Archive pour le Tag 'encore'

Page 3 sur 82

Gaza-Sondage: 56% des Français soutiennent encore Israël

Gaza-Sondage:  56% des Français soutiennent encore Israël 

 Selon l’enquête réalisée par l’Ifop pour le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), que La Tribune Dimanche publie en exclusivité, 56% des Français considèrent que l’objectif du gouvernement israélien d’éliminer le Hamas de Gaza est justifié. Un but compris par toutes les catégories de la population.

 

Certes, l’institut de sondage enregistre un effritement depuis octobre, lorsque 65% des personnes interrogées partageaient cet avis, une vingtaine de jours après le massacre. L’érosion peut s’expliquer par la distance géographique, l’intensification des frappes à Gaza et la mort de civils, ainsi que la virulence des débats publics. Mais l’opinion ne s’est pas retournée. Elle estime à seulement 12% que la responsabilité des drames actuels dans la bande de terre palestinienne incombe à l’État hébreu uniquement, contre 29% à l’organisation islamiste et 59% aux deux belligérants.

 

« Les Français restent très marqués par le 7 octobre, ils considèrent que ce sont des actes terroristes. Seule une minorité, notamment parmi les sympathisants LFI ou les moins de 25 ans, voient des actes de résistance. Cette journée fait écho aux attentats de 2015 en France. Les meurtres perpétrés à la rave party évoquent un Bataclan à ciel ouvert, c’est un trauma réactivé. Pour les gens, le Hamas, c’est Daech », analyse Frédéric Dabi, directeur à l’Ifop.

Signe de cette empathie, les Français sont très nombreux (71%) à redouter que notre pays soit la cible d’attaques similaires. Et deux personnes sur trois estiment que la libération des otages doit être un préalable à tout cessez-le-feu. Sur ce dernier point, 44% observent, au passage, que le sort des trois Français toujours détenus par les terroristes occupe moins le discours public que celui d’autres otages par le passé. Parallèlement, la part de l’opinion défavorable aux manifestations de soutien pro-palestiniennes atteint son plus haut niveau (73%). Un désaccord au motif que « des propos antirépublicains ou même antisémites ont été proférés lors de certains de ces rassemblements ».

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1 207 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 2 au 3 avril 2024.

Encore un adolescent tabassé à la sortie de l’école

Encore un adolescent tabassé à la sortie de l’école

Nouvelle violence scolaire avec cette affaire à Viry-Châtillon où un jeune de 15 ans a été tabassé à mort par des individus cagoulés.  L’adolescent est actuellement entre la vie et la mort.  Une affaire qui peut-être liée éventuellement à des réseaux de drogue mais qui peut tout aussi bien relever de la violence gratuite actuellement à la mode dans le milieu scolaire.

 

L’affaire rappelle l’agression de Samara, adolescente de 14 ans, frappée il y a quelques jours par trois personnes devant le collège Arthur-Rimbaud de Montpellier. Une des suspectes a reconnu lors de son audition en garde à vue «avoir porté des coups».

 

Éducation nationale : une grève pas suivie

Éducation nationale : encore une grève  pas suivie

Encore une grève le 2 avril des syndicats de gauche dans l’éducation nationale. Une grève  pas davantage suivie que les précédentes et qui veut remettre en cause les réformes du collège notamment les groupes de niveaux. La preuve sans doute que certains enseignants se croient propriétaire des savoirs fondamentaux et sans doute qu’ils veulent ignorer l’état de délabrement du système éducatif par rapport à celui des autres pays étrangers. En outre, une grève marginale qui ne grandira pas le syndicalisme dans le secteur. Résultat seulement 6 % de grévistes !
«Nous ne trierons pas nos élèves!»: des syndicats d’enseignants ont appelé à la grève et à manifester le 2 avril pour demander l’abandon des mesures du «choc des savoirs», en particulier les groupes de niveau au collège, mais aussi pour les salaires et des moyens pour l’école publique. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, avec le SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD Éducation, la CGT éduc’action et la FNEC-FP FO souhaitent «amplifier la mobilisation», principalement contre les groupes de niveau prévus à partir de la rentrée au collège qui, selon eux, organisent le «tri des élèves», selon un communiqué commun. Des manifestations à Paris et dans plusieurs villes de France sont attendues.

 

Les chiffres de grévistes: sans commentaire

 

  • moyenne générale pondérée : 6,03%
  • moyenne enseignants pondérée : 7,10%
  • moyenne pondérée 1er degré : 4,73%
  • moyenne pondérée 2d degré : 9,26%

Participation estimée par type d’établissement :

  • Écoles : 4,73 %
  • Collèges :14,94 %
  • LEGT :2,19 %
  • LP :3,97 %

 

Éducation nationale : encore une grève qui se sera pas suivie

Éducation nationale : encore une grève qui se sera pas suivie

Encore une grève des syndicats de gauche dans l’éducation nationale. Une grève qui ne sera pas davantage suivie que les précédentes et qui veulent remettre en cause les réformes du collège notamment les groupes de niveaux. La preuve sans doute que certains enseignants se croient propriétaire des savoirs fondamentaux et sans doute qu’ils veulent ignorer l’état de délabrement du système éducatif par rapport à celui des autres pays étrangers. En outre, une grève marginale qui ne grandira pas le syndicalisme dans le secteur.
«Nous ne trierons pas nos élèves!»: des syndicats d’enseignants ont appelé à la grève et à manifester le 2 avril pour demander l’abandon des mesures du «choc des savoirs», en particulier les groupes de niveau au collège, mais aussi pour les salaires et des moyens pour l’école publique. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, avec le SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD Éducation, la CGT éduc’action et la FNEC-FP FO souhaitent «amplifier la mobilisation», principalement contre les groupes de niveau prévus à partir de la rentrée au collège qui, selon eux, organisent le «tri des élèves», selon un communiqué commun. Des manifestations à Paris et dans plusieurs villes de France sont attendues.

 

Voitures âgées : Les pauvres encore autorisés à circuler avec leurs voitures après 2025

Voitures âgées : Les pauvres encore autorisés à circuler avec leurs voitures après 2025

 

L’État autorise Marseille, Strasbourg et Rouen à laisser circuler les véhicules Crit’Air 3 dans leurs ZFE au-delà du 1er janvier 2025, a annoncé mardi le ministère de la Transition écologique.  Considérant qu’il y a amélioration de la qualité de l’air le calendrier (ZFE sera reporté sauf pour deux villes Paris et Lyon qui dépassent les normes). 15 métropoles françaises – dont Nîmes, Reims, Clermont-Ferrand ou encore Grenoble – dépassaient régulièrement les seuils réglementaires en termes d’émissions de dioxyde d’azote en 2016, elles n’étaient plus que 10 en 2020 (Reims, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse), 5 en 2022 (Lyon, Marseille, Paris, Rouen et Strasbourg) et 2 en 2023 (Lyon et Paris).

Seules les villes de Lyon et Paris seront tenues d’appliquer le calendrier» de durcissement des mesures liées aux zones à faibles émissions (ZFE). C’est-à-dire que ce seront les deux seules métropoles où les véhicules Crit’air 3 seront interdits. «

D’ici à la fin de la décennie, les normes de pollution seront également abaissées en Europe pour passer de 40 µg/m3 de d’oxyde d’azote à 20 µg/m3. «On doit continuer à faire des efforts», a rappelé le ministre. À ce stade, un peu moins de la moitié des 43 agglomérations concernées par les ZFE sont sous ce seuil, qui entrera en vigueur en 2030.

L’interdiction des véhicules Crit’Air 3 au 1er janvier prochain à Paris et Lyon concerne toute de même plus de 1,5 million de véhicules, dont 1,3 dans la région parisienne.

Les pauvres encore autorisés à circuler avec leurs voitures après 2025

Les pauvres encore autorisés à circuler avec leurs voitures après 2025

 

L’État autorise Marseille, Strasbourg et Rouen à laisser circuler les véhicules Crit’Air 3 dans leurs ZFE au-delà du 1er janvier 2025, a annoncé mardi le ministère de la Transition écologique.  Considérant qu’il y a amélioration de la qualité de l’air le calendrier (ZFE sera reporté sauf pour deux villes Paris et Lyon qui dépassent les normes). 15 métropoles françaises – dont Nîmes, Reims, Clermont-Ferrand ou encore Grenoble – dépassaient régulièrement les seuils réglementaires en termes d’émissions de dioxyde d’azote en 2016, elles n’étaient plus que 10 en 2020 (Reims, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Nice, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse), 5 en 2022 (Lyon, Marseille, Paris, Rouen et Strasbourg) et 2 en 2023 (Lyon et Paris).

Seules les villes de Lyon et Paris seront tenues d’appliquer le calendrier» de durcissement des mesures liées aux zones à faibles émissions (ZFE). C’est-à-dire que ce seront les deux seules métropoles où les véhicules Crit’air 3 seront interdits. «

D’ici à la fin de la décennie, les normes de pollution seront également abaissées en Europe pour passer de 40 µg/m3 de d’oxyde d’azote à 20 µg/m3. «On doit continuer à faire des efforts», a rappelé le ministre. À ce stade, un peu moins de la moitié des 43 agglomérations concernées par les ZFE sont sous ce seuil, qui entrera en vigueur en 2030.

L’interdiction des véhicules Crit’Air 3 au 1er janvier prochain à Paris et Lyon concerne toute de même plus de 1,5 million de véhicules, dont 1,3 dans la région parisienne.

Avenir énergétique de la France: Encore une consultation bidon

Avenir énergétique de la France: Encore une consultation bidon 

À nouveau va être organisée une consultation sur l’avenir énergétique de la France. De toute façon,  les orientations ont déjà été décidées et c’est tant mieux car cette  pseudo démocratie ne fait que retarder la mise en œuvre d’une politique énergétique assurant l’indépendance du pays. On connaît déjà les résultats par ailleurs annoncé par le gouvernement. La politique reposera surtout sur le nucléaire avec le parc actuel qui est modernisé et dont la durée de vie sera allongée et avec des énergies renouvelables pour satisfaire l’Europe et les écolos.De toute manière le sujet est particulièrement complexe. Les Français qui déjà ont des difficultés à comprendre la problématique économique et financière ont encore plus de difficultés avec la question énergétique qui prend des allures de caricature quand on oppose les nouvelles énergies à l’énergie nucléaire.

Après avoir été déjà consultés dans le cadre d’une concertation nationale sur le futur mix énergétique de la France, lancée fin 2022 par le gouvernement, puis à l’occasion d’un débat sur le nouveau programme nucléaire, initié par la Commission nationale du débat public (CNDP) quelques semaines plus tard, les Français qui le souhaitent vont, de nouveau, être sollicités par les pouvoirs publics pour donner leur avis sur l’avenir énergétique du pays.

Vendredi dernier, Matignon a, en effet, annoncé le lancement d’une « grande consultation » sur la stratégie énergie et climat de la France, sous l’égide de la CNDP. Une institution qui ne sert pas grand chose et qui fait double emploi avec toutes les autres.

 

 

Encore un enseignant menacé par un élève

Encore un enseignant menacé par un élève

 Un élève de 15 ans a été interpellé après avoir menacé avec un couteau la principale de l’établissement, sans la blesser. Celui qui avait récemment été exclu pour des problèmes de discipline avait également en sa possession une lettre, dans laquelle il annonçait son intention de tuer et de prendre des otages. Il a rapidement été interpellé par les forces de l’ordre. Si, depuis vendredi, les faits se précisent, les motivations de ce mineur restent floues. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire dimanche, a annoncé le parquet de Dijon. 

 

Un nouvelle événement qui en quelque sorte banalise en tout cas contribue à banaliser les violences à l’école. De quoi s’interroger sur le délitement complet de la discipline et des valeurs républicaines dans beaucoup d’écoles. De toute façon l’intéressé ne craint pas grand chose en terme de sanction ; peut-être des travaux d’intérêt général !

Social-Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

Social-Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail
Sans doute pour tenter de récupérer totalement le mouvement corporatiste des contrôleurs de la SNCF, Sud rail lance cette fois un préavis pour l’ensemble du mois de mai. Encore un préavis évidemment illégitime et illégal. Le syndicat gauchiste ne veut sans doute pas se faire dépasser dans la radicalité par l’association Facebook des contrôleurs. À ce rythme on peut imaginer qu’un jour sud rail lancera des préavis de grève chaque mois pour couler un peu plus l’entreprise et les cheminots qui y travaillent. 

 

Dans la foulée de la grève des contrôleurs de la SNCF mi-février, le syndicat Sud-Rail a annoncé avoir déposé un préavis de grève couvrant tout le mois de mai pour peser sur des négociations portant sur les fins de carrière. «La dernière grève des 16/17/18 février ne semble être qu’un début dans ce rapport de force qui s’installe un peu plus chaque jour! La patience des ASCT (contrôleurs, ndlr) a ses limites tandis que leur détermination reste intacte!», lance le troisième syndicat du groupe dans un tract publié sur son site.

 

Trump: Encore un procès reculé

Trump: Encore un procès reculé

Trump continue de freiner pour les différentes affaires qui l’ accusent espérant devenir président pour passer un coup d’éponge sur ses frasques antérieures. Dernière affaire en date,  les paiements secrets versés à l’actrice pornographique Stormy Daniels. 

 

Dans son jugement écrit, le juge précise qu’une audience aura lieu le 25 mars à l’issue de laquelle il prendra sa décision, ajoutant que le procès pourrait être reporté de plus d’un mois.

La décision du juge Merchan constitue une victoire pour Donald Trump, qui cherche à freiner les nombreuses procédures judiciaires lancées à son encontre en pleine campagne électorale.

Dans l’affaire « Stormy Daniels », pseudonyme d’une ancienne star de films X qui aurait eu en 2006 une relation sexuelle avec Donald Trump, ce que nie ce dernier, Donald Trump est accusé d’avoir maquillé les comptes de sa société pour dissimuler le versement, par son ancien avocat Michael Cohen, de 130.000 dollars à l’actrice afin d’acheter son silence avant l’élection présidentielle de 2016.

Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

Encore un préavis de grève à la SNCF de Sud-rail

 
Sans doute pour tenter de récupérer totalement le mouvement corporatiste des contrôleurs de la SNCF, Sud rail lance cette fois un préavis pour l’ensemble du mois de mai. Encore un préavis évidemment illégitime et illégal. Le syndicat gauchiste ne veut sans doute pas se faire dépasser dans la radicalité par l’association Facebook des contrôleurs. À ce rythme on peut imaginer qu’un jour sud rail lancera des préavis de grève chaque mois pour couler un peu plus l’entreprise et les cheminots qui y travaillent. 

 

Dans la foulée de la grève des contrôleurs de la SNCF mi-février, le syndicat Sud-Rail a annoncé avoir déposé un préavis de grève couvrant tout le mois de mai pour peser sur des négociations portant sur les fins de carrière. «La dernière grève des 16/17/18 février ne semble être qu’un début dans ce rapport de force qui s’installe un peu plus chaque jour! La patience des ASCT (contrôleurs, ndlr) a ses limites tandis que leur détermination reste intacte!», lance le troisième syndicat du groupe dans un tract publié sur son site.

 

Climat de guerre- L’esprit munichois qui menace encore

Climat de guerre- L’esprit munichois qui menace encore

Force est de constater que l’Europe ne joue qu’un rôle assez marginal désormais en matière de politique internationale. Sans doute le résultat d’une évolution des rapports de force politique et économique mais aussi le produit de l’évolution des mentalités. Les grandes causes nationales, les grands projets ne sont plus au centre de l’intérêt des populations européennes davantage préoccupées par leur environnement proche et par leur intérêt personnel. Bref un recentrage sur l’individualisme, le court termisme et la cécité politique. À décharge évidemment, le monde système politique a largement contribué à la désaffection vis-à-vis de la chose publique.

Aujourd’hui, en Europe en particulier ,une majorité de l’opinion préfère un mauvais accord qu’un conflit même si c’est un accord est potentiellement porteur de germes d’affrontements dramatiques. Ainsi par exemple en Ukraine progressivement les élites mais aussi l’opinion se laissent convaincre qu’il vaut mieux un mauvais accord entre Russie et Ukraine qu’une prolongation de l’affrontement. En réalité, une sorte de guerre larvée et qui pourra déboucher le moment venu sur une extension géographique encore plus grande des intentions guerrières de Poutine. Et très proches de nous.

Même chose en Palestine vis-à-vis de Gaza. La paix tout de suite tout en sachant que faute de solution politique durable le conflit peut reprendre de manière tout aussi violente sinon davantage. Autre terrain qui démontre l’esprit munichoise, celui de l’Afrique où l’Europe se retire progressivement notamment au profit des Chinois et des Russes pour ne pas être entraînée vers des guerres qu’elle redoute. Et ce qui caractérise encore davantage l’avancée de l’esprit munichois, c’est l’indigence des politiques de défense. L’Europe fait semblant de se contenter du parapluie de l’OTAN. Un parapluie qui pourrait bien devenir virtuel par exemple avec la réélection de Trump.

Même la France qui est un des rares pays à disposer d’une politique de défense assez complète fait dans la miniature ( Moins de 2 % du PIB quand il en faudrait 3 à 4 fois plus; la Russie consacre, elle, 30% de son PIB à la défense) et ne résisterait pas plus d’un mois à une attaque étrangère par exemple russe. Cela d’autant plus que la menace de l’armée nucléaire ne freine en rien les guerres conventionnelles. Pire on a supprimé le service militaire. Les responsables politiques mais aussi l’opinion se satisfont de la démission européenne au plan de la défense et de la diplomatie.

Certains objecteront que les Européens abandonnent leur position au profit de la paix. La vérité, c’est qu’ils désertent le terrain diplomatique et politique international. Ce désengagement et ce laxisme ne concernent pas seulement la politique internationale mais aussi des dimensions économiques et sociétales. Bref l’Europe recule peut-être parce que trop gavée rapidement de progrès en tout cas insuffisamment nourrie d’analyses politiques pertinentes et de projets sociétaux crédibles et durables.

Le rapport de l’opinion européenne et des Français en particulier vis-à-vis de la défense est inquiétant. Pour preuve, ce résultat d’un sondage publié par le Figaro: Si l’on observe seulement les réponses des Français interrogés, le constat est relativement similaire. Pour respectivement 45% et 38% d’entre eux, l’impact de l’adhésion de l’Ukraine serait «négatif» pour la sécurité et l’économie de l’UE. Les réponses «positives» ne s’élèvent qu’à 18% et 24%.

Le seul problème c’est que la stratégie de Poutine ne vise pas simplement l’Ukraine mais une bonne partie de l’Europe et pas simplement russophone. La France avec ses 160 000 militaires disponibles ne résisterait pas plus d’une semaine face à la Russie. Face à une éventuelle défaillance de l’OTAN, l’union européenne sera bien contrainte de construire une défense à la hauteur des enjeux aujourd’hui complètement sous-estimés par méconnaissance et repli des peuples sur eux-mêmes.

 

Assurance chômage : Une étatisation complète qui va encore augmenter le trou financier

Assurance chômage : Une étatisation complète qui va encore augmenter le trou financier

Si l’État était un bon gestionnaire on le saurait ; témoin la dérive régulière des déficits des budgets et la catastrophe de l’endettement. Même chose pour les institutions et les organisations sous tutelle totale de l’État. En cause d’une certaine irresponsabilité, une insuffisance de compétence et le résultat d’injonctions contradictoires qui déresponsabilisent les dirigeants. Dernière initiative de l’État la volonté de reprendre en main l’ASSEDIC précédemment gérée par les acteurs sociaux.

L’objectif du gouvernement est de réaliser des économies significatives sur le régime d’assurance chômage.

« Nous gardons une durée d’indemnisation la plus longue parmi les pays développés : dix-huit mois. La responsabilité des partenaires sociaux, ce sont les salariés. La responsabilité de l’État, ce sont tous ceux qui sont au chômage. Pour ma part, je considère que l’État devrait reprendre la main sur l’assurance chômage de manière définitive », a indiqué Bruno Le Maire dans un entretien au quotidien Le Monde.

Une option loin de sortir du chapeau puisqu’elle était inscrite dans le programme d’Emmanuel Macron lors de la campagne des élections présidentielle de 2017.

Pour rappel, le régime est actuellement piloté par l’Unedic, un organisme paritaire. Les partenaires sociaux renégocient les règles tous les deux à trois ans pour tenir compte des évolutions du marché du travail, celles-ci étant formalisées dans une convention que l’État valide. Mais depuis 2018, leurs marges de manœuvre sont restreintes car le gouvernement leur adresse en amont une « lettre de cadrage » qui fixe des objectifs (notamment d’économies) à atteindre. Sans accord, l’État reprend la main avec un « décret de carence ».

Le  Premier ministre, Gabriel Attal ,  a déclaré qu’il réunirait « à la mi-mars » un séminaire gouvernemental « dédié à la question du travail » pour notamment « préparer les grandes décisions » à prendre en la matière. Il s’est dit « prêt » à prendre des « décisions difficiles » pour « inciter au travail » et atteindre le plein emploi, c’est-à-dire réduire le taux de chômage à 5% d’ici à 2027, contre plus de 7% aujourd’hui.

Pour Michel Beaugas (FO), « il paraît de plus en plus évident que le gouvernement veut récupérer l’assurance-chômage » et que pour y arriver « il nous imposera des contraintes impossibles à tenir ».

Immobilier : des taux moyens de 4 % encore trop hauts

Immobilier : des taux moyens de 4 % encore trop hauts

 Les taux de crédit immobilier continuent de décroître sensiblement, selon le dernier pointage de l’Observatoire Crédit Logement/CSA.Des taux autour de 4 % mais encore bien trop hauts pour relancer un secteur en pleine déprime victime non seulement de la hausse des taux d’intérêt mais surtout et aussi de prix complètement démentiels du logement. Des prix tellement excessifs que nombre de couches moyennes se trouvent désormais complètement écartés de la perspective d’acquisition d’un logement.

 

Ainsi, le taux moyen (hors assurances) repasse sous les 4 % pour s’établir à 3,99% en février 2024, soit 16 points de base de moins qu’en janvier. La baisse amorcée en janvier s’est même accélérée en février.

Les ménages sont toujours contraints à l’abandon de projets, ou à les modifier de façon substantielle. Pour autant, la production de crédit repart, avec une hausse de 35% sur les deux premiers mois de l’année, par rapport à décembre 2023.

« Le rebond est encourageant mais la reprise va être lente et hésitante », soutient l’Observatoire. En rythme annuel glissant, la production de crédit reste en baisse de 40 %. Selon les chiffres de la Banque de France, qui prend en compte les crédits effectivement débloqués, la production s’établit à 7,6 milliards d’euros en janvier (hors renégociation), contre 8,2 milliards en décembre.

 

Défense : L’esprit munichois qui menace encore

Défense : L’esprit munichois qui menace encore

Force est de constater que l’Europe ne joue qu’un rôle assez marginal désormais en matière de politique internationale. Sans doute le résultat d’une évolution des rapports de force politique et économique mais aussi le produit de l’évolution des mentalités. Les grandes causes nationales, les grands projets ne sont plus au centre de l’intérêt des populations européennes davantage préoccupées par leur environnement proche et par leur intérêt personnel. Bref un recentrage sur l’individualisme, le court termisme et la cécité politique. À décharge évidemment, le monde système politique a largement contribué à la désaffection vis-à-vis de la chose publique.

Aujourd’hui, en Europe en particulier ,une majorité de l’opinion préfère un mauvais accord qu’un conflit même si c’est un accord est potentiellement porteur de germes d’affrontements dramatiques. Ainsi par exemple en Ukraine progressivement les élites mais aussi l’opinion se laissent convaincre qu’il vaut mieux un mauvais accord entre Russie et Ukraine qu’une prolongation de l’affrontement. En réalité, une sorte de guerre larvée et qui pourra déboucher le moment venu sur une extension géographique encore plus grande des intentions guerrières de Poutine. Et très proches de nous.

Même chose en Palestine vis-à-vis de Gaza. La paix tout de suite tout en sachant que faute de solution politique durable le conflit peut reprendre de manière tout aussi violente sinon davantage. Autre terrain qui démontre l’esprit munichoise, celui de l’Afrique où l’Europe se retire progressivement notamment au profit des Chinois et des Russes pour ne pas être entraînée vers des guerres qu’elle redoute. Et ce qui caractérise encore davantage l’avancée de l’esprit munichois, c’est l’indigence des politiques de défense. L’Europe fait semblant de se contenter du parapluie de l’OTAN. Un parapluie qui pourrait bien devenir virtuel par exemple avec la réélection de Trump.

Même la France qui est un des rares pays à disposer d’une politique de défense assez complète fait dans la miniature ( Moins de 2 % du PIB quand il en faudrait 3 à 4 fois plus; la Russie consacre, elle, 30% de son PIB à la défense) et ne résisterait pas plus d’un mois à une attaque étrangère par exemple russe. Cela d’autant plus que la menace de l’armée nucléaire ne freine en rien les guerres conventionnelles. Pire on a supprimé le service militaire. Les responsables politiques mais aussi l’opinion se satisfont de la démission européenne au plan de la défense et de la diplomatie.

Certains objecteront que les Européens abandonnent leur position au profit de la paix. La vérité, c’est qu’ils désertent le terrain diplomatique et politique international. Ce désengagement et ce laxisme ne concernent pas seulement la politique internationale mais aussi des dimensions économiques et sociétales. Bref l’Europe recule peut-être parce que trop gavée rapidement de progrès en tout cas insuffisamment nourrie d’analyses politiques pertinentes et de projets sociétaux crédibles et durables.

Le rapport de l’opinion européenne et des Français en particulier vis-à-vis de la défense est inquiétant. Pour preuve, ce résultat d’un sondage publié par le Figaro: Si l’on observe seulement les réponses des Français interrogés, le constat est relativement similaire. Pour respectivement 45% et 38% d’entre eux, l’impact de l’adhésion de l’Ukraine serait «négatif» pour la sécurité et l’économie de l’UE. Les réponses «positives» ne s’élèvent qu’à 18% et 24%.

Le seul problème c’est que la stratégie de Poutine ne vise pas simplement l’Ukraine mais une bonne partie de l’Europe et pas simplement russophone. La France avec ses 160 000 militaires disponibles ne résisterait pas plus d’une semaine face à la Russie. Face à une éventuelle défaillance de l’OTAN, l’union européenne sera bien contrainte de construire une défense à la hauteur des enjeux aujourd’hui complètement sous-estimés par méconnaissance et repli des peuples sur eux-mêmes.

 

12345...82



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol