Archive pour le Tag 'électrique'

Page 6 sur 6

Une Renault électrique à 10 000 euros ?

Une Renault électrique à 10 000 euros ?

 

 

 

Bine que le coût d’achat diminue, la voiture électrique est encore trop chère pour remplacer les véhicules classiques.  la voiture électrique est encore handicapée par son autonomie mais surtout par son prix puisqu’il faut compter 20 000 à 40 000 € dans les modèles bas de gamme. Renault a donc décidé de changer sa stratégie et de concevoir un véhicule au coût beaucoup plus abordable qui pourrait être de l’ordre de 10 000 € lorsqu’il sera commercialisé en France. Pour l’instant le constructeur envisage de mettre au point et de commercialiser un modèle bas de gamme à 8000 dollars en Chine.  Depuis longtemps, Renault a placé les véhicules électriques au cœur de sa stratégie de développement. Mais le constructeur français souhaite désormais lever les deux freins à l’achat d’un véhicule électrique. D’abord, l’autonomie. La dernière version de sa citadine Zoé, voit ainsi son autonomie doubler, passant à 300 kilomètres en pratique. La Renault Zoé est d’ailleurs devenue la voiture électrique la plus immatriculée en France et en Europe. Les contraintes de circulation en centre-ville incitent aussi le groupe à mettre le turbo sur les utilitaires. Le Kangoo pourrait lui aussi voir son autonomie doubler, et le Master qui sert à de nombreux professionnels pour le transport de marchandises pourrait passer en mode tout électrique. Autre tabou, que Renault souhaite faire sauter : le prix. Après avoir réussi le pari de la voiture « pas cher » avec Dacia, la marque au losange se tourne vers un projet de voiture électrique low-cost. Ce véhicule prévu, dans un premier temps, pour le marché chinois à seulement 8.000 dollars, serait donc trois à quatre fois moins cher qu’une Zoé. Même si à ce tarif l’autonomie serait limitée à environ 100 kilomètres. (avec RTL)

Automobile électrique : compétitive dans 10 ans

Automobile électrique : compétitive dans 10 ans  

Il faudra sans doute attendre encore une bonne dizaine d’années pour que d’automobile électrique devienne compétitive par rapport à l’automobile à essence. Compétitive sur le plan du prix mais aussi dans le domaine technique   »D’ici à 2024, le coût total de possession (achat et fonctionnement, NDLR) moyen d’une voiture électrique pourrait égaler celui d’une voiture à essence » sur le Vieux continent, assure le Beuc dans son rapport. Dans le cas des voitures diesel, les courbes se croiseraient en 2030.  »En outre, d’ici à 2030, toutes les motorisations, sauf celles fonctionnant avec des piles à combustible à hydrogène, coûteront moins cher à acquérir et à faire rouler sur quatre ans qu’une voiture à essence de 2015″, selon la même source. De telles économies, « malgré une hausse des prix du pétrole et de l’électricité », seront obtenues « avant tout par la réduction des coûts des motorisations de pointe ». C’est tout le pari de nombreux constructeurs, à commencer par l’Américain Tesla qui construit une usine géante de batteries dans le Nevada (ouest) pour abaisser le prix unitaire des accumulateurs par effet d’échelle. Confrontés à des normes d’émissions de plus en plus strictes, en particulier en Europe, les constructeurs multiplient les annonces sur l’électrique. Volkswagen vient ainsi d’afficher ses ambitions de devenir le numéro un mondial de l’électrique d’ici à 2025. Toyota, pionnier de l’hybride, a décidé de lancer un programme électrique en parallèle de ses efforts dans l’hydrogène. Sans parler de Renault et Nissan, leaders mondiaux actuels des ventes de voitures fonctionnant sur batterie. Plusieurs constructeurs (Tesla, Volkswagen, Ford…) ont annoncé d’ici à la fin de la décennie actuelle des voitures de moyenne gamme capables de couvrir 500 km entre deux recharges, soit environ le double des performances actuelles. En attendant, les ventes restent confidentielles: moins de 1% des véhicules neufs immatriculés dans le monde. Et ce alors que de nombreux pays les subventionnent, dont la France qui propose un « superbonus » de 10.000 euros pour la mise au rebut d’un vieux diesel.

(

(Lefigaro.fr avec AFP)

La voiture électrique stagne

La voiture électrique stagne

.

10 000 véhicules électriques environ sur un marché d’un peu plus de 2 millions, c’est encore très peu ; en cause la crise bien sûr mais de interrogation sur la technologie et sur le prix. L’année 2014 marquerait alors un coup d’arrêt pour ces motorisations innovantes après le bond des années précédentes, notamment +50% pour les voitures électriques et +42% pour les utilitaires légers en 2013. Selon le dernier baromètre de l’Association pour le développement de ces nouveaux types de mobilité publié lundi, il s’est immatriculé le mois dernier en France 1.077 voitures électriques, soit une hausse de 1,7% par rapport à octobre 2013. Après un début d’année très difficile, les ventes ont rebondi depuis septembre, quand le gouvernement a élargi le bonus écologique de 6.300 euros aux voitures acquises en location longue durée et avec option d’achat. En revanche, les ventes d’utilitaires légers électriques ont trébuché de 17% environ, après -23% en septembre, le climat économique morose conduisant les entreprises à retarder le renouvellement de leur flotte avec ce type de motorisation. « Sur un marché automobile français globalement en recul, les segments électriques et hybrides restent dynamiques », commente Joseph Beretta, président de l’Avere-France, cité dans un communiqué. « Ils devraient, malgré une baisse tendancielle des immatriculations des hybrides, se maintenir au niveau des résultats de l’année 2013. »Sur un marché hybride dominé par Toyota pour l’essence, et par PSA Peugeot Citroën pour le diesel, Les ventes ont encore baissé de 19%, victimes notamment d’un attentisme croissant des automobilistes avant l’arrivée des hybrides rechargeables, la solution technologique en passe de s’imposer chez tous les constructeurs.

Une voiture électrique Nissan – Mitsubishi à 11 000 euros

Une voiture électrique Nissan – Mitsubishi à 11 000 euros

 

Les constructeurs automobiles Nissan et Mitsubishi Motors ont finalisé un accord, sous la forme d’une société mixte, pour développer ensemble un mini-véhicule électrique low cost, affirme le quotidien économique japonais Nikkei, ce lundi 4 août. Le prix d’une voiture électrique étant souvent un facteur susceptible de freiner les acheteurs, ce projet, s’il est confirmé, permettrait l’arrivée sur le marché d’un véhicule abordable. Mitsubishi Motors a d’ores et déjà lancé en 2009 la voiture électrique la moins onéreuse du marché japonais : un petit modèle dénommé iMiEV vendu 12.900 euros, si l’on inclut l’aide du gouvernement pour les « véhicules propres ». Selon le journal Nikkei, la mini-voiture en préparation pourrait être vendue encore moins cher, autour de 10.869 euros. Mitsubishi Motors et Nissan travaillent déjà ensemble dans plusieurs domaines, dont celui des mini-véhicules justement, des voitures de moins de 660 cc très appréciées au Japon. Avec Renault, principal actionnaire de Nissan, ils avaient annoncé fin 2013 une extension de leur coopération, en vue d’une fabrication en commun de véhicules et de partages de technologies, en particulier dans l’électrique.

 

Un véhicule électrique à énergie solaire chez Ford

Un véhicule électrique à énergie solaire chez Ford

« Au lieu de tirer l’énergie pour sa batterie d’une prise électrique, la Ford C-MAX Solar Energi Concept exploite l’énergie du soleil », explique Ford dans son communiqué.  Afin de réduire la durée nécessaire pour charger la batterie, une lentille spéciale est utilisée pour concentrer la lumière et « agit comme une loupe en dirigeant des rayons intenses vers les panneaux solaires sur le toit », détaille-t-il.  Cette technologie permet d’obtenir autant d’énergie sur une journée que quatre heures de chargement sur le réseau électrique classique, assure Ford, qui précise toutefois que le véhicule conserve la possibilité de se connecter si besoin sur une prise de courant.  Le prototype, conçu en coopération avec l’institut technologique de Géorgie, sera exposé au salon d’électronique International CES qui se tient la semaine prochaine à Las Vegas.  Des tests dans diverses conditions reproduisant des situations réelles doivent être réalisés par la suite, afin de déterminer si le concept peut être décliné sur des voitures effectivement mises en production.  Ford estime avoir vendu plus de 85.000 voitures électriques et hybrides sur l’année 2013.  Ce type de véhicules gagne en popularité, mais leur développement reste limité en particulier par le manque de points de recharge.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol