des socialistes en affirmant que Hollande n’est pas allée assez loin pour la jeunesse…. Un euphémisme. D’autant qu’en fait il légitime  l’action du gouvernement en affirmant « la réduction du temps de travail dans ce pays ça crée des emplois, de la richesse, de l’activité ; et ça permet de travailler moins, mieux et tous »…. Enfin presque ! Devrait-il préciser.  Avec de tels propos il n’est pas étonnant que la jeunesse s’estime aussi exclue du débat démocratique. ( interview JDD).

Vous venez d’être élu à la tête du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) pour un mandat de deux ans. Quels sont vos engagements?
Pour que la gauche réussisse et pour limiter la progression du Front national, des mesures sont à renforcer, notamment la lutte contre la pauvreté et la politique jeunesse. On a un besoin urgent de montrer que la politique peut changer le quotidien, parce qu’aujourd’hui 7 jeunes sur 10 s’abstiennent. Une grande partie des jeunes ne croit plus en la politique, ce qui fait progresser le Front national. Pour gagner en 2017, le troisième axe sur lequel je veux insister pendant ces deux ans, c’est la nécessité de l’union de la gauche. La gauche unie, c’est ce qui lui permet de gagner et d’entrer au pouvoir. On va proposer à toutes les organisations de la jeune gauche de se retrouver et de créer des propositions communes pour 2017. C’est la condition de sa victoire et de sa réussite.

Quel est le regard des jeunes sur l’état de la politique en France?
Aujourd’hui, il y a beaucoup de déception, de désespoir et de sentiment que la politique ne peut plus rien chez les jeunes. Pour mobiliser la jeunesse, il faut d’abord que l’on voit clairement la différence entre la gauche et la droite dans les actes et les paroles. C’est pour ça que je rejette absolument toute tentative de travailler avec des gens de droite. Nous n’avons pas du tout la même conception de la société. Ne reprenons pas les mots de la droite sur le temps de travail et sur les cotisations sociales. Ensuite, il y a le renouvellement des pratiques et de la vie politique. Finissons-en avec le cumul des mandats à gauche comme à droite et surtout à l’extrême droite, parce que c’est le parti qui cumule le plus. Aujourd’hui la plupart des présidents de régions nouvellement élus, ça reste des hommes blancs de plus de 50 ans. On a des responsables politiques qui ne ressemblent pas assez à la population. On a besoin de diversité, de parité et de jeunesse.

Justement la jeunesse était au cœur de la campagne de François Hollande en 2012. Sur quoi devrait-il travailler les seize mois qui viennent, avant la prochaine élection présidentielle?
Quand on se compare avec la droite, on peut se rassurer. Il y a beaucoup de choses qui ont été faites pour les jeunes : la réforme de l’école, l’ouverture de la prime d’activité en janvier 2016, avec des jeunes qui entrent dans le droit commun et qui ont accès aux minimas sociaux. On a augmenté les bourses au début du quinquennat, etc. Mais effectivement on n’est pas allé assez loin. Beaucoup de jeunes ne sentent pas dans leur quotidien l’impact de la gauche arrivée au pouvoir en 2012. C’est ce sur quoi il faut travailler. Aujourd’hui, quand on a moins de 25 ans, on n’a pas le droit au RSA et on ne voit pas au nom de quoi parce qu’on est jeune, on n’aurait pas les mêmes droits que les autres. Les jeunes forment la catégorie la plus pauvre en France et c’est une urgence de travailler sur ce point : augmenter les APL, augmenter les loyers, réduire le temps de travail pour créer des emplois, augmenter le Smic, etc.

Déficit de la Sécu : encore des efforts…un euphémisme

Déficit de la Sécu : encore des efforts…un euphémisme

 

 

Alors que la Cour des Comptes vient récemment de déclarer qu’elle était dans l’incapacité de prévoir une date pour le rééquilibrage des comptes de la Sécu (pas avant 2020) la commission des comptes de la sécurité sociale est plus complaisante ;  elle juge qu’il faudra faire des efforts supplémentaires par rapport à ceux demandés par le gouvernement. Une sorte d’euphémisme puisque ce déficit de la sécu et de l’ordre  deux 10 milliards et que les déficits cumulés représentent environ 230 milliards !  La vérité c’est que la dérive est incontrôlable et que la sécu sert aussi d’amortisseur social face à la crise. En outre il est clair qu’en l’état actuel du chômage les recettes sont durement affectées tandis que les dépenses dérivent. Le gouvernement doit aller au-delà des efforts de maîtrise des dépenses de santé déjà prévus pour tenir ses objectifs de baisse du déficit de la protection sociale en 2016, juge donc  la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS). Selon des informations publiées mercredi par Les Echos, le gouvernement table sur un déficit de la Sécurité sociale proche de dix milliards d’euros l’an prochain, en baisse de trois milliards par rapport à cette année. Ce chiffre est conforme à la trajectoire publiée fin 2014, qui prévoyait un déficit 2016 à 10,2 milliards, bien que la Cour des Comptes ait des doutes sur la capacité du gouvernement à maîtriser les comptes sociaux de la France. Il devrait être officialisé jeudi à l’issue d’une réunion de la CCSS et tient compte de mesures d’économies qui figureront dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Mais à en juger par les dernières projections de la CCSS, qui seront présentées lors de cette réunion et dont Reuters à obtenu la synthèse, le pari n’est pas gagné. La Commission table sur un déficit global du régime général de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) de 12,8 milliards d’euros en 2015, en baisse de 400 millions d’euros par rapport à 2014, et de 14,2 milliards en 2016, donc de nouveau en hausse, avant mesures correctrices. Le programme de stabilité des dépenses publiques de la France prévoit cependant de limiter à 1,75% la progression des dépenses d’assurance maladie, après 2,05% en 2015. « La fixation d’un Ondam (objectif national de dépenses d’assurance maladie) à 1,75% devrait réduire de 3,1 milliards (ces) dépenses », estime la CCSS dans son rapport. De quoi ramener le déficit de l’assurance maladie à sept milliards d’euros, niveau comparable à celui attendu en 2015. Mais cela ne ramènerait le déficit global de la Sécurité sociale qu’à 11,1 milliards d’euros, largement au-dessus de l’objectif affiché par le programme de stabilité. « Des mesures complémentaires en dépenses ou en recettes sont donc nécessaires pour réduire significativement le déficit », écrit donc naïvement la  commission.

 

Pôle emploi: « peu efficace » ; un euphémisme pour un organisme qui ne sert strictement à rien.

 

Pôle emploi: « peu efficace » ; un euphémisme pour un organisme qui ne sert strictement à rien.

Pôle emploi ne sert à rien : une évidence pour les chômeurs, une découverte pour les parlementaires. « Trop peu efficace », l’accompagnement des chômeurs « doit être repensé » et « simplifié », estime un rapport parlementaire présenté mercredi, qui encourage Pôle emploi à intensifier une « réorganisation en profondeur » du travail des agents et veut faire de la région le « chef de file de l’insertion professionnelle ».  Le niveau record d’inscrits à Pôle (3,26 millions en métropole) impose de « faire cette simplification dont on parle depuis longtemps », a souligné devant la presse la députée PS Monique Iborra, rapporteure de la mission d’information sur Pôle emploi et le service public de l’emploi.  La députée a appelé tous les acteurs (Pôle emploi, missions locales, collectivités…) « à un véritable changement d’état d’esprit », « plus opérationnel et moins administratif ».  A Pôle emploi, en première ligne, ce changement est « possible », estime Mme Iborra. Mais une « augmentation des moyens ne saurait suffire », une « réorganisation en profondeur » est nécessaire.  Constituée de 14 parlementaires de tous bords et présidée par Dominique Dord (UMP), la mission a auditionné entre mi-décembre et mai plus d’une centaine de personnes et mené des visites dans 5 régions.  Au final, elle formule 39 propositions, dont plus d’une trentaine concernent Pôle emploi, né fin 2008 sur du regroupement de l’ANPE et des Assédic.  Cette fusion a laissé « des traces » qui « nuisent encore aujourd’hui à la qualité du service rendu au demandeur d’emploi ». Ce dernier doit « revenir au premier plan », insiste la mission.  Pour commencer, tout chômeur doit ressortir de son rendez-vous d’inscription avec une « estimation du montant de son indemnisation », exige la mission.  Regrettant que les demandeurs d’emploi « perdent plusieurs mois avant que leur suivi ne débute », elle souhaite que Pôle emploi réduise ce délai à « moins de quatre mois » après l’inscription.  Comme le médiateur de Pôle emploi, les élus réclament la fin des radiations automatiques en cas d’absence à convocation, au profit d’une « gradation » des sanctions, voire un « sursis ». Les chômeurs devraient être représentés au Conseil d’administration, souhaitent-ils également.  Sur le fond, Pôle emploi doit travailler dans « une logique plus personnalisée », « moins administrative », et développer des « équipes spécialisées », notamment pour collecter les offres d’emploi, explique Mme Iborra.  Le nouveau suivi des chômeurs lancé début 2013, différencié selon leurs profils, va « dans le bon sens », « Pôle emploi est en évolution », a-t-elle ajouté en se félicitant aussi de la « liberté plus grande laissée aux conseillers ».  La mission préconise en outre la présence de travailleurs sociaux du département dans les agences et l’envoi de correspondants de Pôle emploi dans les conseils généraux. Moyen d’aboutir à « une prise en charge globale, professionnelle et sociale » des chômeurs cumulant souvent les difficultés (financières, logement, etc).  Mais au-delà, « il faut simplifier le paysage ». Confronté à un « maquis d’institutions et d’instruments », de « sous-traitances en cascade », le chômeur est trop souvent « ballotté », constate la mission. Pour un résultat médiocre: les dispositifs tendant « parfois à se justifier en eux-mêmes, le retour à l’emploi passant au second plan ».  Pour simplifier, les députés proposent donc de faire de la région le « chef de file » d’un « service public d’insertion pour l’emploi ».  A côté de Pôle emploi, le service unifié serait chargé d’ »un accompagnement plus large », englobant la formation, l’orientation et l’apprentissage.  Concrètement, la mission recommande d’unifier missions locales, plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE) et écoles de la deuxième chance. Seules les associations et entreprises d’insertion, et Cap emploi, partenaire de Pôle emploi pour les chômeurs handicapés, pourraient rester « à part ».  Les maisons de l’emploi créées en 2005 doivent, elles, « évoluer » pour devenir des « agences économiques », estime le rapport, qui ne va pas jusqu’à réclamer leur suppression.  Enfin, la mission demande aussi aux partenaires sociaux d’ »impérativement » viser « la simplification des règles d’indemnisation du chômage », lors de la négociation prévue à l’automne, « tant cette complexité pèse sur le fonctionnement de Pôle emploi et sur le service rendu aux chômeurs ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol