Archive pour le Tag 'ensemble'

Sondage présidentielle : Pécresse et Le Pen ensemble à 17 %

Sondage présidentielle : Pécresse et Le Pen ensemble à 17 %

Des sondages à prendre évidemment avec des pincettes dans la mesure où certains grands groupes économiques et financiers soutiennent tel ou tel candidat (avec les sondages qui vont avec).

Dans un nouveau sondage BVA réalisé pour Orange et RTL, le paysage politique connaît de très légères évolutions. Le chef de l’État, crédité de 24% des intentions de vote pour la présidentielle, conserve une solide avance sur ses concurrents, tandis que Marine Le Pen et Valérie Pécresse restent au coude-à-coude pour accéder au second tour.

Derrière, Marine Le Pen distance légèrement la candidate des Républicains (16%), tout en restant dans la marge d’erreur. Les deux candidates tournent autour de 17 %.

L’ancien polémiste et désormais quatrième homme dans les sondages, Éric Zemmour, est crédité de 12,5% des intentions de vote, avec 19 à 23% des sympathisants du RN et des électeurs de Marine Le Pen il y a cinq ans.

« Ensemble citoyens !: Maison commune » majorité et ou une maison de « pass » politique ?

« Ensemble citoyens !: Maison commune » majorité et ou une maison de « pass » politique  ?

Le grand projet de maison commune soutenu par Bayrou accouche d’une souris. Le centriste voulait en effet créer un grand parti commun ; en fait, il faudra se contenter d’une sorte de club de quelques chapeaux à plumes délivrant la bénédiction macronienne  pour les législatives. « Ensemble citoyens ! », nom ridicule s’il en est, ne pourra même pas recueillir l’adhésion de soutiens de Macron . En réalité, il réunira Castex , Ferrand, Bayrou  et Édouard Philippe .

Une composition pas tellement disruptive mais des politiques chevronnés qui n’ont pas grand-chose à apporter à la France hormis des investitures aux arrivistes. Parmi ces derniers , beaucoup des 260 députés d’en marche qui   seront éjectés des listes de candidats. Il faut dire que très peu ont réussi à se faire une place et a émerger de ce magma très composite recruté sur Internet et dans les instituts politiques.

La maison commune « ensemble citoyens » risque de demeurer une résidence très transitoire juste le temps de récupérer la précieuse onction des autorités majoritaires pour les législatives ; bref une sorte de maison de « pass politique « où vont se côtoyer anciens républicains mécontents, ancien socialiste reconverti, chômeurs politiques en quête d’un job et autre personnalités médiatique soudain converti à l’intérêt collectif. Une hétérogénéité qui ne gênera pas Macron puisque voulue par le monarque républicain qui ne veut surtout pas s’encombrer d’un parti.

Politique-«Ensemble citoyens !» : La maison commune sans adhérents !

Politique-«Ensemble citoyens !» : La maison commune sans adhérents !

 

Un curieux objet mal identifié que cette maison commune de la majorité appelée « ensemble citoyens »qui a la particularité de ne pas recruter d’adhérents en tout en souhaitant qu’on adhère à ses objectifs. En réalité ,il s’agit d’une sorte de club qui tente d’assembler les organisations très balkanisées qui soutiennent Macron. Certains au sein de la majorité auraient souhaité transformer la maison commune en véritable parti mais Macron ne s’y est opposée. L’intéressé compte surtout sur lui et veut éviter l’éventuelle pression d’un parti qui lui imposerait des orientations.

La maison commune ensemble citoyens sera donc simplement un club de politiciens dont l’objet sera surtout de délivrer la bénédiction pour les législatives prochaines.

«Ensemble citoyens !», l’association des partis de la majorité, sera lancée le 29 novembre lors d’un meeting à la Maison de la Mutualité, à Paris. La nouvelle a été annoncée mardi par le chef de file de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, lors d’une réunion de la direction du mouvement. L’invitation a été envoyée mercredi.

L’événement doit permettre de mettre en scène le rassemblement de la majorité derrière le chef de l’État en attendant qu’il officialise sa candidature à l’Élysée. Les détails de cette «maison commune» ont été soigneusement étudiés.

Les dirigeants de la majorité ont finalement opté pour une structure légère, au terme de plusieurs mois de négociations autour du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. Cette alliance de LREM et de ses alliés – le Mouvement démocrate (MoDem) ; Agir ; le nouveau parti d’Édouard Philippe «Horizons» ; et Territoires de progrès – sera fondée sur une charte de principes communs. Elle sera dirigée par un comité exécutif autour de quatre personnalités : Richard Ferrand, François Bayrou, Édouard Philippe et Jean Castex. Un beau quatuor de politiciens !

«Ensemble citoyens !» : La maison commune sans adhérents !

«Ensemble citoyens !» : La maison commune sans adhérents !

 

Un curieux objet mal identifié que cette maison commune de la majorité appelée « ensemble citoyens »qui a la particularité de ne pas recruter d’adhérents en tout en souhaitant qu’on adhère à ses objectifs. En réalité ,il s’agit d’une sorte de club qui tente d’assembler les organisations très balkanisées qui soutiennent Macron. Certains au sein de la majorité auraient souhaité transformer la maison commune en véritable parti mais Macron ne s’y est opposée. L’intéressé compte surtout sur lui et veut éviter l’éventuelle pression d’un parti qui lui imposerait des orientations.

La maison commune ensemble citoyens sera donc simplement un club de politiciens dont l’objet sera surtout de délivrer la bénédiction pour les législatives prochaines.

«Ensemble citoyens !», l’association des partis de la majorité, sera lancée le 29 novembre lors d’un meeting à la Maison de la Mutualité, à Paris. La nouvelle a été annoncée mardi par le chef de file de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, lors d’une réunion de la direction du mouvement. L’invitation a été envoyée mercredi.

L’événement doit permettre de mettre en scène le rassemblement de la majorité derrière le chef de l’État en attendant qu’il officialise sa candidature à l’Élysée. Les détails de cette «maison commune» ont été soigneusement étudiés.

Les dirigeants de la majorité ont finalement opté pour une structure légère, au terme de plusieurs mois de négociations autour du président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. Cette alliance de LREM et de ses alliés – le Mouvement démocrate (MoDem) ; Agir ; le nouveau parti d’Édouard Philippe «Horizons» ; et Territoires de progrès – sera fondée sur une charte de principes communs. Elle sera dirigée par un comité exécutif autour de quatre personnalités : Richard Ferrand, François Bayrou, Édouard Philippe et Jean Castex. Un beau quatuor de politiciens !

«Ensemble citoyens !» La pauvreté sémantique de la maison commune de Macron !

«Ensemble citoyens !» La pauvreté sémantique de la maison commune de Macron !

 

Chacun aura sans doute noté que le débat politique actuellement n’est guère à la hauteur des enjeux y compris vis-à-vis de l’échéance présidentielle. Ce serait plutôt en ce moment un concours de promesses notamment concernant l’augmentation du SMIC. Du côté de la majorité ;on a mis des semaines pour trouver le nom de la maison commune qui rassemblera les organisations très balkanisées qui soutiennent Macron. La pauvreté sémantique du nom de cette maison « ensemble citoyens » est à la mesure de la pauvreté du contenu politique.

Le nom du parti en marche ( la république en marche) n’était déjà pas très signifiant mais cette fois le nom de la maison commune n’est porteur d’aucun véritable sens. Il faut espérer que les boîtes de communication spécialisées n’ont pas phosphorét pendant des mois pour aboutir à une telle nullité.

 «Ensemble citoyens !», l’association des partis de la majorité, sera lancée le 29 novembre lors d’un meeting à la Maison de la Mutualité, à Paris. La nouvelle a été annoncée mardi par le chef de file de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, lors d’une réunion de la direction du mouvement.

 

En réalité Macron compte surtout sur lui-même pour se faire élire et cette maison commune « ensemble citoyens  » aura surtout pour mission de délivrer les investitures pour les législatives où le pouvoir n’est pas du tout certain d’obtenir la majorité.  Moins ambitieux qu’initialement espéré par certains, le dispositif prévu vaut surtout pour les élections législatives de juin 2022. Il vise à coordonner les investitures afin que la majorité s’accorde sur le nom d’un candidat dans chaque circonscription, même si chaque parti conservera sa propre commission d’investiture.

Preuve du peu d’ambition de cette maison commune elle sera dirigée par quatre oligarques déjà usés jusqu’à la corde. Richard Ferrand, François Bayrou, Édouard Philippe et Jean Castex. Curiosité enfin : cette maison commune ne permettra pas une adhésion directe. Bref la maison commune sera une sorte de club de chapeau à plumes.

Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours ensemble

Sondage 2022 : Le Pen et Macron toujours ensemble

 

D’après un sondage Ipsos-Sopra Steria Macron et Le Pen sont toujours à peu près à égalité au premier tour des élections présidentielles de 2022.

Dans tous les cas de figure, c’est Emmanuel Macron qui se trouve en tête des intentions de vote avec 24 à 26% des voix, devant Marine Le Pen qui recueille de 19 à 23% des intentions de vote au premier tour du scrutin. Et dans chacune des six hypothèses, c’est le candidat de la droite qui remporte la troisième place.

Selon ce sondage, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand remporterait entre 15 et 17% des voix. La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse entre 14 et 16% des voix, et l’ancien ministre Michel Barnier entre 11 et 13%.

Le candidat EELV Yannick Jadot, lui, se trouve en quatrième position des intentions de vote, avec 10 à 11% des voix, devant le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui est crédité de 8% à 8.5% des voix, au même niveau que le polémiste Éric Zemmour en cas de candidature.

La maire de Paris socialiste Anne Hidalgo, elle, remporterait 9% des voix. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, il recueillerait entre 2 et 5% des intentions de vote, en fonction de qui sera le candidat de la droite ou d’une potentielle candidature d’Éric Zemmour. L’ancien ministre Arnaud Montebourg, lui, récolterait 2% des voix, devant le communiste Fabien Roussel et ses 1,5% d’intentions de vote.

Enfin, près de 7 Français sur 10 (69%) se disent « certains » ou « presque certains » de se rendre aux urnes, contre 31% d »abstentionnistes probables ou potentiels ».

Sondage réalisé sur un échantillon de 925 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

SONDAGE PRÉSIDENTIELLE 2022: LE PEN ET MACRON ENSEMBLE

SONDAGE PRÉSIDENTIELLE 2022:  LE PEN ET MACRON  ENSEMBLE

Dans la dernière enquête Elabe « L’Opinion en direct » pour BFMTV,   le président sortant est crédité de 27% des suffrages et Marine Le Pen, de 28%. Des scores qui s’accompagnent d’une marge d’erreur de 2,6 points dont il faut tenir compte .

Au second tour, Emmanuel Macron est donné vainqueur avec 56% des suffrages et Marine Le Pen, 44%. Pour la patronne du RN, un tel score représenterait un bond de 10 point par rapport à celui qu’elle avait obtenu lors du scrutin précédent.

Au premier tour, la député du Pas-de-Calais – qui déjà en 2016 était donnée en tête à la présidentielle de 2017 – bénéficierait ainsi d’une excellente mobilisation de ses électeurs de premier tour de la précédente présidentielle (88%). Elle bénéficie par ailleurs de quelques soutiens en dehors de son socle électoral: 11 à 13% des électeurs de François Fillon en 2017, ainsi que 9 à 10% de ceux de Jean Luc Mélenchon disent vouloir voter pour Marine Le Pen en 2022.

Emmanuel Macron, quant à lui, bénéficierait d’une fidélité assez solide de ses électeurs du premier tour de 2017 (69 à 73%). Il serait également soutenu par une partie des électeurs de 2017 de François Fillon (30 à 32%) et, dans une moindre mesure, par ceux de Benoît Hamon (18 à 21%).

Les autres impétrants de 2022 se trouvent loin derrière ces deux favoris. Dix points séparent Emmanuel Macron de Xavier Bertrand, jaugé à 15% d’intentions de vote. Le président de la région Hauts-de-France prend toutefois l’avantage sur son homologue d’Île-de-France, Valérie Pécresse, qui n’est créditée que de 9% dans l’hypothèse où elle se lancerait. L’un comme l’autre ne bénéficierait que d’un report partiel des électeurs de 2017 de François Fillon – 47 et 37%, respectivement.

La gauche, émiettée et délaissée, est en berne. Jean-Luc Mélenchon demeure son candidat le plus « rassembleur » dans la mesure où il est crédité de 11% des suffrages et ce, dans les deux scénarios testés par Elabe. Il n’obtiendrait toutefois qu’un soutien partiel de ses propres électeurs de 2017 (51 à 52%). Les autres candidats de gauche recueillent tous moins de 10% des intentions de vote.

L’écologiste Yannick Jadot est situé à 5-6% et la socialiste Anne Hidalgo à 5% dans les deux hypothèses. Le communiste Fabien Roussel est à 1%. Quant au souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, il reste dans une zone similaire à son score de 2017 (4,73%) en étant crédité de 5 à 6% des votes exprimés. Tous les autres recueillent moins de 4%.

Sondage réalisé par Elabe pour BFMTV, sur un échantillon de 2001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 1806 inscrits sur les listes électorales. La représentativité a été assurée selon la méthode des quotas, et les participants ont été interrogés par Internet du 12 au 14 avril 2021.

Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy ensemble !

 

Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy ensemble ! 

On peut légitimement se demander si ce n’est pas une nouvelle faute de goût de la part de macron qui invite Nicolas Sarkozy mais pas François Hollande dimanche sur le plateau des Glières (Haute-­Savoie), haut-lieu de mémoire de la Résistance. Ils y célébreront le 75e anniversaire des combats au cours desquels une centaine de maquisards furent tués en 1944. Première observation, il aurait été sans doute plus républicain d’inviter tous les anciens présidents  de la république, Hollande et Giscard d’Estaing compris. Seconde observation, cette décision de privilégier la présence de Sarkozy ne paraît guère heureuse au moment où l’intéressé traîne de nombreuses gamelles et va notamment passer pour l’une d’entre elles en correctionnel. Pour comprendre cette démarche privilégiée vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, il faut prendre en compte que Macron fait tout pour déstabiliser les républicains afin de siphonner des voies à droite puisque les voix de gauche semblent l’avoir définitivement abandonné.  Le chef de l’Etat perpétue ainsi une tradition républicaine entamée par Charles De Gaulle quand il était Président. Parmi les prédécesseurs d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy s’était rendu chaque année, durant son quinquennat, sur le plateau des Glières pour rendre hommage à la Résistance. Cependant il n’était pas obligé d’inviter un ancien président de la république aussi contestée que lui-même et surtout en prise avec plusieurs Suites judiciaires

« La fiscalité écologique sert de bouc émissaire à un ensemble de mécontentements »

« La fiscalité écologique sert de bouc émissaire à un ensemble de mécontentements »

Pour Mireille Chiroleu Assouline , économiste de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et vice-présidente de l’association française des économistes de l’environnement, « la résistance à la fiscalité écologique est l’expression d’un sentiment d’injustice face à l’impôt. » Interview la Tribune, extraits)

Pourquoi la fiscalité écologique suscite-t-elle autant de mécontentement ?

Mireille Chiroleu-Assouline - Tout d’abord, la fiscalité écologique est sans doute plus difficile à comprendre pour les contribuables que le reste du système fiscal. C’est la seule composante importante de la fiscalité dont la justification ne soit pas strictement de prélever des recettes fiscales pour abonder le budget de l’État. Il s’agit, au contraire, d’élever le prix des produits polluants (en ce moment on parle des carburants et combustibles fossiles, mais il y a aussi de nombreuses autres taxes environnementales, par exemple sur les déchets ou sur les émissions de polluants de l’air, comme les oxydes d’azote ou de soufre) pour pousser les consommateurs à en acheter moins. Cette notion de fiscalité incitative est à la fois mal comprise et refusée. C’est un peu la même chose que ce qui se produit avec l’augmentation des prix du tabac : elle a pour but principal d’inciter les fumeurs à abandonner cette habitude, mais pour autant ceux-ci ont tendance à s’indigner d’une mesure paternaliste, au nom de leur liberté individuelle, et à soupçonner le gouvernement de seulement chercher à accroître ses recettes.

En fait, une fiscalité écologique efficace doit voir ses rendements diminuer chaque année, même avec une trajectoire croissante de ses taux de taxe, sous l’effet de la réduction de la consommation de produits polluants. Par définition, la fiscalité écologique ne frappe que certains produits. C’est une grande différence avec la TVA qui frappe tous les produits aux mêmes taux (normal ou réduit, et super-réduit). Elle est donc beaucoup plus visible. Par exemple, en 2014, la hausse du taux normal de TVA de 19,6% à 20%, et celle du taux réduit de 7% à 10% avait provoqué une charge fiscale supplémentaire pour les ménages 2,5 fois plus forte que le supplément de fiscalité écologique inscrit dans la loi pour 2019 (1,9 milliard d’euros pour les ménages). Mais elle se traduisait alors par une hausse de tous les prix de seulement 0,3%.

La troisième raison est que pour de nombreux ménages, les dépenses en produits énergétiques sont des dépenses contraintes à court terme. Changer de véhicule ou de chaudière s’envisage à moyen terme, sans parler de déménager d’une zone rurale sans transports publics vers une zone mieux desservie. Entendre parler d’incitations à changer de comportement est ressenti comme une provocation alors qu’ils ont l’impression d’être coincés. Ce sont les ménages aux revenus les plus faibles qui sont naturellement les plus affectés, et qui ne peuvent souvent pas investir dans un nouveau véhicule, dans l’isolation de leur logement, ou dans l’achat d’une chaudière à condensation.

La dernière raison est que la fiscalité écologique sert de bouc émissaire à un ensemble de mécontentements. Elle n’est responsable que d’un quart environ des hausses de prix constatés sur les carburants et le fuel, alors que l’évolution du prix du pétrole sur les marchés internationaux est responsable des trois autres quarts. En fait, le pouvoir d’achat des Français a pâti depuis des années d’un effet de ciseau entre l’augmentation forte de certaines de leurs dépenses, de logement en particulier, et une plus faible progression, voire une réduction pour certains, des revenus. Les mesures fiscales qui ont été prises depuis le début du quinquennat, n’ont pas allégé le fardeau fiscal de la plupart des ménages, mais ont accru les inégalités.

Pourquoi la France a-t-elle tant de retard en matière de fiscalité écologique ?

Le poids de l’histoire, le poids des lobbies, la peur des politiques peuvent être des éléments d’explication. En 2000, l’introduction de la taxe générale sur les activités polluantes avait déjà rencontré une forte résistance malgré des taux de taxe très faibles : certains sont restés longtemps 200 fois moins élevés qu’en Suède. En 2009, la commission Rocard avait lancé le projet d’une contribution climat-énergie, introduite dans le projet de loi de finances 2010 par le gouvernement de l’époque, et retoquée par le Conseil constitutionnel sous prétexte d’inégalités devant l’impôt introduites par l’exemption de cette contribution pour les entreprises déjà soumises au marché européen de quotas. En 2013, l’éco-taxe poids-lourds a été abandonnée sous la pression des bonnets rouges. À chaque fois, ceux qui devaient être le plus affectés se sont mobilisés avec force, et avec succès.

Chacun des échecs sur le front de la fiscalité écologique a renforcé la frilosité des politiques. Celle-ci a culminé en 2014 avec l’introduction de la composante carbone dans la TICPE, en compensant son effet sur les prix par une baisse de même montant de la composante traditionnelle de la TICPE. Dès 2015, le taux de la composante carbone a été augmenté, sans compensation fiscale, mais c’est la baisse du prix du pétrole qui l’a alors rendue indolore. Aucune pédagogie n’a accompagné son introduction, ce qui n’a pas poussé les ménages à anticiper la possible remontée des prix et à s’adapter. Aujourd’hui, les esprits ne sont pas plus préparés qu’en 2014, mais les prix sont beaucoup plus élevés.

Salaire moyen net en France ensemble des salariés : 1722 ou 2125 euros ?

Salaire moyen net en France ensemble des salariés : 1722 ou  2125 euros ?

 

L’INSEE a sorti  une étude qui fait apparaître un salaire net moyen de 1722 €. Une autre étude du même organisme indiqué 2125 € comme salaire net moyen mensuel. La différence tient au fait  que le salaire net moyen de 1722 € concerne les vrais salaires et que le chiffre de 2125 les salaires équivalents à plein temps. Or  on sait que les emplois à temps partiel ne cessent de se développer. En France pour un temps plein ;  un salaire qui a augmenté de 42 % de 2009 à 2013. En francs constants il y a donc eu progression. L’augmentation est de   42 %) et  l’inflation a atteint, elle, 34,5 %. En 2013, le revenu perçu par un salarié était de 20.350 euros. On peut évidemment mettre en cause l’évolution réelle de l’inflation car l’inflation ne tient pas compte suffisamment de l’évolution structurelle de la consommation, structure de la consommation qui en outre varie nettement en fonction  des revenus. Il s’agit d’un revenu salarial, tous types de contrats confondus : plein temps, temps partiel ou mi-temps. Si l’on veut des comparaisons plus parlantes, il faut se concentrer sur le salaire net annuel moyen pour un temps plein. Il était en 2013 de 25.500 euros soit 2125 € par mois. En moyenne on note donc une augmentation faible mais réelle du salaire moyen. Salaire moyen à distinguer du salaire médian lequel divise la population en deux et qui au contraire fait apparaître une légère diminution. En cause un accroissement des inégalités, ce qui gagnent plus ont encore gagné davantage, ce qui gagnent moins perdu davantage. Premier point à noter : ce montant montre une augmentation régulière des salaires nets entre 1995 et 2009. Les cadres gagnent en moyenne trois fois plus que les ouvriers : 41.200 euros pour les premiers contre 13.800 euros pour les ouvriers et employés. Si ce montant annuel est inférieur au Smic sur un an, c’est que le poids des CDD est très sensible dans cette catégorie de salariés. Il s’agit comme toujours dans ces comparaisons de moyennes. Elles masquent des disparités parfois importantes entre les activités, les statuts professionnels, les âges et les sexes. L’écart de salaire en être les hommes et les femmes restent toujours aussi fort. On en parle beaucoup. Mais sur le terrain, les choses bougent moins vite que la fermeté des déclarations de nos patrons et de nos responsables le laissent penser. Tous statuts confondus, les femmes gagnent de 19 à 22% de moins que leurs homologues. Ce sont dans les fonctions de cadres que les écarts sont les plus significatifs et dans ceux des employés où les différences de rémunérations moyennes nettes sont les plus faibles (autour de 8%). Sur un indice INSEE toujours discutable, le pouvoir d’achat a augmenté tous les ans de 0,3% entre 2007 et 2014. C’est moins qu’en Allemagne, mais bien mieux qu’en Italie, en Grande-Bretagne ou en Espagne. Chez nous, les salaires n’ont pas chuté et les prestations sociales ont joué un grand rôle d’amortisseurs. En se fondant sur les salaires réels, le revenu salarial augmente avec l’âge des salariés jusqu’à 54 ans : il atteint pour les 50-54 ans un montant 3,4 fois plus élevé que celui des moins de 25 ans. Les femmes perçoivent un revenu salarial inférieur en moyenne de 24 % à celui des hommes (23.398 euros). Les cadres perçoivent, eux, un revenu salarial 2,6 fois supérieur à celui des ouvriers et 2,9 fois supérieur à celui des employés (13.988 euros). Le revenu salarial des diplômés de niveau Bac+3 ou plus est le double de celui des salariés de niveau inférieur au Bac.  Le revenu salarial varie davantage parmi les salariés les moins diplômés que parmi les plus diplômés, en particulier dans la moitié basse de l’échelle salariale. En revanche, comme pour les cadres, la dispersion dans la moitié haute de l’échelle est plus élevée chez les salariés les plus diplômés.

 

Immigration : décret Trump bloqué par un juge sur l’ensemble des Etats-Unis

Immigration : décret Trump bloqué par un juge sur l’ensemble des Etats-Unis

 

Cette fois la décision d’un juge s’applique sur l’ensemble des États-Unis. La bataille juridique est loin d’être terminée puisqu’il ne s’agit pour l’instant que d’une suspension. Mais cela prouve à l’évidence que Trump  risques de s’embourber dans les procédures judiciaires, cela montre les limites la signature de décrets très médiatisés. Sur ce dossier, le nouveau président des États-Unis se heurte bien sûr à l’opinion mais aussi à l’avis des plus grands patrons américains  Un juge fédéral de Seattle a bloqué temporairement vendredi 3 janvier le décret du président américain Trump interdisant l’entrée aux États-Unis pour les ressortissants de sept pays musulmans, le revers le plus important pour cette mesure très controversée. Cette injonction temporaire du juge fédéral James Robart est valide sur l’ensemble du territoire américain, le temps qu’une plainte déposée lundi par le procureur de l’État de Washington, Bob Ferguson, soit examinée entièrement. La Maison Blanche a promis de répliquer à cette décision, qu’elle avait dans un premier temps qualifié de « scandaleuse », avant de renvoyer un communiqué supprimant ce terme.

Hollande et Trump vont travailler ensemble !!!!

Hollande et Trump vont travailler ensemble !!!!

 

 

Après la prise de contact très diplomatique entre Trump et Hollande, le chef de l’Etat français sollicite un peu trop   les enjeux de cette courte conversation. Tous les chefs d’Etat importants du monde ont bien fait la même démarche, bref le minimum diplomatique. En conclure que Trump est prêt à travailler avec Hollande c’est aller vite en besogne. D’abord parce que que Trump ne commencera à être opérationnel qu’en février. Ensuite parce qu’en mai Hollande sera renvoyé à ses chères études et sans doute sans ménagement puisque les sondages ne prévoit qu’un score en troisième, quatrième, voire cinquième position au premier tour des présidentielles (s’il se présente bien entendu !). Enfin et surtout parce que la France pèse de bien peu de poids dans l’échiquier international. Selon l’Elysée, le chef de l’Etat français s’est entretenu au téléphone à la mi-journée avec le président élu américain. « L’entretien s’est passé dans de bonnes conditions avec la volonté de travailler en commun », déclare-t-on dans l’entourage de François Hollande. François Hollande et Donald Trump auraient  exprimé vendredi leur volonté de travailler ensemble pour clarifier leurs positions sur un certain nombre de dossiers sensibles comme la lutte contre le terrorisme, la situation au Proche-Orient et l’accord international sur le climat.la vérité c’est que Hollande se sert de cette petite conversation très protocolaire pour tenter de se donner une petite stature internationale. Malheureusement il ne faut rien espérer de cette collaboration franco américaine avec Hollande lequel n’a pas même été capable de convaincre en Europe notamment Merkel sur des sujets aussi stratégiques que la relance de la croissance , l’austérité budgétaire ou encore la stratégie militaire vis à vis des conflits du moyen orient. D’ici l’élection française Trump aura sans doute d’autres chefs d’Etat  autrement importants à rencontrer.

(Avec Reuters)

Colère des agriculteurs : le même drame que celui de l’ensemble de l’économie

Colère des agriculteurs : le même drame que celui de l’ensemble de l’économie

En  fait ce qui justifie la colère des agriculteurs ce sont des raisons qui concernent l’ensemble de l’économie. Il s’agit d’abord d’une question de compétitivité,  compétitivité qui est plombée en France par la lourdeur des charges fiscales et sociales. S’y ajoutent le poids de normes européennes que la France se fait un plaisir de complexifier pour donner un sens au vide existentiel d’une armée de fonctionnaires. Du coup dans un environnement européen et même mondial libéralisé les conditions de concurrence sont particulièrement inégalitaires et en défaveur de producteurs français. Et de ce point de vue le plan d’urgence gouvernementale apparaît complètement dérisoire. Un plan d’urgence gouvernemental présenté à l’Élysée le 22 juillet dernier qui n’a pas été suffisant pour calmer la colère des éleveurs. L’État pourrait rallonger l’enveloppe des 100 millions d’euros prévue pour alléger les charges sociales et fiscales. Par ailleurs, les mesures de restructurations bancaires devraient être ouvertes à l’ensemble des agriculteurs dont les trésoreries sont les plus exsangues. Selon Xavier Beulin, l’endettement agricole des exploitations les plus fragiles atteint un milliard d’euros au total. La prise en charge des frais financiers par l’État représenterait une somme supplémentaire de 20 millions d’euros par an. Côté environnement, le gouvernement pourrait aussi décréter un moratoire d’un an sur toutes les nouvelles normes et réglementations. Un sujet extrêmement sensible pour les agriculteurs, dont certains passent désormais plus de temps à remplir des imprimés administratifs que sur leur tracteur. Tous dénoncent l’empilement bureaucratique, incompréhensible et souvent incohérent. «La France va au-delà des contraintes européennes dans sa transposition des textes communautaires», dénonce le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau. Enfin, sur le volet européen, les agriculteurs exigent un allégement de l’embargo russe, un étiquetage obligatoire de l’origine de l’ensemble des viandes et un relèvement du prix de dégagement des surplus laitiers. «On ne veut pas de paroles, mais du concret», prévient Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la FNSEA. Ce type de revendication pourrait être repris par presque tous les secteurs économiques soumis à une concurrence internationale. À cet égard la crise de l’industrie française est assez comparable à celle de l’agriculture. Le nombre, le niveau, la complexité de la fiscalité handicapent  complètement la production française. S’y ajoute une bureaucratie qui fabrique chaque jour un peu plus de normes, de procédure, et de contrôle, et qui d’une certaine manière justifie ainsi les effectifs…….et la fiscalité qui finance toute cette bureaucratie.

Crise du porc : c’est la question des charges comme pour l’ensemble de l’économie (Michel Dantin)

Crise du porc : c’est la question des charges comme pour l’ensemble de l’économie (Michel Dantin)

 

Le député européen PPE, Michel Dantin,  spécialiste des questions agricoles,  a raison de considérer que le problème fondamental de l’élevage porcin est comparable à celui de l’ensemble de l’économie. En effet fondamentalement c’est le poids de la fiscalité,  le nombre et la complexité des normes qui plombent la compétitivité. À cet égard ce n’est pas un éventuel rétablissement des cotations en France qui permettra de résoudre les différences de conditions de concurrence. Les acheteurs auront toujours la possibilité comme ils le font actuellement d’acheter à l’étranger si les cours français sont supérieurs au cours du marché européen. On peut douter que le gouvernement s’attaque à ses questions fiscales car s’il devait le faire bien d’autres filières agricoles revendiqueraient le même traitement et ceux qui vaut  pour le monde agricole vaut aussi pour le monde industriel. Alors qu’une nouvelle réunion est organisée ce lundi au ministère de l’Agriculture, le député Michel Dantin  affirme « comprendre » mais pas « cautionner » l’attitude des industriels qui boycottent le marché de Plérin.  « Le vrai problème de la filière porc comme l’ensemble des filières françaises c’est le problème des charges. Nous avons eu depuis trois ans une augmentation importante de la fiscalité » a déclaré Michel Dantin. « Je ne cautionne pas l’attitude des entreprises qui se sont retirées du marché de Plérin mais je comprends qu’elles ont elles aussi à faire face à un problème de compétitivité par rapport à d’autres pays européens. Nous ne pouvons pas continuer à courir avec des semelles de plomb que les autres ne portent pas.».  Et pour lui, la solution ne viendra pas de l’Europe :  »Les Allemands n’ont pas la même perception des questions sociales que nous. Lorsque nous en discutons entre collègues au Parlement européen nous n’arrivons pas à nous comprendre sur ces questions-là. Les autres (pays européens) nous regardent avec un sourire en coin. Réglez vos problèmes d’abord… »

Sondage popularité : Hollande et Valls plongent ensemble

Sondage popularité :  Hollande et Valls plongent ensemble

Cette fois Hollande et Valls plongent ensemble avec  respectivement -6 et -7 points, selon le baromètre OpinionWay LCI publié ce dimanche 8 mars.  25% des sondés se disent satisfaits de l’action du chef de l’État (4% « très satisfaits », 21% « assez satisfaits »), selon ce sondage. 74% (+6) sont mécontents de son action (35% « assez mécontents » et 39% « très mécontents). 1% ne se prononce pas.  Le Premier ministre obtient 41% de satisfaits (5% « très satisfaits » et 36% « assez »), contre 57% (+7) de mécontents (31% « assez » et 26% « très »). 2% ne se prononcent pas.  Interrogés sur la « perception du changement » depuis l’élection de François Hollande en 2012, 31% (-4) jugent que « les choses changent en France » depuis près de trois ans, contre 69% (+4) qui estiment qu’elles « ne changent pas ».  Parmi les ministres, Jean-Yves Le Drian (Défense) est toujours en tête du baromètre avec 55% de satisfaits (-7), devant Bernard Cazeneuve (Intérieur) 52% (-9), et Laurent Fabius (Affaires étrangères) 52% (-6). Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron, dont la loi sur la compétitivité de l’économie a été adoptée à l’Assemblée le 19 février en recourant à l’article 49-3, prend la quatrième place du classement (43%), même s’il perd 5 points. Fleur Pellerin (Culture) le suit de près avec 42% de satisfaits (-9). Parmi les personnalités politiques, Alain Juppé (UMP) reste en tête même s’il perd un point par rapport au mois dernier (54% de satisfaits). L’UMP Bruno Le Maire (41% de satisfaits, -5) passe devant le président du MoDem François Bayrou (40%, -8). En quatrième position arrive François Fillon (UMP), avec 36% (-4), talonné par le président de l’UMP Nicolas Sarkozy (35%, -1). La présidente du FN Marine Le Pen arrive dernière des douze personnalités testées (31%, -2). L’ensemble des 12 ministres et 12 personnalités cités dans cette enquête voient leur cote de satisfaction baisser sur un mois.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol