Archive pour le Tag 'Emballages :'

Emballages plastiques jetables interdits en 2040

Emballages plastiques jetables interdits en 2040

 

La France s’est dotée d’un objectif de  »sortie des emballages plastiques à usage unique » d’ici 2040 mais sur une base incitative, sans prévoir à ce stade de sanctions pour les industriels qui continueraient à en utiliser.

 

Un décret, rattaché à la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec), votée en février 2020, a été publié le 30 avril par le ministère de la Transition écologique. Il concerne tous les produits et tous les types d’emballages plastiques, qu’ils soient ménagers, industriels ou commerciaux, y compris ceux qualifiés de biodégradables ou biosourcés.

 

Tubes de dentifrice, bidons de lessive… Les emballages plastique représentent en France quelque 2,2 millions de tonnes mis sur le marché chaque année, selon le ministère. Leur réemploi est peu développé et leur taux de recyclage, de 27%, est « faible », admet le ministère de la Transition écologique.

 

Dans un premier temps, ce décret « 3R » (réduire, réemployer, recycler) fixe l’objectif de réduire de 20% les emballages plastiques à usage unique d’ici fin 2025. Deuxième objectif affiché : tendre vers une réduction de 100% des emballages en plastique à usage unique jugés « inutiles », comme les blisters plastiques autour des piles ou des ampoules, d’ici 2025. Le troisième veut  »tendre vers 100% de recyclage des emballages en plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2025″, ce qui passe par l’obligation de mettre sur le marché des matériaux recyclables.

La remise en cause des emballages plastiques

 La remise en cause des emballages plastiques

 

par Flavie Nguyen et Benoît Gougeon, associés au cabinet de conseil en stratégie Kearney

 

 

Au rythme actuel, les océans pourraient contenir davantage de plastique que de poissons d’ici à 2050. Cette projection de la Fondation Ellen Mac Arthur s’ajoute à de nombreuses autres qui sensibilisent l’opinion publique à l’impact environnemental de notre activité économique.

Parmi les causes majeures de cette pollution figure l’emballage, désormais régulièrement montré du doigt. Emballer permet pourtant à la fois de protéger pendant le transport, de partager les produits en portions commercialisables, d’allonger leur durée de vie et de communiquer avec les consommateurs. Grâce à l’emballage, la détérioration des aliments n’est que de 3 % pour les produits transformés et de 10-15 % pour le frais, alors qu’il peut atteindre 50 % dans des pays ayant peu recours à cette protection des produits (source : The Environmental Impacts of Packaging). Pour ce faire, le plastique est un matériau de choix grâce à des propriétés uniques : léger, résistant, non-réactif et étanche, il apparaît comme une solution particulièrement adaptée pour répondre à nos modes de consommation.

Compte tenu de ces services rendus, les entreprises se questionnent, à raison, sur cette problématique de l’emballage plastique et la manière dont elles doivent se positionner. En réalité, la question n’est pas tant « comment » mais « quand », et la réponse est « maintenant ».

En Allemagne, les systèmes de consigne rendent l’option verre pertinente, alors qu’en France celui-ci n’est pas lavé avant d’être réutilisé mais fondu, ce qui a un impact carbone important

Il faut sans attendre faciliter le travail de recyclage, tel le fabricant vendéen de barquettes sous atmosphère protectrice EDS qui sort du polystyrène (pas de filière de recyclage) et opte pour le mono-matériau. Il convient aussi de s’adapter aux systèmes de collecte et de recyclage locaux. En Allemagne, par exemple, les systèmes de consigne rendent l’option verre pertinente, alors qu’en France celui-ci n’est pas lavé avant d’être réutilisé mais fondu, ce qui a un impact carbone important. Il est pour finir capital de contribuer à améliorer les systèmes de collecte et de recyclage, comme l’a fait récemment Nespresso en créant sa propre filière de collecte et de recyclage.

D’aucuns pourraient néanmoins arguer que le changement est lent : sur le plan mondial, les emballages croissent trois fois plus vite que la population et en France, les rayons vrac ne pesaient que 0,75 % de la consommation en 2019. Il est vrai que le changement prend du temps chez les consommateurs et que les entreprises peuvent par conséquent hésiter à introduire de nouveaux paradigmes d’emballage, craignant de dépareiller sur les rayons et de ne pas être choisies in fine ; sans oublier qu’elles sont elles-mêmes confrontées au défi du changement et qu’aligner la gouvernance sur ces enjeux peut être compliqué. Il s’agit malgré tout pour elles d’oser un investissement d’avenir dont elles ne peuvent plus faire l’économie.

 L’enjeu est double. D’une part, pérenniser l’attractivité de leur marque pour conserver leur place dans les référencements des distributeurs : 70 % des super et hyper ont mis en place un espace vrac, l’approvisionnement local se développe, et 13 entreprises majeures de la grande distribution et de l’agroalimentaire ont signé en 2019 le « Pacte National sur les emballages plastiques » les engageant sur leur éco-conception et leur recyclage. D’autre part, être présentes au moment de l’élaboration des nouveaux circuits pour assurer leur bonne intégration à l’outil industriel existant. Typiquement, en Allemagne, seul un nombre limité de formes de bouteille est admis dans le circuit de consigne : un exemple de jeu collectif à méditer.

Le changement culturel comme la pression des réglementations sont en marche et la cadence risque d’accélérer rapidement

Disons-le-nous : le changement culturel comme la pression des réglementations sont en marche et la cadence risque d’accélérer rapidement. Pour ne pas rester prisonnières du monde d’avant et d’une grille de lecture déconnectée de l’évolution du monde, il est urgent que les entreprises pressent le pas dans leur positionnement, la définition de leur raison d’être, l’étude des opportunités spécifiques à leurs chaînes de valeur pour bien réduire, choisir, réutiliser et recycler les emballages de leurs produits, et bien sûr les distribuer en répondant aux attentes des consommateurs. Agir sans attendre pour des solutions d’emballage toujours plus responsables est de la responsabilité de tous, entreprises comme citoyens : c’est cette circularité vertueuse qui assurera un avenir commun et la question qui s’impose aujourd’hui n’est plus « quand » mais « comment ».

Flavie Nguyen et Benoît Gougeon sont associés au cabinet de conseil en stratégie Kearney

Emballages : « Consigne pour recyclage: une fausse bonne idée». La honteuse tribune de sénateurs

Emballages : « Consigne pour recyclage: une fausse bonne idée». La honteuse tribune  de sénateurs

Le Sénat, refuge de politiques recyclés qui ont transformé la fonction d’élu en métier (la plupart font de la politique depuis des dizaines d’années) vient de refuser la consigne sur les emballages plastiques notamment les bouteilles. En fait, il encourage ainsi la production, la multiplication et le recyclage des emballages plastiques. Pire, un collectif de sénateurs justifie la position des lobbys avec des arguments économiques et environnementaux particulièrement spécieux dans la Tribune en soutenant que la destruction et donc la production à usage unique est plus écologique que la réutilisation. On imagine quelle aurait été la position du sénat si on avait interdit totalement l’usage du plastique pour l’eau ! A noter la surprenante argumentation pour s’opposer à la consigne :

« Le principe même de la consigne pour les bouteilles en plastique et les canettes supprime ce rôle de collecteur et donc de revendeur des collectivités »

Tribune

« Le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire transpose l’initiative européenne de Paquet économie circulaire de 2018, visant à lutter utilement contre les plastiques et le gaspillage. Il s’agit de la transposition d’une volonté politique partagée par tous. L’article 8 du projet de loi prévoit la création du dispositif de la consigne pour recyclage, un concept a priori séduisant. Mais ne s’agit-il pas là en réalité d’une fausse bonne idée ?

La volonté européenne de lutte contre le plastique a été nettement affirmée au cours des dernières années avec l’adoption de plusieurs directives, dont la dernière en date est relative à la réduction de l’incidence de certains produits en plastique sur l’environnement (2 019). Alors même que l’Europe réfléchit à réduire l’utilisation du plastique, la mise en place d’une consigne semble de manière contradictoire pérenniser son utilisation. Le cas allemand nous montre qu’elle a même entraîné outre-Rhin une hausse de la commercialisation de bouteilles à usage unique.

Outre l’Allemagne, c’est en Espagne que la Chaire Unesco sur le cycle de vie et le changement climatique a souligné en 2017 l’inadéquation de la consigne avec les objectifs sociaux, environnementaux et économiques du pays. L’étude insistait sur le fait que « la grande majorité des ressources économiques et humaines qu’exigerait ce changement serait mieux consacrée à l’amélioration du système existant et au traitement d’autres types de déchets plus abondants et plus problématiques sur le plan environnemental ».

 La consigne pérennise en réalité la production et la consommation de plastique et ne permet pas de penser la fin de notre dépendance au plastique. L’ambition de la France devrait être de positionner un leadership fort en Europe sur les enjeux climatiques. En ce sens, la consigne pour recyclage rate la cible de faire de la France le leader européen dans la lutte contre le plastique.

Un coup au portefeuille. Outre la redéfinition de l’ambition vis-à-vis du plastique, la consigne soulève d’autres problématiques fortes pour les collectivités locales et leurs administrés. Les collectivités locales assurent aujourd’hui la collecte des bouteilles en plastique, jouant le rôle d’intermédiaire entre le tri et les entreprises de recyclage à qui elles revendent les déchets. Le principe même de la consigne pour les bouteilles en plastique et les canettes supprime ce rôle de collecteur et donc de revendeur des collectivités. Le manque à gagner s’élèverait ainsi à 200 millions d’euros, dans un contexte de contraintes budgétaires déjà fortes. Il s’agit d’une source de revenus importante permettant de financer diverses initiatives au niveau local. La perte de ces revenus risquerait d’entraîner une hausse de la fiscalité locale.

Mettre en place ce type de consigne pour recyclage remettrait également en question les recommandations de tri à destination du citoyen. Après 20 ans de campagnes de communication et de sensibilisation sur le tri des déchets avec le système de la « poubelle jaune », l’introduction de la consigne pour recyclage viendrait balayer l’intégralité des efforts mis en place et des investissements réalisés dans ce sens.

Enfin, la consigne nécessitera une avance de trésorerie par les Français de 120 millions d’euros (sur la base d’une quinzaine de centimes par bouteille), à laquelle viendra s’ajouter une perte nette de pouvoir d’achat de 250 millions d’euros par an correspondant à l’estimation de 10 % des bouteilles et canettes qui ne seront pas déconsignées. Ce dispositif n’est pas sans soulever de réelles interrogations dans le contexte social tendu que nous connaissons.

Améliorer le système de recyclage, enjeu premier. Plus que la collecte, le véritable enjeu lorsque l’on parle de bouteilles en plastique est celui de l’orientation vers la filière du recyclage. Alors que la nouvelle directive européenne sur les plastiques à usage unique fixe un objectif de 90 % de taux de collecte des bouteilles en plastique d’ici 2030, la France atteint déjà 99 % de taux de collecte aujourd’hui ! Cependant, seulement 57 % sont actuellement recyclés. Le problème en France est l’orientation des emballages plastique vers la « poubelle jaune » et le recyclage des emballages plastique hors foyer (poubelles de rue, gares, parcs…) qu’il faut améliorer, moins celui de la collecte qui est déjà excellent.

La consigne pour recyclage ne concerne de surcroît que 6 % des déchets plastiques (les bouteilles en plastique) et ne prend pas en compte les autres (barquettes, pots de yaourts etc.) qui ne sont, eux, recyclés qu’à 4 %, éloignant ainsi la perspective d’atteindre l’objectif du Président de la République d’arriver à 100 % de plastique recyclé d’ici à 2 025. La consigne pour recyclage des bouteilles en plastique créerait ainsi un nouveau dispositif n’adressant que 6 % des besoins, pourtant déjà particulièrement bien couverts en France.

Ne nous trompons pas de combat. Nous partageons les préoccupations environnementales et écologiques de nos concitoyens et leur volonté d’agir au quotidien. Nous partageons aussi cette volonté de la France d’être à l’avant-garde dans la lutte contre le changement climatique. Le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire se fait l’écho d’enjeux forts pour le climat. C’est à ce titre qu’il nous semble fondamental de souligner que l’ambition portée par l’article 8 doit être de répondre réellement à la question de la lutte contre le changement climatique et du développement en France comme en Europe d’une grande politique en faveur du recyclage. Notre objectif est de porter un projet de société sans plastique plutôt que de risquer d’en pérenniser l’utilisation. »

Claude Kern (UDI), Dominique Vérien (UDI)Sonia de la Provôté (UDI)Michelle Vullien (UDI), Jean-Marie Bockel (UDI), Vincent Delahaye (UDI), Anne-Catherine Loisier (UDI), Alain Duran (PS)Eric Jeansannetas (PS), Henri Cabanel (PS)Nelly Tocqueville (PS), Joël Labbé (EE-LV)Nicole Duranton (LR), Guy-Dominique Kennel (LR), Antoine Leèvre (LR), André Reichardt (LR), Esther Sittler (LR), René-Paul Savary (LR), Jean-Pierre Vogel (LR), Louis-Jean de Nicolaÿ (LR), René Danesi (LR), Gilles Boucher (LR), Sébastien Meurant (LR), Catherine Troendlé (LR), Jacky Deromedi (LR), Françoise Ramond (LR), Brigitte Micouleau (LR), Jean-Pierre Corbisez​ (RDSE).

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol