Archive pour le Tag 'encore'

Page 40 sur 48

Formation permanente : coûteuse et encore inefficace

La formation permanente génère des gâchis considérable par manque de transparence. Avec pourtant un budget énorme de l’ordre de 35 milliards annuels, elle ne parvient ni à satisfaire les besoins les plus stratégiques comme ceux des chômeurs ou les besoins prioritaires des entreprises. La nouvelle loi de mars 94 n’a pas apporté les réponses attendues à une  vraie réforme ; en fait on a ménagé les intérêts des uns et des autres et surtout de ceux qui se gavent de cette manne ( structures, organismes de formations, syndicats patronaux et salariés). En outre on a jouté uen couche bureautique supplémentaire avec le compte personnel formation qui donne des droits individuels mais freinent la mutualisation. Or on ne peut pratiquer légalité en matière de formation permanente selon les branches, les qualifications,  les restructurations, les moments les besoins sont très différents. Le plus scandaleux c’est sas doute qu’on n’  a pas été capable d’accorder une priorité absolue à la formation de chômeurs.  Selon une étude des cabinets Fidal et Amplitude, une majorité de dirigeants et de DRH jugent les textes trop compliqués et s’attendent à devoir dépenser plus. Le verdict est sans appel. Un an après son entrée en vigueur, la réforme de la formation professionnelle n’enchante pas les chefs d’entreprise. Selon une étude des cabinets Fidal et Amplitude que dévoile Le Figaro, 60% des professionnels interrogés affirment que cette réforme n’apportera quasiment pas de changement au système. Pire 70% admettent n’en avoir qu’une connaissance minimum. «La perception de la loi du 5 mars 2014 est doublement négative: la grande majorité des dirigeants et responsables RH n’en ont qu’une faible connaissance ; et ceux qui la connaissent disent en avoir une mauvaise perception!», résume Philippe Rossignol, directeur général d’Amplitude. Les sondés se montrent particulièrement sévères avec le nouveau compte personnel de formation (CPF), qui succède au DIF. Plus de 53% d’entre eux estiment que le remplacement du DIF (droit individuel à la formation) par le CPF va rendre l’accès à la formation plus compliqué. «Le compte personnel de formation est une véritable usine à gaz. Les entreprises ne comprennent pas comment il marche. Surtout il n’est pas adapté aux enjeux», analyse Cyril Parlant, avocat associé au sein du département droit social de Fidal. Plus de quatre répondants sur dix affirment par ailleurs que la réforme va entraîner une augmentation des dépenses. «Les chefs d’entreprise ont compris qu’ils allaient devoir autofinancer leur plan de formation, alors qu’auparavant les financements étaient mutualisés. Ce qui va avoir des conséquences importantes sur le choix des formations qu’ils feront, avec des attentes fortes en termes de retour sur investissement», souligne encore Philippe Rossignol. «Il faut s’attendre à un tsunami sur le marché de la formation, prédit Cyril Parlant, avec des regroupements entre acteurs, sans doute la disparition de certains intervenants et une évolution globale des offres. Ceci est d’autant plus vraisemblable que, depuis le début de l’année, la baisse d’activité du secteur oscille entre 15 et 30%, en grande partie à cause de l’attentisme des entreprises».

 

.

 

Valls doit encore apprendre ( Hollande)

Valls  doit encore apprendre ( Hollande) 

C’est en substance ce que déclare Hollande à propos de Valls dans un documentaire qui sera diffusé lundi 13 avril sur France 3. Hollande qui sans doute commence à percevoir le danger Valls pour 2017. Hollande lui cherche à ressembler à gauche pour rendre crédible sa candidature et met la pédale douce sur le réformes tandis que Valls veut marquer son passage de réformateur et d’homme d’autorité ( le contraire de Hollande en faiat). Manuel Valls va-t-il se présenter à la présidentielle pour 2017? Interrogé sur ce point par Franz-Olivier Giesbert, François Hollande botte en touche :  »Il a une vie longue. Il est plus jeune que moi. Il est plus jeune que beaucoup d’autres. Il a le temps devant lui », estime le chef de l’Etat. « Vous le voyez Président? », relance le journaliste. « Quelquefois il faut apprendre à faire très bien ce pour quoi on a été nommé. Si on pense toujours à faire ce que le destin ne vous a pas encore permis d’accomplir, on ne fait pas ce que le président de la République vous a demandé de faire, être Premier ministre », grince François Hollande. Autre anecdote,  lors du premier été du retour de la gauche au pouvoir, Manuel Valls multiplie les déplacements en province sur les questions de sécurité. L’ex-ministre écologiste Cécile Duflot ironise sur cette attitude « caricaturale » :  »On a beaucoup parlé de l’été de François Hollande qui était en maillot de bain sur la plage. Je pense qu’il y avait un effet de contraste. Est-ce qu’il était voulu (par Manuel Valls, Ndlr)? Est-ce qu’il était mis en scène en disant ‘Voilà il y a le président en maillot de bain qui se baigne et moi pendant ce temps, sanglé dans mon costume, je suis sur tout les fronts’? Au bout d’un moment, j’ai blagué en disant qu’il y avait un petit chat qui était dans mon platane et qui n’arrivait pas à descendre. J’ai demandé si je pouvais appeler le ministre de l’Intérieur pour m’aider. Le président de la République m’a dit que oui je pouvais », lâche-t-elle dans un sourire.

 

Après Mory, Dim, encore 1.600 postes supprimés chez La Halle et André

Après Mory, Dim, encore 1.600 postes supprimés chez La Halle et André

1600 postes supprimés chez la halle et André, après ceux hier des 400 chez Dim et avant-hier plus de 2000 chez Mory ( Sans parler des nombreux licenciements dans des PME qui sont moins médiatisés).  La direction du groupe Vivarte (enseignes La Halle, André, Kookaï, Minelli, Caroll, Naf-Naf…), qui emploie plus de 17.000 salariés en France, a annoncé mardi la suppression de 1.600 postes, essentiellement dans ses magasins La Halle aux Vêtements, ont indiqué des sources syndicales. Le groupe Vivarte est en mauvaise posture plusieurs années : la baisse de la consommation a touché ses différents enseignes de prêt-à-porter et de chaussure et les ventes ont reculé de 10% en deux ans. A l’été 2014, le groupe avait pourtant réussi la restructuration de ses 2.8 milliards d’euros de dette, effaçant 2 milliards grâce à des accords d’abandon de créances. Mais la montée en gamme soudaine des magasins de La Halle et la hausse des prix des articles qui l’accompagnaient avaient surpris les clients, habitués à du vêtement à prix discount, et l’électrochoc n’avait pas dynamisé les ventes sur un marché ultra-concurrencé par Zara, H&M et Primark.  Lors de comités centraux d’entreprises (CCE) dans les enseignes, la fermeture de 174 magasins La Halle aux Vêtements (sur 620), s’accompagnant de 1.500 suppressions de postes, a été annoncée. 34 magasins André seront aussi fermés, avec une centaine de suppressions de postes, selon les sources syndicales. En 2013, près de 200 magasins avaient déjà été fermés. Un comité d’entreprise du chausseur André est programmé ce mardi, après-midi tandis qu’un plan de restructuration plus détaillé devrait être présenté aux salariés mercredi.

Plan de soutien à l’investissement de Hollande : encore une mesurette

Plan de soutien à l’investissement de Hollande : encore une mesurette

vals a découvert il y a quelques jours qu’il fallait 1.5% de croissance pour vraiment recréer de l’emploi ( un solde positif), une découverte tardive mais mieux vaut tard que jamais. Maintenant Hollande découvre que l’investissement est l’une des clés de la relance de la croissance, encore une  découverte tardive. Du coup dans la précipitation il annonce un plan avec 500 millions , un plan très vague( et avec les assurances !!) En fait pour un impact significatif sur la croissance il faudrait un plan de 10 milliards. Le problème c’est que Hollande ne dispose pas des moyens financiers pour financer uen telle enveloppe. Du coup c’est un peu comme avec la loi Macron pas complètement inutile mais finalement pas une vraie loi de transformation structurelle de l’économie  plutôt une sorte d’inventaire à la Prévert avec des mesures assez accessoires ( souvent aussi contradictoires). Même chose en matière de réforme du code de travail, un texte ingérable pour les entreprises, on devait réformer en fait on va peut-être aboutir à une petite modification des conditions d’embauche dans les PME. Le micro plan de soutien à investissement ne répond d’ailleurs pas à un objectif politique, c’est surtout pour faire plaisir à Aubry, la gauche de la gauche, aux frondeurs afin de les rassembler derrière la candidature de Hollande en 2017. Bref du bricolage politicien.  Le président de la République a donc déclaré que « l’industrie a un avenir en France ». Pour lui, le pays doit avoir des objectifs encore plus élevés que 1% de croissance en 2015. François Hollande précise qu’il y aura un dispositif temporaire de soutien à l’investissement productif. Il prendra la forme d’un « dispositif fiscal approprié » qui s’appliquera à tous les nouveaux équipements qui seront commandés dans les prochains mois. Il a également annoncé que les assureurs mobilisent « 500 millions » d’euros pour investir dans le capital des entreprises. Tout cela demeure évidement très insuffisant, en outre on sent la précipitation et le flou.

Sarkozy : encore chez les juges au pôle financier parisien

Sarkozy :  encore  chez les juges au pôle financier parisien

Pour Sarkozy c’est de la persécution financière, pourtant les très nombreuses  affaires qui le concernent ne sont pas arrivées par hasard. Jusque-là il s’en est bien tiré. L’ancien président de la République pourrait cette fois être mis en examen pour « abus de confiance ».  Les juges soupçonnent Nicolas Sarkozy de s’être fait rembourser par le parti une amende de 400.000 euros pour « dépassement des frais de campagne » après sa candidature à la présidentielle de 2012. L’ancien candidat aurait dû les rembourser sur ses propres deniers. Il s’est d’ailleurs finalement résolu à le faire, en décembre dernier, face à la polémique. Mais trop tard, au yeux de la justice. Il faut dire que Sarkozy est un « avocat « d’affaires » et qu’il sait gérer ce genre de dossier sans être lui même mouillé. Témoin  par exemple l’affaire Tapie qui traine depuis 20 ans et pour laquelle il est intervenu à deux reprise pour stopper la justice. Un première fois pour lui substituer un règlement amiable qui a échoué , la seconde fois pour lui substituer un arbitrage bidonné qui a accordé frauduleusement 400 millions à Tapie. Le trio arbitral a depuis été mis en examen pour escroquerie. Pas Sarkozy qui pourtant était le principal bénéficiaire  du soutien de Tapie pour l’élection de 2012. Une sorte de marchandage en faat qu’a très bien démontré hier une  émission de France 5. Un scandale évidemment car jamais dans l’histoire judicaire on a ainsi interrompu une procédure pour lui substituer sur pression de Sarkozy et de Tapie un arbitrage bidon. Cependant Sarkozy n’est pas inquiété pour l’instant, la ministre Lagarde est seulement inculpée de «  négligence », sans doute une erreur sémantique quand il s’agit de détournement de 400 millions dont 50 millions pour préjudice moral ( là aussi du jamais vu en France, la plus grosse somme attribuée jusque-là était de 1 million). Du coup on va tenter de faire porter le chapeau à un Richard le directeur de cabinet de Lagarde aujourd’hui le PDG d’orange ….à moins finalement que le vrai responsable ne soit le concierge du ministère des finances qui a laissé pénétré au ministère toute cette bande d’escrocs.

Moral des ménages : meilleur mais encore sous la moyenne

Moral des ménages : meilleur mais encore sous la moyenne

 

Une petite amélioration d’un point en mars mais ce n’est pas encore l’euphorie et c’est toujours sous la moyenne de longue durée.  L’indicateur qui synthétise cette confiance ressort à 93 points, après 92 en février, un niveau en ligne avec les attentes des économistes interrogés par Reuters mais toujours nettement inférieur à sa moyenne de longue période (100). En mars, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle passée comme future est restée stable mais ils sont plus nombreux à considérer comme opportun de faire des achats importants (+2 points), ce dernier solde repassant au-dessus de sa moyenne de longue période pour la première fois depuis octobre 2007. La proportion de ménages estimant qu’il est opportun d’épargner, qui restait sur trois mois de forte baisse, est légèrement repartie à la hausse (+1 point). Nettement moins de ménages considèrent que le chômage va augmenter (-13 points), ce dernier solde retrouvant son niveau de septembre 2013, et leur opinion sur le niveau de vie en France poursuit son rebond aussi bien pour le passé (+2 points) que pour le futur (+2 points). Quant à la proportion des ménages qui considère que les prix ont augmenté, elle baisse pour le quatrième mois consécutif et reste à des plus bas depuis 1999. Ils sont également toujours moins nombreux à anticiper une augmentation des prix.

 

Le climat des affaires : du mieux mais encore dans le rouge

Le climat des affaires : du mieux mais encore dans le rouge

 

C’est mieux mais c’est encore dans le rouge, c’est à dire en dessous de la moyenne habituelle. Le  climat des affaires s’est en effet amélioré en France au mois de mars après trois mois de stagnation pour atteindre son plus haut niveau depuis près de trois ans, selon les données publiées mercredi par l’Insee. L’indicateur global, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, est ressorti à 96, soit une hausse de deux points par rapport au niveau enregistré chaque mois entre novembre et février. Il reste en deçà de sa moyenne de long terme, qui se situe à 100, mais atteint son plus haut niveau depuis avril 2012. Par secteurs, celui de l’industrie a baissé d’un point, à 99, le chiffre de février ayant été relevé d’un point par rapport à l’estimation publiée le mois dernier. Seize économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un indice à 99. Celui des services a progressé d’un point, à 93, le chiffre de février ayant été dans le même temps relevé d’un point. L’indicateur du bâtiment est resté stable, à 89. L’indicateur du commerce de détail a progressé de trois points, à 104, le chiffre de février ayant été relevé de deux points. L’indicateur de retournement de la conjoncture pour l’ensemble des secteurs reste dans la zone favorable, indique l’Insee. Dans l’industrie manufacturière, les industriels interrogés font état d’une amélioration de leurs carnets de commandes globaux et étrangers. L’indicateur de retournement progresse et se situe dans la zone indiquant une conjoncture favorable, précise l’Insee.

 

Croissance France secteur privé : petite croissance encore fragile en mars

Croissance secteur privé : petite  croissance encore fragile  en mars

 

 

Ce n’est pas le Pérou mais ce n’est pas la stagnation .Finalement,  une évolution qui s’  inscrit dans la trajectoire prévue par les experts autour de 1% de croissance en 2015. Un niveau évidemment insuffisant pour retourner les tendances du chômage mais quand même satisfaisant au regard des évolutions tendancielle mondiales. En tout état de cause, cette progression serait insuffisante pour enrayer la hausse du chômage, souligne Xavier Timbeau, directeur du département analyse et prévision de l’OCDE , qui estime à 1,5% le niveau de croissance qui permettrait de « stabiliser » le taux de chômage. L’institut table ainsi sur un taux de chômage de 9,8% l’an prochain, après 9,7% cette année. Et il estime que le déficit public ne devrait que faiblement se résorber, à 4,3% en 2015 après 4,5% cette année. Des chiffres encore une fois proches des prévisions du gouvernement, qui vise 4,4% en 2014 et 4,3% en 2015. Au plan mondial, A apert les Etats Unis ( et encore in a révisé à la baisse les prévisions), c’est l’atonie de l’activité qui domine. La preuve surtout avec le recul de la production manufacturière en Chine. L’usine du monde tourne au ralenti car la demande internationale se tasse. A noter aussi des mouvements de yo-yo dans l’activité qui sont la conséquence  des interrogations des acteurs sur la reprise. Pour la France L’activité du secteur privé en France s’est maintenue en croissance en mars mais de manière un peu ralentie par rapport à février, a annoncé ce matin la société d’études économiques Markit en publiant un indice d’activité provisoire PMI à 51,7 points.  Cet indice composite (industrie et services) était à 52,2 points en février. Même un peu plus bas, il reste donc, selon cette première estimation, au dessus de la barre des 50 points qui délimite les périodes de croissance et les périodes de récession.

Attentats Tunis :encore un acte de fous et une réponse internationale mal adaptée

Attentats Tunis :encore un acte de fous et une réponse internationale mal adaptée

 

 

La Tunisie victime du terrorisme le plus aveugle . Touchée dans sa chair et dans son économie. Un pays qui tente de prouver que la démocratie a un sens dans cette région. Visée pour cela par ceux qui veulent imposer un stupide califat et la charia. Un pays qui vit du tourisme qui représente 7% de son PIB et emploie 400 000 personnes. Un coup très dur pour l’économie, pour le chômage et va faire croître le réservoir  de djihadistes. Déjà les plus nombreux après l’Arabie saoudite, les djihadistes tunisiens représentent  un danger mortel pour le pays d’autant que les forces de sécurité ne sont pas du tout à la hauteur de l’enjeu dans ce pays si hospitalier. Ils  ont frappé au nom de leur croyance totalitaire , ils ont tué, au nom surtout de leur violence et de leurs troubles mentaux. Une situation qui se reproduit trop souvent dans le monde et vis-à-vis de laquelle la coalition internationale encore paraît bien peu   coordonnée ,  bien mal adaptée, trop peu déterminée. Même en France les mesures prises ne correspondent pas du tout à l’enjeu. Au-delà de l’apparence pathétique des mots, c’est le vide presqu’absolu pour lutter avec efficacité contre le terrorisme. On va sans doute attendre les prochains attentats pour peut-être réagir…. un peu.  Au moins 17 étrangers, dont deux Français, et deux Tunisiens ont donc  été tués mercredi à Tunis par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur des touristes à leur arrivée devant le musée du Bardo, avant de s’y retrancher avec des otages. Le président Béji Caïd Essebsi a imputé la responsabilité de l’attaque à des islamistes. « Deux ont déjà été identifiés. Nous savons que ce sont les extrémistes toujours, ce qu’on appelle Ansar al Charia, ce qu’on appelle les salafistes djihadistes », a-t-il déclaré sur France 24.   »C’est un acte sans précédent dans l’histoire de la Tunisie, c’est une catastrophe pour nous, nous avons eu beaucoup de victimes parmi les amis étrangers qui visitaient la Tunisie comme touristes », a ajouté le chef de l’Etat.  Deux Français ont trouvé la mort dans l’attaque et sept autres ont été blessés, dont l’un reste dans un état grave, a déclaré l’Elysée. Cinq Japonais, quatre Italiens, deux Colombiens, deux Espagnols, un Australien et un Polonais ont également péri, selon les autorités des pays concernés.  Deux heures après le début de l’attaque, les forces de l’ordre ont donné l’assaut. L’opération, qui a coûté la vie à deux assaillants et à un policier, a permis de libérer tous les captifs. « Deux terroristes déguisés en militaires ont pénétré dans l’enceinte du Parlement, puis dans le musée où ils se sont attaqués aux touristes », a déclaré Habib Essid.  Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier commis contre des touristes en Tunisie depuis celui du 11 avril 2002 contre une synagogue de l’île de Djerba. Revendiqué par Al Qaïda, il avait fait 21 morts, pour la plupart des touristes allemands et français. L’Union européenne a proposé son aide aux autorités de Tunis, par la voix de la Haute Représentante de l’UE pour la politique étrangère: « L’UE est décidée à recourir à tous les moyens à sa disposition pour soutenir pleinement la Tunisie dans son combat contre le terrorisme et la réforme du secteur de la sécurité », a déclaré Federica Mogherini.  Les Etats-Unis ont promis de « soutenir les efforts du gouvernement tunisien pour faire avancer une Tunisie sûre, prospère et démocratique ».  Plusieurs organisations extrémistes, dont Ansar al Charia, sont apparues en Tunisie depuis la « révolution du jasmin » qui a mis fin au règne du président Zine ben Ali en janvier 2011. Les autorités estiment en outre à 3.000 le nombre de Tunisiens qui ont rejoint les rangs de groupes djihadistes à l’étranger et craignent que certains ne rentrent pour commettre des attentats dans leur pays.

 

Les pensions de retraite complémentaires : gelées encore en 2015

Les pensions de retraite complémentaires : gelées encore en 2015

Nouveau gel en 2015 et ce n’est sans doute pas fini compte tenu de l’état des caisses ont annoncé les régimes Agirc et Arrco dans un communiqué publié ce jeudi 12 mars. Une éventuelle réévaluation devait intervenir au 1er avril.  L’Arrco est l’un des deux organismes gérant ces pensions complémentaires, avec l’Agirc, qui elle s’occupe plus spécifiquement des cadres. Les partenaires sociaux, gestionnaires de ces deux régimes, réunis en conseil d’administration mercredi et jeudi, ont « décidé de maintenir les valeurs du point au même niveau que l’an passé », selon le communiqué. Pour combler une partie du déficit, syndicats et patronat s’étaient entendus en 2013 pour limiter la revalorisation des pensions en 2013, 2014 et 2015. Leur accord prévoyait que les pensions seraient revalorisées un point en dessous de l’inflation sur trois ans. Mais une clause prévoyait aussi que les pensions ne puissent pas baisser. Or l’inflation prévue dans le budget de la Sécurité sociale pour 2015 est de 0,9%. « Les partenaires sociaux ont fait jouer la clause de sauvegarde prévue dans l’accord qui prévoit que le taux ne peut pas être inférieur à 0% », soulignent l’Agirc et l’Arrco. Les partenaires sociaux ont entamé le mois dernier une difficile négociation sur l’avenir financier des retraites complémentaires, fragilisées par l’arrivée massive des papy boomers à la retraite et la réduction des cotisations due au chômage élevé. Ils ont quatre mois, jusqu’à juin, pour trouver comment pérenniser le système, fortement déficitaire. La prochaine séance est fixée au 20 mars. Il y a par exemple 2,7 millions de retraités cadres pour 4 millions de cotisants, mais la proportion est en passe de se réduire au détriment des cotisants. Conséquence, le déficit de l’Argic et de l’Arrco devrait se situer entre 4,27 et 4,64 milliards d’euros en 2015 selon leurs dernières estimations. En 2018, le seul régime cadres, le plus menacé, devrait voir son déficit se creuser à 5 milliards.  Surtout, les réserves financières des régimes qui servent à garantir le paiement des pensions fondent comme neige au soleil. Celles de l’Agirc en particulier s’élèvent à 9 milliards aujourd’hui mais sera proche de zéro en 2018 selon les projections. Or, à la différence du régime de retraite de base de la sécurité sociale, les régimes complémentaires ne peuvent pas s’endetter pour combler les trous.

 

François Hollande : encore un nouvel emprunt

François Hollande : encore un nouvel emprunt

Hollande a donc annoncé une « troisième levée de fonds » pour poursuivre les investissements dans le pays ( dans le cadre du grand emprunt). Au fait pourquoi un telle annonce, pourquoi un grand emprunt dont la troisième tranche annoncée par Hollande pourraiat atteindre de 30 à 30 milliards ? En fait la France emprunte déjà tous les jours. Bon an, mal an 70 milliards pour boucher les trous du budget et environ 100 milliers pour rembourser la dette ( autour de 2000 milliard et 100% du PIB). Certes il faut soutenir les investissements mais pourquoi encore un nouvel instrument qui n’est qu’une enveloppe vide pour s’endetter davantage.  En fait un trou pour boucher d’autres trous. De ce point de vue cette idée initiale  d’un emprunt supplémentaire de Juppé et de Rocard ( qu’on a connu plus en forme) n’est pas celle du siècle.  Il faut continuer de « favoriser l’investissement dans notre pays », a plaidé François Hollande. Aussi, le Président a annoncé jeudi « une troisième levée » de fonds pour le « grand emprunt, pour que nous puissions avoir cette capacité de poursuivre, au-delà de 2017, ce que nous avons déjà engagé depuis plusieurs années ». « Nous n’avons pas encore fixé l’enveloppe – faut-il que nous ayons déjà consommé toutes celles qui ont été d’ores et déjà dégagées – mais nous ferons avec M. Schweitzer (Louis Schweitzer, le Commissaire général à l’investissement, NDLR) l’évaluation », a-t-il précisé lors d’une visite d’entreprise en Isère. « Nous avons fait déjà deux levées de grands emprunts qui ont permis de créer le PIA, le programme d’investissements d’avenir », a également rappelé le chef de l’Etat. Louis Schweitzer avait plaidé le 9 mars pour lancer un troisième « Programme d’investissements d’avenir » (PIA), en vantant les résultats des deux précédents, dotés au total de 47 milliards d’euros. « A l’horizon de 2017, il n’y aura plus de ressources suffisantes donc nous lèverons une fois encore (…) de nouveaux fonds pour apporter aux entreprises françaises qui sont dans l’innovation, l’exportation et la transition énergétique, les moyens de pouvoir assurer leur développement et donc de créer de l’emploi », a poursuivi François Hollande. Le principe du PIA, financé notamment par un grand emprunt, avait été lancé en 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis repris par la gauche en 2013. Son idée est de promouvoir « l’excellence » en France, que ce soit en finançant des projets de recherche ou en apportant du capital à des start-up. Une commission présidée par les anciens Premiers ministres Alain Juppé et Michel Rocard avait identifié six axes stratégiques majeurs : enseignement supérieur et formation, recherche, modernisation industrielle, développement durable, économie numérique, santé et biotechnologies.

 

Sondage :Valls plonge encore, la chute de Don Quichotte !

Sondage :Valls plonge encore, la chute de Don Quichotte  !

 

Dans un sondage TNS le Figaro, Valls perd encore 6 point pour atteindre 42% tandis que que Hollande perd aussi 1 point à 22%. Dans l’opposition Juppé toujours nettement en tête à 42% et Sarko à 33%. Le plus significatif est cette chute de 6 points de Valls qui prouve d’une  part que l’esprit du 11 janvier a bien disparu surtout fusillé par les micro réformes du gouvernement et les polémiques. Pourtant Valls n’a jamais autant parlé, ne s’est jamais autant agité, n’a jamais autant proclamé «  son autorité ». Mais  l’homme de fer qu’il se prétend commence à rouiller sous la pluie des critiques concernant en réalité son immobilisme caché par son activisme de façade. Il apparait de pus en plus clairement au Français que Valls est davantage préoccupé par sa posture de Clemenceau  d’opérette que par les résultats politiques. Cette posture de faux dur, cette arrogance, ces colères de comédien commencent  à lasser de plus en plus de français. Car son action se résume surtout à des commentaires autoritaristes  sur la situation du pays , pour le reste c’est l’inaction. L’utilisation du 49-3 pour la mini Loi Macron n’a trompé personne ;C’était une  fois encore l’occasion de monter sa pseudo-fermeté pour écraser des frondeurs qui font la guerre avec des sabres de bois au gouvernement. Un marteau pilon pour écraser une  mouche.  Du coup le peu de positif dans la loi Macron risque de disparaitre. Après la débâcle au départementales, il sera encore plus difficile à Valls de trouver uen majorité pour une  loi qui n’est pas vraiment celle du siècle et qui n’est pas à la hauteur des enjeux des la modernisation économique souhaitable. Valls fatigue tout le monde. il joue et surjoue Don Quichotte monté sur âne gouvernemental. Il attaque des moulins à vent, enfonce des portes ouvertes,  se gave de banalités en drapant sa nullité politique dans le voile des valeurs de la république. Le pire ses personnages dont la république a besoin, celui qui parle ,parle , saoule mais n’agit pas et ne se préoccupe que de sa posture.

Islam radical : encore un plan du gouvernement à l’eau de rose

Islam radical : encore un plan du gouvernement à l’eau de rose

 

Un plan d’uen nullité effrayante de la part du gouvernement , le cul entre deux chaises entre sa volonté de réguler certains propos radicaux  irresponsables d’imams et le principe de séparation de l’église et de l’Etat de 1905. Pour résumer en ce qui concerne les imams, c’est comme le service civique, il y aura une formation des imams mais pas obligatoire et pas sur les questions théologiques. Autrement dit :  rien. On comprend bien que l’Etat n’ait pas vocation à former les Imams sur le plan théologique, ce n’est pas son rôle dans une république laïque, on se demande d’ailleurs pourquoi il aborde cette question. . Par  contre l’Etat doit se montrer intraitable vis-à-vis des propos radicaux  qui incitent à la violence au racisme et au terrorisme. Er ne pas hésiter à renvoyer chez eux les imams étrangers qui sen rendent coupables. De la même manière qu’il conviendrait de retirer la nationalité aux imams qui disposent de la double nationalité coupables des mêmes crimes terroristes (81% des Français dans un sondage de l’IFOP pour le  JDD soutiennent  cette proposition).   . Le plan- qui ne n’est pas un- devrait s’articuler autour de trois priorités. Il s’agit d’abord de mettre en place de nouveaux outils pour la formation civique des imams de France, en première ligne contre la radicalisation. Avec une limite : il n’est pas question de toucher à la loi de 1905 qui sépare l’État et la religion. Cette formation sera donc facultative, sur la base du volontariat, et n’abordera pas les questions théologiques. Le choix des imams reste la stricte liberté des communautés musulmanes et aucun diplôme n’est requis. Le deuxième axe s’articule autour d’un dialogue renforcé avec l’islam de France. Le Conseil français du culte musulman – dont le représentant Dalil Boubakeur était ces derniers jours au cœur d’une polémique avec Roger Cukierman, son homologue du Conseil représentatif des institutions juives de France – est miné par les divisions internes depuis sa création. Le gouvernement envisage donc de faire émerger de nouvelles voix musulmanes en parallèle au CFCM. Alors qu’une recrudescence des actes anti-musulmans a été observée depuis les attentats contre Charlie Hebdo, de nouveaux moyens en faveur de la sécurité des mosquées devraient être annoncés. Autre mesure enfin, la trentaine d’écoles confessionnelles musulmanes hors contrats verront leurs contrôles renforcés. Avec une ambition affichée, aider l’islam à mieux s’insérer dans la République sans empiéter la liberté de culte.

Valls : de l’autorité , encore de l’autorité, « Monsieur autorité c’est moi ».

Valls : de l’autorité , encore de l’autorité,  « Monsieur autorité c’est moi ».

 

A défaut d’autorité de l’argument Valls a encore usé une fois de l  ’argument d’autorité lors du débat de motion de censure.  Il est même proclamé lui-même « Monsieur autorité ». Plus il est affaibli plus il se sert de cette posture . Et pour cela il n’a fait dans la dentelle soulignant ses  mots avec  le ton martial qui convient et   le geste agressif jusqu’à la caricature. . Visiblement le premier Ministre n’était pas très serein trahi à la fois par une  partie du PS, par les écolos, par le front de gauche aussi par les députés de droite qui auraient pu voter nombre de dispositions. Pourtant le premier Ministre soigne son profil d’homme de fer qui ne recule jamais, qui assume ses responsabilités, l’homme de la réforme. Une attitude cependant peu convaincante car la vérité c’est que Valls n’a plus de majorité et qu’il ne peut pas grand-chose.  « Ma première responsabilité, celle pour laquelle j’ai obtenu la confiance de cette Assemblée, à deux reprises, c’est de faire avancer notre pays, et de le réformer », a déclaré le Premier ministre au tout début de son discours. « Avec détermination, sans me laisser impressionner et en m’appuyant sur des institutions solides. De le réformer, ce beau pays, dans le dialogue bien sûr, avec la clarté nécessaire toujours, mais surtout, dans ces moments, avec l’autorité qui s’impose », a-t-il poursuivi. « Les Français attendent de nous que nous agissions, que nous levions les blocages », a plaidé Manuel Valls, devant des bancs dégarnis, gauche y compris. L’Assemblée nationale a commencé à débattre jeudi à 16h00 de la motion de censure de la droite contre le gouvernement sur le projet de loi Macron au surlendemain de la folle journée qui a ébranlé le PS.  « Vous avez critiqué cette la loi. Certains à droite voulaient pourtant la voter… Mais votre vision de l’opposition pour l’opposition vous a enfermés dans des postures », a critiqué Manuel Valls. « Vous aviez pourtant une occasion : celle de montrer le sens de l’intérêt général, le sens de l’État », a-t-il poursuivi. « Au fond, il y a une incohérence sur ces bancs de l’opposition entre les mots et les actes. Et les Français jugeront aisément qui sont les réformateurs et qui sont les conservateurs », a encore plaidé Manuel Valls. Le Premier ministre a également réitéré son appel à « entretenir l’esprit du 11 janvier » post-attentats, rejetant les accusations de l’opposition d’utiliser politiquement un « esprit magique et insaisissable » ou encore de faire « le coup » des valeurs républicaines. « L’esprit du 11 janvier, ce n’est pas un esprit magique et insaisissable que l’on invoque fébrilement. Non! Cet esprit, il nous appartient. Aujourd’hui, c’est à nous de l’entretenir », a déclaré Manuel Valls. « Monsieur Jacob, vous m’avez dit tout à l’heure: ‘vous allez nous faire le coup des valeurs républicaines’ », a lancé Manuel Valls au président du groupe UMP à l’Assemblée. « Mais dans la situation que nous connaissons monsieur Jacob, ‘le coup des valeurs républicaines’, ça veut dire quoi? Les valeurs républicaines n’ont jamais été aussi indispensables pour notre pays », s’est défendu le Premier ministre. L’esprit du 11 janvier, c’est l’exigence d’être à la hauteur et ce n’est pas un poids qui écrase, bien au contraire, c’est une exigence qui nous grandit tous collectivement », a-t-il fait valoir. « Alors, est-ce le moment de déstabiliser un gouvernement au prétexte que le débat n’aurait pas été assez approfondi, assez long (…) quand vous avez passé trois semaines en séance ? », a plaidé Manuel Valls, insistant sur « les dangers » et les « troubles multiples » dans le monde. L’engagement du 49.3, « c’est un acte d’autorité, car l’autorité, c’est assumer ses responsabilités quand l’intérêt supérieur de la Nation l’exige. On ne joue pas aux dés avec un texte aussi important pour notre pays. On ne prend pas de risque face à l’irresponsabilité, l’immaturité

 

Sarkozy : et encore une magouille financière

Sarkozy : et encore une magouille financière

Sarkozy encore impliqué dans une magouille financière, des vols aériens à 100 000 euros facturés à une sulfureuse société qui devait lancer un fonds d’investissement avec Sarko  ( grâce aux sous de la vieille ! ), une société qui abandonné son projet car  le patron a été mi en examen pur abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt !  Une véritable saga, on comprend mieux pourquoi Sarko veut tellement devenir présidente de la république, pur enterre toutes ces affaires avec la complicité de la justice. Des juges du pôle financier enquêtent sur trois vols en jet privé de Nicolas Sarkozy en 2012 et 2013 facturés à la société de Stéphane Courbit, a-t-on appris ce mercredi de sources concordantes. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire le 19 décembre pour abus de biens sociaux, complicité et recel, au préjudice éventuel de la société Lov Group de Stéphane Courbit, ont affirmé des sources judiciaire et proche du dossier. L’abus de bien social punit le fait pour un dirigeant de faire avec sa société et de mauvaise foi des actes contraires à l’intérêt de celle-ci, dans un but personnel ou celui d’une autre société dans laquelle il a un intérêt. Une juge marseillaise s’étaient penchée de manière incidente sur les trois vols dans le cadre d’une enquête, baptisée Air Cocaïne, sur un trafic de stupéfiants entre la République dominicaine et la France, impliquant une société de transports aériens, SNTHS. Parmi les documents découverts lors d’une perquisition dans cette société, les enquêteurs ont saisi dix factures adressées à Lov Group, dont trois concernent les vols en jet privé de Nicolas Sarkozy. Le parquet de Marseille s’était dessaisi de ces éléments et les avait transmis au parquet de Paris, a précisé une source judiciaire. Ces vols ont été effectués dans trois jets différents en partance du Bourget, à destination de Doha (Qatar), où l’ex-président de la République s’est rendu le 9 décembre 2012 pour un forum international sur le sport, des États-Unis le 30 janvier 2013 et en février 2013 à Abou Dhabi (Émirats arabes unis). D’après une source proche du dossier, les factures saisies par les enquêteurs montrent que le premier vol a été facturé 102.000 euros par SNHTS à Lov Group, le deuxième 95.000 euros et le dernier 104.000 euros. En septembre, l’avocat de Stéphane Courbit, Christophe Ingrain, avait justifié ces trois voyages par le projet de son client de créer un fonds d’investissement dans lequel Nicolas Sarkozy était impliqué. Mais ce projet avait été abandonné après la mise en examen pour abus de faiblesse de M. Courbit dans l’affaire Bettencourt, avait expliqué l’avocat.  Stéphane Courbit comparaît actuellement au procès Bettencourt à Bordeaux. Il est soupçonné comme d’autres prévenus d’abus de faiblesse sur Liliane Bettencourt, au sujet d’un investissement de l’héritière de L’Oréal de 143 millions d’euros dans Lov Group.

Un cimetière encore profané : l’ immonde bêtise

Un cimetière encore profané : l’  immonde bêtise

Oeuvre de racistes, d’islamistes ou simplement d’abrutis( les trois n’étant pas incompatibles),   la nouvelle profanation d’un cimetière  en tout cas traduit  la banalisation du laxisme ambiant et l’  insondable bêtise. Certains  oeuvrent par convictions imbéciles, d’autres par désoeuvrement , dans les deux cas c’est un  crime contre les valeurs de la civilisation. ces gens là ne meritenet de vivre dans un pays dévloppé. Sils sont Franaçis,ils ne méritenet pas la nationalité.  Ils ne meritent pas  la qualification d’humain. Intolérance ou ignorance,peu importe car ‘l’intolérance se nourrit de l’ignorance et réciproquement.  Dans un communiqué publié mardi soir, Bernard Cazeneuve annonce qu’un cimetière a été profané à Tracy-sur-Mer dans le Calvados. « Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés ».  Nouvel acte de vandalisme dans un cimetière. Trois jours après la profanation du cimetière juif de Sarre-Union dans le Bas-Rhin, un autre cimetière a été dégradé dans le Calvados. Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué mardi soir que des « dégradations » avaient été commises dans le cimetière de la commune de Tracy-sur-Mer.   »Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés, certains d’entre eux retournés et plantés dans le sol« , a affirmé le ministre. Il a fait part de son « indignation« . Dans un tweet, le Premier ministre Manuel Valls a, lui, réagi en parlant d’un « sentiment de dégoût« . C’est la gendarmerie de cette commune de 350 habitants qui a constaté les dégâts mardi soir.  »Tout sera mis en œuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice les auteurs de ces actes révoltants qui bafouent nos valeurs et le respect qui scellent notre vivre ensemble« , a indiqué le ministre. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de Bayeux « les techniciens en identification criminelle du groupement de Gendarmerie du Calvados procéderont aux constatations dès demain matin« , a expliqué Bernard Cazeneuve.

 

Croissance Japon : ça patine encore

Croissance Japon : ça patine encore

 

Plus 2.2%  sur un an c’est pas brillant surtout .après  contraction de 2,3% au troisième trimestre 2014, quand l’économie souffrait encore d’une hausse de la TVA. La sortie de la récession est laborieuse En fait comme ailleurs c’set une panne d’investissement et de consommation.  La croissance du PIB est cependant moins forte que n’escomptaient les économistes interrogés par Reuters, dont la médiane des estimations s’établissait à +3,7%. De trimestre à trimestre, le PIB s’est accru de 0,6% sur la période. Dans le détail, la demande externe a ajouté 0,2 point de pourcentage à la croissance du trimestre d’octobre à décembre, grâce à des exportations robustes vers la Chine et les Etats-Unis, les deux principaux marchés extérieurs des entreprises nippones. Mais la consommation des ménages, qui représente environ 60% du PIB, a augmenté seulement de 0,3% au dernier trimestre alors que les économistes prévoyaient une hausse de 0,7%. L’investissement n’a augmenté que de 0,1% après deux trimestres consécutifs de baisse, ce qui suggère que la politique de la planche à billets pratiquée par la banque centrale n’incite que moyennement les sociétés à investir. Commentant les statistiques, le ministre de l’Economie Akira Amari a déclaré à la presse que l’économie était en voie de se reprendre, avec des signes d’amélioration du moral des ménages. Cependant, des analystes font la fine bouche devant le faible rebond de la consommation et de l’investissement. Ainsi, selon Takeshi Minami, économiste en chef à l’institut de recherche Norinchukin, « ce sont des chiffres plutôt décevants »: « La situation reste faible et les entreprises reportent clairement leurs investissements », estime-t-il. La sortie de la récession devrait néanmoins permettre à la Banque du Japon de geler pour l’instant son programme monétaire incitatif, même si son objectif d’inflation à 2% s’est encore éloigné avec la chute des prix du pétrole.  Taro Saito, directeur des recherches économiques à l’institut NLI, prédit: « La BOJ devrait maintenir sa politique monétaire inchangée pendant un moment pour observer l’impact du dernier assouplissement quantitatif. » Les chiffres de la croissance devraient être scrutés de près lors de la réunion de deux jours de la BOJ, mardi 17 et mercredi 18 février.

v

Terrorisme: encore un cinglé abattu au Danemark

Terrorisme encore un cinglé abattu au Danemark

 

 

Le Danemark a nouveau victime de terrorisme de la part d’un cinglé finalement abattu par la police. Curieusement  un pays qui cultive l’art de vivre et qui compte proportionnellement le plus de djihadiste partis en Syrie. Des barbares, des fous, des ratés qui veulent faire revenir la civilisation 15 siècle en arrière pour adapter l’environnement à leur niveau culturel. La bataille de civilisation est vraiment engagée et internet doit prendre sa part pour lutter contre cette ignorance et cette violence gratuite et imbécile. A Copenhague, un homme a donc été abattu par la police près d’une gare, un peu avant 6h. La police suppose qu’il est responsable des deux fusillades d’hier et de cette nuit contre un centre culturel et une synagogue de la capitale danoise.  Pour la première fois depuis les évènements tragiques de Copenhague, la police a fait ce dimanche matin un lien possible entre les deux fusillades considérées comme des actes terroristes. Les enquêteurs disent « supposer » avoir abattu à l’aube l’auteur de ces deux attaques menées dans la capitale danoise et qui ont fait deux morts. Les abords d’une synagogue ont été visés cette nuit et un centre culturel a été victime de tirs samedi après-midi. Tôt ce dimanche, la police a cerné un quartier proche de la synagogue et abattu un homme qui serait l’auteur des attaques. La souricière policière avait été rapidement mise en place dans le quartier de Norrebro, dans le centre de Copenhague, près du lieu de la fusillade qui a visé quelques heures plus tôt une synagogue. « L’homme a ouvert le feu contre la police et a été abattu. Aucun policier n’a été blessé », a déclaré la police sur son compte Twitter. Les policiers avaient repéré un suspect et s’étaient postés près de son domicile. Selon une association danoise, le conseil de sécurité juif des pays nordiques, la victime serait « un jeune homme juif » qui surveillait les accès à la synagogue. Une vaste chasse à l’homme a été déclenchée après deux attaques qui ont fait deux morts et cinq blessés dans la capitale danoise. La première fusillade samedi après-midi a visé un centre culturel où était invité l’artiste suédois Lars Vilks, menacé de mort par les islamistes radicaux. La deuxième attaque s’est déroulée dimanche en début de nuit contre une synagogue. Ces deux affaires ont fait l’objet d’enquêtes distinctes, chacune étant considérée comme un acte terroriste.

Terrorisme, encore un otage assassiné

Terrorisme, encore un otage assassiné

 

Il n’est pas certain que l’Etat islamiste ait bien mesuré les conséquences de la succession d‘assassinats d’otages. Après ceux du Japon, de Jordanie,  de bien d’autres, celui d’une américaine ; du coup certains pays qui ne sentaient concernés que de loin  (notamment au Japon) prennent conscience de l’ horreur du régime islamiste. De quoi susciter une véritable  réplique inter nationale à la hauteur de l’enjeu.  Un régime d’assassins, de voleurs et de fous qui rassemble toute la racaille du monde en se drapant dans la légitimité religieuse. Obama a donc déclaré mardi avoir eu confirmation de la mort de l’otage américaine Kayla Mueller. La jeune femme âgée de 26 ans était aux mains des djihadistes de Daech depuis son enlèvement en Syrie l’été 2013.  Barack Obama a déclaré mardi avoir eu confirmation de la mort de l’otage américaine Kayla Mueller. La jeune femme âgée de 26 ans était aux mains des djihadistes de Daech depuis son enlèvement en Syrie en 2013. Vendredi dernier, le groupe terroriste avait affirmé que l’otage américaine avait été tuée lors d’un raid de l’aviation jordanienne mené en représailles à l’assassinat d’un de ses pilotes. Le président américain a assuré que « quelles que soient les circonstances, les Etats-Unis rechercheraient et traduiraient devant la justice les terroristes responsables de la captivité et de la mort de Kayla ». Kayla Mueller, âgée de 26 ans et originaire de l’Arizona, avait été enlevée en août 2013 près d’Alep, en Syrie, alors qu’elle travaillait pour une ONG turque. « Kayla Mueller est la première femme otage occidentale tuée en Syrie » : les explications de Frédéric Carbone à Washington Selon le Pentagone, la jeune femme a été tuée pendant sa détention et son assassinat pourrait même remonter à plusieurs semaines. La jeune femme avait été émue par le sort des enfants syriens victimes de la guerre civile. C’est pour cette raison qu’elle était partie à la frontière turco-syrienne. Quelques mois après son enlèvement en août 2013, ses parents avaient reçu une preuve de vie et une demande de rançon de plusieurs millions de dollars. Depuis, sa famille n’avait pas eu de nouvelles. La jeune femme était détenue avec James Foley et Steven Sotloff, deux journalistes assassinés par Daech.

Sarkozy : encore une conférence rémunérée à Abou Dhabi

Sarkozy : encore  une conférence rémunérée à Abou Dhabi

Il ne peut pas changer, Le coté bling-bling, son rapport au fric  ne sont pas solubles dans sa responsabilité de président de l’UMP. C’est maladif chez lui, pourquoi a-t-il vraiment besoin d’aller gratter 100 000 euros par ci, 100 000 euros par là ? Au moins Juppé lui ne se fait jamais rémunérer (ça ne suffit pas évidemment pour donner une crédibilité à une candidature pour 2017 mais quand même !°En effet Nicolas Sarkozy était lundi 2 février à Abou Dhabi pour y donner une conférence rémunérée selon Marianne. Alors que lundi matin, « l’UMP se réveille traumatisée par son élimination dans le Doubs », son président « s’envole vers des cieux plus cléments » et « se rend à Abou Dhabi pour une conférence très privée… et surtout très rémunérée », écrit l’hebdomadaire, sans préciser le montant de cette rémunération. L’ex-président de la République, indique Marianne, « répondait à l’invitation du Cheikh Mansour et du fonds souverain IPIC ». Aux Émirats arabes unis, il a « consacré son temps à une quinzaine de personnes triées sur le volet » et le matin, « il a aussi été reçu par le prince héritier qui l’a invité au Majlis, le Parlement de l’Émirat ».  Interrogé mercredi en fin de soirée par, l’entourage de Nicolas Sarkozy n’a pas réagi dans l’immédiat. Un proche du président de l’UMP a toutefois confirmé l’information auprès de Marianne : le bureau politique du parti « était convoqué le mardi, on a respecté le jour de la convocation. (Nicolas Sarkozy) était joignable toute la journée (de lundi), cela n’aurait rien changé aux discussions le lendemain ». Après l’élimination dimanche du candidat UMP au premier tour de la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs, la cacophonie s’est installée lundi à l’UMP, la numéro deux du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet, appelant à faire barrage au Front national en votant socialiste, alors que le numéro trois, Laurent Wauquiez, plaidait à l’inverse pour le « ni-ni » (ni PS, ni FN) et exprimait sa préférence personnelle pour le vote blanc.
Au final, après une nouvelle journée de fortes tensions mardi, le Bureau politique de l’UMP a opté de justesse pour le « ni-ni« , contre l’avis de Nicolas Sarkozy, jusque-là ardent défenseur de ce « ni-ni » mais désormais partisan d’une inflexion en appelant clairement à faire barrage au FN. Les conférences rémunérées de Nicolas Sarkozy à l’étranger sont parfois critiquées jusque dans les rangs de l’UMP. En décembre, juste après son élection à la tête du parti, il s’était rendu au Qatar pour donner une conférence à l’invitation de la Qatar National Bank, selon Paris Match. L’ancien chef d’État est régulièrement pointé du doigt pour ses amitiés avec le Qatar, pays que le FN accuse de « financer le fondamentalisme islamique en France ».  La présence, le 28 janvier, du président du PSG, le Qatari Nasser al-Khelaïfi, à la fête pour les 60 ans de Nicolas Sarkozy a fait grincer des dents. « C’est quand même étrange que le patron du PSG ait été présent à son anniversaire. Il faudrait que Sarko arrête de fricoter avec les gens du Qatar », aurait lancé Bruno Le Maire, a affirmé mercredi Le Canard enchaîné.

1...3839404142...48



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol