Archive pour le Tag 'empoisonnés ?'

Œufs et alimentation empoisonnés

Œufs et alimentation empoisonnés

 

 

Le scandale des œufs empoisonnés mais plus généralement de l’alimentation. Une étude de l’industrie alimentaire qui n’est pas sans doute complètement neutre mais qui démontre quand même que les Français veulent des produits de meilleure qualité. Pas étonnant ce que nous mangeons actuellement est en cocktail de pesticides, engrais chimiques, additifs (pas moins de 700*), colorants, emballages sans doute à l’origine de cancers, maladies neurologiques et dysfonctionnements du système immunitaire du fait  l’exposition des quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre alimentation et notre environnement.  Les français seraient prêts à payer plus cher une meilleure alimentation d’après ce sondage.  L’étude publiée ce mercredi par l’association des industries alimentaires est précise : 80% des Français sont prêts à acheter plus chers des aliments s’ils sont de meilleure qualité. Une vigilance accrue vis à vis de l’alimentation qui n’est pas sans fondements. Depuis le scandale de la viande de cheval il y a deux ans l’image de l’industrie alimentaire s’améliore doucement mais les Français ont désormais besoin d’être rassurés. Plus d’un consommateur sur deux regarde désormais la composition des produits mis dans leurs caddies alors qu’ils n’étaient seulement que 35% en 2013.  Désormais, les acheteurs avertis sont de plus en plus attirés par la qualité des ingrédients. En effet, huit français sur dix sont prêts à acheter des produits plus chers s’ils contiennent des ingrédients de grande qualité. Les labels sont donc devenus un critère de séduction tout comme l’origine du produit. C’est un gage de sécurité supplémentaire car nous avons désormais besoin de savoir d’où vient le produit et quel a été son circuit, quasiment du champ à l’assiette. Dans les supermarchés, les rayons consacrés au terroir se multiplient et dans un contexte de crise cela donne l’impression de soutenir l’emploi ainsi qu’un savoir-faire à la française.

 

 

  •  Additifs : 700 !

Un  rapport de l’Oms sur le risque de cancer en cas de consommation excessive de viande industrielle concerne le type délavage mais tout autant le mode de préparation et de conservation. Pas étonnant pas moins de 700 additifs sont utilisés dans la chimie alimentaire. Or d’Après  Consoglobe  80 additifs sur 700 seraient vraiment inoffensifs. Mais même inoffensive cette chimie alimentaire fait peur rien qu’à en lire une liste non exhaustive ! Bon appétit !

L’additif E160 plus connu sous le nom de bêtacarotène extrait de carottes

E100 – E102 – E103 – E104 – etc

E100 : Curcumine = Colorant jaune d’origine végétale

E101 : Riboflavine (lactoflavine, vitamine B2) = Colorant jaune d’origine végétale

E140 : Chlorophylle et chlorophylline = Colorant vert d’origine végétale

E160c : Extrait de Paprika = Colorant d’origine végétale (considéré sans danger mais cependant interdit en Australie)

E160e : Bêta-Apocarotenol-8 (C30) = Colorant et antioxydant orange synthétique

E160f : Ester éthylique de l’acide bêta apocaroténique-8 (C30) = Colorant et antioxydant de synthèse

E161 : Xanthophylle = Colorant jaune d’origine végétale (interdit cependant en Suisse)

E162 : Rouge de betterave ou Bétanine = Colorant rouge dérivé des betteraves

E163 : Anthocyanes = Colorant entre le rose, le violet et le bleu dérivé de fruits et de légumes

E170 : Carbonate de calcium = Colorant naturel dérivé du calcaire

E172 : Oxydes de fer – Hydroxydes de fer = Colorants jaune, marron, noir ou rouge dérivé d’oxydation du fer

E263 : Acétate de calcium = Acidifiant d’origine naturelle ou chimique (considéré comme peu toxique lorsqu’il est consommé oralement)

E297 : Acide fumarique = Acidifiant synthétique

E301 : (L-)Ascorbate de sodium = Antioxydant chimique ou produit par génie génétique

E302 : (L-)Ascorbate de calcium = voir E301

E303 : Diacétate d’ascorbyle = voir E301

E304 : Esters d’acides gras de l’acide ascorbique, Palmitate d’ascorbyle, Stéarate d’ascorbyle = voir E301

Végétariens selon certains rapports, le E304 pourrait parfois être d’origine animale

E306 : Extrait riche en Tocophérols = Vitamine E d’origine végétale servant d’antioxydant et de stabilisant

E307 : Alpha-Tocophérol = Vitamine E de synthèse ayant le même rôle que le E306

E308 : Gamma-Tocophérol = voir E307

E309 : Delta-Tocophérol = voir E307

E322 : Lécithines = Antioxydant et émulsifiant d’origine végétale ou animale, dérivé du tournesol, du soja et du colza ou encore des oeufs. Si dérivé d’OGM :

des rapports assez récents dévoilent certains risques lors de surconsommation tels que : bouffées de chaleur et risques d’allergie.

E330 : Acide citrique = Antioxydant et acidifiant d’origine végétale, parfois fabriqué synthétiquement ou par génie génétique. Attention ! Peut parfois contenir du GMS(1) (glutamate monosodique) Risques à fortes doses : réactions cutanées et érosion des dents.

E331 : Citrates de sodium (aussi citrates de mono sodium, de di sodium et de tri sodium) = Acidifiant dérivé de l’acide citrique et qui pourrait être obtenu par génie génétique.

E334 : Acide tartrique (L(+)) = Antioxydant pouvant être d’origine naturelle, chimique ou produit par génie génétique

E335 : Tartrates de sodium (L(+)), mono, di et trisodique = Antioxydant et acidifiant d’origine naturelle dérivé de l’acide tartrique. Souvent utilisé dans les aliments pour nourrissons/enfants. En grande quantité peut provoquer des diarrhées.

E336 : Tartrates de potassium = voir E335 selon un ouvrage(2), cet additif pourrait représenter certains risques pour les personnes ayant des problèmes de rein ou de foie.

E337 : Tartrates double de potassium et de sodium = voir E335

E350 : Malate(s) de sodium ou Malate acide sodium = Acidifiant et correcteur d’acidité, dérivé de l’acide malique.

E351 : Malates de potassium = voir E350

E352 : Malate(s) de calcium ou Malate acide de calcium = voir E350

E353 : Acide métatartarique = Acidifiant, stabilisant et correcteur d’acidité de synthèse (surtout utilisé pour le vin)

E354 : Tartrate de calcium = voir E353

E356 : Adipate de sodium = acidifiant de synthèse qui peut remplacer le sel

E357 : Adipate de potassium = voir E356

E400 : Acide alginique = Épaississant, gélifiant et agent d’enrobage d’origine naturelle dérivé d’algues brunes lavées et broyées. Leur pulpe est ensuite traitée chimiquement. Consommé en trop grande quantité, cet additif pourrait avoir un effet laxatif et diminuer l’absorption intestinale de certains minéraux.

E401 : Alginate de sodium = dérivé du E400, s’y référer

E402 : Alginate de potassium = dérivé du E400, s’y référer

E403 : Alginate d’ammonium = dérivé du E400, s’y référer

E404 : Alginate de calcium = dérivé du E400, s’y référer

E417 : Gomme Tara = Épaississant dérivé des graines du buisson Tara (Caesalpinia Spinosa) originaire d’Amérique latine et d’Afrique. Légers risque d’allergies.

E440a : Pectines = Épaississant et supports pour additifs d’origine naturelle et dérivé de pommes, betteraves sucrières ou d’écorces d’oranges. Légers risques de flatulences ou troubles gastriques si consommé en trop grande quantité

E440b : Pectines amidées = Obtenu par le traitement ammoniaqual des pectines. Voir E440a

E445 : Esters glycériques de résines de bois = Agent troublant et stabilisant de synthèse dérivé de résine. Parfois d’origine animale ou transgénique (OGM). Considéré comme inoffensif car utilisé à faible dose. À vous de juger.

E470a : Sels de sodium, de potassium et de calcium d’acides gras = Émulsifiants, agents et supports d’enrobage dérivés de graisses et d’huiles alimentaires, d’origine animale ou encore d’oléagineux transgéniques.

E470b : Sels de magnésium d’acides gras = voir E470a. Considéré inoffensif mais l’origine n’est jamais citée…

E481 : Stéaroyl-2-lactylate de sodium = Émulsifiant et améliorant de panification de synthèse.

E482 : Stéaroyl-2-lactylate de calcium = voir E481

E483 : Tartrate de stéaryle = voir E481

E500 : Carbonates de sodium, carbonate acide de sodium, sesquicarbonate de sodium = Anti-agglomérants et correcteurs d’acidité de synthèse, également utilisé en tant que poudre à lever.

E501 : Carbonate de potassium, carbonate acide de potassium = Anti-agglomérant et correcteur d’acidité, également utilisé en tant que poudre à lever ou support pour additifs.

E503 : Carbonate(s) d’ammonium, carbonate d’acide d’ammonium = Anti-agglomérant et correcteur d’acidité de synthèse, également utilisé en tant que poudre à lever

E504 : Carbonate de magnésium, carbonate acide de magnésium = voir E503

E528 : Hydroxyde de magnésium = Correcteur d’acidité de synthèse (interdit en Australie)

E551 : Dioxyde de silicium = Anti-agglomérant, support pour arômes/colorants et auxiliaire technologique de synthèse. Le dioxyde de silicium est tout simplement de la poussière de roche que le corps humain n’assimile qu’en infime quantité et élimine le reste dans les urines et les selles.

E558 : Bentonite = Anti-agglomérant, auxiliaire technologique et support pour colorants d’origine naturelle dérivé de roche volcanique.

E570 : Acides gras = Agents d’enrobage, émulsifiants et anti-agglomérants d’origine naturelle, parfois animale ou de végétaux transgéniques. Légers risques d’allergies

E574 : Acide gluconique = Correcteur d’acidité de synthèse dérivé du glucose et pouvant être aussi d’origine animale ou d’oléagineux transgéniques.

E575 : Glucono-delta-lactone = Correcteur d’acidité, stabilisant et séquestrant, utilisé entreautres pour renforcer la couleur des charcuteries.

E576 : Gluconate de sodium = voir E575. Interdit en Australie.

E577 : Gluconate de potassium = voir E575. Interdit en Australie.

E578 : Gluconate de calcium = même utilisation que le E575, mais il est intéressant de savoir que cet additif est également utilisé industriellement pour purifier les stations d’épuration(4)… douteux ?

E579 : Gluconate ferreux = Agent séquestrant, régulateur de couleurs et stabilisant de synthèse ou dérivé de maïs transgénique, principalement utilisé pour stabiliser la couleur des olives noires.

E585 : Lactate ferreur ou lactate de fer II = Stabilisant de couleur de synthèse ou d’origine animale, seulement autorisé pour les olives noires.

E901 : Cire d’abeille blanche = cire naturelle servant d’anti-agglomérant, d’agent d’enrobage et de support. Aussi autorisé en tant que support pour les colorants naturels dans l’alimentation biologique.

E902 : Cire de Candelilla = Cire naturelle extraite d’une plante du Sahara utilisée comme anti-agglomérant naturel.

 

Les œufs empoisonnés

Les œufs empoisonnés

 

On le sait mieux vaut ne pas manger d’œufs industriels compte tenu des cocktails alimentaires et chimiques. Surtout avec le scandale des œufs contaminés au fipronil, cet anti parasitaire puissant que l’on met sur les chiens et les chats pour lutter contre les tiques et les puces, affecte aussi la France. «Treize lots d’œufs contaminés au fipronil en provenance des Pays-Bas ont été livrés en France, à deux établissements de fabrication de produits industriels à base d’œufs de la Vienne et du Maine et Loire entre le 11 et le 26 juillet 2017», a reconnu lundi en fin d’après-midi le ministère de l’Agriculture. Les autorités européennes en ont informé Paris ce dimanche. Il ne s’agit pas d’œufs frais mais d’ovoproduits, c’est-à-dire des substituts de l’œuf obtenus après élimination de la coquille et des membranes. Ils servent à la fabrication de produits industriels comme les plats cuisinés ou les gâteaux. Le ministère n’est cependant pas en mesure de dire «si les produits incriminés se sont retrouvés dans le commerce et de quelle quantité il s’agit», indiquant simplement «qu’une enquête est en cours». Par ailleurs, en ce qui concerne les producteurs d’œufs en France, ils ont été informés lundi soir de la gravité de la situation. Le ministère leur a été demandé «de vérifier leurs approvisionnements et de redoubler de vigilance». Des aviculteurs néerlandais et allemands avaient acheté un désinfectant, le Dega-19 à la société Chickfried. Selon les médias belges et néerlandais, la société néerlandaise mise en cause, aurait acheté son désinfectant dans le nord de la Belgique, auprès de la société Poultry-Vision. L’avocat de cette dernière a affirmé à la presse que l’entreprise n’est pas responsable de l’utilisation potentiellement frauduleuse du produit. Poultry-Vision «a correctement informé les acheteurs», a-t-il affirmé. Il n’y a donc que quelques lots concernés en France. En Allemagne, la contamination concernerait près de 10 millions d’œufs au total. Aldi a décidé de retirer tous ses oeufs de la vente, alors que d’autres chaînes comme Lidl, Rewe et Penny avaient choisi de ne détruire que les œufs néerlandais. En Suisse, les deux chaînes de supermarché les plus importantes du pays, Migros et Coop, ont elles aussi retiré tous les œufs d’importation de leurs rayons. En Belgique, près de 86 élevages, soit un quart des poulaillers de poules pondeuses dans le pays, sont suspectés d’être contaminés. Les chaînes Delhaize, Albert Heijn, Colruyt et Aldi ont également retiré de la marchandise des rayons, pour les œufs en provenance de fournisseurs sur lesquels pesaient des doutes. En France, pour l’heure, seul un élevage a été placé sous surveillance par précaution mais dont les œufs n’ont pas été mis à la vente, dans le nord du pays.  Les plus durement touchés sont les aviculteurs néerlandais qui ont déjà subi des pertes de «plusieurs millions d’euros», selon une déclaration vendredi dernier du syndicat des éleveurs de volailles. La Haye a annoncé vendredi dernier qu’elle envisageait, en collaboration avec les acteurs du secteur, le déblocage d’un plan d’aide d’urgence, d’après l’agence de presse néerlandaise ANP. En Allemagne, par ailleurs, les aviculteurs ont dénoncé une «réaction exagérée» de la part d’Aldi (seuls quatre élevages allemands avaient été touchés). La Fédération allemande des agriculteurs a calculé que la décision d’Aldi avait fait perdre 4000 euros en moyenne à chacun des fournisseurs. Pour les éleveurs dont les poules ont été contaminées, il n’y a que deux options pour faire disparaître entièrement l’insecticide: éliminer les poules touchées ou provoquer une «mue» et faire traiter l’évacuation du fumier par un organisme spécialisée afin de préserver l’environnement. En effet, la molécule prohibée se niche dans les graisses des poules et la mue provoquée par la baisse de luminosité fait perdre leurs plumes et leurs gras aux poules, l’efficacité du procédé n’est d’ailleurs pas garantie selon le site agricole néerlandais Boerderij. Les aviculteurs doivent donc plonger les poules dans le noir en attendant que le Fipronil soit évacué. D’autres éleveurs, en général ceux dont les poules sont plus âgées, optent pour la première option. Près de 300.000 poules ont déjà été supprimées aux Pays-Bas selon l’organisation agricole LTO. Un chiffre qui pourrait atteindre un à plusieurs millions avant la fin de la crise si les éleveurs estiment qu’il n’est plus rentable de les maintenir en vie. Plusieurs organisations de défense des animaux néerlandaises ont prévu de manifester ce lundi contre l’abattage par gazage au CO2 de 60.000 poules dans une ferme de Drenthe située au nord-est du pays.

 

Des millions d’œufs empoisonnés ?

Des millions d’œufs empoisonnés ?  

 

En Allemagne, Pays-Bas, Suède, Belgique, peut-en   la France des œufs des œufs seraient dangereux pour la santé car contaminés avec un produit chimique dangereux.   Depuis vendredi, plus aucun œuf n’est en vente chez Aldi outre-Rhin. La chaîne de supermarchés allemande les a retirés de ses rayons après la découverte d’une contamination à l’insecticide fipronil sur des lots néerlandais et allemands. Dans toute l’Allemagne, cela concernerait au moins dix millions d’œufs. Les œufs touchés sont à la fois conventionnels et biologiques. Les autorités sanitaires suédoises, suisses et belges ont fait de même mais l’ampleur des dégâts semble de moindre importance. La complexité de l’affaire, d’ampleur européenne, rappelle de précédents scandales, comme celui de la fraude à la viande de cheval en 2013. À l’origine cette fois-ci, des éleveurs néerlandais et allemands ont acheté à la société Chickfriend un désinfectant, le Dega-16, contenant illégalement du fipronil, une molécule toxique pour l’homme. Selon le journal allemandSpiegel Online, Chickfriend, basé aux Pays-Bas, se serait lui-même fourni auprès d’un distributeur belge de produits chimiques. Son responsable est aujourd’hui dans le viseur des enquêteurs. Dénoncé par d’anciens associés, l’homme est soupçonné d’avoir commandé de grandes quantités de Fiprocid, un médicament pour animaux contenant du fipronil, à une usine roumaine, de l’avoir mélangé au Dega-16 avant de le commercialiser. Produit notamment par le chimiste allemand BASF, le fipronil est une substance anti-poux et tiques utilisée couramment dans les colliers insecticides pour chiens et chats. Mais elle est interdite dans le traitement des animaux destinés à la consommation par l’homme, car dangereuse pour le foie, les reins et la thyroïde, selon l’Organisation mondiale de la santé. Jeudi soir, le ministre allemand de l’Agriculture, Christian Schmidt, indiquait que la situation était «prise au sérieux» mais était «sous contrôle» et qu’«un danger sanitaire aigu pour les consommateurs était pratiquement exclu», en raison de la très faible présence de fipronil sur les œufs. Le discounter Aldi a fait savoir que sa décision était une «simple mesure de précaution», par «devoir de transparence» envers ses clients. Mais celle-ci fait grincer les dents des éleveurs de volailles. La Fédération allemande des agriculteurs parle d’une «réaction exagérée», alors que d’autres chaînes de supermarchés, Lidl, Rewe et Penny, ont choisi de ne détruire que les œufs en provenance des Pays-Bas et des quatre élevages allemands touchés. Le syndicat estime que la décision d’Aldi fait perdre à ce stade 4000 euros de chiffre d’affaires à chacun de ses fournisseurs. Les pouvoirs publics sont pointés du doigt. «Si les substances interdites étaient systématiquement testées lors des contrôles des autorités sanitaires, on aurait découvert la présence de fipronil avant la commercialisation de ces œufs, et non après», estime Lena Blanken de l’ONG Foodwatch. La Belgique avait lancé l’alerte dès le 20 juillet auprès de plusieurs pays d’Europe potentiellement touchés, dont la France. «Nous sommes en train de vérifier si des professionnels français (des élevages, NDLR) se sont approvisionnés auprès de ce distributeur (Chickfriend), mais rien ne prouve pour l’instant que la France soit concernée», indique le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Et rien ne prouve le contraire !




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol