Archive pour le Tag 'essaye'

Air France : le SNPL essaye encore de saboter la compagnie nouvelle à coûts réduits

Air France : le SNPL essaye encore de saboter la compagnie nouvelle à coûts réduits

 

Le syndicat corpo des pilotes SNPL n’a guère apprécié que les pilotes votent en majorité pour le projet de nouvelle compagnie à coûts réduits. Du coup, ils essayent de saboter le projet en demandant des augmentations de salaires qui annuleraient l’intérêt économique de cette nouvelle compagnie. En effet Si la direction d’Air France et le SNPL Air France ont trouvé un accord sur Transavia, on est encore très loin de trouver un terrain d’entente sur les conditions de création d’une nouvelle compagnie à coûts réduits par rapport à Air France (projet Boost) et les mesures sur les conditions de travail permettant d’améliorer un peu la performance d’Air France. D’autant qu’un nouvel élément est intervenu dans la négociation.  le bureau du SNPL Air France a demandé une hausse de rémunération des pilotes de 13% d’ici à 2020, une mesure qui augmenterait les coûts pilotes de 130 millions d’euros par anInterrogé par La Tribune, Emmanuel Mistrali, porte-parole du bureau du SNPL Air France, a confirmé qu’une demande de hausse de rémunération avait été faite mais réfute d’évoquer des chiffres en milieu de négociations n’ont pas abouti. « Il y a eu une baisse de rémunération des pilotes pendant la crise de 15%, pas de hausse de salaire depuis trois ans et cela devrait être la même chose en 2017 puisque les navigants sont exclus des négociations annuelles obligatoires. À un moment, cela suffit. Les pilotes sont prêts à s’investir mais ne sont plus prêts à donner et quand on investit, il y a un retour sur investissement. » Déclare le SNPL. Cette requête interpelle alors que la négociation était censée porter sur des mesures d’économies de la part des pilotes autour de 1,5% par an. Cette demande suscite deux sortes de craintes chez certains salariés de la compagnie. D’abord qu’elle ne plombe les négociations, ce que le bureau du SNPL d’Air France ne verrait pas d’un mauvais œil dans la mesure où il avait appelé les pilotes à voter contre le projet Boost lors d’un référendum lancé en février (les pilotes avaient au contraire voté en faveur de cette filiale à prix réduits). Ensuite, qu’elle ne plombe l’équation économique du projet si la direction accédait aux demandes du SNPL.

Hollande essaye de récupèrer Valls et Montebourg

Hollande essaye de récupèrer Valls et Montebourg

 

Hollande qui se croit encore un président qui dirige récupère (ou tout au moins tente)  le crédit accordé à Valls et aussi la critique  de Montebourg  sur sa politique. Hollande essaye de faire bonne figure, il adopte la posture de celui qui dirige et contrôle alors qu’en faiat il ne sait pas où il va sinon dans le mur.    »Arnaud s’est mis dans un cadre, celui du gouvernement, sur ses textes. Il a fait son discours à Bercy, dans le lieu de sa responsabilité, sur son secteur », raconte le Président à ses interlocuteurs. Montebourg veut s’attaquer aux professions réglementées? « Il a raison », confie en privé Hollande. Et sur l’Europe? « Il ne met pas en cause ce qu’on dit. » Le chef de l’État dit souvent de l’ancien candidat à la primaire qu’il est « utile ». Montebourg a annoncé 6 milliards pour le pouvoir d’achat des Français. Le prix à payer pour que le flamboyant ministre reste au gouvernement? « C’est à lui de les trouver, pas à nous de les donner », a confié Hollande. Curieuse forme de solidarité en réalité, une belle hypocrisie auusi. . « Je lui ai laissé une large place pour valoriser les annonces sur Alstom, plus qu’il ne fallait », a-t-il expliqué en privé. « Hollande est un peu comme un chat avec son petit jouet avec Arnaud, il s’amuse », décrypte un des rares qui connaît parfaitement les deux hommes. Et Montebourg prend soin de ne pas franchir la ligne rouge. « Doucement, Arnaud a rangé ses gaules, il s’est beaucoup assagi. Il a demandé Bercy, ce n’est pas pour partir. Arnaud cherche à consolider son équation : être si possible un homme d’État, sans perdre son côté rebelle », analyse un ami du ministre. « Arnaud développe des scénarios économiques, c’est son rôle. Son discours, c’était toutes les bonnes raisons de rester », glisse un proche de Montebourg. . Cette semaine, Hollande a confié à des proches : « Valls, il fait comme je voulais qu’il fasse. » Le Président est content de la fluidité de leurs relations et de l’omniprésence médiatique de Valls. Car pour lui, avoir un Premier ministre maîtrisant parfaitement la communication est un atout essentiel.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol