Archive pour le Tag 'Édouard'

Page 3 sur 3

Edouard Philippe « la transgression » pour faire éclater la droite

Edouard Philippe « la transgression » pour faire éclater la droite

 

Macon a déjà réussi son premier pari à savoir,  faire éclater le parti socialiste dont la présence ne pourrait être que symbolique dans la nouvelle assemblée nationale. Observons qu’il il a bien été aidé dans cette tâche par Mélenchon (et par Hamon lui-même !). Reste cependant à faire éclater la droite qui maintient son unité de façade sur un programme minimum où les aspérités de Fillon ont été effacées. Pour l’instant cependant,  aucune figure importante de droite n’est présente dans la liste de candidature du parti de Macron. Pour faire éclater la droite, il se pourrait bien que Macron se décide à choisir comme premier ministre Edouard Philippe, maire LR du Havre, un Juppéiste qui est aussi un ancien socialiste. À cet effet 150 circonscriptions ont été laissé ouvertes à d’éventuels candidats de droite  notamment proche de Juppé. Édouard Philippe espère qu’il sera nommé à Matignon entraînant dans son sillage plusieurs candidats de la droite. Il   a estimé jeudi soir que si Emmanuel Macron choisissait la « transgression » plutôt que la « tradition » en prenant un Premier ministre extérieur à son mouvement,   »Aujourd’hui », a  poursuivi l’ancien de Juppé, « on ne sait pas si le président de la République nouvellement élu va s’installer dans cette forme de tradition (…) ou s’il va transgresser », en s’affranchissant des règles habituelles. « S’il choisit la tradition (…) nous regarderons cela avec respect mais avec distance », a-t-il poursuivi. « S’il transgressait, alors la situation politique serait nouvelle, parce que le fait politique serait nouveau, et je ne vois pas comment on peut répondre par avance à quelque chose qui n’a jamais été proposé », a-t-il ajouté, en se démarquant de la ligne majoritaire de LR.

Edouard Philippe favori comme Premier ministre

Edouard Philippe favori  comme  Premier ministre

Selon la presse,   Edouard Philippe, maire « les Républicains » (LR) du Havre et député de Seine-Maritime tiendrait la corde pour devenir le Premier ministre d’Emmanuel Macron une fois la passation des pouvoirs finalisée avec François Hollande le 14 mai. Selon des sources diverses, parmi la liste des « éligibles »,  ce très proche d’Alain Juppé serait celui qui détiendrait le plus d’atouts aux yeux du nouveau président pour occuper le poste : il est « jeune », relativement « nouveau » en politique, tout en ayant déjà une expérience de parlementaire et d’élu local, plutôt classé centriste… et ancien du PS. . Édouard Philippe a été membre dans sa jeunesse du parti socialiste et avait  soutenu Michel Rocard avant de rendre sa carte et de migrer vers la droite, notamment Alain Juppé, dont il rejoint le cabinet. Il a d’ailleurs gardé beaucoup d’amis à gauche, il est aussi proche de Jacques Attali… comme Emmanuel Macron.

 

Michel Edouard Leclerc : L’agriculture va dans le mur ! Gonflé !

Michel Edouard Leclerc : L’agriculture va dans le mur ! Gonflé !

 

 

Il est vraiment gonflé Michel Edouard d Leclerc de donner des leçons en matière de politique agricole. En plus de renvoyer la seule responsabilité aux Pouvoirs publics et aux industriels. Les distributeurs – Leclerc compris- ont tellement abusé de la politique de bas prix qu’ils ont mis à genoux l’agriculture française confrontée aux distorsions de concurrence étrangères. C’est la grande distribution qui a imposé cette culture de bas prix au détriment le plus  souvent de la qualité. Même chez les industriels. Les agriculteurs et éleveurs se sont inscrits dans cette logique de productivisme, de l’endettement  et de la malbouffe (engrais , pesticides, herbicides,  OGM (le soja par exemple). Toute la pub de Leclerc repose sur cette logique de bas prix (« Chez nous c’est moins cher de 2 centimes  par rapport à Intermarché ou Carrefour ». Résultat on mange du porc qui ressemble à une  éponge caoutchoutée pleine d’eau. C’est moins cher mais c’est immangeable et nuisible à la santé.    Dans un entretien au Journal du Dimanche daté du 12 juillet, Michel-Edouard Leclerc, le PDG de l’enseigne E. Leclerc, se dédouane en estimant  qu’ »interpeller les distributeurs ne définit pas une politique agricole » alors qu’agriculteurs, éleveurs et producteurs de lait manifestent leur colère, face à l’absence de remontée des prix de leur production. Pour lui, « cette guérilla installe une fracture entre les agriculteurs et nous. Il faut rétablir l’ordre et la paix sociale. Chacun doit prendre ses responsabilités ». Michel-Edouard Leclerc annonce par ailleurs qu’il « travaille à la création d’un fonds de soutien à l’élevage abondé par tous les acteurs: céréaliers, fabricants et commerçants » : « Ce fonds financera l’adaptation aux normes environnementales du secteur, et des petits producteurs de porcs qui privilégient les appellations d’origine ou le bio. »

« Hollande: loin du discours du Bourget  » (Édouard Martin)

« Hollande  loin du discours du Bourget  » (Édouard Martin)

 

L’emblématique syndicaliste d’Arcelor Mittal Édouard Martin revient sur la politique du gouvernement depuis le deuxième remaniement de François Hollande. « Je porte beaucoup d’amitié à Arnaud Montebourg. J’ai beaucoup aimé son volontarisme politique », explique-t-il. « Même s’il n’a pas réussi sur tous les dossiers, il a voulu démontrer que c’est bien le politique qui doit mener à bien les orientations qui doivent être bonnes pour le pays et non pas la finance ou les multinationales », ajoute-t-il.   « Je me reconnais dans ce volontarisme-là », confie Édouard Martin. Mais le député européen a du mal à cacher sa déception concernant les promesses non-tenues de François Hollande. « Si vous voulez me faire dire que l’on est loin du discours du Bourget de François Hollande, je vais vous dire oui. Si vous me faire dire que nous sommes loin du discours du Président à Florange, je vais vous dire oui. On voit bien que malgré toutes les aides, le chômage ne cesse de croitre », estime-t-il.  L’État doit être moteur. Il ne doit pas attendre que le privé le fasse à sa place.  Concernant le discours de Manuel Valls au Medef, où ce dernier avait déclaré « j’aime l’entreprise », Édouard Martin trouve choquant les propos des patrons qui disaient que le Premier ministre était encore mieux que la droite.  »Je partage l’idée du Premier ministre. Il faut défendre les entreprises et les aider à retrouver leur rentabilité. Mais il faut aussi que l’Etat soit un peu moteur et prend sa part de responsabilité et ne pas attendre que le privé le fasse à sa place », ajoute Édouard Martin.    Cependant le député reproche à Manuel Valls d’oublier ses fondamentaux. « Il doit être plus attentif à l’aile gauche du PS », estime-t-il avant d’ajouter « il donne le sentiment qu’il n’écoute plus le parti socialiste », conclut-il. 

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol