Archive pour le Tag 'écolos'

Les écolos trop confinés à gauche d’après Corinne Lepage

Les écolos trop confinés à gauche d’après Corinne Lepage

 

Corinne Lepage animatrice d’un courant écologiste plutôt centriste, Cap 21, dénonce la dérive gauchiste d’Europe Écologie les Verts .

« Pourquoi la famille écologiste française n’est-elle pas capable, à l’exemple allemand, de donner confiance dans sa capacité à conduire notre pays et a minima à y prendre une part majeure? Certains candidats pourraient y prétendre mais le mouvement politique est à contre-courant », s’interroge la présidente de Cap 21, formation écartée en juillet du pôle écologiste et de sa primaire en septembre.

Elle dénonce en particulier le rapprochement entre un rappel écologie les Verts avec LFI et au-delà à toute la tendance intersectionnaliste ».

Corinne Lepage dénonce aussi l’idéologie antiéconomique d’Europe écologie les Verts :

  »il ne peut y avoir d’avenir pour l’humanité sans une transformation radicale de notre modèle économique. Mais il ne peut y avoir de transformation radicale de notre modèle économique sans une adhésion de nos concitoyens. Lorsque les écologistes arrêteront de parler aux seuls écologistes et s’adresseront enfin à tous, alors peut-être serons-nous devenus matures, capables de constituer un parti vert à la française, en capacité de séduire une majorité de nos concitoyens. »

Écolos dingos : la phrase du jour

Écolos dingos : la phrase du jour

 

 

« Ce n’est pas parce qu’ils restent en Afghanistan qu’ils sont moins dangereux. Les avoir en France, ça nous permet aussi de les surveiller », a- déclaré mardi Sandrine Rousseau, candidate à la candidature d’Europe écologie les Verts pour 2022.  .

 

À Grenoble, les écolos dingos organisent un «mois décolonial»

À Grenoble, les écolos dingos organisent un «mois décolonial»

De plus en plus dingos, les écolos de Grenoble organisent « un mois décolonial ». C’est à se demander si les municipalités gagnées par Europe écologie les Verts ne vont pas bientôt demander leur indépendance !

Au menu nauséabond de ce mois décolonial notamment les thèmes suivants «Décolonisons les arts», «écologie décoloniale», «racisme systémique». Notons que la ville de Grenoble ( à travers sa société d’énergie) ne se gêne pas pour aller implanter des éoliennes et tuer la vie locale dans la France profonde. Une manière d’externaliser les contraintes et coûts sociaux pour afficher la meilleure image environnementale de Grenoble.

Manif Citoyenne pour le policier tué : écolos et insoumis contre

Manif Citoyenne pour le policier tué : écolos et insoumis contre

La protestation nationale contre le meurtre du policier Eric Masson tué il y a deux semaines à Avignon attise encore un peu plus les divisions à gauche. Si les socialistes et les communistes participeront à ce mouvement par contre les écolos et les insoumis vraisemblablement seront absents, une preuve supplémentaire de l’ambiguïté de ces organisations avec les valeurs républicaines. Des organisations plus promptes à manifester contre le pouvoir en France qu’à soutenir l’État de droit.

Stratégies anti boomers : l’acné juvénile des écolos gauchistes

Stratégies anti boomers : l’acné juvénile des écolos gauchistes

 

 

 

Des  affiches d’Europe écologie les Verts démontrent encore l’immaturité politique de l’organisation écolo qui met en accusation les boomers qui seraient responsables de la crise. Une manière pour le parti écolo de draguer la voix des jeunes.

La question est de savoir s’il s’agit d’une erreur ou d’une stratégie. Il se pourrait bien qu’il s’agisse d’une stratégie délibérée visant à favoriser des ruptures et des divisions au sien de la société comme le démontre d’ailleurs des propos malheureux de plusieurs écolos des grandes villes sur d’autres sujets.

Qu’il s’agisse pourtant de la crise économique de la crise sanitaire, les aînés ne sont pas plus responsables que les autres et les facteurs explicatifs sont nombreux. Toutes les catégories d’âge concernées. Toutes les catégories d’âge sont en effet à la fois bénéficiaires et victimes de l’internationalisation des échanges de biens, de personnes et de capitaux qui ont pesé sur la modification des processus de production de consommation et au-delà sur l’ensemble de la société. C’est bien par exemple la mobilité des personnes qui a largement diffusé le virus. C’est bien le manque de compétitivité et de productivité de la France qui a facilité les délocalisations. C’est bien la société de loisirs excessive  par rapport à d’autres pays qui a pesé sur la désindustrialisation française. Bref , les causes sont complexes, elles s’inscrivent dans le temps et dans l’espace et la responsabilité ne peut être imputée à une seule catégorie d’âge

Écolos allemands et français : pas le même vert !

Écolos allemands et français : pas le même vert !

Un papier du Monde met en évidence la grande différence entre des écolos allemands prêts à gouverner et des écolos français prêts surtout à contester

 

Edito du « Monde ». Une chancelière Verte à Berlin ? A cinq mois des élections législatives du 26 septembre, l’hypothèse n’est pas exclue. Certes sans expérience gouvernementale mais réputée pour sa pugnacité et sa connaissance précise des dossiers, Annalena Baerbock, que les écologistes ont désignée candidate en faisant montre d’une unité peu commune, lundi 19 avril, pourrait, à seulement 40 ans, succéder à Angela Merkel à la tête de l’Allemagne.

Deux facteurs pourraient conduire à un tel scénario. Le premier est lié aux difficultés des deux grands partis allemands, les conservateurs (CDU-CSU) et les sociaux-démocrates (SPD), usés par de longues années d’exercice du pouvoir et portés par des candidats qui peinent à susciter l’enthousiasme. A l’issue d’un processus laborieux et fratricide, la CDU-CSU a désigné mardi Armin Laschet comme candidat à la succession de la chancelière.

Face à ces représentants du monde politique d’avant, les Verts allemands – et c’est le deuxième point – incarnent aujourd’hui le changement, sans pour autant représenter l’aventure. Présents au gouvernement dans onze des seize Länder, tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite, ils ont fait la preuve de leur capacité à gouverner, comme l’a montré la récente réélection triomphale de Winfried Kretschmann pour un troisième mandat à la tête du Bade-Wurtemberg ; ils savent aussi pratiquer le compromis dans un pays où, mode de scrutin oblige, l’exercice du pouvoir suppose de bâtir des coalitions.

Contradictions surmontées

Le contraste avec les écologistes français est saisissant. A un an de la prochaine élection présidentielle, ces derniers n’ont toujours pas de réponse précise à trois questions pourtant essentielles. Celle du rapport aux institutions, d’abord, dans une Ve République qui, par sa verticalité, entre en contradiction avec leur sensibilité politique, allergique à la culture du chef. Celle du projet politique, ensuite, dans un mouvement divisé entre partisans d’une écologie pragmatique, conduits par le député européen Yannick Jadot, et adeptes d’une rupture avec le libéralisme, à l’instar du maire de Grenoble, Eric Piolle. Celle de la stratégie de conquête du pouvoir, enfin, alors que ni l’hypothèse d’une primaire du pôle écologiste ni celle d’une candidature commune avec les socialistes ne font l’unanimité.

 

Dans un pays comme l’Allemagne, où il n’est pas nécessaire d’avoir la majorité absolue pour accéder au pouvoir, il est vrai que la situation est plus facile pour un parti comme les Verts qui, avec un peu plus de 20 % des voix, leur niveau actuel dans les divers sondages, peut prétendre entrer au gouvernement, voire le diriger si les conservateurs, qui les devancent aujourd’hui de quelques points, continuent de baisser.

Si les Verts allemands ont également leurs contradictions, entre « Realos » (pragmatiques), dont fait partie leur candidate, Annalena Baerbock, et « Fundis » (radicaux), dont l’influence a reculé mais qui continuent de peser, ils ont toutefois réussi à les surmonter. En témoigne leur « programme fondamental », adopté en novembre 2020 et qui, en 84 pages, s’efforce sur les grands débats du moment – réchauffement climatique, politique d’investissements, défense européenne, OTAN, sécurité – de concilier ambition et crédibilité. Un équilibre fragile, certes, mais sur lequel les Verts allemands ont compris qu’ils devaient s’accorder pour partir unis à la conquête d’un pouvoir qu’ils assument pleinement de vouloir exercer.

Défense : le pacifisme inquiétant des écolos

Défense : le pacifisme inquiétant des écolos

 

L’éventuelle arrivée des Verts au pouvoir en Allemagne à l’automne 2021, combinée à celle des écologistes en France en 2022, ne jugulerait pas, au contraire, les appétits des puissances concurrentes sur la scène internationale, estime, dans une tribune au « Monde », Fabien Gouttefarde, député (LRM) de l’Eure.

 

Dans une tribune publiée par Le Monde dans son édition du 15 avril, l’eurodéputé Yannick Jadot détaille la stratégie à adopter pour contenir l’agressivité croissante des régimes autoritaires actuellement au pouvoir en Chine, en Turquie et en Russie. Si la description de l’attitude et des actions inamicales de ces Etats par le leader d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) peut être partagée, tout comme l’affirmation, bienvenue, que ces enjeux de politique étrangère doivent devenir l’un des thèmes majeurs de l’élection de 2022, là s’arrête notre convergence de vue avec le député européen.

 

Car, contrairement à l’affirmation de ce dernier, l’arrivée des Verts au pouvoir en Allemagne à l’automne 2021, si elle était combinée à celle des écologistes en France en 2022, contribuerait à tout sauf à créer les conditions de l’émergence d’une politique extérieure et de défense commune européenne, et encore moins à juguler les appétits de puissance des acteurs internationaux (Chine, Russie) ou régionaux (Turquie, Iran) qui n’hésitent plus à utiliser la force pour s’affirmer.

Sans révision profonde de la doctrine des partis écologistes, cela constituerait même un moyen certain pour ces compétiteurs stratégiques de creuser l’écart avec l’Europe, dont la place à la table des puissances mondiales est peu assurée si elle ne fait pas de sa défense un objectif majeur.

malgré ce constat, le programme des Verts allemands – Bündnis 90/Die Grünen – en matière de défense et de sécurité est aux antipodes de ce que doit faire notre continent s’il veut endosser les attributs de la puissance. Fortement marqué par les concepts de « fin de l’histoire » et de promotion de « la paix par le développement », ce programme semble écrit au tournant des années 1990 et son anachronisme saute aux yeux. Il s’inscrit dans un environnement stratégique où le spectre de la conflictualité s’étend tout comme l’usage de stratégies hybrides, du recours à des « proxies », de l’emploi du chantage géopolitique, de la guerre informationnelle, des agressions numériques, de « l’arsenalisation » de l’espace, ou de la « dronisation » du champ de bataille.


Malgré ces nouveaux défis, la politique de sécurité et de défense allemande devrait, selon les Verts allemands, suivre trois principes : paix, désarmement et sécurité coopérative. Face aux nouvelles crises, qu’elles soient de nature sécuritaire ou humanitaire, les Verts proposent plus généralement une culture de « retenue militaire ». Celle-ci devrait être obtenue par une politique de prévention et de développement en évitant tout déclenchement de crise et de guerre.

Les écolos contre les bateaux … à voile

Les écolos contre les bateaux … à voile

 

 

Une nouvelle bavure des écolos bobos et gauchos  avec cet d’un élu d’Europe Ecologie les Verts à Vincennes qui a refusé une subvention  destinée au «Yacht Club Vincennois». Sa justification ? «Nous ne subventionnons pas de sport qui émettent des polluants. Le Yacht Club, ce sont des bateaux.» «À voile…», lui a rétorqué Charlotte Libert-Albanel, la maire UDI (centre-droit) de la ville. Le Yacht Club de Vincennes est effectivement un club de bateaux à voile, comme le précise son site. «On est à peu près sur le même niveau de polémique que les aviateurs !», tance la maire.

L’intéressé écolo a reconnu sa bévue en prétextant qu’il préparait des examens universitaires et qui n’avait pas eu le temps d’approfondir les dossiers municipaux. En entendant le mot yacht, il a tout de suite imaginer qu’il s’agissait de bateaux à moteurs,  de plus possédés par de riches capitalistes. En faite il s’agit de simples bateaux à voile et en plus très modestes. Forcément à Vincennes!

 

Lyon: la viande de retour dans les menus des écolos !

Lyon: la viande de retour dans les menus des écolos !

 

Les élus d’Europe écologie les Verts ont sans doute commis une erreur supplémentaire en voulant imposer à Lyon une idéologie végétarienne de manière brutale est en contradiction avec les besoins nutritionnels actuels. La brutale décision des élus écolos de Lyon qui voulait imposer des menus sans viande a fait long feu après les nombreuses protestations non seulement d’associations, d’organisation mais aussi de nutritionnistes. Du coup, la mairie de Lyon a changé complètement son fusil d’épaule et justifie son changement d’orientation en s’appuyant sur la crise sanitaire qui en fait avoir grand-chose à voir dans l’affaire : «Nous n’avons encore aucune visibilité sur ce que sera le protocole sanitaire à la rentrée», a souligné l’adjointe à l’Éducation, Stéphanie Léger, lors d’une visioconférence de presse. «Mais cette fois, nous avons eu le temps de travailler à une proposition de plat chaud avec viande qui sera faite de façon régulière, tous les cinq repas en moyenne», a ajouté l’élue.

 

La mairie avait considéré qu’un menu unique sans viande, mais incluant œufs ou poisson, était «le moins excluant» pour les élèves compte tenu de leurs habitudes alimentaires, gustatives ou religieuses qui conduisent déjà la moitié d’entre eux, en temps normal, à écarter la viande. Cette mesure avait été complétée par un allongement de la pause méridienne et le recours à d’autres lieux de restauration comme les gymnases.

L’opposition locale, relayée par des membres du gouvernement, avait cependant accusé l’exécutif écologiste de vouloir imposer une «idéologie» végétarienne.

 

«La morale de cette histoire est qu’il est bien possible de servir des produits carnés aux

à noter au plan du gouvernement la position surréaliste de Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique qui avait notamment qualifié le supposé déséquilibre nutritionnel d’un repas sans viande de «débat préhistorique» objet de «clichés éculés» .

Ces écolos qui font maintenant la police des rêves ( Gilles Savary)

Ces  écolos qui font maintenant la police des rêves ( Gilles Savary)

 

 

La chronique de Gilles Savary dans l’opinion.

 

Chronique

 

 

« Vous ne vous rendez pas compte des rêves dont on doit préserver les enfants ! ».

Il fallait se pincer la semaine dernière pour être sûr que la conférence de presse au cours de laquelle la maire EELV de Poitiers a délivré cette sentence éthérée ne procédait pas précisément d’un rêve…

A l’entendre, ce n’est pas d’obscurs loups-garous ou de la gamme étendue des turpitudes et des malheurs humains dont il faudrait préserver les rêves de nos enfants, mais de l’aérien !

C’est en tout cas la justification, sentencieusement moraliste, qu’elle a apportée à sa décision politique de sevrer les aéroclubs de Poitiers de subventions municipales !

Si tant est qu’une police des rêves soit envisageable, Léonore Moncond’Huy entrait dans l’histoire en fossoyant non pas tant un rêve d’enfant qu’une aspiration immémoriale de notre misérable humanité.

Le vieil Icare y trouvait un second soleil et Leonard de Vinci et tant d’autres une excommunication définitive.

Autodafés. On suppose, puisqu’elle en a le pouvoir, que la cohérence idéologique dont elle se réclame la conduira aux autodafés de Saint-Exupéry et des publications de Nicolas Hulot et de Yann Arthus-Bertrand, grands baroudeurs aériens s’il en est, dans ses médiathèques municipales.

Peut-être même envisage-t-elle de chasser de sa ville la prestigieuse Ecole Nationale Supérieure de Mécanique Aéronautique, susceptible d’en polluer la réputation ?

Face à la polémique déclenchée par cette déclaration, Madame la maire s’est efforcée de rassurer en expliquant qu’il ne s’agissait pas « de remettre en question les grands imaginaires qui ont structuré le XXe siècle », histoire de les ranger au musée et de confirmer que l’écologie politique française inscrivait sa modernité dans un rejet de tout ce que le progrès des sciences et des techniques nourrissait jadis d’espoirs et de rêves humains.

On se demande si EELV poursuit comme objectif primordial le verdissement de notre économie, qui ne peut s’envisager que par les progrès des sciences et des techniques, ou plutôt celui du sabordage de nos principaux atouts économiques

Le développement spectaculaire de l’aérien, qui coïncide avec la démocratisation du voyage, pose certes de sérieuses questions écologiques, mais il a aussi contribué à une inégalable et précieuse connaissance mutuelle des peuples et des civilisations, réductrice de bien des préjugés à la source de guerres et d’asservissements aujourd’hui impensables.

L’aérien, comme l’automobile ou le Tour de France, suscite certes des désirs et des plaisirs, carburants de vie qui semblent péjoratifs à nos écologistes.

Pour autant, l’aéronautique ne nourrit pas que des rêves mais aussi l’emploi et les ressources de millions de familles honorables, qui méritent mieux que l’indifférence absolue que leur manifeste Madame la maire.

Alors que la question écologique est la seule idée neuve qui renouvelle aujourd’hui la politique, on est confondu par l’obscurantisme quasi médiéval qui anime en France le parti qui prétend l’incarner.

Oxymore. Il y a là une singularité française mortifère, qui détonne avec la culture politique d’écologistes allemands ou scandinaves qui n’ont rien à en apprendre ni à lui envier et s’emploient précisément à mobiliser le progrès et les sciences au service de leur cause.

Au point que l’on se demande si EELV poursuit comme objectif primordial le verdissement de notre économie, qui ne peut s’envisager que par les progrès des sciences et des techniques, ou plutôt celui du sabordage de nos principaux atouts économiques : l’aéronautique, le nucléaire, l’automobile, le tourisme et l’agriculture ?

Si c’est cette vieille quête d’extrême gauche qui inspire les déclarations de la maire de Poitiers, alors la « sociale écologie » est un oxymore politique qui abuse le peuple.

Gilles Savary est ancien député PS de la Gironde et délégué général de Territoires de progrès

Environnement: Ces écolos bobos qui vont tuer la prise de conscience environnementale

Environnement: Ces écolos bobos qui vont tuer la prise de conscience environnementale

 

 

 

Le radicalisme dans toutes les matières conduits assez souvent à l’inverse de l’objectif recherché. Ainsi par exemple la doctrine marxiste qui visait à rendre le régime communiste plus égalitaire a surtout conduit à créer des régimes de dictature au profit d’oligarchies. Ainsi le prosélytisme très militant de certaines religions se fondant sur l’amour a-t-elle provoqué d’immenses guerres et de crimes contre l’humanité.

 

Il en est de même avec la cause environnementale. En effet cette cause est surtout servie de manière caricaturale autant que sectaire par des militants qui veulent d’un coup changé les usages mais aussi les valeurs de la société. Ce radicalisme va provoquer forcément une sorte de boomerang chez ceux qui prennent aussi en compte la problématique économique et sociale.

 

La plupart des écolos bobos méprisent  en effet la dimension économique et sociale pour la simple raison que pour la plupart ils viennent sur des métiers financés par l’État ou les organisations internationales. Environ 80 % des élus écolo  d’EELV sont en quelque sorte des fonctionnaires ou assimilés ; ils n’ont  guère eu à se préoccuper des contraintes économiques et de leurs conséquences sociales. Du coup les exigences des écolos bobos risquent de provoquer un dernier coup fatal à la fois à une industrie française en pleine obsolescence et à l’industrie agricole, elle aussi en crise

 

. Certes des changements sont nécessaires et même incontournables là et dans d’autres secteurs. Mais des changements progressifs, négociés et réalistes. Pas vraiment ce que proposent les nouveaux maires élus un peu par hasard lors des  municipales par ailleurs  complètement délaissées par les électeurs. Or la prise de conscience environnementale est indispensable. Tout ne peut en effet posséder de décision ou de régulation étatique.

 

Une part non négligeable dépend du comportement des usagers et des citoyens. D’une certaine manière, les écolos bobos sectaires se comportent comme ces anciens militants communistes qui voulaient faire le bonheur de la société contre la volonté des dés intéressés. Il y a de ce point de vue une certaine similitude entre les deux systèmes de pensée puisque pour une bonne part les écolos bobos sont surtout des gauchistes reconvertis dans l’environnement à la suite du dépérissement voire de la disparition de la gauche et de l’extrême gauche politique. Le même discours prophétique, le même sectarisme, la même volonté de changer la nature de l’homme sans son assentiment et sa participation.

Ces écolos bobos qui vont tuer la prise de conscience environnementale

Ces écolos bobos qui vont tuer la prise de conscience environnementale

 

 

 

Le radicalisme dans toutes les matières conduits assez souvent à l’inverse de l’objectif recherché. Ainsi par exemple la doctrine marxiste qui visait à rendre le régime communiste plus égalitaire a surtout conduit à créer des régimes de dictature au profit d’oligarchies. Ainsi le prosélytisme très militant de certaines religions se fondant sur l’amour a-t-elle provoqué d’immenses guerres et de crimes contre l’humanité.

 

Il en est de même avec la cause environnementale. En effet cette cause est surtout servie de manière caricaturale autant que sectaire par des militants qui veulent d’un coup changé les usages mais aussi les valeurs de la société. Ce radicalisme va provoquer forcément une sorte de boomerang chez ceux qui prennent aussi en compte la problématique économique et sociale.

 

La plupart des écolos bobos méprisent  en effet la dimension économique et sociale pour la simple raison que pour la plupart ils viennent sur des métiers financés par l’État ou les organisations internationales. Environ 80 % des élus écolo  d’EELV sont en quelque sorte des fonctionnaires ou assimilés ; ils n’ont  guère eu à se préoccuper des contraintes économiques et de leurs conséquences sociales. Du coup les exigences des écolos bobos risquent de provoquer un dernier coup fatal à la fois à une industrie française en pleine obsolescence et à l’industrie agricole, elle aussi en crise

 

. Certes des changements sont nécessaires et même incontournables là et dans d’autres secteurs. Mais des changements progressifs, négociés et réalistes. Pas vraiment ce que proposent les nouveaux maires élus un peu par hasard lors des  municipales par ailleurs  complètement délaissées par les électeurs. Or la prise de conscience environnementale est indispensable. Tout ne peut en effet posséder de décision ou de régulation étatique.

 

Une part non négligeable dépend du comportement des usagers et des citoyens. D’une certaine manière, les écolos bobos sectaires se comportent comme ces anciens militants communistes qui voulaient faire le bonheur de la société contre la volonté des dés intéressés. Il y a de ce point de vue une certaine similitude entre les deux systèmes de pensée puisque pour une bonne part les écolos bobos sont surtout des gauchistes reconvertis dans l’environnement à la suite du dépérissement voire de la disparition de la gauche et de l’extrême gauche politique. Le même discours prophétique, le même sectarisme, la même volonté de changer la nature de l’homme sans son assentiment et sa participation.

L’heure d’été dimanche : l’invention ridicule des technocrates écolos

L’heure d’été dimanche : l’invention ridicule des technocrates écolos

Une fois de plus , il faudra se soumettre à ce changement d’heure dimanche. Et cela sans doute jusqu’en 2021. Pourquoi ? Personne n’en sait plus rien. Au départ il y avait un souci d’économiser l’énergie d’après les technocrates écolos. Mais on s’est vite rendu compte que ce qui était économisé éventuellement le matin était forcément dépensée le soir. Pire que nombre de biorythmes étaient bouleversés chez les hommes comme chez les animaux.

 Cette invention qui entend en quelque sorte influencée la régulation du temps est aussi idiote que celle qui consisterait à passer les journées de 24 heures à 25 heures en raison de l’ensoleillement de l’été. Inversement on pourrait diminuer la journée à 23 heures pendant l’hiver !

 Tout cela n’a aucun sens. Et le pire c’est que l’Europe est tellement empêtrée dans cette session des fuseaux horaires qu’elle ne pourra envisager la fin de de cette mesure  avant 2021 et encore ce n’est pas certain !

En France, une consultation en ligne organisée en 2019 par la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale avait reçu plus de deux millions de réponses, massivement (83,74%) en faveur de la fin du changement d’heure. Plus de 60% des personnes ayant participé assuraient avoir eu «une expérience négative ou très négative». Quant à l’heure à laquelle rester toute l’année, c’est celle d’été (en France UTC +2) qui a eu la préférence de 59% des participants.

Particularité méconnue de l’actuel système: il ne concerne pas les territoires d’Outre-mer, qui ne changent jamais d’heure (à l’exception de Saint-Pierre et Miquelon, qui se cale sur le Canada voisin). En effet, la plupart d’entre eux se trouvent sous des latitudes où les écarts d’ensoleillement sont faibles au long de l’année, contrairement à l’Europe.

L’heure d’été dimanche : l’invention ridicule des technocrates écolos

L’heure d’été dimanche : l’invention ridicule des technocrates écolos

Une fois de plus , il faudra se soumettre à ce changement d’heure dimanche. Et cela sans doute jusqu’en 2021. Pourquoi ? Personne n’en sait plus rien. Au départ il y avait un souci d’économiser l’énergie d’après les technocrates écolos. Mais on s’est vite rendu compte que ce qui était économisé éventuellement le matin était forcément dépensée le soir. Pire que nombre de biorythmes étaient bouleversés chez les hommes comme chez les animaux.

 Cette invention qui entend en quelque sorte influencée la régulation du temps est aussi idiote que celle qui consisterait à passer les journées de 24 heures à 25 heures en raison de l’ensoleillement de l’été. Inversement on pourrait diminuer la journée à 23 heures pendant l’hiver !

 Tout cela n’a aucun sens. Et le pire c’est que l’Europe est tellement empêtrée dans cette session des fuseaux horaires qu’elle ne pourra envisager la fin de de cette mesure  avant 2021 et encore ce n’est pas certain !

En France, une consultation en ligne organisée en 2019 par la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale avait reçu plus de deux millions de réponses, massivement (83,74%) en faveur de la fin du changement d’heure. Plus de 60% des personnes ayant participé assuraient avoir eu «une expérience négative ou très négative». Quant à l’heure à laquelle rester toute l’année, c’est celle d’été (en France UTC +2) qui a eu la préférence de 59% des participants.

Particularité méconnue de l’actuel système: il ne concerne pas les territoires d’Outre-mer, qui ne changent jamais d’heure (à l’exception de Saint-Pierre et Miquelon, qui se cale sur le Canada voisin). En effet, la plupart d’entre eux se trouvent sous des latitudes où les écarts d’ensoleillement sont faibles au long de l’année, contrairement à l’Europe.

Le nucléaire meilleur ennemi des écolos (François de Closets )

Le nucléaire meilleur ennemi des écolos (François de Closets )

 

Pour François de Closets : « Dans la mouvance verte, la lutte contre l’atome a pris une place aussi centrale que la lutte des classes dans la gauche radicale »Tribune dans l’Opinion.

Tribune

Dieu qu’il est difficile de renoncer à un ennemi ! La veille on le combat, on prétend l’éliminer et le lendemain, il devient un partenaire avec lequel il faut vivre et se battre. C’est ainsi que la gauche s’est déchirée entre la voie révolutionnaire et la voie réformiste. Le mouvement ouvrier s’est construit au XIXe siècle contre le capitalisme qu’il entendait vaincre et détruire. Au XXe siècle, cette rupture n’est plus d’actualité. Les socialistes allemands se rendent à l’évidence dès 1959 avec le programme de Bad Godesberg ; les socialistes français ne feront leur aggiornamento que dans les années 1980, en cultivant la nostalgie de l’anticapitalisme originel. Sans doute vivons-nous une histoire du même type avec l’écologisme désespérément accroché à son meilleur ennemi : le nucléaire.

A la fin des années 1960, la conscience écologique naissante eut du mal à s’affirmer face à la société industrielle. La nature, rebaptisée environnement, était certes une noble cause mais guère mobilisatrice. Contester le développement, n’était-ce pas contester le progrès ? Attitude éminemment réactionnaire. C’est alors que le nucléaire vint jouer le rôle de l’ennemi idéal, celui qu’on aime détester.

Son acte de naissance est impardonnable : Hiroshima ! Sous sa forme civile, il conserve cet aspect froid, surpuissant, inquiétant et même terrifiant. Pour qui rêve de réconcilier le monde moderne et la nature, il n’est rien de plus rebutant. Ecologisme, pacifisme, antimilitarisme et nucléophobie se marient tout naturellement. En Allemagne d’abord, en France ensuite. L’affirmation antinucléaire est le premier pas de l’engagement écologique.

Prise de conscience. A la fin des années 1970, j’avais envisagé d’opposer dans une même émission les pro et les antinucléaires. A chaque camp, j’avais fourni une équipe avec laquelle il pourrait réaliser un film montrant d’un côté ce que serait une France nucléarisée et, de l’autre, ce que serait une France dénucléarisée. Lors du visionnage, je découvris que les écologistes s’étaient contentés de faire un pamphlet antinucléaire. La haine de l’atome tenait lieu de programme. L’émission n’a évidemment jamais pu avoir lieu, mais cet échec est significatif. Dans la mouvance écologiste, la lutte contre l’atome avait pris une place aussi centrale que la lutte des classes dans la gauche radicale. Il était plus important de dénoncer la malfaisance de l’atome que de préparer le monde durable de demain.

La prise de conscience écologiste s’est construite sur l’abus des pesticides, l’explosion démographique et l’invasion industrielle. L’épuisement de la nature et surtout le dérèglement climatique s’y sont ajoutés dans les années 1980. Puis le réchauffement, suivi année après année par les savants, est devenu le pire danger. L’humanité joue son avenir sur sa capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les défenseurs de l’environnement se sont découvert un nouvel ennemi : le carbone.

Les inconvénients de l’énergie nucléaire sont bien connus : risque d’accident, production de déchets. Le bon fonctionnement du parc français aurait pu réduire les préventions. D’autant que, face au réchauffement, le nucléaire présentait un avantage capital : celui d’offrir une énergie décarbonée. Ce moindre danger et ce nouvel avantage ne changèrent en rien l’idéologie nucléophobe des mouvements écologistes.

C’est alors que survinrent les deux catastrophes de Tchernobyl en 1986, et de Fukushima en 2011. La première pouvait être imputée à l’incurie du système soviétique, il était plus difficile d’évacuer la seconde. Le Japon était le pays le plus conscient du péril nucléaire comme des risques telluriques. En outre, il avait une parfaite maîtrise des technologies de pointe. Il devait donc dominer la sûreté nucléaire, c’est-à-dire rester, en toutes circonstances, maître de la situation.

Or il apparut clairement à Fukushima que les responsables étaient complètement dépassés et n’avaient aucun scénario de secours. Pour les écologistes, c’était la défaillance impardonnable qui confirmait la condamnation. La « sortie du nucléaire » était plus que jamais une évidence. Il ne fallait qu’en fixer la date.

«Des leaders écologistes, toujours plus nombreux, s’interrogent sur le bien-fondé de ce postulat. Ils préparent leur Bad Godesberg – l’heure de vérité où ils reconnaîtront que l’on devra vivre avec le nucléaire tout en développant au maximum des énergies renouvelables»

Mais l’évidence ne peut tenir lieu de raisonnement. Il faut revenir aux deux questions de base. Peut-on accepter le risque nucléaire après Fukushima ? Peut-on se passer tout à la fois de l’énergie nucléaire et des énergies fossiles ? A la première question, Angela Merkel a tout de suite répondu : « non ». La catastrophe japonaise a révélé une telle dangerosité que le nucléaire devait être purement et simplement éliminé. Cette réaction, tout le monde l’a éprouvée, il faut pourtant la dépasser.

Nouvelles exigences. Paradoxalement, l’atome n’est pas plus dangereux mais, au contraire, plus sûr après Fukushima. En effet, pour la sécurité nucléaire comme pour la sécurité aérienne, tout accident apporte des améliorations car il révèle des défaillances qui sont ensuite corrigées. De nouvelles exigences sont apparues. D’où la difficulté de construire l’EPR dont les normes de sécurité dépassent de loin celles des installations actuelles. La nouvelle génération des centrales nucléaires présentera donc un moindre risque que la génération actuelle.

Mais la question reste posée : peut-on s’en passer, alors que nous devons renoncer aux énergies fossiles ? Est-il possible de vivre sur le soleil, les chutes d’eau et le vent, avec un peu de biocarburant en prime ? L’humanité a vécu l’essentiel de son histoire en ne disposant d’énergie que celle du bois, elle peut donc se passer de la fission atomique comme de la combustion des carburants ! A condition de renoncer au monde industriel, de revenir à un mode de vie ancestrale plus ou moins améliorée par le progrès scientifique…

Dans aucun pays moderne, les populations ne veulent envisager un tel changement et les écologistes ne le proposent pas. Il s’agit donc d’assurer un mode de vie « moderne » avec l’électricité du soleil et du vent. En dépit de toutes les économies d’énergie, le pari parait difficile à tenir.

Entre bazar et nécessité. Pour le noyau dur de l’écologisme, la sortie du nucléaire ne se discute pas : c’est une affaire de principe. Les autres, ceux qui gardent le contact avec la réalité, reconnaissent que le double renoncement à l’énergie nucléaire et aux énergies fossiles est tout sauf évident. Comme tout ministre de l’Ecologie, Barbara Pompili est empêtrée entre les mythes écologiques et la réalité économique, entre le bazar et la nécessité. La militante écologique ne peut abandonner le principe antinucléaire, mais la ministre ne peut laisser le pays sans électricité.

Peut-on imaginer que les photopiles qui dorment la nuit et les pales des éoliennes qui ne tournent qu’au gré du vent pourront alimenter un réseau électrique qui, lui, doit en permanence répondre à la demande des usagers ? La question a été posée à l’Agence internationale de l’énergie et au gestionnaire de notre réseau électrique, RTE. Le rapport qu’ils viennent de remettre à la ministre, pour austère qu’il soit, est un modèle de technique diplomatique. Il dit les choses, à vous de conclure.

Très sagement, les techniciens préfèrent énoncer les problèmes qu’apporter les solutions et éludent la question du coût comme de l’acceptation sociale. Moyennant quoi, ils satisfont leur commanditaire en ne disant pas qu’une France décarbonée et dénucléarisée est impensable. Leur copie élimine le nucléaire, comme il se doit, ne fait qu’évoquer les centrales électriques « vertes » à pareille échelle, et les gigantesques aménagements du réseau électrique pour passer de l’intermittence de la production à la permanence de la consommation. La ministre pourra dire que techniquement, ce n’est pas impossible, et sembler en déduire que, politiquement, c’est possible. Et l’on continuera à repousser l’horizon d’une France dénucléarisée et décarbonée. Tout cela parce que nous avons l’obligation idéologique de sortir du nucléaire.

Des leaders écologistes, toujours plus nombreux, s’interrogent sur le bien-fondé de ce postulat. A l’étranger, mais aussi en France. Comme les communistes qui pratiquaient le réformisme en se référant à la révolution, ils préparent le Bad Godesberg des écolos – l’heure de vérité où ils reconnaîtront que l’on devra vivre avec le nucléaire tout en développant au maximum des énergies renouvelables. Cela ne se fera pas sans des protestations et des déchirements, car il est bien souvent plus difficile de rompre avec un ennemi qu’avec un ami.

Cantine scolaire Lyon. Les écolos imposent le menu unique sans viande !

Cantine scolaire Lyon. Les écolos imposent le menu unique sans viande !

 

Officiellement les écolos de Lyon désormais à la tête de la ville ont décidé d’imposer un menu sans viande pour des questions sanitaires. La vérité est sans doute plus complexe. Les écolos répondent ainsi aux souhaits de communauté islamique et en même temps à de pseudos critères alimentaires. Notons que dans la plupart des cas cette question est réglée dans les écoles avec le choix entre deux menus avec ou sans viande.

 

Cette fois sans doute en perspective des élections départementales et régionales les écolos ont franchi un pas de plus en s’alignant sur les exigences religieuses les plus radicales. Finalement un changement de menu scolaire au parfum clientéliste très douteux .

 

«Cette manière d’asséner un choix, sans aucune alternative possible, est proprement inadmissible», s’indigne dans un communiqué Etienne Blanc, le président du groupe Droite, Centre et Indépendants, et candidat malheureux à la mairie l’an dernier. Béatrice de Montille, élue LR dans le 3è arrondissement, estime, elle, que, «dans la ville de la gastronomie, la majorité écologiste profite de la crise sanitaire pour faire passer des mesures idéologiques sans aucune concertation».

Depuis les élections de juin 2020, la deuxième ville de France est dirigée par une coalition réunissant EELV et plusieurs partis de gauche. Durant la campagne, le nouveau maire Grégory Doucet avait pris l’engagement de proposer un menu végétarien au choix tous les jours de la semaine dans les écoles. La mesure pourrait être mise en place «courant 2022» selon Léger. Visiblement on accélère la cadence sans doute en prévision des élections départementales et régionales. Bref quand la politique s’invite dans le menu des enfants.

Elon Musk et ses contradictions écolos avec le Bitcoin

Elon Musk et ses contradictions écolos avec le Bitcoin

Il y a des contradictions assez fondamentales chez le patron de Tesla qui se veut l’un des patrons les plus écolos de la planète mais qui dans le même temps fait une publicité éhontée concernant le bit coin qui consomme pourtant une énergie considérable.

L’autre aspect des contradictions du patron de Tesla , c’est d’afficher les achats considérables de bitcoins de son entreprise ( 1,5 milliards) aux fins de peser sur la valorisation de la crypto monnaie.

La monnaie numérique est créée lorsque des ordinateurs de grande puissance sont en concurrence avec d’autres machines pour résoudre des énigmes mathématiques complexes, un processus énergivore qui repose actuellement souvent sur les combustibles fossiles, en particulier le charbon, le plus sale de tous.

Aux taux actuels, ce «minage» de bitcoins dévore annuellement environ la même quantité d’énergie que les Pays-Bas en 2019, selon les dernières données disponibles de l’Université de Cambridge et de l’Agence internationale de l’énergie.

Selon une étude de 2019 de la revue scientifique Joule, la production de Bitcoin générerait entre 22 et 22,9 millions de tonnes métriques d’émissions de dioxyde de carbone par an, ou entre les niveaux produits par la Jordanie et le Sri Lanka.

L’inclusion historique de la cryptomonnaie dans le portefeuille d’investissement de Tesla pourrait compliquer l’éthique zéro émission de l’entreprise, selon certains investisseurs, à un moment où les considérations ESG – environnementales, sociales et de gouvernance – sont devenues un facteur majeur pour les investisseurs mondiaux.

«Nous sommes bien sûr très préoccupés par le niveau des émissions de dioxyde de carbone générées par l’extraction de bitcoins», a déclaré Ben Dear, PDG d’Osmosis Investment Management, un investisseur durable gérant environ 2,2 milliards de dollars d’actifs détenant des actions Tesla dans plusieurs portefeuilles.

 

Pourtant, à court terme, la divulgation par Tesla de son investissement en bitcoins, effectuée dans un dépôt de titres, pourrait indirectement servir à exacerber les coûts environnementaux de l’exploitation minière.

D’autres entreprises suivront probablement son exemple en achetant dans la devise, selon les investisseurs et les experts du secteur. Une demande accrue et des prix plus élevés poussent davantage de mineurs à se battre pour résoudre des énigmes dans les meilleurs délais pour gagner des pièces, en utilisant des ordinateurs de plus en plus puissants qui nécessitent plus d’énergie.

«Ce (bitcoin) n’est pas un investissement durable et il est difficile de le rendre durable avec le type de système sur lequel il est construit», a déclaré Sanna Setterwall, consultante chez South Pole.

«Je pense toujours que les grands joueurs s’abstiendront de Bitcoin pour ces raisons particulières – l’une étant un angle climatique très négatif, étant donné la façon dont il est exploité, et deux, les problèmes de conformité et d’éthique qui y sont liés», a déclaré Sasja Beslik, responsable du développement durable des affaires à la Banque J. Safra Sarasin à Zurich.

Certains acteurs de l’industrie et universitaires avertissent que la domination des mineurs chinois et le manque de motivation pour échanger des combustibles fossiles bon marché contre des énergies renouvelables plus coûteuses signifient qu’il existe peu de solutions rapides au problème des émissions.

Les mineurs chinois représentent environ 70% de la production de bitcoins, selon les données du Center for Alternative Finance de l’Université de Cambridge. Ils ont tendance à utiliser des énergies renouvelables – principalement de l’hydroélectricité – pendant les mois d’été pluvieux, mais des combustibles fossiles – principalement du charbon – pour le reste de l’année.

« L’objectif de chaque mineur est de réaliser un profit, donc ils ne se soucient pas du type d’énergie qu’ils utilisent, si elle est générée par l’hydroélectricité, le vent, le solaire ou la combustion du charbon », a déclaré Jack Liao, PDG de la société minière chinoise LightningAsic, ajoutant que les incitations gouvernementales incitant les mineurs à favoriser les énergies renouvelables pourraient aider.

D’autres sont moins optimistes que des changements importants se profilent à l’horizon.

«La production d’énergies renouvelables est extrêmement volatile, elle n’est pas idéale comme forme d’énergie cohérente», a déclaré Alex De Vries, le fondateur de la plateforme de recherche Digiconomist.

«Le problème est que les mineurs qui dureront le plus longtemps seront ceux qui utiliseront des combustibles fossiles bon marché, simplement parce que c’est la source la moins chère et la plus stable.»

Viande industrielle artificielle : les écolos pour ?

Viande industrielle artificielle : les écolos pour ?

 

Bertrand Valiorgue , Professeur de stratégie et gouvernance des entreprises à l’Université Clermont Auvergne s’interroge dans une tribune au « Monde » sur le silence des écologistes qui, au nom de la critique de l’élevage intensif, semblent entériner le recours aux viandes issues des biotechnologies, qui n’ont pourtant pas fait la preuve

Tribune.

 

 La Cité-Etat de Singapour a annoncé le 2 décembre son intention d’autoriser la commercialisation d’une viande de poulet cellulaire. Cette viande est issue de procédés biotechnologiques qui permettent de générer des apports en protéines animales à partir de cellules souches et d’hormones de croissance placées dans des bioréacteurs. Si les procédés scientifiques sont au point depuis 2013, l’alimentation cellulaire est désormais une réalité.

Cette introduction de la viande cellulaire à Singapour s’inscrit dans un mouvement de fond qui regroupe des chercheurs, des investisseurs, des entrepreneurs, mais également des géants de l’agro-alimentaire qui considèrent que l’agriculture traditionnelle doit être abandonnée. Ils investissent aujourd’hui des sommes considérables afin de proposer aux consommateurs des solutions nutritives issues non pas de l’élevage des animaux mais de la culture de cellules souches.

Par ailleurs, la promesse des acteurs de l’alimentation cellulaire de réduire les nuisances environnementales en comparaison de l’élevage traditionnel reste à prouver. Un nombre croissant d’études montre que les rendements énergétiques de l’alimentation cellulaire sont beaucoup plus nuancés que les discours véhiculés par les promoteurs de ces biotechnologies. 

Élection présidentielle : Sandrine Rousseau candidate des écolos ?

Élection présidentielle : Sandrine Rousseau candidate des écolos ?

L’ancienne porte-parole d’Europe écologie les Verts se pose en arbitre entre l’eurodéputé l’eurodéputé Yannick Jadot et le maire de Grenoble Éric Piolle.

Les profils des deux hommes sont en effet assez opposés. D’un côté, Yannick Jadot se situe plutôt au centre de l’échiquier politique tandis que son concurrent le maire de Grenoble Eric Piolle est plutôt un vert fortement teinté de rouge;  Bref plutôt un gauchiste utopiste.

Nombre de militants d’Europe écologie ne se retrouvent pas pleinement dans les positions de Yannick Jadot ou d’Eric Piolle. Il est reproché au député européen, Jadot,  d’être un peu trop social-démocrate, pas assez anticapitaliste et trop individualiste. Des critiques aussi s’adressent au maire de Grenoble considéré comme un gauchiste et un sectaire.

La candidature de Sandrine Rousseau est jugée plus consensuelle par certains cadres d’Europe Écologie-Les Verts qui assument, en interne, ne pas se retrouver dans les profils trop marqués voir trop polémistes de Yannick Jadot et d’Éric Piolle.

EELV: Les maires écolos dingos

EELV: Les  maires écolos dingos

 

A peine élus, les nouveaux maires écolos d’Europe écologie les Verts se sont ridiculisés avec des déclarations provocatrices et tout autant que ridicules qui manifestent aussi un certain mépris du peuple et des événements populaires. Par exemple Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, qui avait déclaré que la 5G servirait surtout à regarder des vidéos pornos dans l’ascenseur se fait l’avocat des maires écolos de Bordeaux et de Lyon qui eux aussi ont largement dérapé avec des propos invraisemblables contre des événements populaires. À noter que l’intéressé a conservé une toute petite partie dans sa société de gestion financière ( aux dimensions mondiales) mais que son épouse assume toujours un poste de directrice. D’après Wikipédia,  en 2001, il a co-fondé l’entreprise Raise Partners avec François Oustry, une société spécialisée en gestion de risques financiers.

 

Le site de Millenium Gobal, société d’investissement, précise que Raise Partner est une société de Technologie financière qui propose des solutions d’analyse de risque et d’optimisation de portefeuille, type Gestion alternative pour des investisseurs et des banques privées dans le monde entier.

La société Raise Partners, basée à Grenoble, dispose de filiales situées à Londres et à Singapour. Les opposants à Éric Piolle lui reprochent d’avoir accepté des clients recourant aux paradis fiscaux. À l’occasion d’une interview, celui-ci indique avoir conservé uniquement 0,5 % du capital2. Selon l’information publiée par le site efinancialcareers publiée en janvier 2016, la société Raise Partner, dirigée désormais par Sophie Echenim, compte toujours comme directrice de la recherche et du conseil, madame Piolle

 

Piolle a donc contre-attaqué, dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, après les polémiques épinglant ses homologues de Lyon et de Bordeaux.

Selon l’élu isérois, les attaques répétées à l’encontre des écologistes ne sont qu’une conséquence de l’arrivée au pouvoir d’élus écolos dans les grandes villes, contre le « système ».

« Ce qui déclenche [les attaques, NDLR]« , dit-il, « ce ne sont pas les petites phrases, c’est le cap qui a été porté par les écologistes, un cap qui a été choisi par un grand nombre de Français et Françaises dans les grandes villes et villes moyennes (…) Pour eux, c’est un modèle qui attaque la logique néo-libérale productiviste d’exploitation de la terre et des humains. La meilleure défense c’est l’attaque, donc ils attaquent de tout ce qu’ils peuvent », explique-t-il.

 

Le problème c’est que les écolos gauchistes ont pris l’initiative d’attaques qui vont même porter un coup à la nécessaire politique environnementale. Ils voudraient discréditer cette problématique qu’ils ne se prendraient pas autrement.

 

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol