Archive pour le Tag 'en un an'

Défaillances entreprises : 60.000 en un an

Défaillances Entreprises : 60.000 en un an

59.369 procédures de redressements et liquidations judiciaires ont été enregistrées en France entre octobre 2012 et septembre 2013, selon le cabinet d’étude Altares.  43.302 redressements et liquidations judiciaires ont eu lieu depuis janvier 2013, soit 1.783 cas de plus qu’à la même période l’année dernière, d’après les données du cabinet d’étude Altares. Depuis octobre 2012, ce sont 59.369 procédures de ce type qui ont été enregistrées. Après un pic de 16.000 redressements et liquidations judiciaires au dernier trimestre 2012, la tendance est à la baisse mais reste élevée. Les secteurs d’activité les plus touchés sont ceux de la construction et du commerce, avec respectivement 17.000 et 13.600 dépôts de bilan environ depuis octobre 2012.Les activités financières et d’assurance sont les plus épargnées, avec 353 cas enregistrés. En tête des régions les plus concernées, l’Île-de-France comptabilise plus de 11.000 redressements et liquidations judiciaires. Suit la région Rhône-Alpes avec près de 6.500 cas.À l’inverse, la Corse et le Limousin affichent les plus bas taux avec respectivement 357 et 635 procédures.

PME : augmentation des faillites de 20% en un an.

PME : augmentation des faillites de  20% en un an.

Les Français sont plus sourcilleux sur les dépenses jugées moins indispensables. Et les premières victimes de cette baisse de la consommation sont les PME. C’est le résultat d’une enquête de l’institut Altarès, spécialisé dans l’information sur les entreprises, sur les défaillances et sauvegardes d’entreprises en France, publiée en octobre.   Le nombre de PME à avoir mis la clef sous la porte a bondi de 20% en un an. Les commerces et métiers de service sont particulièrement touchés, notamment dans les sociétés de moins de 10 salariés (TPE), qui paient un lourd tribut : elles représentent 90% des entreprises concernées.   »Les rendez-vous sont plus espacés », déplore sur RTL Marie, une esthéticienne. Venir dans son salon « n’est plus la priorité » pour ses clients. « A la rentrée dernière, on était bien partis. Là, c’est plus dur », confie-t-elle. Avec une baisse de ses revenus et une augmentation de ses charges, Marie ne parvient même plus à se dégager un salaire. Une situation qui ne peut être que provisoire.

RSA : +7% en un an et plus de 2 millions au total

RSA : +7% en un an et plus de 2 millions au total

Près de 2,23 millions de foyers recevaient le RSA fin juin, un chiffre en progression de 7% sur un an, a indiqué ce vendredi 20 septembre la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf). Sur ces 2,23 millions de foyers, plus de 2 millions résident en France métropolitaine, les autres habitant dans les départements d’outre-mer, selon le numéro du mois de septembre « RSA conjoncture » de la Cnaf. « La croissance du nombre de bénéficiaires s’élève à près de 7% entre juin 2012 et juin 2013, connaissant une accélération« , souligne-t-elle.  Dans le détail, le nombre de bénéficiaires du RSA « socle » (493 euros pour une personne seule), revenu minimum pour personnes sans ressources (ex-RMI), connaît une hausse de 8,7%, atteignant 1,5 million fin juin. Le nombre de bénéficaires du RSA « activité », qui sert de complément à un petit salaire, s’élève quant à lui à 492.000 foyers, en hausse de 2,6%. En outre, 233.000 foyers reçoivent les deux prestations. Selon la Cnaf, cette progression dynamique constatée depuis le début de l’année 2012, « est à relier à la situation défavorable du marché de l’emploi, le chômage connaissant une croissance continue sur cette période ».

 

CDI : en baisse de plus de 10% en un an

CDI : en baisse  de plus de 10% en un an

Baisse  générale des embauches en CDI (-10,5% sur un an). Mais le nombre de CDD de plus d’un mois a, lui aussi, reculé 3,4% en un an. À l’inverse, les CDD de moins d’un mois enregistrent une hausse de 7,7%.Grâce ou à cause de cette flambée des contrats très courts, le nombre total d’embauches progresse de 2,6% au quatrième trimestre, par rapport à la même période un an plus tôt. De quoi justifier, a posteriori, la taxation accrue des CDD inscrite dans le tout récent accord sur la sécurisation de l’emploi. Syndicats signataires et patronat espèrent qu’elle contribuera à limiter l’usage abusif des contrats de quelques semaines.  Ces données vont aussi dans le sens du rapport de la Cour des comptes qui dénonçait hier un marché du travail divisé en deux. Une «dualité» entre contrats courts et CDI encore aggravée par la crise: non seulement les travailleurs en intérim et en CDD ont de plus en plus de mal à décrocher un contrat à durée indéterminée, mais ils ont été les premiers remerciés face au ralentissement économique, alors que les entreprises des pays voisins ont plutôt réduit le salaire et le temps de travail de leur personnel. Dans son rapport, l’Acoss met également en avant des disparités entre entreprises. Alors que les TPE ont vu leurs embauches reculer de 0,7%, celles de 20 salariés ou plus ont diminué les leurs de 3,0%. Cette baisse s’explique notamment par le recul de leurs embauches en CDI (-4,1%) et de CDD de plus d’un mois (-2,1%).  Certains secteurs sont aussi plus touchés que d’autres. L’industrie enregistre au dernier trimestre une baisse de 8,2% des embauches contre -7,1% dans le BTP et -6,5% dans le tertiaire. Autre constat: les embauches de plus d’un mois se réduisent dans la quasi-totalité des régions sur l’année: seuls la Corse, le Limousin et la Guyane affichent une stabilisation.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol