Archive pour le Tag 'en cours'

SFR-Numericable : négociations en cours

SFR-Numericable : négociations en cours

 

Après avoir démenti le rapprochement, Vivendi a cependant confirmé lundi avoir été approché par Altice, maison-mère de Numericable, en vue d’un rapprochement entre l’opérateur télécoms SFR et le spécialiste français du câble, tout en précisant ne pas avoir reçu d’offre formelle à ce stade. Après la clôture de la Bourse, Altice a à son tour confirmé avoir « approché Vivendi en vue d’un rapprochement entre Numericable et SFR », ajoutant qu’aucune offre formelle n’avait été « effectuée à ce jour ». Les discussions ont repris entre les deux parties à la suite d’une nouvelle proposition d’Altice, jugée cette fois plus crédible par les dirigeants du conglomérat après une première tentative infructueuse l’an dernier, avaient déclaré précédemment à Reuters des sources proches des discussions. Si elles aboutissent, les négociations se traduiraient par le rachat de l’ »ogre » SFR, dont la valeur d’entreprise est estimée entre 15 et 16 milliards d’euros par les analystes, par le « petit poucet » Numericable (six milliards). L’opération, qui annulerait de facto l’introduction en Bourse de SFR programmée début juillet, chamboulerait un marché français des télécoms éprouvé par deux années de guerre des prix en obligeant les opérateurs concurrents de SFR à envisager des alliances en guise de riposte.Selon trois sources au fait des discussions, la nouvelle proposition avancée par le dirigeant d’Altice Patrick Drahi valorise SFR à plus de 15 milliards d’euros et prévoit que Vivendi conserverait une part minoritaire de 32% dans la nouvelle entité. Le quotidien Les Echos avait fait état dimanche soir d’un accord de principe entre les deux parties mais un porte-parole de Vivendi a démenti qu’un protocole d’accord ait été signé.

Dexia: 3 dirigeants de la banque en cours de démantèlement augmentés de 30%

Dexia: 3 dirigeants de la banque en cours de démantèlement augmentés de 30%

 

Le triple scandale le Dexia est loin d’être apuré puisqu’on vient de procéder à l’augmentation de dirigeants ; Un scandale d’abord sur la gestion avec des spéculations aventureuse, des augmentations salariales cependant outrancières  de dirigeants, et des emprunts toxiques pour les collectivités locales ; le tout a déjà couté presque 7 milliards au contribuable. Et aucun dirigeant n’a été inquiété par la justice ! L’aventure continue puisqu’on a été contraint de démanteler Dexia suite à l’incapacité de redresser  la banque publique. En prime, on augmente les dirigeants en charge du démantèlement. Un bel exemple de la gestion publique et de la mafia des dirigeants sans scrupule. Nommés mi-décembre au comité de direction de la banque, le directeur financier Pierre Vergnes, le responsable des risques Marc Brugière et le secrétaire général Johan Bohets ont vu leur rémunération passer de 340.000 euros à 450.000 euros, précise le JDD sans citer ses sources.  Ces salaires sont comparables à ceux des dirigeants du Crédit Agricole ou des Caisses d’épargne.  Pierre Vergne et Marc Brugière remplacent Philippe Rucheton, qui était payé 500.000 euros, et Claude Piret, qui était payé 480.000 euros, indique le JDD.   »Dans le contexte particulier de Dexia, la gestion en extinction est un métier complexe qui demande des compétences pointues et des professionnels expérimentés », a fait valoir une porte-parole de Dexia auprès de l’AFP.   »Les décisions prises par le conseil d’administration et annoncées le 13 décembre 2013 sont en ligne avec les pratiques de marché et conformes aux législations en vigueur », a-t-elle ajouté.  Dexia est détenue à 44% par la France et à 50% par la Belgique, où les salaires de dirigeants d’entreprise publique sont respectivement plafonnés à 450.000 et 290.000 euros par an, rappelle le journal. Sauvé de la faillite par les Etats belge et français à l’automne 2008, le groupe Dexia a été durement frappé par la crise de la dette, ce qui a rendu nécessaire un second sauvetage en octobre 2011.  Selon la Cour des comptes, les déboires de la banque ont coûté 6,6 milliards d’euros à la France. Un petit rappel car l’affaire  Dexia est révélatrice des dérives bancaires ; D’un certain point de vue, c’est une caricature ; Pour autant la crise de cette banque présente bien des points communs avec d’autres établissements bancaires. En 2011  il a fallu éviter le pire, c’est la fin de ce qu’il faut bien considérer comme une aventure malheureuse. A cet égard la plupart des banques européennes et même françaises ont suivi le même chemin. C’est-à-dire qu’elles n’ont tiré aucun enseignement de la crise de 2008 et ont continué, elles aussi à investir dans des placements à risques mal mesurés pour lesquels alors que ce n’est pas leur mission première et qu’elles n’ont en réalité que peu de compétence dans ces domaines. En clair on joue avec l’argent des dépôts et des épargnants pour tenter d’accroitre les profits et satisfaire et les actionnaires et les égos (et les rémunérations)  des dirigeants. Notons que la rémunération de M. Mariani, dirigeant de Dexia était de l’ordre de 2 millions d’euros en 2010  (salaires et bonus), c’est évidemment mieux que son ancien salaire de fonctionnaire inférieur à 100 000 euros. ; En fait M. Mariani est représentatif des dirigeants de banques français, hauts  fonctionnaires, qui ne doivent leur promotion qu’à leur passage dans les cabinets ministériels ; ce qui explique une grande partie de leur incompétence et de leur irresponsabilité. Et pourtant M. Mariani était considéré comme l’un des meilleurs, ce qui en dit long sur la qualité des autres. Fondamentalement les banques de déports la plupart dirigées par d’anciens fonctionnaires ne sont compétentes pour intervenir sur les placements à risque.

Evasion fiscale: « pas de géant » en cours, selon Pierre Moscovici ! D’escargot géant ?

Evasion fiscale: « pas de géant » en cours, selon Pierre Moscovici ! D’escargot géant ?

Il rêve surement Moscovici en affirmant mettre fin à l’évasion fiscale (comme ses prédécesseurs !) ; Première raison,  l’ingénierie anti fiscale est tellement sophistiquée que pratiquement aucun riche ne paye ce qu’il devrait payer (quand il paye ;  exemple Total qui n’a pas payé d’impôts sur les bénéfices pendant des années, d’autres sociétés du CAC aussi) ; seconde raison le poids de la fiscalité en France qui encourage la fraude, d’une certaine manière impôt tue l’impôt. Dernière raison :  les complicités entre les milieux financiers et les milieux politiques  La communauté internationale est en train de faire des « pas de géant » dans la lutte contre l’évasion fiscale, a donc affirmé samedi le ministre français des Finances Pierre Moscovici, à l’issue d’une réunion du G7 en Grande-Bretagne.   »C’est un sujet sur lequel nous sommes en train, depuis quelques semaines, en vérité quelques mois, de faire des pas de géant, je n’exagère pas en disant ça, il y a quelque chose qui est en train de s’ouvrir, un nouveau champ », a-t-il déclaré devant la presse.   »Un véritable consensus émerge pour prendre des mesures efficaces pour que chacun paie sa juste part de l’impôt », c’est un « impératif de morale » qui permet en outre « plus d’efficacité pour nos budgets », a-t-il souligné.  Mi-avril, les pays du G20 avaient « exhorté » la communauté internationale à s’attaquer aux racines du secret bancaire en faisant de l’échange automatique d’informations la « règle générale ».  M. Moscovici a indiqué qu’il allait « insister », avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble, « pour que l’UE avance très vite et que la Commission européenne fasse des propositions très vite » en ce sens.   »Un président de la République précédent avait dit +les paradis fiscaux, c’est fini+ », a ironisé le ministre socialiste, en référence à Nicolas Sarkozy.   »On ne va pas décréter la fin des paradis fiscaux, mais on a lancé un mouvement pour faire reculer de façon décisive l’évasion fiscale » et « déboucher sur l’obsolescence des paradis fiscaux », a-t-il affirmé.  Interrogé sur la vaste enquête lancée par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Australie après la réception de milliers de fichiers informatiques sur des comptes secrets dans des paradis fiscaux, M. Moscovici a souligné la volonté de la France de coopérer si des Français étaient concernés.   »Ce que je sais, (…), c’est que des contacts ont déjà été pris entre administrations fiscales », a-t-il dit.  La présence de contribuables français dans ces fichiers « pourrait arriver ». « Ces administrations se sont déclarées disponibles pour coopérer avec nous dans l’hypothèse où des contribuables français seraient concernés, ce qui n’est pas du domaine de l’absurde », a ajouté le ministre.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol