Archive pour le Tag 'Elon Musk'

Elon Musk: archétype du capitaliste populiste, manipulateur et « libertaire »

Elon Musk: archétype du capitaliste populiste et « libertaire »

 

Elan Musk est sans doute archétype du capitaliste populiste et « libertaire ». Contre l’impôt, contre la démocratie (surtout pas de syndicat) et contre la monnaie nationale.  En organisant un sondage sur Twitter pour savoir s’il devait vendre une partie de ses actions Tesla, l’homme le plus riche au monde s’est une fois de plus mué en roi des trolls, aux dépens de la gouvernance de sa société, des régulateurs boursiers et du gouvernement américain, estime Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde ».

 

Chronique.

 

Après le populisme politique, voilà qu’émerge un populisme actionnarial. Comment en effet appeler autrement l’initiative prise il y a quelques jours par Elon Musk sur Twitter ? Le fantasque entrepreneur a fait mine de prendre le pouls de ses 63 millions d’abonnés sur le réseau social pour savoir s’il devait, oui ou non, vendre 10 % de ses actions Tesla.

Sous prétexte de répondre aux critiques selon lesquelles ne pas taxer les plus-values latentes d’un portefeuille boursier serait assimilé à de l’évasion fiscale, le patron du constructeur de voitures électriques se dit prêt à réaliser ses gains, et donc à payer des impôts, si tant est que ses followers lui donnent le feu vert. Ce qu’ont fait 58 % des 3,5 millions de comptes qui ont participé à la consultation.

L’enjeu n’est pas mince. Selon FactSet, M. Musk possède 17 % du capital de Tesla, dont la valorisation totale dépasse les 1 000 milliards de dollars (874 milliards d’euros). Dix pour cent de son patrimoine équivalent donc à une vingtaine de milliards, soit deux fois la valeur de Renault ! Mercredi 10 novembreM. Musk avait déjà empoché 5 milliards de dollars en exerçant une partie de ses stock-options.

Démagogie la plus totale

En faisant valider l’opération par la vox populi sur Twitter, l’homme le plus riche au monde s’est une fois de plus mué en roi des trolls, c’est-à-dire en provocateur patenté du Web, aux dépens de la gouvernance de sa société, des régulateurs boursiers et du gouvernement américain, le tout dans la démagogie la plus totale.

Le premier visé est le gouvernement. Le but est de fustiger les intentions de l’administration Biden de taxer les plus grosses fortunes du pays. A ce stade, face aux réticences du Congrès, l’idée a fait long feu. Qu’à cela ne tienne, M. Musk a toujours eu un rapport compliqué à l’impôt.

Le siège social de Tesla vient ainsi de quitter la Californie pour le Texas, une terre plus clémente sur le plan fiscal. Le leader mondial de la voiture électrique, dont la capitalisation dépasse celle de l’ensemble de tous les autres constructeurs, n’a sans doute plus besoin de l’écosystème de la Silicon Valley, après en avoir bien profité.

Peu importe également que Tesla ait bénéficié des largesses des contribuables sous l’administration Obama, lorsqu’il s’est agi, en 2009, de prêter 465 millions de dollars à M. Musk pour financer le développement de son premier modèle. Peu importe aussi que son autre entreprise, SpaceX, vive largement de la commande publique.

M. Musk avait tout intérêt à se délester d’une partie de son patrimoine d’ici à 2022 : l’impôt fédéral sur les gains du capital va passer de 23,8 % à 31,8 %. Mais, bien sûr, qu’on n’aille pas imaginer un calcul mesquin : ce sont ses followers qui lui ont demandé de le faire.

Une cryptomonnaie anti-Elon Musk veut détruire le manipulateur

Une cryptomonnaie anti-Elon Musk veut détruire le manipulateur

D’après une information des Échos une cryptomonnaie, créer à cet effet, de détruire le manipulateur Elon Musk

 

Face au poids du patron de Tesla sur le cours du Bitcoin et l’ensemble du marché, une nouvelle crypto s’est donné pour objectif de menacer personnellement le milliardaire américain. Nommée StopElon et lancée le 15 mai dernier, elle est aujourd’hui valorisée à plus de 60 millions de dollars. D’abord créée sous le nom évocateur de FuckElon, le prix de son token a explosé depuis son lancement, passant d’une valeur initiale de 0,000001756 dollar à à plus de 1 dollar.

Selon le site internet créé pour l’occasion, le but affiché des fondateurs de StopElon est de « détruire le plus grand manipulateur du marché », également qualifié de « milliardaire narcissique ».

« Elon Musk est tristement célèbre pour avoir manipulé de manière irresponsable le marché de la cryptomonnaie avec son compte Twitter », dénonce le site, qui accuse le milliardaire américain de « jouer avec le portefeuille des gens comme des bonbons ».

Ces accusations font référence à la tempête qui s’est récemment abattue sur le marché des cryptos après les déclarations d’Elon Musk. Ce dernier avait alors annoncé que Tesla n’accepterait désormais plus le bitcoin comme moyen de paiement en raison de son impact nocif pour l’environnement. Sur le marché, la nouvelle avait entraîné une forte chute du bitcoin, qui s’est répercutée sur l’ensemble des cryptomonnaies. Mercredi, les cryptos avaient ainsi perdu 40 % de leur valeur, avant de corriger le tir et de limiter leurs pertes à moins de 20 %.

Courroucés par ces prises de position qu’ils interprètent comme des manipulations, les créateurs de StopElon ont mis au point une feuille de route pour détrôner Elon Musk. Baptisée « en route vers Pluton », en référence à la phrase phare d’Elon Musk qui proposait d’envoyer le Dogecoin « sur la Lune », celle-ci détaille quatre étapes à mettre en oeuvre, dont la dernière n’est ni plus ni moins que d’utiliser les fonds ainsi levés pour devenir majoritaires au capital de Tesla et en prendre le contrôle.

Après avoir spéculé Elon Musk torpille le bitcoin

Après avoir spéculé Elon Musk torpille le bitcoin

 

 

Le fantasque patron de Tesla, Elon Musk, après avoir spéculé torpille le bitcoin. Il y a quelques semaines il avait vanté les mérites de la cryptomonnaie et empoché un joli bénéfice suite à la nouvelle envolée du bitcoin. Il avait même indiqué que les consommateurs pourraient acheter un véhicule électrique de Tesla avec le bitcoin;

 

Changement de discours mercredi :  «Tesla a suspendu les achats de voitures avec des bitcoins. Nous sommes inquiets du recours de plus en plus important aux combustibles riches en carbone pour miner des bitcoins, surtout le charbon, qui a les pires émissions (de gaz à effet de serre) de tous les combustibles», a tweeté le fantasque milliardaire.

 

 «La cryptomonnaie est une bonne idée à plein de niveaux et nous pensons qu’elle a un avenir prometteur, mais cela ne doit pas compromettre l’environnement», a expliqué Elon Musk. «Tesla ne vendra pas de bitcoins et nous l’utiliserons pour des transactions dès que les mines seront alimentées par des énergies plus durables», a-t-il ajouté.

Elon Musk : le manipulateur, a gagné a gagné 25 milliards de dollars en une journée

Elon Musk : le manipulateur, a gagné a gagné 25 milliards de dollars en une journée

 

Les actions de Tesla ont soudain gagné 20 % en une journée grâce à l’annonce de la livraison de 18 000 véhicules électriques en février. À ce rythme on a traitera de l’ordre de 240 000 véhicules dans l’année. Et pour cela l’action Tesla est valorisée 10 ou 20 fois plus que celle des autres constructeurs. Pourtant les autres grands constructeurs mondiaux livrent de l’ordre d’un million de véhicules par mois.

Autant dire que l’action tesla est complètement surestimée et pourrait constituer un jour une bulle financière particulièrement dangereuse. C’est une bulle surtout alimentée par les annonces tapageuses d’ Elon Musk qui se vante de pouvoir rapidement emmener des touristes sur la Lune puis sur Mars ou encore investit d’un coup 1,5 milliards en matière de but quoi une réalisant au passage un substantiel bénéfice.

Certains analystes relevent ainsi la corrélation entre la dynamique du titre Tesla et celle du bitcoin, qui a caracolé mardi en hausse de 4 % autour de 54.000 dollars. Le mois dernier, Elon Musk avait donné un solide coup de pouce à la monnaie virtuelle en investissant 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin et en affirmant bientôt accepter l’achat de ses véhicules avec du bitcoin.

Fondé en 2003, Tesla a dégagé un bénéfice net annuel pour la première fois l’année dernière, de 721 millions de dollars, profitant d’un intérêt grandissant pour les véhicules électriques. La marque a livré presque un demi-million de voitures en 2020, ce qui reste bien loin des 9,5 millions de véhicules vendus par le numéro un mondial en volume, Toyota.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol