Archive pour le Tag 'et ailleurs'

Trop de personnel au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (et ailleurs)

Trop de personnel au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (et ailleurs)

 

 

Le effectifs  sont passés de 1 500 en 2004 à 6 000 en 2012.  L’opposition de droite locale jette un pavé dans la mare : à sa demande, une mission d’évaluation vient d’être créée dans la région afin de comprendre pourquoi les effectifs du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais sont passés de 1 500 en 2004 à 6 000 en 2012. Une augmentation qui n’a pas cessé malgré la crise, puisqu’entre 2007 et 2011 le nombre de salariés de la région a augmenté de 30%. « Il y a 99 directeurs du management stratégique et 57 personnes attachées à la communication par exemple », explique sur RMC Philippe Eymery, élu Front National et membre de la mission d’évaluation. « Nous avons pointé qu’il y a des dérives, dit-il, et qu’il y avait trop de personnes par rapport à la taille de l’institution. Le Conseil régional ressemble à une armée mexicaine ». Pour l’exécutif du Conseil régional, ces allégations sont fausses et si les effectifs ont augmenté, c’est à cause de la décentralisation. Pour les employés du Conseil régional, cette mission d’évaluation n’est pas très bien accueillie, à l’image de Yannick pour qui « il n’y a pas trop de monde ». « Qu’entend-t-on par sureffectifs ? Trop de monde, c’est quoi dans une région où le taux de chômage est aussi élevé. Dire qu’il y a trop de gens au travail, c’est une provocation ». Pourtant d’autres salariés ne tiennent pas le même discours mais souhaitent rester anonymes pour ne pas subir de pression. « Pour moi, en effet, il y a un peu trop de monde. Je ne suis pas là depuis très longtemps mais je le ressens. J’ai bossé dans le privé et là, il y a beaucoup moins de boulot. Il y a trop de directions. Dans certains services, il y a deux assistantes alors qu’une suffirait. Mais bon je profite aussi du système, je ne vais pas cracher dans la soupe, on est bien payé ». A l’UMP tous ces recrutements intriguent. Sébastien Leprêtre, conseiller régional UMP et président de cette mission d’évaluation, souhaite comprendre le pourquoi du comment de ces dépenses de personnel : « On observe la réalité qui caractérise la région Nord-Pas-de-Calais qui est la région française qui dépense le plus en frais de personnel par habitant. On est à plus de 30% d’augmentation des charges de personnel sur la période 2007-2012. Ca soulève des questions : pourquoi y’a-t-il 6 000 agents au Conseil régional ? Quelles sont leurs missions ? Comment sont-ils recrutés ? Il y a à la région, selon toute vraisemblance, du personnel qui a été recruté et qui est sans affectation. Ce qui nous intéresse c’est de savoir pourquoi, combien, comment… ? Autant de questions que nous nous posons et qui devront trouver réponses ».Malheureusement plupart des régions ont aussi embauché de manière irresponsable ;  pas forcément dans les proportions du nord Pas de Calais, mais de façon excessive, ce qui explique en partie l’augmentation de la fiscalité locale.

Pacte de stabilité : remis en cause en France et ailleurs 2013

Pacte de stabilité : remis en cause en France et ailleurs 2013

A peine signé, le pacte de stabilité est déjà remis en cause dans les faits. De toute évidence, les pays européens très endettés ne pourront tenir les objectifs y compris la France. La commission européenne par la voix de son commissaire aux affaires économiques a d’ailleurs convenu qu’il fallait sans doute donner un peu plus de temps à l’Espagne qui s’enfonce en matière de croissance, d’emploi mais aussi de dettes. Ramener le déficit français à 3% est à la fois illusoire et dangereux ; c’est aussi ce que pense maintenant  la directrice générale du FMI ;  s’exprimant à Davos, elle a non seulement estimé l’objectif français de ramener le déficit public à 3% «extraordinairement ambitieux», mais a aussi appelé les Européens à décider «collectivement» de «prendre un peu plus de temps plutôt que d’avancer à marche forcée» pour rétablir les finances publiques. «L’effet des plans d’austérité sur la croissance est plus fort que ce que nous avions anticipé il y a trois ou quatre ans», a-t-elle concédé, en rappelant que l’Espagne avait pâti d’être allée trop vite dans la rigueur l’année dernière. En faiat la France se prépare à dépasser son objectif de déficit mais voudrait bien que l’Europe l’y encourage d’une manière ou d’une autre. Dans les faits pour la croissance, l’objectif de 0.8% ne pourra être atteint puisqu’on connaitra la stagnation… au mieux.  «Si la croissance devait tomber au-dessous de 0,5% en 2013, nous ne ferions pas de nouvel ajustement budgétaire; on ne peut pas demander plus aux Français cette année», confiait-on récemment à l’Élysée.  À Bruxelles, le gouvernement compte ensuite insister sur les efforts menés pour améliorer le déficit structurel – celui qui ne tient pas compte des effets de la crise et des événements ponctuels. En fait un concept très approximatif qui autoriserait des déficits nettement plus importants que prévus. Progressivement la FMI d’abord, la commission européenne ensuite, la France enfin semblent prendre conscience que l’austérité à marche forcée tue la croissance et l’emploi.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol