Archive pour le Tag 'environ'

Augmentation des salaires 2017 : 1% environ en francs constants.

Augmentation des salaires 2017 : 1% environ en francs constants.

Le  salaire est évidemment constitutif du pouvoir d’achat mais d’autres éléments sont à prendre en compte comme la valeur de l’euro, le prix du pétrole ou encore les taux d’intérêt. Autant d’éléments qui ont nourri le pouvoir d’achat des français bien davantage que les augmentations de salaire en 2016, comme en 2017. Le Fmi considère par exemple que la France bénéficie d’une  monnaie surévaluée de presque 7% par rapport à son économie. D’après  cabinet Deloitte en 2017, les augmentations salariales ont été de l’ordre de 2,5% pour les cadres et de 2,1% pour les non-cadres, des chiffres légèrement en baisse par rapport à 2016 mais il faut évidemment déduire inflation qui devrait être d’environ 1.3%. , ce qui fera en francs constant un peu plus de 1,2%  augmentation pour les cadres, et 0.8% pour les non cadres.   Il s’agit de moyenne et dans de nombreuses entreprises ce sera le gel des salaires. Par contre les éléments de rémunération individuels continuent de progresser.  «La rémunération variable individuelle (bonus et commission) ne concerne pas tous les salariés: 66 % des cadres en bénéficient et près de 80% des cadres supérieurs. Les non-cadres sont tout de même 51% à être concernés», détaille le cabinet Deloitte. Après une hausse en 2016 de l’ordre de 10% à 12%, les montants de rémunération variable individuelle continuent de progresser fortement cette année: +5% à 7% par rapport à 2016. Selon les niveaux de responsabilité et la famille de métier, le bonus représente de 5 à 30% du salaire de base. A noter aussi que  L’épargne salariale progresse dans les entreprises: près de 84% (contre 83% en 2016) des entreprises du panel étudié ont versé de la participation et 79% (contre 76% en 2016) de l’intéressement. Selon le cabinet Deloitte, après une diminution depuis plusieurs années, l’épargne salariale (intéressement et participation) progresse fortement en 2017, de l’ordre de 7% à 10% ce qui représente une hausse moyenne de 200 à 300 euros.Par ailleurs, une étude du ministère du Travail publiée lundi confirme cette embellie. «Près de 16,9 milliards d’euros ont été versés en 2015 par les entreprises au titre des dispositifs de participation, d’intéressement ou d’épargne salariale, un montant en hausse de 7,4% par rapport à 2014, dont près de la moitié (8 milliards) au titre de l’intéressement», est-il expliqué.

 

Alstom-GE : en attendant la création de 1000 emplois il faudra se contenter d’environ 800 suppressions de postes !

Alstom-GE : en attendant la création de 1000 emplois il faudra se contenter d’environ 800 suppressions de postes !

Montebourg et Hollande s’était félicitée de cet accord historique qui a consisté à brader la branche énergie d’Alstom à générale électrique. Un accord historique car il devait se traduire à terme par la création de 1000 emplois en France. La première décision de générale électrique sera toutefois de supprimer 765 emplois en France (6 500 emplois supprimés dans le monde), dont 765 en France. Évidemment on rétorquera que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Dans le cadre de ce type de restructuration on sait bien que ce qui intéresse en premier celui qui rachète c’est d’abord le portefeuille clients ensuite les technologies. Ensuite c’est souvent l’opération dégraissage des effectifs et délocalisation d’une partie de la production. Une erreur stratégique de la part du gouvernement d’autant plus que la branche ferroviaire maintenue chez Alstom est loin d’être la plus juteuse. Les ex-salariés d’Alstom s’attendaient bien à quelques suppressions de postes, après le rachat par General Electric, en novembre, de leur branche énergie. Mais 765 postes en France, c’est beaucoup, et le plus inquiétant, pour Laurent Santoire, délégué CGT, c’est que certaines activités jugés primordiales vont disparaitre. « General Electric envisage aujourd’hui la fermeture d’activités productives, estime-t-il, notamment en région parisienne, à Massy et Levallois. Des activités liées au nucléaire, aux centrales à charbon. General Electric est un prédateur qui se contente de rapine, et qui ne se comporte pas en acteur responsable de la filière énergétique. » A la direction de General Electric, on rétorque que ce plan, c’est pour restaurer la compétitivité de la branche énergie. Et que tout sera fait pour éviter les licenciements secs… Nicolas Jacqmin, directeur des ressources humaines : « On va essayer de reclasser un maximum de salariés au sein de l’entreprise. Si ce n’est pas possible nous ferons des propositions de départs volontaires. Et si on malheureusement on ne trouve pas de solution pour tout le monde, on trouvera des solutions extérieures. »

 

Environ 200 € de frais bancaires en 2016

Environ 200 € de frais bancaires en 2016

Pour continuer de servir de confortables dividendes aux actionnaires, les banques vont tout simplement appliquer une véritable nouvelle taxe sur la gestion de tous les comptes. Au motif que l’inflation est faible comme les taux d’intérêt les banques ont décidé unilatéralement (et  est sans doute de concert) d’augmenter les frais bancaires pour compenser la faiblesse de leurs profits. Un scandale évidemment mais tout juste abordé par les grands médias (les banques sont  aussi des principaux annonceurs des organes d’information !).  La plupart des grandes banques se sont donc mises d’accord pour instaurer à partir du 1er janvier une taxe destinée à rémunérer les frais de gestion pour la tenue des comptes courants. Il s’agit là d’une véritable escroquerie. D’abord parce que la France a refusé d’effectuer une véritable réforme bancaire séparant les activités de dépôt des activités d’investissement (sous-entendu de spéculation). Du coup, les banques françaises peuvent en toute tranquillité continuer de récolter la manne que représentent les comptes courants tout en se livrant à leurs activités d’investissement et de spéculation ; de toute manière, le client lui est prisonnier de la législation puisqu’il doit nécessairement posséder un compte bancaire pour percevoir ses revenus. Cette manne est loin d’être négligeable puisqu’elle représente 300 400 milliards en permanence. (C’est-à-dire le solde des comptes non utilisés). Or non seulement cette manne avec laquelle les banques travaillent  n’est pas rémunéré mais en plus les banques veulent taxer la gestion des comptes courants entre parenthèses décomptent déjà taxés à hauteur de près de 200 euros par an (carte bancaire, découvert, services tec).  . En moyenne, les Français paieront 2,3% plus cher qu’en 2015 avec des frais bancaires atteignant dorénavant les 190,50 euros par an. Parmi les principales hausses ? Les frais de tenue de compte. Alors que seulement 56,6% des Français étaient concernés l’année dernière, ce taux arrive aujourd’hui à 82,60%, selon l’institut. Entre 2013 et 2016, ce taux a été multiplié par deux, symbole d’une pratique qui se généralise de plus en plus alors que 13 nouvelles banques ont décidé de facturer cela à leurs clients avec un tarif de 22 euros par an en moyenne, mais avec des pointes à 30 euros chez BNP Paribas par exemple.

SMIC : augmentation d’environ cinq euros, c’est trop !

SMIC : augmentation d’environ cinq euros, c’est trop !

On pourrait en rire s’il n’y avait matière à pleurer, le SMIC devrait en effet augmenter de cinq euros en 2016. C’est la décision du gouvernement qui s’appuie d’ailleurs sur la réflexion « approfondie » du groupe d’économistes chargés d’émettre un avis sur la question. Cette augmentation est évidemment ridicule et n’a aucun sens économique ou social. On se fonde en effet sur un indice des prix de l’INSEE qui est obsolète et qui notamment sous-estime les dépenses contraintes des ménages les plus modestes. En clair l’indice de l’INSEE est faux et l’inflation réelle est supérieure à ce qui est  annoncé. À supposer que le contexte économique justifie le blocage des salaires dès lors pourquoi annoncer cette augmentation ridicule. Le salaire minimum devrait augmenter automatiquement de 0,55 % le 1er janvier prochain en France et ne devrait encore une fois pas bénéficier «de coup de pouce» supplémentaire, rapporte le quotidien Les Echos sur son site internet jeudi. Cette décision sera annoncée le 14 décembre devant la commission nationale de la négociation collective (CNNC) mais «il n’y pas de débat», indique le quotidien économique qui cite des sources au sein de l’exécutif. Le gouvernement s’apprête ainsi à suivre de nouveau la recommandation du groupe d’économistes chargés depuis sept ans d’émettre un avis consultatif. Si la tendance et la hausse de 0,55 % se confirment, le smic horaire brut devrait donc passer de 9,61 euros après arrondi à 9,67 euros à partir du 1er janvier. Il devrait atteindre pour un salarié à temps plein 1.466 euros brut par mois (1135 Net pour 35 heures), soit neuf euros de plus qu’aujourd’hui. Le smic avait été augmenté de 0,8 % au 1er janvier 2015. Le dernier «coup de pouce» remonte au 1er juillet 2012, juste après l’élection présidentielle. Le smic avait alors été revalorisé de 2 % dont 0,6 % de coup de pouce.

COP21 : une fumisterie

Paris- COP21 : une fumisterie

 

Cop 21 l’accord qui se voulait historique concernant le climat est en fait une vaste fumisterie ; En premier lieu, il ne s’agit pas de lutter contre le réchauffement climatique puisqu’on autorise officiellement une hausse de 2 degré d’ici la fin du siècle. En fait en l’état des contributions actuelles,  ce sera entre 2.7 et 3.5 degrés en plus selon les experts. Du coup l’argumentaire a changé ; Puisqu’on ne peut atteindre cette limitation de deux degrés, on l’acte en prévoyant d’ores et déjà des clauses de révision ; De toute manière,  Cop 21 était voué à l’échec dès le départ puisqu’on a décidé que les objectifs et les moyens seraient définis entièrement par chaque pays. La faiblesse du processus réside aussi dans le fait d’avoir confié la présidence de la conférence à la France et à Hollande qui veut utiliser cet événement pour se refaire une santé en matière de popularité. Du coup il est prêt a à accepter n’importe quelle concession du moment où tous les Etats signent  l’accord. C’est ce qui vient de se passer en Chine.  La Chine et la France ont en effet signé lundi une déclaration commune sur la lutte contre le réchauffement climatique comportant l’exigence d’une révision des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) tous les cinq ans. La France, organisatrice de la conférence sur le climat (COP21), espère qu’une telle clause fera partie du premier accord universel sur les changements climatiques qu’elle souhaite voir signé en décembre à Paris. La Chine, premier émetteur de GES et chef de file des 134 pays en développement et émergents du G77, dont l’assentiment est crucial, était jusqu’ici réservée sur une telle clause mais en réalité qui n’engage à rien.  Or les objectifs nationaux de réduction des GES transmis à l’Onu par 155 des 195 pays participants à la COP21 font envisager un réchauffement de la planète d’environ 3°C, a souligné François Hollande, lors d’une conférence de presse commune avec Xi Jinping à Pékin. « Cette révision périodique est indispensable pour revenir progressivement vers la trajectoire compatible avec la limitation à deux degrés du réchauffement de la planète », a fait valoir le président français. Dans leur déclaration commune, la France et la Chine conviennent que « l’accord de Paris comportera des dispositions permettant aux parties (…) d’actualiser régulièrement leurs contributions déterminées au niveau national ». Elles se disent également « favorables à ce qu’une revue complète ait lieu tous les cinq ans sur les progrès accomplis ». Elles plaident même pour que soit décidée l’instauration d’un « dialogue facilitateur » permettant de recenser ces progrès dès 2017-2018 et de renforcer la lutte contre le réchauffement avant même 2020. La France et la Chine affichent par ailleurs leur entente sur les questions également cruciales du financement de l’adaptation des pays les plus vulnérables au réchauffement climatique ou de la mise en place d’un marché du carbone. Le seul problème c’est qu’on ne sait pas comment réunir es 150 milliards nécessaires !

Montant moyen de la retraite : environ 1000 euros

Montant moyen de la retraite : environ 1000 euros

 

.

La pension moyenne de base s’élève à 1.066 euros par mois, selon les chiffres dévoilés vendredi par l’Assurance retraite. Notons cependant qu’environ un million de personnes ne reçoivent qu’une   pension de réversion d’environ 300 euros.  Sur les 13,82 millions de retraités du privé recensés par la Cnav (caisse nationale d’assurance vieillesse) au 30 septembre 2015, la grande majorité (11 millions) perçoit des pensions de droit direct, c’est-à-dire en échange de leurs années cotisées.  En moyenne, ces retraités touchent 664 euros par mois, que leur carrière soit complète ou non, avant prélèvements sociaux et hors régimes complémentaires. Pour ceux qui profitent du taux plein (carrière complète), le montant mensuel de la pension atteint en moyenne 1.066 euros. Il faut ensuite ajouter à ce montant les pensions versées par les régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco, qui peuvent représenter jusqu’à plus de la moitié de la pension complète pour les cadres.Près de deux millions de personnes (1,9 million) bénéficient à la fois d’un droit direct et d’un droit dérivé (pensions de réversion versées aux veufs et veuves), pour un montant moyen mensuel de 805 euros pour toutes les carrières, et de 1.094 euros pour les carrières complètes.Un peu moins d’un million de retraités (820.000) ne touchent qu’une pension de réversion du régime général de 287 euros par mois en moyenne environ. La Cnav recense en outre 4,9 millions de bénéficiaires du minimum contributif, attribué aux pensionnés ayant droit à une retraite à taux plein mais ayant perçu des salaires trop modestes pour leur apporter une pension suffisante. On compte par ailleurs quelque 429.000 allocataires du minimum vieillesse alloué aux personnes ayant peu ou pas cotisé. Au total, d’octobre 2014 à septembre 2015, l’Assurance retraite a versé 109,65 milliards d’euros de prestations, dont 9,24 milliards en septembre 2015 et avec un pic à 9,33 milliards en mars.

Dette de la France record: 32 000 euros environ par habitant !

Dette de la France record 32 000 euros environ par habitant !

La dette publique de la France qui représente 2100 milliards ne dit pas grand-chose à la plupart des  français. Par contre quand on le ramène à chaque habitant cela représente de l’ordre de 32 000 €. Une dette évidemment qu’il est inenvisageable de rembourser et qui prouve s’il en était besoin que la France vit complètement à crédit. En dépit des annonces réitérées du gouvernement cette dette continue d’augmenter  avec un nouveau record: la dette publique de la France a continué à progresser au deuxième trimestre, pour s’établir à 2105,4 milliards d’euros au 30 juin, soit l’équivalent de 97,6% du produit intérieur brut (PIB). Par rapport à la fin du premier trimestre, la dette a augmenté de 16 milliards d’euros, ou 0,2 point de PIB, selon l’Insee.  C’est encore et toujours un peu plus que les périodes précédentes. Forcément: la dette publique correspond à la somme des soldes des comptes publics enregistrés chaque année par un État. Or la France n’a pas affiché une seule année budgétaire positive depuis… 1975! Voilà donc 40 années consécutives que la dette publique française file de record en record. Réponses en graphiques historiques. L’année 2014 a signé un record hautement symbolique pour la France: la dette publique de notre pays a dépassé la barre des 2000 milliards d’euros. Elle a doublé en l’espace de 12 ans et quadruplé en seulement 22 ans. Depuis 1978, elle a été multipliée par 27!  Ainsi la dette publique française équivaut presque à une année de richesse créée dans l’Hexagone: le taux de dette sur le PIB atteindra 96,3% à la fin de l’année selon les dernières estimations du gouvernement. Du jamais-vu. Jusqu’au milieu des années 1980, ce taux ne dépassait pas les 30%. Notons que depuis 2014, la tendance est à la stabilisation du taux de la dette publique sur le PIB.  Si la question de la bonne gestion de la dette publique se pose au regard de ces chiffres astronomiques, il n’est pas pertinent de comparer la dette d’un État à celle d’un ménage. L’État a en charge l’avenir collectif, il transfère des recettes de court terme vers des dépenses de long terme, des jeunes vers des moins jeunes, de certains contribuables vers d’autres contribuables. Par ailleurs, il a une durée de vie infinie, et répond à une logique de marchés financiers. Il ne peut obéir à la seule logique du «bon père de famille» qui ne dépense pas plus que ce qu’il gagne. La dette continue de s’accroître parce que la France est en déficit chronique (ses dépenses sont chaque année, depuis 1974, plus élevées que ses recettes). 

Les véhicules du groupe Volkswagen concernés en France : environ 1 million

Les véhicules du groupe Volkswagen concernés en France : environ 1 million

Plus de la moitié des véhicules du groupe Volkswagen (hors utilitaires) vendus en France depuis 2009 possèdent ainsi le logiciel permettant de fausser les mesures de pollution. Selon les informations de BFMTV, 948.064 véhicules sont en effet concernés, 923.541 si l’on exclut les utilitaires. Rapporté aux ventes des différentes marques du groupe depuis l’installation du logiciel incriminé, ce chiffre est particulièrement parlant: environ 50,5% des Audi en sont équipées, tout comme 50,9% des Seat, 49,5% des Skoda et 57,8% des Volkswagen.

Pour rappel, sont concernés:

> 574.259 véhicules Volkswagen 

> 189.322 Audi

> 66.572 Skoda

> 93.388 Seat

> 24.523 utilitaires 

Volkswagen est pris ces derniers jours au cœur d’une incroyable polémique. Le géant de l’automobile est accusé d’une fraude monumentale, qu’il a reconnu la semaine dernière. Il aurait équipé 11 millions de véhicules de plusieurs de ses marques d’un logiciel qui permettait de repérer les phases de test d’émissions d’oxyde d’azote par les autorités et de baisser artificiellement à cette occasion le niveau de gaz rejeté par ses modèles. Le préjudice en termes d’image est énorme, et les répercussions sur les ventes et les bénéfices seront incontournables.

Réfugiés : environ un million attendus en 2015 et 2016

Réfugiés : environ un million attendus en 2015 et 2016

 

À peine adopté le plan proposé par l’union européenne apparaît déjà obsolète. Ce plan propose en effet d’accueillir 120 000 réfugiés c’est-à-dire déjà trois fois moins que le nombre de migrants déjà présents en Europe. Pour 2015 et 2016,  l’Onu s’attend à une arrivée globale d’environ 1 million de personnes. Certes parmi ses arrivants certains ne pourraient sans doute candidater pour le statut de réfugié mais la majorité viendra quand même des zones en conflit. Ce qui repose la problématique d’une action en amont pour lutter contre l’État islamique rétablir des conditions démocratiques et de paix dans les pays en guerre. Il faudrait pour cela constituer une véritable alliance internationale pour l’instant en l’état de projet. Pas seulement une alliance internationale avec des frappes aériennes mais aussi avec des troupes locales. On estime que 100 à 150 000 hommes seraient nécessaires pour faire face aux 35 000 environ de l’État islamique. Une véritable armée qui dans le meilleur des cas ne pourrait être opérationnelle que courant 2016. En attendant le flux des réfugiés ne fera donc augmenter. Ce qui démontre à l’évidence l’inadaptation des moyens mis en œuvre par la communauté internationale pour gérer la problématique de la migration en cours. Le nombre de personnes traversant la Méditerranée pour trouver asile en Europe devrait en effet  s’élever à 400.000 cette année et à 450.000 en 2016, a estimé mardi le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) dans un document accompagnant un appel de fonds d’urgence. « Pour 2015, le HCR anticipe environ 400.000 nouveaux arrivants qui vont solliciter une protection internationale en Europe en passant par la Méditerranée. En 2016, ce nombre pourrait atteindre 450.000, voire davantage », dit le HCR, ajoutant que 360.000 personnes ont déjà effectué le trajet cette année.

 

Salaires fonction publique: environ 2500 € euros nets, 2200 dans le privé

Salaires fonction publique environ 2500 € euros nets, 2200 dans le privé

 

En 2013, le salaire net moyen dans la fonction publique a diminué de 0,7 % et il se situe à 2.469 euros, tandis que le salaire net moyen dans le public le privé lui est inférieur à 2200 €. La baisse du salaire dans la fonction publique provient du gel indice depuis 2010. Dans le privé les salaires ont été rabotés à cause de la situation de l’emploi et du rajeunissement démographique dans les entreprises ( rajeunissement également enregistré dans le public).  . Mais d’une certaine manière, la masse salariale dans le public est surtout hypothéquée par des sureffectifs. Des hausses seraient sans doute possible pour certaines fonctions mais cela supposerait de supprimer nombre de postes inutiles voire nuisibles à l’économie quand il génère notamment une véritable bureaucratie.Pour comparer public et privé , il faudrait tenir compte de la qualification mais  aussi de la productivité . Si le gouvernement réfléchit à une refonte des grilles de rémunération des fonctionnaires à partir de 2017, il refuse néanmoins d’augmenter le point d’indice des fonctionnaires, pourtant réclamé par les syndicats. Le salaire net des fonctionnaires d’État, qui sont les plus nombreux avec plus de 2 millions d’agents, a baissé de 0,7% entre 2012 et 2013 en tenant compte de l’inflation, selon une étude de l’Institut national de la statistique (Insee) publiée mercredi. En 2014, il avait déjà reculé de 0,8%. Cette tendance à la baisse s’explique par le gel du point d’indice en vigueur depuis 2010, qui sert au calcul des salaires des agents, mais aussi l’inflation et la hausse des cotisations retraites, qui doivent s’aligner sur le privé d’ici à 2020. D’après l’enquête de l’Insee, les 2,167 millions d’agents actifs dans les ministères et les établissements publics ont perçu en moyenne un salaire de 2.469 euros nets en 2013. Fin avril, l’Insee avait déjà publié des données provisoires sur le sujet. En euros constants, c’est-à-dire en tenant compte de l’inflation (+0,9% en 2013), il s’agit d’une baisse sur un an 0,7%. Pour les titulaires, qui représentent toujours près de trois-quarts des fonctionnaires d’État, la baisse s’élève à 0,6% (2.627 euros nets).Hors bénéficiaires de contrats aidés, le salaire net moyen décroît de 0,8% pour s’établir à 2.500 euros, précise l’Insee. Pressé par les syndicats d’augmenter les salaires, le gouvernement envisage de refondre toutes les grilles de rémunération des fonctionnaires (catégories A, B et C), de manière à les rendre plus attractives. En juin, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a dit espérer obtenir l’aval des syndicats en septembre sur ce projet. Selon elle, une première augmentation de « 30 et 40 euros par mois » pourrait alors intervenir en 2017 pour tous les agents, et jusqu’à 70 euros à l’horizon 2020. En contrepartie, l’idée serait de rallonger les carrières. Il faudrait donc plus de temps à un agent pour atteindre son plus haut niveau de salaire, la durée actuelle étant de 25 ans environ. Selon la Cour des comptes, une augmentation de 1 % de la valeur du point coûterait 1,8 milliard d’euros pour les trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière).

 

Environ 1500 euros pour vivre décemment et de plus en plus de pauvres

Environ 1500 euros pour vivre décemment et de plus en plus de pauvres

Il n’y a jamais eu autant de riches dans le monde : 1%des de riches possèdent 50% de la richesse mondiale. C’est la même chose en France et parallèlement il y n’ay jamais eu autant de pauvres. La France compte entre 5 et 8,6 millions de pauvres selon la définition adoptée. Depuis 2002, le nombre de personnes concernées a augmenté de 1,3 million. La France comptait cinq millions de pauvres en 2012 selon l’Insee si l’on utilise le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie   médian   et 8,6 millions si l’on utilise le seuil à 60 % du niveau de vie médian [2 . Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,2 %, dans le second de 14,0 %. En 2012, le seuil de pauvreté situé à 60 % du revenu médian, pour une personne seule, est de 993 euros mensuels, celui à 50 % de 828 euros. Le mouvement de hausse constitue un tournant dans l’histoire sociale de notre pays depuis les années 1960. La dégradation économique enregistrée depuis 2008 pèse tout particulièrement sur les moins favorisés.  . Le budget nécessaire à une vie décente, est ainsi de 1424 euros par mois pour une personne active seule. Pour rappel, le Smic est de 1457 euros bruts. Si elle est logée dans le parc privée, la somme nécessaire s’élève à 1571 euros. Les couples d’actifs sans enfant doivent disposer de 1985 euros (2133 dans le privé). Un ménage avec deux enfants a besoin de 3284 euros s’il vit en logement social et de 3515 dans le parc privé. Pour les familles monoparentales avec deux enfants le budget minimum est de 2599 euros dans un logement social et de 2830 dans le privé. Enfin, pour les retraités, un couple doit disposer au minimum de 2187 euros (2437 dans le privé). Ces profils ont permis de déterminer la part des ménages qui sont en situation financière tendue. Ainsi, selon l’étude, les familles monoparentales sont soit dites pauvres (55%), soit disposent de moyens insuffisants pour vivre décemment (40%). 14% des retraités seuls sont pauvres, 45% en risque de restrictions. 12% des couples avec deux enfants vivent sous le seuil de pauvreté (60% du niveau de vie médian soit 987 euros par mois), et près d’un quart doivent s’imposer des restrictions. Seuls 12% des couples d’actifs sans enfant sont dans cette situation (5% sous le seuil de pauvreté, 7% amenés à renoncer à certains biens et services jugés nécessaires pour vivre décemment). Il s’agit de la catégorie la moins en difficulté.

Frais bancaires : environ 200 euros

Frais bancaires : environ 200 euros

 

Le comparateur de banques Panorabanques.com a enquêté sur « Les Français et leur Banque ». Les résultats montrent que les femmes ont des frais bancaires de 194 euros par an, supérieurs de 5 % à ceux des hommes, qui payent en moyenne 185 euros par an à leur banque. Les jeunes, pour leur part, ont des frais bancaires inférieurs à la moyenne et plus on progresse en âge, plus on supporte des frais bancaires élevés. Les frais bancaires des personnes les plus aisées sont pour leur part assez similaires à ceux des personnes ayant des revenus faibles. A noter, les clients aisés ont souvent une carte bancaire haut de gamme au coût moyen de 119 euros, alors que les clients ayant des revenus plus faibles ont une carte bancaire standard, au coût moyen de 41 euros. Les Français ne payent pas les mêmes frais bancaires, et l’écart entre la région la moins chère et la région la plus chère est de 15 %. Les banques mutualistes ont des politiques tarifaires différentes selon les régions, et sous une même enseigne, l’étude constate des écarts notables. Sans surprise, les clients des banques 100% en ligne sont ceux qui ont des frais bancaires les moins élevés. Les banques nationales apparaissent par ailleurs comme étant moins chères que les banques mutualistes. Alors qu’un client sur quatre déclare ne jamais se rendre dans son agence – et qu’un client sur deux est prêt à ne pas avoir de conseiller personnel dédié – les banques en ligne continuent donc de gagner des parts de marché.  Pour y voir clair, il est important de bien analyser les tarifs de sa banque Guillaume Clavel, président fondateur de Panorabanques.com« Les conclusions de notre étude prouvent bien que le coût de la banque n’est pas seulement une question d’offre mais aussi d’usage et d’analyse des différents services bancaires. Le découvert, le choix de la carte, le recours à un conseiller personnel dédié et la pertinence d’un forfait bancaire sont autant d’éléments à considérer dans la facture globale (…) Pour y voir clair, il est  important de bien analyser les tarifs de sa banque et d’être sûr que les services proposés correspondent bien à ses besoins réels », conclut Guillaume Clavel, président fondateur de Panorabanques.com.

Armée : 20.000 postes en moins, environ 10% des effectifs

Armée : 20.000 postes en moins, environ 10% des effectifs

 

 

Le Livre blanc de la défense qui doit être remis lundi à François Hollande prévoit une poursuite de la baisse des effectifs de l’armée française à hauteur de 5.000 postes par an en moyenne sur la période 2016-2019, soit 20.000 au total, rapporte le quotidien Les Echos. Selon le quotidien, il prévoit en outre un budget de la défense de 179,2 milliards d’euros hors pensions sur la période 2014-2019 couverte par la prochaine loi de programmation militaire. Les Echos souligne que ce montant est à peu près conforme à la promesse faite le mois dernier par François Hollande de geler les crédits militaires à leur niveau de 2013. Mais cette enveloppe « cache en fait une baisse réelle des crédits budgétaires puisqu’elle va incorporer au moins 4,5 milliards de recettes exceptionnelles », écrit le journal. Il rappelle que la baisse des effectifs de l’armée a été enclenchée par Nicolas Sarkozy, qui a prévu la suppression de 54.000 postes sur la période 2008-2015.

 

Emplois : 70 000 environ détruits en 2012

Emplois : 70 000 environ  détruits en 2012

En l’absence de croissance, la situation de l’emploi du chômage ne pouvait améliorer (il faudrait pour cela au moins 1.5% de croissance du PIB)°. On a donc détruite) des emplois.  L’emploi salarié dans les secteurs marchands non agricoles a diminué de 0,2% en France au quatrième trimestre, avec 28.100 postes détruits, selon l’estimation « flash » publiée jeudi par l’Insee. Cela porte à 66.800 le total des destructions d’emplois au cours de l’année dernière.  Au troisième trimestre, ces secteurs avaient déjà détruit 41.700 emplois, un chiffre confirmé par rapport à la précédente estimation publiée en décembre.   Le recul du quatrième trimestre vient une nouvelle fois en partie de la baisse de 2,7% de l’emploi intérimaire (13.800 postes en moins), la baisse ralentissant cependant nettement par rapport au troisième trimestre (-5,7%).  Hors intérim, le solde du quatrième trimestre aurait été négatif de 0,1%, avec 14.300 emplois détruits.  L’industrie a reculé de 0,4%, la construction de 0,3% et le tertiaire de 0,1%.  Par ailleurs, la Dares annonce que l’indice du salaire mensuel de base a progressé de 0,2% au quatrième trimestre, ce qui porte sa hausse sur 2012 à 2,0%, un chiffre à comparer au taux d’inflation de 1,3% enregistré sur l’année.  L’indice du salaire horaire de base des ouvriers et des employés a augmenté pareillement de 0,2%, sa progression sur un an étant de 2,1%.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol