Archive pour le Tag 'espion'

Nouvelles technologies : mettre fin aux logiciels espion

Nouvelles technologies : mettre fin aux logiciels espion des mobiles

 

La révélation en juillet 2021 de l’ampleur de la surveillance illégale étatique menée par le logiciel espion Pegasus a provoqué une onde de choc mais les mesures prises, notamment en France, ne sont pas à la hauteur dénonce un collectif de responsables d’ONG des droits humains ( dans le Monde)

 

Le « Projet Pegasus », collaboration sans précédent menée par plus de quatre-vingts journalistes de dix-sept médias dans dix pays et coordonnée par Forbidden Stories avec le soutien technique d’Amnesty International, a révélé comment des Etats ont ciblé des journalistes, des militants, des avocats et des personnalités politiques en ayant recours au logiciel espion Pegasus vendu par l’entreprise israélienne de cybersurveillance NSO Group.

Plusieurs journalistes français ont ainsi été illégalement espionnés – des infections confirmées par les autorités françaises – tandis que, selon les médias, le président Emmanuel Macron, le premier ministre d’alors, Edouard Philippe, et quatorze ministres faisaient partie des cibles potentielles en 2019.

Ces révélations ont marqué un véritable tournant et permis l’adoption de mesures fortes en termes de réglementation et de responsabilité. Ainsi, le ministère américain du commerce a placé NSO Group sur sa liste des entités aux cyberactivités malveillantes. Apple et WhatsApp ont tous deux intenté des poursuites contre NSO devant les tribunaux américains pour avoir ciblé leurs utilisateurs.

Par ailleurs, plusieurs enquêtes et procès ont été ouverts en Inde, au Mexique, en Pologne, en Belgique et en France, tandis que le Parlement européen a lancé une commission d’enquête sur l’utilisation de Pegasus et de logiciels espions de surveillance équivalents. Cela n’a cependant pas empêché la liste de personnes illégalement espionnées par le logiciel israélien de s’allonger depuis un an.

 

Autres développements inquiétants : selon le Citizen Lab, des outils d’espionnage d’autres entreprises seraient susceptibles d’être utilisés à des fins de surveillance illégale au regard du droit international. Dans le même temps, selon les médias, Israël ferait pression sur l’administration Biden aux Etats-Unis pour retirer NSO de la liste des entités aux cyberactivités malveillantes.

La France, pourtant directement concernée par les révélations Pegasus, est restée bien silencieuse sur le sujet. Si l’enquête ouverte en juillet 2021 vient tout juste d’être confiée à un juge d’instruction, Emmanuel Macron aurait négocié avec les autorités israéliennes l’exclusion des numéros français des cibles potentielles du logiciel espion de NSO Group. Une réponse qui ignore totalement la portée globale du scandale et des effets dévastateurs de ces technologies sur les droits humains.

Les gouvernements doivent cesser de penser que le problème est dû à une seule entité nuisible et reconnaître que les outils de réglementation actuels ne sont plus adaptés. Une culture de l’impunité propre à la surveillance numérique ciblée s’est développée et doit être combattue de toute urgence.

Un lieutenant-colonel français espion des Russes

Un lieutenant-colonel français espion des Russes

 

Les Russes n’ont pas l’exclusivité de l’espionnage, chaque nation se livre à ce genre d’exercice. Toutefois les russes sont passées maîtres dans l’art d’infiltrer les pays notamment par Internet et par des compromissions sexuelles. Cette fois, c’est un lieutenant colonel français pris la main dans le sac pour avoir livré des informations secrètes. Cet  officier français a été mis en examen et placé en détention provisoire pour intelligence avec une puissance étrangère à la suite de son signalement par le ministère des armées, a-t-on appris dimanche de source judiciaire, confirmant des informations d’Europe 1.

Selon la radio, ce lieutenant-colonel, basé en Italie et en poste auprès de l’Otan, est soupçonné d’avoir transmis des documents sensibles aux services secrets russes.

L’officier supérieur a été interpellé par la Direction générale de la Sécurité intérieure alors qu’il était sur le point de revenir en Italie après être parti en vacances, ajoute la radio.

Ce militaire, dont l’identité n’a pas été dévoilé, a été mis en examen il y a une dizaine de jours pour intelligence avec une puissance étrangère portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation après avoir été signalé fin juillet par le ministère des armées, a déclaré à Reuters une source judiciaire.

L’officier a été placé en détention provisoire à la prison de la Santé à Paris.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol