Archive pour le Tag 'énarques'

Les énarques managers du changement ! au secours

Les énarques managers du changement ! au secours

Le changement c’est maintenant avait promis Hollande. Désormais les énarques ne seront pas seulement de hauts fonctionnaires mais eux aussi des managers du changement. Comme Hollande ? c’est en tout cas la énième reforme de l’ENA voulue par  le gouvernement. Avec des grandes révolutions, stage dans les PME au lieu des grandes entreprises, 15 jours au guichet pour prendre le pouls des usagers, épreuve de débat interactif pour tester les qualités relationnelles des candidats. Bref un coup de peinture sur la vieille institution dont normalement l’objet est de former des hauts fonctionnaires et qui en fait est devenu le réservoir  du haut de oligarchie qui bien entendu trustent les postes de l’ administration mais aussi de la politique et de l’économie par le jeu des renvois d’ascenseurs. La vraie rénovation serait sans doute de supprimer cette école et de lui substituer uen école de gestion prenant en compte les problématiques financières économiques, sociales, sociétales et environnementales. Et non de former   des perroquets adeptes  de la langue de bois qui tuent la compétitivité et l’initiative. Dès cet été, le concours d’entrée va donc  changer. Une « épreuve collective d’interaction », va être organisée. « L’objectif de cette épreuve est de tester les qualités relationnelles des candidats: capacité de dialogue, d’écoute, de conviction », lit-on sur le site de l’ENA. Mais la direction de l’école ne dit pas comment ces qualités pourtant essentielles étaient prises en compte auparavant.  Autre nouveauté en 2015, le fameux grand oral, c’est à dire l’entretien avec le jury si redouté des candidats, va désormais « s’inscrire résolument dans une démarche de recrutement », dixit le site de l’ENA. « Il vise à estimer la personnalité, la motivation et le parcours des candidats ainsi que leur compréhension des enjeux et des valeurs du service public ».  En revanche, l’épreuve d’anglais ne sera obligatoire qu’en…. 2018,  » afin de laisser aux futurs candidats le temps nécessaire pour se mettre à niveau » En attendant on pourra continuer de lui substituer la langue de bois.   Pas question en revanche pour le gouvernement de remettre en cause le fameux classement de sortie qui permet aux dix meilleurs élèves de choisir quasi-automatiquement les trois « grands corps », Conseil d’Etat, Inspection des finances et Cour des comptes. En 2008, le président -non-énarque- Nicolas Sarkozy et son premier ministre François Fillon, également non-énarque- avaient bien tenté de faire supprimer cette épreuve pour la remplacer par des entretiens d’embauche classiques avec les responsables des administrations qui recrutent.  Devant la bronca des anciens élèves et de nombre de parlementaires, en particulier socialistes, le classement a été maintenu après trois tentatives infructueuses de suppression.

 

Un gouvernement d’énarques, de copains et de coquins

Un gouvernement d’énarques, de copains et de coquins

 

Ps vraiment un vrai gouvernement socialiste plutôt un gouvernement à tendance sociale libérale confuse avec surtout des copains. Des coquins auusi qui font à peu près le contraire de ce pourquoi ils ont été élus. Hollande a préféré une équipe de copains  à la diversité. Sapin, son ami de toujours reste au finances, Cazeneuve à l’intérieur Fabius aux affaires étrangère, Pellerin mute à la culture, Nadaud Belkacem à l’éducation et surtout l’ancien banquier , ancien conseiller de Hollande remplace Montebourg. Comme prévu un jeu de chaises musicales dont la seule surprise est la nomination de l’énarque Emmanuel Macron.  . Ancien conseiller économique de François Hollande à l’Élysée, ancien banquier d’affaires chez Rothschild, Emmanuel Macron est particulièrement décrié sur l’aile gauche du PS où on l’accuse d’avoir largement inspiré le virage social-libéral du président de la République. Son arrivée à la place d’Arnaud Montebourg a d’ailleurs été très mal perçue par l’aile gauche et les frondeurs. «Un gouvernement hollando-hollandiste avec la provocation d’Emmanuel Macron», a grincé Guillaume Balas, secrétaire général d’Un monde d’avance, le courant de Benoît Hamon. Mardi soir, sur France 2, Valls a dénoncé «les étiquettes surannées» accolées à Macron. «Il y a des années qu’on crève de débats idéologiques», a-t-il déploré, affirmant avoir le soutien de l’immense majorité des députés PS, de beaucoup d’écologistes et du PRG. D’ailleurs, il a annoncé qu’il demanderait un vote de confiance au Parlement. Autre signal fort de ce remaniement: la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l’Éducation nationale en remplacement de Benoît Hamon. Un choix qui a immédiatement suscité le tollé des adversaires du mariage pour tous alors que l’ex-ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports s’est particulièrement illustrée sur ce dossier. Semi-surprise aussi, et seule concession, l’icône de la gauche Christiane Taubira est maintenue à la Justice. Pour le reste, après la fracassante démission du gouvernement Valls I lundi matin, la constitution de Valls II mardi soir a surtout fait figure de ravalement cosmétique. Fleur Pellerin arrive à la Culture à la place d’Aurélie Filippetti. Un proche d’Arnaud Montebourg, le député Thomas Thévenoud, hérite certes du secrétariat d’État au Commerce extérieur, mais au bout du compte, le gouvernement paraît déséquilibré, éloigné du centre de gravité du PS, encore plus de celui de la gauche.

 

La France dirigée par la mafia des énarques et des polytechniciens

La France dirigée par la mafia des énarques et des polytechniciens

 

De nombreuses réformes se justifient en France pour redresser le pays sans doute condamné au déclin pour longtemps. Parmi ces réformes, il conviendrait de manière urgente d’interdire aux énarques et polytechniciens de passer leur poste de haut fonctionnaire, à celui de conseiller technique des politiques puis à la tête des directions des plus grandes entreprises (publiques comme privées) ; le centralisme économique, politique et administratif français privilégie ce recrutement de hauts fonctionnaires qui se renvoient l’ascenseur. La plupart des grandes entreprises, des banques et autres institutions sont dirigés par ces hauts fonctionnaires qui ont utilisé leur proximité avec les politiques pour accéder aux plus hautes fonctions. La plupart n’ont pas mis un sou dans ces sociétés, ils se sont attribués des stocks option et progressivement se sont accaparés tous les pouvoirs (en nommant par exemple leurs amis dans les conseils d’administration° ; Conseil d’administration dans lesquels il ne se passe strictement rien et dont on obtient le soutien avec de généraux jetons de présence. Même quand les entreprises font faillite ou ont des difficultés financière, les patrons ont préservé leurs intérêts (prise de participation illicites, stock option, retraite confortable, primes de départ etc. etc.). C’est le capitalisme à la française. Dan le même temps ceux qui font tourner l’économie et qui créent de l’emploi sont le plus souvent managés par des patrons qui parviennent tout juste à se rémunérer correctement. Raymond Barre à son époque avait provoqué une vraie révolution en proposant d’interdire aux fonctionnaires de faire de la politique, on devrait ajouter aujourd’hui de se servir de la politique, car la plupart des conseillers techniques des cabinets ministériels n’ont qu’une idée en tête, profiter de ce passe pour accéder à la direction d’une grande société ou d’une grande institution. . Le pire c’est quand ces anciens fonctionnaires se convertissent au libéralisme sauvage eux qui n’ont jamais pris le moindre risque personnel. Et qui à leur incompétence ajoute la morgue, prétention et le mépris.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol