Archive pour le Tag 'en'

Page 7 sur 154

Coronavirus États-Unis :1.680 morts 24 heures, 87.500 en tout

Coronavirus États-Unis :1.680 morts 24 heures, 87.500 en tout

 

87.493 morts, c’est désormais le nombre de morts liés au coronavirus aux Etats-Unis. Et 1680 morts en 24 heures

Notation financière de la France: maintien de la note mais perspectives en baisse ( Fitch)

Notation financière de la France: maintien de la note mais perspectives en baisse ( Fitch)

 

Passage des  perspectives à long terme de la France de stables à négatives mais maintient le classement de sa note de crédit en catégorie AA décidé  par l’agence Fitch. Une information qui peut paraître un peu technique mais qui signifie simplement que la France devra faire face à une augmentation des taux d’intérêt sur les prêts auprès du marché financier. À moins évidemment que l’union européenne se mette d’accord sur une forme de mutualisation des dettes qui permettent une harmonisation des taux d’intérêt pour tous les pays. On est loin encore de cet accord sauf dans le cadre encore trop restreint du mécanisme européen appelé MES et qui porte sur 500 milliards de prêts quand il en faudra sans doute 10 fois plus.

Fitch explique que sa décision reflète l’aggravation de la situation des finances publiques de la France et de l’activité économique attendue cette année du fait de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19.

L’agence ajoute qu’elle prévoit une augmentation légère du déficit du compte courant de la France sur les deux années à venir.

Coronavirus France: 104 décès en 24 heures, tassement

Coronavirus France:  104 décès en 24 heures, tassement

27.529 décès liés au COVID-19 depuis le 1er mars, annonce vendredi la Direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué.

L’agence Santé publique France fait état de 563 cas supplémentaires de contamination au SARS-CoV-2 en 24 heures, pour un total de 141.919 cas depuis le début de l’épidémie.

La DGS précise que le nombre de personnes hospitalisées pour une infection COVID-19 est passé sous la barre des 20.000 patients, à 19.861 patients, soit 602 de moins que dans le bilan de jeudi.

Coronavirus États-Unis : 1.800 morts en 24 heures

Coronavirus États-Unis : 1.800 morts en 24 heures

1.800 morts liées au nouveau coronavirus en 24 heures, selon le comptage en continu de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. Entre 20 heures 30 jeudi soir et la même heure la veille, 1.754 décès dus au Covid-19 ont été comptabilisés. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé dans le monde avec au total 85.813 décès déplorés.

Mais proportionnellement à leur population, les Etats-Unis comptent moins de morts de la maladie que des pays comme la France, l’Espagne, l’Italie ou le Royaume-Uni. En une journée, 26.593 cas de nouveau coronavirus ont été recensés dans le pays, pour un total de 1.416.528 cas diagnostiqués.

France coronavirus : 351 morts, en 24 h , tassement des cas graves

France coronavirus :  351 morts, en 24 h , tassement des  cas graves

 

 

 

351 morts supplémentaires en France en 24 heures mais le nombre de personnes hospitalisées en raison de leur contamination poursuit sa décrue, notamment dans les services de réanimation, a annoncé jeudi la direction générale de la Santé (DGS).

Le bilan de l’épidémie en France s’élève désormais à 27.425 morts depuis le 1er mars, dont 17.224 dans les hôpitaux et 10.201 dans les établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad.

Il y a eu au total 141.356 cas recensés de contamination au nouveau coronavirus dans le pays, soit 622 de plus que mercredi.

Le nombre de personnes hospitalisées pour infection au COVID-19, la maladie respiratoire provoquée par ce coronavirus, s’établit désormais à 20.463, soit 608 de moins que mercredi. Les cas traités dans les services de réanimation ont baissé de 129 en 24 heures, à 2.299.

Coronavirus États-Unis : 1.800 morts en 24 heures

Coronavirus États-Unis : 1.800 morts en 24 heures

1.800 morts liées au nouveau coronavirus en 24 heures, selon le comptage en continu de l’université Johns Hopkins, qui fait référence. Entre 20 heures 30 jeudi soir et la même heure la veille, 1.754 décès dus au Covid-19 ont été comptabilisés. Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé dans le monde avec au total 85.813 décès déplorés.

France coronavirus : 351 morts, en 24 h , tassement des cas graves

France coronavirus :  351 morts, en 24 h , tassement des  cas graves

 

 

 

351 morts supplémentaires en France en 24 heures mais le nombre de personnes hospitalisées en raison de leur contamination poursuit sa décrue, notamment dans les services de réanimation, a annoncé jeudi la direction générale de la Santé (DGS).

Le bilan de l’épidémie en France s’élève désormais à 27.425 morts depuis le 1er mars, dont 17.224 dans les hôpitaux et 10.201 dans les établissements sociaux et médico-sociaux, essentiellement des Ehpad.

Il y a eu au total 141.356 cas recensés de contamination au nouveau coronavirus dans le pays, soit 622 de plus que mercredi.

Le nombre de personnes hospitalisées pour infection au COVID-19, la maladie respiratoire provoquée par ce coronavirus, s’établit désormais à 20.463, soit 608 de moins que mercredi. Les cas traités dans les services de réanimation ont baissé de 129 en 24 heures, à 2.299.

« Retour en grâce de la souveraineté économique pour le Medef « ?

« Retour en grâce de la souveraineté économique pour le Medef « ?

Le président du Medef, dans un entretien au « Monde s’explique sur l’environnement économique.(Interview Le Monde)

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, plaide pour un plan de relance « massif » de la part du gouvernement, passant par un soutien à la compétitivité des entreprises, seul moyen, selon lui, pour que la crise économique ne se transforme pas en crise sociale.

Quand pensez-vous que la France retrouvera une activité économique « normale » ?

Geoffroy Roux de Bézieux : Il faudra sûrement de nombreux mois, ne serait-ce que parce que les mesures sanitaires vont peser sur l’offre comme sur la demande. Quand une chaîne automobile est nettoyée à chaque changement d’équipe, l’intervention prend une heure ou deux et la capacité de production diminue. Lorsqu’il y a moins de monde qui entre dans un magasin, le chiffre d’affaires baisse également. Plus globalement, malgré l’épargne forcée qui s’est constituée durant le confinement, il n’est pas du tout sûr que les consommateurs se précipitent pour dépenser tout de suite, car la question de la confiance dans l’avenir se posera.

Jugez-vous ces mesures sanitaires trop contraignantes ?

Je ne juge pas les mesures sanitaires, elles sont nécessaires. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elles entraînent des surcoûts significatifs. Si ceux-ci sont temporaires, les entreprises pourront les absorber. Mais s’ils s’avèrent durables, une réflexion devra être conduite, car ils pourraient se traduire par un surcroît d’inflation qui ne sera pas supportable par tous les acteurs.

Que pensez-vous du choix de l’exécutif de commencer à réduire la voilure sur le chômage partiel dès juin ?

On ne peut pas avoir des millions de Français payés par la collectivité durant des mois. Mais commencer à diminuer le niveau de prise en charge le 1er juin serait une erreur majeure parce que, dans une quinzaine de jours, les entreprises tourneront encore à un rythme faible. Il faut maintenir en l’état le dispositif de chômage partiel jusqu’à l’été. Puis, à la rentrée, imaginer des mécanismes pour servir de passerelle afin de garder les effectifs et les compétences. Car si on arrête le chômage partiel, le risque, c’est le chômage tout court.

Faut-il augmenter la durée du travail ?

Je ne crois pas que la question se pose de manière générale. La situation des entreprises va être très différenciée selon les branches. Dans certains secteurs, la demande peut être soutenue, mais les contraintes sanitaires font que la productivité baisse : ce sont dans ces secteurs-là que la question du « travailler plus » peut se poser, mais elle ne peut l’être qu’avec les salariés et entreprise par entreprise.

40% des très haut revenus en Île-de-France

40% des très haut revenus en Île-de-France

 

Ce n’est évidemment pas une surprise de constater que l’essentiel des salaires et revenus importants sont largement concentrés en Île-de-France. La répartition des hauts revenus en France reste extrêmement disparate. L’Ile-de-France (43%) devance ainsi la région Auvergne-Rhône-Alpes (11%) au nombre de ménages gagnant plus de 9.000 euros par mois pour une personne seule ou 19.020 pour un couple avec deux enfants. Et en considérant les plus aisés de ces ménages (0,1% des plus riches, avec un revenu mensuel supérieur à 22.360 euros et à 46 960 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.), plus de la moitié (54%) résident en Ile-de-France selon une étude très fouillée de l’Insee publiée mardi soir.

La ville de Paris accueille à elle seule 20% des ménages à haut revenu, et le département des Hauts-de-Seine, situé à l’ouest de la capitale, en regroupe lui 10%. Selon l’Insee, cela s’explique par « le poids économique du territoire » et la forte proportion de cadres. En dernière position, se trouvent la région Corse ainsi que la Martinique et La Réunion. Ces ménages se retrouvent aussi en proportion importante « dans les territoires frontaliers, littoraux et métropolitains », précise l’Insee.

Audience des sites d’information en forte hausse

Audience des sites d’information en forte hausse

Une augmentation de fréquentation de 36 % d’Internet . Sur écran fixe, mobile ou tablette, les Français confinés ont été, en mars, un million de plus, soit 45,8 millions, à quotidiennement consulter Internet, ce qui correspond à une augmentation de 36% de leur temps de surf en ligne. Leur temps passé devant les écrans hors TV – 2 h 50 en moyenne par jour, avec une spectaculaire progression des 15-24 ans, qui y ont consacré 4 h 50 – l’a surtout été pour s’informer.

Période inédite suscitant de multiples questions dans de nombreux champs, le confinement a fait grimper en flèche le trafic des sites de marques d’information. En mars, après l’habituel indétrônable trio formé par Google, YouTube et Facebook – entre 47,5 et 52,1 millions de visiteurs uniques (VU) mensuels pour les géants américains -, Wikipédia a explosé les compteurs avec 32,5 millions de VU, suivi par le roi de l’e-commerce Amazon avant la messagerie instantanée Messenger et le site de photos Instagram, deux satellites de Facebook. Les sites des grands titres ont été consultés mais aussi nombre de sites locaux et/ou spécialisés.

Coronavirus France : 83 décès supplémentaires en 24 heures mais tassement général

Coronavirus France : 83 décès supplémentaires en 24 heures mais tassement général

83 décès supplémentaires enregistrés en 24 heures, la France a franchi la barre des 27.000 morts dus à l’épidémie de coronavirus, selon le bilan de la direction générale de la Santé. Dans le détail, le Covid-19 a fait 27.074 morts depuis le 1er mars, dont 17.101 dans les hôpitaux et 9973 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux. Le nombre de personnes hospitalisées, 21.071 patients, est en baisse tout comme celui des admissions. Quatre régions (Île-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 72% des cas hospitalisés.

Prochaine réouverture des frontières en Europe ?

Prochaine réouverture des frontières en Europe ?

La perspective semble prochaine car les membres de l’union européenne prennent conscience de la nature de la mobilité des biens et des personnes qui servent la croissance. Il s’agit bien entendu de sauvegarder l’activité du tourisme mais pas seulement compte tenu de la complexification des processus de production, de distribution et de consommation. Des gouvernements européens travaillent sur des projets de réouverture de leurs frontières à des rythmes différents, dépendant notamment des circonstances dans tel ou tel pays.

L’Autriche et l’Allemagne envisagent ainsi de lever toute restriction à leur frontière à compter du 15 juin, une mesure à même de bénéficier aux professionnels autrichiens du tourisme qui dépendent largement des visiteurs allemands.

Coronavirus France : 348 nouveaux morts, en hausse

Coronavirus France : 348 nouveaux morts,   en hausse

26.991 morts en France depuis le 1er mars, dont 17.003 dans les hôpitaux et 9.988 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux, a annoncé mardi le ministère de la Santé.

Le bilan quotidien s’élève à 348 morts. Il était lundi de 263 morts.

Le nombre total de cas graves en réanimation atteint 2.542, contre 2.712 la veille (-170).

Le nombre de personnes hospitalisées actuellement pour une infection au Covid-19 s’établit à 21.595, contre 24.775 il y a une semaine, précise la Direction générale de la santé dans un communiqué.

Quant au nombre de cas confirmés de contamination, il atteint 140.227, soit 708 nouveaux cas en l’espace de 24 heures.

La France élitaire en cause

La France élitaire en cause

L’essayiste Hervé Sérieyx perçoit, dans une tribune au « Monde », la « découverte » des métiers socialement utiles, une manifestation de la conception pyramidale des

Tribune.

 

Nés l’un et l’autre au XVIIIe siècle mais d’origines philosophiques différentes, le mouvement des Physiocrates et celui des Saint-Simoniens se retrouveraient aujourd’hui, dans cette crise du Covid-19, pour constater que l’utilité sociale des caissières, des éboueurs, des routiers et des porteurs missionnés par les plates-formes a été déterminante pour permettre de survivre à une société blessée.

Alors que l’utilité sociale de centaines de milliers de consultants et d’une kyrielle d’autres jobs interstitiels a pour principal intérêt de permettre à ceux qui les tiennent de subvenir à leurs propres besoins ; sans même parler de ces millions de cadres dont la présence, dans le secteur public ou le secteur privé, n’est, la plupart du temps, justifiée qu’en raison de choix organisationnels qui privilégient de lourdes structures hiérarchiques.

Qu’il faille mieux reconnaître ceux qui rendent un véritable service vital à la société, alors qu’ils ont été si longtemps considérés comme « des gens qui ne sont rien » (pour reprendre l’étonnante locution du président de la République), voilà qui commence à percoler dans toutes les machines à penser et à décider du pays. Bonne nouvelle ; la notion d’utilité sociale fait son chemin dans la plupart des camps politiques.

Mais saurons-nous nous attaquer aussi, et avec la même lucide énergie, à l’effet France Télécom ? On s’en souvient : les juges ont condamné l’ancien président de France Télécom et son équipe rapprochée pour « harcèlement moral institutionnel » lors de leur gestion de l’entreprise en 2007-2008. Un an de prison dont huit mois avec sursis. On ne sait encore ce qui sera décidé en appel. Mais en toute hypothèse, ne tirons pas sur le pianiste : le mode de gestion de Didier Lombard ne fait que traduire à l’extrême une conception française, quelque peu coloniale, de la hiérarchie.

L’organisation pyramidale crée en effet, chez ceux que leurs responsabilités situent vers le haut, le sentiment qu’ils sont supérieurs à ceux que l’organigramme place en dessous d’eux. Par « supérieurs », on veut bien dire… « supérieurs » ; ipso facto les autres sont inférieurs – en intelligence, en statut social, en capacités, en crédibilité…

 

Le prix du pétrole encore en recul

Le prix du pétrole encore en recul

Malgré la décision saoudienne de réduire sa production d’un million de barils par jour supplémentaires à partir de juin afin de soutenir les cours. Le baril de Brent de la mer du Nord a fini en baisse de 3,5 %, celui de WTI a perdu 2,4 %.

Financement du chômage partiel remis en cause

 

 

Le financement du chômage partiel sera sans doute remis en cause sauf pour certains secteurs très touchés comme la restauration ou le tourisme. En clair une partie pourrait être prise par l’entreprise sans doute à partir du mois de juin. « aujourd’hui, les conditions de la reprise sont là. Donc il n’y a pas tellement de raison que ce soit l’Etat qui continue à payer l’intégralité des salaires de 12 millions de salariés en France », a indiqué  la ministre sur LCI.
« C’est pour ça qu’on va définir je pense dans la semaine quelle est la part de salaire que paiera l’entreprise », a-t-elle précisé, en indiquant que ce montant n’était « pas encore décidé ». « Ce sera modeste dans un premier temps mais progressif », a-t-elle néanmoins promis.

 

La fiabilité des tests PCR en cause

La fiabilité des tests PCR en cause

 

Des interrogations sérieuses naissent de la fiabilité des tests PCR. Première observation, en dépit des intentions de procéder à des tests plus massifs, la plupart de la population ne pourra être soumise à cet examen. Par ailleurs, les PCR pourraient laisser passer jusqu’à 30 % d’infectées considérées comme négatifs alors qu’ils sont positifs. Ajoutons à cela que les tests de sanguin (sérologiques), eux, peuvent révéler la présence d’anticorps mais on ne sait pas encore si cela constitue une protection pour l’avenir, dans quelle mesure et pour combien de temps.

Pour ce qui le concerne, le test PCR a un taux élevé de «faux négatifs». C’est-à-dire que des personnes réellement infectées seront diagnostiquées comme non porteuses du virus. Ce taux d’erreur peut être significatif. Selon des données chinoises, jusqu’à 30 personnes sur 100 atteintes d’un coronavirus pourraient avoir un résultat négatif.

 

Un new deal est-il possible en 2020 ? Jean-Claude Worms

Un new deal est-il possible en 2020  ?  Jean-Claude Worms

N’est-ce pas le bon moment de résoudre des problèmes mondiaux cruciaux tels que le changement climatique ou les crises sanitaires majeures ?, s’interroge le scientifique Jean-Claude Worms, Directeur exécutif du comité international pour la recherche spatiale dans une tribune au « Monde ».

 

Tribune.

 

Entre 1933 et 1939, le président américain Franklin Delano Roosevelt (1882-1945) a adopté une série de mesures, connues sous le nom de « New Deal », comprenant de très nombreux projets publics subventionnés par l’Etat fédéral américain, ainsi que des réformes financières et des réglementations, dont le but était de sortir de la crise de 1929.

D’importants programmes fédéraux ont été mis en œuvre, notamment dans le domaine de la sécurité sociale. Le New Deal a soutenu diverses catégories de professions, mais aussi les chômeurs, les jeunes et les personnes âgées. D’autres pays ont entrepris des démarches similaires au lendemain de la crise de 1929 ou de la seconde guerre mondiale, qui ont également donné lieu à des programmes fortement soutenus par l’Etat en matière de santé, d’éducation, d’emploi, de recherche, etc.

Le New Deal a en outre abouti à une redistribution de la carte politique en donnant une majorité au Parti démocrate, qui a par la suite conservé la présidence durant sept mandats sur neuf, jusqu’en 1969. Pendant cette période, même le président républicain Dwight Eisenhower (1890-1969) a continué à s’appuyer sur les succès du New Deal, sur des questions telles que la sécurité sociale, le logement ou le salaire minimum.

A l’époque, une forte intervention du gouvernement fédéral américain sur ces questions était en quelque sorte devenue presque naturelle pour une majorité de personnes, qui trouvaient impensable de devoir y renoncer.

Malgré tout, les opposants à ces mesures ont finalement réussi à mettre un terme à l’interventionnisme de l’Etat en soutenant Ronald Reagan, pourtant un ancien défenseur du New Deal, qui a par la suite affirmé que « le gouvernement était devenu le problème ».

Depuis cette période, on a répété au peuple américain que cette action collective était inefficace et destructrice, avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui aux Etats-Unis, comme d’ailleurs dans le reste du monde, des inégalités considérables et toujours croissantes, et elles-mêmes destructrices.

Que le New Deal puisse être considéré comme un changement de culture économique et politique aux Etats-Unis, ou comme un plan de relance ponctuel dont la cohérence interne peut être discutée, est un autre débat. Le propos n’est pas ici de soutenir qu’un tel programme devrait être mis en œuvre à l’identique aujourd’hui.

Cependant, n’est-ce pas le bon moment pour envisager de nouveau une intervention massive des Etats comme le seul moyen de résoudre des problèmes mondiaux cruciaux tels que le changement climatique ou les crises sanitaires majeures ? Le débat n’est pas nouveau, mais le contexte actuel a le mérite de jeter un éclairage utile sur ce qui peut être réalisé lorsque des gouvernements décident de prendre des mesures sans précédent pour s’attaquer aux problèmes du monde. »

 

Coronavirus Grande-Bretagne : 269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures

Coronavirus Grande-Bretagne : 269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures

269 décès en Grande-Bretagne en 24 heures, portant le bilan total à 31,855 décès, selon des données officielles publiées dimanche par le département de la Santé britannique.

Ce bilan, établi par l’agence de Santé publique anglaise et ses consoeurs du Pays de Galles, d’Irlande du Nord et d’Ecosse, tient compte de tous les décès survenus après un test ayant révélé une infection due au coronavirus et reflète la situation samedi à 16h00 GMT.

 

 

En Pologne: une élection présidentielle sans vote

En Pologne:  une élection présidentielle sans vote

Décidément la Pologne fait exception en matière de démocratie et de cohérence avec l’union européenne. Pour résumer, dimanche les Polonais devaient élire leur président, pratiquement personne ne  s’est déplacée et les bureaux sont restés fermés. Cependant juridiquement l’invalidité de la procédure ne sera pas officiellement reconnue. Toutefois Commission électorale nationale a rendu publique une résolution déclarant qu’il «na pas été possible de voter pour les candidats» à la magistrature suprême et que par conséquent la présidente de la chambre basse aurait 14 jours pour fixer une nouvelle date du scrutin. L’élection devra se tenir dans un délai maximal de 60 jours à partir de sa décision. Cette solution, a expliqué aux journalistes le président de la Commission Sylwester Marciniak, permet de ne pas demander à la Cour Suprême de constater l’invalidité de l’élection. Bref une curieuse tambouille démocratique.

. Ce qui a fait dire au politologue Stanislaw Mocek que la Pologne «plongeait dans les vapeurs de l’absurde»,. Pour Sylwester Marciniak, la situation découlant de l’absence du vote dimanche «ressemble à celle de l’absence de candidats ou de la présence d’un seul candidat, qui entraîne la non tenue de l’élection».

La confusion entourant l’élection présidentielle résulte d’un faisceau d’intérêts opposés et de décisions controversées. Face au risque élevé de contamination au nouveau coronavirus dans les bureaux de vote, le PiS a voté une loi imposant l’élection par correspondance. Mais ce texte, critiqué par le constitutionnalistes et rejeté par l’opposition au Sénat, est arrivé trop tard pour permettre d’organiser le scrutin.

Pour  l’opposition et de nombreux commentateurs, il y avait une autre raison: le parti conservateur voulait assurer sans attendre la victoire du président sortant Andrzej Duda, issu de ses rangs. Andrzej Duda, en tête des sondages, aurait pu être réélu dès le premier tour. Mais ses chances de l’emporter risquent de faiblir à terme, lorsque l’incidence économique de la pandémie se fera sentir dans les entreprises et les ménages, et que le chômage montera.

1...56789...154



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol