Archive pour le Tag 'épargnants'

Présidentielle : la crainte des épargnants

Présidentielle : la crainte des  épargnants

Selon une étude de LinXea  les Français,  57% des personnes interrogées estiment que le résultat du second tour pourrait avoir « des conséquences négatives sur le rendement de [leur] épargne ». Ils n’étaient que 47 % à exprimer cette crainte avant le premier tour.  Plus globalement, le résultat du premier tour a « eu tendance à inquiéter » 59% des épargnants (et 62% de l’ensemble des Français) quant aux conséquences de l’élection pour leurs économies. « Logiquement, l’inquiétude est plus forte encore auprès des sympathisants des vaincus : 63 % auprès des sympathisants de gauche et 69 % auprès de ceux de droite », souligne Gaël Sliman, président de l’institut Odoxa. Les personnes interrogées estiment à 62 % qu’une victoire d’Emmanuel Macron aurait un impact neutre ou positif sur leur épargne.  Le programme de Marine Le Pen est associé à une mesure emblématique : le retour au franc . Une telle perspective aurait une « conséquence négative sur l’épargne », selon 71 % des épargnants. Seuls les sympathisants FN interrogés sont convaincus de l’inverse à 79 %.

BCE: la presse allemande condamne Draghi au nom des épargnants allemands

BCE: la presse allemande condamne Draghi au nom des épargnants allemands

 

 

 

C’est presque unanimement que la presse allemande condamne les mesures de politique accommodante prise par le président de la BCE ;  une condamnation qui concerne surtout la baisse de rémunération pour l’épargne et indirectement la baisse de l’euro que cela va entraîner. Comme d’habitude,  l’Allemagne défend le principe d’une monnaie forte et combat la dévaluation compétitive. La presse allemande a la dent dure avec la Banque Centrale Européenne au lendemain de l’annonce par l’institution d’un paquet de mesures aussi amples qu’inédites en vue de combattre la faible inflation en zone euro. Le quotidien économique « Handelsblatt » fait ce vendredi sa Une en montrant un Mario Draghi allumant un cigare avec un billet de 100 euros en flamme, le tout sous-titré « Whatever it takes. Le jeu dangereux de Mario Draghi avec l’argent des épargnants allemands ». Un titre du reste montré la veille dans les pages du journal, à la manière d’un « teaser », comme si la réunion de jeudi n’avait rien changé au constat qui prévalait avant … Ce qui est neuf et inquiétant, note en revanche l’éditorialiste, est que « le marché a perdu la confiance en Mario Draghi, le magicien des marchés ». Le journal en veut pour preuve qu’après le cours feu d’artifice en bourse de jeudi, à la suite de l’avalanche de mesures annoncées par la BCE, les places financières ont cédé à la désillusion . Le verdict : « Draghi et ses troupes ont creusé eux-mêmes un trou d’où ils peuvent à peine sortir. Et ils creusent maintenant encore plus profond ». Mais en chemin vers un objectif d’inflation de 2% devenu « illusoire » à atteindre, la BCE va provoquer « des dégâts collatéraux énormes » avec à la clé diverses bulles financières, des banques encore plus fragilisées, et l’expropriation des épargnants. La BCE est ainsi en bonne voie pour « perdre la confiance », y compris chez ses plus fervents partisans durant la crise financière. « Le président de la BCE Mario Draghi a choisi lui-même la mauvaise voie », renchérit le quotidien de centre-gauche « Süddeutsche Zeitung ». « Il déprécie l’argent sans générer de la croissance. Au lieu de cela, il exproprie les épargnants de facto et se prive d’armes contre une véritable crise qui pourrait bientôt survenir à travers le monde. Boursicoteurs et politiciens se sont habitués à l’argent pas cher comme à une drogue, laquelle doit résoudre leurs problèmes. Au lieu de cela, nous devrions tous en ressentir les effets secondaires. Le président de la BCE a mis le feu à tout son arsenal l. Avec quel argent va-t-il soutenir l’Europe si une nouvelle grosse dépression à la 2008 devait se reproduire ? Mario Draghi est en route pour ruiner l’avenir de l’Europe », s’emporte le journal bavarois. Le quotidien conservateur « Frankfurter Allgemeine Zeitung » souligne de son côté que « pour Draghi il n’y a pas de limite, du fait que la BCE déclare elle-même que tout ce qu’elle fait est du ressort de son mandat. Cela est dangereux pour un organe indépendant de la politique comme une banque centrale. Néanmoins, la Cour européenne de justice, en conflit avec la Cour constitutionnelle allemande à propos de l’achat d’obligations d’État par la puissante institution européenne, lui a délivré un laissez-passer – bien que la BCE ne soit soumise à aucun contrôle démocratique, en dehors du fait que ce sont les chefs d’Etats et de gouvernements qui désignent ses administrateurs », note le journal francfortois. Taux de refinancement amené à zéro, taux sur les dépôts enfoncé en territoire négatif, rachats d’actifs en quantité toujours plus importante…

Sondage livret A : la fuite des épargnants

Sondage livret A : la fuite des épargnants

 

De puis de nombreux mois la décollecte du livret A ne cesse de s’amplifier. En cause la baisse de rémunération. Une épargne rémunérée jusque-là à 1 %. Une rémunération déjà bien insuffisante mais qui n’a pas empêché le gouvernement de la réduire encore et de la passer à0. 75 %. Les épargnants ne sont pas dupes car que cette manipulation des taux d’intérêt s’appuie sur un indice obsolète de l’évolution des prix à la consommation. Des prix qui selon cet indice sont en été minorés, l’inflation  serait de 0.3% sur un an alors qu’en fait elle seraiat proche de 1.5%. En effet l’augmentation des dépenses contraintes est sous estimée dans l’indice INSEE. Du coup  un grand nombre d’épargnants vont abandonner le livret. Selon une enquête IFOP à paraître dans l’édition dominicale de Ouest-Francela moitié des Français à placer leurs économies dans d’autres produits.  »La moitié des Français (50%) affiche la volonté de continuer à épargner autant, mais en plaçant ses économies ailleurs que sur le Livret A », constate l’institut de sondage. En revanche, ils sont encore 39%, à ne pas prévoir de « changer leurs habitudes vis-à-vis de ce produit ». Le solde de 11% est constitué par des personnes comptant moins épargner pour consommer plus.

La baisse de la rémunération est censée favoriser la croissance et la construction de logements sociaux. En effet, un taux plus bas permet notamment à la Caisse des dépôts, qui centralise 65% de l’épargne du Livret A, d’octroyer des prêts moins onéreux, aux organismes HLM par exemple. Une cinquantaine de mal-logés ont manifesté jeudi à Paris contre la baisse du taux du Livret A, qui va passer samedi à 0,75%, a constaté l’AFP. Derrière une banderole « touchez pas au Livret A », les mal logés ont manifesté entre la place du Palais-Royal et la Banque de France en scandant « le Livret A c’est pour les HLM, c’est pas pour les banquiers ».  »Nous pensons que cette baisse du taux est un mauvais calcul du gouvernement car le Livret A sert à financer les logements sociaux et qu’avec cette baisse les épargnants vident leur compte », a déclaré à l’AFP Jean-Baptiste Eyraud, le responsable de l’association Droit au logement (DAL).

 

Livret A : 0.75% les épargnants se gavent !

Livret A : 0.75% les épargnants se gavent !

 

Avec 0.75% (au lieu de 1%),c’est évident, les épargnants se gavent. C’est l(avis du gouverneur de la Banque de France qui aurait même voulu ramener le taux à 0.50%. C’est bien connu les épargnants détenteurs du livret A sont de dangereux spéculateurs, d’ailleurs les plus grandes fortunes du monde mettent leur argent à la caisse d’épargne. Pourtant quand la bourse devrait rapporter environ 10% sur un an(  par pure spéculation eu égard aux résultats réels de entreprises), le français moyen, lui, va voir la rémunération de son livret diminuer encore. En réalité la rémunération est négative car l’inflation est beaucoup plus forte que ne  l’indique l’INSSE (officiellement 0.3% sur un an mais en fait proche de 1.5%). Pas étonnant que la collecte du livret A ne cesse de baisser. Le gouvernement a donc suivi lundi la recommandation de la Banque de France en abaissant de 1,0% à 0,75% le taux du Livret A à partir du 1er août. Motif la gestion du livret A coûte cher). Rien de surprenant tellement la gestion de la Banque de France est approximative. La Banque de France  emploie 13 000 agents pour un coût total de près d’1,5 milliard d’euros par an (pensions incluses). A l’opposé, la Banque d’Angleterre dénombre seulement 1 955 employés qui lui coûtent chaque année 155 millions de livres sterling.: la Banque centrale française, qui n’exerce aucun contrôle sur la politique monétaire, emploie six fois plus de personnes que la Banque d’Angleterre. Que font tous ces agents français ? Probablement rédiger des rapports : comme celui sur les taux d’intérêt du livret A. Et on peut s’estimer heureux, la très faible inflation aurait dû conduire à abaisser le taux du Livret A à 0,50% si la formule de calcul avait été appliquée conformément à la loi. Mais le gouvernement et le gouverneur de la BdF, Christian Noyer, dont l’exécutif ne suit pourtant pas systématiquement les recommandations, se sont retrouvés pour donner un petit coup de pouce au produit d’épargne le plus populaire de France, compte tenu de la faiblesse de l’inflation et du fait que le taux de 1,0% en vigueur depuis un an était déjà un plus bas historique. Invoquant la protection de l’épargne populaire, le gouvernement avait refusé de baisser le taux du Livret A d’un quart de point, à 0,75%, début 2015, quand l’inflation en rythme annuel était tombée à 0,1%. L’inflation hors tabac est tombée à +0,3% sur les douze mois à fin juin en France et les taux du marché monétaire sont actuellement en zone négative.

 

Livret A : « les épargnants se gavent » !! (Christian Noyer)

Livret A : «  les épargnants se gavent » !! (Christian Noyer)

 

 

Pathétique le gouverneur de la Banque de France (au fait ça sert à quoi la Banque de France avec l’euro ?) qui considère que les épargnants se gavent avec un taux d’intérêt excessif : 1%. C’est trop évidemment ! Logiquement les petits épargnants devraient même payer pour leur livret A. Ce que pense sans doute l’inutile gouverneur de la banque de France qui a une nouvelle fois plaidé lundi pour une baisse des taux de l’épargne réglementée dont le niveau constitue, selon lui, « un obstacle de plus en plus fort » à la diffusion dans l’économie de la politique monétaire très accommodante de la BCE. « Nous sommes dans une période où la BCE met en place des moyens considérables pour faire redémarrer l’économie et remonter l’inflation vers notre objectif. Donc il n’est pas acceptable que l’épargne réglementée soit un obstacle de plus en plus fort à cette évolution », a dit Christian Noyer. « Pour moi, il est hors de question que les taux ne baissent pas au cours de l’année », a-t-il ajouté lors de la présentation du rapport annuel de l’Observatoire de l’épargne réglementée. Les encours des produits d’épargne réglementée – livret A, livret de développement durable (LDD), livret d’épargne populaire et plan d’épargne logement (PEL) – ont augmenté l’an passé de 11 milliards d’euros (+1,6%) à 690 milliards d’euros.  Christian Noyer a souligné que, malgré ses recommandations au gouvernement, qui a le dernier mot sur la question, leurs taux de rémunération étaient aujourd’hui « encore plus éloignés » des niveaux prévus par leurs formules de calcul. Celui du livret A et du LDD est à 1,0%, son plus bas niveau historique, depuis août 2014, alors que le gouverneur de la Banque de France proposait début 2015 de le ramener à 0,75%.  La formule indicative utilisée pour son calcul, qui prend en compte les taux du marché monétaire et l’indice des prix hors tabac, aurait même pu conduire à l’abaisser alors à 0,25%.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol