Archive pour le Tag 'en'

Page 6 sur 134

Ecolos : « Qu’ils aillent en Pologne! »: (Macron)

Ecolos : « Qu’ils aillent en Pologne! »: (Macron)

Macron a sans doute exprimé son véritable fond de pensée concernant l’écologie et les écologistes. Il a en effet invité ces derniers à aller manifester en Pologne plutôt qu’en France. Au-delà de la maladresse politique, il faut voir là le décalage énorme entre les discours pro environnement de Macron et sa politique réelle. Le fait est que la France est en retard sur ses les objectifs concernant le climat et que son plan dans ce domaine n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Du coup, la promesse de Macron d’atteindre la neutralité carbone en 2050 paraît bien peu crédible. Comme d’habitude, les propos de Macron sont  condescendants voir insultants car il a estimé que « défiler pour dire que la planète brûle, c’est sympathique, mais ce n’est pas le problème ». Plutôt qu’en France,  »qu’ils aillent manifester en Pologne! », a lancé le chef de l’Etat au Parisien. « Qu’on vienne m’aider à faire bouger ceux que je n’arrive pas à faire évoluer! ». Le problème, c’est que Macon lui-même a du mal à se bouger à propos de cette problématique et qu’il est facile de désigner l’un des plus pollueurs pour masquer la propre faiblesse française.  La faute, selon Emmanuel Macron, est imputable  à la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie et donc, la Pologne, qui se sont opposés en juin dernier à l’inscription de l’agenda de neutralité carbone parmi les engagements européens.   « La vérité, c’est qu’il y en a un qui bloque tout, c’est la Pologne. Mon objectif, c’est de convaincre les autres pays de bouger », a affirmé le président de la République à bord de l’avion présidentiel qui le conduisait aux Etats-Unis.

Confirmant sa condescendance et son mépris des écologistes qui manifestent, Macron s’est même permis d’ajouter « Je préfère que tous les vendredis on fasse de grandes opérations de ramassage sur les rivières ou les plages corses », préconise-t-il.

66 États pour une neutralité carbone en 2050 !

66 États pour une  neutralité carbone en 2050 !

Il faut évidemment se réjouir de l’accord de 66 Etats à l’objectif d’une neutralité carbone ici 2050. Pour autant, ce n’est pas le premier accord du même type qui pourrait demeurer théorique. Voir à cet égard l’accord de Paris de 2015 si peu appliquée même si des mesures partielles ont été prises.  Le problème c’est que les objectifs étaient déjà insuffisamment ambitieux compte tenu des perspectives en hausse du réchauffement climatique. Même la France est en retard par rapport à ses propres objectifs et le plan climat ne semble guère à la hauteur de l’enjeu.

« L’urgence climatique est une course que nous sommes en train de perdre, mais nous pouvons la gagner », a dit le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui a aussi invité à la tribune la Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, symbole de la jeunesse mondiale révoltée contre l’inaction des gouvernements.

Parmi les autres annonces de l’ONU, 68 pays se sont engagés à revoir officiellement à la hausse leurs plans climat d’ici 2020, date à laquelle les 195 signataires de l’accord de Paris sont censés déposer de nouveaux engagements.

Et 30 pays adhèrent désormais à une alliance promettant de stopper la construction de centrales au charbon à partir de 2020.

Croissance en panne

Croissance en panne

 

 

 

L’économie n’est pas totalement en panne mais sur une pente inquiétante aussi bien en France qu’en zone euro. Pour l’année 2019, la croissance sera sans doute limitée à 1 % en zone euro, 1,2% en France. Pas vraiment de quoi être optimiste car la tendance est mauvaise. En zone euro, la croissance du secteur privé est tombée à son plus bas niveau depuis juin 2013. En France, l’indice composite du secteur privé est passé de 52,9 en août à 51,3 en septembre, soit son niveau le plus bas depuis quatre mois (lorsque le PMI est supérieure à 50 points, cela signifie que l’activité progresse, tandis qu’elle diminue s’il est inférieur à ce seuil). En outre, la Banque de France a prévu un fort ralentissement de l’économie en 2019 et 2020 à 1,3% contre 1,7% en 2018 et 2,4% en 2017.

 

L’indice qui mesure la production manufacturière s’est replié en septembre  à 49,7 contre 50,7 en août, soit un plus bas de deux mois. Du côté des services, les résultats ne sont pas favorables également. L’indice flash du tertiaire s’est replié à 51,6 contre 53,4 en août, soit un plus bas de quatre mois. Le coup de frein des nouvelles affaires s’explique « notamment par une nouvelle baisse de la demande dans le secteur manufacturier, toutefois compensée par une nouvelle hausse des nouveaux contrats dans le secteur des services », expliquent les économistes. Les difficultés dans le moteur industriel tricolore commencent  »à se propager, le secteur des services ayant affiché en septembre sa plus faible expansion depuis mai dernier ».

 

Les perspectives économiques  sont tout aussi mauvaises pour la zone euro.  Selon les derniers chiffres de la Banque centrale européenne la semaine dernière, la croissance du PIB de la zone monétaire passerait de 1,9% en 2018 à 1,1% en 2019 avant  un hypothétique redressement en 2020 dans la mesure où toutes les perspectives de croissance sont orientées à la baisse.

La crise affecte particulièrement l’Allemagne considérée habituellement comme le moteur de l’Europe. Les derniers chiffres de Markit indiquent le premier « le premier repli de l’activité globale depuis avril 2013 et le plus fort taux de contraction depuis octobre 2012. Ces tendances reflètent un ralentissement de la croissance de l’activité de services à son plus faible niveau de l’année en cours ainsi que le deuxième plus fort repli de la production manufacturière depuis juin 2009″.  Et pendant ce temps-là les banques centrales notamment la BCE sont impuissantes à relancer l’économie. Pire elle continue d’inonder les marchés de liquidités accroissant encore les risques d’une crise globale du système financier.

 

Attaques en Arabie Saoudite : l’Iran responsable

Attaques en Arabie Saoudite : l’Iran responsable

 

Macron, Merkel et Boris Johnson, se rendent à l’évidence et sont bien contraints d’admettre que l’attaque des installations pétrolières de l’Arabie n’a pu être effectuée par les rebelles yéménites sans le soutien déterminant de l’Iran. Une attaque  sans doute provoquée par les faucons de l’Iran qui souhaitent un conflit guerrier avec les États-Unis aux fins de renforcer encore le nationalisme.

 

De toute manière, le président Rohani  a pratiquement reconnu la responsabilité de l’Iran en déclarant, peut-être préventivement, qu’il y aurait d’autres attaques si l’Iran devait être sanctionné. Jusque-là,  l’Europe, en particulier la France et l’Allemagne avait largement ménagé l’Iran. Une posture pour préserver les intérêts économiques et diplomatiques. La France se disait hier encore prête à favoriser un rapprochement des positions entre les États-Unis et l’Iran.  Le problème c’est que pour l’Iran comme pour les États-Unis, la France ne pèse pas grand-chose ; la France  parle beaucoup mais agit peut.

 

Du coup, en reconnaissant clairement la responsabilité de l’Iran dans l’attaque de l’Arabie saoudite, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni hypothèquent lourdement des perspectives de rencontres entre le président iranien et le président américain. . Emmanuel Macron, a rencontré une première fois lundi matin Donald Trump – il devrait le revoir mardi – et devait s’entretenir également dans la soirée avec Hassan Rohani. Mais pour le moment, aucune rencontre n’est prévue «à ce stade» entre les présidents iranien et américain, a indiqué Donald Trump, tout en n’excluant pas catégoriquement une telle hypothèse.

Les dirigeants des trois pays européens signataires de l’accord sur le nucléaire iranien – avec la Russie, la Chine et l’Iran – ont aussi insisté sur la nécessité «collective» de renforcer la sécurité dans le Golfe. Un renforcement très mal apprécié par l’Iran.

 

Avant de s’envoler pour New York, le président Rohani a déclaré de son côté que l’Iran présenterait à l’ONU un plan de coopération régionale destiné à assurer la sécurité des eaux du Golfe. Les États-Unis ont dénoncé en mai 2018 l’accord nucléaire iranien et réintroduit de lourdes sanctions économiques contre l’Iran. Téhéran a riposté un an plus tard en commençant à détricoter à son tour l’accord, alors que son économie est lourdement grevée par les sanctions.

 

Sondage Macron : en hausse ou en baisse ?

Sondage Macron : en hausse ou en baisse ?

 

Des raisons supplémentaires de douter de certains  sondages avec ces derniers résultats contradictoires. Selon le baromètre Ifop-JDD du mois de septembre, Macron est en baisse d’un point par rapport à août. Il s’agit de sa première rechute depuis décembre et la crise des Gilets jaunes. Inversement pour BVA avec 41% a popularité de Macron  est en forte hausse (+3 points chacun) sur un mois, selon un sondage B diffusé vendredi. Cependant, 63% (-3 pts) des personnes interrogées ont toujours une mauvaise opinion du chef de l’État et 58% (-4 pts) du Premier ministre.

Pour la première fois depuis juillet 2018, le président de la République repasserait  au-dessus de la barre des 35% d’opinions favorables, selon cette enquête pour Orange, RTL et La Tribune.Emmanuel Macron a ainsi regagné la quasi-totalité des points perdus au second semestre 2018 (+11 points depuis novembre dernier) et se rapproche du niveau qui était le sien avant que n’éclatent l’affaire Benalla puis la crise des gilets jaunes.

 

Manif en Suisse contre la 5G à Berne

Manif  en Suisse contre la 5G à Berne

 

 

Une manif en Suisse contre le déploiement de la 5G. Plus de 200 scientifiques et médecins ont d’ailleurs demandé un moratoire sur la 5G. Risques élevés de cancers, dommages génétiques et désordres neurologiques sont notamment mis en avant par ces savants. Les opposants à la 5G en Suisse craignent les effets des rayonnements électromagnétiques de cette technologie et plusieurs cantons, mis sous pression par des pétitions en ligne, ont gelé les procédures pour la construction d’antennes, au nom du principe de précaution, comme à Genève, Vaud, Fribourg et Neuchâtel.

La très puissante Fédération suisse des médecins (FMH) plaide aussi pour la prudence, expliquant que «tant qu’il ne sera pas prouvé scientifiquement qu’une augmentation des valeurs limites de rayonnement actuelles n’a aucun impact sur la santé, il faudrait renoncer à les augmenter».

 

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans la capitale suisse, Berne, pour s’opposer à la 5G déploiement. «Boycott 5G» ou «Toujours plus vite, plus haut, plus loin, au détriment de l’homme et de l’Environnement, Stop 5G», pouvait-on lire sur les pancartes déployées par les manifestants, face au siège du Parlement suisse, pour dénoncer une technologie jugée nocive pour la santé.

«Qu’aujourd’hui, autant de personnes se soient rassemblées, c’est un signe fort contre l’introduction incontrôlée de la 5G», s’est félicitée Tamlin Schibler Ulmann, la co-présidente de Frenquencia, l’association à l’origine du rassemblement, dans un communiqué. Après la Corée du Sud, la Suisse est l’un des premiers pays au monde à s’être lancé dans la 5G, cette infrastructure mobile au cœur d’un affrontement technologique entre les États-Unis et la Chine.

 

 

Moral des ménages : un tout petit mieux en zone euro

Moral des ménages : un tout petit mieux en zone euro

 

On est loin de l’euphorie des ménages en zone euro même si on constate un tout petit mieux. En effet l’indice de confiance du consommateur dans la zone euro a seulement augmenté de 0,6 point de pourcentage en septembre à -6,5 après -7,1 en août, montre vendredi la première estimation publiée par la Commission européenne.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient un indice à -7,0.

Pour l’ensemble de l’Union, cet indicateur ressort à -6,4, là encore en hausse de 0,6 point d’un mois sur l’autre.

 

Allemagne–Climat : 100 milliards d’investissements en 10 ans

Allemagne–Climat : 100 milliards d’investissements en 10 ans

Au moment où près de 100 000 manifestants se sont réunis à Berlin dans le cadre de la défense du climat, la coalition gouvernementale a décidé un vaste plan de 100 milliards sur 10 ans articulant des objectifs environnementaux et des objectifs sociaux. Un investissement socio-écologique  où la pression de la rue n’est pas étrangère mais qui correspond aussi à la nécessité pour l’Allemagne de doper sa consommation et ses investissements pour relancer une économie particulièrement atone. La croissance pourrait en effet être limitée à 0,5 % cette année et le PIB pourrait frôler la récession en 2020 du fait en particulier de l’écroulement des exportations. L’annonce intervient alors que des dizaines de milliers de manifestants, 80.000 selon les organisateurs, s’étaient rassemblés à Berlin à l’emblématique Porte de Brandebourg, en ce jour d’un mouvement mondial de grève pour la défense du climat. La mobilisation devrait être particulièrement bien suivie en Allemagne, où les écologistes ont le vent en poupe et enchaînent les succès électoraux.

 

Au total, des manifestations doivent avoir lieu dans 575 villes allemandes, «du jamais vu», a estimé la porte-parole allemande du mouvement FridaysforFuture, Luisa Neubauer dans un tweet.

Selon le projet d’accord en discussion, des investissements d’«un montant à trois chiffres en milliards d’euros», soit au moins 100 milliards d’euros, sont prévus d’ici à 2030. Les partis se sont particulièrement disputés sur son financement, rendu extrêmement compliqué par le fait que le gouvernement refuse de contracter de nouvelles dettes, conformément à sa politique d’orthodoxie budgétaire du «Schwarze Null». Ceci étant, la problématique pourrait être contournée avec la création d’institutions spécifiques hors budget dont les emprunts et les déficits éventuels ne viendraient pas obérer les comptes officiels de l’Allemagne.

Les négociations achoppaient en particulier sur un modèle de tarification des émissions de CO2, où l’essence, le diesel, le gaz de chauffage ou le fioul pourraient être intégrés dans un marché national de certificats et voir leur prix monter, d’environ 11 centimes par exemple pour le litre de diesel.

 

Question centrale: où fixer le curseur pour à la fois avoir un prix suffisamment élevé afin d’inciter les consommateurs à opter pour les solutions les moins polluantes, mais en même temps ne pas provoquer de levée de bouclier de l’opinion, à l’exemple du mouvement des gilets jaunes en France ? Il est question dans les discussions de prix plancher et plafond sur ce marché. Concrètement, la stratégie du gouvernement comprend aussi une panoplie de mesures destinées à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’énergie, le bâtiment, l’agriculture, l’industrie et les transports. Cela va de la promotion des transports publics et des trains, à l’augmentation du prix des voyages en avion en Allemagne, ou à diverses subventions pour le développement des voitures électriques ou pour des chauffages individuels efficaces et propres.

 

Une conjoncture économique mondiale de plus en plus déprimée selon l’OCDE

Une conjoncture économique mondiale de plus en plus déprimée selon  l’OCDE

 

L’OCDE se montre assez pessimiste pour l’avenir de l’économie mondiale gravement affectée par l’explosion des règles d’échanges internationaux et d’autres facteurs négatifs. Le tassement de la croissance est général, il est au plus bas depuis la crise de 2007. Toutes les zones sont concernées, la Chine bien sûr mais aussi les États-Unis et l’union européenne qui devrait se contenter d’une hausse du paisible de 1 % cette année et -peut-être car rien n’est sûr-  1 % en 2020 -L’économie mondiale risque de rentrer dans une nouvelle phase prolongée de croissance faible si les gouvernements continuent d’hésiter sur la manière d’y répondre, ajoute l’OCDE. .

L’Organisation de coopération et de développement économiques ne prévoit plus qu’une croissance de 2,9% cette année et de 3,0% l’année prochaine, contre 3,6% l’année dernière au plan mondial.

Il s’agit d’une révision spectaculaire par rapport au mois de mai, quand l’OCDE tablait encore sur une progression du PIB mondial de 3,2% cette année et de 3,4% l’année prochaine.

“Ce qui ressemblait alors à des tensions commerciales temporaires se transforme en un nouvel état durable des relations commerciales”, a déclaré à Reuters la cheffe économiste de l’OCDE, Laurence Boone.

“L’ordre mondial qui régulait le commerce n’est plus là et nous sommes dans une nouvelle ère de relations commerciales moins sûres, plus bilatérales et parfois musclées”, ajoute-t-elle.

Le développement des échanges commerciaux avait été le moteur de la reprise de l’économie après la crise financière d’il y a dix ans. Mais depuis 2017, le commerce mondial a chuté de 5% et régresse désormais d’année en année.

Dans le même temps, les tensions commerciales ont pesé sur la confiance des entreprises, faisant plonger la croissance des investissements de 4% il y a deux ans à 1% aujourd’hui.

Des éléments montrent que le conflit commercial commence à toucher l’économie américaine, frappant certains produits manufacturiers et menant à des faillites dans le secteur de l’agriculture.

Dans ses nouvelles prévisions, l’OCDE ne prévoit plus pour les Etats-Unis que 2,4% de croissance cette année et 2,0% l’année prochaine, contre 2,8% et 2,3% dans ses projections du mois de mai.

La Chine est elle aussi frappée avec des prévisions ramenées à 6,1% en 2019 et 5,7% en 2020 (contre 6,2% et 6,0% au printemps).

L’OCDE s’inquiète des effets significatifs sur l’économie mondiale du recul de la consommation intérieur en Chine, en baisse d’environ 2% sur un an.

S’il s’accompagne d’une dégradation des conditions financières et d’un accroissement de l’incertitude, un tel scénario priverait de 0,7 point de pourcentage la croissance de l’économie mondiale dans les deux premières années d’un tel choc, souligne l’OCDE.

L’incertitude des pouvoirs publics est également un facteur du recul de la croissance.

C’est notamment le cas du Royaume-Uni: l’OCDE note qu’un Brexit sans accord porterait un coup à une économie britannique déjà fragile et aurait des effets perturbateurs dans toute l’Europe

Si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne avec un accord, son PIB devrait croître de 1% en 2019 et de 0,9% en 2020.

Sans accord, le PIB britannique, vers 2020-2021, serait inférieur de 2% à ce qu’il aurait été dans l’éventualité d’un divorce ordonné.

Pour les pays de la zone euro, pénalisés par la faiblesse de l’économie allemande, l’OCDE table sur une croissance de 1,0% pour cette année comme pour l’année prochaine – contre 1,2% pour 2019 et 1,4% en 2020 dans ses prévisions de mai.

Xavier Bertrand : candidat en 2022 ?

Xavier Bertrand : candidat en 2022 ?

.

Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, n’est pas encore officiellement candidat en 2022 mais il y pense sérieusement. Le problème pour lui, c’est de savoir sous quelle étiquette. Forcément sous une étiquette d’opposition à Macron mais une posture de droite qui ne cracherait pas sur les des sympathisants de gauche. Du coup, Xavier Bertrand pourrait se présenter sans l’appui officiel d’un parti politique. Finalement, il pourrait prendre la démarche de Macron dont il vise à peu près la même clientèle. Xavier Bertrand ne peut pas compter sur les voix d extrême-gauche, ni sur les voix d’extrême droite. L’intéressé a relativement bien réussi comme président de région, le problème maintenant est de parvenir à une image de présidentiable. Il y a du chemin à faire entre la position d’un baron local et celui d’un président de la république potentiel.  Non seulement Xavier Bertrand aura besoin d’appui nationaux qui lui manquent aujourd’hui mais il devra aussi se distinguer par le contenu de son programme. L’intéressé reconnaît la difficulté de la tâche. Président de la république, “J’y pense mais y penser ne suffit pas”, a déclaré l’ancien ministre dans l’émission “Vous avez la parole” sur France 2 à propos de la prochaine course à l’Elysée.

“Il faut un projet global, une vision, il faut aussi avoir une équipe parce qu’un homme seul ne peut pas réussir”, a-t-il ajouté. “Comment vous réparez les fractures françaises, comment vous rebâtissez une nouvelle société française, comment vous relancez ce pays en lui donnant une vraie perspective, ça demande un travail énorme. Aujourd’hui j’ai un certain nombre de réponses, je ne les ai pas toutes”, a poursuivi l’élu de 54 ans, sans étiquette politique depuis son départ

Les élections régionales sont, à ses yeux, un passage obligé sur le chemin de la présidentielle.

“Je ne brûle pas les étapes : ma priorité aujourd’hui, c’est la région des Hauts-de-France”, a-t-il dit. “Il est évident que si dans la région des Hauts-de-France six millions de personnes ne souhaitent pas que je continue, ça veut dire ne sont satisfaites de mon action, ne sont pas d’accord avec les idées, les propositions que j’ai faites dans la région parce qu’ils estiment que je ne vais pas suffisamment loin, que ce ne sont pas de bonnes réponses, dans ce cas-là je n’ai aucun crédit pour être candidat à l’élection présidentielle, c’est une évidence”.

En cas de défaite en 2021, il affirme qu’il arrêtera la politique.

Xavier Bertrand a quitté Les Républicains en décembre 2017 dans la foulée de l’élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti, qui doit se doter d’un nouveau président le mois prochain. Secrétaire général de l’UMP de 2008 à 2010, Xavier Bertrand a été élu président de la région des Hauts-de-France il y a quatre ans.

Bien placé dans les sondages de popularité après des sympathisants de droite, il dit vouloir incarner une troisième voie entre La République marche d’Emmanuel Macron et le Rassemblement national de Marine Le Pen, les finalistes de la présidentielle de 2017.Pour Xavier Bertrand, ce duel encouragé par l’actuel chef de l’Etat revient à “confisquer” le débat politique.

“Là, on est en train de nous dire : ‘vous êtes gentils mais circulez y a rien à voir, les deux de la dernière fois c’est eux qui vont être à nouveau candidat’. Mais dans ce cas-là il n’y a plus de débat démocratique”, a-t-il considéré.

Macron reprend son on one man show en province

Grand débat retraites : Macron reprend son on one man show en province

 

Devant le relatif succès médiatique  du grand débat où Macron a pu mobiliser sur sa personne les chaines télévisées notamment d’information  continue pendant des heures et des heures, le chef d’État reprend sa tournée de one-man-show. Une sorte de stand-up où Macron peut  faire valoir toutes ces capacités de diarrhée verbale en parlant de tout et de n’importe quoi. Il y aura bien sûr comme d’habitude un public sérieusement sélectionné qui servira d’alibi et auquel on fournira les questions. Le monarque républicain va se produire dans toute la France a raison d’au moins une séance par semaine en sachant que la concertation sur les retraites durera presque un an !  Emmanuel Macron va donc re lancer une autre consultation nationale sur le même format, la semaine prochaine. Comme l’a révélé L’Express , le chef de l’État se rendra à Rodez (Aveyron), le jeudi 26 septembre, pour discuter de l’ambitieuse réforme du système de retraites qu’il entend porter. Au total, cette concertation devrait durer un peu moins d’un an.

Le président de la République entend toutefois s’impliquer personnellement pour aller convaincre du bien-fondé de sa mesure. Pour l’heure, seules deux certitudes sont arrêtées: la suppression des régimes spéciaux, et la bascule sur un système de cotisation à points.

Les autres modalités de la réforme restent floues à ce stade, et pourraient être adaptées – ou simplement ajustées- en fonction de ce qui ressortira des échanges de l’exécutif avec les Français. La vérité c’est que Macon est déjà entré en campagne électorale et que la réforme des retraites qui ne s’appliquera sans doute qu’à partir de 2025 lui fournit un alibi pour une nouvelle tournée électorale.

 

« Hard Brexit » : de plus en plus probable (Jean-Claude Juncker)

« Hard Brexit » : de plus en plus probable (Jean-Claude Juncker)

La perspective d’un hard  Brexit apparaît de plus en plus probable pour le président de la commission, Jean-Claude Juncker. La question est tout autant technique que politique. Il semblerait que des solutions soient possibles à la place du backstop  (qui définit les conditions d’échange entre la république d’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord) mais la question est de savoir si le véritable objectif de Boris Johnson n’est pas d’obtenir un Brexit dur qui lui permettrait d’en faire porter la responsabilité à l’union européenne et d’organiser surtout de nouvelles élections qui lui donneraient une majorité au Royaume-Uni. La problématique est technique mais sans doute encore davantage politique côté du Royaume-Uni dont  le gouvernement ne dispose plus de majorité.  Un accord sur la rupture entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est encore possible, mais le risque d’un “hard Brexit” est bien réel, a jugé mercredi Jean-Claude Juncker.

Le président de la Commission européenne, qui s’exprimait au Parlement européen, a expliqué que le Premier ministre britannique Boris Johnson lui avait dit lundi à Luxembourg que Londres souhaitait toujours conclure un accord avec Bruxelles, tout en réaffirmant que le divorce aurait lieu quoi qu’il arrive le 31 octobre.

“Il reste très peu de temps (…) Le risque d’un ‘no deal’ est bien réel”, a-t-il souligné, invitant le gouvernement britannique à proposer des alternatives au “backstop”, la clause censée empêcher le rétablissement des contrôles à la frontière entre la République d’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord, que Londres juge inacceptable.

“Je n’ai pas d’attachement affectif au ‘backstop’ irlandais. J’ai demandé au Premier ministre de proposer des alternatives par écrit”, a poursuivi Jean-Claude Juncker.

S’adressant elle aussi aux députés européens, Tytti Tuppurainen, ministre finlandaise des Affaires européennes dont le pays exerce la présidence tournante de l’UE, a également jugé l’hypothèse du “no deal” “assez probable”.

“Je conseille à tous de ne pas sous-estimer les conséquences d’une absence d’accord, pour le Royaume-Uni en premier lieu, mais pour nous aussi”, a quant à lui averti Michel Barnier.

“Trois ans après le référendum sur le Brexit, nous ne devrions pas faire semblant de négocier”, a ajouté le négociateur européen en chef.

Remise en cause du projet d’éclatement d’EDF ?

Remise en cause du projet d’éclatement d’EDF ?

 

Plusieurs experts ont critiqué le projet d’éclatement d’EDF. En effet, ce projet voulu par l’Élysée vise à séparer les activités de production et de transport des activités de distribution. EDF et ses satellites conserveraient la production tandis que  la distribution serait ouverte à la concurrence. Or les experts considèrent que la distribution n’a nullement besoin du soutien de la concurrence et de capitaux nouveaux car c’est surtout la production qui est en difficulté financière avec notamment une dette de 40 milliards et surtout des besoins de financement qui à terme devrait frôler les 200 milliards. Le ministre de l’économie semble faire un pas en arrière. Le ministre de Bruno Le Maire, a en effet promis mardi de garantir l’intégrité d’EDF, visé par un projet de restructuration.

“Aucune décision n’a été prise sur EDF. (…) Nous voulons permettre à EDF de réussir” la transition énergétique, a-t-il déclaré à l’Assemblée, lors de la séance des questions au gouvernement. “Il faut donner à EDF les capacités financières de se développer. (…) Nous garantirons l’intégrité d’EDF et nous ferons en sorte qu’il reste le fleuron industriel qu’il est”, a-t-il ajouté.

Le “projet Hercule”, à l’initiative de l’Elysée, vise à partager EDF en une partie “bleue” renationalisée intégrant le nucléaire, les actifs hydrauliques, et le transport d’électricité (RTE). La seconde partie “verte”, ouverte à des capitaux extérieurs. Bref une manière d’internalisé les pertes et les profits.

Croissance France : en baisse

Croissance France : en baisse

Comme souvent dans les périodes de crise, on reporte à plus tard le problème du redressement économique. Le redressement de la croissance est donc reporté de 2020 à 2021. La Banque de France n’imagine pas une croissance 2020 supérieure à celle de 2019 à savoir 1,3 % d’augmentation pour le PIB. Notons que la Banque de France comme les autres instituts à déjà rectifié à la baisse ses prévisions pour 2019. Il en sera sans doute de même pour 2020 car toute prévision est particulièrement sujette à caution dans un environnement marqué par de nombreuses incertitudes,  des menaces de stagnation et où de récession dans plusieurs pays. La vérité, c’est que la France a déjà du mal à atteindre 1.2% pour l’année en cours et qu’une prévision de 1 % en 2020 est déjà optimiste en particulier compte tenu de la dégradation de l’environnement international en Chine, en Allemagne mais aussi aux États-Unis.

« Entre juin et septembre, la guerre commerciale s’est intensifiée. En dépit la dégradation de cet environnement externe, notre prévision de croissance du PIB pour la France est quasiment inchangé. Nous sommes à 1,3% en 2019 et 2020 et 1,4% en 2020. C’est une situation paradoxale. Alors que l’environnement extérieur s’est dégradé, les perspectives de croissance résistent. Même si le scénario central est inchangé, les risques liés à l’environnement extérieur ont augmenté. »

 

La demande intérieure resterait  le principal moteur de l’activité en 2019. La contribution à la valeur ajoutée est de 1,5 point. Le pouvoir d’achat par habitant devrait accélérer fortement avec une progression de 2,3%, soit la plus forte hausse depuis 2007 et un rythme bien supérieur à l’activité. Il devrait néanmoins marquer le pas à partir de 2020 à 1,4%. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette dynamique. Depuis la fin du premier semestre, le prix du pétrole a bien diminué. Il pourrait s’établir à 54 euros, soit 11 euros de moins sur un an selon la communication des économistes. Les récentes attaques contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite pourraient cependant changer la donne, surtout que « le prix du pétrole est une variable sensible depuis le mouvement des Gilets jaunes ».

« Depuis les attaques sur les infrastructures saoudiennes, le prix du pétrole a nettement rebondi. Pour l’instant, c’est un choc temporaire sur l’offre mondiale de pétrole. Cela représente environ 5% de la production planétaire concernée. Cet incident intervient sur un marché où il y avait une demande ralentie, voire en légère diminution. Le coup de frein de l’économie mondiale et celui de la Chine ont fait chuter la demande  de pétrole. Les capacités de production restent importantes. Il n’y a pas de tensions du côté de l’offre. Il ne devrait pas y avoir de tensions durables sur le prix du pétrole », déclare-t-on à la Banque de France qui évidemment n’en sait strictement rien car tout dépendra notamment d’une part de la croissance chinoise, d’autre part de l’évolution du conflit entre l’Iran et les États-Unis.

 

Les économistes anticipent une inflation plutôt faible en 2019 à 1,3% en 2019 contre 2,1% en 2018. En ce qui concerne l’inflation sous-jacente, c’est-à-dire hors prix de l’énergie et de l’alimentation, elle devrait s’établir à 0,6% en 2019 après 0,9% en 2018.

À noter que les incertitudes évoquées rendent  les consommateurs particulièrement attentistes et la part la plus importante du pouvoir d’achat gagné va rejoindre les livrets A ou simplement vont dormir sur les comptes courants. «  Le taux d’épargne des ménages a fortement augmenté à 15,1% en moyenne au premier semestre, contre 14,2% en 2018″, expliquent les statisticiens.

Coté emploi, on espère  en 2019  271.000 créations contre 149.000 précédemment. « Elles ralentiraient ensuite progressivement à mesure que les gains de productivité se redresseraient avec 169.000 créations en 2020 et 104.000 en 2021. » Au final, le taux de chômage devrait poursuivre sa baisse pour atteindre 7,9% en 2021 contre 8,1% en 2020 et 8,5% en 2019. Du côté des salaires, ils devraient augmenter de 2% (nominal) en 2019, contre 1,9% en 2020 et 2,4% en 2021. « Les dispositifs de baisse de charge ont contribué à cet enrichissement de la croissance en emploi », a indiqué Olivier Garnier en évoquant le CICE.

La contribution du solde commercial serait négative cette année (-0,1 point, contre +0,7 point l’année dernière). Les importations devraient accélérer plus vite que les exportations (2,3% contre 2,4%) et l’écart devrait s’aggraver l’année prochaine (2,3% contre 3,1%).

Nantes: Trois manifestants arrêtés pour un homard géant en papier mâché

Trois manifestants arrêtés pour un homard géant en papier mâché

 

 

Tout a été fait à Nantes samedi dernier pour limiter les éventuels débordements de la manifestation. La police a même interpellé et arrêté trois manifestants au motif qu’ils transportaient un homard géant en papier mâché sur un camion « à la façon des chars de carnaval. La conséquence de l’action dirigée par un parquet qui dans certaines provinces est plus sévère contre les manifestants mêmes pacifiques que contre les délinquants politico- financiers. Voir à cet égard la grande bienveillance dont a bénéficié Richard Ferrand de la part du parquet de Brest qui a tout simplement à enterré l’affaire (affaire qui heureusement rebondit à Lille après avoir été délocalisée). Ne parlons pas des nombreuses affaires politiques ou financières qui n’ont jamais donné lieu à la moindre incarcération sauf depuis l’affaire Balkany et il aura fallu attendre une trentaine d’années !

Beaucoup d’arrestations insensées avant même la manif. Par exemple, le garde du corps d’une journaliste télé est au commissariat.

Un homard géant en papier mâché était préparé de longue date pour la manifestation. La police a tendu un véritable guet apens : le véhicule qui devait le transporter est saisi avec son contenu et 3 personnes raflées. Absolument tout est fait pour annihiler les contestations.

lls ont tous les cinq été placés en garde à vue. Garde à vue prolongée pour 24 heures dimanche midi.

Sur les cinq personnes arrêtées le samedi matin, le parquet a demandé la mise en examen des cinq pour association de malfaiteurs.
Pour deux d’entre eux, il demandait en plus, la mise en examen pour participation à un groupement établi en vue de la préparation de commission d’infraction de violence et de dégradation.

Bilan : les 5 personnes sont libres mais deux sont placées sous contrôle judiciaires.

Les avocats réagissent, ce soir au téléphone Maître Pierre Huriet commente :

Pour nous (les trois avocats), nous pensons que le problème n’est pas le problème de l’action policière ; c’est le parquet qui dirigeait l’enquête, c’est le parquet qui demandait l’ouverture d’informations et la mise en examen de tout le monde, avec pour tous, des contrôles judiciaires qui leur interdisaient de quitter Nantes….On considère qu’ici, on a de la part du parquet de Nantes une dangereuse instrumentalisation des procédures judiciaires, des procédures pénales, pour faire passer des messages au monde militant, et ça, et on tient au terme, c’est quelque chose qui est choquant.

Colombie: comme en Amazonie la même logique pour la destruction de la forêt

Colombie: comme en Amazonie la même logique pour la destruction de la forêt

Comme au Brésil, c’est la même folie destructrice qui encourage la multiplication des feux de forêt. C’est le même objectif : défricher par le feu pour consacrer les terres à l’industrie agricole. Ainsi plus de 2.200 feux de forêts ont été enregistrés cette année en Colombie, soit le nombre d’incendies le plus élevé depuis vingt ans, une hausse attribuée au réchauffement climatique et aux brûlis effectués pour les cultures agricoles, ont indiqué lundi les autorités.

«Les incendies (…) ont énormément augmenté comparativement aux autres années», a déploré Eduardo Gonzalez, directeur de l’Unité pour la gestion du risque de catastrophes (UNGRD), lors d’une conférence de presse à Bogota.

 

Depuis le mois de janvier, 2.217 feux ont été répertoriés dans le pays, affectant environ 128.777 hectares, notamment dans les départements du Tolima, du Cundinamarca, de Huila (centre), du Cauca et du Nariño (sud-ouest). La majorité de ces incendies «ont été provoqués de la main de l’homme afin de préparer des terrains à la plantation de produits» agricoles, a dénoncé M. Gonzalez. De son côté, le capitaine German Miranda, directeur national des pompiers, a ajouté que le réchauffement climatique était un facteur aggravant et compliquait en outre la lutte contre les incendies.

 

«Avant, les niveaux de température de l’environnement nous permettaient de contrôler les incendies plus rapidement. Aujourd’hui, nous affrontons jusqu’à 42-43 degrés. Cela fait qu’ils se propagent avec beaucoup plus de force, affectent de plus importantes superficies et sont plus fréquents», a-t-il déclaré à l’AFP. Le chiffre enregistré à ce jour est «le pic le plus élevé» depuis le début du registre des incendies en 1999, a-t-il ajouté.

 

En Bolivie, les feux ont dévasté plus de 1,7 million d’hectares de forêts et de prairies depuis mai, dont des aires protégées, selon des chiffres officiels.

Municipales Paris : Hidalgo en tête …….au 1er tour (sondage)

Municipales Paris : Hidalgo en tête …….au 1er tour (sondage)

 

Hidalgo serait bien en tête au premier tour mais pourrait être battu dans le cas d’un accord entre Griveaux et Villani au second tour. Hidalgo  remporterait 24% des suffrages au premier tour si jamais les élections devaient se dérouler ce dimanche, selon le sondage réalisé en ligne entre le 9 et le 12 septembre. Elle dépasserait largement la tête de liste de La République en marche, Benjamin Griveaux, très affaibli par la candidature dissidente du mathématicien Cédric Villani. Le parti de la majorité présidentielle recueillerait 17% des voix, la liste de Cédric Villani 15% des voix.

La liste des Républicains, menée par Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de Paris, récolterait 14% des suffrages et celle d’Europe Ecologie Les Verts, conduite par David Belliard, 13%.

Gaspard Gantzer – crédité de 1% dans ce sondage – a fait part de son désintérêt dans un tweet où on le voit rire aux éclats. Il dit s’en «tamponner» et prédit que les pronostics seront déjoués .

 

Accueil princier pour le monarque Macron en Andorre

Accueil princier pour le monarque Macron en Andorre

Alors que la capitale du royaume était paralysée par les grèves de la RATP en raison des perspectives de réforme des retraites, le monarque Macron était reçu de manière princière en Andorre.
Normal, le président français, qui est « coprince » d’Andorre au nom d’une tradition qui remonte à Charlemagne, a visité ce vendredi matin successivement les paroisses (divisions administratives) de Canillo, Encamp, Sant Julia de Loria et Ordino.
Un accueil particulièrement apprécié par  Macron qui confond souvent la république avec une monarchie notamment en s’asseyant sur les corps intermédiaires y compris sur le Parlement. Cela pour substituer un pouvoir de nature théocratique qui veut privilégier le débat direct avec les Français. Une fiction évidemment pour mieux renforcer le pouvoir central. Témoin par exemple l’illusion de la démocratie directe dans un comité de citoyens choisis au hasard pour définir en quelques jours la politique de transition énergétique. Un comité qui sera forcément manipulé par les technos et les politiques sur fond de discussion de bistrot. En dernier ressort le monarque décidera ce qu’il veut.

Emmanuel Macron s’est donc adressé à la mi-journée aux membres du Conseil général, coiffés d’un bicorne traditionnel, déplorant un affaiblissement des liens économiques entre Andorre et la France et le « déclin » de la langue française dans ce petit Etat.

Le président, qui s’est décrit comme « un enfant des Pyrénées », les a aussi encouragés à mener à terme leurs difficiles négociations pour signer un accord d’association avec l’Union européenne. Pour Andorre, « le choix de l’Europe est celui d’une nouveau modèle, qui ne repose pas sur des exemptions et des facilités mais sur la beauté de ses paysages, la force de son tissu économique », a-t-il dit, en allusion au régime fiscal allégé d’Andorre.

Connue pour ses pistes de ski mais aussi les bas prix du tabac et de l’alcool, Andorre a quitté la liste « grise » de l’OCDE des paradis fiscaux en 2010, mis en place des taxations modérées et levé le secret bancaire pour les ressortissants de l’UE.

L’autre coprince d’Andorre est traditionnellement l’évêque d’Urgell, en Espagne. La situation d Andorre  constitue évidemment une bizarrerie juridique et politique mais qui n’est pas plus scandaleuse que celle de Monaco où se réfugient les grandes fortunes et les stars.

Le honteux soutien de la macronie à Richard Ferrand mis en examen

Le honteux soutien de la macronie à  Richard Ferrand  mis en examen

 

Toute la macronie se  mobilise pour diffuser les éléments de langage destinés à soutenir Richard Ferrand mis en examen pour ses magouilles financières lorsqu’il dirigeait les Mutuelles de Bretagne et qu’il en faisait profiter toute sa famille. L’argumentaire de la macronie est i tenable juridiquement, politiquement et moralement. La macronie soutient que la démission ne peut concerner un mis en examen que s’il est ministre. D’abord il n’y a aucune disposition légale qui permet d’affirmer cela, ensuite Richard Ferrand est le quatrième personnage de l’État, en outre c’est un très proche de Macon. La responsabilité de Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale est autrement plus importante que celle d’un 40e sous secrétaire d’État qui dispose d’un portefeuille virtuel. Ce soutien inconditionnel constitue une erreur et une faute grave. Cette défense est  indigne moralement car les faits sont indiscutables. L’intéressé a notamment permis à sa compagne de réaliser un petit profit de l’ordre de 800 000 € sans avoir le premier sou et même sans posséder le local loué ensuite  aux  Mutuelles de Bretagne alors que cet organisme était dirigé par Richard Ferrand. Cette affaire est loin d’être enterrée. Juridiquement, on peut supposer que la macronie  fera  pression sur la justice pour classer l’affaire au fond d’un tiroir mais éthiquement, c’est une autre histoire. Une histoire qui ressemble à celle de Rugy mais avec des motifs d’inculpation autrement plus important et plus scandaleux.

.Le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a donc été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi. Il était sous le coup d’une information judiciaire pour «prise illégale d’intérêts» dans une opération immobilière datant de 2011. Il était à l’époque directeur général des Mutuelles de Bretagne. Pour autant, le président de l’Assemblée nationale n’a pas l’intention de quitter le perchoir.

Invités dans les matinales jeudi matin, les cadres de la majorité ont fait bloc. À commencer par le président du groupe de La République en marche à l’Assemblée, Gilles Le Gendre. «La décision de cette nuit n’est une surprise pour personne puisqu’elle est classique dans ce genre de procédure. Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand doit rester dans ses fonctions. La mise en examen ne préjuge en rien de sa culpabilité», a-t-il souligné sur France Info.

Emmanuel Macron avait fixé une règle pour les membres du gouvernement. Une mise en examen, peu importe dans quelle affaire, entraîne une démission automatique. Celle-ci ne s’appliquerait donc pas pour le président de l’Assemblée nationale. «Quand vous êtes ministres, vous n’êtes pas parlementaire», et donc pas élus, a indiqué hypocritement Marc Fesneau sur BFM TV. «On est nommés ministres, on est élu députés. C’est sans doute là un point de différence», a indiqué Benjamin Griveaux dans un entretien pour Radio Classique et Le Figaro . L’ancien porte-parole du gouvernement, désormais candidat LREM pour les municipale à Paris a d’autant affirmé que «lorsque [Richard Ferrand] a été élu, ses électeurs savaient qu’il y avait une affaire puisqu’elle avait été révélée avant son élection de député».

Les cadres de la majorité regrettent aussi la proportion qu’a prise l’annonce de la mise en examen de Richard Ferrand, en remettant en avant la présomption d’innocence. «Il est tout à fait légitime qu’il y ait des contre-pouvoirs», a par exemple indiqué sur Europe 1, Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement. «C’est sain parce qu’évidemment, il peut y avoir des dérives qui peuvent être condamnables. Mais je pense qu’il faut faire attention à ne pas sombrer dans une forme d’acharnement», a-t-elle martelé, en rappelant l’affaire François de Rugy en juillet dernier. «Parfois, sans doute, on va un peu loin», a déploré Sibeth Ndiaye. Sur LCI, Sébastien Lecornu, le ministre en charge de la Cohésion des territoires, a lui toutefois reconnu: «Politiquement, ce n’est pas une bonne nouvelle, c’est clair».

Créations d’entreprises : sans changement en août

Créations d’entreprises : sans changement  en août

 

Les créations sont stables en août même si sur un an elles ont progressé d’environ 15 %. À noter cependant qu’on le doit surtout au micro entreprise en hausse de 25 % depuis le début de l’année. Ce nombre de créations et toutefois à mettre en rapport avec le nombre de défaillances. À fin juin 2019 (dernier chiffre connu), le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances s’élève à 53 538, soit une hausse de 1,5 % par rapport à juin 2018 . 

Le nombre de créations d’entreprises en France est resté quasi-stable en août à 67.985 contre 67.821 le mois précédent, selon les données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables publiées mardi par l’Insee.

En excluant les microentrepreneurs (ex-auto-entrepreneurs), les créations d’entreprises classiques ont enregistré une hausse de 1,3% sur le mois d’août, à 36.219.

Les seules immatriculations de microentrepreneurs se sont quant à elles repliées le mois dernier, affichant un recul de 0,9% après avoir augmenté de 0,4% en juillet, à 31.766.

Sur les trois mois à fin août, en données brutes, le nombre cumulé de créations d’entreprises a nettement augmenté par rapport à la même période un an plus tôt (+15,2%), avec une progression qui s’est manifestée quel que soit le type d’entreprises considéré, qu’il s’agisse des microentreprises (+22,6%), des entreprises individuelles classiques (+13,2%) ou des sociétés (+6,2%).

Sur un an, en données brutes, le nombre cumulé d’entreprises créées a bondi de 15,9% en août, alimenté par le dynamisme des immatriculations de microentrepreneurs (+25,9%) ainsi que par des progressions moins franches mais malgré tout conséquentes des créations d’entreprises individuelles hors microentrepreneurs (+9,8%) et de sociétés (+6,9%).

Selon l’Insee, le soutien aux entreprises est le secteur qui contribue le plus à l’amélioration générale, avec 25.800 créations supplémentaires, soit une contribution de 3,9 points sur les douze mois à fin août par rapport à la même période un an plus tôt.

En août, 47% des créations enregistrées au cours des douze mois précédents étaient des demandes d’immatriculation de microentrepreneurs, comme le mois précédent.

1...45678...134



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol