Archive pour le Tag 'écolo »'

Bruno Le Maire en « écolo »

Bruno Le Maire en « écolo »

Le ministre de l’économie a clairement fermé la porte à toute mesure financière concernant le changement climatique:
« la porte du ministère des Finances, elle est fermée », a averti Bruno Le Maire, ce jeudi . Pour compenser il fait semblant d’inciter les grandes entreprises à donner un coup de peinture verte sur leur politique. On voit mal ce que pourrait faire en supplément des entreprises comme EDF ou la SNCF d’autant que leur avenir dépend largement des questions de financement des investissements et des conditions d’exploitation décidées par le gouvernement.

Ce jeudi, les ministres Bruno Le Maire et l’inutile Christophe Béchu ont tenu une conférence de presse au terme d’une réunion avec « les représentants des filières économiques ainsi que des organisations syndicales pour lancer les travaux sur l’adaptation des entreprises au changement climatique ».

Bref Bruno le maire repeint aussi un peu en vert son discours avec sans doute la préoccupation d’un bilan un peu plus présentable pour sa candidature aux présidentielles de 2027. Un discours d’ailleurs assez pathétique histoire discrètement de contrer le discours du Premier ministre.

« Le changement climatique est déjà là, a acté le locataire de Bercy. (…) [Les catastrophes climatiques] créent des souffrances pour nos compatriotes. (…) Nous ne pouvons pas attendre, et il ne suffit pas de fixer des grands plans : il faut prendre des décisions immédiates (…) afin d’anticiper pour protéger et faciliter la vie de nos compatriotes. »

Bruno Le Maire a mis l’accent sur trois mesures. Il a notamment mis en exergue la nécessité pour les transports publics et les entreprises énergétiques « d’être résistants au changement climatique ». « Je demande donc que toutes les grandes entreprises publiques, je pense à la SNCF, EDF, RTE, nous fournissent d’ici fin 2024 un plan détaillé d’adaptation au changement climatique », a-t-il exigé.
Bref la nullité, la démagogie qui le dispute à l’impuissance. Et la manifestation très nette que le ministre de l’économie se prend en fait pour le premier ministre.

Rouler avec des vieilles voitures, c’est plus écolo ?

Rouler avec des vieilles voitures, c’est plus écolo ?

Et si l’écologie, c’était plutôt de rouler avec nos vieilles voitures ?

Par Gaëtan Mangin
ATER en sociologie, Université d’Artois, docteur en sociologie, Université de Bourgogne – UBFC
-The Conversation France

L’urgence écologique nous impose désormais de repenser nos mobilités, seul secteur pour lequel les émissions n’ont jamais cessé de croître. Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics multiplient les directives qui enjoignent les citoyens à abandonner leurs voitures thermiques pour des véhicules électriques. En témoignent les récentes annonces du gouvernement qui entend généraliser leur possession par des subventions massives permettant à de nombreux ménages de s’équiper pour une centaine d’euros par mois.

Un certain nombre de zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m), qui consistent à restreindre l’accès aux véhicules qui dépassent un certain seuil d’émission de gaz polluants, ont ainsi été instaurées dans quelques métropoles : Paris, Lyon ou Grenoble par exemple. Avec la loi « climat et résilience » adoptée en 2021, l’ensemble des agglomérations de plus de 150 000 habitants seront concernées d’ici 2024.

De fait, dans ces zones, seules les voitures qui répondent à des normes écologiques très récentes (majoritairement électriques ou hybrides) seront autorisées à circuler. Nous assistons dès lors à une épuration de grande ampleur du parc automobile, qui traduit une conception pour le moins enchantée des mobilités électriques présentées comme salvatrices. Cette vision fait reposer le problème de la pollution de l’air sur les usagers de voitures qui, parce que trop anciennes, ne répondent plus aux exigences actuelles en termes d’émissions polluantes, soit celles disposant d’un moteur thermique et construites avant les années 2010.

Notre thèse de doctorat en sociologie menée entre 2017 et 2022, qui se donne pour ambition de comprendre la possession et l’usage d’une voiture de plus de 20 ans à l’époque contemporaine, révèle pourtant que les impératifs de durabilité ne sont pas étrangers à de telles mobilités. Dans la quarantaine d’entretiens réalisés, l’analyse de la presse spécialisée, mais aussi les moments plus informels de bricolage et de discussion dans des garages ou en rassemblements de passionnés d’automobiles qui ont constitué les terrains de cette thèse, il devient même possible d’entrevoir, chez certains usagers, qu’ils soient urbains ou ruraux, des engagements forts en faveur d’une certaine écologie.

Dans une large majorité, les propos des usagers de vieilles automobiles expriment une rhétorique du réemploi opposée à la production et la consommation de masse. Il s’agit de promouvoir une écologie priorisant l’usage d’outils fonctionnels (ou réparables) au recours à du neuf. Dans leurs discours, cette écologie du réemploi apparaît comme davantage réaliste parce qu’elle se veut plus accessible financièrement, et correspondrait à un mode de vie sobre dont l’expertise existe déjà dans les catégories populaires qui la développent au quotidien.

Peu coûteuse à l’achat comme à l’entretien, la voiture d’occasion désuète serait aussi écologique parce que le coût écologique de sa production a déjà été assumé.

« Il n’est pas évident d’expliquer à nos chers écolos que conserver et faire rouler une “vieille” auto à la place d’en fabriquer une neuve permet d’économiser des hectolitres d’eau, des kilos d’acier, de caoutchouc et de plastique, etc. C’est tout le problème de ne s’en tenir qu’à la pollution des gaz qui sortent de l’échappement, plutôt que d’analyser le cycle de vie total, de la fabrication au recyclage en passant par l’usage… » (Richard, s’exprimant dans la revue « Youngtimers » n°79)

Comme tout objet technique, une voiture a besoin d’être entretenue pour durer, et une vieille automobile nécessite une attention soutenue, à l’état de ses organes de sécurité notamment (plusieurs fois par an).

Aujourd’hui, un grand nombre de concessions automobiles ne sont plus équipées pour intervenir sur des véhicules dénués de systèmes de diagnostic électronique, et les mécaniciens ne sont plus formés pour intervenir sur une mécanique commercialement dépassée. Dès lors, la maintenance incombe largement aux possesseurs qui développent, aux fil de leurs interventions, un attachement à la voiture dont ils prennent soin, ainsi qu’une connaissance fine qui leur permet de croire que leur objet perdurera encore longtemps à leurs côtés.

« Moi, ma voiture, je l’entretiens ! Pour qu’elle soit belle et pouvoir continuer de rouler avec. Je voudrais l’user jusqu’à la corde, celle-là. Attends, une Golf comme ça, je fais 300 000 kilomètres avec ! Elle peut encore vivre 30 ans, ma voiture ! » (Larry, 64 ans, décorateur retraité, roule en Volkswagen Golf 3 de 1993)

Refuser de passer à une voiture plus récente relève également d’un scepticisme assumé envers les intentions écologiques des constructeurs. La voiture contemporaine, surtout lorsqu’elle est électrique, est soupçonnée d’être bien plus polluante qu’il n’y paraît, notamment par sa production qui nécessite l’extraction de métaux précieux tels que le lithium ou le cobalt.

Ses équipements électroniques et numériques font eux aussi l’objet de méfiance quant à la planification de leur obsolescence. C’est, là aussi, la logique de remplacement précoce qui est critiquée, et avec elle la stratégie consistant à rendre chaque modèle rapidement obsolète en le remplaçant par un autre ou en en proposant une version restylisée.

« Par leur fiabilité, elles se retrouvent plus vite à la casse qu’une voiture ancienne. Elles ont pas vocation à durer, non… le but, c’est de consommer ! Avant, on faisait des voitures robustes ! La Saab 900, c’est de la voiture robuste. Pourquoi ? Parce qu’on n’était pas dans cette démarche-là, de consommation ! » (Yannis, 40 ans, Chef d’entreprise, roule en Saab 900 de 1985)

Si on les compare aux voitures récentes, les voitures de plus de 15 ans sont moins confortables et moins sécurisées, ce qui requiert une attention plus soutenue de la part du conducteur qui devra davantage faire preuve d’observation et d’anticipation.

Elles sont aussi plus exigeantes à conduire, ce qui sollicite davantage ses cinq sens. Par exemple, elles ne bénéficient pas de régulateurs de vitesse, d’aide au freinage d’urgence, ni même parfois de direction assistée, ce qui complique particulièrement les manœuvres. Parce qu’elles se trouvent à l’opposé des impératifs d’efficacité, de telles voitures deviennent l’outil idéal pour tenir à distance un sentiment d’accélération qui caractérise notre époque, en s’immergeant dans des mobilités « douces » car convoquant un imaginaire du voyage, empreint de lenteur et de contemplation.

« Mes parents, ils sont là-dedans. Ils gagnent du temps, ils ont le petit boîtier pour passer au péage et puis tout est prélevé sur leur compte… Moi, je trouve ça effrayant ! C’est effrayant ! T’as l’impression que c’est simple, mais au final, ça va encore plus vite ! » (Lucas, 22 ans, étudiant en philosophie reconverti en charpentier traditionnel, roule en Renault 4 de 1982)

Plus encore que des marchandises et un système économique, c’est aussi tout un système de mobilité qui se trouve tenu à distance. Pour bon nombre d’usagers en effet, faire persister la centralité de la voiture dans l’aménagement du territoire et dans les mobilités quotidiennes, ce serait manquer d’ambition face aux enjeux écologiques contemporains.

Ainsi, nombre d’usagers de vieilles voitures plaident pour une refonte ambitieuse du système de mobilité qui ferait la part belle aux mobilités alternatives, et qui prendrait notamment au sérieux la bicyclette en tant que moyen de transport efficace. Aussi, tous affirment qu’ils se passeraient de voiture au quotidien si cela leur était possible.

« Moi, je suis pas nostalgique. Je pense que cette société d’avant, celle de la conquête, on se trompait. Elle a oublié la finitude des choses, comme je pense qu’aujourd’hui on oublie qu’il y a des perspectives ! La perspective c’est le vélo par exemple […] Avec le vélo, on va dans des endroits où la voiture ne va plus, on s’affranchit des embouteillages, voilà. On peut se projeter de nouveau ! » (Fabrice, 47 ans, enseignant-chercheur, roule avec plusieurs Citroën des années 1970 à 2000)

Rouler en vieille voiture, c’est donc pour certains une manière de vivre ses mobilités de façon plus sobre, en privilégiant la qualité (du trajet, de l’objet…) à une forme d’abondance.

« Je trouve qu’on a été trop loin sur certaines choses, qu’on va trop loin par rapport à la planète aussi, la pollution, tout ça. Je veux pas rentrer là-dedans, enfin je veux plus. Un de mes rêves, ce serait d’être autonome au niveau énergétique. Donc il y a, dans ma démarche, quelque chose d’écolo… Oui, écolo ! On peut dire écolo. » (Bruno, 56 ans, éducateur spécialisé, roule en Renault 4 de 1986).

Cette éthique de la sobriété se trouve bien souvent au fondement d’un mode de vie plus frugal, et suppose une posture réflexive quant à nos actions et leurs conséquences. Si convertir tout un chacun à la « vieille voiture » ne peut représenter un projet de transition écologique, le rapport de tels usagers à leurs mobilités nous invite toutefois à ne plus prendre la route à la légère. Il exhorte, au contraire, à questionner la banalité de notre recours à la voiture pour penser un automobilisme plus éclairé.

Politique- Un parti écolo ou un parti gauchiste ?

Politique- Un parti écolo ou un parti gauchiste ?

 

Des élus écologistes de premier plan, dont David Belliard, maire adjoint à Paris, l’eurodéputée Karima Delli et le député du Val-d’Oise Aurélien Taché, appellent, dans une tribune au « Monde », à créer les bases d’une culture politique écologiste renouvelée, radicale et pragmatique.

En fait, les auteurs posent la question de savoir si les écologistes doivent se confiner dans un rôle d’organisation gauchiste ou dans un rôle de véritable parti responsable et populaire.Une critique en creux de la NUPES et d’EELV.  NDLR 

 

Mégafeux, canicules, sécheresses, inondations… Nous vivons dans un paradoxe : la réalité nous rattrape et tout le monde, ou presque, parle d’écologie. Mais, nous le voyons, il n’y a pas d’écologie sans écologistes à la tête du gouvernement.

Le système à bout de souffle qui menace la planète et le vivant ne répond même plus aux attentes des citoyens. En plus de détruire la nature et d’épuiser nos ressources vitales, il dévore des sociétés entières, incapable de garantir la dignité humaine.

A qui profite le crime ? A une extrême minorité : les 63 Français aux patrimoines financiers les plus élevés polluent plus que la moitié de la population et aucun effort ne leur est demandé ! Lors d’un conseil des ministres , Emmanuel Macron a parlé de « la fin de l’abondance » … mais pour qui ? Il est temps de cesser de culpabiliser les classes moyennes et populaires, qui vivent au quotidien une sobriété énergétique et financière subie, sans qu’aucune alternative ne leur soit proposée !

C’est par la base et le consentement que doit naître le changement. D’ailleurs, beaucoup n’ont pas attendu et prennent leur part au niveau local, dans leur quotidien, au sein de leur famille.

Ils s’efforcent, avec souvent très peu de moyens, de changer leurs pratiques et d’adapter leurs modes de vie. C’est bien dans les territoires populaires qu’est née l’économie circulaire. Il est crucial pour permettre que ces gestes du quotidien s’amplifient et ne soient pas synonymes de privation, mais, bien au contraire, de mieux-être, que des politiques appuient et accompagnent ce changement : c’est vrai pour la mobilité avec une offre de transports en commun bien plus importante et à bas coût ou gratuite, c’est vrai pour une alimentation saine mais pas chère, ou encore pour l’accès au logement.

Nous trouverons le chemin du changement de mode de vie avec cette France des TER, des RER, des outre-mer, des oubliés de la République. C’est cette partie de notre société que le mouvement écologiste n’a pas réussi à convaincre, cette majorité culturelle dans les urnes qu’il n’a pas su correctement écouter et intégrer.

Notre parti a un premier échelon, trop souvent négligé en dehors des séquences électorales : les groupes locaux. La politique en France est descendante, dans ses pratiques et dans sa vision. C’est la méthode Macron et jacobine que nous dénonçons. Il est temps pour les écologistes d’incarner une autre manière de faire de la politique. Repartons des militants de terrain, structurons un maillage territorial de qualité.

Carburants : Une ristourne gros rouleur pas vraiment écolo !


Carburants : Une ristourne gros rouleur pas vraiment écolo !

Socialement on comprend l’éventualité d’une aide aux automobilistes effectuant de grands trajets quand les revenus sont sous la moyenne. Pour autant, c’est typiquement une mesure condamnable d’un point de vue environnemental qui démontre la complexité de la transition écologique surtout dans une période de crise énergétique.

cette éventualité de mise en place d’une ristourne gros rouleur est toutefois moins incohérente qu’une réduction générale du prix du carburant s’appliqua tenir des revenus.

Le paradoxe évidemment subsiste car la plupart des hauts revenus ce situe dans des très grandes villes qui disposent d’un réseau de transport urbain peu onéreux pour l’usager. Un transport urbain surtout financé par l’impôt, donc par l’ensemble de la collectivité.

À l’inverse les gros rouleurs c’est-à-dire ceux qui doivent effectuer d’assez long trajet entre leur domicile et leur lieu de travail appartienne en général à des couches moins favorisées car s’ils ont choisi un habitat éloigné c’est en raison du coût de l’immobilier.

Pour ce type de résidant, les transports collectifs sont très rares et peu adaptés aux déplacements domicile travail.

La question des ristournes sur le carburant comme d’une manière générale le niveau des prix illustre la complexité de la transition écologique. Une transition écologique qui ne pourra être que progressive car elle met en cause des facteurs de transport mais aussi d’urbanisme et d’aménagement du territoire.En attendant, on est bien contraint de prendre des mesures qui sont parfois anti écologique


Le gouvernement travaille sur une aide pour les travailleurs obligés de prendre leur voiture. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Les automobilistes qui travaillent ne seront pas totalement abandonnés face à la flambée des prix des carburants. C’est le message du gouvernement alors que la ristourne à la pompe se réduit à partir d’aujourd’hui, mercredi 16 novembre, avant de disparaître totalement fin décembre. A la place, le gouvernement prépare un soutien « gros rouleurs / gros bosseurs », comme aime à l’appeler Gabriel Attal, le ministre des comptes publics.

Un parti écolo ou un parti gauchiste ?

Un parti écolo ou un parti gauchiste ?

 

Des élus écologistes de premier plan, dont David Belliard, maire adjoint à Paris, l’eurodéputée Karima Delli et le député du Val-d’Oise Aurélien Taché, appellent, dans une tribune au « Monde », à créer les bases d’une culture politique écologiste renouvelée, radicale et pragmatique.

En fait, les auteurs posent la question de savoir si les écologistes doivent se confiner dans un rôle d’organisation gauchiste ou dans un rôle de véritable parti responsable et populaire.Une critique en creux de la NUPES et d’EELV.  NDLR 

 

Mégafeux, canicules, sécheresses, inondations… Nous vivons dans un paradoxe : la réalité nous rattrape et tout le monde, ou presque, parle d’écologie. Mais, nous le voyons, il n’y a pas d’écologie sans écologistes à la tête du gouvernement.

Le système à bout de souffle qui menace la planète et le vivant ne répond même plus aux attentes des citoyens. En plus de détruire la nature et d’épuiser nos ressources vitales, il dévore des sociétés entières, incapable de garantir la dignité humaine.

A qui profite le crime ? A une extrême minorité : les 63 Français aux patrimoines financiers les plus élevés polluent plus que la moitié de la population et aucun effort ne leur est demandé ! Lors du conseil des ministres de rentrée, Emmanuel Macron a parlé de « la fin de l’abondance » … mais pour qui ? Il est temps de cesser de culpabiliser les classes moyennes et populaires, qui vivent au quotidien une sobriété énergétique et financière subie, sans qu’aucune alternative ne leur soit proposée !

C’est par la base et le consentement que doit naître le changement. D’ailleurs, beaucoup n’ont pas attendu et prennent leur part au niveau local, dans leur quotidien, au sein de leur famille.

Ils s’efforcent, avec souvent très peu de moyens, de changer leurs pratiques et d’adapter leurs modes de vie. C’est bien dans les territoires populaires qu’est née l’économie circulaire. Il est crucial pour permettre que ces gestes du quotidien s’amplifient et ne soient pas synonymes de privation, mais, bien au contraire, de mieux-être, que des politiques appuient et accompagnent ce changement : c’est vrai pour la mobilité avec une offre de transports en commun bien plus importante et à bas coût ou gratuite, c’est vrai pour une alimentation saine mais pas chère, ou encore pour l’accès au logement.

Nous trouverons le chemin du changement de mode de vie avec cette France des TER, des RER, des outre-mer, des oubliés de la République. C’est cette partie de notre société que le mouvement écologiste n’a pas réussi à convaincre, cette majorité culturelle dans les urnes qu’il n’a pas su correctement écouter et intégrer.

Notre parti a un premier échelon, trop souvent négligé en dehors des séquences électorales : les groupes locaux. La politique en France est descendante, dans ses pratiques et dans sa vision. C’est la méthode Macron et jacobine que nous dénonçons. Il est temps pour les écologistes d’incarner une autre manière de faire de la politique. Repartons des militants de terrain, structurons un maillage territorial de qualité.

La TVA environnementale: Anti taxe carbone , plus écolo et plus sociale

 

 La TVA environnementale: Anti taxe carbone , plus écolo et plus sociale

 

Jusqu’à présent, les produits polluants sont moins chers que ceux qui respectent l’environnement, mais la possibilité de baisser la TVA sur critères écologiques va fournir une arme de transformation massive de notre modèle économique, expliquent, dans une tribune au « Monde », les consultants Nathan Stern et Simon-Pierre Sengayrac.

Un article qui articule enfin problématique environnementale et sociale. Il propose une TVA environnementale réduite sur les produits peu polluants au lieu et place d’une taxe carbone qui renchérit le coût des biens y  compris pour les plus défavorisés.

 

Tribune. 

 

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), paru le 4 avril, affirme clairement que l’humanité a trois ans pour mettre en place de « rapides, profondes et la plupart du temps immédiates réductions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs », afin de ne pas dépasser 1,5 °C de hausse de la température du globe. L’année 2021 a en effet marqué des records en matière de concentration de CO2 dans l’atmosphère et de réchauffement climatique.

S’il est établi que les modes de production et de consommation des pays développés contribuent grandement à ces dérèglements, les externalités de notre système économique – à savoir son impact sur l’environnement – sont très peu intégrées au prix final payé par les consommateurs. Alors qu’il est urgent de transformer notre économie, comment concilier nos comportements de consommateurs avec cette exigence vitale ? Sans donner une réponse exhaustive à cette question, la Commission européenne est en train de fournir aux Etats une arme de transformation massive de notre modèle : la possibilité de baisser la TVA sur critères environnementaux.

Concrètement, les institutions européennes sont en cours de révision de la directive TVA, en application depuis 2006, dont l’objet est de s’assurer que les marchés de chaque Etat membre reposent sur des règles fiscales communes. Cette révision ouvrira le droit à exonérer de TVA des produits jugés respectueux de l’environnement (au passage, cette révision entraînera aussi pour la France l’impossibilité d’appliquer des taux réduits sur le chauffage au gaz « naturel » et au bois).

Cette évolution est cruciale. En effet, la crise des « gilets jaunes » a montré à quel point il est difficile en France de mettre en place une taxe carbone sur les produits polluants, notamment le gazole. Cette crise a manifesté l’inadéquation de notre organisation sociale et territoriale avec l’urgence écologique : la planète brûle, mais il est encore difficile pour de nombreuses personnes de se rendre à leur travail ou sur leurs lieux de sociabilité sans leur voiture ; de remplir leur réfrigérateur ou encore de s’habiller sans acheter des produits dont la confection, le transport et la distribution détruisent notre planète.

Bien que la conscience écologique s’étende, en témoigne la place de ce sujet dans les préoccupations des Français, il est toujours moins cher de consommer des produits à l’empreinte environnementale élevée que des produits respectueux de l’environnement. Or, la TVA environnementale est en ce sens une anti-taxe carbone : au lieu d’augmenter les prix des produits polluants, elle baisse les prix des produits respectueux de l’environnement. Elle permet d’aligner enfin ses choix de consommation avec ses convictions écologiques.

 

Le maire écolo de Grenoble, Eric Piole, autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

Le maire écolo de Grenoble, Eric Piole,  autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

 

De toute évidence, les dernières élections municipales ont permis un certain nombre d’hurluberlus écolos de renforcer leur pouvoir dans certaines villes en prenant des mesures pour le moins saugrenues .

Ainsi à Grenoble le dogmatique gauchiste écolo Éric Piole , malheureux à la primaire d’Europe écologie les Verts, vient-il d’autoriser les municipaux à venir « travailler »avec leur chien.

Le pire c’est qu’il entend étendre l’expérience à l’ensemble de la collectivité. Pourquoi pas aussi à l’ensemble de la France ?

Au-delà de la dinguerie des écolos qui ne manquent pas une occasion de se discréditer, cela pose en France la question de l’évolution sociétale et notamment le rapport au travail.

Pour certains municipaux, le rapport est de toute évidence ambiguë depuis longtemps. Comme on sait que les variétés d’animaux de compagnie ne cessent de se développer, on pourra peut-être bientôt autoriser à Grenoble de venir travailler avec son cheval ( pour rationaliser la mobilité bien sûr), sa chèvre ou son âne.

Les réactions des autorités municipales de ce point de vue sont au-delà du surréalisme

« Ça rend bien service », se réjouit Hakim Sabri, adjoint aux Finances, contacté par BFMTV.coGrenoble :  »Ma chienne Elwine est vieille maintenant, elle a 16 ans et mes enfants ne sont plus à la maison. Alors ça permet d’éviter qu’elle ne passe toutes ses journées seule chez moi. Ça me sécurise de la savoir avec moi ».

 

Alliance écolos–PS: seulement 40 % favorables à gauche

Alliance écolos–PS: seulement 40 % favorables à gauche

 

Une éventuelle alliance entre le parti socialiste et les écolos pour la candidature aux présidentielles ne changeraient sans doute pas grand-chose. Dans les sondages Jadot est en effet crédité de l’ordrede 8 % et Hidalgo de 6 %. L’addition ne ferait pas 14 % mais sans doute pas plus de 10 %. En dépit du caractère un peu gauchisant d’ Hidalgo, de nombreuses divergences demeurent entre les deux partis. Et les écolos se souviennent de la politique des socialistes quand ils sont au pouvoir . Même si on envisageait l’impossible union de la gauche réunissant écolos, parti socialiste et insoumis on ne parviendrait même pas à 30 %.

 

Dernier aspect et non des moindres si Hidalgo devait retirer sa candidature ce serait sans doute la disparition totale et définitive du parti socialiste sur la scène politique française.

 

Certes cette disparition est cependant programmée mais elle peut encore s’étirer assez longtemps dans le temps en s’appuyant sur les solides bastions locaux du parti socialiste notamment les élus. Ce qu’on a pu vérifier l’heure des élections régionales et des élections communales. Selon un sondage Ifop paru dans le Journal du Dimanche, 53% des électeurs de gauche sont en faveur d’une alliance.

 

Grenoble : le maire écolo, Eric Piole, autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

Grenoble : le maire écolo, Eric Piole,  autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

 

De toute évidence, les dernières élections municipales ont permis un certain nombre d’hurluberlus écolos de renforcer leur pouvoir dans certaines villes en prenant des mesures pour le moins saugrenues .

Ainsi à Grenoble le dogmatique gauchiste écolo Éric Piole , malheureux à la primaire d’Europe écologie les Verts, vient-il d’autoriser les municipaux à venir « travailler »avec leur chien.

Le pire c’est qu’il entend étendre l’expérience à l’ensemble de la collectivité. Pourquoi pas aussi à l’ensemble de la France ?

Au-delà de la dinguerie des écolos qui ne manquent pas une occasion de se discréditer, cela pose en France la question de l’évolution sociétale et notamment le rapport au travail.

Pour certains municipaux, le rapport est de toute évidence ambiguë depuis longtemps. Comme on sait que les variétés d’animaux de compagnie ne cessent de se développer, on pourra peut-être bientôt autoriser à Grenoble de venir travailler avec son cheval ( pour rationaliser la mobilité bien sûr), sa chèvre ou son âne.

Les réactions des autorités municipales de ce point de vue sont au-delà du surréalisme

« Ça rend bien service », se réjouit Hakim Sabri, adjoint aux Finances, contacté par BFMTV.coGrenoble :  »Ma chienne Elwine est vieille maintenant, elle a 16 ans et mes enfants ne sont plus à la maison. Alors ça permet d’éviter qu’elle ne passe toutes ses journées seule chez moi. Ça me sécurise de la savoir avec moi ».

 

Grenoble : le maire écolo autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

Grenoble : le maire écolo autorise les employés municipaux à venir « travailler « avec leur chien !

 

De toute évidence, les dernières élections municipales ont permis un certain nombre d’hurluberlus écolos de renforcer leur pouvoir dans certaines villes en prenant des mesures pour le moins saugrenues .

Ainsi à Grenoble le dogmatique gauchiste écolo Éric Piole , malheureux à la primaire d’Europe écologie les Verts, vient-il d’autoriser les municipaux à venir « travailler »avec leur chien.

Le pire c’est qu’il entend étendre l’expérience à l’ensemble de la collectivité. Pourquoi pas aussi à l’ensemble de la France ?

Au-delà de la dinguerie des écolos qui ne manquent pas une occasion de se discréditer, cela pose en France la question de l’évolution sociétale et notamment le rapport au travail.

Pour certains municipaux, le rapport est de toute évidence ambiguë depuis longtemps. Comme on sait que les variétés d’animaux de compagnie ne cessent de se développer, on pourra peut-être bientôt autoriser à Grenoble de venir travailler avec son cheval ( pour rationaliser la mobilité bien sûr), sa chèvre ou son âne.

Les réactions des autorités municipales de ce point de vue sont au-delà du surréalisme

« Ça rend bien service », se réjouit Hakim Sabri, adjoint aux Finances, contacté par BFMTV.coGrenoble :  »Ma chienne Elwine est vieille maintenant, elle a 16 ans et mes enfants ne sont plus à la maison. Alors ça permet d’éviter qu’elle ne passe toutes ses journées seule chez moi. Ça me sécurise de la savoir avec moi ».

 

Fonds d’investissement : 1 % seulement à dimension écolo

Fonds d’investissement : 1 % seulement à dimension écolo

 

1 % seulement des investissements prend réellement en cause la préoccupation environnementale. . Il y a de toute évidence un écart irréconciliable entre le flot de discours écolo officiel et la réalité économique. Une situation qui provient sans doute de deux extrémismes. D’une part l’extrémisme libéral qui fait de la rentabilité immédiate – en tout cas la plus rapide possible- le seul critère de gestion et qui néglige les aspects environnementaux voir même les contestent. D’autre part l’extrémisme des écologistes politiques qui sont prêts à sacrifier la croissance en même temps que l’emploi et le pouvoir d’achat. Très clairement rien n’a changé en matière de fonds d’investissement en dépit de tous les discours et le tous les accords.

 

158 fonds d’investissement dans le monde sur les 16.500 analysés, soit à peine 0,5% des actifs placés, sont en ligne avec ses objectifs pour limiter la hausse des températures d’après Carbon Disclosure Project (CDP). . Un chiffre peu reluisant que met en lumière ce mercredi l’association internationale spécialisée dans la collecte des données sur les émissions de gaz à effet de serre des entreprises. Ces 158 fonds représentent 0,5% des 27.000 milliards de dollars d’actifs placés par l’ensemble des fonds d’investissement étudiés.

 

Primaire écolo d’EELV ?: L’écologie ou le gauchisme

Primaire écolo  d’EELV ?:  L’écologie ou le gauchisme

Le duel entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour savoir qui va représenter Europe écologie les Verts lors des élections présidentielles est à la fois une bataille de personnalités et de projets de société. Yannick Jadot, député européen, propose une écologie modérée qui tienne compte des réalités tandis que Sandrine Rousseau en fait complètement abstraction avec des propositions complètement hors sol par exemple quand elle propose un revenu minimum pour tous de 850 € ( pourquoi pas 1500 ou 3000 €) et la rupture totale avec la croissance.

 

D’un côté, c’est un réformiste et de l’autre une révolutionnaire gauchiste dont la radicalité constitue le principal programme. Bref Sandrine Rousseau veut une rupture avec tous sans trop savoir quelles en seront les conséquences sociales et économiques. Une position qui séduit assez les bobos, les fonctionnaires et les extrémistes de gauche. Deux courants d’idées complètement opposées avec d’un côté une préoccupation écologique st une démarche réformiste. De l’autre une perspective ultra gauchiste en matière écologique tout autant qu’en matière sociale économique.

 

Le drame évidemment pour les écolos c’est qu’ils risquent  de choisir Sandrine Rousseau, phénomène médiatique apparu soudainement au lieu d’un responsable connu et bénéficiant d’une certaine popularité.

Dans les sondages actuels on donne seulement 2 % à Sandrine Rousseau. Il est probable que l’intéressée ne fera guère plus de 5 % à l’occasion des élections présidentielles condamnant à nouveau Europ écologie les Verts à jouer les utilités.

C’est d’ailleurs devenu une sorte de tradition dans ce parti de choisir le plus radical mais aussi le moins compétent est le moins populaire.

Primaire écolo d’EELV ?: L’écologie ou le gauchisme

Primaire écolo  d’EELV ?:  L’écologie ou le gauchisme

 

Le duel entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau pour savoir qui va représenter Europe écologie les Verts lors des élections présidentielles est à la fois une bataille de personnalités et de projets de société. Yannick Jadot, député européen, propose une écologie modérée qui tienne compte des réalités tandis que Sandrine Rousseau en fait complètement abstraction avec des propositions complètement hors sol par exemple quand elle propose un revenu minimum pour tous de 850 € ( pourquoi pas 1500 ou 3000 €) et la rupture totale avec la croissance.

 

D’un côté, c’est un réformiste et de l’autre une révolutionnaire gauchiste dont la radicalité constitue le principal programme. Bref Sandrine Rousseau veut une rupture avec tous sans trop savoir quelles en seront les conséquences sociales et économiques. Une position qui séduit assez les bobos, les fonctionnaires et les extrémistes de gauche. Deux courants d’idées complètement opposées avec d’un côté une préoccupation écologique st une démarche réformiste. De l’autre une perspective ultra gauchiste en matière écologique tout autant qu’en matière sociale économique.

 

Le drame évidemment pour les écolos c’est qu’ils risquent  de choisir Sandrine Rousseau, phénomène médiatique apparu soudainement au lieu d’un responsable connu et bénéficiant d’une certaine popularité.

Dans les sondages actuels on donne seulement 2 % à Sandrine Rousseau. Il est probable que l’intéressée ne fera guère plus de 5 % à l’occasion des élections présidentielles condamnant à nouveau Europ écologie les Verts à jouer les utilités.

C’est d’ailleurs devenu une sorte de tradition dans ce parti de choisir le plus radical mais aussi le moins compétent est le moins populaire.

Primaire écolo : la radicalité pour argument Sandrine Rousseau et des analyses à coups de serpe

Primaire écolo : la radicalité pour argument Sandrine Rousseau et des analyses à coups de serpe

 

À l’extrême gauche, Mélenchon n’a qu’à bien se tenir car en matière de radicalité Sandrine Rousseau va bientôt figurer au hit-parade. t sa principale caractéristique. D’ailleurs elle ne prend même pas le temps de justifier ses propositions. Être radical pour elle constitue en soi un programme. Preuve lors du débat avec Yannick Jadot, Elle a surtout accusé ce dernier de n’être pas assez radicale assez «radical». «J’ai lu ton programme. Je vois à quel point il n’y a pas de transformation suffisante pour permettre d’atteindre les objectifs du Giec», l’a-t-elle interpellé. «L’écologie de gouvernement que tu proposes est une écologie qui ne va pas au bout du chemin», a-t-elle jugé. La réponse du concerné ne s’est pas fait attendre: «Si gouverner, c’est renoncer, il faut arrêter de faire de la politique. Il faut s’engager dans les mouvements sociaux». «

En matière de déplacements, l’ancienne porte-parole d’Europe écologie les Verts s’est prononcée pour la « démobilité ». Une idée globalement intéressante mais concrètement qui ne précise pas comment doivent être assurés les déplacements domicile travail pour ceux qui se lèvent tôt ( dontles transports collectifs sont inadaptés), pour ceux qui ne disposent pas d’alternative à l’automobile notamment en zone diffuse (banlieue, zone rurale,). Par contre à juste titre, Sandrine Rousseau milite pour une voiture beaucoup plus légère moins consommatrice d’énergie et moins polluante.

 

Cependant elle se prononce pour une taxe carbone qui va surtout pénaliser les plus pauvres. Le problème d’Europe écologie les Verts c’est que ce parti ri risque de voter pour la plus radicale comme candidat mais le moins populaire auprès de l’électorat. L’égérie du « wokisme »  en France ne recueille  en effet que de leur de 2 % dans les sondages pour les élections présidentielles.

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

2022 : Eric Piolle, candidat écolo, maire d’une ville polluée et dangereuse

 

Tant sur le plan écologique que sécuritaire, la ville de Grenoble ne constitue pas un modèle. La ville est en effet très pollué et le taux d’insécurité parmi les plus importants de France. Ce qui n’empêche pas le maire, Éric Piolle d’être candidat pour la gestion du pays à la fonction suprême. Pire, la ville de Grenoble externalise ses atteintes à l’environnement en allant construire des éoliennes n’importe où en France.( Via sa société de production d’énergie). Ne parlons pas des orientations gauchistes de l’intéressé. Il y a longtemps en effet qu’Europe écologie les Verts a pris la place de l’ancien parti communiste français avec la même idéologie, la même dialectique et les mêmes résultats économiques et sociaux.

 « Éric Piolle va à la rencontre de celles et ceux qui sont inquiets de la situation, de celles et ceux qui font bouger les choses et de celles et de ceux qui ne partent pas en vacances. Ces rencontres de terrain font mûrir ses réflexions et lui permettent de décliner son programme selon les déplacements », explique son entourage à La Tribune.

« Il veut faire valoir une alternative au développement des territoires, car il s’agit d’un modèle dépassé et du passé. On continue à artificialiser des bonnes terres alors qu’il faudrait reconnecter les cultures et l’alimentation, et produire à proximité de quoi nourrir la population plutôt que d’importer d’autres régions voire d’autres pays », précise son équipe qui entretient des liens relativement ésotériques avec la problématique agricole mais réels avec la démagogie. 

 Le maire de Grenoble s’est même exprimé sur l’architecture politique de l’Île-de-France, affirmant la nécessité d’une réforme du cadre institutionnel de la métropole du Grand Paris. Ce qui confirme le caractère centraliste de l’idéologie de l’intéressé.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol