Archive pour le Tag 'emploi'

Emploi: la solution des PMP ?

Emploi: la solution des PMP ?

Le mercredi 7 juin, le gouvernement a présenté son projet de loi visant à atteindre le plein-emploi, c’est-à-dire un taux de chômage de 5 % (contre 7,1 % actuellement). À travers un dispositif d’accompagnement des allocataires du revenu de solidarité active (RSE), dont le nombre stagne autour de 1,9 million, l’exécutif se fixe notamment de ramener dans le champ du marché du travail les personnes qui s’en sont éloignées.

par Gorgi Krlev
Assistant Professor of sustainability, ESCP Business School dans The Conversation

Une vision peut-être un peu optimisme quant à l’efficacité de la nouvelle institution France travail qui remplace notamment pour l’emploi. Ce n’est pas la première réforme de cette institution est la question posée et surtout la compétence d’un tel organisme pour favoriser l’insertion professionnelle et sociale NDLR

Le texte prévoit ainsi la création de France travail, qui va succéder à Pôle emploi, pour mieux coordonner les acteurs du service public de l’emploi. À partir du 1er janvier 2025, ce guichet unique permettra par exemple l’inscription automatique à France Travail pour toute demande de RSA à la Caisse des allocations familiales (CAF). Actuellement, environ 4 bénéficiaires du RSA sur 10 seulement sont également inscrits à Pôle emploi. France travail sera en outre organisé en réseau, en lien avec l’État, les missions locales pour les jeunes, les collectivités territoriales ou encore des associations spécialisées dans l’insertion professionnelle. Le projet de loi prévoit que ces acteurs assureront les missions « d’accueil, d’orientation, d’accompagnement, de formation, d’insertion, de placement des personnes recherchant un emploi ou rencontrant des difficultés sociales ». Cette organisation en réseau, qui établit un partenariat entre de multiples parties prenantes, apparaît en effet essentielle pour favoriser l’insertion professionnelle au sein des entreprises. Comme nous l’avons montré dans un travail de recherche récent, les partenariats multipartites (PMP) constituent en effet une réponse appropriée aux enjeux de qualification, de compétences et d’accès à l’emploi, en particulier pour les personnes issues de milieux défavorisés.

Nous avons étudié ces PMP et leur action en matière d’insertion professionnelle épuise le début des années 1990 en France, en Allemagne et en Espagne. Si ces trois pays ont connu des différences dans la mise en place et les modalités d’action, les structures ont globalement enregistré des résultats positifs. Et ils se sont rapprochés dans l’ambition de trouver une solution intégrative d’insertion.

La France fut précurseur en termes de PMP, qui ont toujours été encouragés par l’État, initialement par les « clauses sociales » et après par un événement relationnel majeur dit « Grenelle de l’Innovation ». Un des premiers rapprochements a été initié en 1996 par l’agence d’intérim Adecco et le Groupe ID’EES, structure spécialisée dans l’insertion professionnelle. Ce type de partenariats a ensuite connu un essor à la suite de la crise économique autour de 2010 (par exemple, le réseau Cocagne, un regroupement d’associations dans la production maraîchère, ou la Fondation Caritas, créée par le Secours catholique).

Actuellement, le terrain reste propice à la multiplication de ces PMP. Comme nous l’a confié un représentant du syndicat patronal français, le Medef :

« Il y a eu une réelle amélioration de ce que ce type d’organisation peut apporter à une entreprise privée. La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a également gagné en importance… On voit donc de plus en plus de partenariats originaux ».

En Espagne, où l’État s’est montré moins impliqué en termes de formation de PMP, celles-ci sont nées d’un mouvement de solidarité lors de la crise économique qui a frappé le pays au tournant des années 2010. Les premiers échanges entre les entreprises et les organisations à but non lucratif ont abouti en 2012 à la création de « Ensemble pour l’emploi des personnes les plus vulnérables » (Juntos por el empleo de los más vulnerables), qui rassemble désormais plus de 1000 organisations à but non lucratif, environ 70 entreprises et 13 agences publiques.

Si toutes les personnes que nous avons interrogées dans notre étude s’accordent à dire que le PMP « a constitué une réponse efficace à la crise économique », elles notent que le dispositif en reste encore au « stade expérimental » et que des marges de développement existent. Un chef d’entreprise accompagné par un PMP le souligne :

« Nous vivons encore une période de découverte pour les entreprises privées ».

En Allemagne, les PMP en matière d’insertion professionnelle ont connu leur essor à partir de la crise des réfugiés et la forte augmentation du nombre de demandeurs d’asile de 2015. Après une longue période stationnaire, le domaine est devenu très dynamique avec des constellations d’acteurs sans précédent apparaissant sur la scène. Parmi les structures qui ont émergé, nous pouvons notamment citer Arrivo – Refugee is not a profession, qui regroupe le gouvernement régional de la cité-État (Land) de Berlin, 50 entreprises, membres de la chambre de commerce locale, pour insérer professionnellement les réfugiés, ou encore Schlesische 27, une association culturelle à but non lucratif qui propose des programmes d’accompagnement personnalisé à des populations défavorisées.

L’afflux important de réfugiés et la culture d’accueil (Wilkommenkultur) de la chancelière Angela Merkel ont en effet conduit à une « politisation » du climat social, ce qui a incité les petites et moyennes entreprises à s’engager dans des efforts PMP. Ce veut dire que les entreprises commençaient à s’engager quand les problèmes ressemblaient une « crise morale » plutôt qu’une crise existentielle. Les motivations de s’engager concernent aussi bien le manque main-d’œuvre qualifiée que la volonté de s’engager pour la société. Là encore, l’idée d’aller plus loin dans l’institutionnalisation de la démarche transparaît, comme en témoigne un responsable d’association à but non lucratif :

« Nous n’avons pas besoin de construire une énorme initiative individuelle. Notre conception est de donner un coup de pouce, d’initier quelque chose de plus grand ».

Étant donné ces premières avancées, approfondir notre compréhension des PMP semble désormais essentiel, et sans doute pas seulement en matière d’insertion professionnelle. D’ailleurs, face à la pandémie de Covid-19, les décideurs politiques ont stimulé la collaboration multipartite, par exemple dans le cadre de l’alliance internationale GAVI, pour accélérer la mise au point du vaccin.

C’est pourquoi les parties prenantes de tous les secteurs sont appelées à explorer des approches de la collaboration sans qu’ils soient contraints par les crises, en particulier sans attendre que les manifestations extrêmes climatiques anticipées ne se produisent. En effet, on constate dans le bref historique précédemment dressé que ce sont les difficultés économiques ou sociales qui ont jusqu’à présent donné l’impulsion aux PMP.

Coup de peinture sur Pôle Emploi , repeint en France travail

Coup de peinture sur Pôle Emploi , repeint en France travail


Encore un changement de nom et un coup de peinture sur l’administration en charge des questions de chômage. Ainsi Pôle Emploi va prendre le nom de « France travail ». En réalité, la mission est la même; à savoir: tenter de réinsérer les exclus de l’évolution économique et technique. La différence: une procédure administrative supplémentaire avec un contrat dit l’engagement personnalisé portant sur la nature et l’intensité de l’accompagnement. Exactement ce que devrait déjà faire « pôle emploi » et que ne pourra prendre en charge France travail composée essentiellement de fonctionnaires bien incapables de comprendre la problématique sociale et économique dans le privé.

C’est la mesure phare du projet de loi: la création de France Travail, qui va succéder à Pôle emploi, a pour objectif de réorganiser les services de l’emploi et de l’insertion. Un « nouveau parcours d’accompagnement », « plus personnalisé », ainsi qu’un « nouveau processus d’orientation » permettront une « entrée plus rapide » dans le parcours de recherche d’emploi, a précisé Matignon mardi lors d’un brief presse. Les bénéficiaires du RSA seront désormais automatiquement inscrits comme chercheurs d’emploi auprès de France Travail.

Un « réseau France Travail » rapprochera les acteurs de l’emploi, de l’insertion et de la formation. Outre France Travail, qui en sera l’opérateur en chef, il réunira l’État, les missions locales (accompagnement des jeunes), Cap emploi (accompagnement des personnes handicapées), les collectivités territoriales ainsi que les organismes et associations d’insertion. Ces acteurs devront mettre en œuvre un « socle commun » de procédures pour mieux coordonner leurs interventions, a précisé Matignon, évoquant également un « large partage de données ».

Chaque personne inscrite à France Travail devra désormais signer un « contrat d’engagement ». Ce contrat – »personnalisé » en fonction des besoins du chercheur d’emploi, selon Matignon– comportera un « plan d’action » qui devra définir les objectifs et « l’intensité » de l’accompagnement. C’est dans le cadre de ce « contrat d’engagement » que pourront être mis en œuvre les 15 à 20 d’heures hebdomadaires d’activité. Mais ces heures ne sont pas formellement mentionnées dans le projet de loi: elles pourront être demandées si cela est « pertinent » pour la personne concernée.

Le régime des sanctions est également rénové par le projet de loi, afin de rendre ces sanctions « plus progressives » et « plus justes », a précisé Matignon. Le versement du RSA pourra désormais être temporairement suspendu en cas de manquement du chercheur d’emploi. Concrètement, s’il ne respecte pas les objectifs fixés par son « contrat d’engagement », le RSA ne lui sera plus versé. L’argent ne sera néanmoins pas perdu: dès lors qu’il respectera à nouveau ses engagements, le montant bloqué du RSA lui sera versé rétroactivement.

Pôle Emploi : repeint en France travail

Pôle Emploi : repeint en France travail


Encore un changement de nom et un coup de peinture sur l’administration en charge des questions de chômage. Ainsi Pôle Emploi va prendre le nom de « France travail ». En réalité, la mission est la même; à savoir: tenter de réinsérer les exclus de l’évolution économique et technique. La différence: une procédure administrative supplémentaire avec un contrat dit l’engagement personnalisé portant sur la nature et l’intensité de l’accompagnement. Exactement ce que devrait déjà faire « pôle emploi » et que ne pourra prendre en charge France travail composée essentiellement de fonctionnaires bien incapables de comprendre la problématique sociale et économique dans le privé.

C’est la mesure phare du projet de loi: la création de France Travail, qui va succéder à Pôle emploi, a pour objectif de réorganiser les services de l’emploi et de l’insertion. Un « nouveau parcours d’accompagnement », « plus personnalisé », ainsi qu’un « nouveau processus d’orientation » permettront une « entrée plus rapide » dans le parcours de recherche d’emploi, a précisé Matignon mardi lors d’un brief presse. Les bénéficiaires du RSA seront désormais automatiquement inscrits comme chercheurs d’emploi auprès de France Travail.

Un « réseau France Travail » rapprochera les acteurs de l’emploi, de l’insertion et de la formation. Outre France Travail, qui en sera l’opérateur en chef, il réunira l’État, les missions locales (accompagnement des jeunes), Cap emploi (accompagnement des personnes handicapées), les collectivités territoriales ainsi que les organismes et associations d’insertion. Ces acteurs devront mettre en œuvre un « socle commun » de procédures pour mieux coordonner leurs interventions, a précisé Matignon, évoquant également un « large partage de données ».

Chaque personne inscrite à France Travail devra désormais signer un « contrat d’engagement ». Ce contrat – »personnalisé » en fonction des besoins du chercheur d’emploi, selon Matignon– comportera un « plan d’action » qui devra définir les objectifs et « l’intensité » de l’accompagnement. C’est dans le cadre de ce « contrat d’engagement » que pourront être mis en œuvre les 15 à 20 d’heures hebdomadaires d’activité. Mais ces heures ne sont pas formellement mentionnées dans le projet de loi: elles pourront être demandées si cela est « pertinent » pour la personne concernée.

Le régime des sanctions est également rénové par le projet de loi, afin de rendre ces sanctions « plus progressives » et « plus justes », a précisé Matignon. Le versement du RSA pourra désormais être temporairement suspendu en cas de manquement du chercheur d’emploi. Concrètement, s’il ne respecte pas les objectifs fixés par son « contrat d’engagement », le RSA ne lui sera plus versé. L’argent ne sera néanmoins pas perdu: dès lors qu’il respectera à nouveau ses engagements, le montant bloqué du RSA lui sera versé rétroactivement.

France travail : juste un coup de peinture sur pôle emploi !

France travail : juste un coup de peinture sur pôle emploi !

Nouveau changement de nom pour les institutions qui s’occupent du chômage. Ainsi Pôle l’emploi va prendre le nom de France travail. L’objectif est de s’occuper moins du chômage que de l’emploi avec la création d’un guichet dit unique. Le problème évidemment c’est que les fonctionnaires qui gèrent aujourd’hui Pole emploi demain France travail n’ont qu’une connaissance approximative des réalités du travail. Même chose pour les institutions d’insertion d’abord beaucoup trop peu nombreuses , ensuite qui elles aussi ont souvent des difficultés à prendre en compte les réalités socio-économiques pour permettre une réelle insertion dans l’économie voire la société.

Le nouvel organisme doit regrouper tous les acteurs de l’emploi et de l’insertion, mais aussi de la formation : Pôle emploi – et ses 55 000 agents sur tout le territoire – ainsi que les missions locales, Cap emploi, les services des départements qui gèrent le RSA.. etc.

Son objectif : répondre aux besoins d’insertion des demandeurs d’emploi ou des personnes qui ont des difficultés à entrer sur le marché du travail. Une des missions de France Travail sera aussi d’accompagner et d’aider les entreprises qui ont des offres d’emploi à proposer. Aujourd’hui, de nombreuses TPE et PME n’ayant pas le réflexe de s’adresser à Pôle emploi lorsqu’elles ont un recrutement à effectuer. Et pour cause elle préfère le plus souvent s’adresser à des agences d’intérim qui ont une autre capacité à définir des profils correspondant aux demandes concrètes des entreprises

L’objectif est que, dès 2024, toute personne privée d’emploi devra être inscrite à France Travail. Ainsi, sera établi un diagnostic de sa situation au regard de l’emploi – en fonction de son parcours, de sa qualification, etc. – mais aussi de ses difficultés, des freins qui peuvent être les siens à s’insérer – problèmes de santé, de mobilité, de formation, garde d’enfants… France Travail devrait alors lui permettre d’être mieux ( et plus rapidement ) orientée vers les services adéquats.

Le problème c’est que c’est déjà la mission théorique de « pôle emploi »!

Emploi : crise de formation et de compétences en France

Emploi : crise de formation et de compétences en France

Denis Machuel (PDG) et Alexandre Viros (président France Adecco) notent une crise grave de formation et de compétences en France dans une interview à la Tribune

Alexandre Viros- Le groupe prévoit de former 50.000 personnes en 2023. C’est un record. Il n’y a pas de réindustrialisation sans les talents. Pour créer de la compétence, il faut beaucoup former. Le groupe assume le pari d’avoir des talents bien formés. Nous prévoyons un budget de près de 100 millions d’euros pour assurer ces formations, dans le cadre de nos contributions légales et conventionnelles.

Sur quels secteurs allez-vous concentrer vos efforts en matière de formation ?

Alexandre Viros- Il y aura beaucoup de formations sur l’industrie, l’automobile et le BTP. Ce secteur est intéressant car il est possible d’avoir une belle trajectoire professionnelle. La logique des formations est de répondre aux besoins réels de l’économie.

Emmanuel Macron a mis l’accent sur la réindustrialisation ces derniers jours. Vos agences ont-elles des difficultés à recruter des bras pour l’industrie tricolore ? L’Allemagne connaît-elle aussi des pénuries de main d’oeuvre pour son industrie ?

Alexandre Viros- La France a payé certains choix depuis plusieurs décennies en matière de compétences. La France a sûrement plus de difficultés que certains de ses voisins. C’est un défi important. Toutes les parties prenantes vont devoir marcher ensemble sur ces problématiques.

Denis Machuel- L’Allemagne a un passé industriel important. Elle reste malgré tout confrontée à des difficultés de recrutement. En France, il y a des viviers de talents dans les quartiers prioritaires de la ville, dans la population immigrée, dans les personnes éloignées de l’emploi. Il faut s’appuyer sur toutes nos forces.

Un an après votre arrivée à la tête du groupe, quelle est votre feuille de route pour les mois à venir ?

Denis Machuel- Le groupe a mis en place depuis deux ans la stratégie « Future at Work » sur l’avenir du travail. Cette orientation consiste à construire des briques autour des talents dont nos clients ont besoin. Dans l’industrie et les services, les entreprises ont besoin de talents pour livrer des performances. Cette stratégie repose sur nos 3 activités : Adecco, Akkodis et LHH et sur deux axes principaux : le focus client et le digital. Opérationnellement, notre dynamique s’articule autour de trois piliers : simplifier, exécuter et croître. Cette feuille de route a délivré de bons résultats au premier trimestre.

En Europe et en France, les créations d’emplois ont ralenti depuis plusieurs mois mais le chômage continue de baisser. Dans le même temps, la croissance marque le pas depuis la guerre en Ukraine. Comment expliquez-vous ce paradoxe d’une faible croissance riche en emplois ?

Denis Machuel- En Europe, ce paradoxe peut s’expliquer par la rareté des talents. Il y a des facteurs démographiques avec le départ à la retraite de la génération du baby-boom. Après la pandémie, beaucoup de travailleurs ont montré qu’ils étaient prêts à travailler moins et préfèrent améliorer leur qualité de vie. Beaucoup de femmes sont sorties du marché du travail. Certains seniors sont également sortis de ce marché. Enfin, il y a un fossé des talents. Avec la transition technologique et la transition écologique, il y a des savoir-faire qui ne sont pas à la hauteur des besoins.

Alexandre Viros- En France, les secteurs mis sous cloche pendant la pandémie comme l’hôtellerie-restauration ou le BTP n’arrivent toujours pas à recruter. Les salariés sont allés trouver du travail dans d’autres secteurs. Il y a aussi des difficultés liées à la géographie et à la desserte en transports en commun. Il faut favoriser la mobilité. Avec l’augmentation » du coût des carburants, les salariés ne vont pas forcément accepter un emploi éloigné de leur domicile.

La formation est un enjeu déterminant. Il s’agit de créer des compétences dans des secteurs en transformation profonde comme l’automobile. Le passage du moteur thermique au moteur électrique nécessite de nouvelles compétences. L’ouverture de nouvelles centrales nucléaires va nécessiter des soudeurs. Or la France n’a pas ses compétences. Il y a une crise de la compétence. Notre métier n’est pas juste d’aller chercher des clients. Il s’agit de comprendre les besoins en emploi.

La réforme des retraites a remis au centre des débats la question cruciale de l’emploi des seniors. Le taux d’emploi des plus de 55 ans est très bas dans l’Hexagone. Une autre partie importante n’est ni en emploi, ni à la retraite. Quels seraient les leviers pour améliorer l’emploi des seniors ?

Alexandre Viros- Pendant longtemps, cette question s’est résumée à la sortie des seniors du monde du travail. Nous n’étions pas hostiles à l’index des seniors proposé par l’exécutif. Il faut mesurer la participation des seniors dans les entreprises. Nous nous engageons à augmenter la part des seniors parmi nos intérimaires de 20% en 2023.

C’est un engagement important. Il y a aussi la question cruciale de la formation des seniors. Les seniors ont deux fois moins recours à la formation que les autres catégories d’âge. Il s’agit de réfléchir en termes de trajectoire professionnelle et pas uniquement de rétention. Je suis convaincu que le départ d’un salarié expérimenté est une perte sèche pour l’entreprise.

Denis Machuel- Dans un monde de rareté des talents, la sortie de gens expérimentés peut se payer très cher. On a pu le voir dans la filière nucléaire. La France a un réservoir de talents formidables. Il y a un sujet de flexibilité sur les fins de carrière. Il ne faut pas uniquement réfléchir en termes de coût pour l’entreprise. Il faut changer le regard sur le monde des seniors.

Malgré les aides massives en faveur de l’apprentissage, le taux de chômage chez les jeunes demeure élevé. Comment améliorer l’insertion professionnelle des jeunes ?

Denis Machuel- Le soutien à l’apprentissage doit se poursuivre. En Allemagne et en Suisse, l’apprentissage est très connecté aux besoins de l’entreprise. La force de l’apprentissage est la connexion entre la formation et les besoins. Une partie des formations que nous prévoyons va se concentrer sur l’apprentissage. Sur les 50.000 personnes formées, 6.500 seront consacrées aux apprentis.

En France, les recrutements se basent la plupart du temps sur l’envoi de CV. Quel regard portez-vous sur cette pratique ?

Alexandre Viros – La France est une société malade du diplôme. C’est contre productif. Les candidats de 35 ans ou 45 ans sont jugés sur les réussites et les échecs lorsqu’ils avaient 20 ans. C’est injuste. Notre groupe est un promoteur d’un recrutement sans CV à travers notamment notre plateforme digitale QAPA.

Il peut se faire sur des analyses scientifiques des soft skills. Ces pratiques permettent d’élargir le champ des emplois auxquels les candidats peuvent prétendre. Le recrutement sans CV est vertueux pour l’économie et les individus.

Société-Intelligence artificielle et emploi ?

Société-Intelligence artificielle et emploi ?

Un papier de Gilles Babinet dans la Tribune évoque l’interaction entre intelligence artificielle, emploi et productivité. Un papier qui se veut optimiste si on sait utiliser toutes les potentialités de l’IA et réguler cette véritable révolution technologique. Un papier qui cependant demeure relativement général , théorique et un peu confus , ce qui peut s’expliquer par une technologie tout juste naissante dont il est difficile de prévoir les développements et les conséquences NDLR.

La France ne doit pas suivre la CNIL italienne qui a la première posé le débat sur l’interdiction de ChatGPT; Etant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, il existe une opportunité unique de développer de nouveaux business, notamment en lien avec le climat.
d’après Gilles Babinet

Dans une interview récente, l’activiste Tristan Harris révélait que plus de 10% des chercheurs en IA estiment que celle-ci pourrait sonner le glas de l’humanité. Plus récemment une pétition, signée par plus de mille personnalités, invitait les principales plateformes d’intelligence artificielle avancée à mettre leurs développements sur pause. De nombreux penseurs ou polémistes, comme Gaspard Koenig, l’Israélien Yuval Harari… nous mettent en garde contre les risques de dévoiement de notre civilisation si nous ne réagissons pas rapidement. Et dernièrement, c’est la CNIL italienne qui a « interdit » ChatGPT.

Il y a effectivement lieu de se préoccuper : dès aujourd’hui, cybercrimes, extorsions effectuées à l’aide de vidéos postiches faites avec de l’IA, influence politique à renfort d’images saisissantes de réalisme, mais pour autant fausses sont en explosion. L’émotion prend de surcroit le dessus et notre capacité à vérifier l’information est fortement altérée ; loin est le temps où un éditeur faisait revoir chaque citation d’un journaliste pour s’assurer de la véracité de ce qui était publié. La profusion de contenus a mis à bas la valeur de cette pratique.

La vérité est en danger. On peut ainsi frémir en se remémorant l’une des hypothèses du paradoxe de Fermi : si les extraterrestres ne sont pas déjà là, c’est qu’ils pourraient s’être autodétruits au fur et à mesure qu’ils en sont venus à maîtriser des technologies de plus en plus sophistiquées.

En France, où le conservatisme technologique reste marqué (songeons aux réactions contre le compteur Linky, la 5G, l’importance du décroissantisme…), les critiques visent de surcroît le mercantilisme qui oriente ces technologies. Et il est vrai que l’inquiétude est légitime.

« Nous sommes une entreprise sans but lucratif œuvrant au loin des enjeux de performance financière, pour le bien de l’ensemble de l’humanité », affirmait OpenAI.

Rien de tout cela n’est resté vrai. C’est désormais une entreprise privée, ne publiant plus son code informatique et dont les préoccupations sont plus de répondre aux demandes de son client Microsoft : accélérer le temps de réponse, voir identifier une façon d’insérer de la publicité dans ses « prompts »…

Ces critiques font donc du sens, mais elles s’inscrivent dans un contexte mondialisé, ce qui limite immensément notre capacité à autonomiser le destin des nations. Tout le monde souhaite l’avènement d’une technologie informationnelle européenne, mais concrètement, qui est prêt à se passer des services numériques américains ? Quel est le pouvoir politique prêt à subir l’opprobre du citoyen-consommateur lorsqu’on aura interdit ChatGTP, Bing-Microsoft, Google-Bard et consort ? Qui est prêt à discriminer -c’est à dire bloquer- les adresses IP de ces services, au risque d’être accusé d’autoritarisme de la part d’associations à l’avant-garde des libertés numériques ? Qui est prêt à remettre en cause le volet services des accords de l’OMC, signé en 2001 avec enthousiasme par 141 pays au prétexte de « faire une pause » ?

Il faut observer ces jours-ci les réactions sur les réseaux sociaux à la mise en œuvre d’une loi qui renchérira les cours du transport de l’e-commerce, espérant ralentir Amazon et sauver les petits libraires. Au-delà, avoir des réserves à l’égard de ces services et les contraindre à adopter des règles complexes n’est en rien une garantie de préservation du « singularisme » européen. Le RGPD —le règlement européen sur les données personnelles— devrait à cet égard nous servir de leçon : loin de ralentir les grandes entreprises digitales, il leur a donné l’avantage. Celles-ci ont pu se mettre rapidement en conformité avec ce texte grâce à leurs immenses moyens, laissant loin derrière les plus petits acteurs se débattre dans le méandre technocratique ainsi créé.

Cette approche conservatrice est d’autant plus dommage que rien ne semble inexorable, bien au contraire. Car ces technologies numériques prennent tout le monde par surprise, y compris les plus avancés, à commencer par Google et Meta, qui bien que disposant de projets équivalents, voire supérieurs, semblent comme des lapins pris dans les phares d’une voiture vis-à-vis de chatGPT. La nature « rupturiste » de ce type de services (ils redéfinissent le cadre de jeu) permet à une nouvelle génération d’acteurs de profiter de ce nouveau cycle pour lancer leurs offres avec un grand potentiel de succès. L’opportunité peut être comparée à celle qu’a représentée l’émergence d’une grande technologie comme l’électricité ; pour l’instant, les gains de productivité potentiels sont hypothétiques, bien que vraisemblablement immenses.

Des gains de productivité massifs
Une situation qui reproduit ce que l’on observait en 1870, lorsque les critiques à l’électrification de l’éclairage de l’avenue de l’Opéra dénonçait une technologie sans avenir, dangereuse et socialement contestable pour mettre en danger le travail des allumeurs de réverbères. Pour l’instant, si les applications à base de Large Langage Model (LLM) semblent dominer, d’autres architectures d’IA vont envahir le monde industriel, le transport, la distribution, la médecine, etc. La nature systémique de l’IA, c’est à dire s’appliquant largement aux différentes activités de notre civilisation, est difficile à contester.

Des gains de productivité massifs et visibles sur le plan macroéconomique sont probablement sur le point de se manifester, avec leurs conséquences inéluctables sur l’emploi (dans un premier temps) et l’organisation sociale. Il est dans ce cadre important de noter que ces technologies d’IA arrivent à un moment particulier, celui d’une crise environnementale mondiale qui va nécessiter une coordination globale à l’échelle de l’humanité. En permettant d’amener les gains de productivité qui nous font défaut pour adresser ce défi au coût s’exprimant en milliers de milliards de dollars, elles pourraient éviter qu’il soit nécessaire de fortement réduire nos ressources individuelles pour répondre à ce défi.

Non seulement ces technologies pourraient nous permettre de produire plus en travaillant moins, mais elles pourraient directement avoir une forte contribution dans les sujets de décarbonation et de préservation de l’environnement, faisant ainsi mentir les décroissants les plus affirmés. Il serait aisément possible d’aller de l’avant à quelques conditions toutefois.

Des années durant le World Economic Forum a classé la France comme l’un des pays les plus pessimistes au monde : recréer une foi commune dans le progrès passe par une meilleure éducation et une meilleure compréhension des enjeux scientifiques et technologiques, qui sera déterminant pour embrasser ces technologies avec recul et raison. Un défi à l’échelle d’une génération, mais qui ne place pas la France dans une posture idéale à l’instant où le monde accélère.

Les pays qui devraient bénéficier de cette transition schumpétérienne pourraient être ceux qui seront les plus capables d’articuler régulation et innovation. Avoir un droit social qui protège autant le spécialiste en intelligence artificielle (dont le métier ne sera pas menacé avant longtemps) que le traducteur ou le journaliste n’a pas de sens dans un contexte d’accélération de l’histoire. Il faut avoir à l’esprit qu’une faible régulation sociale durant la majorité du XIXe siècle, lorsque les gains de productivité croissaient fortement a abouti a une exploitation inégalée du prolétariat, qui ne cessera que lorsque des droits sociaux et spécifiques à chaque branche seront mis en place, le plus souvent de façon impérative. Enfin cette régulation devra nécessairement être plus technologique, c’est-à-dire rentrer dans le détail des algorithmes, des biais qu’ils induisent…

IA et climat, une chance pour la France
Le statut des technologies d’IA est provisoire : l’absence de sources, souvent dénoncé, par exemple, peut être résolu, en fournissant des connecteurs qui permettent d’accéder aux contenus qui ont permis d’aboutir aux attendus fournis par la machine, en organisant une qualification des sources qui alimentent l’IA, etc. De surcroît, de nombreux champs de recherche vont permettre des innovations au potentiel important, comme l’IA symbolique (un domaine faiblement exploité) qui permettrait de mieux piloter les règles appliquées à ces machines. Investir largement ces technologies ne peut qu’être au bénéfice des nations qui le feront de façon massive.

Le croisement de l’IA et des métiers l’environnement offre des perspectives ébouriffantes, et représente un terrain où la France pourrait se spécialiser plus qu’aucun autre pays, disposant déjà de nombreux leaders dans ce dernier domaine. Qu’en conclure ? En premier lieu que rien n’est joué, mais que le protectionnisme moral et économique ne marchera pas. Il faut donc à la fois rentrer dans la danse, mais également interpréter l’aria à notre façon. En étant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, un pays qui connait un frémissement dans le secteur technologique et qui dispose d’une forte expertise dans les métiers de l’environnement, il existe une opportunité unique. À nous de la saisir.

Prospective- Intelligence artificielle et emploi ?

Prospective- Intelligence artificielle et emploi ?

Un papier de Gilles Babinet dans la Tribune évoque l’interaction entre intelligence artificielle, emploi et productivité. Un papier qui se veut optimiste si on sait utiliser toutes les potentialités de l’IA et réguler cette véritable révolution technologique. Un papier qui cependant demeure relativement général , théorique et un peu confus , ce qui peut s’expliquer par une technologie tout juste naissante dont il est difficile de prévoir les développements et les conséquences NDLR.

La France ne doit pas suivre la CNIL italienne qui a la première posé le débat sur l’interdiction de ChatGPT; Etant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, il existe une opportunité unique de développer de nouveaux business, notamment en lien avec le climat.
d’après Gilles Babinet

Dans une interview récente, l’activiste Tristan Harris révélait que plus de 10% des chercheurs en IA estiment que celle-ci pourrait sonner le glas de l’humanité. Plus récemment une pétition, signée par plus de mille personnalités, invitait les principales plateformes d’intelligence artificielle avancée à mettre leurs développements sur pause. De nombreux penseurs ou polémistes, comme Gaspard Koenig, l’Israélien Yuval Harari… nous mettent en garde contre les risques de dévoiement de notre civilisation si nous ne réagissons pas rapidement. Et dernièrement, c’est la CNIL italienne qui a « interdit » ChatGPT.

Il y a effectivement lieu de se préoccuper : dès aujourd’hui, cybercrimes, extorsions effectuées à l’aide de vidéos postiches faites avec de l’IA, influence politique à renfort d’images saisissantes de réalisme, mais pour autant fausses sont en explosion. L’émotion prend de surcroit le dessus et notre capacité à vérifier l’information est fortement altérée ; loin est le temps où un éditeur faisait revoir chaque citation d’un journaliste pour s’assurer de la véracité de ce qui était publié. La profusion de contenus a mis à bas la valeur de cette pratique.

La vérité est en danger. On peut ainsi frémir en se remémorant l’une des hypothèses du paradoxe de Fermi : si les extraterrestres ne sont pas déjà là, c’est qu’ils pourraient s’être autodétruits au fur et à mesure qu’ils en sont venus à maîtriser des technologies de plus en plus sophistiquées.

En France, où le conservatisme technologique reste marqué (songeons aux réactions contre le compteur Linky, la 5G, l’importance du décroissantisme…), les critiques visent de surcroît le mercantilisme qui oriente ces technologies. Et il est vrai que l’inquiétude est légitime.

« Nous sommes une entreprise sans but lucratif œuvrant au loin des enjeux de performance financière, pour le bien de l’ensemble de l’humanité », affirmait OpenAI.

Rien de tout cela n’est resté vrai. C’est désormais une entreprise privée, ne publiant plus son code informatique et dont les préoccupations sont plus de répondre aux demandes de son client Microsoft : accélérer le temps de réponse, voir identifier une façon d’insérer de la publicité dans ses « prompts »…

Ces critiques font donc du sens, mais elles s’inscrivent dans un contexte mondialisé, ce qui limite immensément notre capacité à autonomiser le destin des nations. Tout le monde souhaite l’avènement d’une technologie informationnelle européenne, mais concrètement, qui est prêt à se passer des services numériques américains ? Quel est le pouvoir politique prêt à subir l’opprobre du citoyen-consommateur lorsqu’on aura interdit ChatGTP, Bing-Microsoft, Google-Bard et consort ? Qui est prêt à discriminer -c’est à dire bloquer- les adresses IP de ces services, au risque d’être accusé d’autoritarisme de la part d’associations à l’avant-garde des libertés numériques ? Qui est prêt à remettre en cause le volet services des accords de l’OMC, signé en 2001 avec enthousiasme par 141 pays au prétexte de « faire une pause » ?

Il faut observer ces jours-ci les réactions sur les réseaux sociaux à la mise en œuvre d’une loi qui renchérira les cours du transport de l’e-commerce, espérant ralentir Amazon et sauver les petits libraires. Au-delà, avoir des réserves à l’égard de ces services et les contraindre à adopter des règles complexes n’est en rien une garantie de préservation du « singularisme » européen. Le RGPD —le règlement européen sur les données personnelles— devrait à cet égard nous servir de leçon : loin de ralentir les grandes entreprises digitales, il leur a donné l’avantage. Celles-ci ont pu se mettre rapidement en conformité avec ce texte grâce à leurs immenses moyens, laissant loin derrière les plus petits acteurs se débattre dans le méandre technocratique ainsi créé.

Cette approche conservatrice est d’autant plus dommage que rien ne semble inexorable, bien au contraire. Car ces technologies numériques prennent tout le monde par surprise, y compris les plus avancés, à commencer par Google et Meta, qui bien que disposant de projets équivalents, voire supérieurs, semblent comme des lapins pris dans les phares d’une voiture vis-à-vis de chatGPT. La nature « rupturiste » de ce type de services (ils redéfinissent le cadre de jeu) permet à une nouvelle génération d’acteurs de profiter de ce nouveau cycle pour lancer leurs offres avec un grand potentiel de succès. L’opportunité peut être comparée à celle qu’a représentée l’émergence d’une grande technologie comme l’électricité ; pour l’instant, les gains de productivité potentiels sont hypothétiques, bien que vraisemblablement immenses.

Des gains de productivité massifs
Une situation qui reproduit ce que l’on observait en 1870, lorsque les critiques à l’électrification de l’éclairage de l’avenue de l’Opéra dénonçait une technologie sans avenir, dangereuse et socialement contestable pour mettre en danger le travail des allumeurs de réverbères. Pour l’instant, si les applications à base de Large Langage Model (LLM) semblent dominer, d’autres architectures d’IA vont envahir le monde industriel, le transport, la distribution, la médecine, etc. La nature systémique de l’IA, c’est à dire s’appliquant largement aux différentes activités de notre civilisation, est difficile à contester.

Des gains de productivité massifs et visibles sur le plan macroéconomique sont probablement sur le point de se manifester, avec leurs conséquences inéluctables sur l’emploi (dans un premier temps) et l’organisation sociale. Il est dans ce cadre important de noter que ces technologies d’IA arrivent à un moment particulier, celui d’une crise environnementale mondiale qui va nécessiter une coordination globale à l’échelle de l’humanité. En permettant d’amener les gains de productivité qui nous font défaut pour adresser ce défi au coût s’exprimant en milliers de milliards de dollars, elles pourraient éviter qu’il soit nécessaire de fortement réduire nos ressources individuelles pour répondre à ce défi.

Non seulement ces technologies pourraient nous permettre de produire plus en travaillant moins, mais elles pourraient directement avoir une forte contribution dans les sujets de décarbonation et de préservation de l’environnement, faisant ainsi mentir les décroissants les plus affirmés. Il serait aisément possible d’aller de l’avant à quelques conditions toutefois.

Des années durant le World Economic Forum a classé la France comme l’un des pays les plus pessimistes au monde : recréer une foi commune dans le progrès passe par une meilleure éducation et une meilleure compréhension des enjeux scientifiques et technologiques, qui sera déterminant pour embrasser ces technologies avec recul et raison. Un défi à l’échelle d’une génération, mais qui ne place pas la France dans une posture idéale à l’instant où le monde accélère.

Les pays qui devraient bénéficier de cette transition schumpétérienne pourraient être ceux qui seront les plus capables d’articuler régulation et innovation. Avoir un droit social qui protège autant le spécialiste en intelligence artificielle (dont le métier ne sera pas menacé avant longtemps) que le traducteur ou le journaliste n’a pas de sens dans un contexte d’accélération de l’histoire. Il faut avoir à l’esprit qu’une faible régulation sociale durant la majorité du XIXe siècle, lorsque les gains de productivité croissaient fortement a abouti a une exploitation inégalée du prolétariat, qui ne cessera que lorsque des droits sociaux et spécifiques à chaque branche seront mis en place, le plus souvent de façon impérative. Enfin cette régulation devra nécessairement être plus technologique, c’est-à-dire rentrer dans le détail des algorithmes, des biais qu’ils induisent…

IA et climat, une chance pour la France
Le statut des technologies d’IA est provisoire : l’absence de sources, souvent dénoncé, par exemple, peut être résolu, en fournissant des connecteurs qui permettent d’accéder aux contenus qui ont permis d’aboutir aux attendus fournis par la machine, en organisant une qualification des sources qui alimentent l’IA, etc. De surcroît, de nombreux champs de recherche vont permettre des innovations au potentiel important, comme l’IA symbolique (un domaine faiblement exploité) qui permettrait de mieux piloter les règles appliquées à ces machines. Investir largement ces technologies ne peut qu’être au bénéfice des nations qui le feront de façon massive.

Le croisement de l’IA et des métiers l’environnement offre des perspectives ébouriffantes, et représente un terrain où la France pourrait se spécialiser plus qu’aucun autre pays, disposant déjà de nombreux leaders dans ce dernier domaine. Qu’en conclure ? En premier lieu que rien n’est joué, mais que le protectionnisme moral et économique ne marchera pas. Il faut donc à la fois rentrer dans la danse, mais également interpréter l’aria à notre façon. En étant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, un pays qui connait un frémissement dans le secteur technologique et qui dispose d’une forte expertise dans les métiers de l’environnement, il existe une opportunité unique. À nous de la saisir.

Intelligence artificielle et emploi ?

Intelligence artificielle et emploi ?

Un papier de Gilles Babinet dans la Tribune évoque l’interaction entre intelligence artificielle, emploi et productivité. Un papier qui se veut optimiste si on sait utiliser toutes les potentialités de l’IA et réguler cette véritable révolution technologique. Un papier qui cependant demeure relativement général , théorique et un peu confus , ce qui peut s’expliquer par une technologie tout juste naissante dont il est difficile de prévoir les développements et les conséquences NDLR.

La France ne doit pas suivre la CNIL italienne qui a la première posé le débat sur l’interdiction de ChatGPT; Etant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, il existe une opportunité unique de développer de nouveaux business, notamment en lien avec le climat.
d’après Gilles Babinet

Dans une interview récente, l’activiste Tristan Harris révélait que plus de 10% des chercheurs en IA estiment que celle-ci pourrait sonner le glas de l’humanité. Plus récemment une pétition, signée par plus de mille personnalités, invitait les principales plateformes d’intelligence artificielle avancée à mettre leurs développements sur pause. De nombreux penseurs ou polémistes, comme Gaspard Koenig, l’Israélien Yuval Harari… nous mettent en garde contre les risques de dévoiement de notre civilisation si nous ne réagissons pas rapidement. Et dernièrement, c’est la CNIL italienne qui a « interdit » ChatGPT.

Il y a effectivement lieu de se préoccuper : dès aujourd’hui, cybercrimes, extorsions effectuées à l’aide de vidéos postiches faites avec de l’IA, influence politique à renfort d’images saisissantes de réalisme, mais pour autant fausses sont en explosion. L’émotion prend de surcroit le dessus et notre capacité à vérifier l’information est fortement altérée ; loin est le temps où un éditeur faisait revoir chaque citation d’un journaliste pour s’assurer de la véracité de ce qui était publié. La profusion de contenus a mis à bas la valeur de cette pratique.

La vérité est en danger. On peut ainsi frémir en se remémorant l’une des hypothèses du paradoxe de Fermi : si les extraterrestres ne sont pas déjà là, c’est qu’ils pourraient s’être autodétruits au fur et à mesure qu’ils en sont venus à maîtriser des technologies de plus en plus sophistiquées.

En France, où le conservatisme technologique reste marqué (songeons aux réactions contre le compteur Linky, la 5G, l’importance du décroissantisme…), les critiques visent de surcroît le mercantilisme qui oriente ces technologies. Et il est vrai que l’inquiétude est légitime.

« Nous sommes une entreprise sans but lucratif œuvrant au loin des enjeux de performance financière, pour le bien de l’ensemble de l’humanité », affirmait OpenAI.

Rien de tout cela n’est resté vrai. C’est désormais une entreprise privée, ne publiant plus son code informatique et dont les préoccupations sont plus de répondre aux demandes de son client Microsoft : accélérer le temps de réponse, voir identifier une façon d’insérer de la publicité dans ses « prompts »…

Ces critiques font donc du sens, mais elles s’inscrivent dans un contexte mondialisé, ce qui limite immensément notre capacité à autonomiser le destin des nations. Tout le monde souhaite l’avènement d’une technologie informationnelle européenne, mais concrètement, qui est prêt à se passer des services numériques américains ? Quel est le pouvoir politique prêt à subir l’opprobre du citoyen-consommateur lorsqu’on aura interdit ChatGTP, Bing-Microsoft, Google-Bard et consort ? Qui est prêt à discriminer -c’est à dire bloquer- les adresses IP de ces services, au risque d’être accusé d’autoritarisme de la part d’associations à l’avant-garde des libertés numériques ? Qui est prêt à remettre en cause le volet services des accords de l’OMC, signé en 2001 avec enthousiasme par 141 pays au prétexte de « faire une pause » ?

Il faut observer ces jours-ci les réactions sur les réseaux sociaux à la mise en œuvre d’une loi qui renchérira les cours du transport de l’e-commerce, espérant ralentir Amazon et sauver les petits libraires. Au-delà, avoir des réserves à l’égard de ces services et les contraindre à adopter des règles complexes n’est en rien une garantie de préservation du « singularisme » européen. Le RGPD —le règlement européen sur les données personnelles— devrait à cet égard nous servir de leçon : loin de ralentir les grandes entreprises digitales, il leur a donné l’avantage. Celles-ci ont pu se mettre rapidement en conformité avec ce texte grâce à leurs immenses moyens, laissant loin derrière les plus petits acteurs se débattre dans le méandre technocratique ainsi créé.

Cette approche conservatrice est d’autant plus dommage que rien ne semble inexorable, bien au contraire. Car ces technologies numériques prennent tout le monde par surprise, y compris les plus avancés, à commencer par Google et Meta, qui bien que disposant de projets équivalents, voire supérieurs, semblent comme des lapins pris dans les phares d’une voiture vis-à-vis de chatGPT. La nature « rupturiste » de ce type de services (ils redéfinissent le cadre de jeu) permet à une nouvelle génération d’acteurs de profiter de ce nouveau cycle pour lancer leurs offres avec un grand potentiel de succès. L’opportunité peut être comparée à celle qu’a représentée l’émergence d’une grande technologie comme l’électricité ; pour l’instant, les gains de productivité potentiels sont hypothétiques, bien que vraisemblablement immenses.

Des gains de productivité massifs
Une situation qui reproduit ce que l’on observait en 1870, lorsque les critiques à l’électrification de l’éclairage de l’avenue de l’Opéra dénonçait une technologie sans avenir, dangereuse et socialement contestable pour mettre en danger le travail des allumeurs de réverbères. Pour l’instant, si les applications à base de Large Langage Model (LLM) semblent dominer, d’autres architectures d’IA vont envahir le monde industriel, le transport, la distribution, la médecine, etc. La nature systémique de l’IA, c’est à dire s’appliquant largement aux différentes activités de notre civilisation, est difficile à contester.

Des gains de productivité massifs et visibles sur le plan macroéconomique sont probablement sur le point de se manifester, avec leurs conséquences inéluctables sur l’emploi (dans un premier temps) et l’organisation sociale. Il est dans ce cadre important de noter que ces technologies d’IA arrivent à un moment particulier, celui d’une crise environnementale mondiale qui va nécessiter une coordination globale à l’échelle de l’humanité. En permettant d’amener les gains de productivité qui nous font défaut pour adresser ce défi au coût s’exprimant en milliers de milliards de dollars, elles pourraient éviter qu’il soit nécessaire de fortement réduire nos ressources individuelles pour répondre à ce défi.

Non seulement ces technologies pourraient nous permettre de produire plus en travaillant moins, mais elles pourraient directement avoir une forte contribution dans les sujets de décarbonation et de préservation de l’environnement, faisant ainsi mentir les décroissants les plus affirmés. Il serait aisément possible d’aller de l’avant à quelques conditions toutefois.

Des années durant le World Economic Forum a classé la France comme l’un des pays les plus pessimistes au monde : recréer une foi commune dans le progrès passe par une meilleure éducation et une meilleure compréhension des enjeux scientifiques et technologiques, qui sera déterminant pour embrasser ces technologies avec recul et raison. Un défi à l’échelle d’une génération, mais qui ne place pas la France dans une posture idéale à l’instant où le monde accélère.

Les pays qui devraient bénéficier de cette transition schumpétérienne pourraient être ceux qui seront les plus capables d’articuler régulation et innovation. Avoir un droit social qui protège autant le spécialiste en intelligence artificielle (dont le métier ne sera pas menacé avant longtemps) que le traducteur ou le journaliste n’a pas de sens dans un contexte d’accélération de l’histoire. Il faut avoir à l’esprit qu’une faible régulation sociale durant la majorité du XIXe siècle, lorsque les gains de productivité croissaient fortement a abouti a une exploitation inégalée du prolétariat, qui ne cessera que lorsque des droits sociaux et spécifiques à chaque branche seront mis en place, le plus souvent de façon impérative. Enfin cette régulation devra nécessairement être plus technologique, c’est-à-dire rentrer dans le détail des algorithmes, des biais qu’ils induisent…

IA et climat, une chance pour la France
Le statut des technologies d’IA est provisoire : l’absence de sources, souvent dénoncé, par exemple, peut être résolu, en fournissant des connecteurs qui permettent d’accéder aux contenus qui ont permis d’aboutir aux attendus fournis par la machine, en organisant une qualification des sources qui alimentent l’IA, etc. De surcroît, de nombreux champs de recherche vont permettre des innovations au potentiel important, comme l’IA symbolique (un domaine faiblement exploité) qui permettrait de mieux piloter les règles appliquées à ces machines. Investir largement ces technologies ne peut qu’être au bénéfice des nations qui le feront de façon massive.

Le croisement de l’IA et des métiers l’environnement offre des perspectives ébouriffantes, et représente un terrain où la France pourrait se spécialiser plus qu’aucun autre pays, disposant déjà de nombreux leaders dans ce dernier domaine. Qu’en conclure ? En premier lieu que rien n’est joué, mais que le protectionnisme moral et économique ne marchera pas. Il faut donc à la fois rentrer dans la danse, mais également interpréter l’aria à notre façon. En étant un pays où l’expertise de recherche en IA est l’une des meilleures au monde, un pays qui connait un frémissement dans le secteur technologique et qui dispose d’une forte expertise dans les métiers de l’environnement, il existe une opportunité unique. À nous de la saisir.

Loi Plein emploi : un catalogue de bonnes intentions

Loi Plein emploi : un catalogue de bonnes intentions

Les « Assises du travail » ont été lancées le 2 décembre dernier, avant le conflit sur les retraites. Le résultat a été diffusé par le ministère du travail. De toute évidence, les propositions sont assez maigres et peu contraignantes. Il s’agit plutôt d’un petit catalogue de bonnes intentions. La principale disposition concerne sans doute la perspective de la semaine sur quatre jours au lieu de cinq. Par contre on a oublié de sujets importants à savoir le travail des seigneurs et la question de la rémunération surtout dans cette période d’inflation. Bref comme dirait Macon, le conseil économique et social par la voix de son président « ne s’est pas beaucoup mouillé »dans un rapport de soixante-dix pages, rédigé et coordonné par Jean-Dominique Senard, le président de Renault et Sophie Thiéry, présidente de la commission Travail et emploi du Conseil économique, social, et environnemental, (CESE) et remis au ministre. Dix-sept recommandations en découlent.

On retiendra surtout la perspective du travail sur quatre jours au lieu de cinq.. Plusieurs expérimentations sont actuellement en place dans les services publics. Et le ministre veut encourager la négociation dans chaque entreprise. Tout comme le télétravail, autre aspiration importante mise en lumière par ce rapport. Le ministre s’est dit favorable à son extension, quand c’est possible, mais tout en veillant à la déconnexion, avec la signature d’une charte, qui soit applicable.
Autre proposition la mise en place d’une espèce de banque des congés pourront être pris même en cas de changement d’entreprise.. Ce compte existe déjà dans certaines entreprises, l’idée serait donc de le généraliser. Une suggestion qui se rapproche de celle de la CFDT qui milite depuis plusieurs années pour une banque du temps.
Le rapport propose aussi le développement de la formation face aux défis de la transition écologique, mais aussi des futurs métiers, les actifs doivent faire preuve d’adaptation. Mais cela ne peut se faire sans accompagnement. L’objectif étant d’éviter les absentéismes. Mais aussi les accidents du travail. « La question de la santé mentale s’impose comme une priorité… notamment en matière d’usure professionnelle », a souligné le ministre.

Une une loi sur le plein emploi !!!

Une une loi sur le plein emploi !!!


D’après sondage OpinionWay pour « Les Echos » et Radio Classique Emmanuel Macron, Le gouvernement est largement rendu responsable de l’échec du débat à l’Assemblée nationale et l’opposition à la réforme s’est encore renforcée. Pour tenter de remonter la pente de l’impopularité, le gouvernement envisage donc une curieuse loi intitulée pour le plein-emploi. Il s’agit en fait d’une manœuvre politique pour répandre un peu de sucré sur le côté amer et salé de la réforme des retraites.

La première observation, c’est qu’on ne peut élaborer de loi sur le plein-emploi sauf dans les régimes totalitaires. Au mieux un gouvernement peut rechercher les meilleures conditions qui favorisent le développement économique d’où découle l’emploi.

Le gouvernement ne peut donc créer directement des emplois d’autant que la France est déjà largement pourvue en fonctionnaires superflus dans de nombreux secteurs. Des problématiques assez différentes comme l’adoucissement de la réforme des retraites, le partage de la valeur ou encore les conditions de travail. Mais pas vraiment une réflexion et une orientation sur le meilleur environnement économique pour favoriser la croissance et pas davantage une réflexion sur le sens du travail

bref du travail bâclé à consonance politicienne.

« Un des principaux volets de cette loi se fera autour de la question du partage de la valeur, parce que c’est une des promesses du président pendant sa campagne », poursuit encore ce ministre.
Avec une inflation qui promet d’être encore élevée ces prochains mois, la question des salaires et des rémunérations est la première préoccupation des Français.

Conscient que l’emploi des seniors fait partie des sujets les plus irritants de la réforme des retraites pour l’opinion, le gouvernement tient absolument à ouvrir un débat sur ce sujet. Avec, là encore, des propositions dans sa loi, pour mieux encourager le cumul emploi retraite, mais aussi généraliser le compte épargne temps universel, sorte de « banque du temps », inspirée de la CFDT, qu’un salarié pourrait actionner tout au long de sa vie, et notamment en fin de carrière.
Matignon souhaiterait aussi inscrire des sanctions pour les entreprises qui licencient, probablement en augmentant les indemnités des ruptures conventionnelles pour les salariés les plus âgés quand ces dernières sont à l’initiative des employeurs.

Du côté de la carrière des femmes, aussi, le gouvernement cherche à faire quelques gestes. Au moins pour la forme, étant donné qu’il n’a pas prévu d’amender son texte de réforme des retraites, notamment sur l’effort demandé aux femmes qui ont travaillé, tout en ayant des enfants (et qui, avec le recul de l’âge, voient leurs bonifications pour trimestres amoindries).
Sous l’impulsion du Modem, il réfléchit donc à une revalorisation (financière) de la pension des mères (probablement celles qui ont eu au moins 3 enfants), et dont les pensions sont basses.
Un chantier sur la mise en place d’un meilleur service de la petite enfance, pour les aider à mieux articuler vie personnelle et vie professionnelle, sera aussi lancé.
Calendrier serré

Le risque de ce texte est toutefois d’apparaître comme une liste très opportuniste de mesures qui ne changeront pas la situation des salariés dans les entreprises avant de longues années.

Emploi des séniors : quel emplois ?

Emploi des séniors : quels emplois ?

par Jean-François Amadieu,Professeur d’université, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne dans The Conversation FR.


Il est impossible d’avoir un débat pertinent sur la réforme du système de retraites sans prendre en compte la difficulté française à employer des travailleurs âgés. Les mesures déjà prises pour inciter au maintien en emploi ou au recrutement des seniors ont été très insuffisantes : comme le montrent plusieurs comparaisons internationales, les stéréotypes négatifs vis-à-vis des seniors sont particulièrement forts en France.

La France fait partie des pays où la population a le plus d’a priori négatifs inconscients à l’encontre des seniors : elle se classe 61ᵉ sur 68 pays. Cet âgisme ne peut rapidement changer, ni être aisément surmonté. Le rejet des seniors est considérable lors des embauches, et cette discrimination perdure d’autant qu’elle est fréquemment passée sous silence ou considérée comme compréhensible et acceptable.

Cette vision négative des salariés âgés, notamment de leur performance au travail, est profondément injuste car les travaux scientifiques en psychologie la contredisent. Par exemple, les seniors ne sont pas moins créatifs et pas plus rétifs aux changements. Malgré ces qualités, en entreprise, les seniors se sentent stigmatisés.

En France, 78 % des salariés ont le sentiment d’avoir une caractéristique qui peut les marginaliser ou les pénaliser au travail. En 2022, après l’origine sociale (citée par 22 % des salariés), c’est le fait d’être senior qui est le plus mentionné (21 %).

Au-delà des moqueries, des mises à l’écart ou du harcèlement, la moitié des salariés craignent d’être un jour victime de discrimination au travail. La première crainte pour ceux-ci est de très loin l’âge (43 % l’indiquent), devant l’apparence (23 %), le diplôme (23 %) puis le sexe (21 %).

Cette inquiétude est compréhensible quand on observe la catastrophe que représente pour eux la perte d’emploi. À cause de leur âge chronologique et souvent de leur apparence physique, il leur sera en effet difficile de retrouver un travail. Sauf à être proche de la retraite, ils risquent en cas de chômage de longue durée de perdre leurs indemnités (les durées d’indemnisation des plus de 50 ans ont été réduites en 2022). Une crainte d’autant plus grande que pour quatre recruteurs sur dix on est déjà senior à 45 ans, voire à 40 ans.

La difficulté des seniors à retrouver un emploi est parfaitement identifiée par les Européens et les Français : ils considèrent qu’avoir plus de 55 ans est le premier motif de rejet lors des embauches à compétences égales.

Le Défenseur des Droits a montré que l’âge est le premier critère de discrimination dont considèrent être victimes les demandeurs d’emploi (35 % des chômeurs discriminés disent l’être pour ce motif), devant l’apparence physique (25 %) et l’origine (20 %). Avoir plus de 55 ans est rarement un atout pour trouver un travail. Après le fait d’être enceinte, c’est le critère le plus rédhibitoire aux yeux des salariés comme des chômeurs (8 salariés et 9 demandeurs d’emploi sur 10 le déclarent).

Par ailleurs, les seniors sont fréquemment discriminés pour des motifs liés au vieillissement comme la prise de poids, les problèmes de santé ou le handicap. Ceux-ci ont un fort impact sur les chances d’embauche. L’apparence physique, et en particulier le poids, est le deuxième critère de discrimination à l’embauche. Or, la prise de poids est très corrélée à l’âge. Jeunesse, beauté et bonne santé sont valorisés en emploi. Il faut examiner ensemble ces facteurs aggravants pour comprendre les obstacles rencontrés par les seniors lors des recrutements.
Un ressenti corroboré par les faits

Le nombre des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans a nettement augmenté, passant de 312 000 en 2008 (cat. A) à 809 000 fin 2022 (il a baissé chez les moins de 25 ans, passant de 355 000 à 311 000 demandeurs). De surcroit, il s’agit beaucoup plus souvent de chômeurs de longue durée : la durée moyenne de chômage des plus de 50 ans était de 370 jours début 2008. Elle atteint 665 jours fin 2022 (celle des moins de 25 ans est passée de 123 jours à 143 jours).

Des « testings », qui permettent de juger de la réaction des recruteurs face à des candidatures factices montrent une situation désastreuse et qui ne change pas. En 2006, un candidat de 48-50 ans avait en moyenne trois fois moins de chance qu’un candidat de 28-30 ans de passer le stade du tri de CV. Un candidat au nom maghrébin avait aussi à cette date environ trois fois moins de chances de

En 2022, le résultat est quasiment le même s’agissant des candidats seniors. Une personne ayant entre 48 et 55 ans a trois fois moins de chance d’être rappelée pour un entretien qu’un 23-30 ans (75 % de réponses positives de moins). La discrimination en raison du nom porté (les origines nationales) a diminué (33 % de réponses positives de moins au lieu 75 % en 2006). Ces « testings » sur l’âge révèlent là encore les médiocres résultats de la France par rapport aux autres pays européens et aux États-Unis.

Les progrès dans la lutte contre les discriminations ont été très insuffisants s’agissant des seniors. Une des raisons qui l’explique est le fait que la question de la discrimination des candidats âgés à l’embauche suscite peu d’intérêt. On peut même parler d’une véritable « invisibilisation ».
La statistique publique peut mieux faire

Bien que la discrimination en raison de l’âge soit le premier motif de discrimination mentionnée par les demandeurs d’emploi, les pouvoirs publics ont eu d’autres priorités. Le gouvernement a mesuré les discriminations à l’embauche au moyen de « testings ». Il en a même fait un outil pour amener les grandes entreprises à modifier leurs pratiques en donnant les noms de celles ayant de mauvais résultats (stratégie dite du « name and shame », littéralement « nommer pour faire honte »). Mais ces tests concernaient les discriminations en raison des origines nationales, du sexe et du lieu de résidence. Ils n’ont jamais porté sur l’âge avancé.

Le ministère du Travail ne diligente pas non plus de « testings » concernant spécifiquement les seniors et si, incidemment, une discrimination sur ce critère apparaît, elle n’est ni relevée ni analysée lors de la publication des résultats. Seuls l’effet des origines ou du sexe suscitent l’attention.
La France n’est pas le seul pays concerné par cet oubli. Une méta-analyse publiée en 2023 recense les « testings » publiés de 2005 à 2020 dans le monde : 143 de ces tests portent sur les questions ethno-raciales (surtout en France d’ailleurs, et 17 seulement sur les seniors.

Autre exemple, lorsque l’Insee et l’INED communiquent depuis plusieurs années sur les discriminations que vivent les Français, notamment au travail, en utilisant l’enquête trajectoire et origines (TEO), ils ne risquent pas de montrer que la France maltraite ses seniors en emploi ou ses personnes retraités. Ceci pour une raison simple : lors de la première enquête, en 2008, on n’avait pas interrogé assez d’individus de plus de 49 ans. En conséquence, les exploitations de l’enquête pour rendre compte des inégalités et discriminations vont exclure des données ceux qui ont 50 ans et plus, soit la moitié des Français de plus de 18 ans.

De leur côté, les statistiques en entreprise devraient enfin progresser grâce à l’index senior annoncé par le gouvernement – s’il fixe des obligations de résultat concernant le maintien dans l’emploi et les recrutements. Il risque néanmoins d’être construit de telle sorte que les entreprises obtiennent aisément de très bons résultats, à l’instar de ce qui se passe pour l’index égalité femmes/hommes.

Mesurer et s’attaquer aux discriminations à l’encontre des seniors est un impératif de justice sociale. C’est aussi un [enjeu de santé publique] et économique : les discriminations que les seniors connaissent sur le marché du travail ont des effets sur leur santé physique et mentale. C’est enfin un moyen pour augmenter le taux d’activité des seniors et financer les retraites. Les débats sur le recul de l’âge de départ à la retraite auront peut-être ainsi le mérite de finalement sortir les discriminations à l’encontre des seniors de la pénombre.

« France travail »: un nouveau coup de peinture sur pôle emploi

  • « France travail »: un nouveau coup de peinture sur « pôle emploi »

Encore une nouvelle institution complètement bidon avec  » France  travai »l supposé organiser des synergies entre les acteurs pour faciliter la réinsertion des chômeurs.

La vérité c’est qu’il s’agit simplement d’un coup de peinture sur « pôle emploi » qui a largement démontré son incapacité à offrir de manière significative des emplois aux chômeurs« La création de France Travail suppose une transformation de Pôle emploi et de tous les acteurs du service public de l’emploi, ainsi qu’une mise en commun des compétences de l’Etat, des collectivités locales et de l’ensemble des acteurs économiques et associatifs pertinents, en lien notamment avec les partenaires sociaux », peut-on lire dans la lettre de mission à laquelle « Les Echos » ont eu accès.

Début juillet, lors de son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, Elisabeth Borne avait donné le la. « Notre organisation est trop complexe. Son efficacité en pâtit. Nous ne pouvons plus continuer à avoir, d’un côté, l’Etat qui accompagne les demandeurs d’emploi, de l’autre, les régions qui s’occupent de leur formation et les départements en charge de l’insertion des bénéficiaires du RSA », avait déclaré la Première ministre, nourrie de son expérience d’ex-ministre du Travail.

Avec France Travail, il y aura un pilote dans l’avion dans chaque bassin d’emploi, qui sera jugé sur l’amélioration des taux d’insertion professionnelle », décrypte-t-on dans la majorité.Si l’ambition fait consensus, Thibaut Guilluy sait qu’il avance en terrain quelque peu miné. Les régions, qui partagent la formation des chômeurs avec Pôle emploi, ou les partenaires sociaux, jaloux de leurs prérogatives sur l’assurance-chômage , redoutent une mainmise de l’Etat qui ne dirait pas son nom. « Une attention particulière sera apportée à l’acceptabilité par le corps social des impacts du projet », demande d’ailleurs Olivier Dussopt dans la lettre de mission, soucieux d’éviter trop de vagues.

 

Emploi: le  » précariat ou la précarité durable  »

Emploi: le  » précariat ou la précarité durable «  

Dans son dernier ouvrage, le sociologue Nicolas Roux étudie les façons très différentes dont les saisonniers agricoles et les intermittents du spectacle vivent leur « précariat ».

Par Alain Beuve-Méry dans le Monde. 

 

Livre. L’approche est originale, mais peut surprendre. Pour explorer les contours du monde du « précariat » (néologisme, né de la contraction des mots « précarité » et « prolétariat ») – qui concernerait 40 % de la population des pays développés, selon l’économiste britannique Guy Standing –, le sociologue Nicolas Roux a choisi d’étudier en France deux catégories sociales très éloignées l’une de l’autre, d’un côté les saisonniers agricoles, de l’autre les artistes intermittents du spectacle.

De fait, ces deux populations ont comme point commun de se situer à l’opposé du modèle salarial « fordiste », où domine un emploi stable et à temps plein. En ce qui concerne la France, ces catégories appartiennent plutôt aux marges du monde du travail, puisque le contrat à durée indéterminée (CDI) représentait encore 85,3 % de l’emploi stable, selon les statistiques de l’Insee, en 2016. Au total, ce sont quand même 3,7 millions de personnes qui ont occupé un emploi précaire dans l’Hexagone, cette année-là. Leur existence est de plus pérenne et ancienne, puisque les journaliers agricoles comme les travailleurs au cachet dans le monde du spectacle étaient déjà très nombreux au XIXe siècle, comme au début du XXe siècle.

Mais avec les crises sociales récentes – notamment le mouvement des « gilets jaunes » –, les discours sur l’avènement d’une « start-up nation » ou sur l’« ubérisation » de l’économie, l’idée que la précarité a gagné du terrain et s’installe dans la durée mérite une analyse. Dans ces conditions, le fil rouge de l’auteur est « de bien voir comment les individus aménagent au mieux leur situation, en fonction des ressources disponibles ».

Nicolas Roux étudie les conditions de soutenabilité et d’insoutenabilité de la précarité durable. La vie des saisonniers agricoles et celle des intermittents du spectacle alternent entre des périodes d’emploi et de chômage. La discontinuité est inscrite au cœur même de leur vie sociale, tant du point de vue du contrat (à durée déterminée, saisonnier, etc.) que du temps de travail (à temps partiel, morcelé, etc.). Mais là se situe, aussi, la grande différence entre eux.

 

D’un côté, les saisonniers agricoles, issus de milieux modestes et moins diplômés, sont amenés à accepter leur condition et à s’en satisfaire. Ils n’ont pas le choix de leur activité et dépendent de leur emploi précaire pour se nourrir. De l’autre, il s’agit d’un choix de vie pour les intermittents du spectacle. L’auteur arrive vite d’ailleurs à la conclusion suivante : « N’est pas “travailleur intellectuel” qui veut. » Cela est grandement facilité par l’acquisition, dès l’origine, d’un capital social et économique. Au fil de son enquête, Nicolas Roux démontre que le précariat est bien devenu un fait social de plus en plus en plus ancré dans la société française, en revanche, il ne constitue pas une classe sociale, ce monde demeurant très éclaté.

Emploi : amélioration au second trimestre mais tendance moins favorable pour l’avenir

Emploi : amélioration au second trimestre mais tendance moins favorable pour l’avenir

Les créations d’emplois dans le privé ont accéléré au deuxième trimestre soutenues par le tourisme

Le secteur privé a enregistré 102.500 créations nettes d’emplois entre fin mars et fin juin 2022. Une « surprise » pour les économistes au regard du contexte économique difficile que traverse la France. Cette performance est, en partie, due au rebond du tourisme qui favorise l’activité du secteur tertiaire marchand.

Selon l’Insee  secteur privé a enregistré 102.500 créations nettes d’emplois entre fin mars et fin juin 2022. Cette augmentation de 0,5% est supérieure à celle du premier trimestre 2022 (+0,3%, soit 69.500 emplois en plus). L’emploi privé dépasse son niveau d’avant-crise, fin 2019, avec 754.200 emplois en plus (+3,8%).

.Cette progression peut s’expliquer par le rebond de l’activité touristique en France. Le tertiaire marchand affiche ainsi une hausse de 0,8% du nombre d’emplois supplémentaires (+97.300 emplois), après une hausse de 77.300 emplois au premier trimestre (+0,6%). « Ce dynamisme explique l’essentiel de la hausse totale de l’emploi salarié privé », note l’Insee. À noter toutefois la tendance baissière dans l’intérim qui constitue un indicateur global de l’évolution de l’emploi

L’intérim, en effet,  poursuit sa baisse amorcée au premier trimestre 2022. Alors qu’il connaissait une forte hausse au sortir du confinement du printemps 2020, il recule de 2,1% au deuxième trimestre 2022 (-17.400) bien qu’il « demeure supérieur à son niveau d’avant-crise », rappelle l’Insee. «

L’emploi industriel augmente légèrement avec la création de 3.100 emplois (+0,1%). Une hausse insuffisante pour rattraper le niveau d’avant crise sanitaire. Le secteur de la construction est stable, avec un niveau de l’emploi salarié privé identique au début de l’année 2022, et largement supérieur à celui atteint fin 2019 (+6,2%, soit 91.600 emplois en plus). Enfin, l’emploi salarié privé dans le tertiaire non-marchand augmente plus nettement, de 0,7% (+19.500 emplois), confirmant là aussi la hausse constatée lors du premier trimestre (de +7.600 emplois, soit 0,3%).

Malgré les difficultés liées à la crise sanitaire et désormais à la guerre en Ukraine qui a provoqué une forte inflation, l’emploi continue donc de se maintenir en France. Parallèlement à l’emploi privé qui grimpe, le taux de chômage poursuit sa baisse. Il a, ainsi, légèrement diminué au deuxième trimestre. Le nombre de chômeurs de catégorie A a enregistré un recul de 0,8% en France (hors Mayotte) au deuxième trimestre, soit 26.900 inscrits en moins, à 3,165 millions, soit une baisse sur un an de 15,1%, selon les chiffres publiés mercredi par la Direction des statistiques du ministère du Travail (Dares). La décrue semble toutefois ralentir, si l’on compare ces derniers chiffres à la forte diminution enregistrée lors de précédents trimestres. En cause évidemment le ralentissement de la croissance notamment à partir de 2023.

 

Emploi: Une amélioration éphémère

Emploi: Une amélioration éphémère

Dans la conjoncture actuelle, le choc inflationniste non-anticipé qui frappe les économies des Etats-Unis et de la zone euro conduit à une amélioration de l’emploi. Mais au regard de l’évolution du marché du travail, celle-ci ne peut être qu’éphémère car résultant d’une illusion monétaire, comme l’avait bien analysé le prix Nobel d’économie Milton Friedman. Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l’ESSEC.( dans la Tribune)

 

Si l’inflation ravage l’économie mondiale et détruit à petit feu le pouvoir d’achat, les adeptes de la relance par la dépense publique continuent de marteler que l’objectif de plein emploi a été atteint précisément grâce aux dépenses sans limite engagées lors de la crise du covid. La totale déconnexion des décisions de relance avec les réalités budgétaires est particulièrement incarnée par les chèques de 1.000 dollars signés par l’administration Biden ou encore par la « nationalisation des emplois » tout droit sortie du Métavers dans lequel vivait Emmanuel Macron en 2020. Les docteurs Diafoirus de cette hallucination collective ont eux-mêmes baptisés leur mouvement « Théorie Monétaire Moderne ». De notre point de vue, ce mouvement est essentiellement basé sur des postulats sans logique interne, avec comme affirmation centrale que le gouvernement américain était en mesure d’augmenter la dette indéfiniment puisque la banque centrale pouvait acheter cette dette, sans aucune contrepartie.

Cette revendication est abusive. Si la relance par la demande a pu stabiliser la chute de l’emploi en 2020 le temps que les stocks se vident, la situation actuelle est différente. La production et les perspectives d’augmentation de celle-ci sont largement compromises partout dans le monde. Dans le même temps, le marché du travail continue à se tendre. En effet, le nombre d’emplois vacants atteint des records, dans tous les secteurs et à tous les niveaux de qualification. Le taux d’emplois vacants atteint les 3,1% en zone euro au premier trimestre 2022 et 7% aux Etats-Unis en avril 2022. L’explication préférée des keynésiens pour cette situation serait le rétrécissement de l’offre de travail sur un fonds de « grande démission » des travailleurs affectés psychologiquement par le Covid-19.

La réalité est que l’inflation actuelle a pris par surprise, tant par son ampleur que par sa persistance dans le temps, presque tout le monde. En 2020, le peu d’économistes ou gérants financiers qui avaient évoqué un possible retour de l’inflation ont été moqués avec condescendance par leurs confrères comme des paléo-monétaristes ringards, n’ayant pas compris la disparition définitive de leur espèce et, avec elle, de l’inflation. Fin 2020, les prévisionnistes professionnels indiquaient avec la certitude de l’âne des taux d’inflation inférieurs à 2% pour 2022, et le marché financier leur emboitait le pas avec des taux de couverture du risque d’inflation ridiculement bas. Aujourd’hui, c’est le temps des « mea culpa », et des excuses présentées officiellement par les dirigeants des principales banques centrale comme Jerome Powel ou Christine Lagarde, pour avoir sous-évalué le risque inflationniste.

Si la hausse de prix est très forte depuis plusieurs mois, et s’est accéléré après la guerre en Ukraine, les salaires n’ont pas suivi, ni aux Etats-Unis, ni dans la zone euro. Le coût horaire du travail, rapporté au prix qu’une entreprise peut pratiquer, vient de diminuer, notamment dans les secteurs où la concurrence est faible. Selon un indicateur publié par la Fed de Saint Louis, aux Etats-Unis, le salaire réel hebdomadaire a diminué de 7,8% entre un maximum au premier trimestre 2020 et le quatrième trimestre 2022. Dans la zone euro, la croissance des salaires sur un an au premier trimestre 2022 est de seulement 2,7% face à une inflation de 8%. Cette baisse de la rémunération relative du travail incite les entreprises à recruter de la main d’œuvre, plutôt que délocaliser ou investir dans des machines à même d’augmenter la productivité d’un effectif existant. Malgré la crise économique qui se profile, malgré une demande de biens qui s’affaiblit inévitablement avec l’érosion du pouvoir d’achat par l’inflation, la baisse du salaire réel favorise le recours à plus d’heures de travail.

Cette explication à laquelle nous souscrivons n’est pas la nôtre mais est clairement exposée dans le discours de Prix Nobel de Milton Friedman en 1976, et dans les écrits de Robert Lucas en 1973, autre lauréat du Prix Nobel en Economie. Dans leur analyse, un choc inflationniste non-anticipé conduit à une amélioration de l’emploi, mais celle-ci ne peut être qu’éphémère, le temps que les anticipations-prix des employés s’alignent sur la nouvelle évolution des prix, et renforcent leurs revendications salariales. Aujourd’hui, nous sommes exactement dans ce cadre, au début du processus décrit par ces auteurs.

Il nous apparait que la leçon à tirer est que la seule solution pour lutter contre le chômage de masse qui frappe le sud de l’Europe a toujours été de baser l’évolution des salaires sur l’évolution de la productivité et la réduction de la fiscalité sur le travail. Si notre diagnostic est correct, l’embellie actuelle sur le marché du travail ne peut être que de courte durée – un an, maximum deux, car la modération salariale actuelle résulte d’une illusion monétaire sur le point de se dissiper. En effet, les indicateurs révèlent des anticipations d’inflation en forte hausse, aux Etats-Unis mais aussi dans la zone euro.

En France, aucun politicien n’a eu le courage de réformer le marché du travail pour plus de flexibilité salariale, si ce n’est modestement Nicolas Sarkozy avec la défiscalisation des heures supplémentaires, François Hollande avec ses différentes usines à gaz et Emmanuel Macron avec l’encadrement de l’indemnité pour licenciement abusif. Il est à craindre que la dégradation que nous sentons venir du marché du travail attise la propension des populistes de tous bords à resservir les potions miracles de dépenses publiques façon quoi qu’il en coûte, blocage des prix, contrôle des licenciements ou baisse du temps de travail. Aucune de ces mesures n’a jamais créé la moindre valeur nouvelle. En revanche, elles peuvent aggraver la désorganisation, le chômage et les déséquilibres. Mais l’équilibre n’a jamais été un objectif pour les populistes.

12345...20



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol