Archive pour le Tag 'élue'

La Française Odile Renaud-Basso élue présidente de la BERD

La Française Odile Renaud-Basso élue présidente de la BERD

Une française, Odile Renaud-Basso a été élue à la tête de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) pour une durée de quatre ans renouvelable.

Basée à Londres, la BERD a vu le jour après la chute du mur de Berlin pour aider les ex-pays de l’Est dans leur transition vers l’économie de marché. Mais depuis la crise financière de 2007-2008, elle a fortement étendu ses activités, toujours en faveur du développement économique, mais aussi plus récemment de la lutte contre le réchauffement climatique. En 2019, la BERD a investi 10,1 milliards d’euros (+6% par rapport à 2018) dans 38 économies réparties entre l’Europe, le bassin méditerranéen et l’Asie centrale.

Odile Renaud-Basso, 55 ans, est une ancienne énarque passée par Science Po et diplômée de l’université américaine d’Harvard. Une partie de sa carrière s’est déroulée au Trésor, une des principales directions du ministère de l’Économie et des Finances, souvent considérée comme le cerveau de Bercy. Elle en était la directrice générale depuis juin 2016, s’imposant d’ailleurs là aussi comme première femme à prendre les rênes de cette institution.

 

Marseille : une écolo élue ,

Marseille : une écolo élue ,

La candidate du Printemps Marseillais, arrivée en tête au premier tour des municipales devant la LR

Certains seront sans doute surpris de si cette hypothèse de voir une écolo prendre la tête de la municipalité de Marseille. Mais c’est peut-être moins par conviction que par ras-le-bol des Marseillais des combines qui sont son succédées  avec le système Deferre puis  le système Godin. Un système bien ficelés pour bénéficiaires de largesses permettant de financer des campagnes. Il y a sans doute beaucoup à faire en matière d’aménagement de la ville de Marseille ( ce qui est déjà en cours ) mais surtout la nécessité de donner un coup de balai dans un système de confusion des valeurs, des responsabilités et des retombées. Selon un sondage Ifop-Fiducial pour La Provence, Sud Radio et CNews à paraître mercredi donne Michèle Rubirola en tête du deuxième tour des municipales à Marseille avec 36%, loin devant la candidate LR Martine Vassal (29%) et le candidat du RN Stéphane Ravier, 22%. Ce sondage cependant, s’il confirme nettement la dynamique surprise de la candidate écologiste du Printemps Marseillais, est à prendre avec prudence. Il concerne en effet l’ensemble de la ville alors que l’élection se joue par secteurs comme à Paris et Lyon, avec une élection indirecte du maire au troisième tour. Par ailleurs, les sondages publiés avant le premier tour n’avaient pas du tout prévu l’arrivée en tête de Michèle Rubirola. Cette dernière pourrait devenir la première femme maire de la deuxième ville de France.

La candidate écologiste, âgée de 63 ans et jusqu’il y a peu de temps inconnue du grand public mène une campagne intensive de terrain depuis plusieurs mois. À la tête d’une très large coalition de gauche, elle a axé son engagement social et écologique sur la proximité avec les Marseillais et particulièrement sur le renouvellement des pratiques politiques, tous partis confondus.

Union européenne : Von der Leyen mal élue

Union européenne : Von der Leyen mal  élue

 

Ce n’est pas seulement à cause du nombre de voix que Ursula Von der Leyen  a été mal élue mais aussi et surtout au fait  qu’elle a dû faire un discours un peu sulfureux sorte de cocktail de conviction très libérale, d’orientation keynésienne, de promesses vertes et d’assurances floues concernant l’immigration. Certains diront une sorte de synthèse des différents courants qui traversent l’Europe. Le problème c’est que les courants sont parfois très contradictoires par exemple entre le courant ultralibéral et courant nationaliste, entre le courant productiviste et le courant écolo, entre le courant gauchiste et le courant d’extrême droite etc. L’Allemande Ursula von der Leyen a donc été élue mal avec  seulement  383 voix contre 327. Plusieurs rasions parfois contradictoires.  à cela.  Certains petits pays n’apprécient pas spécialement que l’Allemagne prenne la gouvernance de l’union européenne. La seconde raison c’est que la plupart des candidats présentés par les groupes politiques européens ont été balayée par les chefs d’État. La troisième raison provient des contradictions internes de l’Allemagne. En effet le premier candidat de l’Allemagne a été éliminé par les Allemands eux-mêmes en raison des conflits au sein même de la majorité gouvernementale allemande entre chrétiens-démocrates et sociaux démocrates. Certains partis extrêmes ne se sont pas retrouvés derrière l’Allemande Von der Leyen. Il a même fallu la démocrate-chrétienne Allemande Ursula donne des gage pour recueillir des voix qui ont permis son élection. Le PPE et Renaissance, le groupe centriste où siège La République en marche, l’ont toutefois assurée de leur soutien. Le groupe des sociaux-démocrates, plus divisé, s’est in fine prononcé en sa faveur par une majorité des deux tiers, au vu de l’inflexion donnée par la candidate à son programme. La délégation française est de celles qui ont voté contre sa nomination, aux côtés des Verts, de la gauche radicale et de l’extrême droite. Mère de sept enfants et médecin de profession, Ursula von der Leyen est néanmoins créditée d’une fibre sociale et d’une approche libérale sur les sujets de société.

Municipales à Marseille : encore une élue LR qui va à la soupe macronienne

Municipales à Marseille : encore une élue LR qui va à la soupe macronienne

 

 

Les ralliements individuels de responsables LR aux candidatures LREM se multiplient. Il s’agit de sauver les meubles …et sa place personnelle. . La présidente LR de la métropole marseillaise s’est ainsi prononcé pour un pro Macron à la tête de la ville de Marseille. (En espérant le retour d’ascenseur à l’agglo).  Agresti, proche du chef de l’Etat, qui avait récemment accompagné Brigitte Macron lors d’une visite de cette dernière dans les quartiers Nord de Marseille, est considéré comme l’une des options possibles dans la deuxième ville de France pour la majorité présidentielle. Lors de cette réunion publique des «amis de Martine Vassal», Agresti a réclamé «de nouvelles méthodes de gouvernance» et insisté sur la nécessaire «inclusion éducative, sociale et culturelle». A la fin de son discours, applaudissements et huées se sont mêlés. «Jean-Philippe Agresti-, tu incarnes ce renouvellement, cette énergie, ce talent nécessaire au rassemblement pour Marseille», a enchaîné Mme Vassal qui va ainsi à la soupe come beaucoup d’autres. Explications : Aux européennes à Marseille, le RN est arrivé largement en tête (26%), devant LREM (21%) et EELV (14%) tandis que Les Républicains s’effondraient (8%). Depuis, M. Gaudin et Mme Vassal ont plaidé à plusieurs reprises pour un rapprochement avec En Marche aux municipales.

 

Clinton : 2 millions de voix de plus que Trump mais pas élue

Clinton :   2 millions de voix de plus que Trump  mais pas élue

C’est le résultat de la complexité du système électoral américain puisque le président n’est pas élu directement par les électeurs mais par des représentants. Un système assez curieux qui au demeurant peut profiter à l’un  ou l’autre camp. Mais un système qui n’est pas prêt de changer car contrairement à de nombreux autres pays il est très difficile de changer la constitution au États-Unis. Est-ce à dire que les sélections seraient notoirement plus démocratiques si le président était élu au suffrage direct ? Pas sûr car pour être élu aux États-Unis il faut à la fois être soutenu soit par les conservateurs, soit par les démocrates et surtout disposer de milliards qui permettent de financer une campagne électorale qui se réduit le plus souvent à un grand cirque  médiatique. Les mêmes questions se posent sur la crise de la démocratie dans les pays occidentaux qui ne parviennent pas à dégager des candidats réellement représentatifs de la sociologie de leur pays  respectif d’où sans doute une évolution tendancielle forte vers l’abstention qui peut atteindre les 50 % y compris en France si on cumule les non-inscrits et l’abstention. Du coup,  les présidents (et autres élus ne sont soutenus que par  25 % environ du corps électoral parfois  moins. Le nombre total de voix en faveur de l’ancienne candidate démocrate dépasse désormais de plus de deux millions (soit 1,5 point de pourcentage selon les experts du Cook Political Report) celui en faveur du président élu, après un dernier décompte réalisé dans les États du New Jersey, de l’Illinois, du Maryland et de Californie. Toutefois, cette avance ne change rien au résultat de l’élection, scrutin indirect à un tour. Donald a remporté 290 grands électeurs contre 232 pour la démocrate, qui a concédé sa défaite. Il en fallait 270, soit la majorité des 538 grands électeurs en jeu, pour accéder au Bureau ovale. Hillary Clinton a recueilli 64.227.373 voix contre 62.212.752 pour Donald Trump, selon les dernières données compilées de sources officielles par le Cook Political Report et publiées mercredi 23 novembre.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol