Archive pour le Tag 'ETF'

«Marchés financiers: ETF , danger !»

«Marchés financiers:  ETF , danger !»

Denis Alexandre consultant fintech et risque, fondateur de DAAdvisor attire l’attention sur le danger des ETF dans une chronique de l’opinion. ETF est l’acronyme anglais de Exchanged Traded Funds. En France, les ETF sont plus couramment désignés sous le terme de trackers. Les trackers sont de véritables fonds indiciels côtés en bourse qui répliquent la performance d’un indice, comme par exemple le CAC 40 ou l’Euronext 100. Encore peu connus du grand public, les ETF (pour Exchange-Traded Fund) ou fonds indiciels cotés, aussi appelés trackers, cachent sous un nom compliqué un moyen simple et efficace d’investir en bourse

tribune

 

 

La crise de la Covid fait aussi des gagnants dans le monde de la finance. L’application Robinhood a, par exemple, permis à de nombreux traders novices, appâtés par la facilité et le faible coût de l’opération, d’acquérir des actions sans même savoir dans quoi ils investissaient…

Les émetteurs d’ETF (exchange traded funds) ont eux aussi crié victoire en constatant une augmentation très importante des actifs sous gestion avec des souscriptions en 2020 de 111 milliards de dollars sur les actions et 150 milliards de dollars sur les produits de taux.

Mais cet engouement pour les ETF, renforcé par la crise sanitaire, ne reflète-il pas un phénomène « à la Robinhood » ? Les investisseurs, à même de se positionner rapidement, simplement et à bas coût sur une classe d’actif, ne se sont-ils pas laissés aveugler de la même façon ?

Revenons un peu en arrière.

Dans le monde de la gestion d’actifs, les ETF et la gestion passive sont les grands vainqueurs des trois dernières décennies, se développant sur un nombre de plus en plus grand de classes d’actifs.

Frayeurs. Les premiers à voir le jour, les ETF Actions, ont été plébiscités du fait de la simplicité du concept (acheter tout un indice comme on achète une action). Mais l’investisseur comprend qu’il s’en remet aveuglément à un comité d’experts en charge de définir ces indices ?

En 2019, MSCI a dû décider de quelle façon inclure les actions chinoises dans son indice Emergent ; le risque étant que cet indice devienne du jour au lendemain un indice à 40 % d’actions chinoises, dont on connaît la transparence…

Les critères d’entrée dans le S&P500, dont pour mémoire 25 % de la composition repose sur les Gafam, permettraient à Tesla d’y faire son apparition ; si tel est le cas, les investisseurs dans ces ETFs auront « la chance » d’acheter cette valeur à une valorisation supérieure à celle de GM, Ford, Fiat Chrysler et Toyota réunis. Cela n’est pas sans rappeler les porteurs d’ETF du DAX qui ont investi dans WireCard en septembre 2018 à son plus haut historique.

Plus proche de nous, en achetant l’ETF CAC 40, on investit dans Hermès à soixante fois les bénéfices, avec des analystes qui peinent à justifier ce niveau stratosphérique de valorisation.

Les ETF obligataires ont connu un développement plus récent, mais également spectaculaire. Beaucoup d’experts prédisaient un krach sur ces ETFs le jour d’une crise obligataire, car la liquidité sur les obligations sous-jacentes était devenue bien inférieure à celle des ETFs. Pour diverses raisons, dont bien sûr l’intervention des banques centrales, ce phénomène n’a pas eu lieu. Le discours consiste aujourd’hui à dire que l’ETF représente mieux la valeur des obligations que les obligations elles-mêmes. Mais là aussi l’investisseur ne fait plus aucune différence sur le crédit et la spécificité de chaque émetteur.

Les promoteurs de CryptoCurrencies cherchent aussi à créer les premiers ETFs sur le Bitcoin, ce qui permettrait ainsi d’acheter très facilement ce type d’assets. La SEC a pour le moment refusé l’autorisation…

Les ETFs sur matières premières ont quant à eux donné quelques frayeurs. Les investisseurs qui cherchaient une exposition sur le pétrole se sont rués sur l’ETF USO sans comprendre sa politique d’investissement sur le marché des futures ; cela a provoqué ce phénomène exceptionnel de prix négatif du pétrole.

Ces phénomènes techniques risquent de se reproduire sur l’or. L’ETF (GLD), très à la mode dans un contexte de taux nul et de risque potentiel inflationniste, a connu une progression spectaculaire depuis le début de l’année, tant en valeur qu’en encours ; ceux-ci sont comparables aux réserves de métal jaune des banques centrales japonaise, anglaise et indienne.

Les promoteurs de CryptoCurrencies cherchent aussi à créer les premiers ETFs sur le Bitcoin, ce qui permettrait ainsi d’acheter très facilement ce type d’assets. La SEC a pour le moment refusé l’autorisation…

Retour de bâton. Si bien sûr les ETF représentent une innovation majeure, il faut bien prendre conscience de leurs effets de bord :

— La capacité d’investir sur toutes classes d’actif sans disposer d’une quelconque expertise, phénomène à fort risque de bulle ;

— La décorrélation entre la valeur fondamentale d’une société ou d’un émetteur et sa valeur de cotation, le facteur indiciel l’emportant.

— La difficulté pour la gestion active de survivre dans ce contexte autoréalisateur : la surperformance de la gestion passive, entraîne de nouveaux flux vers l’indiciel ce qui engendra la surperformance…

Il est dommage que les banques centrales comme la Fed (sur les indices obligataires) ou la Banque du Japon (sur les indices actions) aient décidé pour soutenir les marchés d’utiliser les ETFs, et d’amplifier ainsi ce phénomène. Si un jour ces achats s’arrêtent, le retour de bâton pourra s’avérer dangereux pour les porteurs d’ETF. Espérons qu’il y aura encore de la gestion active capable d’investir dans les actifs de qualité qui seront liquidés sans différentiation par la gestion indicielle, et que les autorités de régulation auront trouvé des garde-fous pour que la « gestion » ne repose pas que sur la composition d’indices.

Denis Alexandre est consultant fintech et risque, fondateur de DAAdvisor.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol