Archive pour le Tag 'en'

Page 227 sur 244

Productivité : on ne bosse plus assez en France

Productivité : on ne bosse plus assez en France

 

 

Jusque là c’était un sujet tabou, il ne fallait pas remettre en cause la civilisation des loisirs très développée en France. Exemple, 13 jours de congés en mai en moyenne avec les ponts. Las facteurs explicatifs de la crise française sont nombreux mais parmi eux, un élément essentiel : le manque de travail des salariés. Autrement dit la valeur travail qui fout le camp surtout depuis les 35 heures. Dans les faits aujourd’hui on travaille deux fois moins qu’il y a une cinquantaine d’années. Evidemment les gauchos diront bêtement, il ne faut pas faire travailler davantage puisqu’il y a déjà du chômage, partageons la misère. C’est évidemment l’inverse qui est pertinent car c’est le travail (en quantité et en qualité)  qui crée la richesse, c’est à dire la croissance et l’emploi  En effet depuis quarante ans, la France décroche en termes de richesse par habitant au regard des autres pays développés. En particulier quand on la compare aux États-Unis, à l’Allemagne et au nord de l’Europe. Alors qu’elle caracolait dans le groupe de tête en 1975, elle est reléguée aujourd’hui sous la moyenne des pays développés. Dans une note publiée hier, le Trésor identifie un principal facteur: la baisse de la productivité qui s’est accentuée depuis vingt ans. «Depuis le milieu des années 1990, les gains de productivité horaire en France ne suffisent plus à compenser le recul des heures travaillées et la moindre productivité par tête explique l’essentiel du déficit de croissance» du PIB par habitant, analyse-t-il. Pour ne rien arranger, les seniors ont continué à partir plus tôt à la retraite que dans les autres pays et le chômage hexagonal s’est maintenu à un niveau élevé. D’autres facteurs ont également joué en défaveur de la France. Sa population en âge de travailler (les 15-65 ans) a été moins importante que dans les autres pays ces quarante dernières années. Toutefois, cet inconvénient se transformera en avantage d’ici à 2030, quand les moins de 15 ans, plus nombreux en France qu’en Allemagne, arriveront sur le marché du travail. Cela ne suffira pas à redresser la barre. Le Trésor préconise donc de conserver plus longtemps les seniors en emploi, de diminuer le chômage structurel et de «soutenir les gains de productivité horaire». Il défend donc le pacte de responsabilité qui, estime-t-il, réduira le coût du travail.

 

Production industrielle + 0,8% en zone euro, seulement 0.3% pour la France

Production industrielle + 0,8% en  zone euro, seulement 0.3% pour la France

Seulement 0.3% pour la France quand la production industrielle dans la zone euro a augmenté de 0,8% en avril, un chiffre deux fois plus élevé qu’attendu pour l’Europe , grâce aux secteurs de l’énergie et des biens de consommation courante, montrent les statistiques officielles publiées jeudi, de bon augure pour la croissance. La baisse de la production en mars a été révisée à -0,4%, contre -0,3% annoncé initialement.  Par rapport à avril de l’an dernier, la production industrielle des 18 pays utilisant la monnaie unique a progressé de 1,4%, après +0,2% en mars.  Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne pour avril une hausse de 0,4% par rapport au mois précédent et de 0,9% en rythme annuel. La hausse d’avril, la plus forte enregistrée depuis cinq mois, intègre entre autres un bond de 2,5% de la production d’énergie et une augmentation de 2,1% de celle du secteur des biens de consommation non-durables. Les biens d’équipement sont le seul secteur dont la production a baissé en avril, de 0,1%.

 

Sondage Hollande : encore en baisse, à 15% !

Sondage Hollande : encore en baisse,  à 15% !

 

Il va descendre jusqu’où ? Il est maintenant à 15% ! En effet La popularité de François Hollande comme de Manuel Valls s’effrite ce mois-ci, seuls 15% des Français ayant une opinion favorable de l’action de président, et 30% de celle du Premier ministre, selon un sondage YouGov pour Le Huffington Post .Le chef de l’Etat recule de 1 point sur un mois, le Premier ministre de 3. 77% des personnes interrogées ont un avis négatif de l’action de François Hollande, 54% de celle de Manuel Valls. 7% sont sans opinion concernant le président de la République, 17% concernant le chef du gouvernement. « Le Premier ministre, s’il reste deux fois plus populaire que le président de la République, n’imprime pour autant toujours pas sa marque de modernité à Matignon », commente YouGov. D’autre part, 16% seulement des sondés (en recul de deux points) portent un jugement favorable sur l’action du gouvernement. 76% émettent un jugement défavorable, 8% n’ont pas d’opinion. « Les élections européennes sont passées par là et les réponses apportées par l’exécutif suite à la défaite des listes du parti majoritaire n’ont manifestement pas convaincu les Français », estime l’institut de sondages. Par ailleurs, l’UMP voit son crédit dans l’opinion faiblir dangereusement à la suite de l’affaire Bygmalion. 26% des Français seulement (-5 points par rapport à mai) jugent que le parti d’opposition est « composé de personnes compétentes ».

Guéant en correctionnelle

Guéant en correctionnelle

Claude Guéant, A l’époque directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, pourrait bientôt être jugé en correctionnelle.  Le parquet national financier (PNF) a fait les comptes, écrit Le Parisien : en l’espace de deux ans, Claude Guéant aurait réclamé le décaissement de 240 à 288.000 euros sur les fonds d’enquête spéciaux – fonds destinés, en principe, à défrayer les policiers en mission. Selon le journal, une moitié de ces sommes aurait été ventilée aux collaborateurs de Claude Guéant sous forme de primes. L’autre moitié aurait servi à compléter son propre salaire de préfet. L’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy aurait agi avec l’aide de Michel Gaudin, alors directeur général de la police. C’est lui, écrit le Parisien, qui ordonnait le décaissement de ces primes. Cet argent non déclaré échappait au contrôle du fisc.  Claude Guéant avait expliqué, lors de sa garde à vue, que ce système permettait de compenser le manque à gagner après la disparition des fonds spéciaux dans les ministères. Une suppression décidée en 2002 par Lionel Jospin.

 

Immobilier : Loir Duflot remise en question

 

Immobilier : Loir Duflot  remise en question

Selon des informations d’Europe 1, le gouvernement entend bien détricoter cette loi afin de rassurer le marché. Selon la station de radio, Syliva Pinel, la nouvelle ministre du Logement, devrait prochainement officialiser le rétropédalage gouvernemental et faire de nouvelles propositions en Conseil des ministres.  Car comme le rappelle Europe 1, « si la loi sur le Logement a déjà été votée, ses décrets d’application ne sont pas encore tous passés ». Décriée par les professionnels de l’immobilier, cette nouvelle loi compte 85 articles et plus de 200 décrets d’application qui doivent donc encore être promulgués. Une lourdeur qui a tendance à peser encore plus sur le marché. Dès lors, Europe 1 indique que cette loi, qui devait enrayer la flambée des prix dans toutes les grandes villes de France, « ne devrait finalement être appliquée que dans la région parisienne à l’automne prochain ». Pour le reste de la France, aucune date n’a encore été avancée et il n’est même pas certain qu’elle soit appliquée un jour.  Toujours selon les informations d’Europe 1, le gouvernement devrait aussi revenir sur le texte de loi concernant les frais d’agences. Concrètement, dans son projet initial, le gouvernement avait prévu de limiter ces frais à 12 euros par mètre carré à Paris, 10 euros dans les grandes villes (Marseille, Lyon, Lille) et à 8 euros dans le reste de la France. Mais, « finalement, ce cadre devrait être fixé à hauteur de 16 euros le mètre carré à Paris, 14 euros dans les grandes villes de province et 11 euros pour le reste de la province ».  Enfin, la radio indique que la garantie universelle, à savoir l’idée de créer un fond pour rembourser les propriétaires quand le locataire ne paye plus, devrait être définitivement abandonnée. 

 

Apple ne paye pas d’impôt en Europe !

Apple ne paye pas d’impôt  en Europe !

 

Miracle de l’optimisation fiscale Apple ne paye  pas d’impôt en Europe.  La Commission européenne va donc ouvrir mercredi 11 juin une enquête officielle sur l’accord fiscal conclu entre la République d’Irlande et Apple, rapporte ce mardi 10 juin la télévision publique irlandaise, qui ne cite pas ses sources. L’autorité européenne de la concurrence avait annoncé l’année dernière qu’elle s’intéressait aux accords fiscaux conclus entre certaines sociétés et des pays de l’Union et qu’elle avait demandé des précisions entre autres à l’Irlande. Antoine Colombani, porte-parole de la Commission européenne pour les dossiers de concurrence, s’est refusé à tout commentaire concernant l’information de la RTE irlandaise. Le ministère irlandais des Finances a indiqué pour sa part qu’il n’avait pas été informé d’une quelconque enquête. Une commission d’enquête du Sénat américain avait auparavant révélé qu’Apple avait économisé des milliards de dollars d’impôts en déclarant que des filiales immatriculées dans la ville irlandaise de Cork n’avaient aucune résidence fiscale, donc n’étaient pas imposables.  La principale de ces filiales n’a pas payé d’impôt sur les sociétés pendant cinq ans alors qu’elle a encaissé 29,9 milliards de dollars (23,2 milliards d’euros) de dividendes d’autres filiales entre 2009 et 2012, l’équivalent de 30% des bénéfices nets réalisés par la firme à la pomme sur cette période, selon le rapport sénatorial américain. Apple aux Etats-Unis a conclu des accords avec ses filiales irlandaises pour leur concéder certains droits de propriété intellectuelle. Ces filiales pouvaient ainsi faire payer des droits de licence à d’autres sociétés du groupe et contribuaient ainsi à garantir que quasiment aucun impôt n’était déclaré dans des pays comme le Royaume-Uni ou la France. Cet accord irlandais d’Apple a permis au groupe de ramener le taux d’imposition effectif sur ses bénéfices non-américains à 3,7% l’an dernier, selon le rapport annuel du groupe. Apple a déclaré qu’il se conformait à la loi.

 

Roland Garros, mondial foot, tour de France, congés d’été : l’info économique en vacances

Roland Garros, mondial foot, tour de France, congés d’été : l’info économique en vacances

 

Chacun aura constaté que les pages des journaux sont depuis quelques semaines consacrées aux sports et cela va durer. En fait comme le mois de mai était surtout un mois de semi congé (13 jours de vacances en moyenne pour les salariés), on peut considérer que l’info économique est en standby depuis fin avril, avec les congés d’été la reprise interviendra pas avant début septembre. Pendant qu’on parlera du foot, du vélo, du soleil (ou de la pluie), ce sera autant de gagné pour les responsables du pays ; l’absence de croissance au premier trimestre a déjà presque été escamotée comme la hausse des impôts pour les couches moyenne ou encore le chômage qui ne cesse de croitre. Quand aux 50 milliards d’économies annoncées, c’est le brouillard le plus complet. Les médias tournent vite les pages, exit l’inversion du chômage, le retournement économique de Hollande. Même le pacte de responsabilité ne fait plus recette, on se demande même qui va y adhérer. Grâce à la nouvelle embrouille de la réforme des régions, on passe à autre chose. On se fixe sur le redécoupage tandis que que les économies attendues sont une véritable fumisterie (c’est l’agence Moody’s qui le dit. Même la réorientation de l’Europe est enterrée, en fait on repart comme avant. A noter toutefois une petite avancée de la BCE avec sa politique de taux négatifs. Même si ce n’est pas -et loin s’en faut- la politique accommandante des Etats-Unis, du Royaume uni ou du Japon. Les journalistes économiques se sont devenus des commentateurs sportifs. On sait tout de l’hôtel des bleus, la dimension des chambres, la salle de massage, le terrain de pétanque, la piscine, les menus, le montant des primes de match. Pendant ce temps là on va vendre en douce Alstom et négocier tout auusi discrètement le traité de libre échange avec les Etats-Unis. Même internet se met au sport, aux faits divers et à la fast-info ; plus d’articles : des vidéos, du bruit qui remplace l’analyse. Panem et circenses, la devise des empereurs romains devient auusi la maxime de nos monarques républicains, ; du pain et des jeux pour faire oublier le reste.

En Suisse , Sarkozy en fait trop

En Suisse ,  Sarkozy en fait trop

Comme d’habitude Sarko en faiat trop ; certes il a critiqué avec raiosn le système financier suisse mais il s’est égaré en critiquant le système politique helvète et son orientation. Dans un entretien accordé au quotidien suisse Le Matin, l’ancien président helvétique, Adolf Ogi, critique vivement l’attitude de l’ancien président français. Adolf Ogi reproche à Nicolas Sarkozy, invité du Swiss Economic Forum d’Interlaken - un « mini-Davos » – organisé ce vendredi 6 juin, d’avoir « kidnappé » la conversation et transformé un débat en « one-man-show ». Le différend avait été révélé par le journal SonntagsBlick. « Nicolas Sarkozy a fait son numéro. Il a plu, par sa rhétorique, ses mimiques. Il s’est imposé, donnant le spectacle qu’il voulait donner, explique-t-il au quotidien. Mais le pauvre journaliste n’a pas su poser ses questions ». Inquiet de la tournure de la discussion, l’ancien chef d’État helvétique intervient : « En tant que président du Forum, je devais m’assurer que tout se passe bien, explique-t-il au Matin. Monsieur le président, je ne suis pas journaliste, a-t-il alors dit à Nicolas Sarkozy. Je ne souhaite pas entrer dans le petit jeu des questions-réponses. Comme vous je suis un ancien président », commence-t-il. Il est allé trop loin. Il fallait dire stop Adolf Ogi au sujet de Nicolas Sarkozy . Après avoir précisé que le débat devait se dérouler sur « un pied d’égalité », Adolf Ogi rend la parole à l’ancien président français. Nicolas Sarkozy aurait alors fortement remis en cause le système et les choix politiques suisses. « Il s’est mis à expliquer que la Suisse devait entrer dans l’Union européenne, ajoute Adolf Ogi. Qu’un pays ne peut pas être gouverné par un président qui change chaque année. Ou que notre système avec 7 conseillers fédéraux est inefficace ». « Il est allé trop loin. Il fallait dire stop. Je l’ai interrompu. Si une personne se montre irrespectueuse envers notre pays, je ne laisse pas passer, affirme-t-il. C’est le cas lorsque j’étais au Conseil fédéral (1988-2000). C’est toujours le cas aujourd’hui. Et ce le sera demain. La Suisse ne doit jamais se laisser marcher sur les pieds. Nous devons discuter d’égal à égal avec tout le monde », a-t-il conclu.

22 chauffeurs pour Taubira qui roule en vélo !

22 chauffeurs pour  Taubira qui roule en vélo !

C’est maintenant bien connu Taubira se rend au ministère de la justice en vélo, c’est branché et plus écolo (même si elle est suivie par trois voitures du ministère,çà c’est moins écolo !). En  plus de ce fameux vélo de fonction (ridicule au demeurant car si l’on se fie à son popotin elle ne fait de la bicyclette que devant les cameras)), elle dispose de 22 chauffeurs pour 17 conseillers ministériels. La preuve sans doute que la justice bouge beaucoup ! Le chiffre a donc de quoi surprendre. Selon les données officielles, le cabinet de Christiane Taubira dispose de 22 chauffeurs – un record au sein du gouvernement – alors qu’il compte seulement 17 collaborateurs. Par comparaison, ils sont 12 conducteurs aux Affaires étrangères, 4 à l’Éducation, 18 à l’Écologie, 6 à la Fonction publique… Des situations hétérogènes dont chaque ministre a hérité de ses prédécesseurs. Le ministère de la Justice indique que son service comprend deux motards, un coursier et deux agents administratifs. Et assure qu’il fait des efforts. « Au cours des quatre dernières années, nous avons réduit notre effectif de trois chauffeurs », dit un porte-parole. Le parc est passé de 35 à 18 véhicules.  En théorie, seuls les ministres et la tête de leur cabinet ont droit à un véhicule à plein temps. Les autres sont à disposition des conseillers, même pour des déplacements peu lointains dans Paris. Chaque chauffeur (un policier, le plus souvent) est en binôme et travaille donc une semaine sur deux, avec des horaires larges. Les dépenses des cabinets ministériels demeurent opaques, sans contrôle réel. Le député PS René Dosière, héraut de la transparence publique, estime que le coût moyen d’un cabinet s’élève à 17 millions par an, dont 5 millions pour la communication. Il réclame que « tous les frais soient rendus publics au fur et à mesure des dépenses effectuées dans l’année » : salaires, déplacements, repas, etc. Une solution pour éviter « les fantasmes », dit-il, et les abus.

 

Chine : fort excédent extérieur en Chine

Chine : fort excédent extérieur en Chine

 

Signe sans dote d’une petite amélioration de la conjoncture mondiale les exports chinois progressent. Les exportations ont augmenté plus que prévu en mai, à la faveur de la reprise économique mondiale, mais le recul inattendu des importations peut être symptomatique d’un recul de la demande intérieure. Selon des données publiés dimanche par l’administration générale des douanes, les exportations ont augmenté de 7% le mois dernier par rapport à la même période de l’an dernier, contre une hausse de 0,9% en avril. Les importations ont reculé de 1,6% contre une progression de 0,8% en avril. ce fait, l’excédent commercial du mois de mai s’est établi à 35,9 milliards de dollars, contre +18,5 milliards en avril. Les économistes avaient anticipé une hausse de 6,6% des exportations, une progression de 6,1% des importations et un excédent de 22,6 milliards de dollars. L’activité des services est tombée en mai à son plus bas niveau depuis 4 mois, montre une enquête privée réalisée auprès des directeurs d’achat publiée jeudi. L’indice PMI HSBC/Markit est ressorti à 50,7 le mois dernier contre 51,4 en avril mais reste néanmoins au-dessus de la barre de 50 qui sépare la contraction de la croissance. Les anticipations des entreprises on décliné à 58,1, leur plus bas niveau depuis un an. Le secteur des services a enregistré en mai sa meilleure performance depuis six mois, montrent les statistiques officielles publiées mardi. L’indice PMI des services est ressorti à 55,5 après 54,8 en avril, montrent les données du Bureau national des statistiques. L’activité du secteur manufacturier suggère elle aussi une stabilisation de la deuxième économie du monde. L’indice final HSBC/PMI pour le mois de mai est ainsi ressorti à 49,4, son meilleur résultat depuis quatre mois, après 48,1 en avril. Le chiffre définitif pour le mois de mai annoncé mardi par le Bureau national des statistiques est légèrement inférieur à une première estimation à 49,7.

Arthur : fuite fiscale en Belgique

Arthur : fuite fiscale en Belgique

Les fuites fiscales continuent, cette fois c’est Artur, l’animateur de télé. Une démarche qui évidemment n’est pas très citoyenne –surtout pour un personnage public- mais qu’on peut comprendre comte tenu du matraquage fiscal. « On peut se demander si nous avons attiré qui que ce soit, ou si des mesures prises en France ont peut être eu l’effet inverse », a réagi mercredi Armand de Decker, le maire de d’Uccle, la ville où s’est récemment installé Arthur. « Trop d’impôt tue l’impôt », a estimé l’édile Belge au micro de RTL, déclarant qu’il « comprend la polémique », suscitée par l’arrivé de l’animateur français dans sa commune. « J’ai été ministre des Finances pendant 12 ans, a raconté Armand de Decker, et quand j’ai entendu que l’on envisageait de taxer certains revenus à 75%, notre réaction en Belgique n’a pas été de dire que l’on allait faire la même chose. » À Uccle, où s’est exilé Arthur, ils sont 12.000 Français sur les 82.000 habitants, a affirmé le bourgmestre et sénateur belge. Selon lui, « le rythme a commencé [à s'accélérer] au moment de l’élection présidentielle dernière », c’est à dire avec l’élection de François Hollande. « À partir de ce moment là, il y a eu une véritable accélération des arrivées, assure-t-il. Avant cela, ils étaient entre 6.000 et 7.000. »

 

Avec Hollande , pourquoi tout finit en eau de boudin?

Avec Hollande , pourquoi tout finit en eau de boudin?

 

Hollande est-il victime du signe indien ou de son incompétence ? En tout cas tout ce qu’il entreprend se termine par un fiasco. Rappelons-nous d’abord sa campagne quand il promettait de réorienter l’Europe vers la croissance ; En fait strictement tien, juste un petit pacte de quelques milliards. Ensuite sur l’inversion du chômage, l’échec retentissant au point qu’il est contraint maintenant de rajouter encore 40 000 emplois d’avenir qui viendront plomber les finances (même si c’est une opportunité pour des chômeurs qui quittent ainsi  l’inutile pôle emploi). Même chose en matière de déficit, il commence par augmenter les impôts puis décide soudain  de les alléger. En fait le pacte compétitivité emploi (CICE) n’a donné aucun résultat ni en terme de compétitivité, ni en terme d’emploi. Le pacte de responsabilité est en train de s’embourber dans les méandres administratifs avec des pseudos concertations qui n’en finissent pas. Pour la croissance, le redressement qu’il a annoncé est une foutaise médiatique qui n’a aucune réalité. Dernier exemple de cet impuissance, la grande réforme territoriale qui ne va concerner que les régions redécoupée à la hâte, sans cohérence, sans concertation et qui épargne les départements, les communes et syndicats intercommunaux, structures les plus dépensières. Manque de chance ou incompétence ? Sans doute les deux. Manque de chance car contrairement ce qui est affirmé ici ou là la crise mondiale est encore loin d’être terminée. Hollande comptait sur cette reprise mondiale qui ne vient pas. Incompétence sûrement car Hollande n’était pas préparé à cette fonction, il n’a pas la taille pour assurer cette responsabilité. Désinvolture surtout car Hollande ne se fie qu’à sa bonne étoile personnelle  et se moque en fait des réalités et de l’avenir à long terme du pays. Hollande est un bricoleur de la politique, un pur produit du système en recherche permanente du consensus mou, sans réelle vision, sans courage, sans conviction. Du coup cela génère un manque de confiance généralisé tant de la part des entreprises que des ménages. Même la carrière politique de Hollande finira en eau de boudin, ou bien il devra démissionner avant 2017 ou bien il finira lamentablement entrainant avec lui dans sa chute tout le pays.

Electricité-gaz : de plus en plus d’impayés

Electricité-gaz : de plus en plus d’impayés

. Les fournisseurs ont « déclaré avoir procédé à 60.000 coupures de gaz et d’électricité et 87.000 réductions de puissance d’électricité sur le 1er trimestre 2014, soit 147.000 interventions », a indiqué le Médiateur de l’énergie dans un communiqué. Ces chiffres sont toutefois incomplets et provisoires, car ils ne couvrent pas l’année 2013, a précisé l’instance indépendante chargée de défendre les consommateurs d’électricité et de gaz, et qui publiera cet été un bilan des six premiers mois de cette année. En 2012, le Médiateur avait recensé 580.000 coupures et réductions de puissance effectives dans l’électricité et le gaz. La loi « Brottes » sur l’énergie, entrée en vigueur en avril 2013, a mis en place une trêve hivernale généralisée entre le 1er novembre et le 15 mars pour les coupures d’électricité et de gaz, semblable à celle en vigueur pour les expulsions de logements. La fin de cette période avait été décalée au 31 mars pour les bénéficiaires des tarifs sociaux de l’électricité et du gaz et du Fonds solidarité logement (FSL), c’est-à-dire les foyers les plus modestes, ainsi que ceux habitant en copropriété (pour le gaz seulement). Mais la trêve ne signifie pas que la dette du client cesse de grossir lorsqu’il ne paie pas ses factures, selon le Médiateur, qui bat toutefois en brèche « le mythe des mauvais payeurs ». »Avec une dette moyenne de 1.900 euros, les consommateurs qui font appel à nous pour des difficultés de paiement ont d’abord besoin que l’on prenne en compte leur situation et qu’un échéancier de paiement soit mis en place », relève le Médiateur Jean Gaubert dans le communiqué. Cette précarité énergétique risque d’ailleurs d’être amplifiée par les hausses des prix de l’énergie, qui ne peuvent être le moyen d’inciter les consommateurs à réduire leurs usages énergétiques, met en garde le Médiateur.  »Si l’on ne prend pas le taureau par les cornes, la précarité énergétique ne pourra qu’augmenter », a-t-il ajouté, plaidant pour l’instauration d’un chèque énergie et une extension de ses compétences à la transition énergétique. Le Médiateur a été saisi de 15.041 réclamations en 2013, soit 4,5% de plus que l’année précédente. 

 

Hollande : la carte de France en 14 régions

Hollande : la carte de France en 14 régions

Au lendemain de la déroute du Parti socialiste aux élections européennes, le chef de l’Etat avait promis d’accélérer cette réforme, présentée comme essentielle au sauvetage d’un quinquennat compromis. Le nombre de régions annoncé par François Hollande est finalement de 14, contre 11 à 12 évoquées dans les schémas précédemment présentés par l’exécutif. Sur la nouvelle carte, l’Auvergne fusionne avec Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon rejoint Midi-Pyrénées, la Bourgogne se marie avec la Franche-Comté. Les deux Normandie se rapprochent, comme l’Alsace et la Lorraine et la Picardie et Champagne- Ardennes. Bretagne, Aquitaine, Pays-de-Loire, Corse, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Nord-Pas-de-Calais et Ile-de-France restent telles quelles. Le président a travaillé jusqu’à la toute dernière minute à cette réforme majeure de son quinquennat, thème d’une ultime réunion à l’Elysée en début de soirée avec le Premier ministre, Manuel Valls, les ministres de l’Intérieur et de la Fonction publique, Bernard Cazeneuve et Marylise Lebranchu, et le secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale André Vallini. Le projet fera l’objet d’une communication du chef du gouvernement mardi en conseil des ministres. La région Ouest a été jusqu’au bout l’objet d’une bataille rangée entre élus par réseaux sociaux interposés, donnant une impression de confusion et d’indécision sur fond de rivalités régionales et politiques. Dans les deux heures précédant la publication de la tribune du président, Jacques Auxiette, président PS du conseil régional des Pays de la Loire, annonçait un mariage entre sa région et Poitou-Charentes. L’ancien Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, plaidait pour sa part sur son compte Twitter pour une « fusion Pays de la Loire-Bretagne autour des métropoles Nantes et Rennes ». Au final, Poitou-Charentes, Centre et Limousin ne font plus qu’un. La réduction du nombre de régions devrait faire l’objet, mi-juin, d’un projet de loi émanant du ministère de l’Intérieur, reportant à l’automne 2015 les élections régionales et départementales prévues au printemps. Ce changement de calendrier est critiqué par l’UMP, qui y voit un « tripatouillage électoral » de la part d’une gauche à la tête de 21 régions sur 22 et de la moitié des départements. Pour engager la réforme constitutionnelle liée à la disparition des départements ou du moins de leur instance représentative, François Hollande se donne le temps en se projetant au-delà de son mandat. « L’objectif doit être une révision constitutionnelle prévoyant la suppression du conseil général en 2020″, écrit-il. « Je veux croire qu’une majorité politique nette se dessinera en faveur de ce projet et que s’y associeront les élus qui, dans l’opposition aujourd’hui, souhaitent eux aussi l’aboutissement de cette réforme. » Une révision de la Constitution suppose un référendum ou une ratification par le Parlement réuni en Congrès à la majorité des trois cinquièmes. L’exercice sera périlleux dans les deux cas, dans un contexte de grande défiance à l’égard de l’exécutif sur fond de marasme économique. Dans la nouvelle France imaginée par le président, les structures intercommunales changeront d’échelle. « Chacune d’entre elle devra regrouper au moins 20.000 habitants à partir du 1er janvier 2017, contre 5.000 aujourd’hui », explique-t-il. « Des adaptations seront prévues pour les zones de montagne et les territoires faiblement peuplés ». André Vallini a estimé entre 12 et 25 milliards d’euros par an les économies possibles à terme, soit entre 5% et 10% des quelque 250 milliards de dépenses des collectivités territoriales. Mais des spécialistes des finances publiques, de gauche comme de droite, et des experts indépendants doutent de ce chiffre.

 

Zone euro : tassement de la croissance en mai

Zone euro : tassement de la croissance en mai

Tassement de la croissance de l’activité manufacturière de la zone euro qui a ralenti en mai davantage que ce qui avait été initialement pressenti, montre l’enquête réalisée auprès des directeurs d’achat, alimentant les anticipations d’un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Le résultat définitif de l’enquête réalisée par Markit donne un indice à 52,2 pour le mois de mai après 53,4 en avril et alors que les analystes anticipaient 52,5. Il reste toutefois au dessus de la barre de 50 qui sépare la croissance de la contraction, pour le 11e mois consécutif. « Le recul de l’indice PMI manufacturier enregistré en mai viendra inéluctablement conforter les voix s’élevant en faveur d’une nouvelle intervention de la BCE et de l’adoption de mesures destinées à dynamiser la croissance de la région et à enrayer le risque déflationniste », écrit l’économiste en chef de Markit dans un communiqué. L’enquête montre toutefois une très légère augmentation de la composante des prix payés, qui ressort à 50,3 après 49,2 en avril et qui pourrait atténuer les craintes déflationnistes.

Information : la France en vacances de mai à septembre

Information : la France en vacances de mai à septembre

Il n’aura pas échappé aux surfeurs du net que l’info est en semi vacances depuis le début de mai, on peut le constater auusi en regardant la télé ou en prenant connaissance de la presse écrite. Il y a deux fois moins d’infos ; cela a commencé avec le week end du premier mai et cela va durer jusqu’en septembre. Après le mois  de semi congé de mai, information tourne surtout autour de tennis et de Roland Garos, ensuite vient le Tour de France cycliste et enfin les congés d’Août t. Pendant cette période, il faudra donc se satisfaire de quelques rares nouvelles économiques, sociales voire même politiques, place au sport et au divertissement. Certes le sport est important, respectable même (c’est bien  de s’intéresser aux résultats sportifs, c’est encore mieux de faire soi-même du sport)). Pour autant on ne peut admettre que les grands médias soient essentiellement consacrés à ces événements. On sait bien que pour occuper le peuple, pour qu’il se taise, il  fauta lui donner des jeux, comme dans la Rome antique mais il y a en France une tradition du divertissement qui exeplique sans doute une partie de la dévalorisation de la valeur travail et du déclin économique. A cela s’ajoute la mode sur internet qui constitue à mettre des vidéos à la place des articles. Comme si l’internaute devenait de plus en plus réfractaire à la lecture et préférait des images et du son ; En tout cas avec ces vidéos, on ne peut pas dire que les journalistes se fatiguent beaucoup !

Immobilier :marché toujours en stand by ( Jean-Michel Guerrin du mensuel Les Echos Patrimoine).

Immobilier :marché  toujours en stand by ( Jean-Michel Guerrin du mensuel Les Echos Patrimoine).

Il y a eu beaucoup de changements dans la réglementation et en ce qui concerne l’imposition des revenus de l’immobilier, et ce depuis 2008. Principal changement: les changements concernant l’imposition des plus-values. Lorsque vous vendez un bien immobilier, qu’il s’agisse d’une maison, d’un appartement ou d’un terrain, vous réalisez, le plus souvent, ce que l’on appelle une plus-value immobilière. Cette plus-value peut être exonérée d’impôt, c’est le cas lorsque la vente concerne votre résidence principale, ou taxée à hauteur de 34,5 %, soit 19% au titre de l’impôt et 15,5% au titre des prélèvements sociaux. Mais, depuis le 1er septembre 2013, il faut faire une distinction entre l’impôt sur la plus-value, et les prélèvements sociaux. Par le jeu des abattements, on est exonéré de l’impôt au bout de 22 ans de détention du bien alors que pour les prélèvements sociaux, il faut attendre 30 ans pour bénéficier de l’exonération totale. A noter que pour les ventes qui auront lieu avant le 31 août 2014, le vendeur bénéficie d’un abattement exceptionnel de 25 % de la plus-value, pas de l’impôt, sauf s’il s’agit d’un terrain à bâtir. Enfin, depuis le 1er janvier 2013, une surtaxe, de 2 à 6% s’applique lorsque l’on réalise une plus-value supérieure à 50.000 euros.

Il y a aussi la suppression du régime Scellier de défiscalisation au profit du nouveau dispositif Duflot. Pourtant, sur le papier, ce nouveau dispositif est plus intéressant, mais, le coût d’achat est limité à 5.500 euros le m². Vous pouvez acheter plus cher, mais l’avantage fiscal ne sera calculé que sur la valeur maximale de 5.500 euros le m². En plus les loyers sont plafonnés à un niveau inférieur de 20% aux loyers du marché. Pourtant, cela permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 6.000 euros par an, pendant neuf ans. Mais, le dispositif a de la peine à convaincre et la montée en charge est très lente. Il y a eu la loi ALUR. Là, ce n’est pas fini, puisqu’on attend de nombreux décrets d’application. Cela signifie que la réglementation va devenir plus contraignante, notamment pour ce qui concerne les locations meublées et que les loyers vont être strictement encadrés. Au résultat, cela détourne nombre de propriétaires du marché, parce qu’en dehors des abus, le loyer d’un investissement immobilier procure 2 à 2,5% de rentabilité nette par an, impôts déduits. Si les loyers baissent, on va tomber à moins de 2 % et nombre de propriétaires préfèrent alors se tourner vers d’autres produits de placement, des produits financiers, notamment, moins contraignants que l’immobilier. Il faut pourtant le répéter, le placement immobilier, ou simplement l’achat immobilier n’est pas un placement comme les autres. D’abord il a une valeur affective, une valeur de convenance (c’est fait pour y habiter), mais, malgré tout, on en sort toujours gagnant sur le long terme !

 

 

 

La France en vacances depuis un mois !

La France en vacances depuis un mois !

La France est à moitié en vacances depuis un mois, la plupart auront pu prendre 13 jours de congé. De quoi tuer l’économie d’un pays. Inutile d’attendre de bons résultats de croissance en mai avec cette succession de ponts. Le travail, malheureusement un sujet quasi tabou dans le pays d’autant que d’après un sondage 56% des français ne l’aime pas ! Evidemment une problématique qui ne peut être évoquée par nos politiques trop discrédités pour évoquer ces facteurs explicatifs de la crise française. Les ponts font le bonheur des salariés, mais moins de leurs patrons. Avec trois jours fériés qui tombent un jeudi, le mois de mai 2014 a permis à de nombreux salariés de prendre quatre jours de break, en ne posant qu’une seule journée. Ils ont aussi pu profiter du lundi de Pâques, le 21 avril, et seront encore au repos le 9 juin, pour la Pentecôte. Des hasards de calendriers qui ne réjouissent pas les entreprises, qui s’en trouvent désorganisées: «La concentration de ces 5 jours fériés sur 8 semaines, combinée à l’obligation pour les salariés de solder leurs congés 2013 avant le 31 mai pose problème. Car les entreprises sont obligées de fonctionner à effectifs réduits, voir à 50 % les vendredis de pont», constate ainsi Jean-Christophe Sciberras, président de l’Association nationale des DRH. Certaines ont même été contraintes de fermer boutique les vendredis de pont, car elles ne pouvaient pas tourner en sous-effectif. Autre souci que posent les ponts: la productivité des salariés présents ces jours serait plus faible que d’habitude, selon Jean-Christophe Sciberras. «Travailler un vendredi où la moitié de l’entreprise fait le pont, c’est comme le faire un 8 août. La pression est moindre, les interlocuteurs sont plus difficilement joignables. Alors on en profite pour arriver plus tard et partir plus tôt. Il ne faut pas oublier que le travail est collectif dans une entreprise», souligne-t-il. Pour limiter l’impact négatif de cette période sur le reste de l’année, les entreprises ont donc essayé d’anticiper en donnant un coup de collier avant les ponts de mai, ou en prévoyant de se rattraper sur le mois de juin. «Mais cela peut engendrer des heures supplémentaires dont le coût n’est pas négligeable pour les entreprises», note Jean-Christophe Sciberras. Au final, la concentration de jours fériés en mai entraînerait donc une perte de chiffre d’affaires de 2 à 10 % selon les entreprises, en comparaison aux autres mois de l’année. «Certaines d’entre elles perdent des marchés, car leurs clients vont voir ailleurs. Ça tombe d’autant plus mal en période de crise», indique Geneviève Roy, vice-présidente de l’organisation patronale CGPME.

BNP : un exemple de la république bananière en France

BNP : un exemple de la république bananière en France

 

La condamnation de la BNP à 10 milliards pose la question de la responsabilité des dirigeants de la banque et notamment de son PDG qui forcément ne pouvait ignorer ces infractions. Or Jean-Laurent Bonnafé est un exemple de cette république bananière. Ancien fonctionnaire, puis conseiller dans les cabinets ministériels, il doit sa promotion à ses amitiés politiques. Il n’a jamais mis un sou dans sa banque ; c’est sans doute pourquoi aus si il a négligé les risques. Qui va payer ? Les clients de la BNP évidemment, le personnel aussi et un peu les actionnaires. C’est le mal profond de la gouvernance des grandes entreprises française, la plupart dirigées par des anciens fonctionnaires passés par les cabinets ministériels. Une véritable mafia qui gangrène le pays.  . La banque française est donc  menacée d’une amende record et d’un retrait de sa licence bancaire aux Etats-Unis où elle est accusée d’avoir contourné l’embargo contre Cuba, l’Iran et le Soudan. La pénalité s’élèverait à plus de 10 milliards de dollars, affirmait jeudi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier non identifiées. BNP négocierait pour payer un peu moins de 8 milliards de dollars, écrit le quotidien. L’amende serait en tout cas au-dessus de 5 milliards de dollars, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier ayant requis l’anonymat. Ces chiffres sont supérieurs aux quelque 4 milliards de dollars évoqués jusqu’ici et dépassent de loin l’amende infligée en 2012 à la banque britannique HSBC (1,9 milliard de dollars), accusée de complicité de blanchiment, et celle ayant frappé sa compatriote Standard Chartered Bank (670 millions de dollars) pour violation de l’embargo contre l’Iran. L’amende s’annonce en tout cas comme l’une des plus grosses jamais infligées à une banque aux Etats-Unis. Washington accuse BNP Paribas d’avoir contourné entre 2002 et 2009 des sanctions américaines contre l’Iran, le Soudan et Cuba, en effectuant des paiements en dollars dans ces pays. Une enquête interne de la banque avait recensé au début d’année un « volume significatif d’opérations qui pourraient être considérées comme non autorisées au regard des lois » américaines. Les transactions incriminées ont été effectuées depuis l’Iran, Cuba et le Soudan, pays où ces opérations étaient légales, argue une source. Seul hic, elles l’ont été en dollars, autrement dit compensées à un moment donné sur le territoire américain, ce qui les rend délictueuses, les Etats-Unis imposant des sanctions à ces trois Etats. Une amende de 10 milliards de dollars représenterait plus de quatre fois le bénéfice net réalisé par BNP Paribas au premier trimestre (1,7 milliard d’euros).

 

Recettes fiscales en baisse ou austérité pour rien

Recettes fiscales en baisse  ou austérité pour rien

Officiellement l’austérité vise à assainir les comptes, donc réduire les déficits. Malheureusement pas de miracle, fiscalité en hausse, croissance en panne et recette fiscale en diminution ; bref le cercle vicieux de la politique de Hollande. Mercredi matin, la Cour des comptes a publié un rapport affirmant que 14,5 milliards d’euros de recettes fiscales allaient manquer . Dans la loi de finances  rectificative, qui viendra prochainement à l’Assemblée nationale, « était déjà anticipé le fait qu’il fallait déjà faire  un effort supplémentaire de 4 milliards d’euros pour corriger  les mauvaises recettes », selon M. Le Foll. Invité à commenter  le rapport, M. Le Foll a estimé que les aléas faisaient partie du monde économique : « Tout cela fait partie des ajustements qui sont normaux. On doit être  capable de s’adapter  et d’être  le plus juste possible dans ce qu’on anticipe, mais dans le domaine de l’économie il y a aussi des aléas. » Selon lui, les « moindres recettes (…) s’expliquent par plusieurs facteurs : sûrement la croissance », et pour certaines recettes, un « contexte  économique, peut-être social  ». Cour des comptes épingle mercredi la mauvaise estimation l’an dernier des recettes fiscales de l’Etat, « mal expliquée par l’administration », et s’interroge sur la « sincérité » du budget initial. L’institution souligne que les recettes fiscales nettes ont été très inférieures aux prévisions de départ. Les impôts, fortement alourdis l’an dernier, devaient rapporter  à l’Etat 28,3 milliards d’euros de plus qu’en 2012. Au final, les recettes fiscales ont augmenté deux fois moins que prévu, de 15,6 milliards, souligne la Cour.

 

1...225226227228229...244



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol