Archive pour le Tag 'Ehpad :'

Scandale Ehpad: Le résultat de la financiarisation

Scandale  Ehpad: Le résultat de la financiarisation

 

La financiarisation du modèle des maisons de retraite a conduit à leur dévoiement, estime l’ingénieur et architecte, Philippe Alluin,  dans une tribune au « Monde ». Revisiter les projets innovants des années 1990 permettrait de réinventer un autre système.

 

Révélés au grand public par la récente actualité autour du groupe Orpea, les dysfonctionnements des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) existent, en réalité, depuis fort longtemps. Dans quelques jours, le nouveau ministre chargé du sujet devra repenser la politique d’hébergement des personnes dépendantes. Mais, avant même d’envisager de « nouvelles » solutions, il serait utile d’identifier les facteurs qui ont conduit à la situation d’aujourd’hui.

Dans les années 1980, les personnes dépendantes ne pouvant plus habiter en « maison de retraite » étaient redirigées à l’hôpital, dans des services dits « de longue durée », suivant un modèle de type hospitalier, parfois même encore en salle commune. En 1983, Alain Gille, directeur des équipements à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), particulièrement visionnaire sur l’ampleur à venir de la dépendance, lança un appel d’idées auprès des architectes afin d’ouvrir les pistes d’un hébergement adapté. Les réponses furent nombreuses, variées et innovantes, consacrant le succès de cet appel. Ce fut le point de départ d’une série de réalisations innovantes et particulièrement adaptées au vieillissement et à la dépendance.

Le programme Sepia, lancé en 1989 par le ministère de la santé, prenait la suite et un important mouvement de gérontologues, sociologues et autres chercheurs apportait sa contribution à ces opérations pilotes. Les réalisations exemplaires qui suivirent sont relatées dans la presse spécialisée (Architectures du grand âge. Variations architecturales sur la fin de vie, Le Moniteur, 1988) et mettent en avant, entre autres, l’ouverture sur la ville, la mixité des programmes, l’espace à géométrie variable, l’ancrage dans les territoires.

Bien que saluées par les professionnels, les équipes soignantes et les familles des résidents, ces avancées furent brutalement stoppées par la création des Ehpad, en 2002. La « massification », terme favori de nos administrations chargées de régler un problème de grande ampleur, s’attacha dès lors à encadrer, normaliser et régenter sur l’ensemble du territoire l’hébergement des personnes âgées dépendantes, tout en retardant le plus possible leur entrée dans l’institution, le maintien à domicile apparaissant alors moins coûteux que l’Ehpad. Le système ainsi mis en place devenait un standard auquel il était alors interdit de déroger, si l’on souhaitait bénéficier du financement et des autorisations d’ouverture, tant pour la création d’un nouvel établissement que pour son fonctionnement. Il devenait impossible de poursuivre les avancées réalisées dans les années 1990, qui sont vite tombées dans l’oubli.

Ehpad : La question du grand âge en France

 Ehpad : La question du grand âge en France

 

 

Outre les 13 grandes préconisations sur lesquelles revient Cyrille Isaac-Sibille, député Modem et co-rapporteur de l’une des quatre misions « flash » sur les Ehpads, il existe selon lui l’enjeu de lier désormais la question du « Grand âge » à celle des retraites. Avec en ligne de mire également, le fort accroissement des seniors en perte d’autonomie, appelé à passer de 1,3 à 2 millions « d’ici 20 à 30 ans. » (La « Tribune »)

Vous êtes co-rapporteur d’une mission « flash » de l’Assemblée nationale sur les conditions de travail et la gestion des ressources humaines en Ehpad (Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Cette mission d’un mois s’est terminée la semaine dernière. Aux côtés de trois autres missions « flash », celle-ci intervient après la sortie du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet, qui dénonce les conditions de vie des résidents en Ehpad et dévoile plus spécifiquement le traitement du groupe Orpea. Un contexte très particulier sur lequel il fallait revenir rapidement ?

Cyrille Isaac-Sibille - La mission fait effectivement suite au livre de Victor Castanet, qui a en premier lieu dressé des constats généraux sur l’ensemble des Ehpad, avec un volet réservé au problème particulier de la gestion de ces établissements, dans le cadre d’un groupe privé.

A la suite de la publication de ce livre, la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, dont je suis secrétaire, a auditionné très rapidement l’ensemble des acteurs durant un mois et cela s’est terminé le 9 mars, avec l’audition de l’ex-directeur général d’Orpea, Yves Le Masne, qui a été limogé en janvier.

Sur la problématique globale des Ehpad, les révélations du livre ne nous ont pas surpris. Par contre, concernant la gestion particulière du groupe Orpea avec une optimisation financière, tout le monde est tombé des nues. Personne n’avait imaginé qu’il puisse y avoir des marges arrières.

La question s’est posée de savoir si nous devions mettre sur pied une commission d’enquête. Le problème étant que cela nécessitait de disposer d’une durée de six mois, enjambant en même temps deux mandats présidentiels.

Nous avons donc plutôt opté pour le fait de commander quatre missions dites « flashs », afin de pouvoir donner des réponses rapides sur différents sujets : les conditions de travail, la gestion financière, le rôle des aidants, ainsi que le sujet des Ehpad de demain.

Ces missions étaient aussi l’occasion de se saisir de la question du « Grand âge » d’une manière plus large et de préparer le terrain pour la prochaine mandature à venir ?

C’était une manière de faire en sorte que les préconisations puissent être mises en application rapidement, à l’occasion de la prochaine législature.

Avec, comme axe central, l’idée de lier les enjeux des retraites à ceux du « Grand âge » : car en vieillissant plus longtemps, la question qui se pose est donc aussi celle de pouvoir travailler plus longtemps.

Le ministère de l’Autonomie, des Solidarités et de la Santé a aussi pris l’initiative de lancer deux missions, l’une avec l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et l’autre avec l’Inspection Générale des Finances (IGF).

Dans le même temps, la ministre déléguée à l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, a elle aussi rendu ses propres préconisations. Et la Haute Autorité de Santé a publié, le 10 mars dernier, le premier référentiel national pour évaluer la qualité dans le social et le médico-social. Il n’en existait pas jusqu’ici. Nous attendons désormais les rapports de l’IGAS et de l’IGF. On le voit : il y a donc une coproduction autour de la question du « Grand âge », et c’est la première fois que cela se fait de cette manière.

Pour mener à bien cette mission, qui avez-vous choisi d’auditionner ?

Nous avons entendu la fois des directeurs d’établissements, des formateurs, des médecins-coordinateurs, des représentants du personnel, des infirmiers et infirmières coordinatrices, les syndicats, ainsi que l’ensemble des unions professionnelles ainsi que des avocats en droit du travail.

Que contiennent vos conclusions et préconisations qui viennent tout juste d’être restituées la semaine dernière ?

Le principal et premier enjeu vaut pour l’ensemble des professions : ces métiers ne sont pas attractifs. Ce sont de beaux métiers, nobles, mais ils sont mal payés et extrêmement durs : la proportion d’arrêts de travail, mais aussi la charge de travail ainsi que le taux de maladies professionnelles s’avèrent bien supérieurs à d’autres domaines, comme celui du bâtiment.

Il faut donc d’abord rendre ces métiers plus attractifs. Un travail a été fait pour commencer à revaloriser ces métiers, et il faut le poursuivre, tout en amenant un effort supplémentaire sur la prévention.

On est face à des métiers stressants, où les personnels sont en sous-effectifs alors que les résidents arrivent de plus en plus âgés, plus dépendants et malades, ce qui fait que les conditions de travail se dégradent, malgré les postes créés.

Notre première recommandation serait donc de prolonger les efforts en matière de créations de postes. Deuxièmement, s’est posée la question du ratio « opposable » du personnel, qui n’est pas suffisamment nombreux aux différents moments clés de la journée (matin, midi et soir). Il faut également agir sur la question des horaires de travail : actuellement, on est encore sur des shifts de 12 heures en Ehpad.

L’ouvrage de Victor Castanet a été un livre choc qui fera date :  avez-vous vous-même été surpris par certaines points que vous avez découvert durant votre mission « flash » ?

Ce qui nous a aussi choqué durant les auditions, c’est de constater que les directeurs d’établissement ont perdu toute autonomie. Ils se retrouvent face à des tableaux de bord intégrant les coûts financiers, le personnel, les taux d’occupation et ainsi de suite, alors qu’en réalité, il existe très peu d’autonomie, ce qui est terrible.

En même temps, il y a les CPOM (Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens) : ils permettent de mutualiser entre différents établissements certains services qualité, les ressources humaines ou même l’emploi d’un médecin coordinateur. Ce peut être intéressant, mais à la condition que les directeurs soient associés à la rédaction de ces CPOM.

Il existe aussi un autre chantier à mener : celui d’améliorer la formation des directeurs.

Avant, il y a une formation médico-sociale pour tous les directeurs d’établissements publics et privés. Aujourd’hui, pour occuper ce type de fonctions, il est possible de détenir un master quelconque, sans disposer d’aucune notion du secteur médico-social. Nous avons donc fait des préconisations sur leurs parcours de formation, et sur le fait qu’ils puissent participer au CPOM.

Il faut aussi garantir la présence d’effectifs suffisants et revaloriser les salaires, mais aussi proposer une mutualisation des médecins-coordinateurs.

Il est aussi question de favoriser l’animation au sein des Ehpad via le forfait hébergement, de créer une nouvelle génération de CPOM, de générer un glissement des fonctions, ou encore de mener des campagnes de communication visant à valoriser les métiers du « Grand âge ». Et enfin, de travailler sur la validation des acquis et les passages entre les formations existantes.

Après ces treize préconisations, le travail de la ministre, les rapports de l’IGAS et de l’IGF, que va-t-il concrètement se passer ?

La bonne nouvelle est que les choses avancent et proviennent de tous bords. C’est important car en politique, mieux vaut jouer collectif : un député seul ne vaut rien, mais un député dans un groupe, ça commence à peser. Ces missions ont justement été assurées à la fois par des marcheurs, moi-même qui suis Modem, une communiste, le groupe agir ainsi que des radicaux de gauche.

La Haute Autorité de Santé (HAS) travaillait déjà elle-même à son référentiel, mais en voyant que tout le monde se mobilise, cela crée ainsi un mouvement.

La notion de qualité existait d’ailleurs déjà dans le secteur médico-clinique : mais au niveau du secteur médico-social, il n’y avait rien de tout ça. Ces normes de qualité doivent arriver elles aussi, petit à petit. A ce titre, la grille d’évaluation de l’HAS arrive au bon moment. Et la loi « Grand âge » devrait permettre d’intégrer l’ensemble de ces éléments. Je pense même que ces travaux vont encore l’enrichir.

La campagne électorale sera elle aussi l’occasion de parler de ces sujets, de poser des questions et sensibiliser nos concitoyens.

Sans oublier un sujet plus philosophique, qui peut lui-même être passionnant : car dans les Ehpad, comme dans notre société, on ne parle plus de la mort, on l’exclut, on ne la voit plus. Or, je pense que la question de la vieillesse préoccupe tout le monde.

Où en est-on justement selon vous en France sur la question plus large du « Grand âge » ?

Lorsque je suis arrivé à la commission des Affaires sociales, il y a cinq ans, le premier sujet dont on a parlé était déjà celui des Ehpad. C’est donc un sujet qui n’est pas nouveau, sur lequel nous travaillons depuis longtemps. De nombreux rapports existent sur la question du « Grand âge », dont le fameux rapport Libault, auquel j’ai moi-même contribué.

Entre-temps, la commission a travaillé avec le gouvernement sur la Loi « Grand âge » qui, malheureusement, n’a pas vu le jour à cause de la crise sanitaire.

Le défi est grand : actuellement, on dénombre 1,3 million de personnes âgées en situation de dépendance, qui bénéficient de l’allocation personnalisée d’autonomie. Une moitié d’entre elles se trouvent à domicile, tandis que l’autre moitié est en Ehpad.

Et en raison de la démographie et de l’allongement de la vie – dont on ne peut que se féliciter -, nous estimons que nous allons passer de 1,3 à près de 2 millions de personnes âgées d’ici 20 à 30 ans. Le but, c’est de faire en sorte que ces personnes puissent rester à leur domicile si elles le souhaitent, mais pour cela il va aussi falloir renforcer le soutien au domicile.

Ehpad Orpea: une marge de 25 % en 2021

Ehpad Orpea: une marge de 25 % en 2021

 

Tous les voyants sont au vert pour les EHPAD Orpéa. Ce que montre des indicateurs qui affichent une croissance soutenue de son chiffre d’affaires, qui a progressé de 9,2% à 4,285 milliards d’euros, mais aussi de l’excédent brut d’exploitation retraité des loyers (ebitdar), qui a augmenté de 10,9%, à 1,068 milliard d’euros, soit une marge de 24,9%.

D’ici à la semaine prochaine, le gouvernement doit rendre publiques les conclusions d’une double enquête administrative sur les activités de l’entreprise, ouverte après la publication du livre de Victor Castanet. Le journaliste y décrit un « système » mis en place par Orpea pour optimiser les profits dégagés par ses Ehpad, au détriment du bien-être de ses résidents âgés.

Ehpad: Établissement à missions ?

 Ehpad: Établissement à missions ?

 

Conséquence de « l’affaire » Orpea, le gouvernement évoque le passage des Ehpad privés en sociétés à mission. Car, tout en renforçant les contrôles réglementaires, cette forme de société protégerait mieux les résidents et favoriserait une dynamique inventive du secteur, explique, dans sa chronique, le professeur en sciences de gestion Armand Hatchuel.

 

 L’affaire Orpea a relancé avec fracas la question du statut à but lucratif des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) privés. Il semble, en effet, que la course à la rentabilité actionnariale et la réduction myope des coûts auraient eu des effets délétères et inacceptables pour certains résidents.

Faut-il alors que les Ehpad soient des établissements publics ou à but non lucratif ? Ce n’est pas la seule alternative possible, et le gouvernement évoque, à juste titre, le passage des Ehpad privés en sociétés à mission. Car, tout en renforçant les contrôles réglementaires, cette forme de société protégerait mieux les résidents et favoriserait une dynamique inventive du secteur.

Le recours à l’investissement privé existe en médecine et dans tous les secteurs du soin. Il apporte une capacité financière et des possibilités de développement auxquelles le budget public ne peut pas toujours se substituer. Aussi l’Etat a-t-il cherché jusqu’ici à éviter les dérives des Ehpad privés avec les moyens classiques : l’élaboration d’un cahier des charges encadrant le fonctionnement de ces établissements et la mise en place de contrôles réguliers.

Or, ces deux dispositifs n’ont pas suffi, alors qu’Orpea est un leader du secteur, visible sur tout le territoire. Comment croire alors que, sans réduire la pression financière, un renforcement des contrôles suffira à garantir un service plus humain et plus respectueux des résidents ? Comment oublier que leur vulnérabilité si particulière exige que leur protection et leur dignité soient au cœur de la stratégie et de tous les actes de gestion de l’institution ?

Les Ehpad privés devraient donc s’engager auprès de leurs résidents, des familles, des personnels et des collectivités publiques, sur la base d’une mission explicite et opposable par chacune de ces parties. Car la qualité de vie au travail des soignants est indissociable du bien-être physique et psychique des résidents. Et l’établissement doit s’insérer dans des réseaux de soins et de services territoriaux qui adhèrent aussi à cette mission.

La qualité de « société à mission », créée par la loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) en 2019, impose que de tels engagements deviennent impératifs tant pour les actionnaires que pour les dirigeants. En outre, la loi exige un double contrôle : la création d’un comité de mission interne et le recours régulier à un audit externe indépendant, tous deux chargés de veiller à la bonne exécution de la mission.

 

L’enquête de «Cash investigation» qui va tuer des EHPAD privés

L’enquête de «Cash investigation» qui va tuer des EHPAD privés

 

Dans un tweet, la présentatrice de l’émission diffusée sur France 2, Elise Lucet, a promis «de nouvelles révélations» à l’issue d’une enquête que mène son équipe «depuis plus d’un an sur les Ehpad privés». «On souhaite terminer le reportage le plus vite possible. La diffusion va être dans les semaines qui viennent», a confirmé à l’AFP Emmanuel Gagnier, rédacteur en chef de Cash Investigation. La diffusion d’une enquête sur le groupe de restauration rapide McDonald’s prévue pour mi-février a été reprogrammée pour se concentrer sur le scandale dans les exploitants de maisons de retraite.

L’annonce d’une émission de cash investigation sur les EHPAD privés va faire plonger les établissements dépendant de grands groupes financiers. Dès cette annonce, les actions des groupes intéressés ont plongé. Le titre Orpea, qui a chuté d’environ 60% depuis sa mise en cause dans un livre dénonçant de graves défaillances dans ses établissements, a fini vendredi en forte chute de 12,44% à 33,71 euros, dans un marché en baisse de 0,77%. Pire encore, l’action Korian dévissait de 16,81% à 17,57 euros à la clôture. LNA Santé pointait à -9,41% à 39 euros.

Dans «Les Fossoyeurs», le journaliste Victor Castanet décrit le rationnement des fournitures médicales et de la nourriture dans des établissements aux tarifs pourtant très élevés, une maltraitance chronique des résidents, des objectifs financiers imposés à des directions contrôlées de très près par le siège. Des accusations que le groupe réfute en bloc.

Évidemment on ne peut pas procéder par amalgame et certains EHPAD privés s’acquittent correctement de leurs missions de la même manière que les EHPAD publics ou  semi publics ( dont certains peuvent cependant faire l’objet de critiques). Reste que si le montant de la pension des résidents est en moyenne au moins de 2000 €, il paraît difficile de justifier des montants qui vont jusqu’à 5000 € et même bien au-delà surtout quand les prestations sont défaillantes.

EHPAD privés: Revoir la régulation et la financiarisation

EHPAD privés: Revoir la régulation et la  financiarisation 

 

 

Laure de la Bretèche, directrice déléguée des politiques sociales de la Caisse des dépôts, et Jean-François Vitoux, directeur général d’Arpavie, dénoncent, dans une tribune au « Monde », l’impressionnante financiarisation du secteur ces dix dernières années.

 

Tribune.

 

 Le livre-enquête de Victor Castanet, Les Fossoyeurs (Fayard, 400 pages, 22,90 euros), sur le groupe privé d’Ehpad Orpea, a suscité une réaction rapide des pouvoirs publics : une enquête de l’inspection générale des affaires sociales a été annoncée ; le directeur général du groupe a été convoqué et, depuis, révoqué par son conseil d’administration. Intervenant après la crise due au Covid-19, qui avait déjà jeté une lumière violente sur les Ehpad, ces révélations, au-delà des faits cités dans le livre, interpellent les pouvoirs publics sur la régulation des Ehpad privés commerciaux, notamment au vu de certaines pratiques tarifaires.

Ces Ehpad commerciaux accueillent aujourd’hui 150 000 personnes âgées. Un changement global de mode de gestion ne serait donc pas réaliste à court terme, et il serait injuste de jeter l’opprobre sur l’ensemble de ce secteur. Pour autant, la financiarisation du secteur commercial depuis dix ans est impressionnante. Elle a pris de court les pouvoirs publics qui n’ont su anticiper ni sa puissance ni ses conséquences.

Pour envisager ce que pourrait être une nouvelle régulation, il faut comprendre l’origine de cette financiarisation. Les groupes commerciaux d’Ehpad ont bénéficié d’une conjonction d’éléments favorables : des barrières à l’entrée protectrices, liées aux autorisations d’exploiter ; des fondamentaux démographiques positifs, du fait du vieillissement et des dotations publiques importantes qui stabilisent leur chiffre d’affaires.

Ces atouts ont fait de ces groupes des cibles très attractives pour les investisseurs financiers. Alors que, depuis la crise financière de 2008, la politique accommodante de la Banque centrale européenne a abreuvé le marché de liquidités, la valorisation de ces sociétés a explosé. En 2014, un groupe privé d’Ehpad s’achetait environ 9,5 fois son résultat d’exploitation. En 2019, ce multiple atteignait 14,5. En cinq ans, la valeur d’un groupe d’Ehpad a ainsi pu augmenter de plus de 50 %. Alimentée pour l’essentiel par les fonds d’investissement attirés par les perspectives du secteur, cette financiarisation a conduit les manageurs à faire du pilotage financier le critère central de leur action.

Est-il normal que les Ehpad privés commerciaux dégagent des rentabilités aussi élevées alors qu’ils profitent de dispositifs publics de solidarité ? Non. Est-il possible de repenser la régulation de ce secteur avec un mécanisme juste, équitable et facile à mettre en œuvre ? Oui.

Société-EHPAD : un manque d’effectifs…et de financement

Société-EHPAD : un manque d’effectifs…et de financement

 

 

Les EHPAD souffrent de deux problèmes liés à savoir, un manque d’effectifs qui affecte parfois la qualité et un manque de financement qui se trouve à l’origine du problème.

Pour résumer à outrance, la Cour des Comptes a mis en évidence l’insuffisance des moyens mis en œuvre pour le maintien le plus longtemps possible à domicile. En effet d’après la Cour des Comptes, ce maintien coûterait moitié moins cher que dans les EHPAD. En gros le maintien à domicile génère globalement un cout mensuel  de 1000 € par mois (pour 2000 € en moyenne dans les EHPAD).

La conséquence des difficultés de financement conduisent à une entrée de plus en plus tardive en EHPAD, vers 85 ans au lieu de 75 ans il y a une vingtaine d’années. Du coup les résidents sont beaucoup plus dépendants et exigent  un accompagnement beaucoup plus conséquent donc aussi plus coûteux.

Le problème c’est que en dépit du vieillissement de la population le financement de la dépendance des personnes âgées n’a jamais encore été traité de manière approfondie. On devait en faire un thème majeur mais la question a été mis sous le tapis.

Il est clair que pour sortir du cercle vicieux, manque de moyens, insuffisance de qualité, ressources insuffisantes, il faudra trouver un financement pérenne engageant la solidarité nationale

Globalement en France il y a environ 600 000 personnes en EHPAD ce qui mobilise 400 000 salariés. En vérité un chiffre d’encadrements très insuffisants dans la plupart des cas car faut-il le rappeler la surveillance et les soins doivent être maintenus 24 heures sur 24 ,dimanches et jours fériés, vacances inclus.

Or pour tenir un poste il faut cinq à six salariés ( qui tourne en 3.8 ou équivalents). En moyenne, il faudrait donc un salarié pour un résident. Cela d’autant plus que la très grosse majorité des résidents souffrent de pathologies graves et rentrent de plus en plus tard en EHPAD, le plus souvent pour des raisons financières mais aussi pour des raisons personnelles.

Se pose la question de l’équilibre économique des ces établissements accueillant des personnes dépendantes. Un équilibre qui se fait via des prix déjà importants de pension puisque le prix médian est de leur de 2000 € par mois. La rentabilité passe parfois par une réduction du personnel. Pour preuve puisqu’il y a 600 000 résidents en EHPAD et qu’il faudrait 200 000 salariés supplémentaires.

Justement grâce à cette politique d’ajustement à l’extrême du personnel les s’investissements dans les maisons de retraite constituent souvent des placements juteux.

Du coup ,il ne faut pas s’étonner que de telles rentabilité puissent être parfois obtenues par une qualité d’encadrement et de soins déficiente.

EHPAD : un manque d’effectifs…et de financement

 EHPAD : un manque d’effectifs…et de financement

 

 

Les EHPAD souffrent de deux problèmes liés à savoir, un manque d’effectifs qui affecte parfois la qualité et un manque de financement qui se trouve à l’origine du problème.

Pour résumer à outrance, la Cour des Comptes a mis en évidence l’insuffisance des moyens mis en œuvre pour le maintien le plus longtemps possible à domicile. En effet d’après la Cour des Comptes, ce maintien coûterait moitié moins cher que dans les EHPAD. En gros le maintien à domicile génère globalement un cout mensuel  de 1000 € par mois (pour 2000 € en moyenne dans les EHPAD).

La conséquence des difficultés de financement conduisent à une entrée de plus en plus tardive en EHPAD, vers 85 ans au lieu de 75 ans il y a une vingtaine d’années. Du coup les résidents sont beaucoup plus dépendants et exigent  un accompagnement beaucoup plus conséquent donc aussi plus coûteux.

Le problème c’est que en dépit du vieillissement de la population le financement de la dépendance des personnes âgées n’a jamais encore été traité de manière approfondie. On devait en faire un thème majeur mais la question a été mis sous le tapis.

Il est clair que pour sortir du cercle vicieux, manque de moyens, insuffisance de qualité, ressources insuffisantes, il faudra trouver un financement pérenne engageant la solidarité nationale

Globalement en France il y a environ 600 000 personnes en EHPAD ce qui mobilise 400 000 salariés. En vérité un chiffre d’encadrements très insuffisants dans la plupart des cas car faut-il le rappeler la surveillance et les soins doivent être maintenus 24 heures sur 24 ,dimanches et jours fériés, vacances inclus.

Or pour tenir un poste il faut cinq à six salariés ( qui tourne en 3.8 ou équivalents). En moyenne, il faudrait donc un salarié pour un résident. Cela d’autant plus que la très grosse majorité des résidents souffrent de pathologies graves et rentrent de plus en plus tard en EHPAD, le plus souvent pour des raisons financières mais aussi pour des raisons personnelles.

Se pose la question de l’équilibre économique des ces établissements accueillant des personnes dépendantes. Un équilibre qui se fait via des prix déjà importants de pension puisque le prix médian est de leur de 2000 € par mois. La rentabilité passe parfois par une réduction du personnel. Pour preuve puisqu’il y a 600 000 résidents en EHPAD et qu’il faudrait 200 000 salariés supplémentaires.

Justement grâce à cette politique d’ajustement à l’extrême du personnel les s’investissements dans les maisons de retraite constituent souvent des placements juteux.

Du coup ,il ne faut pas s’étonner que de telles rentabilité puissent être parfois obtenues par une qualité d’encadrements et de soins déficientes.

La question des EHPAD : un manque d’effectifs

La question des EHPAD : un manque d’effectifs

 

 

Récemment, la Cour des Comptes a procédé à une évaluation de la politique de maintien à domicile des personnes âgées. D’après la Cour des Comptes ce maintientcoûterait moitié moins cher que dans les EHPAD.

Globalement en France il y a environ 600 000 personnes en EHPAD ce qui mobilise 400 000 salariés. En vérité un chiffre d’encadrements très insuffisants dans la plupart des cas car faut-il le rappeler la surveillance et les soins doivent être maintenus 24 heures sur 24 ,dimanches et jours fériés, vacances inclus.

Or pour tenir un poste il faut cinq à six salariés ( qui tourne en 3.8 ou équivalents). En moyenne, il faudrait donc un salarié pour un résident. Cela d’autant plus que la très grosse majorité des résidents souffrent de pathologies graves et rentrent de plus en plus tard en EHPAD, le plus souvent pour des raisons financières mais aussi pour des raisons personnelles.

Se pose la question de l’équilibre économique des ces établissements accueillant des personnes dépendantes. Un équilibre qui se fait via des prix déjà importants de pension puisque le prix médian est de leur de 2000 € par mois. La rentabilité passe parfois par une réduction du personnel. Pour preuve puisqu’il y a 600 000 résidents en EHPAD et qu’il faudrait 200 000 salariés supplémentaires.

Justement grâce à cette politique d’ajustement à l’extrême du personnel les s’investissements dans les maisons de retraite constituent souvent des placements juteux.

Du cou,p il ne faut pas s’étonner que de telles rentabilité puisse être parfois obtenue par une qualité d’encadrements et de soins déficientes.

Hypertrophie démocratique : un grand débat pour trouver un autre nom à EHPAD !

Hypertrophie démocratique : un grand débat pour trouver un autre nom à EHPAD !

 

Encore une caricature de débat démocratique avec ce grand débat ouvert pour changer le nom des EHPAD.

« L’EHPAD est mort, vie l’EHPAD » ! Je souhaite d’ailleurs que ce nom change. Je lancerai pour cela une consultation citoyenne à l’automne. »A déclaré la ministre inconnue Brigitte Bourguignon

“Les Français ne veulent plus du modèle actuel de l’Ehpad. Ils souhaitent rester le plus longtemps possible à domicile. Nous allons leur en donner les moyens avec le virage domiciliaire et les Ehpad en seront un des acteurs majeurs”, a défendu l’ancienne socialiste qui prépare un texte de loi sur le sujet. Emmanuel Macron prévoyait ce texte important pour le grand âge en 2019 mais la majorité n’a encore jamais trouvé le temps ou l’espace au Parlement pour le défendre. ·

En attendant, à la rentrée les Français seront invités à ce débat fondamental qui vise à changer le nom des EHPAD !

Ehpad : baisse du taux d’occupation

  • Ehpad : baisse du taux d’occupation
  • L’effet dramatique des conséquences Covid dans les maisons de retraite a fait diminuer le taux d’occupation. Le groupe Korian, leader du secteur avec près de 500 établissements en France, a connu depuis le début de la crise sanitaire « une baisse de 5 points du taux d’occupation » de ses établissements. En cause le nombre de décès mais aussi les craintes des futurs pensionnaires vis-à-vis des conditions sanitaires des établissements.. Selon Korian, cette baisse est due à l’effet combiné de plusieurs facteurs, liés à la pandémie. En premier lieu, les protocoles sanitaires, nombreux et très contraignants. « Quand il y a des cas de Covid, les protocoles de l’ARS et du ministère de la santé n’autorisent pas l’arrivée de nouveaux résidents » explique la direction.

EHPAD : vers la suspension des visites ?

EHPAD : vers la suspension des visites ?

 

Il est clair que les EHPAD fournissent un contingent significatif de nouveaux contaminés; sans doute la conséquence de la levée des mesures de confinement et la transmission accélérée du virus par les visiteurs. On s’interroge sérieusement dans nombre d’établissements pour limiter voir interdire provisoirement les visites. C’est le cas notamment à Nice où la municipalité suspend les visites dans les Ehpad municipaux.

À Nice, le confinement des Ehpad municipaux et de leurs 236 résidents, imposé le 15 mars, avait été levé le 8 juin.

Hôpitaux et Ehpad, : une prime de 100 euros

Hôpitaux et Ehpad, : une prime de 100 euros

Destinée aux personnels ayant exercé entre le 1er et le 30 avril, cette prime atteindra 1 500 euros dans une quarantaine de départements, les plus durement touchés par l’épidémie, principalement ceux du Nord et de l’Est, la Corse, mais aussi l’Ile-de-France et notamment Paris. Dans les autres départements, une soixantaine, le montant baisse à 1 000 euros. En gros une prime de 100 € par mois et pour un an seulement. Et si on parvient à tourner la page du Coronavirus, le livre des revendications des hôpitaux pourrait bien se refermer.

 

En effet le rouvrir supposerait aussi de mettre en cause la rémunération générale des fonctionnaires.. Par exemple celle des enseignants dont on s’est aperçu un peu tard qu’il conviendrait d’augmenter de manière très substantielle les salaires afin qu’ils ne perdent pas trop dans le cadre d’une réforme des retraites plus ou moins avortée. Alors que le gouvernement vient d’accorder des pluies de milliards, on se demande comment il pourrait en plus financer ces augmentations de salaires général qui risque de contaminer d’autres catégories de fonctionnaires en particulier si la fameuse réforme esquissée par Macron, visant à donner davantage de responsabilités aux collectivités locales se confirme. Un aspect que Macron n’a peut-être pas encore bien analysé même si c’est sur la fiscalité locale que pèsera le poids. Après tout, on pourrait bien ressusciter la taxe d’habitation habillée par les nouveaux habits de la taxe foncière( au nom de l’amélioration de la qualité des logements bien

« Ehpad : un véritable scandale d’Etat »

« Ehpad : un véritable scandale d’Etat »

Treize élus et responsables de la santé dénoncent dans une tribune au « Monde » une « indifférence morbide » menaçant la vie des résidents de ces établissements.

Tribune. Le 31 mars, Florence Aubenas décrivait dans Le Monde la vie sous confinement à l’Ehpad des Quatre-Saisons de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Une plongée glaçante dans l’univers de ces établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) où la peur du virus, les contaminations se mêlent à une forme de résignation face à la solitude et au manque criant de moyens, de personnels, de matériel.

Depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, une indifférence morbide plane sur les 700 000 résidents des différents types d’établissements privés ou publics accueillant des personnes âgées. Il fallut d’ailleurs attendre le 2 avril, soit près de deux mois après le début de cette crise, et après trois semaines de confinement, pour que l’Etat communique enfin des « chiffres partiels » des victimes du virus en Ehpad. Comme si, au travers de cette mise sous silence arbitraire, c’était la société entière qui refusait de voir le drame qui se joue sous ses yeux.

De la dignité pour nos aînés, est-ce trop demander ? Après l’épisode caniculaire de 2003, lors duquel 19 000 personnes âgées trouvèrent la mort, quelques leçons furent tirées, notamment pour investir dans la rénovation de nos Ehpad. Mais force est de constater que nous sommes loin du compte. Malheureusement, il y a bien une continuité de responsabilité entre la crise de 2003 et celle que nous vivons aujourd’hui.

Nos anciens sont, une fois encore, les victimes silencieuses d’un Etat qui, ne jurant que par des logiques comptables, a délibérément affaibli notre système de santé et médico-social public. Si la dimension et les caractéristiques exceptionnelles de la pandémie de Covid-19 ne sont plus à établir, il n’en demeure pas moins que l’expérience française en matière de santé publique aurait dû être davantage mobilisée.

Trop vieux, trop faibles

Disons-le clairement, la situation sanitaire qui règne aujourd’hui dans les Ehpad de la sixième puissance mondiale est dramatique. Lorsque le virus entre dans un établissement, de nombreux résidents peuvent être contaminés, les taux de mortalité sont estimés au-delà de 20 % à 30 % et face à cela, les élu·es, personnels, cadres de santé que nous sommes, demeurons à la fois scandalisé·es et démuni·es.

La situation actuelle des Ehpad est un véritable scandale d’Etat. A l’hôpital, faute de places et de moyens suffisants, on « rationalise » et les résidents d’Ehpad n’y sont donc pas accueillis : trop vieux, trop faibles, pour tenter le passage en réanimation ! Face à la maladie et à la mort, les établissements se sentent bien isolés et deviennent même des pièges, qui se referment sur leurs résidents. Les médecins coordonnateurs tentent d’accompagner au mieux les patients mais, en plus du Covid-19, le suivi d’autres pathologies n’est plus assuré correctement.

 

Près de 60% d’infectés dans les EHPAD

Près de 60% d’infectés dans les EHPAD

La statistique vaut pour l’Île-de-France mais elle est sans doute valable pour l’ensemble des EHPAD. « En Île-de-France, on a près de 60% des Ehpad dans lesquels il y a au moins un cas de Covid, un peu plus de 400″ des 700 établissements que compte la région, a déclaré à l’AFP Aurélien Rousseau, directeur de l’ARS Ile-de-France.

En Île-de-France, qui compte 60.000 résidents d’Ehpad pour 40.000 personnels, le nombre de tests devrait atteindre « dans les prochains jours 2.500 par jour » pour les deux catégories, a indiqué M. Rousseau.

« Pour l’instant, nous devons assumer une priorisation des situations où il y a le plus de cas pour être sûr que les mesures de confinement et d’isolement, voire de transfert hospitalier, soient à la hauteur de la situation », a-t-il ajouté.

Actuellement, près de 9.000 personnes de plus de 60 ans atteintes du Covid sont hospitalisées en Île-de-France, soit 67% du total des patients, a par ailleurs annoncé M. Rousseau.

Plus en détail, 27% des lits d’hospitalisation pour les cas de Covid sont occupés par des plus de 80 ans, a-t-il précisé, affirmant que « l’hôpital joue son rôle dans la prise en charge des malades d’Ehpad ».

« Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des Ehpad dans lesquels il y a beaucoup de décès et les équipes sont débordées. Cela veut dire qu’on prend en charge les patients qui ont bénéfice à être hospitalisés, et on voit qu’il y a des personnes très âgées qui s’en sortent », a-t-il ajouté.

Enfin une opération de dépistage dans les Ehpad

Enfin une  opération de dépistage dans les Ehpad

Jusque-là les EHPAD avaient été largement délaissés avec une insuffisance dramatique de matériel, de traitement et de personnel. À tel point que les statistiques de décès n’ont été intégrées dans les chiffres nationaux totaux que récemment. Cette fois les pouvoirs publics entament une opération de dépistage massif qui permettra d’isoler les infectés des autres. Selon le dernier bilan, au moins 2 417 décès ont été enregistrés depuis le début de l’épidémie dans les maisons de retraite médicalisées et autres établissements médico-sociaux. L’épidémie a fait au total 8 911 morts depuis son début en France, dont 833 au cours des dernières 24 heures, a également indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran.

 

Coronavirus : le honteux abandon des Ehpad

Coronavirus : le honteux abandon des  Ehpad

 

C’est  un véritable scandale auquel nous assistons avec l’abandon des EHPAD. Il faut d’ailleurs observer que l’impact du Coronavirus dans ces établissements de personnes dépendantes a été complètement oublié même dans les statistiques. Ainsi ce n’est qu’il y a quelques jours qu’on a intégrés le nombre de décès de ces établissements, soit de l’ordre de 2000.

D’ailleurs on fait toujours la distinction entre les décès intervenus en milieu hospitalier et ceux intervenus dans les EHPAD. Comme si les EHPAD n’étaient pas des établissements spécialisés pour gérer les thérapies des personnes dépendantes. Dès le départ la consigne a été de fermer totalement l’accès au public des EHPAD. Des établissements complètement confinés y compris le personnel mais sans aucun matériel de protection et de prévention.

Ce n’est que très récemment on a enfin accordé des masques   ces  établissements dont le personnel manifeste une attitude tout à fait exemplaire. Certains acceptant même de demeurer sur place en dehors de leurs heures de service. Il y a quelque chose comme un aveu d’abandon de la part des pouvoirs publics qui considèrent sans doute que la vie d’une personne âgée vaut moins que celle d’autres.

Une curieuse conception des valeurs de la civilisation. Sans matériel, sans équipement, sans traitement- en tout cas à la hauteur des besoins- les EHPAD tentent de survivre en plus souvent avec un personnel réduit. Un  par ailleurs tu réellement insuffisant et qui pour récompense de ses efforts devra pour la plupart se contenter du SMIC !

Coronavirus France : 5.400 décès; 884 dans les Ehpad

Coronavirus France : 5.400 décès; 884 dans les Ehpad

5.387 décès dus au coronavirus depuis l’apparition de l’épidémie, dont 4.503 dans les hôpitaux et 884 dans les établissements sociaux et médico-sociaux

Le nombre de personnes hospitalisées a augmenté en 24 heures de 1.607 (+6,5%) pour atteindre 26.246. Parmi ces patients, 6.399 sont en réanimation (contre 6.017 mercredi), alors que la capacité totale en lits de réanimation a été portée dans le pays à plus de 9.000, a précisé Jérôme Salomon.

Cet indicateur, rappelle régulièrement Jérôme Salomon, est capital pour mesurer les effets du confinement général de la population mis en place le 17 mars dernier.

“Le délai d’apparition des formes graves pourrait être autour de 15 jours, jusqu’à 17-18 jours, cela veut dire qu’on est à peu près à cette période par rapport au début du confinement”, a précisé jeudi le directeur général de la santé.

“A la fin de la semaine ou au cours du week-end, on devrait commencer à avoir un impact (du confinement) sur les admissions à l’hôpital, sur les admissions en réanimation en particulier.” , a-t-il encore précisé.

Concernant les personnes hospitalisées en réanimation, Jérôme Salomon a déclaré que 35% d’entre eux avaient moins de 60 ans, 60% entre 60 et 80 ans. “Quatre-vingt-dix personnes en réanimation ont moins de 30 ans”, a-t-il relevé.

Quant au nombre de personnes sorties guéries de l’hôpital, il s’élève à 12.428, soit 1.493 personnes supplémentaires en 24 heures.

Coronavirus Ehpad : un risque de 100 000 décès

Coronavirus Ehpad : un risque de 100 000 décès

Contrairement à ce que dit le gouvernement s’est bien le manque de masques qui constituent le risque essentiel de diffusion de la pandémie en général et en particulier

contrairement le gouvernement c’est bien le manque dramatique de masques qui constituent un facteur de diffusion de la pandémie notamment dans les EHPAD. Un risque qui pourrait conduire au décès de 100 000 personnes âgées. Dans un courrier adressé au ministre de la Santé, Olivier Véran, révélé par France Télévisions ce vendredi, les établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les maisons de retraite et les services à domicile alertent sur la situation pour les personnes dont ils ont la charge.

Le personnel est le principal vecteur de contamination dans ces établissements. Seulement, les membres du personnel manquent cruellement de masques de protection. « Dans les jours qui viennent de s’écouler nous n’en avons pas eu assez », affirme Pascal Champvert, président de l’association des directeurs de maison de retraite et directeur d’un Ehpad à Saint Maur des Fossés. C’est cette pénurie qui est dénoncée dans la lettre adressée au ministre de la Santé, ils réclament 500.000 masques par jour pour faire face.

« Aujourd’hui on nous assure qu’ils commencent à arriver, si nous avons le nombre de masques suffisants alors l’ensemble des professionnels pourront travailler auprès des personnes âgées », ajoute-t-il.

 

 

Ehpad : le cercle infernal des prix !

Ehpad : le cercle infernal des prix !
Il y a encore quelques années le prix moyen en Ehpad était de 1500 € par mois, il est passé à 2000 . Du coup, c’est le cycle infernal. On entre de plus en plus tard en EHPAD mais les pathologies sont de plus en plus lourdes et les coûts également. La solution, partielle en tout cas, passe sans doute par un vaste plan de maintien à domicile des personnes âgées mais là aussi faudrait revoir les conditions d’aide à domicile ( avec un forte revalorisation des rémunérations des assistantes de vie en particulier) et de soins. La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, un organisme rattaché au ministère de la Santé, a publié cette semaine les dernières statistiques sur les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle estime désormais que le prix médian pour une chambre est de 2.000 euros par mois -la moitié des résidents paye moins, l’autre moitié paye plus.

Ce tarif médian de 2.000 euros correspond à une chambre individuelle de 20 m2 à Lille, avec WC et salle de bains privatifs et accès aux animations et espaces verts, le tout à 10 mn du centre-ville. Ce prix médian varie cependant énormément d’un département à l’autre. C’est en Haute-Saône que les Ehpad sont les moins chers : entre 1.611 euros et 1.976 euros. Et sans surprise, c’est à Paris que le résident devra débourser le plus : entre 2.820 et 4.669 euros, avec des pointes jusqu’à 6.900 euros !

La facturation de base est composée de l’hébergement (1.810  euros) et du tarif dépendance, qui varie de  165 à 815 euros selon l’état du résident. Les soins sont quant à eux pris en charge par la Sécu. Selon les établissements, des services, comme le Wifi, le téléphone ou la télévision dans la chambre, peuvent être inclus dans la prestation ou sont des options payantes.

Au total, selon les derniers chiffres de 2015, la France comptait 585.560 résidents, dont 75% de femmes, dans les Ehpad, pour une moyenne d’âge de 85 ans et 9 mois. Une personne reste dans un établissement en moyenne deux ans et demi.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol