Archive pour le Tag 'érigée'

Code du travail : la brutalité de Valls érigée en mode de gouvernance

Code du travail : la brutalité  de Valls érigée en mode de gouvernance

Valls s‘est désormais fait une spécialité en érigeant l’autoritarisme et la brutalité en mode de  gouvernance. L’objectif est de montrer sa différence avec François Hollande et d’une certaine manière de le discréditer. Il faut resituer cette brutalité dans le contexte de préparation des sélections résidentielles. De plus en plus à gauche des responsables sont convaincus que François Hollande en l’état actuel de sa popularité n’a pratiquement pas de chance de se qualifier pour le second tour des élections présidentielles. Du coup il convient de le pousser à retirer sa candidature y compris en le discréditant un peu plus. Ce que fait Valls sen lui faisant porter le chapeau de la droitisation de sa politique sociale. Certes Valls ne fait ne se fait sans doute pas beaucoup d’illusions sur la possibilité qu’il a de remporter les élections présidentielles face à Juppé. Mais un premier face-à-face en 2017 entre les deux intéressés constituerait pour Valls une marche essentielle pour les élections de 2022. C’est pourquoi La polémique enfle autour du projet de réforme du droit du travail porté par Myriam El Khomri. La ministre du Travail était accompagnée aujourd’hui d’Emmanuel Macron et Manuel Valls à Mulhouse pour faire de la pédagogie et déminer le terrain. Cette politique de fuite en avant de Valls qui tient absolument à faire éclater la gauche suscite cependant de fortes interrogations voir des oppositions sérieuses au sein du parti socialiste. Au PS, on ne croit pas à la réforme telle qu’elle, les aujourd’hui Jean-Christophe Cambadélis affirmant même qu’il ne voterait pas le projet. Même les ministres doutent : trois d’entre eux (Touraine, Royal, Ayrault) ont demandé à « rééquilibrer le texte ». Seule la droite -pour le député LR Eric Woerth, cela va « dans le bon sens » – et le patronat ont soutenu ce projet, ce qui a mis l’exécutif encore plus mal à l’aise…

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

La menace des migrants ou l’hypocrisie érigée en politique en Grande Bretagne

 

 

 

Une nouvelle fois la Grande-Bretagne ce caractérise par des déclarations particulièrement contradictoires et hypocrites en matière d’immigration. La Grande Bretagne comme d’autres pays la France par exemple oublie d’abord qu’elle a colonisé  une grande partie du monde et que sa politique a créé des liens incontournables avec les populations locales. La Grande-Bretagne, encore une fois comme d’autres pays, oublie que rien n’a été fait pour le développement de pays devenus indépendants. Pire on a organisé le pillage des ressources ,favoriser la corruption qui tue tout développement économique et social et déstabiliser politiquement nombre de pays ( ce souvenir notamment du rôle de Tony Blair à propos de la pseudo découverte d’armes chimiques en Irak). Enfin la Grande-Bretagne est bien contente d’utiliser cette main-d’œuvre immigrée à bon marché pour effectuer les tâches les plus ingrates et les moins rémunérés. Ce qui permettra aussi à terme de rétablir l’équilibre démographique de nations  vieillissantes. Ne pas oublier non plus que la Grande Bretagne a été à l’origine dune plus grande circulation des biens, des personnes et des capitaux au sein de l’Europe, cela en s’opposant aux règles de régulation. Il ne s’agit donc pas d’interdire l’immigration mais de la réguler l’intégrant dans une problématique plus large. De ce point de vue les déclarations du ministre des affaires étrangères britanniques apparaissent particulièrement hypocrites. Elle contribue largement à alimenter les visions populistes favorisées par la crise économique actuelle. Un afflux de migrants venant d’Afrique représenterait une menace pour le mode de vie et les structures sociales de l’Union européenne, a déclaré dimanche le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond. Selon lui, l’UE est incapable de faire face à une arrivée massive de demandeurs d’asile. Les commentaires du ministre offrent un nouvel exemple de la rhétorique anti-immigration dont use le gouvernement britannique depuis qu’a éclaté la « crise de Calais », comme la surnomme la presse du pays. Des centaines de migrants tentent de franchir les barrières du site d’Eurotunnel pour pénétrer dans le tunnel sous la Manche et parvenir en Grande-Bretagne, le but de leur périple.   »Nous devons être en mesure de résoudre ce problème en étant capable, au bout du compte, de renvoyer ceux qui ne sont pas en droit de demander l’asile dans leur pays d’origine », a déclaré lors d’une interview à la BBC le chef de la diplomatie britannique, en visite à Singapour. « C’est notre priorité numéro un », a-t-il ajouté. Selon lui, la législation européenne a le défaut de permettre aux migrants de se montrer « assez confiants » dans le fait qu’ils ne seront jamais renvoyés dans leur pays d’origine. « La situation n’est pas tenable parce que l’Europe ne peut pas se prémunir et protéger son mode de vie et ses structures sociales si elle doit absorber des millions de migrants venus d’Afrique », a-t-il ajouté. Le ton de plus en plus tranchant employé par le gouvernement – le Premier ministre David Cameron a récemment évoqué une « nuée » – a tendance à susciter l’indignation d’associations, de l’Eglise et de la gauche britannique.

 

La FIFA et Blatter : la corruption érigée en système

La FIFA et Blatter : la corruption érigée en système

 

Blatter et la FIFA pourraiat bien tomber grâce à l’enquête déterminée du FBI. Plusieurs responsables viennent d’être arrétés en Suisse. En 2014, l’ancien président de la fédération anglaise de football lord David Triesman, compare Sepp Blatter à Vito Corleone, et dit de la FIFA qu’: « Elle possède une longue tradition de pots-de-vin, magouilles et de corruption », La Fifa se conduit comme une « famille de mafieux », « La corruption a été érigée en système ». Au début des années 1980, Sepp Blatter grimpe dans la hiérarchie de la FIFA. En novembre 1981, il est nommé secrétaire général de l’association. Selon la journaliste Barbara Smit et le professeur Alan Tomlinson, cette nomination est due à Dassler afin d’écarter Helmut Käser, secrétaire général depuis 1961. Le patron d’Adidas aide Havelange puis Blatter dans leur conquête du pouvoir, payant une partie du salaire de Blatter qui a son bureau à Landersheim, au siège d’Adidas France, quand il entre à la FIFA. Le journaliste d’investigation Andrew Jennings (en) prête ce commentaire à Dassler « on va installer ce type [Blatter] dans la place, il est bien, il est des nôtres »..Au printemps 1998, il se porte candidat à la présidence de la FIFA. Il accède à ce poste le 8 juin de la même année alors que Lennart Johansson était favori, ce qui suscite des rumeurs de tentative de corruption de la part de l’entourage de Blatter, le président de la Fédération de Somalie de football Farah Weheliye Addo (en) étant chassé de la FIFA après avoir dénoncé ces pratiques.  La présidence de Sepp Blatter est marquée par de nombreux scandales, l’achat de votes lors des élections ou de la désignation des pays organisateurs de la coupe du monde. Le dernier scandale en date tant celui du Qatar. Des scandales dénoncés par   la publication de deux livres très critiques envers sa gestion de la FIFA. David Yallop publie ainsi en 1999 How They Stole the Game (Comment ils ont volé le jeu). Il y dénonce la gestion de João Havelange. Dans la même veine, Andrew Jennings publie en 2006 Carton rouge !, où il dénonce la gestion de Sepp Blatter en reprenant nombre de données déjà publiées par Yallop (élections « truquées » en 1996 et 1998, par exemple), ainsi que des accusations de corruption liée à la société de marketing ISL (spécialisée dans les droits TV et commerciaux de la FIFA). ISL a été mise en faillite en 2001 puis liquidée judiciairement. La FIFA tente, en vain dans les deux cas, de faire interdire la publication de ces ouvrages. Dès l’année 2001, le juge d’instruction du canton de Zoug Thomas Hildbrand, spécialisé dans les crimes et délits économiques, mène son enquête sur la société désormais en faillite ISL. Ses investigations l’amènent à perquisitionner dans les bureaux de la FIFA à Zurich en novembre 2005, en raison de forts soupçons de détournement de fonds et de corruption. En mai 2002 déjà, le secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, avait publiquement dénoncé les dysfonctionnements au sein de l’association de football et critiqué le « système Blatter ». Un mois plus tard, il était contraint de démissionner. En 2014, la FIFA dépense 25 millions de francs pour la participation à un film fiction qui a couté 28 millions de francs, « United Passions » supposé être à la gloire d’un Sepp Blatter incarné par Tim Roth. Présenté au festival de Cannes le 18 mai 2014, le film noté récolte une note de 2.8 sur 10 par le site IMDB. Blatter à 90 ans sera encore candidat à sa succession à la tête de la FIFA et à peu près assuré d’être élu grâce au système de corruption généralisé à moins que le FBI ne le fasse tomber avant. 

A Florange, une stèle érigée en mémoire de la «trahison» de Hollande

A Florange, une stèle érigée en mémoire de la «trahison» de Hollande

Une vingtaine de représentants syndicaux Force ouvrière d’ArcelorMittal ont déposé mercredi sur le site sidérurgique de Florange, où les hauts-fourneaux ont commencé à être éteints, une stèle en mémoire des «promesses non tenues» et de la «trahison» du président François Hollande. «Cette stèle est le symbole des promesses non tenues de Hollande et du manque de courage du gouvernement qui a capitulé face à Mittal», a déclaré à cette occasion Frédéric Weber, de FO.  Lorsqu’il était encore candidat socialiste à l’élection présidentielle, le chef de l’État s’était engagé face aux sidérurgistes mosellans à déposer un texte de loi obligeant les grandes entreprises à céder des unités de production à des repreneurs. Cette «loi Florange», qu’il a récemment confirmée, n’a pas encore été déposée au Parlement. «Notre usine, ici derrière nous, était maintenue dans un coma artificiel depuis des mois. Ce matin, ils ont coupé les machines et à partir de maintenant les hauts-fourneaux ne respirent plus», a ajouté Walter Broccoli, un autre délégué FO. En haut de la stèle déposée à l’une des entrées de l’usine, le mot trahison a été gravé en lettres capitales dans le marbre, suivi de la phrase: «Ici reposent les promesses de changement de François Hollande faites aux ouvriers et à leur famille».  Mercredi, l’alimentation en gaz des quatre tours de chauffe encore en état de marche sur les hauts fourneaux P3 et P6 a été coupée, marquant le lancement de la procédure de mise sous cocon de l’usine à chaud à Florange. Cette première étape, prévue sur deux jours, est une formalité puisque la mort des hauts-fourneaux était signée dans l’accord conclu en novembre entre le gouvernement et ArcelorMittal, mais elle constitue un symbole pour les 626 salariés du site, qui ont lutté pendant un an et demi pour tenter de sauver leur usine. En 2009, une stèle en mémoire des promesses non tenues de Nicolas Sarkozy avait été érigée après la fermeture de l’aciérie voisine de Gandrange. Cette fois, les syndicats CGT, CFDT et CFE-CGC n’ont pas participé à cette action symbolique, marquant une nouvelle fois les tensions au sein d’une intersyndicale devenue inexistante, à la veille de l’ouverture des négociations sociales.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol