Archive pour le Tag 'Ecosse'

Écosse : un référendum pour l’indépendance

Écosse : un référendum pour l’indépendance

 

Une épine dans le pied de plus pour la première ministre Theresa May  avec la perspective d’un référendum sur l’indépendance de l’Écosse d’ici 2021. Un référendum de ce type avait déjà été organisé en 2014 mais il avait été repoussé au motif que cela pouvait provoquer une coupure évidemment avec le Royaume-Uni mais aussi avec l’union européenne.  Lors du vote du break site l’Écosse a voté contre à 62 % contre 52 % pour le Royaume uni. Du coup, l’argument d’une coupure avec l’union économique dans le cas d’un référendum ne tient plus. Et la première ministre écossaise espère faire voter un texte sur le référendum d’ici la fin de 2019. Cette perspective de référendum risque de peser lourd vis-à-vis des suites concrètes à donner au Brexit  par le Royaume uni. En effet jusque-là, l’Écosse a largement contribué à tenter de trouver une issue positive, c’est-à-dire avec un accord pour solder le Brexit. Malheureusement l’échéance a été encore reportée en octobre et sans doute peut-être encore plus loin en cas d’élection législative anticipée et/ou de changement de premier ministre britannique. Du coup,  l’Écosse manifeste son mécontentement en indiquant qu’elle pourrait organiser une consultation par voie de référendum sur l’indépendance. Politiquement, ce référendum signifierait que l’Écosse est davantage prête à quitter le Royaume-Uni que l’union européenne. Un référendum aussi à usage interne pour protester contre  la décentralisation actuelle au Royaume-Uni.

La banque d’Ecosse RBS paiera 4,9 milliards de dollars la vente de titres pourris

La banque d’Ecosse RBS paiera 4,9 milliards de dollars la vente de titres pourris

 

-Royal Bank of Scotland versera 4,9 milliards de dollars d’amendes pour régler un litige portant sur des MBS (créances immobilières titrisées), en clair des titres pourris, vendues de 2005 à 2008, a annoncé le département de la Justice des Etats-Unis mardi. Soit  l’amende la plus importante qui ait été infligée à une banque pour un comportement répréhensible durant la crise financière. La banque britannique avait annoncé en mai un accord de principe sur ce dossier. Le département de la Justice affirme que la banque a sous-évalué le risque attaché à une bonne partie de ces titres et a fourni des informations inexactes. Il ajoute que RBS conteste les allégations voulant qu’elle ait trompé les investisseurs et n’admet aucun manquement. L’amende américaine était une épée de Damoclès pour RBS, pesant sur son action et l’empêchant de rémunérer ses actionnaires. Cette hypothèque étant levée, l’établissement, en quête de normalité, fera peut-être meilleure figure aux yeux des investisseurs. L’effondrement des marchés de titres adossés à des prêts immobiliers à risque et de leurs dérivés avait contribué à l’explosion de la crise financière mondiale en 2008 et avait déclenché l’ouverture de nombreuses enquêtes à travers le monde, notamment de la part du département américain de la Justice. RBS avait déjà accepté en juillet 2017 de verser 5,5 milliards de dollars pour mettre fin à une plainte de l’agence fédérale américaine de financement du logement (FHFA), administratrice judiciaire de Fannie Mae et de Freddie Mac, qui l’accusait de tromperie dans la vente de 32 milliards de dollars de MBS aux deux géants du refinancement du crédit immobilier aux Etats-Unis. La banque a conclu divers autres accords du même type avec plusieurs institutions aux Etats-Unis pour un montant total de plus de 1,7 milliard de dollars.

Écosse : pour une double appartenance au Royaume-Uni et à l’union économique européenne

Écosse : pour une double appartenance au Royaume-Uni et à l’union économique européenne

 

 

Il est clair que le brexit  a enclenché un processus qui pourrait bien menacer l’unité du Royaume-Uni avec notamment le refus de l’Écosse de quitter l’union européenne La première ministre écossaise Nicola Sturgeon propose donc que l’Ecosse fasse partie de l’UE et du Royaume-Uni après le Brexit. Une option inspirée du statut du Groenland vis-à-vis du Danemark. En cas de refus de Londres, elle menace d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance dès 2017. Nicola Sturgeon, la chef du gouvernement écossais, maintient la pression sur Londres. Vendredi 15 juillet, la nouvelle première ministre britannique Theresa May, s’est rendue à Edimbourg pour rencontrer Nicola Sturgeon. Un geste d’apaisement envers l’Ecosse qui, le 23 juin, a voté à 62 % pour le maintien dans l’Union européenne, alors que le Royaume-Uni dans son ensemble a voté à 52 % pour une sortie de l’UE. A l’issue de cette rencontre, Theresa May s’est engagé à ne pas utiliser l’article 50 du traité de l’UE, qui permet d’en sortir, avant d’avoir défini une position « britannique » sur la stratégie à mener. Autrement dit avant d’avoir intégré dans la position du gouvernement celle des autorités des trois nations autres que l’Angleterre (qui ne dispose pas d’autorité propre), et particulièrement de l’Ecosse. Pour Nicola Sturgeon, cet engagement est important : il donne de fait une forme de droit de veto à l’Ecosse sur l’article 50, ce qu’elle a volontiers reconnu implicitement. Un droit qui, s’il ne lui permettra pas de stopper le Brexit, lui permettra de dicter ses conditions à l’UE – pressée d’ouvrir les négociations – et au gouvernement britannique – qui s’est engagé à réaliser le Brexit. Grâce à Theresa May, Holyrood, le siège du pouvoir écossais, dispose d’un nouveau moyen de pression. Lors de l’émission télévisée dominicale d’Andrew Marr sur la BBC ce 17 juillet, Nicola Sturgeon a ainsi reconnu ne pas exclure une solution où l’Ecosse pourrait demeurer à la fois dans l’Union européenne et dans le Royaume-Uni, alors que le reste de ce pays ne serait plus dans l’UE. Cette solution est évoquée depuis le 23 juin et est inspirée de certains précédents, comme celui du Danemark et du Groenland. Face à cette réponse, Nicola Sturgeon a prévenu dimanche que c’était « pour cette raison qu’elle préparait un second référendum sur l’indépendance en 2017 ». Autrement dit, Holyrood pose un ultimatum : ou l’Ecosse reste, d’une façon ou d’une autre dans l’UE, ou il y aura un processus de sécession. « L’Ecosse n’est pas une région du Royaume-Uni, c’est une nation et elle a fait le choix de rester dans l’UE », a indiqué Nicola Sturgeon. Cette menace est sérieuse pour Londres : dans les jours qui ont suivi le vote du 23 juin, les sondages ont donné plus de 55 % de « oui » à l’indépendance. Londres risque donc de devoir choisir entre le Brexit et l’indépendance écossaise.

 

(La tribune)

Ecosse : un référendum bientôt organisé pour quitter le Royaume-Uni

Ecosse : un référendum bientôt organisé pour quitter le Royaume-Uni

Le gouvernement écossais se prépare à présenter une loi autorisant la tenue d’un second référendum sur l’indépendance de l’Ecosse et souhaite débuter au plus vite des discussions sur sa place au sein de l’Union européenne, a déclaré samedi la Première ministre Nicola Sturgeon. La chef de file du Parti national écossais (SNP), favorable à l’indépendance, a expliqué qu’il était de son devoir de rassurer ses concitoyens, qui ont voté à 62% en faveur du maintien dans l’Union européenne lors du référendum de jeudi. « Nous sommes déterminés à agir sans hésitation afin de bâtir une unité dans toute l’Ecosse », déclaré Nicola Sturgeon devant la presse. « L’option d’un second référendum sur l’indépendance est très clairement sur la table et nous allons prendre des mesures pour nous assurer que la législation nécessaire va être adoptée », a-t-elle ajouté, confirmant ses propos tenus la veille. Nicola Sturgeon a expliqué qu’une commission consultative en vue d’un référendum serait mise en place « dans les prochains jours » et indiqué que les autorités écossaises souhaitaient parallèlement entamer au plus vite des discussions avec les institutions européennes. La Commission européenne a réagi avec prudence aux propos de la dirigeante écossaise, rappelant que l’Ecosse faisait constitutionnellement partie du Royaume-Uni et refusant de « spéculer plus avant » sur la question. Une source proche du gouvernement écossais a déclaré ne pas être découragée par cette réaction qui était simplement « un constat de fait ». Les Ecossais s’étaient prononcés à 55% contre l’indépendance de leur pays lors du référendum de septembre 2014. Les autorités d’Edimbourg estiment que le vote en faveur du Brexit justifie la tenue d’une nouvelle consultation. Sur le référendum de jeudi, les Ecossais se sont très largement prononcés en faveur du « Remain » (maintien) qui a recueilli 62% des suffrages dans le pays. Le SNP fait valoir que l’échec du référendum sur l’indépendance s’explique par l’idée que la présence de l’Ecosse dans le Royaume-Uni apparaissait alors comme le seul moyen de garantir son appartenance européenne. L’Ecosse ne se laissera pas priver de son statut de membre de l’UE sans explorer des solutions de remplacement, a ajouté Nicola Sturgeon.

(avec Reuters)

Éclatement du Royaume-Uni avec le départ de l’Écosse ?

Éclatement du Royaume-Uni avec le départ de l’Écosse ?

Une conséquence sans doute mal appréciée par le machiavélique Cameron : celui de l’éclatement du Royaume Uni avec d’une part le départ de l’Écosse et peut-être des turbulences en Irlande. Cameron en effet pour se faire élire haver promis d’organiser un référendum avec menace de quitter l’union économique. Malheureusement c’était sans compter sur la montée des partisans du brexit  et Cameron  a du faire campagne en vain contre le départ de l’union économique. Conséquence immédiate il sera sans doute condamné à démissionner de son poste de premier ministre peut-être au profit de Boris Johnson, l’ancien maire de Londres, encore plus machiavélique que Cameron et sans doute beaucoup plus fou. En attendant le premier ministre d’Écosse menace de faire sécession et d’organiser un référendum pour quitter le royaume uni. On pourrait aussi assister à quelques salutations du côté de l’Irlande car du coup une frontière aura encore un peu plus le peuple irlandais. La Premier ministre d’Ecosse Nicola Sturgeon réagit ce vendredi matin au résultat du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, soulignant que « les Ecossais voient leur avenir au sein de l’Union européenne » : « Alors que nous attendons les résultats complets, il est évident, ici, que les Ecossais voient leur avenir au sein de l’Union européenne. » « L’Ecosse a largement contribué au vote pour le maintien à travers le Royaume-Uni. Cela traduit la campagne positive menée par le SNP [Parti national écossais NDLR], qui a mis en lumière les gains et bénéfices de notre appartenance à l’Union européenne, et les Ecossais ont répondu de manière posiitve à ce message. » L’Ecosse a voté en faveur du maintien dans l’Union européenne à 63%.

Brexit : menace d’indépendance de l’Ecosse

Brexit : menace d’indépendance de l’Ecosse

C’est la menace que brandit l’ancien premier ministre écossais Alex Salmond dans une interview accordée à l’AFP ce vendredi 20 mai. Si la majorité des Britanniques choisit en effet lors du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE de sortir de l’union, mais que la majorité des Ecossais opte pour le maintien, alors, précise Alex Salmond, « cela serait un mandat pour un nouveau référendum sur l’indépendance. ».  Les 5,3 millions d’Ecossais sont réputés beaucoup moins eurosceptiques que le reste de la Grande-Bretagne et, notamment, que l’Angleterre. Le parti d’Alex Salmond, le Parti nationaliste écossais (SNP), qui a obtenu 46,5 % des voix lors des élections régionales du 5 mai dernier, est très favorable au maintien dans l’UE dans lequel il voit un contrepoids à l’influence de Londres. Mais l’électorat écossais pèse peu dans la balance. En 2015, lors des élections générales, 4,09 millions d’Ecossais avaient voté sur un total de 46,42 millions de Britanniques qui s’étaient exprimés, soit 8,81 % du total. Le scénario présenté par Alex Salmond d’une majorité pro-Brexit au niveau national et anti-Brexit au niveau écossais n’est donc pas impossible.

 

(AFP)

L’Ecosse dit non à l’indépendance

L’Ecosse dit non à l’indépendance

 

Un résultat qui fait curieusement deux vainqueurs   les partisans du oui qui ont obtenu de très nombreuses concessions de Londres notamment en matière de fiscalité (qui vaudront auusi pour le pays de Galles, l’Irlande, et l’Angleterre) et qui se seront pas sans poser de problème en matière de gestion monétaire.  Auusi quand même une victoire pour Cameron qui sauve l’unité et sa place en même temps. . Selon des résultats officiels publiés vendredi matin par la BBC, le « non » l’a emporté à l’issue du référendum organisé jeudi. Après dépouillement de 31 des 32 circonscriptions, le rejet de l’indépendance a obtenu 1.914.187 votes, au-delà du cap de 1.852.828 votes nécessaires pour remporter le scrutin. Seuls quelques rares comtés, à l’instar de celui de Glasgow, la troisième ville du pays, ont voté en faveur du oui. En revanche, la capitale Edimbourg et la ville d’Aberdeen ont rejeté nettement l’indépendance. A noter que le taux de participation est particulièrement élevé puisqu’il s’établit à 84%. Le leader du camp du « oui », Alex Salmond, a reconnu vers 7h15, heure française, la défaite de son camp. Le président du parti national écossais a appelé ses partisans à respecter « le choix démocratique des Ecossais ». Une heure plus tard, David Cameron a fait une déclaration depuis sa résidence du 10, Downing Street à Londres, pour se féliciter de ce verdict et appelé le Royaume-Uni à se « rassembler ». Le Premier ministre britannique a estimé que la question de l’indépendance était désormais réglée pour « une génération » et annoncé l’octroi de nouveaux pouvoirs aux quatre nations constitutives du Royaume-Uni : l’Ecosse bien sûr, mais aussi du Pays de Galles, Irlande du Nord et Angleterre. Jusque là, avec ses alliés gouvernementaux libéraux-démocrates et le chef de l’opposition travailliste Ed Miliband, le conservateur avait en effet promis des prérogatives supplémentaires au parlement régional d’Holyrood, en matière fiscale notamment, au cas où les Ecossais renonceraient à l’indépendance.

 

Indépendance de l’Ecosse : le non majoritaire ?

Indépendance de l’Ecosse : le non  majoritaire ?

Les partisans du non à l’indépendance écossaise l’emporteraient avec 54% des voix contre 46% pour les indépendantistes, selon un sondage publié samedi et réalisé pour le camp du maintien de l’Ecosse au sein du Royaume-Uni. L’enquête a été réalisée par l’institut Survation, dont le précédent sondage donnait déjà le camp du « non » en tête mais avec une avance plus réduite (53% contre 47%). Le ton s’est parallèlement durci entre les partisans du « Yes » et ceux du « No » à l’indépendance. L’Ordre d’Orange, fondé en 1795 pour protéger les intérêts de la communauté protestante en Irlande, participait à ce rassemblement. Ses dirigeants expliquent qu’ils se sentent tenus de manifester aux côtés de leurs « frères écossais ». Les manifestants, qui ont défilé aux sons d’orchestres de flûtes et de tambours, estiment que les indépendantistes menacent leur culture et leur histoire. Mais, après 307 ans d’union avec l’Angleterre, la campagne tourne surtout autour de l’avenir de l’économie écossaise en cas de victoire des indépendantistes. Samedi, le vice-président du Parti nationaliste écossais (SNP), Jim Sillars, a annoncé que des entreprises comme les banques ou la compagnie pétrolière BP qui ont exprimé leurs craintes en cas de victoire du « oui » pourraient être exposées à des mesures de rétorsion.   »Avec ce référendum, il est question de pouvoir. Par conséquent, lorsque nous aurons une majorité de ‘Oui’, nous nous en servirons pour réclamer des comptes à BP et aux banques », a-t-il dit dans les médias écossais. Le camp nationaliste accuse le Premier ministre britannique David Cameron d’avoir orchestré dans ces derniers jours avant le scrutin une campagne d’intimidation impliquant le patronat britannique sur le thème des incertitudes économiques et financières d’une Ecosse indépendante. Mais les propos de Sillars vont bien plus loin que les dénonciations portées par le chef du SNP, Alex Salmond. « BP, dans une Ecosse indépendante, devra apprendre la signification du mot nationalisation, partielle ou totale », a-t-il ajouté, avant de préciser sur l’antenne de la BBC qu’il avait bien brandi la menace d’une nationalisation mais pour attirer l’attention des médias sans pour autant qu’un tel projet soit sur la table.

Indépendance de l’Ecosse : la grande trouille de Cameron

Indépendance de l’Ecosse : la grande trouille de Cameron

Personne n’y croyait vraimenet à cette possibilité d’indépendance de l’Ecosse et pourtant les sondages commencent à basculer. D’où la grande trouille de Cameron qui maintenant promet un statut particulier à l’Ecosse alors qu’il s’y était toujours opposé jusque là. A huit jours du référendum, David Cameron prévient aussi les indépendantistes écossais : « Si le Royaume-Uni éclate, il éclate pour toujours ». Le Premier ministre devait  se rendre ce mercredi en Ecosse avec le chef de l’opposition travailliste Ed Miliband, afin d’essayer d’enrayer la montée du Oui à l’approche du vote.  “Nous voulons désespérément que vous restiez”, écrit mercredi le Premier ministre britannique David Cameron dans le Daily Mail. Une tribune dans laquelle il met en garde les électeurs du “oui” à l’indépendance contre un “saut dans l’inconnu”. Depuis la publication d’un sondage plaçant pour la première fois les indépendantistes en tête des intentions de vote, le Premier ministre, dont le parti est impopulaire en Ecosse, a décidé de ne plus faire profil bas dans la campagne. Jusque-là, il avait limité ses interventions sur le terrain écossais, de crainte que sa présence n’encourage le vote pour le oui.  “Si le Royaume-Uni éclate , il éclate pour toujours. Le choix qui vous est offert est donc clair: un saut dans l’inconnu avec le “oui”, ou un avenir meilleur pour l’Ecosse avec le “Non”, plaide-t-il, faisant appel à l’histoire du Royaume-Uni. “Nous ne voulons pas que cette famille se déchire”, ajoute-t-il. Il précise qu’en votant “Non”, les Ecossais resteraient dans l’union, mais avec des compétences renforcées pour le Parlement d’Edimbourg, concernant l’emprunt, l’impôt et les dépenses.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol