Archive pour le Tag 'éleveurs'

Eleveurs : des mesures européennes

Eleveurs : des mesures européennes

 

Le commissaire chargé du dossier, Phil Hogan s’est dit prêt lors d’un conseil agricole à Bruxelles à mettre en oeuvre une disposition permettant en théorie de réguler le marché du lait. Ce dispositif encore jamais utilisé a pour but d’éviter la production d’excédents, qui ont fait plonger les cours depuis la fin des quotas laitiers européens il y a un an et exacerbé ces derniers mois la colère des exploitants. « C’est une mesure qui doit être temporaire, qui vise à mieux gérer l’excédent d’offre sur le marché et qui permet d’envoyer un vrai signal », s’est félicité le ministre français, Stéphane Le Foll, à l’issue de la réunion. « Pour la première fois, a été pris en compte le fait que nous étions en surproduction et qu’il fallait des mesures pour limiter, modérer, maîtriser la production. C’est un point politiquement important », a-t-il ajouté. Le président de la FNSEA – principal syndicat agricole français -, Xavier Beulin, s’est quant à lui félicité que « Phil Hogan découvre enfin que le marché ne peut pas tout » mais, a-t-il précisé sur Twitter, « ses propositions manquent d’ambition ». « Les paysans veulent plus et mieux d’Europe », a-t-il encore écrit sur le site de réseau social. Signe de leur désarroi persistant, des agriculteurs ont manifesté dans les rues de la capitale européenne et déversé des litres de lait devant des bâtiments publics au moment où se tenait la réunion des ministres de l’Agriculture des Vingt-Huit. Face à la crise, l’Union européenne avait débloqué en septembre dernier une enveloppe de 500 millions d’euros pour venir en aide aux exploitants agricoles, mais cette somme n’a pas permis de remédier à leurs difficultés structurelles. Depuis février, plusieurs pays européens, la France en tête, ont tenté d’alerter Bruxelles sur le besoin de trouver en urgence de nouvelles solutions et ont déposé une centaine de propositions sur le bureau du commissaire. Lundi, Phil Hogan s’est dit prêt à recourir à la clause autorisant les groupements de producteurs à réduire volontairement la production de lait mais également à relever le plafond d’intervention de l’UE pour la poudre de lait et le beurre, c’est-à-dire la limite pour le stockage public. Il s’agit là de deux dispositifs dont la France, entre autres, défendait face à une coalition de pays comme le Royaume-Uni ou le Danemark, nettement plus réservés à l’idée d’adopter des mesures de régulation. Le commissaire européen souhaite en outre autoriser les gouvernements à verser aux exploitants en difficulté une aide exceptionnelle de 15.000 euros par an, qui s’ajouterait aux mesures financières déjà prévues par l’UE et ses pays membres. « Il me semble que ce paquet de mesures (…) peut avoir un effet positif et effectif sur les marchés agricoles européens », a déclaré devant les ministres Phil Hogan. « Dans l’intérêt des agriculteurs de l’Union, je suis prêt à recourir à tous les instruments que les législateurs ont mis à notre disposition, tant les mesures à court qu’à long terme », a également dit l’Irlandais, accusé par les éleveurs français et à demi-mot par le gouvernement d’avoir tardé à réagir. Les Vingt-Huit ont en outre évoqué l’embargo sanitaire russe, qui prive les producteurs de porc d’un débouché important depuis 2014.  »Je tiens à vous assurer que nous poursuivons nos efforts pour faire en sorte que le commerce reprenne à brève échéance », a affirmé Phil Hogan. Il a en revanche exclu de débloquer pour l’heure de nouveaux fonds européens. Selon le ministère français de l’Agriculture, la Commission a par ailleurs répondu favorablement à une demande de la France d’expérimenter l’étiquetage de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés.

(Reuters)

Des mesures européennes pour les éleveurs ?

Des mesures européennes pour les éleveurs ?

 

 

 

C’est aujourd’hui que se réunissent à Bruxelles les ministres de l’agriculture pour tenter de trouver des solutions à la crise de l’élevage. Un compromis qui sera difficile à trouver tellement les oppositions sont grandes entre les libéraux d’une part et ceux qui sont partisans d’une régulation. Le constat d’une surproduction aux causes multiples qui fait s’effondrer les prix, est désormais largement partagé au sein de l’Union, mais ne fait pas encore l’unanimité, ce qui promet d’ardents débats autour du commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan. Réticent jusqu’à l’automne à admettre la réalité des secousses sur le marché du porc et du lait, dont son pays l’Irlande est grande productrice, Phil Hogan reconnaît désormais que la crise est « sérieuse » et « pas près de nous quitter », a-t-il convenu le 7 mars devant le Parlement européen. A l’issue du conseil du 14 février, il avait demandé à chaque Etat membre de lui soumettre des propositions. La France, première puissance agricole européenne, dont les éleveurs manifestent leur détresse depuis l’été, s’est démenée pour rallier une majorité de pays avant ce rendez-vous crucial: le ministre Stéphane Le Foll a démarché ses pairs pour leur présenter le mémorandum rédigé pour le 14 février. Vendredi, il estimait avoir convaincu une majorité de ses homologues d’Europe du sud et centrale, et s’est félicité d’une position commune avec l’Allemagne, en réponse aux crises du lait et du porc, les deux plus urgentes. L’idée est de prendre des mesures pour « stabiliser puis réduire » la production de lait, dont les niveaux exceptionnels, en Europe depuis la fin des quotas en avril 2015, et à l’échelle mondiale alors que la demande chinoise ralentit, contribuent à l’effondrement des prix. La France souhaite un relèvement des niveaux de stockage pour la poudre de lait, de 109.000 à 160.000 tonnes pour les 28 Etats membres, et une dérogation temporaire, autorisant les Etats à limiter volontairement la production. Elle s’appuie sur ce point sur l’article 222 du règlement sur l’organisation commune de marché, qui n’a encore jamais été utilisé. « L’Espagne, l’Italie et la Slovénie y sont aussi favorables », assure Stéphane Le Foll. Son homologue slovène essaye de persuader le Groupe de Visegrad (Tchéquie, Slovénie, Slovaquie, Hongrie) plus l’Autriche, selon Stéphane Le Foll, qui doit les voir pour un petit-déjeuner avant le Conseil. Sur le porc, les mesures consisteraient en un renforcement de l’aide au stockage privé et à un relèvement du plafond des aides ministérielles, de 15.000 à 30.000 euros sur trois ans. Autre objectif, la levée de l’embargo sanitaire russe, qui relève de négociations politiques « au plus haut niveau », a rappelé le ministre. La France devrait rencontrer l’opposition de l’Irlande, de la Suède et du Danemark – qui ont beaucoup augmenté leur production laitière – et du Royaume-Uni, tous hostiles aux mesures d’intervention.  »Ces pays ne partagent pas le constat d’une surproduction: ils estiment que subsisteront ceux qui peuvent assumer des prix extrêmement bas », a expliqué Stéphane Le Foll. « La question est de savoir quel sera le montant de la casse ». Car la plupart d’entre eux ont nettement relevé leur niveau de stockage du lait pour aider les producteurs: si la France est passée de 3.000 tonnes en 2015 à 6.000 tonnes sur les trois premiers mois de 2016, l’Allemagne est à 5.300 tonnes contre 1.300 tonnes l’an passé, et l’Irlande atteint déjà 3.000 tonnes en trois mois, contre 1.000 tonnes sur l’année dernière tout entière: « S’il n’y a pas surproduction, va falloir qu’on m’explique », s’insurge Stéphane Le Foll. « En trois mois, on a atteint la moitié (54.600 tonnes) des 109.000 tonnes autorisées! » Dans une note résumant sa position, la présidence néerlandaise propose le relèvement temporaire du plafond des aides nationales et un soutien ponctuel aux Etats en difficulté. Elle insiste sur le développement de nouveaux marchés et envisage « un crédit à l’export au niveau européen » et des mesures susceptibles d’améliorer la compétitivité européenne, comme « l’amélioration de l’étiquetage sur l’origine » des produits – cher à la France. Surtout elle souligne que « toutes les mesures agréées devront être mises en oeuvre dès que possible ». Dans l’entourage de Phil Hogan, on rappelle que 500 millions ont déjà été débloqués en urgence en septembre – dont 63 M pour la France -, alors que « l’agriculture, c’est déjà 38% du budget européen ». Et qu’il n’y a plus d’argent frais à distribuer.

(Avec AFP)

Eleveurs : des décisions européennes peut-être en mars ?

Eleveurs : des décisions européennes peut-être en mars ?

Pas de décision immédiate concernant les éleveurs au niveau de l’Europe, peut-être des mesures qui pourraient être prises par l’Europe au conseil de mars. Même pas de décision concernant l’origine des produits. Or c’est une question essentielle car compte tenu de la complexité des processus de réduction, on est incapable de connaître l’origine exacte des productions de l’élevage. Stéphane Le Foll n’a pas obtenu d’engagements concrets lundi mais a donc présenté à Bruxelles un mémorandum dans lequel il demande un relèvement temporaire du prix d’achat public par l’Union européenne (prix d’intervention) de la poudre de lait et la création d’aides aux producteurs qui ont réduit volontairement leur production en période de baisse des prix. Paris réclame également la prolongation de l’aide au stockage privé pour le porc, l’indication du pays d’origine de la viande dans les produits transformés, la création d’un outil de crédit européen à l’exportation et des aides financières pour les exploitations les plus endettées. Le commissaire à l’Agriculture Phil Hogan a, selon un communiqué du ministère français de l’Agriculture, « reconnu la gravité de la crise agricole et la nécessité de proposer de nouvelles mesures au Conseil du mois de mars ».

Eleveurs : encore des manifs, la FNSEA le cul entre deux chaises

Eleveurs : encore des manifs, la FNSEA le cul entre deux chaises

 

 

En dépit de l’accord avec le gouvernement les éleveurs et producteurs  de lait continuent  d’être mobilisés aussi bien dans l’est de la France que dans l’ouest. Beaucoup de ces les éleveurs considèrent en effet que la négociation n’a pas réglé  les questions structurelles essentielles relatives au prix, à la régulation de la concurrence et à la répartition des profits sur l’ensemble de la chaîne de production et de distribution. D’une certaine manière la FNSEA est un peu sur la corde raide elle fait le grand écart entre un gouvernement qui accepte de prendre quelques mesures conjoncturelles  et une base très remontée qui ne croit guère au succès de la récente négociation. Les éleveurs restent mobilisés dans plusieurs régions de France, en dépit des accords sur le relèvement des prix du bœuf, du porc et du lait, et appellent notamment à un grand rassemblement lundi en Mayenne. Les agriculteurs du Bas-Rhin ont décidé pour leur part d’établir à partir de dimanche soir des barrages filtrants sur six points-frontières avec l’Allemagne, de Lauterbourg, au Nord, à Marckolsheim, au Sud, à l’appel de la FDSEA. Seuls seront visés les camions entrant avec des produits agricoles. Le président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) a appelé samedi à poursuivre le « combat pour l’élevage français » tout en exhortant au respect des biens et des personnes lors des actions syndicales à venir. « Ne prêtons pas le flanc à la critique. Désespoir, colère et passion du métier se mêlent, ces trois sentiments sont désormais compris de tous », souligne Xavier Beulin dans une déclaration transmise aux représentants locaux du syndicat et aux médias. Blocages, péages gratuits, opérations escargots, actions et contrôles dans les supermarchés sont à prévoir. Des éleveurs projettent de bloquer lundi matin avec des tracteurs l’autoroute A81 entre Le Mans (Sarthe) et le péage de La Gravelle (Sarthe) à l’appel de la FDSEA de Mayenne. Les manifestants devraient ensuite se rassembler près du siège du groupe laitier Lactalis, à Laval. Les organisateurs attendent quelque 500 manifestants et au moins 300 tracteurs. Les fédérations syndicales agricoles de Bretagne, des Pays-Loire et de Normandie ont annoncé leur participation au mouvement, qui devrait se conclure par des réunions avec des représentants de la grande distribution, des industriels et des élus.  

 

 

Eleveurs : après le bla-bla, le mouvement s’étend

Eleveurs : après le bla-bla, le mouvement s’étend

 

Après le bla-bla de Valls et de le Foll qui ont concocté un plan d’urgence bidon (aide à la trésorerie et  label) qui ne s’attaque pas à la question centrale de la qualité et des prix, le mouvement s’étend maintenant à une grande partie de la France. Principal reproche, aucune contrainte sur les acteurs notamment en matière de normes, de régulation, d’élaboration et de contrôle des prix. Bref Un doliprane pour soigner un cancer. Avec en plus la fumisterie des Etats généraux, grand bazar pour noyer le poisson et gagner de temps. En perdre plutôt.

 

Les mesures :

 

-uen vague rencontre avec Macron sur les prix

- Le ministre de l’Agriculture promet également une restructuration des dettes de moyen et long terme. Il souligne que les dettes bancaires et les dettes fournisseurs pèsent sur les éleveurs. L’Etat demande une restructuration des dettes des éleveurs en difficulté en mettant un accent particulier sur les jeunes agriculteurs et les nouveaux investisseurs. Le fond d’allègement des charges sera porté à 50 millions d’euros contre 8 jusqu’à présent. Un dispositif de la BPI pour le renforcement de la trésorerie sera mobilisé pour les éleveurs pour garantir 500 millions d’euros de crédits bancaires.

« Pour aider les éleveurs et les agriculteurs, le fonds d’allègement des charges sera porté à 50 millions d’euros » – Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture

- Un allègement des charges, une exonération de taxe sur le foncier non bâti, une avance de la TVA ainsi qu’un report des cotisations MSA, un report des échéances de paiement des impôts sur le revenus et les sociétés, sont également prévus pour la fin de l’année.

- Un effort sera particulièrement fait sur l’ouverture de l’élevage français sur les marchés extérieurs. Il mobilisera quatre ministre sur des territoires tels que la Grèce, la Turquie, le Liban ou encore le Vietnam. 10 millions d’euros seront mobilisés pour promouvoir les productions françaises à l’exportation.

- Des Etats-Généraux sur la contractualisation à l’échelle de l’ensemble des filières de l’élevage sont également prévus, pour répondre à une demande nationale et une demande de l’exportation.

- Le ministre a également affirmé qu’un soutient à la compétitivité sera engagé avec un appel d’offre pour les abattoirs du futur, ainsi que des efforts d’appui et d’investissements.

- Le ministre a notamment rappelé l’importance de l’origine française des viandes et s’est engagé à développer l’activité et la promotion du logo garantissant cette origine française. Des mesures de contrôles préconisées dans un rapport de la députée PS Frédérique Massat seront engagées tout de suite.

- Un travail sur l’achat local en particulier par l’Etat et les collectivités locales sera réalisé.

- Stéphane Le Foll a également tenu à souligner l’importance du développement du dispositif de transition énergétique, assurant que des mesures concernant le photovoltaïque et la méthanisation seront prises.

Crise des éleveurs : le plan d’urgence, des sous et un label

Crise des éleveurs : le plan d’urgence, des sous et un label 

En fait il y aura une petite enveloppe pour alléger les trésoreries (délais de paiement etc.) et un label. Des mesures en fait très partielles qui ne s’attaquent guère à la question fondamentale de la qualité et des prix. Il y aura un « Label » «  Viande France ». Mais un label qui demeurera virtuel car privilégier la viande de France par voie réglementaire ne pourra être accepté par Bruxelles. Dès lors ce sont surtout des normes  d’hygiène, de qualité qui devraient être imposés par voie réglementaire. En effet » viande de France » ne signifie rien sil s’agit d’élevage industriel de bêtes nourries par exemple avec du soja aux OGM importé du Brésil et bourrées d’antibiotiques et autres cocktails vétérinaires. . Ce matin, au Conseil des ministres, un plan d’urgence d’une vingtaine de mesures est présenté. Enième arrosage à coups de millions d’euros ou vraie restructuration de filières confrontées à la baisse des prix et à la compétition européenne ? Sous pression, le gouvernement tente de jouer sur les deux tableaux. A court terme, les exploitations les plus fragiles devraient bénéficier de délais pour payer leurs cotisations et leurs impôts. Autre mesure envisagée, le rééchelonnement des dettes agricoles qui, selon la puissante Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), atteignent le milliard d’euros. « Nous demandons au moins une année blanche, un moratoire sur les dettes d’un an ou deux », plaide Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine.  Mais, de la baie du Mont-Saint-Michel (Manche) à la grotte de Lascaux 2 (Dordogne), toujours bloquées, les éleveurs préviennent : « Nous voulons vivre de nos revenus. » Et pas seulement des subsides publics. Le gouvernement travaille donc sur plusieurs mesures de long terme. En écho au « Consommons français » de François Hollande, un effort supplémentaire de valorisation des labels français devrait être fourni (un logo Viandes de France sera apposé sur les produits dès le mois d’août). C’est le « rêve » caché du gouvernement : fini le bœuf polonais, du charolais et du veau corrézien dans les cantines ! « Et c’est pareil pour l’Elysée… » a ironisé le président devant ses proches collaborateurs. Des aides pour alléger la facture énergétique pourraient aussi être annoncées. Car les éleveurs, eux, ont les yeux rivés sur les prix, le nerf de la guerre. Mardi, sorti de sa rencontre avec les professionnels du Calvados à Caen, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a une nouvelle fois réclamé l’application des accords signés en juin qui rémunèrent un peu mieux les éleveurs. Mais, à part accroître (encore) la pression sur la grande distribution et les industriels des abattoirs, les marges de manœuvre sont limitées dans un pays où l’Etat ne fixe plus les prix depuis belle lurette. Et le gouvernement ne se hasarde pas non plus à poser la question qui fâche : face à la concurrence internationale, faut-il concentrer les exploitations dans des fermes-usines, à l’allemande ? Ce qui signifierait la fin de l’agriculture à la française.

Eleveurs : blocages maintenus

Eleveurs : blocages maintenus

 

 

Contraint de se déplacer à  Caen le ministre de l’agriculture n’est pas parvenu à convaincre. Du coup les barrages des éleveurs sont maintenus et s’étendent même dans l’ouest et le sud ouest. Cela en attendant le plan d’urgence qui doit être annoncé au conseil des ministres de mercredi. Plan surtout centré sur l’allégement des trésoreries fragiles. Le gouvernement français annoncera mercredi un plan d’urgence en faveur des éleveurs et des producteurs de lait, qui ont lancé une campagne de protestation face à l’érosion des prix de leurs productions, avec de premiers résultats enregistrés mardi. Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui a finalement consenti à se rendre à Caen (Calvados) mardi après-midi à la rencontre des responsables agricoles, comme le réclamaient les éleveurs de Normandie, a évoqué 16 à 17 mesures, notamment un allègement de la dette des producteurs. Les banques ont réagi pour faciliter la situation pour les producteurs de lait et lors d’une réunion tardive au ministère de l’Agriculture, la question de la restructuration des dettes a été posée, selon Xavier Beulin, président de la FNSEA.  A l’issue du rendez-vous normand de l’après-midi, Stéphane Le Foll avait expliqué pour sa part que les critères présidant à l’attribution des aides allaient être revus car ils ne correspondent pas à la réalité des exploitations. Ces éléments donnent les contours des mesures qui devraient être annoncées mercredi. La création d’une plateforme pour aider les éleveurs français à conquérir des marchés à l’export est évoquée. Des blocages et barrages étaient toutefois encore en cours mardi soir, après que le mouvement des éleveurs qui réclament le respect des accords de revalorisation du 17 juin pour les filières porcine et bovine, s’est étendu dans l’Ouest et a gagné d’autres départements, notamment dans le Sud-Ouest. Dans la journée, les accès à Caen, Evreux, ainsi qu’au Mont-Saint-Michel, l’un des sites touristiques les plus visités de France, au pont de Normandie et au pont de Tancarville ont été bloqués. Il en était de même en Bretagne à Saint-Malo, Brest et Quimper.  Le mouvement s’est étendu à la Dordogne, où des éleveurs ont interdit pendant une grande partie de la journée l’accès à la réplique de la grotte de Lascaux.

 

 

Eleveurs: un « plan d’urgence » (Hollande)

Eleveurs: un « plan d’urgence » (Hollande)

Alors que le mouvement des producteurs s’étend maintenant à toute la Normandie, Hollande brusquement annonce ce matin  un plan d’urgence. Curieux car Valls avait proclamé avec le Foll que la rencontre avec les éleveurs n’aurait pas lieu sous la pression mais seulement jeudi. L’idée du plan d’urgence a été concoctée dans la nuit par les services de com. de Hollande et on ne sait évidemment pas ce qu’il va pouvoir contenir. Le médiateur avance donc  de 24 heures la remise de son rapport mais  éleveurs en colère bloquent le périphérique de Caen pour la deuxième journée consécutive. Il faut s’attendre à une petite enveloppe supplémentaire pour faciliter les trésoreries mais sur le fond ,   répartition des marges et concept même de production industrielle et malbouffe  sans doute pas de révolution à attendre.  Face à la grogne des éleveurs, François Hollande a donc annoncé ce mardi un « plan d’urgence » en faveur des éleveurs qui sera présenté mercredi lors du Conseil des ministres.   »Demain, le Conseil des ministres prendra des décisions. J’ai demandé qu’au-delà de la question de la distribution, des prix, il puisse y avoir un plan d’urgence pour les éleveurs français et les producteurs de lait », a déclaré le chef de l’Etat lors de son arrivée au Conseil économique, social et environnemental pour le Sommet des consciences sur le climat.  Un peu plus tôt dans la matinée, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, avait annoncé que le rapport du médiateur sur les prix payés aux éleveurs serait rendu dès mardi soir, soit avec 24 heures d’avance. « On aura à partir de là une discussion pour voir ce qu’il faut faire pour tenir l’objectif » de revalorisation des prix de la viande bovine et porcine fixé en juin, a expliqué le ministre sur France 2, alors que les éleveurs normands continuent de bloquer l’accès à Caen. Pour la deuxième journée consécutive, en effet, le périphérique de Caen est bloqué par des éleveurs en colère En revanche, les éleveurs, qui protestent contre la faiblesse des prix, ont établi des barrages sur plusieurs routes ou autoroutes, notamment sur la N12 (barrage filtrant à hauteur de Pacé, dans l’Orne) ou sur l’autoroute A84 entre Caen et Rennes, selon le CRIR. D’autres barrages devraient être organisés dans la matinée, autour d’Avranches, selon la FDSEA Manche. Les manifestants réclament la venue du ministre de l’Agriculture.

Valls aux éleveurs : « pas de dialogue comme ça»

Valls aux éleveurs : « pas de dialogue comme ça»

Toujours droit dans ses bottes Valls, plus à l’aise pour condamner les manifs  que pour trouver des solutions. Témoin son discours langue de bois : « Le dialogue ne peut pas fonctionner ainsi », a-t-il  réagi lundi à Arles. « La porte du bureau du ministre de l’Agriculture est ouverte en permanence, Stéphane Le Foll va au contact régulièrement des éleveurs mais là, il s’agit de trouver d’abord des solutions concrètes et précises pour les filières ». Autant parler pour ne rien dire ! Pour  le président de la Fédération nationale bovine, Jean Pierre Fleury : « La distribution a choisi une voie extrêmement dangereuse avec une logique de prix bas, les industriels s’y sont pliés et aujourd’hui c’est la catastrophe », regrette-t-il. L’économiste et président de l’observatoire des prix, Philippe Chalmin, juge « facile » dans un entretien lundi au Figaro de désigner la grande distribution, « bouc émissaire idéal », mais ce n’est pas si simple.  »Le prix payé aux agriculteurs dépend moins du rapport de force avec la distribution que de la situation agricole au niveau européen, voire mondial. Le prix du lait dépend des ventes du néo-zélandais Fonterra, celui des céréales des aléas climatiques, celui de la viande de porc est affecté par l’embargo russe… », assure-t-il. Bref pour résumer, on ne peut rien faire ! Ou la parole des experts en immobilisme qui ne veulent surtout pas remettre en cause le mode de production et la répartition des profits. Pour le gouvernement  la moindre des choses aurait été décevoir mardi les producteurs mais le ministre attend uen rapport et la rencontre n’est prévue que jeudi. A moins que d’ici là la grogne ne s’étende encore. Ou le degré zéro de la politique.

 

Des prix minimum pour les producteurs agricoles et les éleveurs

Des prix minimum pour les producteurs agricoles et les éleveurs

 

Un propos quit ranche avec celui très hypocrite de Leclerc, celui  de Serge Papin, président-directeur général de Système U. Alors que le parton de Leclerc renvoie la question à uen hypothétique réforme des pouvoirs publics, le patron de U lui propose de façon plus conquête assurer un prix minimum pour les productions.  Encore faudrait-il que les intermédiaires (les transformateurs) ne se sucrent pas au passage comme en ce moment. Et  d’une  certaine manière la concentration des centrales d’achat pèsent aussi sur les prix à la baisse compte tenu de leur puissance d’achat. Dans cette affaire l’hypocrisie n’est uniquement chez Leclerc mais dans le système même de la grande distribution qui a tué la qualité au détriment du prix. « On a trouvé moyen pour que [le] prix minimum garanti soit versé directement dans un espace facturable. Nous irons jusqu’au bout », a indiqué Serge Papin, le PDG du réseau d’enseignes au micro de France Inter ce jeudi matin. Prenant l’exemple du porc, il a précisé que le prix minimum serait de 1,40 euro le kilo, contre en moyenne 1,35 euro au prix actuel du marché. Lequel est fixé par un système d’enchères électroniques sur un écran appelé le « cadran » à Plérin (Cotes d’Armor). Il faudrait pouvoir leur verser la différence, soit environ 5 centimes d’euros par kilo.   »Nous n’achetons pas directement au producteur », a-t-il toutefois rappelé. Entre les deux, ceux qu’ils désigne sous le nom de « transformateurs » négocient les prix avec les centrales d’achat. Les rapprochement entre grandes enseignes au sein de quatre grandes centrales ont contribué à tendre encore plus les relations entre les acteurs de ces filières. « Nous sommes obligés de passer outre le prix des transformateurs pour que nous soyons surs que les agriculteurs touchent en effet » les sommes supplémentaires, a précisé Serge Papin tout en affirmant qu’il ne souhaitait pas désigner de « coupables » mais qu’il essayait de « trouver une solution ». Il a pourtant également pointé du doigt la concurrence de l’agriculture allemande et le contexte réglementaire européen qu’il juge défavorable aux productions françaises pour expliquer ces prix très bas qui affectent également producteurs de lait et de boeuf, Serge Papin. « 

Lait : une libéralisation qui va couler nombre de petits éleveurs

Lait : une libéralisation qui va couler nombre de petits éleveurs  

En théorie, les quelque 65.000 éleveurs laitiers que compte l’Hexagone pourront produire autant de lait qu’ils le souhaiteront.. En fait l’élevage va s’industrialiser comme pour les céréales et il faut craindre uen baisse des prix qui risque d’être fatale à nombre de petits éleveurs. «Nous déplorons la fin d’un outil efficace de gestion du marché», écrit un paysan de Loire-Atlantique dans le mensuel de la Confédération paysanne. «Personne ne peut croire à une autorégulation vertueuse de la part des producteurs. Seuls les pouvoirs publics pouvaient assumer ce rôle.» Le son de cloche est le même chez les autres syndicats professionnels, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) et l’Organisation des producteurs de lait (OPL). Avec près de 25 millions de litres mis en cuve l’an dernier, 72 000 exploitations bovines et 200 000 emplois directs (d’après le ministère de l’Agriculture), la filière pèse encore lourd dans l’Hexagone. Un traumatisme hante d’ailleurs encore les mémoires : celui de la crise laitière de 2009, durant laquelle un ralentissement de la consommation avait fait chuter le prix du lait de 30%. La France compte de nombreux champions des produits laitiers parmi lesquels Lactalis, Sodiaal, Danone ou encore Bongrain. Pour eux, la fin des quotas va renforcer la concurrence venue d’Europe et d’ailleurs. Sur le Vieux Continent, les géants s’appellent Friesland Campina (Pays-Bas), Arla (Danemark) ou encore Deutsches Milchkontor (Allemagne). Ils exportent de plus en plus vers les pays de l’Union européenne mais pas seulement. Ils lorgnent à l’export vers les pays émergents dont la demande de produits laitiers ne cesse de croître, dopée par les classes moyennes. Les industriels français qui jouissent d’une bonne image à l’étranger sont convaincus de détenir de nombreux atouts parmi lesquels la qualité, la variété et la technicité de leur offre, des yaourts aux fromages en passant par les poudres de lait infantile. Pour les consommateurs, cela ne devrait pas changer grand chose. Ils sont déjà fortement encouragés par les acteurs comme Lactel ou Candia à acheter du lait «made in France». Côté prix, les Français payent déjà l’un des prix du litre de lait les plus bas d’Europe grâce à un circuit de distribution qui joue sur les volumes pour négocier un tarif le plus compétitif possible. Certains distributeurs, notamment issus du hard discount, s’approvisionnent déjà sur le marché européen pour payer moins cher. Ce qui bénéficie aux consommateurs même si la qualité des produits (qu’il s’agisse de lait UHT, d’emmental ou de crèmes dessert) n’est souvent pas comparable.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol