Archive pour le Tag 'emballage'

L’emballage plastique à usage unique : supprimé dans 20 ans… peut -être !

L’emballage plastique à usage unique : supprimé dans 20 ans… peut -être !

Encore une promesse de coiffeur avec cette décision de l’Assemblée nationale d’envisager la fin plastique à usage unique pour les emballages d’ ici 2040. Les objectifs seront réévalués tous les cinq ans et on pourra mettre en place une taxe sur les emballages plastiques. Le problème c’est que les taxes risquent de perdurer alors que la décision d’interdire purement et simplement les plastiques d’emballage n’aura pas été prise d’ici 20 ans. D’ici là il faudra de plus en plus de plastique ( en particulier pour le lucratif commerce de l’eau).

Avec ce dispositif – s’il est définitivement adopté par le Parlement –, des objectifs successifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages plastiques à usage unique seraient fixés tous les cinq ans, jusqu’à mettre fin à leur mise sur le marché en 2040. La secrétaire d’État Brune Poirson y voit un « signal puissant » envoyé à l’industrie et un message adressé aux « partenaires européens » de la France. « L’avenir à long terme du plastique ne peut pas être celui de l’usage unique », a-t-elle insisté.

À droite, Annie Genevard (LR) y a surtout entendu de « l’incantation » et a demandé au gouvernement pourquoi soutenir, dans ces conditions, un dispositif de consigne pour recyclage des bouteilles en plastique s’il souhaite supprimer ce type d’emballages dans 20 ans. Le député Libertés et Territoires François-Michel Lambert, tout en votant l’amendement, a lui aussi demandé de la « cohérence » au gouvernement sur la lutte contre le plastique à court terme. En septembre, le Sénat s’était prononcé en faveur de l’interdiction du plastique à usage unique en 2040, avant de revenir sur son vote lors d’une seconde délibération.

Zéro emballage : une Toulousaine lance une épicerie 100 % vrac

Zéro emballage : une Toulousaine lance une épicerie 100 % vrac

 

Le zéro déchet arrive à Toulouse. Fin avril, la boutique « Ceci et cela », une épicerie 100 % vrac, sera lancée à Toulouse (pour le moment le lieu de la boutique reste confidentiel). Le principe est simple : le client arrive dans le magasin avec ses bocaux (il peut aussi acheter des récipients sur place) et les remplit uniquement avec les quantités dont il a besoin. Objectif : éliminer les nombreux emballages plastiques qui servent à transporter les biens de consommation. « Ce sera une petite boutique de 55 m2 avec à la fois des produits d’épicerie sucrée (miel, farine, biscuits) et salée (céréales, pâtes, huiles, légumineuses) mais aussi des produits d’hygiène (du shampoing ou du liquide vaisselle sous vide). Ces produits seront à 80 % bio et locaux, je me fournirai auprès de petits producteurs de la région en direct. Par contre, il n’y aura pas de fruits et de légumes car il existe déjà de nombreux marchés à Toulouse », explique Louise Cardona. Cette Toulousaine de 25 ans est diplômée d’une école de commerce à Bordeaux. Lors de son année d’Erasmus en Turquie, elle a eu l’idée de se convertir au zéro déchet en voyant que, dans le pays, « les magasins n’interdisaient pas encore les sacs plastiques ». Après un stage dans une chaîne de magasins bio, elle a décidé de monter son propre projet. Depuis quinze jours, elle a lancé une campagne de financement participatif sur Kisskissbankbank pour financer l’achat d’une caisse enregistreuse et d’une vitrine traiteur. En quelques jours, l’objectif de 4 850 euros a été dépassé, un mois avant la fin de la campagne. « Le montant restant servira à financer la rénovation de meubles », se réjouit Louise Cardona. Le concept « zéro déchet » est né en Californie. En 2003, le comté de San Francisco s’est fixé pour objectif de recycler la totalité des déchets ménagers d’ici à 2020, en s’apercevant que la plus grande quantité des ordures provenaient de nourriture. 10 ans plus tard, la ville a annoncé avoir réduit de 80 % les tonnages d’ordures vers les décharges. Ce succès a incité les pays européens à adopter le concept. « La démarche zéro déchet est en plein développement en Italie mais aussi en Suisse, en Allemagne ou en Angleterre. En France, il n’existait qu’un magasin de vrac en 2014 alors qu’aujourd’hui on prévoit 150 magasins de ce type ouverts d’ici à fin 2016″, remarque Louise Cardona. À Toulouse, plusieurs boutiques proposent depuis quelques années des produits en vrac (yaourts ou miel). La chaîne nationale de magasins zéro déchet Day by Day prévoit également de s’installer dans la Ville rose. Mais pas de quoi inquiéter la jeune entrepreneure : « Les Toulousains ont actuellement beaucoup de mal à trouver des produits bio, locaux et sans emballage. Donc, il y a de place pour plusieurs enseignes. De plus, la chaîne Day by Day n’est pas exactement sur la même offre car elle ne propose qu’une partie du magasin en bio et local ». Louise Cardona table sur une soixantaine de clients journaliers pour arriver à l’équilibre.

 

(Info la Tribune)

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol