Archive pour le Tag 'en moins'

Impôts : cinq milliards en moins pour compenser l’ISF ?

Impôts : cinq milliards  en moins pour compenser l’ISF ?

 

Sans doute pour notamment compenser son refus de revenir sur l’ISF, Macron a annoncé 5 milliards d’impôts en moins essentiellement pour les couches moyennes. Des baisses d’impôts qui concerneront en particulier l’impôt sur le revenu. Elles seront financées par des économies et par la suppression de certaines niches fiscales concernant les entreprises. La réponse n’est pas dans le reniement mais dans la définition plus profonde d’une nouvelle ambition, dans la réponse aux questions que se pose notre pays et d’autre démocraties dans le monde”, a-t-il déclaré. “Face au sentiment d’injustice, nous devons apporter une réponse qui place l’homme au cœur de notre projet.”Les modalités de la baisse de cinq milliards d’euros de l’impôt sur le revenu seront fixées par le gouvernement mais elle ne se sera pas financée à crédit, a-t-il promis. Pour ce faire, les niches fiscales – ces dispositions qui permettent de réduire l’imposition – seront réformées. Mais seulement celles dont bénéficient les entreprises, a-t-il dit. Des économies contribueront en outre à financer cette baisse d’impôts et le gouvernement devra pour cela supprimer de nombreux organismes, a-t-il dit sans citer ces derniers.

Pour éteindre une crise née de revendications liées au pouvoir d’achat, il a également annoncé la réindexation sur l’inflation l’an prochain des pensions de retraites inférieures à 2.000 euros par mois, puis de toutes les pensions à partir de 2021.

Les modalités de la prime exceptionnelle versée fin 2018 par des entreprises seront en outre reconduites cette année.

De moins en moins de vacances pour les français ; trop cher

De moins en moins de vacances pour les français ; trop cher

 

 

D’après  une étude menée par le cabinet Protourisme, l’an dernier, seuls 29,5 millions de Français (adultes et enfants) ont passé au moins une nuit en hébergement marchand soit 41% de la population contre 45% en 2012. Selon les calculs du cabinet spécialisé, ce seraient 3,5 millions d’habitants de l’Hexagone qui auraient renoncé à ce genre de sortie depuis 2010. Le camping affiche un recul de 3 millions de nuitées, tout comme les locations meublées tandis que l’hôtellerie perd 2 millions de nuitées. Seuls les villages de vacances et les résidences de tourisme tirent à peu près leur épingle du jeu dans une quasi stabilité. «C’est un niveau de départ extrêmement faible et le recul affecte toutes les catégories de clientèle», souligne Didier Arino, directeur de Protourisme. Même les vacances subventionnées dans les villages de vacances associatifs sont en recul. Néanmoins, le niveau de vie reste déterminant pour continuer à s’offrir des vacances. Si les trois quarts des foyers disposant de revenus mensuels nets supérieurs à 3500 euros partent toujours, ils ne sont plus que 56% chez ceux gagnant entre 2500 et 3499 euros et 38% dans les classes moyennes pouvant compter sur 1500 à 2499 euros mensuels. Quant aux foyers avec un revenu inférieur à 1500 euros, la proportion de ceux qui se permettent de s’offrir ce genre de séjour ne dépasse pas 23%. De mauvais chiffres qui rendent Didier Arino pessimiste pour l’avenir. «Si les clientèles étrangères progressent un peu et les catégories socioprofessionnelles supérieures se maintiennent, le cœur du marché se réduit, explique-t-il. Il sera de plus en plus compliqué et coûteux de toucher une nouvelle clientèle. Avec la hausse de la TVA et des charges, la seule manière de s’en sortir pour les plus fragiles sera de se regrouper vers les marques les plus fortes du secteur.»  Un mouvement qui ne se fera pas sans quelques victimes, selon lui, du côté des clubs de vacances ou de l’hôtellerie. Ces professionnels ont d’ailleurs d’autant plus de mal à maintenir leurs marges que le poids des intermédiaires en ligne ne cesse de progresser. L’an dernier 84% des acheteurs d’hébergements marchands se sont renseignés sur le Web, et 72% de ces internautes ont au moins acheté une prestation touristique payante au cours de l’année 2013.

 

Sondages Municipales: 60 à 120 villes en moins pour la gauche

Sondages Municipales: 60 à 120 villes en moins pour la gauche

La gauche dirige 70% des villes de plus de 100.000 habitants, et devrait en conserver la majorité, les principaux espoirs de la droite reposant sur Caen, Metz ou Reims. En revanche, la situation est plus mouvante dans les villes plus petites, notamment celles qui sont éloignées des grandes agglomérations. Si l’on projette sur 2014 les mouvements de 2001 et 2008, la gauche au pouvoir pourrait perdre entre 60 et 120 villes de plus de 10.000 habitants, selon des experts électoraux.

Les villes moyennes sont davantage habitées que les grandes villes par des catégories « qui se sentent géographiquement et socialement déclassées: les familles ne peuvent plus se loger dans les grandes villes, devenues trop chères, craignent de perdre leur statut social et ressentent une dégradation de leur niveau de vie ». Ces villes intermédiaires, renchérit Jérôme Fourquet (Ifop) sont « souvent situées dans des territoires qui se sentent abandonnés, avec un tissu industriel fragile ».

Des facteurs locaux – usure du pouvoir, absence de successeur désigné par le maire sortant qui ne se représente pas, multiplicité des candidatures au sein d’un même camp – peuvent aussi jouer en faveur de l’opposition.

Voici quelques exemples de ces villes où la majorité peut changer:

RHONE-ALPES

- A Chambéry, la maire sortante Bernadette Laclais (PS), 47 ans, en lice pour un deuxième mandat et par ailleurs députée depuis 2012, avait emporté la mairie dès le premier tour en 2008, avec 1.980 voix d’avance (50,14%) sur le candidat UMP. Cette année, elle devra affronter le député européen UMP Michel Dantin, conseiller municipal de Chambéry depuis 1983.

- A Valence, le jeune loup de l?UMP Nicolas Daragon, 41 ans, compte bien reprendre au maire Alain Maurice la ville que la droite avait gérée de 1995 à 2008. La position du sortant socialiste, 52 ans, est d?autant moins confortable qu?il a été battu aux dernières législatives par l?ancien maire UMP Patrick Labaune, et que les Ecologistes ont leur propre liste emmenée par l?eurodéputée Michèle Rivasi, très influente localement.

- A Auxerre, le sortant PS Guy Férez, qui brigue un troisième mandat, aura fort à faire face à un espoir de l?UMP, Guillaume Larrivé, 37 ans. Auxerre a longtemps été tenue par Jean-Pierre Soisson, marqué à droite.

NORD-PAS-DE-CALAIS

Outre Hénin-Beaumont (27.000 habitants), que le FN emmené par Steeve Briois veut ravir au PS, très menacé, Calais pourrait changer de camp: la sénatrice-maire sortante, l?UMP Natacha Bouchart, est menacée par le député PS de 39 ans Yann Capet.

CENTRE

- Bourges: le maire sortant Serge Lepeltier (UDI), qui avait arraché la ville à la gauche en 1995, ne se représente pas. La gauche (56% au 2e tour de la présidentielle 2012) pense pouvoir récupérer la mairie, d’autant que la droite part en ordre dispersé, avec trois listes.

- Chateauroux. Là aussi, le sortant Jean-François Mayet (UMP), ne se représente pas et la droite se présentera en ordre dispersé.

PACA

- A Digne-les-Bains, où le maire PS sortant ne se représente pas, la gauche part divisée, avec deux listes. Elles auront face à elle une liste UMP, mais aussi une liste FN élargie, avec à sa tête une « prise » frontiste, Marie-Anne Baudoui-Maurel, ex-présidente de l?Association départementale des amis de Nicolas Sarkozy.

- A Brignoles (Var), la gauche part unie derrière un élu sortant DVG mais aura face à elle, outre une liste UMP-UDI, une liste FN emmenée par Laurent Lopez, ex-cadre commercial qui a remporté en octobre 2013 l’élection cantonale (53,9%) face à la candidate de l’UMP.

MIDI-PYRENEES

Montauban: l’ancien maire PS Roland Garrigues espère regagner cette ville de 54.000 habitants dirigée depuis 2001 par l’UMP Brigitte Barèges, à la faveur d’une triangulaire avec le FN qui avait recueilli 18% des voix à la présidentielle. Mme Barèges avait été réélue en 2008 avec moins de 200 voix d’avance et a été battue aux législatives de 2012.

 

La Redoute : reprise avec 700 emplois en moins

La Redoute : reprise avec 700 emplois en moins

 

Kering a annoncé mercredi avoir opté pour le projet de reprise de La Redoute par ses dirigeants et être entré en négociations exclusives avec Nathalie Balla, PDG de l’entreprise, et Eric Courteille, secrétaire général de sa maison-mère Redcats. Le projet, déposé en fin de semaine dernière seulement, a eu la préférence de François-Henri Pinault, PDG de Kering qui boucle ainsi sa sortie de la distribution après la cession du Printemps, de Conforama, de ses activités américaine et nordique de vente à distance et la mise en Bourse de la Fnac. Le tandem l’a emporté face à la société foncière Altarea-Cogedim, au fonds américain The Gores Group ainsi qu’à un entrepreneur du Nord. La cession se fera pour un euro symbolique, Kering s’étant engagé à recapitaliser l’entreprise déficitaire, lui apportant les sommes nécessaires à la modernisation de son outil industriel, à la couverture des pertes des prochaines années et au financement des mesures de reconversion des salariés, qui redoutent un plan social pouvant dépasser les 700 emplois. Les pouvoirs publics, par la voix du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, et la maire de Lille Martine Aubry étaient montés au créneau pour demander à Kering de choisir un repreneur à même d’assurer la pérennité de l’entreprise. Kering, qui dit avoir injecté plus de 400 millions d’euros dans sa filiale de vente à distance depuis 2008, est prêt, selon des sources proches du dossier, à la recapitaliser à hauteur d’au moins 300 millions d’euros. Sans donner de montant précis, François Henri-Pinault a déclaré dans une interview au Figaro que « la somme exacte (serait) fixée au terme des négociations ». « C’est une somme très importante, à la hauteur des enjeux », a-t-il ajouté.  

 

Chômage : 50 000 chômeurs en moins mais 280 000 radiés

Chômage : 50 000 chômeurs en moins mais 280 000 radiés

Beaucoup ignorent le parcours du combattant du chômeur à l’intérieur de Pôle emploi. Tout est faiat pour favoriser les radiations. Un chômeur doit bien entendu s’inscrire mais surtout réactualiser sa situation chaque mois, il doit en outre répondre aux convocations. Nombre de chômeurs sont ainsi radiés parce qu’il y a des bugs dans le système informatique ou parce qu’ils ne se sont pas rendus à une convocation qu’ils n’ont jamais reçue. Autre méthode, on convoque le chômeur mais on lui indique que ce n’est pas la bonne date et il doit revenir. Sans parler des documents à fournir à temps. Chaque  déplacement à pôle emploi n’est pas gratuit surtout quand on réside à 25 kms de l’agence. De nombreux chômeurs qui n’ont pas travaillé (ou pas assez) ne peuvent prétendre à aucune indemnité et finissent par être découragés d’autant que Pôle emploi ne propose en général ni emploi, ni formation. Un grand nombre de personnes (77.500 de plus qu’en juillet, soit une hausse de 38,8%) ont disparu des listes faute d’avoir informé Pôle emploi, comme ils y sont obligés, de l’évolution de leur situation. Ce qui pousse l’UMP à dénoncer une « manipulation statistique ». Ce n’est pas « une aberration statistique, même si dans les périodes de reprise de l’activité, il peut y avoir des mouvements un peu erratiques d’un mois sur l’autre », a répliqué Michel Sapin jeudi sur France Inter. Dans un communiqué publié mercredi,  le ministère du Travail a tenu à préciser qu’ »aucun incident dans le système d’information de Pôle emploi » ou « changement dans les modalités d’actualisation (…) » « n’a pu être identifié pour expliquer cette hausse exceptionnelle ». Un bug informatique intervenu fin août avait pourtant bien été reconnu par Pôle emploi sur son compte Twitter, comme le rappelle le site de Sud-Ouest. « Un chiffre d’une telle ampleur n’a jamais été observé. En moyenne tous les mois 200 000 personnes sortent des listes pour défaut d’actualisation de leur situations, nous somme en août à 280 000″, indique auJDD.fr Eric Heyer, économiste à l’OFCE. « En plus de la possibilité d’un bug informatique, ce chiffre peut correspondre à des chômeurs découragés qui n’estiment plus utiles de mettre à jour leur situation. Ou alors, hypothèse optimiste, à des personnes qui ont retrouvé un travail sans prévenir Pôle emploi », ajoute l’économiste. Mais quel travail quand on sait qu’il faut au moins 0.9% de croissance pour récréer des emplois et 1.5% pour faire reculer le chômage ; or on sait que cette croissance de 2013 sera de l’ordre de 0.3%.

Effectifs Armée : 34.000 hommes en moins d’ici à 2019

Effectifs Armée : 34.000 hommes en moins  d’ici à 2019

Présentée vendredi prochain au dernier conseil des ministres avant les vacances, la loi de programmation militaire pour 2014-2019 va réduire le nombre de soldats mais renforcer leurs moyens matériels.  Sujet brûlant s’il en est au sein du gouvernement et entre le gouvernement et l’opposition, la loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 sera présentée lors du prochain conseil des ministres, vendredi. Au menu, un budget de la Défense maintenu pour les trois prochaines années mais de douloureux équilibres à trouver. L’armée française des années 2020 comptera davantage de matériel mais moins d’hommes : moins 34.000 par rapport à aujourd’hui.

 

Medef-emploi : il faut 100 milliards de charges en moins

Medef-emploi : il faut  100 milliards de charges en moins

Le nouveau président du Medef a demandé mercredi au gouvernement de baisser de 100 milliards d’euros en cinq ans les charges et impôts pesant sur les entreprises dans le cadre d’un « pacte de confiance » pour ramener le chômage sous la barre des 7% en 2020. La principale organisation patronale française a tourné la page Laurence Parisot en portant Pierre Gattaz à sa tête, lors d’une assemblée générale qui n’était qu’une formalité, après le ralliement de ses principaux adversaires. Avec cet homme de 53 ans, le Medef, héritier du CNPF un temps dirigé par son père, Yvon Gattaz, renoue avec la tradition d’un président venu de l’industrie, après avoir vécu pendant huit ans sous la houlette d’une patronne issue des services. Après son élection, le PDG de la société d’équipements électroniques Radiall, qui a obtenu 476 voix sur 501 votants, a exhorté le gouvernement à créer un environnement favorable aux entreprises françaises, qu’il juge en danger. « Notre pays ne comprend pas ses entreprises et ses entrepreneurs, notre pays ne les aime pas suffisamment », a-t-il déploré, en s’appuyant sur une anecdote personnelle. « Ma plus jeune fille vient de passer son Bac. Son sujet de sciences économiques et sociales était : ‘Vous montrerez de quelle manière les conflits sociaux peuvent être des facteurs de cohésion sociale’ » a-t-il expliqué à un auditoire acquis. Il a imputé les 1.000 chômeurs supplémentaires enregistrés chaque jour en France depuis le début de l’année aux « erreurs » commises par les dirigeants politiques « depuis 30 ans ». Les emplois aidés financés sur fonds publics – un des axes de l’action du gouvernement actuel – constituent une impasse et les politiques de l’emploi doivent d’abord être des politiques en faveur des entreprises, a-t-il poursuivi.

 

Austérité : 8 milliards en moins de recettes fiscales et un déficit qui repart

Austérité : 8 milliards en moins de recettes fiscales et un déficit qui repart

 

Finalemenet l’austérité n’aura servi à rien sinon à détruire des emplois. La baisse de consommation à plombé la croissance et mécaniquement les recettes fiscales ont diminué. Un bilan pathétique pur produit de la politique économique européenne et de son pacte de stabilité sans croissance. Le  gouvernement français a revu à la baisse de huit milliards d’euros ses prévisions de recettes budgétaires pour 2013, par rapport à la loi de finances votée par le Parlement à l’automne 2012. C’est ce qu’a annoncé Bernard Cazeneuve, auditionné par la commission des Finances de l’Assemblée nationale, mercredi 12 juin. Cette révision figure dans le programme de stabilité remis en avril à la Commission européenne, qui repose sur une prévision de croissance du PIB abaissée à 0,1%, contre 0,8% prévu dans le budget. Ce qui implique un déficit public à 3,7% du produit intérieur brut cette année, contre 3% anticipé précédemment, soit un écart de quelque 14 milliards d’euros .   Le ministre du Budget a ainsi précisé pour la première fois que, sur le total, huit milliards proviendraient de recettes budgétaires revues à la baisse du fait du marasme de l’économie. Au total, les recettes fiscales nettes votées dans le Budget 2013 représentent 298 milliards d’euros. Dans le détail, le gouvernement attend un milliard d’euros en moins d’impôt sur le revenu par rapport à la prévision de la loi de finances (71,9 milliards), deux milliards en moins d’impôt sur les sociétés (53,5 milliards voté), 4,5 milliards de TVA en moins (par rapport à 141,2 milliards) et 0,4 milliard de moins de taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (13,7 milliards voté). En sens inverse, l’Etat escompte que la charge de la dette, qu’il situait à 46,9 milliards dans le budget 2013, diminuera de près d’un milliard d’euros en raison de la faiblesse des taux des emprunts d’Etat français. Bernard Cazeneuve a souligné que, en diffusant ces chiffres, il voulait faire preuve « de la plus grande transparence » sur la réalité des finances de l’Etat.

Armée : 20.000 postes en moins, environ 10% des effectifs

Armée : 20.000 postes en moins, environ 10% des effectifs

 

 

Le Livre blanc de la défense qui doit être remis lundi à François Hollande prévoit une poursuite de la baisse des effectifs de l’armée française à hauteur de 5.000 postes par an en moyenne sur la période 2016-2019, soit 20.000 au total, rapporte le quotidien Les Echos. Selon le quotidien, il prévoit en outre un budget de la défense de 179,2 milliards d’euros hors pensions sur la période 2014-2019 couverte par la prochaine loi de programmation militaire. Les Echos souligne que ce montant est à peu près conforme à la promesse faite le mois dernier par François Hollande de geler les crédits militaires à leur niveau de 2013. Mais cette enveloppe « cache en fait une baisse réelle des crédits budgétaires puisqu’elle va incorporer au moins 4,5 milliards de recettes exceptionnelles », écrit le journal. Il rappelle que la baisse des effectifs de l’armée a été enclenchée par Nicolas Sarkozy, qui a prévu la suppression de 54.000 postes sur la période 2008-2015.

 

Transport routier : 20 000 emplois en moins en 2012, autant en 2013 à cause de l’écotaxe

Transport routier : 20 000 emplois en moins en 2012, autant en 2013 à cause de l’écotaxe

 

Le  secteur est à nouveau rattrapé par la crise. Et l’hécatombe a commencé dès 2012 : le nombre de faillites de transporteurs routiers a augmenté de 10%, selon Jean-Paul Deneuville, délégué général de la fédération nationale des transports routiers, interrogé au micro d’Europe 1. Du côté des salariés, ces faillites ont entraîné une vraie saignée : 20.000 postes ont été supprimés au cours de l’année écoulée. « C’est beaucoup plus que des plans sociaux annoncés, et ils sont tout aussi cruels, même s’ils sont disséminés », fait remarquer Jean-Paul Deneuville.  Plusieurs facteurs sont à l’origine des difficultés du secteur : l’économie française à la peine, tout d’abord, qui a entraîné un recul des commandes de livraison sur deux années consécutives, du jamais-vu depuis vingt ans. Le prix des carburants a, de plus, explosé : + 20 % en deux ans. Les transporteurs routiers français souffrent également de la concurrence de plus en plus vive des chauffeurs roumains ou polonais, payés jusqu’à cinq fois moins chers. A cela s’ajoute une nouvelle difficulté pour le secteur cette année : l’écotaxe, dont le dispositif complexe a été simplifié par le gouvernement, mais qui devrait dissuader le transport par la route au profit de moyens moins polluants. « On ne voit pas aujourd’hui comment 2013 ne sera pas pire encore que 2012″, conclut Jean-Paul Deneuville.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol